Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Chapitre 2 : Société civile et changements sociaux

Les associations et la promotion de la cause des femmes (résumé)

Bilqis Abu Osbaa

Indexeinträge

Mots clés :

genre, développement, association

Volltext

1La publication du 10e rapport du Programme des Nations Unies pour le Développement Humain en 1995, déclare que la réussite des actions de développement nécessite la participation conjointe des hommes et des femmes. Depuis, la communauté internationale s’est efforcée de promouvoir la question du genre et d’améliorer la situation de la femme en élargissant ses opportunités d’action dans le domaine du développement ainsi que politique. L’émergence, puis la multiplication des associations de la société civile, et tout particulièrement des regroupements féministes, ont permis l’activation du rôle de la femme dans la société et son renforcement dans les domaines économique, social et politique.

La formation historique des organisations de la société civile au Yémen et ses liens avec la question de la femme

2Les associations se développent au Yémen dès le début du xxe siècle, en lien avec la lutte contre la colonisation au Sud et contre l’Imamat au Nord, puis plus tard dans les années 1960 dans le contexte de division et de formation nationales. Depuis 1990, et jusqu’en 2003, les associations ont connu un essor majeur : d’environ 280, leur nombre est passé à 2780. La plupart d’entre elles consacrent leurs activités aux questions de développement en général (1242 associations), au développement social et coopératif (661), ou encore au développement des femmes et de la famille (96).

Le poids des associations actives dans le domaine du genre

3Le rapport du Réseau Arabe de 2004 souligne la multiplication des associations féminines dans le monde arabe, et tout particulièrement dans la République d’Égypte, qui arrive en tête avec 200 organisations de femmes, suivie de près par la République yéménite, qui affiche un total de 171 organisations. Viennent ensuite les royaumes de Jordanie et du Maroc, alors que le Qatar, le Koweït et les Émirats Arabes Unis arrivent en dernière position. Malgré la présence d’associations féminines, les statistiques révèlent leur incapacité à attirer et faire participer les femmes aux décisions et aux activités qui y ont lieu. L’analyse nous indique que les inégalités persistent au niveau du nombre d’adhérentes, de leur contribution aux comités d’administration et de direction, et des fonctions et salaires qui leur sont assignés. Dans l’ensemble, la réussite des femmes au sein de ces organisations est très réduite par rapport à celle des hommes, et cela pour différentes raisons : la compréhension imparfaite des objectifs de ces organisations, l’attitude négative de la société par rapport aux activités associatives et l’absence d’appréciation du nécessaire partenariat entre hommes et femmes dans la résolution des questions de genre.

Le rôle de ces associations dans l’activation de la question de la femme

4Les études sur la situation de la femme yéménite dans les associations de la société civile nous indiquent que leur participation à ces activités associatives est affectée par de nombreuses causes. Tout d’abord, il convient de noter la faiblesse du nombre de femmes par rapport au nombre total de membres, et tout particulièrement au niveau des fonctions de responsabilité administrative et exécutive. Au niveau de la répartition géographique, l’adhésion des femmes aux organisations traitant la question féminine est en progression à Sanaa, ainsi que dans les capitales des gouvernorats du Hadhramawt, de Taez, d’Aden, de Ibb, d’Abyan, du Lahj ou de Mahwit. Elle reste cependant très limitée et fragile dans les gouvernorats de Mareb, Shabwa, Mahra, Amran et Hodeida. En ce qui concerne la division du travail, les femmes sont assignées à des activités traditionnelles (couture, broderie, ménage, élevage du bétail, poterie, etc.). La question de l’indépendance des associations se pose également, alors que la plupart restent liées à l’État ou à de grands partis politiques.

5En ce qui concerne la participation des femmes à la vie politique, leur taux de participation aux élections parlementaires et locales a très nettement progressé (1993 : 18 %, 1997 : 27 %, 2003 : 42 %), alors que le taux de candidatures féminines a connu un recul majeur : de 42 candidates aux élections de 1993, leur nombre s’est réduit à 23 en 1997 pour arriver à 11 en 2003. Au-delà de ce fait, c’est leur présence dans l’enceinte même du Parlement qui a rapidement régressé : alors que la chambre basse de 1990 rassemblait 10 femmes (qui avaient été nommées), seulement deux élues sont reconduites en 1993 sur un total de 301 membres, de même en 1997. Le parlement actuel, élu en 2003, n’est composé que d’une seule élue. De plus, la femme est quasiment absente des prises de décisions centrales dans les partis politiques et de leurs instances de direction.

6Ces dernières années, certaines organisations de la société civile se sont investies au sujet de la protection de la femme, à l’intérieur même du domaine de la défense des Droits de l’Homme ; le poids de ce genre d’activités s’est accru avec la progression des financements étrangers. Cependant, pour l’instant, les résultats de l’étude soulignent l’absence de prise en considération par les partis politiques des difficultés pour la femme de devenir candidate.

Les manières d’activer le rôle de ces associations par rapport à la question de la femme

7Malgré les attentes portées sur ces organisations pour soutenir les milliers de femmes marginalisées, mais aussi pour réaliser la justice et promouvoir la démocratie et les Droits de l’Homme, il semble que ces structures restent bloquées dans les sociétés arabes par une culture masculine machiste qui empêche aux femmes d’obtenir leurs droits. Afin que les associations de la société civile réalisent leur rôle vis-à-vis de la question de la femme, il est nécessaire de mettre en place un environnement qui leur soit favorable et qui soutienne ces actions. Les pays doivent entreprendre des réformes à différents niveaux afin de permettre ce développement tant espéré, et cela doit se faire avec la participation de tous les citoyens.

Autor

Professeur au Département de Sciences Politiques, Université de Sanaa

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen

Printversion

amazon.fr