Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Chapitre 1 : Histoire

L’expérience des associations coopératives de développement (résumé)

Ahmed al‑Harbi

Entrées d'index

Texte intégral

1C’est au regard de l’existence d’une coopération organisée au niveau local que l’on peut parler, au Yémen, de société civile. Cette coopération existait de manière traditionnelle dans la société villageoise : entraide dans le travail agricole et la construction et collectes financières de solidarité permettaient d’assurer la survie économique de l’individu. À un niveau plus élaboré, les actions caritatives, souvent pieuses, assuraient des services publics comme la prise en charge des orphelins ou le dépôt de jarres d’eau sur les chemins (sabīl). Dans la région de Taez, ce type d’entraide traditionnelle évolua rapidement après la Révolution de 1962, avec de nombreux projets de développement financés par des émigrés de retour au pays et l’apparition de « comités populaires » (lijān sha’biyya).

2L’apparition des Comités de Développement Local peut être datée de 1964, lorsqu’un émigré natif de Taez, Ahmad ‘Abduh Sa’īd, revenant d’un long séjour aux États-Unis, fit connaître le mouvement « Aide-toi toi-même », clairement inspiré d’un modèle anglo-saxon. Trouvant des partisans dans cette région riche en traditions d’entraide, l’idée se propagea rapidement, et ses promoteurs réussirent à convaincre les dirigeants de l’État de financer, sous conditions, des Comités de Développement Civil (Hay’āt al‑Tatwīr al‑Ahlī).

3Un Comité de Développement fut d’abord créé à Taez, menant son action en matière d’éducation, de santé, d’accès à l’eau, de construction de routes. Ce modèle s’étendit très rapidement à la Hugariyya, Hayfān et Rāhida. Par la suite, des comités locaux furent créés sur le même modèle dans d’autres villes du Yémen : il y en avait 28 en 1972. Le succès des comités locaux était mesurable à leur action dans les villages les plus reculés. Ils étaient soutenus par de nombreux bénéficiaires, et financés par l’argent de Yéménites émigrés, ainsi que par des organisations humanitaires internationales. Il s’agissait donc d’une dynamique tout à fait nouvelle par rapport aux formes traditionnelles de solidarité.

4Bien que l’État se fût lui-même engagé dans le développement de comités de développement gouvernementaux concurrents, les Comités Civils réussirent à obtenir le maintien de son soutien financier. Ils s’étaient imposés comme un pont entre la société et l’État, lequel, sous leur pression, commença à s’engager dans la lutte pour le développement. Ils contribuèrent ainsi au renforcement de la démocratie sociale, de la participation populaire, voire à la lutte contre la corruption.

5Dans l’enthousiasme de la réussite, un premier Congrès des Comités Civils s’ouvrit en juin 1973 avec le soutien de nombreux intellectuels et en présence de certains dirigeants politiques de premier plan (dont Ibrahīm al‑Hamdī, qui allait bientôt devenir président de la République). Les comités furent rebaptisés Comités de Coopération Civile et de Développement (hay’āt al‑ta‛āwon al‑ahlī wa-t-tatwīr). Il s’agissait de coordonner l’action des comités locaux et d’établir des règles formelles d’élection et de fonctionnement qui seules pouvaient en garantir le caractère démocratique. Cet effort d’organisation se poursuivit lors des deux Congrès suivants, formant ainsi l’Union (Ittihād) des Comités de Coopération. À la fin des années soixante-dix, des comités furent également constitués dans le domaine de la production industrielle.

6Mais dès le troisième Congrès, en 1975, le dynamisme des comités civiques ne faisait que mettre en évidence l’échec des comités gouvernementaux. Cette comparaison inévitable provoqua le début d’une rupture fondamentale entre l’État et l’Union des Comités de Coopération. La loi, promulguée en 1975, reconnut l’existence des comités, et leur conféra de nouvelles ressources financières. Mais simultanément, cette loi permettait au gouvernement de contrôler leurs activités, limitant ainsi leur efficacité et portant atteinte à leur légitimité. La loi de 1978 créant les municipalités locales allait ouvrir la voie à la reprise en main de l’Union par l’État (au début des années quatre-vingt).

Auteur

Chercheur indépendant en sociologie, militant de la société civile

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540