Version classiqueVersion mobile

Les Hiğra et les forteresses du savoir au Yémen

 | 
Ismā‘īl b. ‘Alī al-Akwa‘

Les causes de la disparition des hiğra

Texte intégral

1Malgré la protection et la défense dont elles bénéficiaient grâce à la bienveillance tribus, certaines hiğra n’étaient pas épargnées par les événements et les catastrophes. Ainsi au onzième siècle de l’hégire/dix‑septième siècle, Hiğrat Šawkān fut assaillie par une unité de l’armée ottomane qui surprit ses habitants de bon matin alors qu’ils étaient rassemblés dans leur mosquée pour la prière de la fête. Comme le mentionne l’auteur d’al‑Tiqṣār, ils ne réalisèrent la présence des soldats des Turcs que lorsque ceux‑ci furent aux portes de la mosquée. Ils tuèrent de nombreuses personnes et capturèrent aussi plusieurs notables de la hiğra pour les emmener à Ṣan‘ā’ après avoir détruit, entre autres, les maisons des aïeux de l’imam al‑Šawkānī.

2Cette action était due au fait que les habitants de cette hiğra poussaient les tribus à combattre la présence ottomane au Yémen pour soutenir l’imam de l’époque. On trouve mention de cela sous la plume de l’imam al‑Šawkānī dans la biographie qu’il établit de son père :

  • 56 Al‑Šawkānī, al‑Badr al‑ṭāli‘, I, p. 481.

« Cette hiğra – Hiğrat Šawkān – est depuis longtemps habitée par les gens de mérite, de bien et de religion ; de tout temps, des savants y ont été présents mais ils se trouvaient parfois dans certaines tribus et parfois dans d’autres. Les ancêtres des imams leur accordaient une grande considération ; parmi eux se trouvaient de grands chefs qui apportèrent leur secours aux imams, notamment dans les guerres contre les Turcs, domaine dans lequel ils avaient la haute main. Parmi eux se trouvaient des savants et des gens de mérite qui étaient connus comme cadis dans tout le Ḫawlān. Ils se répartissaient dans les tribus, les appelaient à la guerre sainte (ğihād) et les poussaient au combat contre les Turcs. Les Turcs qui étaient à Ṣan‘ā’ attaquaient continuellement ces lieux, y détruisaient les maisons puis retournaient à Ṣan‘ā’. Parfois, leurs attaques se produisaient le jour de la fête et les victimes ne réalisaient la présence des soldats des Turcs que lorsque ceux‑ci se trouvaient à leurs portes. Ils engageaient le combat ; certains étaient tués et d’autres fuyaient. Les Turcs capturaient les personnages les plus importants et rentraient à Ṣan‘ā’ avec eux »56.

  • 57 Muḥammad Zabāra, A’immat al‑Yaman fī al‑ qarn al‑rābi‘ ‘ašar, p. 18.

3Une hiğra, Ḥiṣn Ẓafīr Ḥağğa, subit de nombreux dommages quand s’y retranchèrent, en 1300/1882–1883, les forces de l’imam al‑Hādī Šaraf al‑Dīn (mort en 1307/1889–1890 à Ṣa‘da) pour pouvoir combattre les forces ottomanes stationnées dans la ville de Ḥağğa. Le mušīr Muḥammad ‘Izzat Pacha, gouverneur ottoman du Yémen, dut envoyer des forces de l’armée ottomane de Ṣan‘ā’, sous le commandement de Aḥmad Rušdī Beyk et d’autres forces le suivirent, sous le commandement de Rafīq Beyk. Les forces ottomanes bombardèrent à plusieurs reprises Ẓafīr Ḥağğa, détruisant certaines de ses maisons. Puis, elles assaillirent ses murs et s’en emparèrent57.

  • 58 Muḥammad Zabāra, A’immat al‑Yaman fī al‑ qarn al‑rābi‘ ‘ašar, p. 71, p. 77.

4Il se produisit ensuite autre chose à Ẓafīr Ḥağğa. Les forces de l’imam al‑Manṣūr Muḥammad b. Yaḥyā Ḥamīd al‑Dīn s’y étaient installées en 1309/1891–1892 pour en faire un camp retranché contre les forces ottomanes qui étaient continuellement en guerre contre ses hommes. Mais celles‑ci purent s’en emparer après lui avoir fait subir de nombreux dommages58.

5Les forces de cet imam se retranchèrent à Hiğrat al‑Quway‘a, dans la région de Ḥağğa en 1311/1893–1894. Elles s’opposèrent aux forces ottomanes qui étaient stationnées à proximité et des bombardements se produisirent. Les maisons, incendiées, furent détruites et les habitants qui s’y étaient réfugiés se dispersèrent. Elle est aujourd’hui pratiquement en ruine.

  • 59 L’imam al‑Manṣūr Muḥammad b. Yaḥyā Ḥamīd al‑Dīn (m. 1322/1904‑05) est connu pour avoir détruit les (...)

6Certaines maisons de Hiğrat al‑Qāra, dans la région de Ğabal al‑Šarq (qaḍā’ Ānis), furent incendiées par l’armée ottomane après que le cheikh ‘Alī b. al‑Muqdād b. Rāğiḥ al‑Kayni‘ī (m. 1341/1922–1923) eut annoncé sa rebellion contre l’État ottoman au Yémen en 1308/1890–1891 et ce, bien qu’il l’eût aidé et collaboré avec lui. Ses frères, ses cousins et de nombreux cheikhs et hommes d’Ānis se joignirent à lui ; ils attaquaient les forces ottomanes, leur coupaient les routes et les privaient d’assistance. Le commandement militaire de Ṣan‘ā’ prépara une grande campagne pour le combattre mais sans succès. Il détruisit cependant ses maisons et celles de ses cousins. Depuis qu’il avait annoncé sa rébellion contre l’État ottoman, il entretenait des relations étroites avec l’imam al‑Manṣūr Muḥammad b. Yaḥyā Ḥamīd al‑Dīn. Le cheikh ‘Alī al‑Muqdād chargea quelqu’un de répandre le bruit que les cadis de la famille al‑Ġašm étaient favorables au pouvoir ottoman, bien que cela fût faux. Les cadis de la famille al‑Ġašm redoutèrent, pour leurs personnes et pour leurs maisons, la riposte de l’imam al‑Manṣūr. Car celui‑ci envoyait des gens démolir les maisons de ceux qui collaboraient avec l’État ottoman59. Le cadi Aḥmad b. Muṭahhar al‑Ġašm et son frère, le cadi Muḥammad b. Muṭahhar al‑ Ġašm, se hâtèrent de partir pour al‑Qafla, siège de l’imam al‑Manṣūr, pour le rencontrer et dénoncer la calomnie mais l’imam savait que la famille al‑Ġašm n’avait absolument aucun lien avec l’État ottoman. Quand ils rencontrèrent l’imam, celui‑ci les obligea à rester auprès de lui et leur interdit de retourner à Ānis. Ils restèrent malgré eux. Le cheikh ‘Alī al‑Muqdād se rendit à Hiğrat al‑Qāra et s’y retrancha trois fois : en 1319/1901–1902, en 1321/1903–1904 et en 1322/1904–1905. Les forces ottomanes furent contraintes de le poursuivre partout où il séjournait. Comme m’en a informé le cadi Muḥammad b. Ismā‘īl al‑Ġašm, quand elles surent qu’il se trouvait à Hiğrat al‑Qāra, elles l’y suivirent et en incendièrent les maisons.

  • 60 Une des branches des zaydites du Yémen rattachées à l’imam al‑Hādī b. Yaḥyā al‑Ḥusayn, Elle considé (...)

7Avant cela, des hiğra connurent de graves événements qui aboutirent à leur destruction et à leur ruine. Ainsi, quand l’imam al‑Manṣūr ‘Abd Allāh b. Ḥamza (m. 614/1217–1218) fut en désaccord avec la secte des mutarafides60, cela provoqua la colère de l’imam ‘Abd Allāh b. Ḥamza qui se disposa à la combattre pour la vaincre. Comme le mentionne Aḥmad b. ‘Abd Allāh al‑Wazīr, dans son livre al‑Faḍā’il, il déclencha une guerre tous azimuts contre ses savants et ses dirigeants, détruisit ses cultures, saccagea son patrimoine et décréta que ses mosquées étaient néfastes. Et il les démolit ainsi que leur hiğra. Hiğrat al‑Qā‘a fut la première de leurs hiğra a être détruite, et il dit à son sujet :

« Je ne suis pas Ibn Ḥamza si je laisse des gens
Se rassembler à al‑Qā‘a pour y faire le mal
Que leurs cous soient exposés à l’épée
Et par le cheval qu’ils soient piétinés »

8Il détruisit aussi, à Wādi‘a, Hiğrat al‑Harāṯim dans laquelle s’était réfugié l’émir Yaḥyā, fils de l’imam Aḥmad b. Sulaymān pour se protéger de l’imam ‘Abd Allāh b. Ḥamza. De même, al‑Malik al‑Muẓaffar Yūsuf b. ‘Umar b. ’Alī b. Rasūl envoya ses armées contre Ḥadda et Ṣan‘ā’ en 672/1273‑74 lorsque les forces qui s’étaient soulevées contre son pouvoir s’y étaient retranchées. Comme le mentionne al‑Ḫazrağī dans al‑‘Uqūd al‑lu’lu’iyya, il les détruisit complètement ; il en fit de même pour Ḥiṣn Ḏī Marmar et Ḥiṣn Kawkabān qui étaient des forteresses du savoir.

9L’imam al‑Manṣūr al‑Qāsim b. Muḥammad ordonna quant à lui la destruction de Ẓafār al‑Ẓāhir, du mur d’al‑Sūda, de ‘Iyān, d’al‑Wa’liyya et de Ḥiṣn Kuḥlān, Son fils, l’imam al‑Mu’ayyad, ordonna deux fois la destruction de Ḥiṣn Ḏī Marmar qui fut reconstruit par la suite. Enfin, les dernières destructions furent entreprises par les forces ottomanes au début du quatorzième siècle de l’hégire/fin du dix‑neuvième siècle. Au sixième siècle de l’hégire/douzième siècle, les savants de Hiğrat Ḍamad (al‑Ḏanabatayn), une forteresse du savoir, furent assassinés par ‘Alī b. al‑Mahdī al‑Ru‘aynī et ses enfants. Abyāt Ḥusayn fut quant à elle détruite par les za‘lites.

10D’autres hiğra furent démolies et détruites pour différentes raisons. Il n’en reste désormais que le nom, comme Hiğrat Awṭān, dans le pays de Maḏḥiğ, dont on ignore aujourd’hui la localisation précise ; Hiğrat Ḏī Ġabab, dans la bādiya de Ḏamār ; Hiğrat Šayzar, à Ḫubān, à proximité de Hiğrat al‑Ḏārī ; Hiğrat Dabar, dans le miḫlāf de Sanḥān. Seules leurs ruines subsistent.

11Parmi les événements de l’année 1227/1860–1861, l’auteur d’al‑Mawāhib al‑saniyya signale que Hiğrat al‑Ṭarā’if (miḫlāf d’al‑Šāhiḏiyya, dans la région d’al‑Ṭawīla) fut attaquée par un groupe de gens de Ḥabār qui la prirent par la force, tuèrent environ neuf hommes et pillèrent les biens qui s’y trouvaient.

12D’autres hiğra portent encore le nom de « Hiğrat… » bien qu’elles ne recèlent plus rien qui concerne le savoir. Ni elles, ni leurs habitants ne bénéficient d’un tahğīr et elles sont devenues de simples villages. Il en est ainsi pour Hiğrat Isbīl, Hiğrat Ḥasan Salmān, Hiğrat ‘Arām, Hiğrat Manqaḏa, toutes situées dans les miḫlāf de Ḏamār ; Hiğrat Qarwā, dans le Ḫawlān ; Hiğrat al‑Kumaym, située dans le miḫlāf d’al‑Kumaym, dans la région d’al‑Ḥadā, et Hiğrat Waqaš, dans le pays des Banū Maṭar.

Fig. 1. Village de Bāb al‑Falak, près de Ḏamār

Fig. 1. Village de Bāb al‑Falak, près de Ḏamār

Cliché I. al-Akwa‘

Fig. 2. Hiğrat Manqaḏa, au nord de Ḏamār

Fig. 2. Hiğrat Manqaḏa, au nord de Ḏamār

Cliché I. al-Akwa‘

Fig. 3. Mosquée ‘Awāğa en Tihāma, près de Ḥammām al‑Suḫna

Fig. 3. Mosquée ‘Awāğa en Tihāma, près de Ḥammām al‑Suḫna

Cliché I. al-Akwa‘

Fig. 4. Hiğrat Isbīl, à l’est de Ḏamār

Fig. 4. Hiğrat Isbīl, à l’est de Ḏamār

Cliché I. al-Akwa‘

13De même, le village de Madar (Arḥab) était une hiğra célèbre depuis mille ans, mais aujourd’hui, il ne porte plus le nom de « Hiğrat… » et il ne recèle plus rien qui pourrait indiquer son appartenance aux centres du savoir.

14Certaines tribus reniaient parfois la protection qu’elles avaient promise aux savants et à leurs maisons. Les protecteurs devenaient ainsi les ennemis de leurs protégés. Dans son livre Maknūn al‑sirr taḥrīr naḥārīr al‑sirr, Yaḥyā b. Muḥammad b.Ḥasan b. Hamīd al‑Muqrā’ī mentionne ce qui s’est produit dans la hiğra de Bahmān :

« Est venue à nous une époque où les gens changent, s’écartent de la religion, refusent l’éclatante vérité, fraternisent avec le diable et désobéissent au Prophète, ce qui les conduit à violer les choses sacrées. Il ne reste plus rien des règles des tribus ; ceux qui se comportent ainsi ne respectent plus les gens de savoir et de mérite et les font descendre de leur piédestal. Ainsi, une nuit, un groupe lié aux tribus protégeant la hiğra de Bahmān s’introduisit dans la maison du jurisconsulte ‘Imād al‑Dīn Yaḥyā b. ‘Alī b. Rafīq Allāh, la pilla et dévasta tout ce qui s’y trouvait. Ils tuèrent le jurisconsulte et celui‑ci mourut en martyr au cours de l’année 962/1554–1555.
Il est curieux que les tribus de Nihm et de Ḫawlān, garantes de cette hiğra, n’aient pas accompli leur devoir de défense au cours de cet événement et ne se soient pas préparées au combat. Beaucoup d’hommes furent tués et elles se seraient révoltées pour moins que cela. Nous demandons à Dieu la paix ».

15Al‑Muqrā’ī décrit ainsi Hiğrat Bahmān :

  • 61 La région du Wādī al‑Sirr.

« Cette hiğra fait partie des beautés de la région61 ; ses habitants sont des jurisconsultes et des gens de savoir et leurs femmes sont les égales des hommes dans la religion et la récitation du Coran. À notre époque, s’y est constitué un groupe à qui nous souhaitons de parvenir aux plus hautes marches ».

16Puis, il dit :

« Dans ces hiğra – c’est‑à‑dire les hiğra de Bahmān – se sont rendus les notables ; ils s’y sont consacrés à l’étude et ont bénéficié de la protection des tribus ; ils les ont instituées en fonction du bien ; les gens de mérite et de religion ont constitué, pour elles et pour leurs mosquées, des waqf et ont attribué leurs revenus à ceux qui le méritaient et aux adeptes des confréries ».

17L’historien al‑Muqrā’ī décrit également les tribus de Ḫawlān et de Nihm dans ses propos sur Hiğrat al‑Abnā’, une des hiğra du Wādī al‑Sirr : ce sont des gens fidèles, accordant obéissance aux savants et aux gens de mérite. Il dit à leur sujet en les louant :

« Les gens de cette région prenaient exemple sur les savants et les gens de mérite, respectaient leurs ordres et leurs interdictions, ne marchaient qu’en suivant leurs pas et s’abstenaient de faire les choses qu’ils s’abstenaient de faire. Les gens de cette époque empruntèrent le bon chemin, nombre d’entre eux suivirent la voie de la loi musulmane et abandonnèrent ce qui lui était contraire. Ils pourvoyaient aux besoins des gens en quête de savoir et les aidaient utilement afin que leurs cœurs se consacrent à la science et à l’obéissance et que la récompense de Dieu atteigne tout le monde. Dans les États non contrôlés par les imams, beaucoup d’entre eux s’acquittaient deux fois de l’impôt religieux (zakāt) : une fois pour l’État et une autre fois pour les gens en quête de savoir et ceux qui y avaient droit.
Les nombreuses et diverses tribus de Nihm et de Ḫawlān avaient des chefs et des sultans qui fréquentaient ceux qui étaient installés dans ces lieux, suivaient leur exemple et les vénéraient. Ils se rendaient auprès d’eux pour recevoir la bénédiction et étudier la religion, connaître comme leurs semblables les actes de ce monde et de l’au‑delà ; ils leur apprenaient les devoirs et leur communiquaient toute la piété qui étaient en eux. Ils avaient un pouvoir sur les hommes de leurs tribus : ils exécutaient leurs ordres, respectaient leurs interdictions, marchaient sur leurs pas et s’abstenaient de faire les mêmes choses qu’eux. Les gens d’al‑Sirr et ceux qui y habitaient ne subissaient aucun mal, aucune violence ni aucun défi. Ils les traitaient comme leurs semblables. Personne n’allait à l’encontre de ce qu’avaient décidé leurs chefs, notamment les savants, les gens de mérite ou les habitants du lieu. Nous demandons à Dieu – Qu’Il soit exalté – d’améliorer leur condition, de les conduire vers le chemin du salut et celui de leurs pères et de leurs grands‑pères, des anciens, des bien guidés et des gens de mérite et de transformer leurs cœurs dans ce sens ».

18Il semble que ce qui est arrivé à la hiğra de Bahmān contre la personne et la maison du cadi Yaḥyā Rafīq soit arrivé dans une certaine mesure à la hiğra d’al‑Abnā’. Al‑Muqrā’ī dit à ce sujet :

« Jusqu’à cette époque, ce lieu, al‑Abnā’, était l’une des merveilles de la région de Ṣan‘ā’ et de tout le pays des zaydites. L’élite, le peuple et les créatures de toutes les régions s’y rendaient de toutes parts jusqu’à ce que se produise ce qui s’est produit et survienne ce qui est survenu. Nous demandons à Dieu – Qu’Il soit exalté – de transformer ce qui nous atteint en chose du passé ».

19De même, les savants des Āl al‑‘Uqba subirent certaines épreuves. Ibn Abī al‑Rijāl, l’auteur de Maṭla‘ al‑budūr, indique, dans la biographie de ‘Alī b. Aḥmad b. Muḥammad al‑‘Uqba, que ‘Uqba est le plus célèbre de leurs ancêtres. Il avait le pouvoir sur Ṣan‘ā’ et sa région ; c’est lui qui construisit les prestigieuses mosquées de Qarwā, son lieu de naissance. Il possédait là une maison appelée Dār al‑Manāḥil, au centre du Wādī Qarwā, dans le village d’al‑Ḥumayrā, Il se retira dans ce village pour le fortifier contre les agressions des Banū Bahlūl et des Banū Naṣr. Les tribus des Banū Bahlūl l’attaquèrent et volèrent ses moutons. Les Banū Naṣr s’emparèrent de Dār al‑Manāḥil et de ce qui l’entourait. Ses enfants se dispersèrent dans le pays. Certains d’entre eux partirent à Ānis et s’installèrent à al‑Aryam (miḫlāf des Banū Ḫālid) qui devint leur hiğra et qui est aujourd’hui connue comme étant la hiğra des Banū ‘Uqba. D’autres se rendirent à la hiğra de Sāqayn (miḫlāf de Ḫawlān b. ‘Amr) après avoir séjourné dans la hiğra de Ma‘īn dans la bādiya de Ṣa‘da.

Notes

56 Al‑Šawkānī, al‑Badr al‑ṭāli‘, I, p. 481.

57 Muḥammad Zabāra, A’immat al‑Yaman fī al‑ qarn al‑rābi‘ ‘ašar, p. 18.

58 Muḥammad Zabāra, A’immat al‑Yaman fī al‑ qarn al‑rābi‘ ‘ašar, p. 71, p. 77.

59 L’imam al‑Manṣūr Muḥammad b. Yaḥyā Ḥamīd al‑Dīn (m. 1322/1904‑05) est connu pour avoir détruit les maisons de ceux qui collaboraient avec l’État ottoman au Yémen. Si on lui reprochait de saccager une maison dans laquelle se trouvaient femmes et enfants, il répondait : « Les petits iront au paradis et les grands en enfer ». J’ai été informé de cela par Hamūd b. ‘Abbās al‑Mu’ayyad qui le tient de son père, un de ceux qui donnèrent leur avis à cet imam après la destruction des maisons.

60 Une des branches des zaydites du Yémen rattachées à l’imam al‑Hādī b. Yaḥyā al‑Ḥusayn, Elle considérait, comme les mu‘tazilites, que l’imamat ne devait être réservé à personne en particulier.

61 La région du Wādī al‑Sirr.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Village de Bāb al‑Falak, près de Ḏamār
Crédits Cliché I. al-Akwa‘
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 2. Hiğrat Manqaḏa, au nord de Ḏamār
Crédits Cliché I. al-Akwa‘
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1049/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 3. Mosquée ‘Awāğa en Tihāma, près de Ḥammām al‑Suḫna
Crédits Cliché I. al-Akwa‘
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1049/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 4. Hiğrat Isbīl, à l’est de Ḏamār
Crédits Cliché I. al-Akwa‘
URL http://books.openedition.org/cefas/docannexe/image/1049/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search