Version classiqueVersion mobile

Les Hiğra et les forteresses du savoir au Yémen

 | 
Ismā‘īl b. ‘Alī al-Akwa‘

Les forteresses du savoir

Texte intégral

1Les forteresses du savoir sont répandues dans toutes les autres régions du Yémen, notamment les régions chaféites mais aussi les régions hanafites. Dans leurs plaines et leurs montagnes, de nombreux villages, notamment les rubṭ al‑‘ilm, étaient consacrés à la quête du savoir. Si l’on excepte le côté politique lié à l’imamat (qui les distingue des hiğra), ils étaient, comme celles‑ci, destinés à la diffusion du savoir. Mais ils conservaient leur nom d’origine et n’étaient pas appelés « Hiğrat… ».

  • 62 Parmi ces villages, citons celui de Ḏī Asraq, dans le Wādī Nahlān, situé à environ vingt kilomètres (...)
  • 63 Il devint célèbre en 531/1136‑37. Ses compagnons lui accordèrent deux fois leur allégeance ; la pre (...)

2De nombreux savants chaféites de la ville et de la région de Zabīd se réfugièrent dans des villages lointains, dispersés dans les montagnes62, fuyant le pouvoir de ‘Alī b. Mahdī al‑Ru‘aynī al‑ Ḥimyarī63 qui tua, ainsi que ses fils, de nombreuses personnes car elles n’avaient pas la même foi (‘aqīda) qu’eux.

3Dans son livre d’histoire sur le Yémen intitulé al‑Mufīd fī aḫbār Ṣan‘ā’ wa-Zabīd, l’historien ‘Umāra al‑Yamanī évoque cet homme qu’il connaissait bien car il y avait entre eux une amitié forte et ancienne :

  • 64 ‘Umāra al‑Yamānī, Ta’rīḫ al‑Yaman, p. 236 ; al‑Arasi, Bulūġ al‑marām, p. 17 ; al‑Yamānī, Bahğat al- (...)

«Il était hanafite et prônait l’assassinat de quiconque désobéirait à Dieu et de tout musulman qui s’opposerait à ses croyances, ainsi que l’enlèvement et le viol de leurs femmes et l’asservissement de leurs enfants. Il fit de leur territoire un territoire de guerre (dār arb) dans lequel il exerçait son pouvoir sur la population »64.

4Il poursuit :

« Quand Ibn Mahdī fut fort, il s’avança avec ses hommes vers la ville de Zabīd mais il en fut détourné. Ses amis étaient tués en aussi grand nombre que les gens de Zabīd. Après soixante-douze expéditions sur Zabīd et la poursuite du siège de la ville, les habitants de celle‑ci connurent la faim, mangèrent les morts et le malheur assaillit les murs de Zabīd, Il pénétra dans la ville le vendredi 14 rağab 554/3 août 1159 et y demeura jusqu’à la fin de ce mois, puis les mois de ša‘bān et ramaḍān et il mourut au mois de šawwāl. Il avait été maître de Zabīd pendant deux mois et vingt et un jours ».

  • 65 Al‑ Ḏanabatayn : village encore habité situé au nord‑ouest d’al‑Ğanad, forteresse du savoir ; Ḏī ‘U (...)

5Après lui, son fils Mahdī b. ‘Alī b. Mahdī prit le pouvoir. Il étendit son influence jusqu’à al‑Ğanad ; il y tua beaucoup de gens et, dans la région, son combat fut sanglant. Il jeta le cadavre de la plupart d’entre eux dans le puits de la mosquée d’al‑Ğanad et incendia celle‑ci avec tout ce qui s’y trouvait : malades, handicapés, dévôts, dépôts, livres et exemplaires du Coran. Ceci se produisit le lundi 14 šawwāl 558/15 septembre 1163. Il tua des habitants d’al‑Ḏanabatayn65 après que certains de ses jurisconsultes se furent enfuis à Ḏī ‘Urākiḍ. Après ces horribles événements, il retourna à Zabīd et mourut le 1 ḏū al‑hiğğa de la même année/31 octobre 1163. Son frère, ‘Abd al‑Nabī b. ‘Alī b. Mahdī se révolta, détruisit la mosquée de Zabīd et incendia ce qui restait de la mosquée d’al‑Ğanad. Il assassina de nombreux savants chaféites. Il attaqua le village d’al‑Ḏanabatayn et tua ceux qui s’y trouvaient encore. En 559/1163–1164, il partit en direction d’Abyan, l’incendia et tua ses habitants. En 561/1165–1166, il partit vers al‑Sulaymāni, combattit et défit ses habitants. Puis il poursuivit certain d’entre eux et les assassina ; parmi eux se trouvait le grand émir Wahhās b. Ġānim ; il prit ses biens et enleva ses femmes. Un mardi, au début du mois de rabī‘ al‑awwal de l’année 561/6 janvier 1166, il envoya son frère Aḥmad b. ‘Alī b. al‑Mahdī, à al‑Ğanad ; il incendia un des centres anciens du savoir, la ville d’al‑Ğuwa, car les soldats du missionnaire (ī) ‘Imrān b. Muḥammad b. Sabā’ se trouvaient là. Comme le signale al‑Ḫazrağī dans al‑‘Asğad al‑masbūk, il reconstruisit la mosquée d’al‑Ğanad.

6Par ailleurs, le cadi Ṭāhir b. Yaḥyā al‑‘Imrānī fuit, avec sa famille, le pouvoir de la famille Mahdī al‑Ru‘aynī en partant au Ḥiğāz. Et la famille Mahdī al‑Ru‘aynī mit fin au pouvoir des cadis Banū Abī ‘Uqāma dans la Tihāma.

  • 66 Bā Mahrama, Ta’rīḫ aġr ‘Adan, II, p. 127 ; al‑Yāfi’ī, Mir’āt al‑ğinān, Ill, p. 390 (événements de (...)

7La tyrannie des Banū Mahdī al‑Ru‘aynī ne cessa que lorsque al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam Šams al‑Dīn Tūrān Šah vint au Yémen en 569/1173–1174 ; par la victoire qu’il remporta sur ‘Abd al‑Nabī b. ‘Alī b. Mahdī et son frère Aḥmad, il mit un terme à cette dynastie qui avait duré quinze ans, deux mois et vingt‑quatre jours66.

  • 67 Al‑ Miḫlāfa : village en ruine qui se trouvait à proximité d’al‑Saġādira, au sud‑ouest de Ḥağğa.

8Quand l’imam ‘Abd Allāh b. Ḥamza revendiqua l’imamat en 593/1196–1197, et prit la ville de Ḥağğa et une partie de sa région, le jurisconsulte ‘Alī b. Mas‘ūd b. ‘Alī b. ‘Abd Allāh al‑Sibā‘ī al‑Kaṯabī fuit al‑Miḫlāfa67 avec soixante de ses disciples et se dirigea vers Ḫalīfa, dans la région d’al‑Mahğam dans la Tihāma : il craignait la répression de l’imam ‘Abd Allāh b. Ḥamza contre les savants n’appartenant pas à son école après qu’il eut vaincu les mutarafides, une secte zaydite qui l’avait reconnu et soutenu lors de sa révolte. Puis, comme cela est signalé dans Ta’rīḫ Āl al‑wazīr, celle‑ci s’opposa à lui : il est dit dans cet ouvrage qu’elle le fuit à cause de son opposition envers l’imam al‑Hādī sur la question des branches de la jurisprudence. Par ailleurs, elle considérait que tous les musulmans pouvaient accéder à l’imamat ; il lui fit subir les pires maux que l’on puisse imaginer et l’anéantit.

9Le jurisconsulte ‘Alī b. Mas‘ūd resta dans la Tihāma jusqu’à ce qu’il apprenne la mort de l’imam ‘Abd Allāh b. Ḥamza en 614/1217–1218. Il retourna alors dans son village, al‑Miḫlāfa, et reprit sa vie scientifique ; des gens en quête de savoir vinrent à lui de différents endroits pour étudier et profiter de son savoir ; deux cents jurisconsultes assistaient à ses leçons. Mais il ne tarda pas à s’enfuir une nouvelle fois lorsque s’étendit l’influence de l’imam al‑Mahdī Aḥmad b. al‑Ḥusayn, le maître de Ḏī Bīn, qui revendiqua l’imamat en 646/1248–1249 jusque dans la région d’al‑ Ḥağğa. Le jurisconsulte ‘Alī b. Mas‘ūd séjourna dans son village, Abyāt Ḥusayn, dans le Wādī Surdud, autrefois dans la région d’al‑Mahğam, aujourd’hui dans la région d’al‑Zaydiyya. Il enseigna et prononça des décrets religieux jusqu’à sa mort en 650/1252–1253.

10Par ailleurs, plusieurs savants de Zabīd émigrèrent quand les souverains des Banū Rasūl instaurèrent l’hérésie (bid‘a) de la fête de la récolte des dattes (subūt al‑naḫl). Comme le mentionne Ibn Baṭṭūta dans sa relation de voyage, c’étaient des fêtes qui duraient chaque année plusieurs jours au moment de la récolte des dattes, mûres et non mûres. Les gens de Zabīd – hommes, femmes et enfants – sortaient, seuls et en groupes, dans des cortèges que précédaient les hommes montés sur des chevaux et des chameaux ; il ne restait plus aucun habitant ni étranger dans la ville de Zabīd ; on dansait et on chantait au milieu des palmiers et les gens du souk se rendaient là pour vendre fruits et douceurs.

11Chaque année, les sultans, les souverains, les princes et les hommes de la dynastie des Banū Rasūl se rendaient à Zabīd à cette occasion pour assister à ces fêtes. Dans son livre Ṣifat Bilād al‑Yaman, Ibn al‑Muğāwir rapporte ceci en se distinguant, comme à son habitude, par des histoires dont certaines ressemblent à des légendes :

  • 68 Ibn al‑Muğāwir, Ṣifat bilād al‑Yaman, l, p. 80, p. 81.

« Quand les palmiers sont vidés de leurs fruits, les petits, les grands et les vieux sortent avec les libertins et leurs tambours après avoir revêtu les chameaux d’un équipement complet de cloches et de chaînes et entouré leurs cous de voiles et de bijoux. Chaque chameau est monté par quatre personnes et d’autres, sur des litières, se dirigent vers une mosquée donnant sur le littoral. Ce lieu s’appelle al‑Fāzza ; les femmes s’y installent, sans vergogne, en se mêlant aux hommes. Ils boivents, jouent, dansent, s’agitent, etc. Ils ne se rendent dans ces lieux que deux fois par semaine : le lundi et le jeudi ; lorsqu’ils en retournent, ils pénètrent dans la ville comme un seul homme »68.

12Dans la mesure où les sultans et les souverains des Banū Rasūl encourageaient la tenue de ces fêtes annuelles dans les palmeraies (mais d’une manière différant de la version d’Ibn al‑Muğāwir), de nombreux savants de Zabīd émigrèrent, comme le rapporte l’historien Yaḥyā b. al‑Ḥusayn dans son livre Anbā’ al‑zamān, vers des endroits situés dans diverses montagnes du Yémen :

« Ont quitté Zabīd sept cents familles de jurisconsultes qui ont trouvé asile dans les montagnes comme Bura‘ et autres. Ceux qui sont partis ont désavoué ceux qui sont restés. L’un d’eux a écrit à l’un de ses proches qui n’avait pas émigré :
"Évite Zabīd et n’y met pas tes pas
Que Zabīd, mon neveu, ne t’égare pas
Tu y vois des fautes le jour du subūt
Comme celles des juifs le jour du sabat" »

  • 69 Al‑Ḫazrağī, al‑’Uqūd al‑lu’lu’iyya, I, p. 119.

13De Zabīd émigra également, vers l’Abyssinie, le cheikh et imam Abū al‑Rabī‘ Sulaymān b. Mūsā b. Sulaymān b. ’Alī b. al‑Ğawn, hanafite et ach’arite. Là‑bas, il s’installa dans un village appelé Rawn où il mourut en 652/1254–125569.

14Cette lutte partisane et la divergence de foi entre les gouverneurs et les gouvernés conduisit les savants qui le pouvaient à fuir vers des villages éloignés du pouvoir des gouverneurs. En raison de la présence des savants, ces villages se transformèrent en forteresses du savoir destinées à l’étude et à l’enseignement. Nous avons choisi d’en mentionner quelques uns ici.

Abyāt Ḥusayn

15Village en ruine qui se trouvait dans le Wādī Surdud, dans la province d’al‑Ḥudayda, à environ trois kilomètres à l’ouest de la ville d’al‑Zaydiyya. Il était peuplé par le savoir et les savants depuis le septième siècle de l’hégire/treizième siècle ; cela dura jusqu’à ce que les za’lites le détruisent en 855/1451–1452. Parmi ses savants figurent :

Ismā‘īl b. Abī Bakr b. ‘Abd Allāh b. Muḥammad al‑Muqrī al‑Šāwirī Šaraf al‑Dīn

16Savant accompli dans de nombreuses sciences, illustre dans le domaine de la jurisprudence, poète, lettré. Il naquit à Abyāt Ḥusayn au milieu du mois de ğumādā al‑ūlā 754/juin 1353 ; il y fut élevé et éduqué. Puis, il partit à Zabīd et y étudia auprès de ses cheikhs. Là, il enseigna dans la Madrasa al‑Niẓāmiyya, puis dans la Madrasa al‑Muğāhidiyya à Ta’izz. Il se distingua par les réponses qu’il donnait à ceux qui, au Yémen, suivaient Ibn ‘Arabī ; entre eux et lui éclatèrent de sévères conflits et de violentes injures. Il est l’auteur de poèmes magnifiques et, comme le mentionne al‑Ḫazragī dans la biographie qu’il a établie de lui dans Ṭirāz alām al‑zamān, il composa un poème qui fut lu à des milliers de personnes et dont voici le début :

« Souverain sublime parfait embelli de générosité
Plus riche des hommes par sa nature et ses qualités »

17Parmi ses nombreux ouvrages, le plus admirable est ‘Unwān al‑šaraf al‑wāfī ‘ilm al‑fiqh wa-l‑ta’rīḫ wa-l‑naḥw wa-l‑‘urūḍ wa-l‑qawāfī. Si on le lit dans l’ordre des lignes, c’est de la jurisprudence ; si on lit la première colonne, c’est l’histoire de la dynastie rassoulide ; si on lit la deuxième colonne, c’est de la grammaire ; si on lit les premières lignes des colonnes, c’est de la prosodie, si on lit les dernières lignes des colonnes, c’est de la science des rimes. Il mourut à Zabīd un dimanche, à la fin du mois de ṣafar de l’année 837/octobre 1433 (on dit aussi rağab/mars 1434).

Al‑Ḥusayn b. ‘Abd al‑Raḥmān b. Muḥammad b. ‘Alī al‑Ahdal

  • 70 Édité par Aḥmad Bakīr, Maṭba‘at al‑ittiḥād al‑tāmm al‑tūnisī li-l‑šuġul, 1964.

18Connaisseur du Coran et du hadith et, surtout, de la Sunna. Attirés par sa célébrité, les gens allaient apprendre auprès de lui. Sa position contre ceux qui suivaient Ibn ‘Arabī était notoire. Il composa un livre qu’il termina en 830/1426–1427 et qu’il intitula Kašf al‑ġiṭā ‘an ḥaqā‘iq al‑tawḥīd wa-‘aqā‘id al‑muwaḥiddin70. Il est aussi l’auteur de Tuḥfat al‑zamān a‘yān sādāt al‑Yaman et de nombreux autres ouvrages. Il mourut à Abyāt Ḥusayn le jeudi matin 9 muḥarram de l’année 855/12 février 1451.

Unāmir

19C’était l’un des anciens villages d’al‑‘Awādir, situé à l’est d’al‑Ğanad (a‘māl de Ta’izz). Y résidaient les savants des Banū Mufallit. Parmi eux figurent :

Ibrāhīm b. ‘Īsā b. ’Alī b. Mufallit

20Savant accompli dans le domaine des sources de la jurisprudence et ses branches. Il étudia à la Madrasa al‑Šaqīriyya à al‑Ğanad, et y resta jusqu’à sa mort, au début du mois de rabī‘ al‑awwal 690/mars 1291.

‘Umar b. ‘Alī b. Samura b. al‑Hayṯam al‑Ğa‘dī

  • 71 Édité et commenté par Fu’ād Sayyid, 1377/1957.

21Savant accompli dans le domaine de la jurisprudence, historien. Il assuma la judicature dans plusieurs endroits d’al‑Miḫlāf et fut mufti ; puis, il fut juge à Abyan et y mourut, sans doute après 586/1190–1191. Il était né à Unāmir en 547/1152–1153. Il est l’auteur de Ṭabaqāt fuqahā’ al‑Yaman wa-‘uyūn min aḫbār sādāt ru’asā’ al‑zamān wa-ma’rifat ansābi‑him wa-ma’rifat a‘māri‑him wa-waqt wafāti‑him71.

Al‑Ğa‘āmī

22Village encore habité (‘uzla de Yaris, nāḥiya de Ḥubayš, a‘māl d’Ibb). Parmi ses savants figure :

Zayd b. al‑Ḥusayn b. Muḥammad b. Maymūn al‑Fā’išī

23Savant illustre dans le domaine des lectures, du commentaire du Coran, du hadith, de la langue et autres sciences. Il se consacra à l’enseignement ; sa madrasa était située à al‑Ğa‘āmī. Sa bibliothèque comprenait plus de cinq cents ouvrages de jurisprudence. Il est lui‑même l’auteur d’un ouvrage de ce type. Il naquit en šawwāl 458/août–septembre 1066 et mourut en rağab 528/avril–mai 1134 (on dit aussi en 527/1133).

Al‑Ğuwa

24Village en ruine situé au‑dessous de Ḥiṣn al‑Dumluwa, en direction de l’est (nāḥiya d’al‑Ṣalw, a‘mal de Ta’izz). C’était une forteresse du savoir très fréquentée. Parmi ses habitants figure :

‘Abd al‑Malik b. Muḥammad b. Maysara al‑Yāfi‘ī

25Grand connaisseur du hadith, de ses voies de transmission et de ses transmetteurs.

26Il résida à al‑Ğu’a, Il enseigna, diffusa le savoir et nombreux sont ceux qui profitèrent de sa connaissance. Puis il en partit pour rejoindre le village d’al‑Qurayn, à al‑Ḥāẓina, et mourut le lundi 23 rağab 493/4 juin 1100.

Ğiyā

27Village encore habité (autrefois rattaché au mi‘šār de Ḥiṣn Ḫadid, il appartient aujourd’hui à la ‘uzla d’al‑Sadr, nāḥiya de Ḥubayš, a‘māl d’Ibb). Parmi ceux qui y enseignèrent figure :

‘Abd al‑Raḥmān b. Aḥmad b. Muḥammad b. Sālim

28Savant accompli dans le domaine des sept lectures du Coran, du hadith, du commentaire du Coran, de la langue, de la jurisprudence et de ses sources, etc. Il résida à Ğiyā, y enseigna et prononça des décrets religieux. De divers endroits du Yémen, les gens en quête de savoir se rendaient auprès de lui pour profiter de sa connaissance. Il naquit dans le village d’al‑Maḫādīr au mois de šawwāl 760/août–septembre 1359 et mourut au mois de ḏū al‑ḥiğğa 839/juin–juillet 1436.

Ḥaraḍ

29Village encore habité dans la Tihāma, au nord d’al‑Luḥayya (a‘māl de Ḥağğa). Il faisait partie des centres du savoir célèbres. Parmi les savants qui s’y trouvaient figure :

Yaḥyā b. Abī Bakr Muḥammad b. Yaḥyā al‑‘Āmirī

  • 72 Aussi intitulé Ġurbāl al‑zamān al‑muftatab bi‑sīrat sayyid walad ‘Adnān, édité et commenté par le c (...)

30Savant, connaisseur du Coran et du hadith. Il étudia et enseigna. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment Bahğat al‑maḥāfil wa-buġyat al‑amātil fī talḫīṣ al‑mu‘ğizāt wa-l‑siyar wa-l‑šamā’il, al‑Riyāḍ al‑mustaṭāba fī ğumlat man rawā fī al‑ṣaḥīḥayn min al‑ṣaḥāba et Ġurbāl al‑zamān wafayāt al‑a‘yān72. Il naquit en 816/1413–1414 (on dit aussi en 817/1414–1415) et mourut à Ḥaraḍ le 10 ğumādā al‑ūlā 893/23 avril 1488.

Ḥarf Wuṣāb

31C’était une forteresse du savoir dont il ne reste plus aujourd’hui que quelques petites maisons ; elle était située à Wuṣāb al‑‘Ālī (miḫāf de Ğa’ur, a‘māl de Ḏamār). Y résidaient les savants de la famille al‑Ḥubayšī. Parmi eux figure :

‘Abd al‑Raḥmān b. ‘Umar b. Muḥammad b. ‘Abd Allāh al‑Ḥubayšī

32Savant illustre dans le domaine du commentaire du Coran, du hadith, de la langue, des sources de la jurisprudence et de ses branches, poète, lettré, prédicateur éloquent. Il assuma la judicature dans sa nāḥiya. Puis, al‑Malik al‑Muğāhid ‘Alī b. Dāwud b. Rasūl l’appela auprès de lui en 740/1339–1340 afin qu’il enseigne dans la Madrasa al‑Mu’ayyadiyya à Ta‘izz et il y séjourna une année. Ensuite, il retourna dans son village. Il est l’auteur de Aḥkām al‑ri’āsa fī ādāb ahl al‑siyāsa et d’al‑Iršād li-l‑umarā’ wa-l‑‘ulamā’ al‑mutakassibīn wa-l‑‘ubbād. Il naquit un jeudi de l’année 665/1266–1267 et mourut la nuit du samedi 8 ğumādā al‑āḫira 780/1er octobre 1378.

Al‑Ḏanabatayn

33Célèbre village encore habité dans la bādiya d’al‑Ğanad (a‘māl de Ta’izz). C’était une forteresse du savoir dans laquelle on se rendait pour étudier et dans laquelle se trouvaient de nombreux savants. Parmi eux figure :

‘Alī b. Aḥmad b. As‘ad b. Abī Bakr al‑Aṣbaḥī

34Savant accompli dans le domaine de la jurisprudence chaféite. Aucun de ses contemporains ne l’égalait et il était une référence dans le domaine des décrets religieux. Al‑Malik al‑Muẓaffar Yūsuf b. ‘Umar b. ‘Alī b. Rasūl l’invita à venir auprès de lui et lui demanda d’enseigner dans sa madrasa, la Madrasa Muẓaffariyya, à Ta‘izz. Il s’y rendit et y enseigna une courte période, puis il retourna dans son village, al‑Ḏanabatayn, et se consacra à l’enseignement et à la composition d’ouvrages. Il est l’auteur de Asrār al‑muhaḏḏab, de Ğarā‘ib al‑šarḥayn, de Šarḥ al‑rāfi‘ī wa-l‑‘Ağlī et de Mu‘īn ahl al‑taqwā ‘alā al‑tadrīs wa-l‑fatwā. Il naquit au mois de ḏū al‑ḥiğğa 644/avril–mai 1247 et mourut au mois de muḥarram 703/août–septembre 1303.

Ḏī Šarq

35Village encore habité dans le Wādī Naḫlān, à peu près à vingt kilomètres au nord d’al‑Ğanad (aujourd’hui situé dans la nāḥiya d’al‑Sayyānī, a‘mal d’Ibb). Il faisait partie des villages qui étaient florissants grâce à la présence des savants et de leur savoir. Al‑Ğanadī le décrit ainsi dans son livre al‑Sulūk :

« C’est un village béni dont sont issus de nombreux savants ».

36Parmi eux figure :

Al‑Ḥasan b. Isḥāq b. Abī ‘Abbād

37Savant illustre dans le domaine de la grammaire, poète, lettré. On se rendait auprès de lui pour apprendre la grammaire. Quand il parlait aux gens du peuple, il n’utilisait pas la vocalisation et l’un de ses amis le critiqua à ce sujet. Il répondit :

« Il n’est pas de ma nature de mal décliner
Et ce n’est pas par erreur que je décline mal
Mais je connais les langues des hommes
Et je parle à chacun comme il se doit »

38Il était vivant à la fin du quatrième siècle–début du cinquième siècle de l’hégire/début du onzième siècle. Il est l’auteur d’un abrégé de grammaire.

Ḏī al‑Sufāl

39Village encore habité dans les hauteurs du Wādī Ẓubā, environ à vingt‑cinq kilomètres au nord d’al‑Ğanad (c’est aujourd’hui le centre de la nāḥiya d’al‑Sufāl, a‘mal d’Ibb). C’était un village célèbre dans lequel on se rendait pour accéder au savoir. Parmi ses savants figure :

Ṣāliḥ b. ‘Umar b. Abī Bakr b. Ismā‘īl al‑Burayhī al‑Saksakī

40Jurisconsulte, versé dans la connaissance des préceptes divins, grammairien, linguiste, connaisseur de l’arithmétique, de l’algèbre et de la collation des manuscrits. Il fut mufti à Ḏī al‑Sufāl et il enseigna à la Madrasa al‑Fāḫiriyya. Parmi ses ouvrages, citons al‑Šāfī šarḥ al‑kāfī fī al‑farā’iḍ li‑l‑Ṣardafī et al‑Lawāmi‘ fī uṣūl al‑fiqh. Il mourut à Ḏī al‑Sufāl la nuit du vendredi 13 šāwwal 714/20 janvier 1315.

Ḏī ‘Uqayb

41Village encore habité (‘uzla de Warāf, nāḥiya de Ḏī Ğibla, a‘māl d’lbb). C’était un village de savants et de savoir qui faisait partie des lieux de résidence des Banū Rasūl. Son savant le plus célèbre est :

‘Umar b. Sa‘īd b. Abī al‑Su‘ūd al‑Hamdānī

42Savant illustre dans le domaine de la jurisprudence. Il naquit en 610/1213–1214 et mourut là au mois de ḏū al‑ḥiğğa 663/septembre 1265.

Ribāṭ Aṯ‘ab

43Petit village situé dans le liwā’ d’al‑Bayḍā’. Il était célèbre à l’époque de la dynastie rassoulide.

Ribāṭ al‑Aḥkal

44(‘uzla d’Iryāb, a‘māl de Yarim). On ignore la date de sa construction et le nom de son fondateur.

Ribāṭ Bāqil

45Dans le Ğabal Ḥufāš, au nord d’al‑Ṣafaqayn (centre de la nāḥiya, a‘māl d’al‑Maḥwīt). Parmi ses savants figure :

‘Alī b. ‘Aṭiyya b. ‘Alī b. ‘Aṭiyya al‑Šaġdarī

46Jurisconsulte versé dans la connaissance des préceptes divins, lecteur du Coran, grammairien, linguiste. Il est l’auteur d’un poème sur les sept lectures du Coran et d’un poème sur la grammaire. Il naquit vers 650/1252–1253 et mourut peu après 720/1320–1321.

Ribāṭ al‑Burayhī

47Petite localité encore habitée située à l’est de Ḏī al‑Sufāl dont elle est séparée par un cours d’eau. Elle fut fondée par Muḥammad b. Abī Bakr al‑Burayhī qui s’y construisit une maison. Puis, il quitta Ḏī al‑Sufāl pour s’installer là jusqu’à ce qu’il meure, en 733/1332–1333, âgé de 82 ans. Jusqu’à une époque récente, on s’y rendait pour acquérir le savoir.

Ribāṭ al‑Baṭṭāḥ

48Situé à Zabīd. On s’y rend toujours pour acquérir le savoir. À une époque récente, le savant Aḥmad b. Dāwud al‑ Baṭṭāḥ y enseignait.

Ribāṭ Banī Ḥusayn

49On ignore sa localisation et le nom de son fondateur.

Ribāṭ Tabba

50(‘uzla des Banū ‘Awāḍ, nāḥiya de Ba‘dān, a‘mal d’Ibb). C’était une forteresse du savoir.

Ribāṭ Tarīm

51Situé dans la ville de Tarīm (un des miḫlāf du Ḥaḍramawt), C’était une forteresse du savoir célèbre.

Ribāṭ de la Grande Mosquée

52Situé à Zabīd.

Ribāṭ Ğāmi’ al‑Ġuṣayn

53On dit qu’il date de l’époque ayyoubide. Dieu est savant.

Ribāṭ al‑Ḥibšī

54Situé à Say’ūn (un des miḫlāf du Ḥaḍramawt). Construit par ‘Alī b. Muḥammad b. Ḥusayn al‑ Ḥibšī en 1296/1878–1879, il est mitoyen de sa mosquée, la Mosquée al‑Riyāḍ. C’était un grand savant qui enseigna dans le ribāṭ. Il naquit en 1259/1843–1844 et mourut en 1333/1914–1915. Après lui, l’enseignement fut assuré par ses disciples comme Muḥammad b. Ḥāmid al‑Saqqāf et Muḥammad Bā Ṭawīḥ, puis par les disciples de ses disciples comme ‘Abd Allāh ‘Umar et Maḥfūẓ Maš’abī.

Ribāṭ al‑Ḥawwāra

55(‘uzla de Muqni‘, miḫlāf d’al‑Ši‘r, a‘mal d’Ibb). On ignore la date de sa construction, le nom de son fondateur et celui de ses enseignants.

Ribāṭ al‑Rumaytī

56(‘uzla de Banū Mislim, nāḥiya de Yarīm). On ignore la date de sa construction et le nom de son fondateur.

Ribāṭ al‑Sa‘īdī

57(‘uzla de Banū Sayf al‑‘Āli, nāḥiya de Yarīm ; aujourd’hui, cette ‘uzla se trouve dans la nāḥiya de Riḥāb, a‘māl d’Ibb). C’est le cadi Ismā‘īl b. Muḥammad al‑Sa‘īdī qui le constitua en ribāṭ dans la première moitié du quatorzième siècle de l’hégire/fin du dix‑neuvième siècle.

Ribāṭ Sulṭāna al‑Zabīdiyya

58Un des plus anciens ribāṭ qui aient été édifiés dans le Ḥaḍramawt. Il fut construit à al‑Qāra, près de Say’ūn, par la savante Sulṭāna al‑Zabīdiyya au huitième siècle de l’hégire/quatorzième siècle.

Ribāṭ al‑Ša‘arī

59(‘uzla des Banū Munabbih, a‘māl de Yarīm). On ignore le nom de son fondateur et la date de sa construction.

Ribāṭ Ṣāliḥ

60(‘uzla de Fağrat al‑‘Awd, miḫlāf d’al‑‘Awd, a‘māl d’al‑Nādira, a‘māl d’Ibb). On ignore tout de son fondateur et de la date de sa construction.

Ribāṭ Āl Ṭayyib

61Il se trouve au bas des montagnes de Ḫawlān b. ‘Amr, dans la région de Ṣa‘da.

Ribāṭ ‘Alī b. Yūsuf Bihāya

62Dans le quart supérieur de la ville de Zabīd ; il a aussi un autre ribāṭ qui est .abandonné.

Ribāṭ ‘Imrān

63(miḫlāf de Ğabal al‑Dār, a‘māl de Ḏamār). Il fut construit par l’un des aïeux des Banū ‘Imrān, cheikhs de Ğabal al‑Dār, qui étaient célèbres à l’époque de la dynastie rassoulide.

Ribāṭ al‑Ġayṯī

  • 73 Il fut appelé al‑Ġayṯī en référence au cheikh Abū al‑ Ġayṯī b. Ğamīl, mort en 651/1253‑54 à Bayt ‘N (...)

64Situé dans le village d’al‑Ma‘āyin, dans la région occidentale de la ville d’lbb. Il fut construit par Ğamāl al‑Dīn b. ‘Alī b. Bušr b. Muṭarrif al‑Hamdāni, appelé al‑Ġayṯī73, un des savants du septième siècle de l’hégire/treizième siècle. Il résida à al‑Ma‘āyin, construisit ce ribāṭ et lui consacra beaucoup d’argent. Il acheta les terres cultivées situées autour de ce village, du village d’Abalān, et dans les plaines et les plateaux. Il les constitua en waqf pour ceux qui se rendaient dans son ribā, ceux qui venaient y acquérir le savoir et ceux qui y enseignaient, et il leur construisit des maisons pour qu’ils s’y installent.

65Ce ribā demeura florissant grâce au savoir et aux savants depuis le moment de sa fondation jusqu’à la fin des années soixante du quatorzième siècle de l’hégire/milieu du vingtième siècle, lorsque al‑Ḥasan, fils de l’imam Yaḥyā Ḥamīd al‑Dīn, gouverneur d’Ibb, ordonna l’affectation des revenus des waqf à d’autres fins et l’enseignement y fut abandonné. Quand il envisagea de retenir en détention le cadi Muḥammad b. ‘Alī al‑Akwa‘, enseignant du ribā, et certains de ses disciples, cela poussa ces derniers à rejoindre les rangs des révoltés et à se soulever contre son pouvoir, celui de son père, l’imam Yaḥyā, et celui de son frère, l’imam Aḥmad en 1363/1944.

Ribāṭ al‑ Ġayṯī

66(‘uzla de Ḥaysān, miḫlāf de Ba‘dān, a‘māl d’Ibb). On ignore le nom de son fondateur et la date de sa construction.

Ribāṭ al‑Farḥāniyya

67On ignore sa localisation précise si ce n’est qu’il est situé aux alentours de Zabīd.

Ribāṭ al‑Qal‘a

68Situé au milieu de Ḥaql Qitāb (ou Ḥaql Yaḥṣub), il existe encore aujourd’hui. On ignore le nom de son fondateur et la date de sa construction.

Ribāṭ al‑Kadahiyya

69Situé à al‑Aḫlūd, dans la région de Ta‘izz. Il fut construit par le cheikh Ġallāb b. ‘Alī, un des notables de la fin du huitième siècle–début du neuvième siècle de l’hégire/fin du quatorzième–début du quinzième siècle.

Ribāṭ al‑Muqārana

70(nāḥiya d’Aslam, a‘māl de Ḥağğa).

Ribāṭ Haywa

71(‘uzla d’al‑Ṣiffī, nāḥiya d’al‑Maḫādir, a‘māl d’Ibb). On ignore la date de sa construction et le nom de son fondateur.

Ribā Yayā b. ‘Umar al‑Ahdal

72Situé dans la ville de Zabīd, à côté de sa mosquée. Il a un autre ribā à l’intérieur même de la mosquée mais il est abandonné.

Al‑Ra‘āri‘

73(miḫlāf de Laḥğ). Il est situé à environ trois kilomètres, ou plus, au nord d’al‑Ḥūṭa (le centre de Laḥğ aujourd’hui). Ses ruines se trouvent sur un tell très visible appelé Kadamat al‑Ra‘āri‘. Comme le signale ‘Alī b. Ziyād al‑Māribī, plusieurs gouverneurs de ‘Adan y résidèrent :

« Al‑Ra‘āri‘ s’est vidée des Banū al‑Mas‘ūd
Leur époque n’est pas mon époque
Les gens d’al‑Zuray‘ s’y sont installés
Des lions ont remplacé des lions »

74En sont issus plusieurs savants et notables, notamment :

Mūsā b. Ṭāriq al‑Ra‘ra‘ī al‑Laḥğī al‑Ğanadī al‑Zabīdī, Abū Qurra al‑Saksakī

75Imam, connaisseur du Coran, il était célèbre pour son savoir et son mérite et voyageait entre al‑Ğanad, Laḥğ, Zabīd et La Mekke. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de jurisprudence inspirés de l’imam Mālik et de l’imam Abū Ḥanīfa, ainsi que de Ma‘mar b. Rāšid, Ibn Ğurayğ, Sufyān al‑Ṯawrī et Ibn ‘Uyayna qu’il eut tous l’occasion de rencontrer. Il composa un ouvrage célèbre al‑Sunan al‑ğāmi‘ qu’il organisa, comme le dit Ibn Ḥağar, comme un ouvrage de jurisprudence : il n’introduit pas les événements qu’il présente par « un tel nous a dit » (ḥaddaṯa‑nā) mais par « un tel a mentionné » (ḏakara fulān). Il mourut à Zabīd en 203/818–819.

Sahfana

76Village encore habité, aujourd’hui appelé Safana, avec suppression du « h ». Il est situé entre Ḏī al‑Sufāl, au nord, et al‑Qā‘ida, au sud, mais il est plus proche d’al‑Qā‘ida.

77Son savant le plus illustre est :

Al‑Qāsim b. Muḥammad b. ‘Abd Allāh al‑Ğumaḥī al‑Qurašī

78Savant accompli dans les sciences du Coran, du hadith, de la théologie, et de la jurisprudence et de ses sources. Ses ancêtres vinrent au Yémen en provenance de La Mekke au moment où ses émirs se disputèrent et ils s’installèrent à Sahfana. Al‑Qāsim b. Muḥammad diffusa l’école chaféite dans les miḫlāf d’al‑Ğanad, de Ṣan‘ā’, de ‘Adan, d’Abyan, de Laḥğ, les régions d’lbb et autres. En raison de sa célébrité, les gens en quête de savoir venaient à lui de diverses régions du Yémen ; il leur dispensait un enseignement dans une mosquée de Sahfana appelée Mosquée Qāsim. Il mourut à Sahfana en 347/958.

Al‑Šarğa

79Village en ruine dans le Wādī Zabīd, On l’appelait Šarğat Ḥays pour le distinguer de Šarğat Ḥaraḍ. En est originaire :

‘Abd al‑Laṭīf b. Abī Bakr ‘Umar al‑ Šarği Sirāğ al‑Dīn

80Savant illustre dans le domaine de la grammaire et de la jurisprudence hanafite. Il enseignait la grammaire dans la Madrasa al‑Iṣlāḥiyya et la jurisprudence dans la Madrasa al‑Daḥmāniyya. Il est l’auteur de nombreux ouvrages ; certains sont écrits de sa propre main et il les copia avec un grand soin à partir de l’original. Certains de ses ouvrages ont été imprimés: al‑A‘lām bi‑mawāḍi’ al‑lām, al‑Muḥarrir al‑naḥw, et I’tilāf al‑nuṣra iḫtilāf nuḥāt al‑Kūfa wa-l‑Baṣra. Il naquit à al‑ Šarğa en 747/1346–1347 et mourut en 802/1399–1400 (on dit aussi au mois de muḥarram 803/1400).

‘Arašān

81Village encore habité (‘uzla d’al‑Maktab, nāḥiya de Ḏū Ğibla, a‘māl d’Ibb). C’était un village dans lequel on se rendait pour accéder au savoir. En est originaire :

‘Alī b. Abī Bakr b. Ḥimyar b. Tubba‘ b. Yūsuf b. Faḍl al‑Hamdānī al‑‘Arašānī

82Imam, connaisseur du Coran et du hadith. Il était illustre dans la science du hadith : il en connaissait les textes, distinguait les authentiques des faux et identifiait leurs rapporteurs. Il détestait se plonger dans la théologie. Il enseigna la science du hadith à ‘Arašānī, à al‑Ḏahabī et à ‘Adan. De nombreuses personnes profitèrent de son savoir. Il naquit en 494/1100–1101 et mourut à ‘Arašān le 20 ḏū al‑qa‘da 557/31 octobre 1162.

Al‑Mizğāğa

83Village en ruine situé au bas du Wādī Zabīd. En sont originaires les savants des Banū al‑Mizğāğī, adeptes de l’école hanafite. Parmi eux figure :

Ṣiddīq b. ‘Alī al‑Mizğāğī

84Savant accompli dans le domaine de la jurisprudence hanafite. Il se rendit à al‑Muḫā’ pour y enseigner puis, au mois de ḏū al‑hiğğa 1203/août‑septembre 1789, il alla à Ṣan‘ā’. Il rencontra le shaykh al-islām al‑Šawkānī et chacun d’eux donna une permission d’enseigner (iğāza) à l’autre. Dans al‑Badr al‑ṭāli‘, l’imam al‑Šawkānī dit, dans la biographie qu’il établit de lui :

« Parfois, en présence d’un public, nous examinions tous deux diverses questions, notamment dans le domaine de la jurisprudence hanafite ; je formulais de nombreuses objections sur des questions de jurisprudence hanafite et j’alléguais des preuves ; et lui ne cessait de rechercher toutes sortes d’interprétation sur ce que disaient les hanafites. Lorsque je me retirais avec lui, je lui disais: « Dis‑moi la vérité. Crois‑tu fermement à ce que tu as évoqué au cours de la discussion ? On ne peut penser que quelqu’un qui connaît la Sunna comme toi préfère son école – qui n’est qu’opinion sur certaines questions – à ce qu’il a appris du Prophète de façon correcte et irréfutable ». Il disait : « Je ne crois pas à la vérité de ce qui contredit la preuve même si certains le font ; je ne sers pas Dieu en fonction de ce qu’ont dit Abū Ḥanīfa et ses compagnons si cela contredit le hadith authentique ; mais l’homme défend son école en public ».

85Il naquit en 1150/1737–1738 et mourut en 1229/1813–1814.

Maṣna‘at Sayr

86C’était une célèbre forteresse du savoir, aujourd’hui en ruine. Elle se trouve dans le Wādī Sayr (miḫlāf de Ṣuhbān, a‘māl d’Ibb). Sa construction commença au début du sixième siècle de l’hégire/début du douzième siècle. Elle était aménagée pour les gens en quête de savoir et leurs cheikhs, les enseignants, les muftis et les jurisconsultes. La plus grande partie de leur formation se passait là. Elle demeura florissante par son savoir jusqu’à ce que la détruisent les Banū al‑‘Imrānī sous l’impulsion d’al‑Malik al‑Mu’ayyad Dāwud b. ‘Alī b. Rasūl en 697/1297–1298. Parmi ses savants les plus célèbres figurent :

Yaḥyā b. Abī al‑Ḫayr b. Sālim al‑‘Imrānī

87Imam illustre dans la jurisprudence et ses sources. Il apporta aussi une grande contribution à d’autres sciences. Il était maître dans les décrets religieux à son époque et l’on venait auprès de lui de diverses régions. Il se rendit dans d’autres forteresses du savoir. Il vécut à Maṣna‘at Sayr, puis il alla à Ḏī al‑Sufāl et, de là, à Ḏī Ašraq où il séjourna sept ans. Ensuite, il alla à Ḍarāṣ au moment où les soldats d’Ibn Mahdī al‑Ru‘aynī marchèrent vers al‑Ğanad et il y séjourna un certain temps. Puis, il retourna à Ḏī al‑Sufāl mais il n’y resta qu’un an, jusqu’à ce que la vie le quitte en 558/1162–1163, et il fut enterré là. Il était né en 489/1095–1096. Sa vie toute entière fut consacrée à l’étude et à l’enseignement. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont le plus important est al‑Bayān fī fiqh al‑Šāfi‘iyya (en dix volumes).

Muḥammad b. Mūsa b. al‑Ḥusayn b. As‘ad b. ‘Abd Allāh al‑‘Imrānī

88Savant illustre dans le domaine de la jurisprudence et de ses sources, du hadith, du commentaire du Coran, de la grammaire, de la conjugaison, de la langue, de l’arithmétique et de l’algèbre. Il naquit en 499/1105–1106 et mourut à Maṣna‘at Sayr un mercredi, dix‑sept nuits avant la fin du mois de ša‘bān (mais on dit aussi treize) de l’année 568/mars 1173.

Muḥammad b. As‘ad b. Muḥammad b. Mūsā b. al‑Ḥusayn b. As‘ad al‑‘Imrānī Bahā’ al‑Dīn

89Grand juge, vizir d’al‑Malik al‑Muẓaffar Yūsuf b. ‘Umar b. ‘Alī b. Rasūl. Savant accompli dans le domaine de la jurisprudence, prédicateur, homme politique, poète, lettré. Les savants l’appréciaient et il les appréciait. Il fut le premier à être à la fois vizir et cadi au Yémen, à l’époque d’al‑Malik al‑Muẓaffar al‑Rasūlī. Il se construisit une madrasa à Maṣna‘at Sayr. Il naquit en 618/1221–1222 et mourut au milieu du mois de rabī‘ al‑awwal 690/mars 1291. Il laissa un recueil de poésie et de prose consigné dans un gros volume.

Al‑Malḥama

90Village encore habité dans le Wādī al‑Ğannāt, à al‑Saḥūl, au nord‑est de la ville d’lbb. Parmi ses savants figure :

Muḥammad b. Maḍmūn b. ‘Umar b. Muḥammad b. ‘Umar b. Abī ‘Imrān

91Savant accompli dans le domaine de la jurisprudence et de ses sources, le commentaire du Coran, la grammaire et la langue, poète. Al‑Malik al‑Manṣūr ‘Umar b. ‘Alī b. Rasūl I’invita à se rendre à Ta‘izz pour qu’il puisse étudier auprès de lui. Il lui demanda d’enseigner dans sa madrasa, la Madrasa al‑Wazīriyya qu’il avait construite à Ta‘izz ; il accepta puis retourna dans son village. Il naquit le jeudi 17 ša‘bān 559/9 juillet 1164 et mourut à al‑Malḥama au mois de muḥarram 633/septembre–octobre 1235.

Mawza‘

92Village encore habité (nāḥiya d’al‑Muḫā’, a‘māl de Ta‘izz). Parmi ses savants figure :

Muḥammad b. ‘Alī b. ‘Abd Allāh b. Ibrāhīm al‑Ḫaṭīb

93Savant illustre dans le domaine de la jurisprudence et de ses sources, de la grammaire, du bayān et de la langue. Il mourut à Mawza‘ après 820/1417–1418. Parmi ses ouvrages, citons al‑Bayān aḥkām al‑Qur’ān.

Al‑Nāšira

94Village encore habité situé dans le Wādī Mawr (‘uzla des Banū Ğāmi‘). Il fut construit au début du cinquième siècle de l’hégire/début du onzième siècle. En sont originaires des savants célèbres issus de la famille al‑Nāširī. Parmi eux figurent :

Abū Bakr b. ‘Alī b. Muḥammad b. Abī Bakr al‑Nāširī

95Savant accompli dans le domaine des sources de la jurisprudence et de ses branches. Il fut cadi à Ḥays puis il quitta cette fonction. Il enseigna à la Madrasa al‑Sayfiyya à Zabīd, puis à la Madrasa al‑Šamsiyya à Ta’izz, puis à la Madrasa al‑Ṣalāḥiyya, dans le village d’al‑Salāma. Ensuite, il enseigna un certain temps à la Madrasa al‑Afḍaliyya à Ta‘izz. Il mourut à al‑Salāma au mois de ğumādā al‑āḫira 772/décembre 1370–janvier 1371.

‘Uṯmān b. ‘Umar b. Abī Bakr b. ‘Alī b. Muḥammad al‑Nāširī

96Savant accompli dans le domaine de la jurisprudence et des lectures du Coran, historien. Il enseigna à la Madrasa al‑Ẓāhiriyya à Ta‘izz. Puis il partit à Ibb, enseigna à la Madrasa al‑Asadiyya et mourut là en 848/1144–1145. Parmi ses ouvrages, citons : Īḍāḥ al‑durra al‑muḍi’a qirā’āt al‑ṯalāṯa al‑ṣaḥīḥa et al‑Bustān al‑zāhir ṭabaqāt ‘ulamā’ Banī Nāšir.

al‑Niẓārī

97Village encore habité (‘uzla d’al‑Ḥaraṯ, miḫlāf de Ba‘dān, a‘māl d’Ibb). C’était un village connu pour ses savants. En sont originaires :

‘Abd al‑Rahmān b. Muḥammad b. ‘Abd Allāh al‑Niẓārī, Wağīh al‑Dīn

98Un des vizirs du règne du Rassoulide al-Ashraf. Savant accompli dans le domaine de la jurisprudence, grammairien, linguiste. Il est l’auteur de beaux poèmes et d’une correspondance éloquente. Il occupa un rang élevé auprès d’al‑Malik al‑Afḍal al‑‘Abbas b. al‑Malik al‑Muğāhid. Il était le premier à entrer chez lui et le dernier à en sortir. Il le chargea de l’administration des waqf au Yémen, puis il lui retira cette fonction et le nomma à la tête de quelques places fortes.

99Lorsqu’al‑Malik al‑Ašraf Ismā‘īl b. al‑Malik al‑Afḍal prit le pouvoir après la mort de son père, il le maintint dans ses fonctions, lui confia son ministère et en fit son conseiller. Des personnes qui le jalousaient pour sa position tentèrent de le compromettre et semèrent la zizanie entre eux. Ainsi, al‑Malik al‑Ašraf lui ordonna de quitter son pays et, en 783/1381–1382, il partit au nord du Yémen où il resta jusqu’au début de l’année 796/novembre 1393. Puis al‑Malik al‑Ašraf lui accorda la paix ; il retourna donc auprès de lui et fut couvert d’honneur. Il mourut à Zabīd le vendredi 6 šawwāl 795/15 août 1393.

Muḥammad b. Muḥammad b. Ma‘ān al‑Niẓārī, émir Ğamāl al‑Dīn

100Il faisait partie des notables de l’État d’al‑Malik al‑Sulṭān ‘Āmir b. ‘Abd al‑Wahhāb. Il construisit la Madrasa al‑Mašanna à Ibb et la mosquée de Bayt al‑Faqīh. Il mourut à Ibb le jeudi 22 ğumādā al‑ūlā 921/5 juillet 1515.

Wuḥāẓa

101Forteresse célèbre (‘uzla de Šubā‘, nāḥiya de Ḥubayš, a‘mal d’Ibb ; on appela ainsi le miḫlāf de Wuḥāẓa qui comprend de nombreuses ‘uzla de la nāḥiya de Ḥubayš (Ḏī al‑Kalā‘). En sont originaires :

Abū Zakariyya Yaḥyā b. Ṣāliḥ al‑Wuḥāẓī al‑Ḥumṣī

102Il mourut en 222/836–837 et al‑Ḏahabī établit sa biographie dans Taḏkirat al‑ḥuffāẓ.

‘Īsā b. Ibrāhīm b. Muḥammad al‑Rab‘ī al‑Kalā‘ī

103Jurisconsulte, lettré, linguiste, grammairien. Dans son livre al‑Sulūk, l’historien al‑Ğanadī rapporte qu’il était au‑dessus de tous les autres dans le domaine de la langue, résolvait tous ses problèmes et on lui faisait entièrement confiance au Yémen. Il mourut à Wuḥāẓa en 480/1087–1088. Parmi ses ouvrages, citons Niẓām al‑ġarīb al‑luġa.

Ismā‘īl b. Ibrāhīm b. Muḥammad al‑Rab‘ī

104Savant, linguiste, poète, lettré. Dans Aḫbār al‑zaydiyya, Musallam al‑Laḥğī mentionne qu’il était le précepteur de certains enfants d’al‑Ṣulayhī. Il mourut après son frère au cours de l’année 480/1087–1088. Il laissa Qayd al‑awābid, un poème sur la langue qu’il composa comme le Kitāb al‑‘ayn. Puis il le commenta et y cita des choses originales et spirituelles choisies parmi les plus belles histoires et les plus beaux poèmes, notamment :

105« Ô vous qui connaissez les belles lettres, répondez à celui qui s’inquiète du sens de ‘ayhaq, de ‘awhaq, de ‘anğa et de ‘ayhal ».

Al‑Yahāqir

106Village encore habité parmi les villages d’al‑Ğanad. On s’y rendait pour accéder au savoir. Y résida :

Abū Bakr b. ’Alī

107Savant accompli dans les sept lectures du Coran. Il vint à al‑Yahāqir en provenance de son village Ğabal Ḥumar (al‑Qamā‘ira) et il y résida jusqu’à sa mort, en 810/1407–1408.

Notes

62 Parmi ces villages, citons celui de Ḏī Asraq, dans le Wādī Nahlān, situé à environ vingt kilomètres au nord d’al‑Ğanad, De nombreux savants chaféites de Zabīd et d’ailleurs s’y rendirent mais ils entrèrent rapidement en conflit avec les jurisconsultes de Ḏī Asraq. Ceux‑ci suivaient les branches (furū‘) chaféites et les sources (uṣūl) hanbalites alors que les savants et les jurisconsultes de Zabīd suivaient les branches chaféites et les sources ach’arites. Puis, comme nous le montrerons, les savants chaféites du Yémen adoptèrent les sources ach’arites.

63 Il devint célèbre en 531/1136‑37. Ses compagnons lui accordèrent deux fois leur allégeance ; la première fois en 538/1143‑44, mais il ne rencontra pas le succès, et la seconde fois en 546/1151‑52. On trouve d’autres détails à ce sujet dans le livre de ‘Umāra al‑Yamanī, Ta’rīḫ al‑Yaman, p. 229‑238, dans celui d’al‑Dayba’, Qurrat al‑‘Uyūn, p. 359‑373, et celui d’al‑Hazragī, irāz a‘lām al‑zamān.

64 ‘Umāra al‑Yamānī, Ta’rīḫ al‑Yaman, p. 236 ; al‑Arasi, Bulūġ al‑marām, p. 17 ; al‑Yamānī, Bahğat al-zamān, p. 71.

65 Al‑ Ḏanabatayn : village encore habité situé au nord‑ouest d’al‑Ğanad, forteresse du savoir ; Ḏī ‘Urākiḍ : village encore habité situé à proximité d’al‑ Ḏanabatayn.

66 Bā Mahrama, Ta’rīḫ aġr ‘Adan, II, p. 127 ; al‑Yāfi’ī, Mir’āt al‑ğinān, Ill, p. 390 (événements de l’année 569/1173‑74) ; al‑Ḫazrağī, al‑‘Asğad al‑masbūk ; al‑Dayba‘, Qurrat al‑‘uyūn, p. 359‑373.

67 Al‑ Miḫlāfa : village en ruine qui se trouvait à proximité d’al‑Saġādira, au sud‑ouest de Ḥağğa.

68 Ibn al‑Muğāwir, Ṣifat bilād al‑Yaman, l, p. 80, p. 81.

69 Al‑Ḫazrağī, al‑’Uqūd al‑lu’lu’iyya, I, p. 119.

70 Édité par Aḥmad Bakīr, Maṭba‘at al‑ittiḥād al‑tāmm al‑tūnisī li-l‑šuġul, 1964.

71 Édité et commenté par Fu’ād Sayyid, 1377/1957.

72 Aussi intitulé Ġurbāl al‑zamān al‑muftatab bi‑sīrat sayyid walad ‘Adnān, édité et commenté par le cadi ‘Abd al‑Rahmān b. Yaḥyā al‑Iryānī en 1405/1985.

73 Il fut appelé al‑Ġayṯī en référence au cheikh Abū al‑ Ġayṯī b. Ğamīl, mort en 651/1253‑54 à Bayt ‘Na, dans le Wādī Surdud, dans la Tihāma. C’était un grand soufi. Les disciples qui suivaient sa voie étaient appelés al‑Ġayṯī.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search