Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Chapitre 3 : ONG et pouvoir local

La société civile et le pouvoir local (résumé)

Mohammed al‑Hammadi

Texte intégral

1Le quatrième Congrès des Assemblées Locales (majâlis mahalliyya) s’est réuni récemment en se fixant pour but de favoriser « l’évolution de la décentralisation » et « la participation de la société dans le développement ». À cette occasion, on s’est interrogé sur la définition même du concept de société civile. Trois niveaux de définition ont été retenus :

  • Une définition très large : incluant toutes les organisations non gouvernementales (définition de l’Université John Hopkins).

  • Une très restreinte : ne concernant que les formes spontanées de solidarité entre citoyens (Alexis de Tocqueville).

  • Une médiane : visant toutes les organisations non gouvernementales, à l’exception des communautés à liens primaires, parentaux ou religieux (Saad al‑Dîn Ibrâhîm).

2Le concept de participation (sharâka), qui est stipulé dans la Constitution yéménite (notamment article 34) a été développé en liaison avec plusieurs autres concepts, comme la meilleure intégration des communautés marginalisées, la participation aux décisions des bénéficiaires, etc. L’accent est mis sur la nécessité d’une collaboration étroite entre société civile et pouvoir local. Cette collaboration confère la légitimité aux décisions collectives en vue de l’instauration d’un contrat social. Il faut que travaillent ensemble la société civile, le gouvernement et le secteur privé dans les affaires publiques et selon les domaines de compétences de chacun.

3Ces rôles respectifs sont bien définis sur le plan juridique dans la loi sur la décentralisation promulguée en 2000 :

  • L’État est le garant des infrastructures, il prépare l’environnement idéal à un travail de développement économique et social, en facilitant notamment l’activité des associations.

  • La Société Civile contrôle dans la transparence l’utilisation des biens publiques et la redistribution afin d’améliorer le niveau de vie des populations. De plus, elle souligne les priorités et les besoins immédiats. Les collectivités locales, élues au suffrage universel, sont dotées de pouvoirs importants.

  • Le secteur privé met en place des programmes de développement durables, des investissements à long terme dans le secteur économique. Il contribue à la fois à la création d’emplois et au développement de l’économie locale. Il a également la responsabilité de trouver un équilibre entre ses intérêts propres et l’intérêt général.

4Dans cette optique, la politique de décentralisation mise en place au Yémen vise à installer une administration dans les villages pour répondre à leurs besoins concrets, en particulier en assurant un certain nombre de services publics. De telles structures sont indispensables pour permettre à la société civile de contribuer au processus de développement. Cependant, dans la dernière période, le rôle des assemblées locales (majâlis mahalliyya) n’a pas du tout été à la hauteur des attentes.

5Dans la réalité, on fait encore face à de nombreux problèmes :

  • Les structures administratives locales, étant toutes nouvelles, ne sont pas encore connues ou reconnues par les bénéficiaires et leur fonction en tant que structures formelles n’est pas encore entrée dans les mœurs.

  • De son côté, le Ministère des collectivités locales n’a pas une bonne connaissance des ONG locales.

  • De ce fait, il y a aussi un manque de communication et de complémentarité entre les différents secteurs.

  • En raison des structures traditionnelles de la société, on privilégie encore trop les liens personnels et familiaux dans la sphère publique par rapport aux liens institutionnels. Cela engendre le clientélisme.

Auteur

Représentant du Ministère des Collectivités Locales, Sanaa

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540