Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Introduction

La réalité des organisations civiles au Yémen

Fuad al‑Salahi

Texte intégral

1La société civile au Yémen, comme la société civile dans le monde arabe en général est encore très peu étudiée. Il faut souligner qu’elle est le résultat de l’influence de la mondialisation sur le Yémen, et de la même façon, son étude doit passer par l’intégration des concepts apportés par cette mondialisation dans les pays pauvres.

2La société yéménite, traditionnellement connue pour ses mécanismes de coopération, a connu diverses expériences d’actions associatives depuis 1962 jusqu’à nos jours, en passant par l’Unification du Yémen en 1990.

31/ Il convient de définir les concepts désignant la société civile. Au-delà de l’expérience des associations coopératives de développement des années soixante-dix, il convient de distinguer une société civile traditionnelle (ahlī) et une société civile moderne (madanī). Sociologiquement, cette dernière ne peut se développer qu’avec l’épanouissement des classes moyennes, éduquées et dynamiques. Parallèlement, il convient d’insister sur le rôle de développement des organisations de la société civile, rôle politique que l’on peut mettre en parallèle avec l’échec des intellectuels arabes à proposer une alternative aux pouvoirs autoritaires.

42/ Du point de vue historique, on peut distinguer grossièrement trois grandes phases de développement de la société civile :

  • La première phase, avant la Révolution au Nord et l’Indépendance au Sud qui visait d’abord à construire un état moderne.

  • La seconde phase, jusqu’à l’Unité (en 1990) dont les associations eurent surtout un rôle de développement.

  • La troisième phase, depuis 1990 qui a vu la reconnaissance par l’État du pluralisme politique, et par conséquent également du droit d’organisation en association, ce qui a permis un développement important, quantitatif et qualitatif, des ONG au Yémen.

53/ La troisième période en particulier se caractérise par des organisations à thèmes très nouveaux, comme la défense des Droits de l’Homme, les organisations féministes, la défense des réfugiés, l’environnement, etc.

64/ Les ONG sont réparties de manière inégale dans les gouvernorats du Yémen, et de même certains thèmes sont mieux représentés dans certains gouvernorats que d’autres : par exemple, les ONG de développement sont nombreuses dans les régions rurales, tandis que les ONG de défense des Droits de l’Homme sont surtout présentes dans les grandes villes, et encore plus dans la capitale, Sanaa. De même, la participation des femmes est inégale en fonction de ces critères et d’autres critères d’ordre sociologique.

75/ On peut classer les ONG selon leur domaine d’activité principal :

  • Services sociaux

  • Développement social

  • Défense des droits

8Ce classement ne préjuge pas de certains recoupements.

96/ Il convient de s’interroger sur le degré de modernité existant dans le développement des ONG : leur degré d’institutionnalisation et leur organisation interne. Ainsi, on s’aperçoit que le manque de démocratie interne et la personnalisation à outrance de certains leaderships reflètent plus le fonctionnement d’organisations communautaires traditionnelles que d’organisations civiles modernes. On y trouve d’ailleurs souvent des structures tribales qui sont à peine recouvertes d’oripeaux modernes.

107/ Il convient de souligner que les nouvelles valeurs politiques importées de l’étranger ont une réelle influence sur la vie associative au Yémen, même si l’introduction de ces valeurs nouvelles est souvent passée par les organisations officielles, en particulier avant l’Unité. Un autre fait majeur est, depuis les années quatre-vingt-dix, la démission de l’État devant les enjeux du développement économique et social, qui a permis à beaucoup d’ONG de s’engouffrer dans l’action, avec le soutien des bailleurs de fonds étrangers. Mais au total, il y a indéniablement l’adoption de nouveaux comportements politiques qui sont bien en rupture avec les comportements politiques traditionnels. Cependant, on ne peut que remarquer que le développement de la société civile (partis, associations, etc.) n’est pas aussi rapide que l’intégration du Yémen dans le système économique capitaliste mondial, ce qui tend à créer une dualité entre comportements modernistes et comportements traditionnels.

118/ Les relations entre la société civile et l’État restent marquées par une grande dépendance de la première par rapport au second (sur le plan juridique, financier et politique).

129/ L’allègement de la pauvreté doit être considéré comme un des droits humains fondamentaux. Or, il faut remarquer que l’État tend à recouvrir les structures de pouvoir et les inégalités traditionnelles par un discours libéral, alors que le niveau réel du développement humain est en train de baisser. La phase actuelle se distingue donc par un caractère transitoire, où le traditionnel et le moderne se mêlant intimement, sont à l’évidence des sources de déséquilibre.

1310/ Les difficultés sont à la fois externes, comme :

  • les carences du cadre juridique du droit d’association

  • la faiblesse des classes moyennes

  • la tendance à la politisation des ONG

  • le manque de soutien de l’État aux organisations de la société civile

  • les aspects négatifs des financements étrangers, parallèlement à leurs aspects positifs

  • faiblesse de la culture associative

  • survivance des concepts traditionnels de l’action sociale et politique

  • etc.

14Et internes, comme :

  • le manque de cadres

  • la personnalisation des leaders

  • la faiblesse des capacités administratives

  • la compétition entre associations

  • le manque de coordination des ONG entre elles

  • la concentration des ONG dans les villes et leur absence relative dans les campagnes

  • le manque de transparence

  • etc.

Auteur

Directeur et Professeur au Département de Sciences Sociales, Université de Sanaa

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540