Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Chapitre 2 : Société civile et changements sociaux

Société yéménite, modernité et citoyenneté (résumé)

Raufa Hassan

Entrées d'index

Texte intégral

1Comme la plupart des sociétés arabes, la société yéménite est construite autour de relations traditionnelles, familiales, tribales et religieuses à forte domination patriarcale. Grâce à la colonisation britannique et ottomane, les possibilités de fonder un État moderne ont existé au Yémen. Mais les circonstances historiques, dans les deux parties du pays, n’ont pas permis de réaliser une transformation fondamentale.

2Des concepts nouveaux ont été importés, comme l’État, la citoyenneté, les Droits de l’Homme, mais ils n’ont pas évacué les concepts traditionnels et encore moins les structures. Aussi assiste-t-on à une dualité, voire une contradiction : là encore, comme dans l’ensemble des pays arabes, les Yéménites parlent de Droits de l’Homme mais ne les mettent pas en pratique. L’individu est « moderne » par sa profession et son style de vie de consommation, mais il reste « traditionnel » dans ses appartenances tribales et religieuses, voire sa dépendance politique. Face au changement social, il reste plutôt conservateur, prend de préférence parti contre l’inconnu ou l’inhabituel, et en particulier vis-à-vis du statut des femmes de sa famille.

3Ainsi, la perpétuation de la famille élargie et de la tribu offre-t-elle toujours des structures de base pour un État qui se construit lui aussi de manière autoritaire. Le patriarcalisme lui-même a évolué vers un « néo-patriarcalisme ».

4Au Nord comme au Sud, les élites modernistes ont créé un État-nation qui se voulait conforme à un modèle européen dominant. Mais en réalité, elles n’ont fait que reproduire les structures anciennes. Même les élections et l’exercice du droit de vote n’ont pas abouti à une véritable démocratie, comme on le voit en particulier pour les femmes, dont la dépendance reste entière vis-à-vis des structures de pouvoir masculines dominantes. De ce point de vue, tous les concepts modernes présents dans la constitution yéménite, comme la démocratie et la citoyenneté, restent lettre morte.

5Pour sa part, l’État, étant confronté à des groupes claniques, tribaux et confessionnels, ne peut pas s’adresser directement aux individus pour s’assurer leur allégeance « nationale », ni remettre en cause ces relations sociales et politiques qui restent avant tout autoritaires.

6Pourtant, dans les villes, une société moderne semble apparaître, sous l’influence multiple de la migration rurale, du développement économique capitaliste et de l’éducation. Dans ce contexte, la famille nucléaire tend à se substituer à la famille élargie. La généralisation de l’éducation des filles représente également un changement très important. Certaines bases sont donc posées pour que puisse apparaître dans l’avenir un véritable État-nation, même si de nombreuses résistances des structures traditionnelles sont prévisibles. La naissance d’une société civile moderne, comme « troisième secteur » entre le privé et le public, laisse également espérer de tels développements.

Auteur

Universitaire, Présidente de la Fondation de la Planification des Programmes de Développement

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr