Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Chapitre 2 : Société civile et changements sociaux

Les jeunes et la société civile (résumé)

Intilaq al‑Mutawakkil

Entrées d'index

Mots clés :

association, jeunesse

Texte intégral

1La révolution de 1962 a apporté au Yémen d’importants changements politiques, économiques, sociaux et culturels, mais de nombreux blocages ont freiné les expériences associatives, notamment d’incessants conflits intérieurs. Ainsi, les conseils municipaux et locaux restèrent-ils inactifs et soumis à la tutelle de l’État jusqu’à la Réunification.

2Depuis l’unification du Yémen, avec la légalisation des partis politiques, la naissance d’organisations de Droits de l’Homme, de syndicats, d’associations caritatives et de coopératives, on assiste également à l’émergence d’associations de jeunesse. Or ces jeunes, qui ont souvent fait des études secondaires et universitaires, sont particulièrement touchés par le chômage.

3Si l’ONU définit la catégorie des jeunes comme les « 15‑24 ans », le Ministère de la jeunesse et des sports yéménite retient les « 18‑30 ans », définition avec laquelle sont d’accord la majorité des juristes yéménites. L’Association yéménite pour le Planning Familial donne une définition plus floue, à savoir, pour l’âge le plus bas, « la puberté ».

4Dans le « monde arabe », en 2000, sur environ 300 millions d’habitants, les jeunes étaient 58 millions. Au Yémen, ils représentent 48 % de la population et seulement 7,55 % d’entre eux sont actifs. Leur participation varie selon les domaines.

5Dans le domaine de l’éducation, le pourcentage de filles reste faible. Le nombre d’étudiants dans les campagnes est très inférieur à celui des villes, le taux d’enfants non scolarisés atteint environ 38,4 % ; 22,8 % pour les garçons et plus de 56 % pour les filles. Environ 43 % quittent l’école avant le lycée.

6En ce qui concerne la santé, il n’y pas de programmes sur le contrôle des naissances ni sur la prévention du HIV.

7Dans le domaine économique, 20 % seulement des jeunes sont qualifiés.

8Sur le plan politique, bien qu’ils représentent la grande majorité de l’électorat, les jeunes ne croient pas en l’action politique ni en la démocratie et connaissent un dramatique vide intellectuel.

9Après un rappel des organisations de jeunes qui sont liées à l’État, comme le mouvement des Scouts et des Éclaireurs, et les mouvements de jeunes qui sont liés aux partis ou courtisés par eux, comme l’Union des Étudiants Yéménites, l’auteur fait un premier examen d’un échantillon de plusieurs associations dont certaines sont classées comme « indépendantes » et d’autres comme « soutenues par l’étranger » : le « Centre de Développement des Jeunes » de Taez, l’association de la « Société Électronique » de Taez, l’« Organisation de Développement des Jeunes Leaders » de Sanaa (dont l’auteur est présidente), et l’association « Allez, Vive les Jeunes » qui se distingue par son refus de tout enregistrement officiel.

10L’auteur examine également le groupe « Sunna‘ al‑Hayât » (« Les Maîtres de leur vie »), groupe inspiré par le prédicateur religieux moderniste égyptien Amru Khaled. Enfin, la jeunesse ne semble pas entretenir de relations privilégiées avec la structure tribale, qui est sans doute trop conservatrice pour lui faire la place qui lui revient, sauf peut-être dans le domaine des associations sportives, où certains shaykhs revendiquent un certain leadership.

11En résumé, les organisations de jeunes sont de plus en plus courtisées.

12Les tentatives d’instrumentalisation de la part des partis, en particulier du parti au pouvoir et par les services de sécurité qui souhaitent les contrôler, et ce malgré l’existence d’une charte de bonne conduite dans ce domaine.

13Le manque de moyens financiers, qui est encore plus criant pour la jeunesse que pour d’autres secteurs de la population. Elles doivent pourtant tenter des opérations d’autofinancement.

14Certes, les financements extérieurs sont difficiles à obtenir par des organisations de jeunes qui sont peu expérimentées, et parfois peu adaptées ; mais le fait que ces acteurs extérieurs n’aient pas forcément les mêmes priorités que celles définies par l’État ne devrait pas autoriser à les rejeter.

15Les jeunes femmes semblent occuper une part croissante dans l’animation des organisations de jeunes, ce qui est un bon signe pour l’avenir.

Auteur

Présidente du Centre International de Communication des Jeunes Filles, Sanaa

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540