Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Introduction

Vers un débat mondialisé sur la démocratie dans le monde arabe

Sarah Ben Nefissa

Texte intégral

1Le développement de la société civile dans le monde arabe soulève trois questions fondamentales :

  • Quelles sont les causes politiques et sociales de la propagation du terme « société civile » partout dans le monde ?

  • Y a-t-il une problématique spécifique concernant la société civile dans les pays arabes ? Si oui, laquelle ?

  • Quels sont les rapports entre société civile et citoyenneté ?

2Certains chercheurs refusent d’utiliser l’expression « société civile » dans le cas des sociétés non-occidentales parce que ce terme est né à la base dans un contexte politique, culturel et social particulier, celui des sociétés occidentales. Pour sa part, le politologue français Michel Camau considère que l’entrée de l’expression « société civile » dans le dictionnaire des sociétés non-occidentales montre que celle-ci est devenue une « catégorie de l’action », autrement dit qu’elle est utilisée par les activistes à la fois pour expliquer, justifier et légitimer leur action. Plus précisément, elle renforce leur position vis-à-vis des gouvernements et des organisations internationales et bailleurs de fonds. Cette analyse n’implique pas nécessairement que la nature de la société civile dans les pays industrialisés soit la même que dans les pays en voie de développement : au contraire, la propagation de ce concept lui a ajouté une pluralité de nouvelles significations. Il faut donc revenir aux sources de son apparition en Occident, et examiner ensuite comment il s’est propagé hors de ce contexte.

3Le concept de société civile est apparu dans les pays occidentaux, notamment en France, dans les années soixante-dix avec les crises politiques et sociales dans ces pays qui se trouvaient soumis à de nouvelles formes de pression extérieure liées à la mondialisation économique. Les peuples de ces pays prenaient conscience que même s’ils pouvaient changer leurs dirigeants par le biais des élections, ces changements ne modifieraient plus leur vie quotidienne. Cette prise de conscience avait d’abord provoqué des taux massifs d’abstention lors des élections et une désaffection pour les formes classiques de citoyenneté (partis, syndicats, etc.). Ces peuples ont alors cherché de nouvelles formes de participation plus directe, pour contourner certains problèmes de la démocratie parlementaire.

4On assiste aussi à de nouvelles formes de mobilisation sociale cherchant à remédier à des problèmes de type nouveau : le chômage, l’exclusion, la marginalité. Ainsi, en France, de la « nouvelle pauvreté » : les syndicats défendent des catégories professionnelles bien définies, mais pas les chômeurs ni les marginaux. Ces nouvelles pratiques ont participé à la propagation du terme ou du concept de société civile comme un maillon intermédiaire entre l’État et les différentes composantes de la société. Sans aucun doute, les médias modernes et l’Internet (par la démocratisation de la communication qu’ils représentent) ont activement participé à ces évolutions. Le concept de société civile est né dans les milieux académiques et scientifiques avant d’être utilisé dans les mouvements sociaux. Ce processus est d’ailleurs similaire à l’apparition des sciences sociales et politiques modernes qui étaient nées, dans les pays occidentaux, sous l’influence des changements politiques et sociaux au xixe siècle : croissance du capitalisme, révolution industrielle et apparition du concept d’État–Nation.

5Dans les pays arabes, la problématique est différente : la société civile n’est pas née pour amender les défauts de la démocratie libérale mais pour promouvoir la démocratie et défendre les Droits de l’Homme fondamentaux, car ces derniers n’étaient même pas assurés. La problématique des ONG est donc politique. De ce fait, les associations caritatives se sont rapidement politisées, que ce soit du fait des oppositions (notamment les associations islamiques), ou du fait des régimes en place qui y voient une source de légitimation. Dans beaucoup de pays, on constate que les ONG sont plus fortes que les partis. Ceci est apparu encore plus clairement depuis le 11 septembre 2001, en particulier avec le mouvement Kifâya en Egypte.

6Un autre phénomène important est l’établissement en cours de réseaux entre ces ONG, seuls capables de produire une vision alternative crédible au discours occidental comme à celui des régimes arabes autoritaires. Cette mise en réseaux augure bien de ce que l’on pourrait appeler un « débat mondialisé » autour de la démocratie dans le monde arabe.

Auteur

Chercheur à l’Institut de Recherche et de Développement, Le Caire

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr