Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Préface

Ahmed Jaber Afif

Texte intégral

1Au Yémen, la société civile est née récemment, vers le premier tiers du xxe siècle. Les premières coopératives et caisses d’entraide sont apparues à Mukalla et à Seyyoun, sous l’influence de l’émigration hadramie en Asie du Sud-est et en Afrique. Puis, à la fin de la deuxième guerre mondiale, les premiers syndicats de travailleurs, et les premiers journaux émergèrent à Aden. C’est à travers ces deux expériences qu’ont commencé à poindre des modes d’organisation dynamiques, caractéristiques d’une société civile moderne, à savoir : les associations populaires, le mouvement syndical, les partis et la presse.

2Au Yémen du Nord, sous la férule de l’Imam « mutawakkilite », les associations et les mouvements civiques étaient clandestins : pour l’Imam, ils représentaient une « bande impure inspirée par le Diable ». Aussi, leur influence était-elle très faible, et ils se heurtaient à une société traditionnelle marquée par le tribalisme et l’arriération et refusant toute modernité. Pourtant, la société civile ne peut vivre et s’épanouir que dans le cadre d’une vie publique active et dans un environnement démocratique.

3Après la révolution de 1962, avec la guerre civile au Nord, et les conflits politiques qui suivirent l’indépendance à Aden, ces expériences dramatiques influencèrent négativement le développement de la société civile. C’est seulement dans les années soixante-dix qu’apparaîtront les coopératives de développement, phénomène social de grande importance qui mériterait encore bien des études. Avec l’Unité du Yémen, nous sommes entrés dans une période de changements considérables qui continue encore aujourd’hui.

4La Table ronde organisée par le Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa, la Fondation Friedrich Ebert et la Fondation Afif pour la Culture, en juillet 2006 fut peut-être la première à traiter de cette question d’une manière objective. Certes, il s’est tenu des dizaines de colloques, et de nombreux livres ont été publiés sur ce sujet. Cependant les communications qui ont été présentées à la Table Ronde, et qui sont réunies dans ce livre par le CEFAS et la FES, représentent pour la première fois une somme, élaborée dans un esprit scientifique. La publication de ces études permet de faire connaître les aspects positifs et les expériences de ces mouvements civiques à un nouveau public de lecteurs.

5Pour se moderniser, la société civile traditionnelle (ahlī), qui comprend des tribus très vivaces et des liens sociaux contraignants, doit subir une réelle transformation et ce, grâce à un développement économique, social et culturel. Cette transformation lui permettrait de devenir une société civile (madanī) alternative liée à une éthique professionnelle, à des intérêts partagés et à une force de conviction, plutôt qu’à une solidarité mécanique et à une obéissance aveugle à l’État. Cette Table Ronde a permis à différents points de vue l’expression d’un débat ouvert, libre mais respectueux de l’autre. Un tel débat est peut-être en soi un signe que cette société civile existe bien. La Fondation Culturelle Afif, qui a toujours milité dans cette voie, ne peut que s’en féliciter.

6Saluons aussi le rôle scientifique qu’a joué le CEFAS dans l’organisation de ces deux événements. Ce Centre publie de nombreux ouvrages dans le domaine de l’histoire, de l’art, de la littérature et de la culture qui sont d’une grande utilité pour le Yémen. Citons par exemple le livre La lumière de la connaissance, trésor découvert par l’historien Muhammad ‘Abd al‑Rahīm Jāzem, et présenté après un patient travail d’édition. Saluons aussi les recherches du directeur du CEFAS, Dr Jean Lambert, qui ont permis de mettre en lumière des pans entiers de la culture, de l’art et de la littérature yéménite.

7Que soient remerciés tous ceux qui ont participé à cette entreprise, et souhaitons qu’elle attire l’attention du monde entier sur l’expérience originale que représente la société civile au Yémen.

Auteur

Président de la fondation culturelle al-Afif

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr