Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Chapitre 2 : Société civile et changements sociaux

La société yéménite entre politisation de la tribu et marginalisation des ONG (résumé)

Mohammed al‑Zahiri

Indexeinträge

Volltext

1Au Yémen, la tribu a un statut éminemment politique. En témoignent ses différentes fonctions et missions, comme la défense et la protection de ses membres vis-à-vis de l’État, son poids en tant que force d’opposition, ou encore l’influence qu’elle exerce sur les décisions politiques. La diversité sociale et politique des populations qu’elle recouvre peut être considérée comme une contribution au pluralisme politique. De plus, la solidarité tribale s’avérant être un puissant élément de mobilisation, les tribus ont attiré à elles certains partis politiques (notamment islamistes et nationalistes arabes), donnant lieu à des alliances particulièrement profitables à ces derniers, notamment lors des élections législatives de 1993. De son côté, le système étatique emprunte à la tribu tantôt ses capacités d’arbitrage et tantôt ses caractéristiques patriarcales et arbitraires.

2Par ailleurs, même si la tribu cultive certains aspects négatifs (affiliation par voie de parenté, alternance politique par la violence, et distance vis-à-vis de la Constitution), la tribu peut être rapprochée des institutions de la société civile. Elle représente en effet une protection, pour ses membres mais également au-delà, contre la répression politique ou comme forme d’entraide pour pallier l’absence de l’État dans certains secteurs, comme l’éducation ou la justice. On peut donc définir la tribu comme un « équivalent fonctionnel » d’institutions de la société civile et de la société locale. Elle se charge de missions de la société civile parce que cette dernière, dans son acception moderne, n’existe pas, ou parce que ses institutions sont trop faibles. La tribu pallie les carences des partis politiques qui, trop préoccupés par leurs objectifs électoraux, délaissent les questions économiques, sociales ou culturelles.

3L’examen du rôle de la tribu dans la vie politique et sociale au Yémen permet donc de proposer une alternative à un modèle de civilisation moderne qui serait fondé sur l’idée qu’il faut détruire l’« ancien » avant de bâtir le « nouveau ». En fait, ce dernier est encore mal adapté aux réalités sociales et culturelles.

4Le fait que les chefs tribaux ne cherchent pas — contrairement aux chefs de partis — à conquérir le pouvoir suprême leur confère une position d’interlocuteurs privilégiés et d’intermédiaires avec les dirigeants politiques. Il semble ainsi que puissent se maintenir certains éléments positifs du passé qui peuvent être très profitables à la société contemporaine.

5Cependant, la bonne réalisation de ce modèle alternatif engage une responsabilité importante de la part de l’État. En effet, si le Pouvoir brandit aujourd’hui la tribu comme un élément de la spécificité culturelle du Yémen, il faut bien avoir conscience que cette spécificité ne l’est guère que par défaut : en l’absence d’une société civile moderne qui pourrait prendre sa place, cette « spécificité » risque de légitimer l’état actuel de sous-développement du pays et finalement ne servir qu’à assurer au Pouvoir son propre maintien.

Autor

Professeur au Département de Sciences Politiques, Université de Sanaa

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540