Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Chapitre 3 : ONG et pouvoir local

Les enjeux politiques du développement local à Mokha

Odile Joly

Entrées d'index

Géographique :

Mokha

Texte intégral

1Dans un contexte d’appauvrissement général et de compétition pour le pouvoir, la problématique du développement économique et social et ses enjeux relèvent davantage du politique que du social. Dans le cadre local de la région de Mokha, nous tenterons de montrer comment le développement est un facteur de légitimation politique, et de quelle façon les enjeux politiques locaux et nationaux l’emportent en définitive sur tout réel progrès social.

  • 1 Cette analyse a fait l’objet d’un mémoire de DEA (Joly, 2003). Le Projet avait été lancé par l’ONG (...)

2Ce travail se fonde sur une expérience de terrain de cinq années à Mokha, au cours de ma participation à la mise en œuvre d’un projet de développement puis d’une réflexion menée a posteriori1. Je présenterai ici les données collectées à partir d’observations et d’entretiens au cours des années 1997 à 2002, et les principaux éléments de cette réflexion. Ma démarche s’inspire de l’approche d’OLIVIER DE SARDAN (1995) qui propose d’utiliser les concepts d’ « arène », de « conflit » et de « groupe stratégique » pour analyser les enjeux de différentes interactions sociales.

3Nous examinerons en premier lieu le processus par lequel le mouvement associatif a incité l’État à promouvoir le développement local en centrant notre propos sur Mokha. Dans un second temps, nous décrirons le fonctionnement de la vie politique à Mokha, en cherchant à en comprendre les ressorts cachés. En dernier lieu, nous essaierons d’illustrer la dimension politique du développement, en retraçant les principaux conflits qui eurent lieu entre les acteurs locaux et les représentants du Projet (1997 à 2002) à Mokha. Il s’agira de mettre en évidence les enjeux politiques des mobilisations communautaires engendrées par ce projet, et de percevoir les intérêts des acteurs locaux.

De la prise de contrôle de l’État sur le mouvement associatif à la loi de décentralisation

  • 2 « Confederation of Yemeni Development Associations (C. Y. D. A.) ».

4À la suite de la Révolution de 1962, au Nord Yémen (RAY), l’importance du développement rural fut officiellement reconnue. Le nouveau régime, en effet, cherchait à fonder sa légitimité sur l’amélioration des conditions de vie économiques et sociales par rapport au régime de l’Imam, représenté ou perçu comme autocratique et exclusif. Ceci conduisit à une stratégie de valorisation des initiatives locales, d’autant plus que la faiblesse de son administration et le manque de moyens poussèrent l’État à encourager « toute activité visant au développement communautaire ». Cette politique favorisa l’émergence d’associations dont le statut juridique allait être défini par une série de lois au cours des décennies suivantes. Leur nombre, qui restait limité après l’édiction de la première loi en 1963, augmenta rapidement dans les années 1970 après la guerre civile (1962–1970) et le retour des capitaux rapatriés par les émigrés dans le Golfe. En 1973, les associations furent réunies au niveau national pour être coordonnées au sein d’une Confédération2, relevant du département des affaires sociales du Ministère de l’administration locale. L’année suivante, après le coup d’état du président Ibrahim al‑Hamdi qui s’arrogea la présidence de cette confédération, on assista à une forte croissance des associations locales. Une nouvelle loi, promulguée en 1975, donna davantage de pouvoir et de ressources financières aux comités de districts.

  • 3 Carapico, 1998, p. 115.
  • 4 Carapico, 1998, p. 122.
  • 5 Local Councils for Cooperative Development.
  • 6 Carapico, 1998, p. 118.

5Dans le cadre de cette loi, des élections eurent lieu à chacun des niveaux administratifs du pays. Elles constituaient les premières élections ayant jamais eu lieu dans le pays3. Au niveau local, les villages élisaient des délégués qui formaient une assemblée. Un bureau local de six à huit membres (SWAGMAN, 1988, p. 64) était formé et dirigé par trois figures principales, le président, un secrétaire et un trésorier. Bénéficiant d’une certaine autonomie, car organisées localement et composées de représentants élus par le peuple, les associations allaient être néanmoins solidement encadrées par l’État. En les développant, al‑Hamdi visait à les utiliser pour renforcer son régime4. Après l’assassinat du président al‑Hamdi en 1977, son successeur continua à encourager les associations locales grâce à une augmentation de l’attribution de la zakāt, impôt religieux islamique, aux projets de développement. Un an plus tard, en 1978, le président Ali Abdallah Saleh prit le pouvoir. Il allait contribuer, pendant la décennie suivante à une cooptation du mouvement d’associations locales par leur entière incorporation dans l’administration gouvernementale. En 1981, une loi définit à nouveau le statut des associations de développement (LDA’s) : elles furent insérées dans le système de planification étatique. Des membres du gouvernement furent intégrés au sein du bureau de leur Confédération. De nouvelles élections suivirent les lois de 1985 qui réunirent associations et administration locale en conseils locaux (LCCD’s5). Les assemblées générales issues de ces élections constituaient non seulement l’électorat pour ces nouveaux conseils, mais également celui des délégués du « Congrès Général Populaire » (CPG), parti unique promu par le régime. C’est ainsi que ces élections nationales débouchèrent d’une part sur une participation populaire accrue aux décisions et d’autre part sur l’instauration par le régime de son hégémonie sur tout le mouvement associatif6. Les associations avaient représenté de fait pour l’État un moyen de pénétrer à l’intérieur du pays et de s’y enraciner.

  • 7 Al‑Jarbani, 2003, p. 150-206.

6Après la Réunification en 1990, les conseils locaux du Nord et du Sud Yémen furent réunis sous la houlette du gouvernement. Leurs bureaux devinrent des branches du Ministère de l’Administration Locale. Sans légitimité, sans budget et en l’absence de nouvelles élections, les conseils locaux se trouvèrent réduits à l’impuissance. La loi de décentralisation administrative, qui était prévue depuis la Réunification, faisait l’objet des programmes des partis politiques. Elle fut enfin promulguée en janvier 2000. En 2001, elle fut suivie par une élection au suffrage universel pour constituer de nouveaux conseils locaux dont l’organisation et les attributions furent définies en vertu de cette loi, qui est toujours en application. Une remarque s’impose à propos des modalités d’application de cette loi de décentralisation : on note en effet que la loi ne garantit pas l’indépendance des conseils locaux : le vote permet bien à la population de participer au pouvoir par l’intermédiaire de ses élus au sein des conseils communaux et provinciaux, mais le gouvernement n’en continue pas moins à intervenir par le biais de ses agents nommés à la tête des collectivités locales. En effet, les directeurs des unités administratives de province (muhāfadha) et de district (mudīriyyāt) président en même temps les conseils locaux, en qualité de représentants du pouvoir central, selon les dispositions de la loi de février 20007. Par leur biais, les conseils locaux constitués d’élus chargés de la gestion des affaires locales peuvent voir leurs actions contestées et rejetées par l’État, alors que dans le même temps celui-ci récupère la légitimité populaire de l’effort de développement déployé sur une base locale. Cette stratégie permet de garder le pouvoir par un contrôle de la population.

Expérience du mouvement de développement coopératif à Mokha

  • 8 Ces données proviennent d’entretiens avec diverses personnalités de Mokha, dont certains membres de (...)
  • 9 District administratif du gouvernorat de Taez, la mudīriyya de Mokha est située au sud de la Tihama (...)

7Quelques données8 sur le mouvement de développement coopératif dans le cadre plus spécifique de Mokha permettront d’illustrer concrètement son évolution9.

  • 10 Le terme de développement dans les discours locaux renvoie aux aspirations des gens à une satisfact (...)

8Les débuts d’une forme organisée de développement10 à Mokha remonteraient aux années 1970. Le début des années 1980 en constitua l’apogée. De l’avis général, toute forme d’action autonome menée par des groupements locaux disparut dès 1990. Les dates charnières, remémorées comme différentes étapes dans cette expérience de développement coopératif local, correspondraient aux années 1975, 1980, 1983 et 1990. La répercussion locale des politiques centrales apparaît clairement lorsqu’on fait le rapprochement entre ces dates et les modifications législatives des associations locales effectuées par le gouvernement.

9À Mokha, l’association locale vit le jour vers 1975. D’après ses anciens membres, les objectifs concernaient d’abord l’éducation : construction d’écoles et attribution de bourses pour envoyer des étudiants à Sanaa se former comme professeurs. Parmi les autres priorités de l’association : la santé, l’eau, l’agriculture, la plantation d’arbres. Onze écoles furent construites dans tout le district, dont une école de filles à Mokha qui allait largement contribuer à leur scolarisation. Sept postes de santé furent bâtis dans les villages, dont certains reçurent une aide extérieure. Quatre puits furent creusés. Une ceinture verte de palmiers fut plantée autour de Mokha avec un système d’irrigation et de gestion de l’eau.

10Les revenus propres et la capacité d’autogestion sont cités comme les principaux facteurs de la réussite des travaux de l’ancienne association. Les sources de financement provenaient d’une part de la zakāt et d’autre part du Gouvernement qui allouait un budget pour les secteurs de l’éducation et de la santé. Des contributions privées provenant des émigrés venaient s’ajouter au budget, ainsi qu’une participation des marchands selon les revenus des importations du Port de Mokha. L’association locale fut également dotée d’équipements lourds qu’elle continua à louer jusque dans les années 1990, ce qui constituait sa seule source propre de revenus.

11L’assemblée représentant l’association était composée de soixante-quinze membres élus par le district. Neuf d’entre eux faisaient partie du conseil d’administration, dont trois occupaient les postes de président, secrétaire et trésorier. Tous les leaders locaux paraissaient parmi les élus, avec d’autres personnes en fonction de leur capacité à rendre des services, leur notoriété, leur pouvoir (par exemple leur accès aux ressources, telles que les douanes), leur éducation, ou leur situation professionnelle et géographique (comme une présence à l’échelon national). Un représentant local de l’association était basé à Sanaa, au sein du Ministère de l’Administration Locale.

  • 11 Les noms des acteurs figurant dans l’article ont été changés.

12Selon les témoignages, il y aurait cependant toujours eu des difficultés dans l’association du fait de mésententes entre les membres. Malgré ces difficultés, ‘Abd al‑Karīm11, son président pendant une dizaine d’années, personnage local perçu comme charismatique, et très actif parvenait à les contrôler et les projets se réalisaient. Les problèmes sérieux seraient apparus à la suite d’un désaccord entre ce président et le Directeur de district (mudīr nāhyya), représentant du gouvernement. Ce dernier, arrivé à Mokha en 1983, avait alors peu de pouvoir. L’association, qui dirigeait toutes les activités de développement, avait plus d’influence que lui. Mais avec la mainmise progressive de l’État sur les régions rurales et la cooptation progressive des nouveaux dirigeants, le directeur de district obtint davantage de pouvoir. Un conflit s’installa entre lui et le président de l’association, qui était accusé d’agir de son propre chef en allouant le budget selon une vision trop personnelle et selon certains témoignages, de ne pas suivre les nouvelles procédures financières. Quelles que fussent les véritables raisons du conflit, des gens exploitèrent leur désaccord. Des membres de l’association locale, notamment son représentant au niveau national, soutinrent le directeur de district, accusant le président de détournement de fonds.

13Après la Réunification, les deux partis uniques de l’ex-Yémen du Nord (Congrès Populaire Général : CPG) et celui de l’ex-Yémen du Sud (Parti Socialiste Yéménite : PSY) dominèrent la vie politique nationale de 1990 à 1994. D’autres formations profitèrent de l’espace politique pluraliste et de nombreux partis furent ainsi créés à cette même époque dont le « Parti islamique du Rassemblement Yéménite pour la Réforme » (al‑Islāh). Ce dernier prit une place prépondérante après la guerre de 1994 lorsque le Parti Socialiste fut écarté du pouvoir. À l’image du niveau national, tous les partis s’affichèrent au grand jour à Mokha pour constituer un véritable multipartisme local. La compétition pour le pouvoir entraîna de fait une politisation de la vie sociale au cours de la décennie suivante. Au total, cette transition démocratique se fit au bénéfice du pouvoir en place et consacra la suprématie du CPG. La politisation de la vie sociale se fit dès la légalisation des partis, ce qui entraîna immédiatement des querelles locales. Au niveau de l’association, « chacun voyait son intérêt privé, accusait l’autre s’il refusait de lui faire partager certains bénéfices, et regroupait ses alliés contre son adversaire en cherchant l’appui des partis politiques », racontent certains témoignages. Les luttes entre les partis qui existaient avant la Réunification étaient longtemps restées masquées et ne jouaient pas au niveau des élections locales : selon ces mêmes témoignages, celles-ci se faisaient alors « démocratiquement ». Ainsi, en prenant une couleur politique, les anciennes querelles se durcirent pour devenir partisanes. Cette situation, couplée avec la détérioration économique, conduisit les activités de développement vers l’immobilisme. Dès le début des années 1990, l’association locale n’existait déjà plus que de nom. Un nouveau président fut nommé par le gouvernement, pendant que l’ancien, accusé de malversation, se trouva déchu de ses fonctions.

14En février 2001, un nouveau conseil local fut élu au suffrage universel, avec une large victoire pour le CPG. Dans le cadre de la loi de décentralisation de 2000, le conseil fut désormais présidé par le directeur du district (mudīr nāhyya), nommé par le gouvernement. Il se compose depuis d’une vingtaine de représentants de la population, élus dans les différents cantons (‘uzla). Ces élus sont répartis entre plusieurs commissions où les positions principales sont monopolisées par des membres du CPG. Le Secrétariat Général fut confié à un ancien membre de l’armée originaire de al‑Juma, le plus grand des trois cantons ruraux du district. Le poste de trésorier fut octroyé à ‘Abd al‑Karīm, l’ancien président de l’association, autrefois destitué par le gouvernement mais qui avait malgré tout gardé toute sa popularité en totalisant le plus grand nombre de voix au niveau du scrutin ; il s’était surtout « racheté » politiquement en militant pour le CPG. Une autre position importante du Conseil, celle de son représentant auprès des instances du gouvernorat à Taez, échut à un élu du CPG dans le canton de al‑Zahari, lui-même fils d’un shaykh influent dans cette localité. Le troisième canton, celui de al‑Mashalha, était déjà dominé par le député du district (CPG) qui en est originaire et qui n’avait obtenu son siège que grâce à une alliance locale avec les représentants des deux autres cantons. Il apparaît dès lors que la distribution des principales positions parmi les élus témoignait d’un souci de représentativité territoriale et résultait de stratégies d’alliances. Ce constat invite à considérer la vie politique locale et le mécanisme des élections, de façon à en comprendre le fonctionnement à la base, et de tenter d’appréhender les sources de production et de légitimité du pouvoir à Mokha.

Territoire et leaders locaux à Mokha

15La vie politique à Mokha s’inscrit dans un territoire dont le découpage sert de base administrative à l’État. Nous essaierons ici d’analyser la relation entre gouvernement et leaders locaux au sein de ce territoire pour chercher à savoir comment s’articulent les registres social et politique et dans quelle mesure s’opère la prépondérance de ce dernier.

16Les divisions administratives du système étatique font du district (nāhyya) la plus petite unité administrative à posséder un représentant du pouvoir central, le mudīr nāhyya. Le district de Mokha (carte) se subdivise en trois sous-districts ou cantons (‘uzla) dotés de représentants de la population, nommés shaykh. Ils sont considérés par le gouvernement comme responsables de leur unité territoriale devant le directeur du district (mudīr nāhyya). En l’absence d’unité tribale à Mokha (situation générale en Tihama, à la différence des hauts-plateaux), ces divisions acquièrent également de l’importance en tant que facteur d’appartenance pour les habitants. Les ‘uzla regroupent un certain nombre de villages et de hameaux dont l’unité de base est la famille ou « maison » (bayt). Ces unités domestiques sont reliées entre elles à l’échelle de la localité à travers les échanges et les relations qu’elles entretiennent, ce qui implique inévitablement un moment ou à un autre une forme de solidarité. Dans la vie quotidienne, ces relations sont à la base d’une dynamique qui génère diverses stratégies en fonction des intérêts en jeu et du niveau territorial de l’action envisagée, d’où la nécessité de recourir à une médiation et un arbitrage en cas de problème. Dans les villages, l’arbitrage des conflits qui impliquent plusieurs familles, ainsi que la gestion des affaires locales sont confiés à des shaykh désignés par la communauté à travers un accord tacite. Ces arbitres sont reconnus par la population qui décide ou non de continuer à faire appel à eux, et donc de reconduire ou de mettre un terme à leur influence. Comme à Jibal Rayma (SWAGMAN, 1988, p. 106), ce titre de shaykh ne correspond pas à une autorité tribale identique à celle de la région des hauts-plateaux au nord du Yémen où dominent les grandes confédérations tribales Hašid et Bakîl (voir DRESH, 1993). Il s’agit d’une fonction locale, à une très petite échelle. Par ailleurs, du point de vue administratif, leur position correspond en quelque sorte à celle d’auxiliaire du directeur de district (mudīr nāhyya).

  • 12  La population peut décider de ne plus recourir à leurs services si leur conduite est désapprouvée (...)
  • 13 De façon un peu caricaturale, on pourrait dire qu’il suffit d’un capital permettant de se payer une (...)
  • 14 Swagman (1988, p. 152) définit ainsi la position de shaykh, qui nous semble également appropriée po (...)
  • 15 À titre indicatif, l’estimation du revenu moyen mensuel par famille dans la partie ouest du distric (...)

17L’autorité des shaykh comporte des nuances en fonction du degré de leur légitimité et de l’étendue de leur pouvoir. Dans le discours commun à Mokha, on considère qu’il y a des « vrais » et des « faux » shaykh, des « grands » et des « petits », des « puissants » et des « faibles ». Les « vrais » shaykh sont ceux qui sont reconnus comme tels par la population car ils ont été désignés par elle et sont issus d’un lignage ancien. Leur légitimité s’appuie donc à la fois sur une filiation authentique qui leur procure un statut social12 et leur bonne administration d’un territoire. Les faux shaykh sont ceux qui sont auto-proclamés ou qui ont été désignés par le gouvernement pour une période déterminée. Quoiqu’il en soit, la différence entre « vrais » et « faux » shaykh se situe au niveau de la durée. En effet les « faux » shaykh doivent faire leurs preuves avant de devenir « vrais », il leur faut réussir à acquérir une notoriété en attirant les gens et en se bâtissant un cercle de relations13. S’ils peuvent transmettre leur fonction à leurs descendants, il y aura matière à créer un lignage permettant l’accumulation d’un capital social et symbolique au cours des générations. Les vrais shaykh peuvent péricliter, voire disparaître14. Le statut social de shaykh ne garantit donc pas la fonction, même s’il lui confère une légitimité : il doit être entretenu par l’exercice du pouvoir. En revanche, en l’absence d’un pouvoir économique réel pour tous les shaykh de Mokha qui est une région pauvre15, la légitimité politique procurée par le gouvernement et par les partis politiques vient faire la différence. De son côté, pour s’imposer, l’État doit nécessairement s’appuyer sur les leaders locaux ou d’autres personnages ayant une influence sur la population.

18Ainsi, pour conduire ses activités, le parti au pouvoir se sert des divisions administratives comme base territoriale de son organisation bureaucratique. Son organisation est en conséquence étroitement liée à ces leaders qui ont à charge de mobiliser la population pour fournir un électorat. Intermédiaires entre la population et le gouvernement, les shaykh, qui possèdent une bonne connaissance du territoire et de sa population, sont donc à présent des acteurs à part entière dans le jeu politique des partis, de véritables chevilles ouvrières entre la politique nationale et la politique locale dans l’espace territorial que constitue le district. En raison de la superposition du politique et du social qui résulte des stratégies d’alliances électorales, la vie sociale se trouve fortement politisée. Une campagne électorale basée sur la compétition entre partis, dont les règles sont issues du centre, vient renforcer le pouvoir des leaders capables de mobiliser un électorat local. En conséquence, les clivages locaux se durcissent et divisent davantage la population.

Stratégies électorales

  • 16 Martha Mundy (1995, p. 5-10) effectue une critique du modèle de segmentation, issu du paradigme de (...)

19L’exploitation des rivalités, qui est au fondement de la dynamique activée par les membres des partis, soumet les logiques de solidarité locale à des stratégies de coalition faisant appel à des distinctions basées sur des critères d’appartenance. L’un des critères utilisés pour mobiliser des supporters repose sur le clivage entre ville et villages ou entre quartiers, selon une logique d’opposition « segmentaire »16. Si un tel recours permet bien d’effectuer des regroupements en utilisant les rivalités de quartiers, il n’élimine pas pour autant les oppositions internes, qui pourront être exploitées le cas échéant. Le discours dominant à Mokha tend à dénoncer les effets des partis « qui divisent les gens » et entraîne des déchirements du fait du grossissement artificiel des problèmes. Ces derniers portent les différents entre personnes sur la scène publique pour en faire des querelles de partis envenimant alors les choses en les cristallisant. C’est ainsi que le cadre de référence politique finit par tout envahir. Ceux qui se déclarent indépendants sont soupçonnés de vouloir cacher leur véritable appartenance ou de ne pas avoir d’idées. Ils sont donc assimilables à un parti correspondant à leurs fréquentations ou suspectés de militer dans l’ombre. Dans cette optique, les partis doivent démontrer une capacité à fournir un soutien, en octroyant ou préservant des privilèges, par exemple en fournissant des emplois ou des services. La stratégie peut même simplement consister à faire peser la menace de leur disparition au profit des adhérents du parti adverse au cas où celui-ci l’emporterait.

  • 17 La notion de réputation renvoie à celle de respectabilité et de statut social. La famille qui s’éte (...)

20Pour gagner des élections, les bureaux des partis doivent recruter non seulement des adhérents, mais avoir aussi des candidats qui pourront recueillir suffisamment de voix au moment des élections. Pour ce faire, il faut « être issu d’une famille de bonne réputation »17, avoir des « moyens financiers », et « être populaire ». Ces trois points sont étroitement liés, puisque la popularité, selon la vision locale, dépend de la « famille », du « comportement », et de « l’argent », mais surtout de sa redistribution. Mais « bien sûr, le pouvoir central peut opposer son veto pour éliminer les candidats qu’il ne veut pas », rapportent certains témoignages. Cette opposition venant d’en haut est exercée par le biais des bureaux régionaux et nationaux du CPG qui choisissent les candidats dans les listes proposées par les bureaux des districts. Lorsque les enjeux électoraux sont importants, par exemple pour l’élection des députés, le pouvoir central peut également apporter directement son appui au candidat de son choix en exerçant des pressions pendant la campagne.

21Quoiqu’il en soit, pour être candidat, il faut pouvoir mobiliser des réseaux, se construire des clientèles et des relations, de façon à être crédible quant à la capacité d’apporter les services promis à son électorat. Il s’agit d’en fournir la preuve ou au moins l’illusion à travers des démonstrations de force et des dépenses ostentatoires. Selon la vision locale, il faut « beaucoup » d’argent pour se faire élire, car le parti ne fournira qu’une partie des dépenses engagées par le candidat en campagne, tandis que celui-ci doit manifester une grande prodigalité comme signe de sa puissance. Pour canaliser des suffrages en faisant miroiter des promesses de « renvoi d’ascenseur » pour d’autres élections, il faut également pouvoir s’entendre avec des alliés occupant des postes-clefs. C’est ainsi que les leaders CPG des trois ‘uzla du district de Mokha se sont alliés pour tenir les autres partis en échec et se distribuer les postes du conseil local. Outre un renforcement de leur pouvoir du fait de leur nouvelle légitimité issue des urnes, ces élus devront lutter pour rester maîtres du jeu politique local et ne pas laisser de place à d’autres acteurs qui pourraient les évincer. En effet, les élections créent de l’impondérable avec l’apparition potentielle de nouveaux acteurs sur la scène publique.

22C’est en ce sens que le développement et les ressources qui s’y rattachent constituent un véritable enjeu politique. Il convient aux acteurs politiques de maîtriser les espaces sociaux pour établir ou renforcer leur position, car ils procurent la base de la légitimité populaire. Le parti au pouvoir ne pourra donc pas laisser échapper ces ressources ou du moins essayera-t-il d’en contrôler les résultats ou d’en récupérer le crédit tout en cherchant à empêcher le concurrent d’agir de même.

Des conflits autour d’un projet de développement

  • 18 Pour une description détaillée du Projet, se reporter au mémoire de DEA. Cf. Joly, 2003, p. 34-43.

23Un projet, intitulé The Model Integrated Health Development Project18 démarra officiellement à Mokha en avril 1997. Fruit d’une longue gestation, il était l’héritier d’une tradition de coopération de plus de trente années entre l’organisation non gouvernementale suédoise, Rada Barnes, principal bailleur de fond, et les autorités yéménites gouvernementales de la région de Taez. Loin d’être l’application rigide de politiques de développement conçues de manière abstraite, sa réalisation, de 1997 à 2002, comporta une grande part de souplesse et laissa une marge de manœuvre considérable à ses acteurs. Ses objectifs de départ s’inspiraient de ceux de la Conférence nationale sur la population en 1991, dans une perspective de soins primaires de santé. Dans cette optique, ils mettaient fortement l’accent sur l’aspect de coordination multisectorielle et de mobilisation communautaire. Cette orientation du programme permit une ouverture des activités vers d’autres secteurs. Deux ans après ses débuts, l’éducation, la promotion féminine, et la jeunesse figuraient également dans son domaine d’action. Au total, les ingrédients de la gestion du Projet furent un système de médiation, un réseau de relations, un ancrage local, la combinaison d’un travail formel et informel dans un lieu d’échanges à Mokha — le bureau du Projet — ouvert et accessible à tous ; il offrait aussi la possibilité de saisir les opportunités en dehors d’une planification rigide et une familiarisation progressive des acteurs locaux avec la stratégie de mobilisation communautaire. Concernant l’impact du Projet, son évaluation doit rester prudente, étant donné les critères multiples, économiques, sociales et politiques à prendre en compte. Plutôt que d’établir des constats à court terme qui resteront inévitablement relatifs, il est préférable de considérer cette expérience comme un épisode supplémentaire dans l’histoire locale du développement au Yémen. Par contre l’analyse des obstacles survenus au cours de la mise en œuvre du Projet permet de faire apparaître les véritables enjeux sous-jacents à son déroulement.

  • 19 Ces conflits sont des fils conducteurs qui permettent de « pénétrer une société, en révéler tant la (...)

24Comme pour toute intervention de développement, les processus sociaux mis en jeu pendant la réalisation du Projet eurent pour effet de susciter diverses réactions, dont les plus vives aboutirent à des conflits ouverts. Qui dit changements sociaux, dit effectivement jeux d’intérêts, stratégies et conflits19. Le Projet introduisit un facteur imprévu dans l’arène locale, car il créait de nouveaux espaces d’interactions. Des opportunités pouvaient être exploitées par de nouveaux acteurs n’ayant pas eu jusqu’alors de place prépondérante dans l’espace public. En conséquence, le risque encouru par ceux qui occupaient les places privilégiées était de se voir concurrencés par de nouveaux leaders. Au cours de la mise en œuvre du Projet, les antagonismes les plus virulents impliquèrent tous des acteurs politiques locaux. Aussi, nous a-t-il semblé utile de faire une analyse micro-politique des conflits qui avaient émergé de la mise en place des aspects féminins, éducatifs et de santé du Projet.

Formation d’une association féminine avec le soutien du Projet

25La formation d’une association féminine s’accordait avec la stratégie du Projet, qui était à la recherche de groupes sociaux pour enclencher une dynamique de développement à Mokha. Toutefois, à l’origine de la création de cette association figurait la demande explicite d’un groupe de femmes. Elle fut créée au terme de multiples réunions de préparation, étalées sur plusieurs mois en 1998. Un groupe de travail d’une douzaine de femmes conduisit des enquêtes dans les quartiers pour sonder les opinions et les attentes suscitées par la création de cette organisation. L’enthousiasme des femmes était acquis et des élections devaient aboutir à la concrétisation de ce projet associatif. Celui-ci représentait un enjeu très important pour les femmes car il leur ouvrait de nouveaux horizons autant collectifs qu’individuels. Les femmes se servaient ainsi du Projet, en même temps que le Projet trouvait dans l’association les moyens de légitimer son action.

26Au-delà des contraintes sociales associées au code de conduite obligatoire des femmes dans la société, et au vu des problèmes et des difficultés qui surgirent lors de la création de cette association, les conflits furent essentiellement d’ordre politique. Plusieurs blocages organisés par les partis politiques la mirent en danger. En septembre 1998, lorsqu’il fallut organiser les élections qui allaient instituer l’association féminine, des pourparlers eurent lieu au sein du groupe de travail pour sélectionner les candidates des postes de présidente, vice-présidente, et trésorière. Une campagne électorale dans les quartiers de la ville fut alors lancée, et menée de main de maître par les femmes. Cependant, la veille au soir des élections programmées dans le bureau du Projet, le comité du parti politique CPG s’opposa à la candidate principale à la présidence. Il lui était reproché d’avoir proféré des paroles irrespectueuses envers ce parti plusieurs années auparavant. Le Parti exigea de placer une autre présidente à la tête de l’association, sous peine de boycotter les élections. Après une nuit de négociations entre le parti et les hommes des familles des candidates, la présidente pressentie fut finalement acceptée par ce parti, à la condition qu’elle lui présente des excuses officielles, ce qu’elle fit pour permettre la poursuite du processus. Le jour des élections à la fin de novembre 98, environ cent cinquante femmes de Mokha vinrent au bureau du Projet pour élire le bureau de l’association. C’est alors qu’arrivèrent, solidement armés, les responsables des deux partis opposés, CPG et Islah, menaçant de faire échouer le scrutin. Le vote continua néanmoins pendant une bonne partie de la journée à l’intérieur du bureau. Les élections se terminèrent sans incident, et furent couronnés par les résultats prévus. La campagne électorale avait porté ses fruits, l’association « al-Zahra » était née. D’autres élections eurent lieu les années suivantes du fait des remaniements du bureau de l’association suite à des rivalités internes entre les femmes. Ces élections furent toujours suivies de près par le parti CPG. Néanmoins, l’association fut laissée libre de décider de ses candidates à partir du moment où elles étaient politiquement recevables, à savoir qu’elles ne militaient pas pour le parti opposé à celui du pouvoir.

27Deux ans plus tard, lorsqu’une entreprise commença la construction d’un bâtiment pour abriter l’association (avec l’appui du Projet), le bureau du parti CPG et ses représentants officiels vinrent bloquer les travaux sous prétextes que les terres n’appartenaient pas à l’association. Plusieurs semaines de négociations s’ensuivirent pour trouver une solution. Finalement les travaux purent avoir lieu grâce à de fortes pressions exercées par le Projet, mais ils restèrent sous la menace récurrente de suspension exercée par le Parti. À la fin de l’année 2000, le bâtiment était enfin terminé, et l’association quitta le bureau du Projet pour emménager dans ses nouveaux locaux. Elle allait désormais faire partie intégrante du paysage local mais ne pourra jamais échapper entièrement aux intérêts locaux prédominants. En effet, sa capacité de mobilisation des réseaux féminins lui conférait ipso facto une place dans les stratégies politiques des élites masculines locales.

  • 20 Badran, 1998, p. 507.

28Après l’instauration du pluripartisme qui suivit la Réunification, la Constitution garantit aux femmes le droit de vote ainsi que la possibilité de se porter candidates aux élections. Ce droit politique accordé aux femmes rencontra un consensus public et le soutien inconditionnel des militants politiques masculins, même si ceux-ci n’allèrent pas jusqu’à encourager les candidatures féminines aux élections20. Le « leadership » des femmes restera toujours sujet à caution. Quant à la question de la place de la femme dans la société, elle continue de diviser les partis. Malgré cela, le vote des femmes fait désormais partie intégrante des stratégies électorales.

  • 21 Environ trois fois l’équivalent d’un salaire mensuel moyen.

29Pendant les périodes électorales, les femmes sont un élément important dans la conduite des opérations. Elles représentent la moitié de l’électorat et elles encadrent leurs consœurs durant toute la procédure. Listes et scrutins sont effectivement tenus par des femmes pour la population féminine. Comme ce travail est bien rémunéré21, il est fort prisé à Mokha. En outre, les femmes bénéficient pendant cette période d’une liberté de mouvement exceptionnelle car, avec la bénédiction sociale générale, elles peuvent se déplacer dans le district de façon relativement autonome.

30Les femmes sont assurément indispensables aux rouages du pouvoir masculin. Femmes et partis se rejoignent ainsi à travers une reconnaissance publique pour les premières, et la nécessité de faire le jeu des candidats masculins grâce à une allégeance politique vis-à-vis des seconds. Etant donné que les femmes sont généralement considérées par les militants politiques comme beaucoup plus fiables et actives que les hommes, elles représentent pour les partis une ressource précieuse même si, comme l’affirment encore certains hommes à Mokha, « elles ne connaissent rien en politique » car « elles font passer d’autres considérations avant la politique ». D’où la nécessité pour les partis de garantir leur fiabilité en les contrôlant. Les femmes qui tiennent les scrutins se sont bien rendu compte qu’elles étaient obligées de jouer le jeu, même si au niveau des urnes « chacun écrit comme il veut », disent-elles. La formation de l’association al‑Zahra eut donc pour effet de susciter l’intérêt, non seulement des femmes, mais aussi des militants politiques.

31Si la nécessité d’une intégration des femmes dans le processus de développement est en théorie globalement reconnue et ne suscite pas d’objection, son application est plus délicate en pratique. En effet, à partir du moment où le Projet respectait les normes sociales de conduite féminine, il bénéficiait d’une certaine marge de manœuvre pour mettre en place les activités. En revanche, il ne pouvait empêcher la politisation de ses actions, c’est-à-dire le contrôle des femmes par les partis. L’obtention de leur allégeance était le véritable enjeu politique de la formation de l’association, et le parti au pouvoir ne pouvait pas laisser la place à ses concurrents. C’est pourquoi il imposa d’emblée sa prééminence, générant des conflits. Dans sa tentative de mettre en place une structure autonome pour apporter un soutien technique aux activités de développement ciblées sur les femmes, le Projet s’était ainsi trouvé pris dans le jeu politique local.

Mise en place d’une bibliothèque à Mokha

  • 22 Al‑Sorori, 1998.

32Si dans les discours publics l’éducation est une priorité, le taux d’analphabétisme dans le pays reste très élevé. Selon une enquête effectuée par le Projet22, ce taux à Mokha serait de 67% chez les hommes et de 95% chez les femmes. Dans le cadre de son appui au secteur de l’éducation, le Projet obtint des financements lui permettant de créer une bibliothèque.

33Les enseignants en relation avec le Projet se chargèrent d’effectuer une enquête dans les différentes écoles de la ville pour sonder l’opinion des écoliers et des éducateurs quant à la création d’une bibliothèque. À ce stade, aucune objection ne fut formulée contre sa mise en place, ni contre l’idée d’organiser un comité chargé de son lancement. Comme les financements obtenus n’étaient suffisants que pour une seule bibliothèque, son emplacement dans une des écoles fut débattu de façon à en permettre l’accès à tous les élèves des autres écoles. Une salle qui avait servi autrefois de bibliothèque fut choisie par les partenaires locaux du Projet. Cette salle se situait dans la plus ancienne école de la ville construite par la coopération koweitienne. En même temps que les locaux, celle-ci avait fourni, à l’époque, une collection de livres. Trente ans plus tard, il ne restait plus un livre dans la bibliothèque désaffectée. Afin d’éviter une expérience similaire, le comité se chargea de faire une liste de personnes susceptibles d’être les futurs responsables de la bibliothèque. Cette liste, établie après de longues investigations, fut validée par les représentants du gouvernement. C’est alors que le parti au pouvoir (CPG) entreprit de bloquer le Projet en l’accusant d’avoir composé un comité avec des membres du parti opposé, al‑Islāh. Il s’ensuivit de très vives tensions entre le Projet et le parti CPG. L’affaire continua pendant plusieurs mois, entraînant la suspension de toutes les réunions. Le conflit prit beaucoup d’ampleur puisqu’il remonta jusqu’au gouvernorat. Il s’avéra qu’un militant du CPG ne figurant pas sur la liste des futurs responsables avait mobilisé le parti de façon à devenir le directeur de cette bibliothèque en recourant à un argument politique pour faire pression vis-à-vis du Projet. De nombreux mois passèrent pendant lesquels on attendit que l’affaire se calme. Puis comme il devint évident que le choix des responsables de la bibliothèque serait inévitablement décidé par le bureau du parti CPG, il n’y eut plus qu’une alternative : soit le Projet acceptait ce fait ou bien il abandonnait la création de la bibliothèque. Au bout de plus d’une année de préparation, et de conflit, la bibliothèque fut enfin opérationnelle, mais CPG avait gagné sur toute la ligne : il en avait imposé les responsables s’assurant ainsi « une clientèle », et avait récupéré le mérite de cette réalisation auprès de la population. Ainsi, loin de ne relever que d’un simple montage technique, comme le considèrent souvent les organismes de développement, l’éducation s’inscrit dans un contexte où se jouent des intérêts multiples et est exposée en permanence à une instrumentalisation politique. Cette instrumentalisation contribue à l’évidence à l’échec des politiques éducatives au Yémen.

Développement du système de santé

  • 23 Le taux officiel de mortalité infantile pour le Yémen est de 83 pour 1000 (CSO, 1996).

34Vers le milieu des années 1980, l’expansion du système de santé dans le pays fut freinée par la crise économique qui entraîna une réduction des budgets et une détérioration des revenus pour les employés du secteur sanitaire. Le manque chronique de moyens pour assurer les soins, aggravé après la Guerre du Golfe, allait provoquer une crise profonde du système public dès le début des années 1990. Absence de médicaments, de gestion administrative, et de maintenance des locaux, mauvaise qualité des services due à la démotivation du personnel et à leur insuffisante formation, allèrent de pair avec la montée du secteur privé. Pendant les années 1990, l’expansion de ce dernier fut fulgurante dans tout le pays. Les activités de santé se dégradèrent de la même façon à Mokha. Les médicaments n’étaient plus disponibles dans les centres de santé. La vie devint de plus en plus chère et les salaires des fonctionnaires de moins en moins adaptés au coût de la vie. Selon une enquête effectuée par le Projet en 1998, le taux de mortalité infantile à Mokha s’élevait alors à 154 pour 1000 naissances vivantes23 et celui de la malnutrition chronique à 57% ou aiguë à 9% chez les enfants de moins de cinq ans.

35En accord avec les politiques nationales de réforme du secteur de la santé, élaborées en 1998/99 selon les recommandations de la Banque Mondiale, le Projet avait parmi ses objectifs de mettre au point à Mokha une équipe de gestion des services de santé au niveau du district et un programme de recouvrement des coûts. La mise place d’un comité de santé devait contribuer à cogérer les comptes de la participation financière directe de la population aux soins, celle-ci venait s’ajouter au budget gouvernemental. Deux membres de ce comité ne tardèrent pas à avoir des problèmes avec Ibrahim, le directeur de l’hôpital, du fait de leur volonté de contrôler le budget de l’hôpital venant du Ministère. Des tensions s’installèrent entre le comité et le directeur. Elles allaient s’aggraver avec les nouvelles activités chirurgicales qui démarrèrent à l’hôpital à la fin de 1999, dans un cadre privé.

36À la suite de la remise en fonction de l’hôpital par le Projet, un chirurgien arriva par l’intermédiaire de membres de la communauté locale. Le chirurgien commença rapidement à organiser ses activités dans la plus grande opacité. Il posa des scellés sur les parties de l’hôpital dont il se servait et ne rendait compte à personne de ses activités. Ses patients lui étaient fournis par les membres de la communauté qui l’avaient introduit à Mokha. Il voyait ses patients en privé dans une salle arrangée à cet effet dans un quartier de la ville, avant de les opérer à l’hôpital où il bénéficiait de l’infrastructure nécessaire pour les interventions. Le directeur de l’hôpital, les responsables du gouvernorat, et le directeur administratif du district (mudīr nāhyya) exercèrent des pressions pour obtenir plus de transparence de la part du chirurgien, ce qui déclencha un conflit. Le chirurgien se fit appuyer par les membres de la communauté qui l’avaient introduit à Mokha et qui se firent soutenir par le Parti au pouvoir. Le comité de santé qui comportait des militants de ce parti se rangea du côté du chirurgien, d’autant plus facilement que ses membres étaient déjà en désaccord avec le directeur de l’hôpital. Les membres du personnel de l’hôpital, qui profitaient des activités du chirurgien, se rangèrent de son côté. Ceux qui n’en profitaient pas se rangèrent du côté du directeur. L’hôpital se retrouva scindé en deux camps. Les responsables gouvernementaux de Taez se déchargèrent de leur responsabilité en déclarant que les problèmes étaient internes à la région de Mokha, et par conséquent devaient être résolus localement. Le Projet prit ses distances en attendant le dénouement du conflit. Celui-ci allait prendre plusieurs années pendant lesquelles le chirurgien, fort de ses appuis politiques, continua à profiter de l’infrastructure de l’hôpital à son propre compte. Le conflit fut résolu après les élections municipales par le nouveau conseil local élu en 2001. Les enjeux électoraux ne constituaient alors plus une menace pour le parti au pouvoir qui en était sorti vainqueur. Le chirurgien fut donc contraint de quitter ses activités à l’hôpital, du fait des pressions exercées à son encontre par ses opposants au Ministère. Celui-ci finit par nommer un autre chirurgien.

37Ce conflit entre le chirurgien et le directeur de l’hôpital à Mokha intervient donc sur un arrière-fond de privatisation des soins de santé où le secteur privé s’appuie sur le secteur d’État pour se développer. Le fait que ce conflit ait pu perdurer pendant plusieurs années montre la tolérance du gouvernement envers les pratiques privées au sein du service public en particulier dans le domaine de la santé, se nourrissant des dysfonctionnements des services fournis par le secteur étatique. De nouvelles configurations sont apparues pour fournir des services de soins basés non pas sur une politique nationale de santé où secteur public et secteur privé seraient complémentaires, mais sur une constellation d’initiatives privées dirigées avant tout vers le profit à partir d’une marchandisation des soins. Confrontée quotidiennement aux difficultés pour se faire soigner, la population se voit contrainte d’opter pour la solution lui permettant un meilleur accès au système. Ici, le rôle du parti au pouvoir comme médiateur, devient un élément nouveau et essentiel. Si l’accès aux soins doit passer par l’adhésion au Parti, celle-ci jouera le rôle d’une souscription à un contrat pour une assurance maladie. Autrement dit, l’essor du secteur privé sert les intérêts de l’État ou plus exactement d’une fraction de celui-ci. Le parti fournirait alors le capital relationnel à ses partisans pour un accès aux soins selon une logique de redistribution clientéliste. De plus, lorsqu’une telle logique de profit prend le pas sur une logique de service, la fourniture des services devient le théâtre de toutes les luttes d’intérêts qui vont à l’encontre de toute équité dans l’accès aux soins de santé.

Conclusion

  • 24 BALANDIER, 1995, p. 212.

38À travers la présentation des conflits survenus à propos de l’avancement de la condition féminine, la santé, l’éducation, il est apparu que l’intervention du Projet de développement suédois menaçait de nombreux intérêts. En effet, les activités de développement du Projet et le remaniement social qu’elles entraînaient, appelaient nécessairement à leur récupération et à leur instrumentalisation par ceux-là même qui promettaient à la population une amélioration de ses conditions de vie. Dans sa quête de légitimité, le bureau local du Parti se devait d’intervenir pour se poser comme un véritable « entrepreneur du développement »24. De toute évidence, sa stratégie était de s’afficher là où avait lieu une mobilisation communautaire pour veiller à ce que les leaders restent sous son contrôle. C’est ainsi que, tout en évitant des querelles politiciennes, le Projet ne put s’y soustraire. Concrètement, les différents pôles de pouvoir alternatifs qui avaient été instaurés par les changements, furent assaillis par les autorités locales pour consolider leur position vis-à-vis de la population. Pour celles-ci, l’enjeu était d’acquérir la légitimité que ces changements procuraient, constituant ainsi un moyen de reproduction de leur position. Le jeu politique entre les différents acteurs se trouvait alors à la mesure des rivalités locales engagées dans la compétition pour le pouvoir. L’analyse de ces mécanismes a montré que cette dernière s’enracine dans le territoire et passe par un contrôle de la population, et plus précisément par la captation de son choix électoral. Aussi, en dernier ressort, les ressources allouées au développement concourent-elles à renforcer l’ordre établi à travers le développement du clientélisme politique.

39Dans un contexte de détérioration économique, de réformes, de décentralisation et de multipartisme, le développement est un moyen efficace pour obtenir cette légitimité qui dorénavant passe par les urnes. Ainsi l’action des partis politiques, de concert avec les autorités locales, équivaut en réalité à une maîtrise de « l’ingénierie » électorale où la canalisation des voix entre dans différentes stratégies en fonction des opportunités, notamment celles offertes par les ressources ou le crédit des actions de développement. À partir du moment où le seul recours pour obtenir un accès à des ressources ou des services est de prêter allégeance au parti au pouvoir, il semble que même un changement éventuel d’acteurs dans une position stratégique n’entraîne pas à lui seul de modification du système. Une nouvelle classe politique n’apportera pas nécessairement une ouverture démocratique. Affiliés au parti du pouvoir, ces nouveaux acteurs seront chargés d’exécuter les décisions du régime. Par ailleurs, dans un contexte de privatisation et de libéralisation économique, l’affairisme risque fort de s’épanouir, privilégiant une logique de profit avec les exclusions qui en découlent inéluctablement. À l’inverse, il y a de grands risques pour que toute recherche de participation démocratique authentique conduise les acteurs à une marginalisation politique. En conséquence, il apparaît bien que toute tentative de transformation sociale doive être observée dans la pratique pour déterminer si elle constitue un pas dans la direction souhaitée par la population locale dans son ensemble ou si elle correspond simplement au maintien du statu quo voire à une détérioration supplémentaire de la démocratie. Il est nécessaire de voir à quoi correspondent concrètement les slogans des politiques actuelles de développement, par exemple les notions de démocratie, gouvernance, société civile, etc., en faisant apparaître les formes véritablement autonomes de mobilisations populaires. On ne saurait comprendre et analyser les modèles globalisés du développement sans rendre compte des formes locales territorialisées de l’exercice du pouvoir.

Bibliographie

BADRAN, Margot
1998 : « Unifying Women: Feminist Pasts and Presents in Yemen »,
Gender & History, volume 10, n° 3, November, p. 498-518.

BALANDIER, Georges
1995 : (1e édition 1967), Anthropologie politique, Paris, Quadrige/Presses Universitaires de France.

CARAPICO, Sheila
1998 :
Civil society in Yemen. The political economy of activism in modern Arabia, Cambridge, Cambridge University Press.

DE REGT, Marina
2003 :
Pioneers or Pawns? Women Health Workers and the Politics of Development in Yemen, (Thèse de doctorat en anthropologie), Universiteit van Amsterdam.

DRESCH, Paul
1993 :
Tribes, Government, and History in Yemen, Oxford, Clarendon Press.

ESCHER, Hermann A.
1982 : « Considérations sur l’infrastructure du Yémen » in BONNENFANT, Paul : La péninsule arabique d’aujourd’hui, Paris, éd. CNRS, p. 7-71.

FERGUSSON, James
1994 :
The Anti-Politics Machine : “Development”, Depoliticization and Bureaucratic Power in Lesotho, Minneapolis, University Press of Minnesota.

GEERTZ, Clifford
1986 : Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, PUF (Traduction française de Local knowledge, further essays in interpretive anthropology, 1983).

GHASARIAN, Christian & al.
2002 : De l’ethnologie à l’anthropologie réflexive, Paris, Armand Colin.

AL JARBANI, Ali
2003 : « Le système des Collectivités locales au Yémen », Thèse pour le doctorat en droit, Université de Droit, d’Economie et des Sciences, Faculté de Droit et de Science Politique, Université d’Aix-Marseille.

JOLY, Odile
2003 : « Dynamiques locales autour des activités initiées par un projet de développement à Mokha, au Yémen, de 1997 à 2002 », Mémoire de DEA, sous la direction de Jean Copans, EHESS.

AL‑KALDY, Abdel-Aziz
1997 :
Cost sharing and exemption policy for the very poor in the district of al‑Mokha, a research study for the degree of B.Sc in health, Dr Amin Nasher Institute, Aden, unpublished document in Arabic.

MENELEY, Anne
1996 :
Tournaments of values, Toronto, University Press of Toronto.

MUNDY, Martha
1995 :
Domestic Government. Kinship, Community and Polity in North Yemen, Londres, New-York, I.B. Tauris & Co Ltd.

OLIVIER DE SARDAN, Jean-Pierre
1995 : Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala.

AL‑SORORI, Abdul-Wahed
1998 :
Base-line study of the health situation in the district of al‑Mokha, carried out for the ‘Mokha Integrated Health Development Project’, unpublished document, Sanaa

SWAGMAN, Charles F.
1988 :
Development and Change in Highland Yemen, Salt Lake City, University of Utah Press.

UNICEF
1998 : World Bank, and Radda Barnen, in partnership with the Government of Yémen,
Children and Women in Yemen. A Situation Analysis.

Notes

1 Cette analyse a fait l’objet d’un mémoire de DEA (Joly, 2003). Le Projet avait été lancé par l’ONG suédoise Rada Barnes.

2 « Confederation of Yemeni Development Associations (C. Y. D. A.) ».

3 Carapico, 1998, p. 115.

4 Carapico, 1998, p. 122.

5 Local Councils for Cooperative Development.

6 Carapico, 1998, p. 118.

7 Al‑Jarbani, 2003, p. 150-206.

8 Ces données proviennent d’entretiens avec diverses personnalités de Mokha, dont certains membres de l’ancienne association, et de discussions informelles avec les habitants.

9 District administratif du gouvernorat de Taez, la mudīriyya de Mokha est située au sud de la Tihama ; la ville de Mokha, port de pêche et de contrebande, compte environ 50 000 habitants au recensement de 1994 (Central Statistical Organisation, 1996).

10 Le terme de développement dans les discours locaux renvoie aux aspirations des gens à une satisfaction des besoins considérés par eux comme essentiels et considérée comme un « progrès », ainsi qu’à l’infrastructure mise en place pour y contribuer.

11 Les noms des acteurs figurant dans l’article ont été changés.

12  La population peut décider de ne plus recourir à leurs services si leur conduite est désapprouvée socialement. Elle peut également porter plainte auprès du directeur de district (‘mudīr nāhyya’) contre le shaykh.

13 De façon un peu caricaturale, on pourrait dire qu’il suffit d’un capital permettant de se payer une escorte et une voiture pour se nommer shaykh. L’habileté fera ensuite le reste assurant le fond de roulement et le succès de l’entreprise.

14 Swagman (1988, p. 152) définit ainsi la position de shaykh, qui nous semble également appropriée pour Mokha : “There is no ideological base for the status of shaykh according to ascribed criteria as there is, for example, with major social status categories such as sayyid, qabili, or akhdam. Although it may come to appear to be an ascribed status, the higher status accorded to a shaikh is first and foremost the result of his having achieved a local reputation and title. The shaykh has in essence only the ascribed status of qabili (tribesman)”.

15 À titre indicatif, l’estimation du revenu moyen mensuel par famille dans la partie ouest du district, en 1997, était de 3520 rials, équivalant à 28 $ et donc à moins de 1$ par jour par famille (al‑Kaldy, 1997).

16 Martha Mundy (1995, p. 5-10) effectue une critique du modèle de segmentation, issu du paradigme de solidarité mécanique de Durkheim, qui est utilisé par certains auteurs, dont Paul Dresch, dans leur analyse des régions tribales du Yémen. Pour elle, le système segmentaire ne rend pas compte de la diversité, ni du recoupement des segments qui contribuent à former la totalité. Il reste cependant souvent opératoire.

17 La notion de réputation renvoie à celle de respectabilité et de statut social. La famille qui s’étend à tous les agnats issus de la même maison (bayt) doit avoir une profondeur généalogique, et une origine (asl) tribale qui sert de référent identitaire. Elle doit aussi habiter de longue date dans l’endroit et être connue de tous. La réputation de la famille qui engendre sa respectabilité est attachée au comportement de tous ses membres. Le prestige est acquis grâce à une conduite en lien aux valeurs sociales de générosité, charité, hospitalité, et à une consommation ostentatoire. Les signes extérieurs de statut sont entre autres le qat, la voiture, les gardes du corps armés, les serviteurs.

18 Pour une description détaillée du Projet, se reporter au mémoire de DEA. Cf. Joly, 2003, p. 34-43.

19 Ces conflits sont des fils conducteurs qui permettent de « pénétrer une société, en révéler tant la structure que les normes ou les codes, ou mettre en évidence les stratégies et les logiques des acteurs ou des groupes » (Olivier de Sardan, 1995, p. 177).

20 Badran, 1998, p. 507.

21 Environ trois fois l’équivalent d’un salaire mensuel moyen.

22 Al‑Sorori, 1998.

23 Le taux officiel de mortalité infantile pour le Yémen est de 83 pour 1000 (CSO, 1996).

24 BALANDIER, 1995, p. 212.

Auteur

Consultante internationale

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr