Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Chapitre 2 : Société civile et changements sociaux

Les associations rurales dans la région de la Hugariyya (résumé)

Basim al‑Hagg et Maggy Grabundzija

Entrées d'index

Texte intégral

1Les auteurs présentent une étude faite sur six associations rurales de la région de Hugariyya, près de Taez. Cette région a été choisie car le phénomène associatif y est ancien, il remonte à bien avant 1962. Il y existe une forte tradition d’entraide et de bénévolat. La population donne volontiers de l’argent pour des œuvres caritatives ou de développement : construction de routes, d’écoles et d’hôpitaux. Les gens s’intéressent plus qu’ailleurs à la vie publique, à la culture et à la politique. Cette région a fortement participé à la révolution du 26 septembre.

2L’échantillon de ces six associations a été choisi pour étudier comment elles participent au développement de la société civile, et comment elles influencent éventuellement l’évolution des conceptions de l’action associative (le nom de chaque association est suivi de sa date de création).

  • L’association caritative de Sharjab (1988)

  • L’association sociale et caritative de Dhabhān (1993)

  • L’association al‑Aghābira et al‑‘Arūq (1999)

  • L’association pour le développement social et caritatif de

  • Damlū’at al‑Salū (1999)

  • La caisse d’entraide des jeunes de Sāhira-Nashama

  • La caisse d’entraide des jeunes de Qahfa-Nashama

3Un premier survol des données concernant ces associations indique les tendances suivantes :

4On constate un développement statistique très important du nombre des associations, en particulier depuis 1975.

5Certaines associations ont succédé à des clubs ; c’est l’indication d’une continuité d’activité sociale et civique depuis au moins les années cinquante.

6Il est notable que les activités de certaines associations se sont interrompues pendant la Révolution et immédiatement après, alors qu’elles étaient actives avant la Révolution, y compris en collaboration avec le gouvernement de l’Imam. C’est notamment le cas de al‑Aghābira.

7Contrairement aux années 1930 et 1950, où l’action était très politisée, dans un sens nationaliste, aujourd’hui le travail est très localisé. On peut se demander si ceci n’indique pas une régression au niveau social et au niveau moral : la motivation principale pour créer des associations serait aujourd’hui matérielle et l’augmentation du nombre ne serait pas un signe fiable de développement de la société civile.

8Certaines associations réalisent de nombreuses activités qui devraient être réalisées par le gouvernement : ceci indique bien le manque d’engagement de l’État dans cette région.

9Certaines associations, dont les deux dernières font partie, refusent tout enregistrement officiel. Cela semble lié principalement à la crainte de la politisation de l’association, crainte qui est systématiquement associée à cet enregistrement. Pourtant, malgré des moyens très limités et la jeunesse des membres, ces associations ont à leur actif de nombreuses réalisations, notamment dans l’aide aux jeunes à poursuivre leurs études.

10Ces associations prennent des formes encore très traditionnelles, par leurs aspects caritatifs et religieux. En revanche, par leur mode de fonctionnement (élections internes, statuts, etc.), elles présentent un coefficient important de modernité. Elles restent cependant fragiles, car elles dépendent principalement de dons privés et n’ont pas de supports externes ; leurs bureaux n’ont pas les capacités et les moyens de communication nécessaires à la présentation de projets à des bailleurs externes.

11En ce qui concerne l’État, il les soutient très peu, ce qui pourrait s’expliquer par le fait qu’elles sont « trop » actives ou engagées (certaines travaillent aussi sur les droits de l’Homme, ou sont animées par des militants de partis d’opposition). Même si cette étude en est encore à ses débuts, elle montre que, dans une certaine mesure, et chacune à leur manière, ces associations participent au développement démocratique du Yémen.

Les associations dans la région de la Hugariyya

Les associations dans la région de la Hugariyya

Table des illustrations

Titre Les associations dans la région de la Hugariyya
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1335/img-1.png
Fichier image/png, 219k

Auteurs

Militant à l’Observatoire des Droits de l’Homme

Doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris (EHESS), CEFAS, Sanaa

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr