Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société civile, associations et pouvoir local au Yémen

 | 
Sarah Ben Nefissa
, 
Maggy Grabundzija
, 
Jean Lambert

Avant-propos

Jean Lambert

Texte intégral

1L’idée d’organiser un colloque sur les associations au Yémen est née au Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa dès l’année 2004. Début 2005, plusieurs chercheurs se réunirent au cours de deux séminaires, et présentèrent des idées qui devaient donner naissance au Colloque de 2006. Entre temps, l’Ambassade de France avait lancé son projet FSP Gouvernance, Démocratie et Sécurité, sur lequel l’Ambassadeur de France, Alain Moureau, accepta de financer cette recherche. Qu’il en soit ici remercié.

2Le colloque fut conçu grâce à l’aide de Sara Ben Nefissa, chercheuse à l’IRD au Caire et spécialiste de la société civile dans le monde arabe. Sur place, c’est Maggy Grabundzija, doctorante au CEFAS, spécialiste des questions de genre au Yémen, qui affina le programme et s’occupa de toute l’organisation logistique. Nous nous associâmes avec la fondation allemande Friedrich Ebert, grâce à son directeur, Felix Ekenberg, avec lequel s’établit une coopération très profitable, qui dure jusqu’à maintenant. Nous nous associâmes aussi avec la fondation culturelle Afif, grâce à son président, M. Ahmed Jaber Afif, et son secrétaire général, notre ami Abd al‑Bari Taher : qu’ils en soient remerciés.

3C’est ainsi que se tint la Table Ronde du 1er au 3 juillet 2006, à l’hôtel Ramada Hadda (avec le soutien du British Council). Elle fut inaugurée par Mme Khadija al‑Haysami, Ministre des Droits de l’Homme, et M. Moureau, ambassadeur de France. Les trois jours de débats furent intenses, et marqués à la fois par des prises de positions d’activistes et par des analyses plus approfondies de chercheurs de haut niveau.

4L’édition des Actes a permis d’ajouter quelques contributions qui n’avaient pas pu être présentées à la Table Ronde, en particulier sur la décentralisation et le pouvoir local. Enfin, la contribution de Sheila Carapico et la postface de Jean Lambert tentent de faire une première synthèse de ces travaux.

5Une telle publication n’allait pas de soi, notamment sur le plan linguistique : il fallait permettre à tous de pouvoir comprendre les positions des uns et des autres, en dépit de l’obstacle des différentes langues utilisées (arabe, français et anglais). La solution qui a été choisie a été de présenter les articles en deux volumes, l’un en arabe et l’autre en français et anglais, tous deux ayant le même plan. Ainsi, pour chaque article en arabe, on trouvera dans l’autre volume un résumé en français et pour chaque article en français et en anglais un résumé en arabe. Dans les deux volumes, figure une série supplémentaire de résumés en anglais. De cette façon, tout en ayant une majorité de textes en arabe, l’ensemble est accessible aux lecteurs du monde entier.

6Pour l’élaboration finale de la Postface, je tiens à remercier pour leur relecture ou leurs suggestions : Sheila Carapico, Maggy Grabundzija, Laurent Bonnefoy, Sami Ghaleb, Juliette Honvault et pour ses conseils toujours avisés, Jamila Ali Raja.

7Pour la fabrication de l’ouvrage, je tiens à remercier : pour les résumés, Juliette Honvault, Kahyna Abdelkrim, Marine Poirier, Frederike Barthe ; pour les corrections et la mise en page, Majid al‑Madhaji, Nicolas Schmaltz et Marie-Stéphane Bonne ; pour les traductions, Fayruz Maqtari, Frederike Barthe, Kostyantyn Filonenko et Bechir Muhallal ; pour la coordination, Kahyna Abdelkrim ; et pour la gestion administrative, Felix Eikenberg (directeur de FES Yémen).

8Sanaa, le 25 mars 2008

Auteur

Directeur du CEFAS, Sanaa

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540