Version classiqueVersion mobile

Les Hiğra et les forteresses du savoir au Yémen

 | 
Ismā‘īl b. ‘Alī al-Akwa‘

L’apparition des hiğra au Yémen

Texte intégral

  • 35 Hiğrat Dabar est un village en ruine situé dans le Wādī al‑Farawāt, à un peu plus d’une vingtaine d (...)

1Nous ignorons la date exacte de l’apparition des hiğra au Yémen mais, comme le mentionne l’historien Yaḥyā b. al‑Ḥusayn dans son livre Anbā’ al‑zamān, certaines hiğra existaient déjà au troisième siècle de l’hégire/neuvième siècle : dans la biographie de l’imam Abū Ya‘qūb Isḥāq b. Ibrāhīm b. ‘Abbād al‑Dabarī (m. 285/898‑899), établie dans le cadre de l’année 284/897‑898, on trouve mention de Hiğrat Dabar35 à laquelle il fut lié et dans laquelle il résida ; un savant entreprit d’aller étudier auprès de cet imam et, d’après ce que l’on raconte, sur son chemin vers le Yémen il récita ce vers célèbre:

« Il faut aller à Ṣan‘ā’ même si dure le voyage. »

Et il le compléta ainsi :

« Et rejoindre le cadi à Hiğrat Dabar. »

  • 36 Al‑Rāzī, Ta’rī Ṣan‘ā’, p. 190.

Dans son livre Ta’rīḫ Ṣan‘ā’, Aḥmad b. ‘Abd Allāh al‑Rāzī (m. vers 500/1106‑07) rapporte ceci36 :

« Un homme de Ṣan‘ā’, descendant d’al‑Dabarī, m’a dit ceci : J’ai entendu dire que le chamelier marchait, sur le chemin de l’Iraq et d’ailleurs, en déclamant ceci : Il faut aller à Ṣan‘ā’ même si dure le voyage, pour son charme et pour le cheikh de Dabar ».

2Isḥāq b. Ibrāhīm b. ‘Abbād al‑Dabarī était de Dabar, localité située à une journée de Ṣan‘ā’. L’historien Muḥammad b. Yūsuf al‑Ğanadī (m. 733/1332‑33 ou après) s’est appuyé, dans son livre al‑Sulūk ṭabaqāt al‑‘ulamā’ wa-l‑mulūk, sur la biographie d’al‑Dabarī ; ‘Alī b. al‑Ḥasan al‑Ḫazrağī (m. 812/1409‑10) en a fait de même après lui dans son livre Ṭirāz a‘lām al‑zamān en rapportant le vers cité dans Ta’rīḫ Ṣan‘ā’. Mais Abū al‑Qāsim ‘Ubayd Allāh b. Aḥmad b. Ḫurradāḏbah (m. vers 280/893‑894) a mentionné une autre version du second hémistiche de ce vers :

« Il faut aller à Ṣan‘ā’ même si dure le voyage
Et même si le bâton se courbe et se tord »

  • 37 La dénomination exacte de l’école de l’imam al‑Hādī Yaḥyā b. al‑Ḥusayn est l’école Hādīwite mais on (...)
  • 38 Ceci est la principale condition imposée à l’imam mais il en existe d’autres, mentionnées dans les (...)

3Les hiğra se répandirent dans les régions dominées par l’école zaydite Hādīwite37 sur le plateau du Yémen. Cette école fut fondée par l’imam al‑Hādī Yaḥyā b. al‑Ḥusayn b. al‑Qāsim al‑Rassī qui vint au Yémen en provenance du Ḥiğāz au mois de ṣafar 284/mars–avril 897. Il se proclama imam et prit le nom d’imam al‑Hādī, puis, dans les régions dont les habitants étaient réceptifs à son appel, il commença à consolider son influence par la diffusion de son école et l’implantation de ses croyances. La plus importante d’entre elles est la question de l’imamat dont lui‑même et ses successeurs firent un des piliers des sources de la religion : ils consacrèrent cette fonction à al‑Ḥasan et al‑Ḥusayn, les fils de ‘Alī b. Abī Ṭālib38 – Que Dieu soit satisfait d’eux – et l’interdirent à tous les autres, quel que soit leur niveau dans le domaine de la science et leur rang dans la hiérarchie sociale. Si quelqu’un d’autre que les alides exerçaient le pouvoir dans une région dominée par l’école de l’imam al‑Hādī, celle‑ci imposait à ses savants d’émigrer et de répondre à l’appel de leurs imams. Car demeurer sous l’ombre d’un tel gouverneur revenait en effet à légitimer son pouvoir. Selon certains savants de l’école zaydite, celui qui n’était pas descendant des deux petits‑fils du Prophète, usurpait le droit de quelqu’un d’autre en devenant le chef suprême des musulmans. On devait donc le combattre et le tuer, comme le déclara dans un décret religieux l’imam al‑Manṣūr ‘Abd Allāh b. Ḥamza contre l’imam Našwān b. Sa‘īd al‑Ḥimyarī (m. après 573/1177–1178) dans un célèbre poème ordonnant son assassinat et ce, tout en reconnaissant qu’il appartenait à l’une des plus prestigieuses familles du Yémen, qu’il était un savant illustre dans tous les domaines, que ses sentences étaient appliquées, que ses ordres étaient exécutés, qu’il n’avait aucune faute à son passif si ce n’est d’avoir revendiqué l’imamat en n’étant pas descendant de ‘Alī et de Fāṭima. Ce poème est le suivant:

« Que pensez‑vous d’un homme qui croit et jeûne
Voit un seul Dieu, raisonne et respecte l’heure
Qui connaît toutes les choses cachées
Dont la réputation s’est diffusée
Aucune science parmi les sciences
Dont il n’ait tiré connaissance
À la vraie religion il est attaché
Son avis est ferme et son corps en santé
Il ne descend ni de Ḥasan ni de Ḥusayn
Mais d’une très grande famille du Yémen
Il est franc et ne sait rien cacher
Puis l’imamat a revendiqué
Son calame a rédigé ses opinions
Ses épées ont appliqué ses décisions
Il a tué le voleur le guerrier
Et le cou des rebelles il a tranché
Il a dirigé contre eux des cavaliers
Et sur la terre ennemie des armées »

4Puis, après cet éloge réaliste, l’imam ‘Abd Allāh b. Ḥamza demanda à l’assistance de juger Našwān en disant ceci :

« Quelle est sa valeur pour les gens de mérite?
Son origine est éloignée de la mienne
Il n’est ni de mon clan ni de ma famille
Celle du Prophète ayant toute science »

5Et quand il sut avec certitude quelle serait la réponse qu’ils feraient à sa demande, il mit en évidence la position de ses ancêtres à ce sujet – qui était la sienne aussi – en disant ceci :

« S’il était auprès de mes ancêtres
Ceux‑ci lui couperaient la langue
Que ses fils soient orphelins à la fin de la nuit
S’il commence à revendiquer le droit d’autrui »

6Mutarafides et mu‘tazilites reconnaissent l’imam qui ne descend pas des deux petits‑fils du Prophète. L’imam Našwān b. Sa‘īd al‑Ḥimyarī adopta et appliqua pour lui‑même ce principe, ce qui provoqua la vengeance de l’imam al‑Manṣūr ‘Abd Allāh b. Ḥamza contre cette secte qui était aussi chiite et qu’il anéantit en détruisant ses hiğra.

  • 39 Pour les Hādīwites, une des conditions de la validité de la prière du vendredi est la présence d’un (...)

7Si les savants et les dirigeants de l’école d’al‑Hādī ne pouvaient sortir des régions qui étaient sous l’influence d’un gouverneur ne descendant pas des deux petits‑fils du Prophète, ils ne devaient pas assister à la prière du vendredi de ce gouverneur et de ses hommes39 : ils devaient attendre que se présente à eux l’occasion d’émigrer ou de lancer, sous le commandement d’un imam, une opposition violente au cours de laquelle celui‑ci ferait périr le gouverneur et l’éliminerait.

8Voici les principales raisons de l’apparition des hiğra.

1 ‑ Divergence entre la croyance du gouverneur et celle des gouvernés

  • 40 La population de San‘ā’ comptait alors des sunnites, des chaféites et des zaydites.

9Certaines hiğra apparurent au moment où le missionnaire (dā‘ī) ‘Alī b. Muḥammad al‑Ṣulayḥī prit le pouvoir au Yémen au cinquième siècle de l’hégire/onzième siècle et étendit son influence sur toutes les circonscriptions du pays. Il appartenait à l’école ismaélienne et tenait son influence spirituelle du fatimide al‑Mustanṣir. De nombreux savants du Yémen fuirent son pouvoir et se dirigèrent vers les régions inaccessibles qu’il ne pouvait atteindre ; ils y fondèrent des hiğra pour s’y réfugier avec leurs croyances afin de ne pas être persécutés dans leur religion. La hiğra la plus importante qui apparut à ce moment‑là fut Hiğrat Waqaš, construite par Ibrāhīm b. al‑Hayṯam, Cette situation dura jusqu’à la fin de la dynastie sulayhide (439–542/1047–1138). Il en fut de même à l’époque de la dynastie ayyoubide (569–626/1173–1229) ; quand celle‑ci étendit son infuence sur la montagne, notamment Ṣan‘ā’, les savants et les jurisconsultes zaydites qui le purent émigrèrent40. Il en fut de même à l’époque de la dynastie rassoulide (626–858/1229–1454), puis à l’époque de la dynastie tahiride (858–933/1454–1526) ; les gouverneurs de ces trois dynasties appartenaient à l’école chaféite. Et il en fut de même lors de la première période (945–1045/1536–1635) et de la seconde période (1265–1336/1872–1918) de la dynastie ottomane. Celle‑ci suivait l’école hanafite : les lois qui étaient en vigueur dans la capitale de l’Empire et dans les provinces qui lui étaient rattachées étaient établies selon cette école.

10Des hiğra apparurent également à l’époque de l’imam al‑Mutawakkil Ismā‘īl, fils de l’imam al‑Qāsim b. Muḥammad (m. 1087/1676) quand celui‑ci fit de la ville de Ḍawrān, centre de la juridiction d’Ānis, le siège de son pouvoir. De nombreux savants de son école allaient à lui et restaient auprès de lui pour rendre justice et prononcer des décrets religieux. Il demandait à certains d’entre eux de s’installer dans certains villages de la région d’Ānis afin d’y implanter et d’y enraciner l’école de l’imam al‑Hādī, À son époque, les gens de la région de la montagne orientale, vers Ānis, et les gens de Ḥadda, abandonnèrent l’école chaféite pour l’école zaydite.

2 ‑ La révolte contre l’oppresseur

  • 41 Les conditions exigées pour l’accès à l’imamat sont au nombre de quatorze. Sept d’entre elles sont (...)

11Les régions dans lesquelles était répandue l’école zaydite étaient parfois gouvernées par des personnes n’appartenant pas à cette école. Un savant qui répondait aux conditions de l’imamat41 se révoltait alors contre ce gouverneur, se rendait auprès d’une tribu du nord connue pour sa force et sa dissidence et revendiquait l’imamat. Si son séjour dans le village où il s’était installé se prolongeait, celui‑ci se transformait en hiğra après que l’eurent rejoint, pour diffuser son appel, les hommes qui l’assistaient, le soutenaient et lui étaient liés. Une grande tribu pouvait attirer sur son territoire un savant reconnu pour sa compétence afin qu’il devienne imam ; de là, il lançait son appel et était doté d’hommes et d’argent.

12Si, au sein d’une tribu, un imam revendiquait l’imamat sans pouvoir diffuser son appel depuis la capitale – Ṣan’ā’ – soumise à l’influence d’un autre gouverneur, il cherchait à entrer en contact avec les savants, les chefs de clans et les cheikhs du pays qui pourraient l’aider et l’assister. Il écrivait à chacun d’entre eux un message l’informant que les gens de pouvoir (ahl al‑ḥall wa-l‑‘aqd) l’avaient choisi et reconnu comme imam et qu’il avait besoin du secours des savants et des dirigeants. Il demandait à ceux à qui il écrivait de pousser les savants à le reconnaître et à le rejoindre rapidement pour qu’il renforce, grâce à eux, sa position et sa puissance afin de vaincre le gouverneur du pays.

  • 42 Al‑Hādī Šaraf b. Muḥammad ‘Ušayš (1245‑1307/1829‑1890) revendiqua l’imamat en 1295/1878.
  • 43 ‘Abd Allāh b. ‘Alī b. ‘Abd al‑Raḥīm al‑‘Ansī naquit à Ḏamār, Il se rendit auprès de l’imam mentionn (...)

13Nous disposons d’un message non daté adressé par l’imam al‑Hādī Šaraf b. Muḥammad ‘Ušayš42 au cadi ‘Abd Allāh b. ‘Alī b. ‘Abd al‑Raḥīm al‑‘Ansī43 l’incitant à le rejoindre rapidement. En voici le texte :

« Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux

  • 44 Sourate al‑ṣaff (Le rang), LXI/10‑11 ; traduction de D. Masson.

Louange à Dieu – Grand et Puissant – qui a dit: « Ô vous les croyants ! Vous indiquerai‑je un marché qui vous sauvera d’un châtiment douloureux ? Vous croirez en Dieu et en son Prophète ; vous combattrez dans le chemin de Dieu avec vos biens et vos personnes. – Voilà un bien pour vous ; si vous saviez ! – »44. Prière et paix sur le Prophète de Dieu et sur les membres de sa famille qui ont suivi sa conduite exemplaire et emprunté sa voie droite. Il a dit: « Celui qui a entendu nos appels – ceux de la famille du Prophète – et n’y a pas répondu, Dieu l’a renversé sur le nez dans le feu de l’enfer ».

  • 45 Il s’agit ici des militaires de l’État ottoman.

Ces lignes viennent du pays d’al‑Ahnūm et le cœur est blessé par les affronts des ‘Ağam45. L’appel que nous avons lancé a été approuvé et nous avons continuellement envoyé des lettres aux gens sensés. Les grands savants sont arrivés du sud et du nord et ont rejoint les vénérables seigneurs et les nobles chefs, gens de pouvoir et de décision : tous se sont engagés à nous obéir et sont disposés à suivre notre voie. Sont ensuite arrivés le fils de l’imam, Sayf al‑Islām Muḥammad, et tous ses vénérables frères. Ils nous ont donné leur parole et se sont engagés à respecter nos ordres et nos interdictions, ceci dans le but de satisfaire Dieu, revivifier sa religion, lutter pour lui, rendre justice à l’opprimé et mettre en œuvre ce qui s’accorde avec la volonté du Vivant, de l’Immuable. Toi dont nous ne pouvons nous passer, nous te prions de nous reconnaître, de t’engager à nous obéir, de rejoindre notre maître et de t’installer dans notre hiğra. Toi, pour soutenir Dieu et son Prophète, tu prendras soin de pousser les croyants auprès du Maître des deux Mondes et nous, nous pourvoirons aux besoins de l’islam et des musulmans.

Nous sommes enthousiastes et unis et demandons à Dieu secours, soutien, succès et victoire.

  • 46 Sourate al‑Anfāl (Le butin), V1II/24‑25 ; traduction de D. Masson.

Nous n’insistons pas plus pour vous prier d’arriver promptement et nous rejoindre rapidement : « Ô vous qui croyez ! Répondez à Dieu et à son Prophète, lorsqu’il vous appelle à ce qui vous fait vivre. Sachez qu’en vérité Dieu se place entre l’homme et son cœur, et que vous serez tous rassemblés devant lui. Craignez une épreuve qui n’atteindra pas spécialement ceux d’entre vous qui sont injustes. Sachez que Dieu est terrible dans son châtiment »46.

Que Dieu te bénisse, améliore ta situation, ta religion, ta vie sur terre et dans l’au‑delà.

Que la paix soit sur vous, que Dieu vous donne miséricorde et bénédiction, qu’Il prie pour Muḥammad et lui accorde la paix ainsi qu’à sa famille.

  • 47 Ce document m’a été communiqué par le cadi Ḥamīd b. Muṭahhār b. ‘Abd Allāh al‑‘Ansī, descendant du (...)

Ceci est conseillé à vos frères musulmans: « Le souvenir est bon pour les croyants »47. »

3 ‑ La contestation du pouvoir de l’imam

14Un savant pouvait considérer qu’il était plus digne de l’imamat que l’imam au pouvoir car il répondait mieux aux conditions exigées et qu’il était plus compétent pour en assumer la fonction, soit en raison de l’incapacité de celui‑ci à supporter le fardeau de cette lourde charge, soit en raison de l’apparition de la corruption sous son règne, soit en raison de son ambition à s’approprier l’imamat. Ce savant se rendait alors, en secret, dans une tribu dissidente après avoir contacté les chefs de celle‑ci pour qu’ils l’acceptent, l’aident et le reconnaissent au moment où il se proclamerait imam, et qu’ils soient à ses côtés et accueillent – quand ils le rejoindraient – les savants, les chefs et les dirigeants qui l’assistaient et le soutenaient. Mais il pouvait aller dans la tribu qui lui avait promis son secours seulement après que ses amis et adjoints s’y furent rendus. Lorsqu’il atteignait son refuge et que ses gens le rejoignaient, le village dans lequel il se trouvait devenait son quartier général et il se proclamait imam. Lorsque sa situation se renforçait et prenait de l’ampleur par la réponse d’autres tribus à son appel, il prenait le commandement de leurs guerriers pour s’emparer des rênes du pouvoir par la force au détriment de l’imam précédent. S’il remportait la victoire, il équipait les tribus qui s’étaient alliées à lui sous le commandement de personnes en qui il avait confiance parmi ses fidèles adjoints. Si le succès lui était destiné, son but se réalisait. Sinon, pour préparer une nouvelle campagne, il retournait vers la hiğra depuis laquelle il avait revendiqué l’imamat, à condition toutefois que les tribus qui l’avaient reconnu précédemment continuent à le soutenir. Si ses adjoints et assistants se désolidarisaient de lui, et si leur enthousiasme envers lui se relâchait, il se résignait à rester dans cette hiğra, enseigner et se consacrer à la science à condition que l’imam qui l’avait vaincu ne demande pas à la tribu qui lui avait accordé l’hospitalité de le livrer ou de le chasser. Il pouvait partir dans une autre tribu dans laquelle l’imam l’autorisait à rester si celle‑ci garantissait qu’elle ne lui permettrait pas de pratiquer une autre activité que l’enseignement. Si les perspectives étaient étroites devant lui, il pouvait tenter, par l’intermédiaire de certains de ses amis, de se réconcilier avec l’imam : il retournait humblement vers lui et lui demandait pardon.

4 ‑ La destitution de l’imam

15Les savants et les dirigeants qui faisaient partie des gens de pouvoir (ḏū al‑ḥall wa-l‑‘aqd) pouvaient considérer que l’imam que l’on avait reconnu n’était plus apte à assurer cette fonction et ils se présentaient à lui pour lui demander de renoncer à l’imamat. S’il était faible, il y renonçait pacifiquement et ils concluaient un accord avec un autre homme pour le remplacer. S’il était fort, il refusait de renoncer à sa fonction, s’accrochait à son droit de rester imam et préparait les armes pour faire face au rassemblement des tribus qui était susceptible de se produire contre lui pour le défaire par la force. S’il était vaincu mais sauvé de la mort, il demandait à ceux qui s’étaient levés contre lui la permission de rester dans un village qu’il choisissait comme hiğra. Il y passait le reste de sa vie, loin de l’influence de l’imam adverse sous le règne duquel la sécurité ne lui était assurée, ni à lui, ni à ses hommes, et il se consacrait à l’enseignement.

16L’imam au pouvoir pouvait demander à la tribu qui avait accueilli une personnalité importante de ne plus lui accorder son tahğīr s’il voyait en elle une menace pour son existence en tant qu’imam, ou si elle cherchait à soulever les tribus contre lui et tentait de poser en travers de sa route nombre de difficultés compromettant sa stabilité et sa quiétude. À ce propos, on peut citer ce qu’a écrit l’imam al‑Manṣūr Muḥammad b. Yaḥyā Ḥamīd al‑Dīn aux cheikhs des Banū Ṣuraym de Ḥāšid demandant d’annuler le tahğīr qu’ils avaient accordé à Ṣāliḥ al‑Ğurbānī. Voici le texte de son message :

« Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux

Chers serviteurs et vénérables amis de la vérité, cheikhs des Banū Ṣuraym, que Dieu améliore votre condition et vous rende fidèles au Coran et à la famille de ‘Adnān.

Ces lignes sont écrites après réception de votre lettre concernant Ṣāliḥ al‑Ğurbānī qui a trahi Dieu et les gens qui lui ont accordé leur tahğīr (al‑muhağğirūn la‑hu).

  • 48 Ḫamir : célèbre village des Banū Suraym protégé par les Ḥāšid.

Nous vous demandons d’annoncer, dans le souk de Ḫamir48, que vous annulez le tahğīr que vous lui avez accordé, à lui et aux hommes qui l’ont suivi dans l’égarement. Vous serez informés à son sujet. Gare à celui qui n’obtempère pas.

Que Dieu vous bénisse et vous accorde la paix. Ceci a été écrit le 17 ramaān 1315 [1898]. »

17Au‑dessus de ce message se trouve le cachet de l’imam mentionné :

  • 49 Cette date est celle à laquelle il est devenu imam.

« Le Prince des Croyants, al‑Manṣūr, investi par Dieu, seigneur des Deux Mondes, en 1307 [1889‑90] »49.

5 ‑ Insécurité dans les villes

18Les villes du Yémen – surtout Ṣan‘ā’ ‑ étaient exposées, de temps à autre, aux attaques et aux sièges des tribus lorsque le pays n’était pas gouverné par un homme fort qui préserve la paix et la sécurité et qui instaure la prospérité et la stabilité. Cela poussait la plupart des tribus du nord, misérablement pauvres, à s’élancer et à se répandre comme des sauterelles. Elles coupaient les routes, attaquaient les villes et les villages, les dévastaient et les pillaient, et infligeaient à leurs habitants d’importants préjudices moraux et matériels et de lourdes pertes en détruisant et démolissant leurs maisons.

  • 50 Dans son livre al‑La’ālī al‑muḍi’a, l’historien Aḥmad b. Muḥammad al‑Šarafī rapporte ceci, à partir (...)

19La plus grande catastrophe qui pouvait tomber sur la capitale était celle provoquée par quelqu’un qui visait le pouvoir en soulevant les tribus. Il attisait leurs ambitions et leur volonté de vengeance et les poussait devant lui pour atteindre son but et s’approprier le pouvoir. La compétition pour s’emparer de Ṣan‘ā’ était si fréquente parmi les prétendants au pouvoir50 que, lorsque le siège de la ville s’intensifiait, certains savants et gens de mérite quittaient celle‑ci, non sans difficulté. Ils partaient s’installer, en quête de sécurité et de stabilité, dans quelque village éloigné qui se transformait alors en hiğra.

6 ‑ Diffusion de la conscience religieuse

20Lorsque se propageait l’ignorance des préceptes, théoriques et pratiques, de la loi musulmane parmi les tribus de l’est et du nord du Yémen, les habitants de ces régions retournaient à leurs coutumes traditionnelles : parfois, ils autorisaient ce que Dieu avait interdit et interdisaient ce que Dieu avait autorisé. Un savant s’empressait alors d’émigrer vers ces tribus pour y diffuser l’enseignement et les instruire sur le licite et l’illicite, ceci en vertu des paroles de Dieu le Très‑Haut :

  • 51 Sourate Āl ‘Imrān (La famille de ‘Imrān), III/187 ; traduction de D. Masson.

« Lorsque Dieu contracta une alliance avec ceux auxquels le Livre a été donné, il leur dit : Vous l’expliquerez aux hommes, vous ne le garderez pas caché »51.

21Si de nombreuses personnes en quête de savoir le rejoignaient, le village dans lequel s’était installé ce savant se transformait en hiğra. Une tribu pouvait inviter un savant à résider parmi elle afin qu’il diffuse l’enseignement, explique aux gens leur religion, règle les conflits, s’occupe du partage des héritages, de l’enregistrement des démarches telles que les achats, les ventes, les mariages, les divorces, et de toute affaire qui retourne nécessairement à un juge de la loi musulmane (ḥākim šar‘ī). Et la tribu lui accordait son tahğīr – à lui et à sa demeure. Par ailleurs, les hiğra accueillaient chaque année un grand nombre de ruraux en quête de savoir que l’on appelait les muhāğirūn durant la période au cours de laquelle ils se consacraient à l’étude. Ils s’installaient dans des pièces mitoyennes des oratoires et des mosquées et étaient fortement aidés par les gens de bien qui devaient leur fournir leur pain quotidien en cas de besoin ; ceci s’appelait rātib. Les savants les aidaient aussi beaucoup en leur prêtant des livres qu’ils lisaient ou dont ils faisaient des copies. Souvent, un grand savant retournait dans son village pour diffuser le savoir et enseigner, ceci en vertu des paroles du Très‑Haut :

  • 52 Sourate Al‑Tawba (L’immunité), 00122 ; traduction de D. Masson.

« Pourquoi quelques hommes de chaque faction ne s’en iraient‑ils pas s’instruire de la Religion afin d’avertir leurs compagnons lorsqu’ils reviendraient parmi eux ? Peut‑être, alors, prendraient‑ils garde »52.

22Afin que l’on étudie auprès de lui et que l’on profite de son savoir, son village se transformait alors en une hiğra destinée notamment à ses habitants.

7 ‑ L’isolement et la dévotion

23Au huitième siècle de l’hégire/quatorzième siècle apparurent des hiğra propres aux ascètes qui s’étaient éloignés des plaisirs et des joies de ce monde, consacrés à la dévotion et investis dans la dimension spirituelle de l’être humain.

24L’ascète dévot, Ibrāhīm b. Aḥmad al‑Kayni‘ī, mort à Ṣa‘da en 793/1390–91, fut le premier à créer ce type de hiğra et il poussa les disciples qui avaient suivi sa voie à créer pour eux, dans leurs contrées, des hiğra semblables à la sienne. Chaque année, il leur rendait visite dans leur hiğra et leur assurait sa bienveillance. Parmi ses disciples les plus illustres figurent al‑Ḥasan b. Mūsā b. al‑Ḥasan al‑Awṭānī dont la hiğra, située dans le pays de Maḏḥiğ, s’appelait Hiğrat al‑Awṭān, et Ḥasan Salmān, dont la hiğra, qui existe encore aujourd’hui dans le miḫlāf de Wādī al‑Ḥārr (a‘māl de Ḏamār), porte également le nom Hiğrat Ḥasan Salmān. Parmi les hiğra où résida Ibrāhīm b. Aḥmad al‑Kayni‘ī, citons Hiğrat Ma‘bar, à Ğahrān, Hiğrat ‘Arām et Hiğrat al‑Wašal, dans le Wādī Zubayd (miḫlāf de Zubayd, a‘māl de Ḏamār).

  • 53 Édité par Ibrāhīm Bāğis ‘Abd al‑Mağid sous le titre al‑Amr bi-l‑‘uzla fi āḫir al‑zamān, Dār Ibn al- (...)

25L’imam Muḥammad b. Ibrāhīm al‑Wazīr (m. 840/1436–1437), auteur d’al‑‘Awāṣim wa-l‑qawāṣim al‑ḏabb ‘an sunnat Abī al‑Qāsim, suivit également cette voie. Vers la fin de sa vie, il s’isola et composa à ce sujet un livre qu’il intitula Anīs al‑akyās fī faḍl al‑i‘tizāl ‘an al‑nās53.

26Voici donc les principaux facteurs de l’apparition des hiğra dans les régions où est répandue l’école zaydite.

27Si nous identifions les plus célèbres savants du Yémen, nous constatons que les plus illustres d’entre eux ont vécu dans des hiğra et des forteresses du savoir : soit ils y sont nés, soit ils y ont habité, soit ils y ont séjourné un certain temps.

Abū Muḥammad al‑Ḥasan b. Aḥmad b. Ya’qūb al‑Hamdānī

28Flambeau du Yémen. Historien, généalogiste, poète, astronome, linguiste, grammairien. Auteur du livre al‑Iklīl (en dix tomes), il apporta une grande contribution à de nombreuses sciences islamiques. Il naquit à Ṣan‘ā’ le mercredi 19 ṣafar 280/10 mai 893 et y vécut. Puis, il s’installa à Ṣa‘da et séjourna à La Mekke un certain temps. Ensuite, il s’en retourna au Yémen par amour pour son pays, par fierté pour son histoire ancienne et par respect pour ses grands personnages et ses chefs. Son itinéraire se termina au nord de Ṣan‘ā’, à Raydat al‑Bawn qui est une célèbre forteresse du savoir ; il s’y installa et y composa, entre autres, son livre al‑Iklīl. Il y mourut vers le milieu du quatrième siècle de l’hégire/milieu du dixième siècle.

Našwān b. Sa‘īd al‑Ḥimyarī

29Savant illustre dans le domaine de la langue, le commentaire du Coran, la grammaire et la conjugaison, les sources de la jurisprudence et ses branches, l’histoire et la généalogie, et tous les arts des lettres. Il était aussi poète et conteur. Il est l’auteur du livre Šams al‑‘ulūm wa-dawā’ kalām al‑‘Arab min al‑kulūm sur la langue, la conjugaison, les plantes, les noms de pays, les personnages célèbres, etc. (en quatre gros tomes). Il vécut à Hiğrat Ḥūṯ et y naquit peut‑être. À propos de Ḥūṯ, il dit, dans son encyclopédie Šams al‑‘ulūm :

« À Ḥūṯ se trouve le sanctuaire de Našwān b. Sa‘īd, l’auteur de ce livre ».

Puis il dit :

« Loin de Ḥūṯ chez les Banū Ḥarb / Mon cœur est meurtri par des soucis ».

30Ensuite, il voyagea et revendiqua l’imamat. Il domina quelques régions où il réussit à glorifier la science mais son étoile faiblit et il ne rencontra pas le succès. Il vécut la fin de sa vie à Ḫawlān b. ‘Amr, dans la région de Ṣa‘da, et mourut à proximité de Ḥaydān en 573/1177 ‑78.

Muḥammad b. Ibrāhīm b. ‘Alī al‑Wazīr

31Savant accompli dans de nombreuses sciences, illustre dans le domaine du hadith.

  • 54 Édité en neuf volumes par Šu‘ayb al‑Arnā’ūt, Mu’assasat al‑risāla.

32Adepte du raisonnement personnel (iğtihād), il renonça à l’imitation (taqlīd), reprocha aux savants de son temps leur obstination à ce sujet et les poussa à reconsidérer le Coran et la Sunna. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment d’al‑‘Awāṣim wa-l‑qawāṣim al‑ḏabb ‘an sunnat Abī al‑Qāsim54. Il naquit au mois de rağab 776/décembre 1374–janvier 1375 à Hiğrat al‑Ẓahrāwayn qui est l’une des hiğra des Āl al‑Wazīr et il mourut à Ṣan‘ā’ en 840/1436–1437.

Yaḥyā b. Ḥamza b. ‘Alī b. Ibrāhīm

33Imam et savant, adepte du raisonnement personnel (iğtihād). Illustre dans de nombreuses sciences, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment al‑Ṭirāz fī ‘ulūm al‑balāġa wa-l‑i‘ğāz et al‑Intiṣār ‘alā ‘ulamā’ al‑amṣār fī taqdīr al‑muḫtār min maḏāhib al‑a’imma wa-aqāwīl ‘ulamā’ al‑umma fī al‑asrār (en 18 tomes). Il naquit à Ḥūṯ (on dit aussi à Ṣan‘ā’) en 669/1270‑1271 et il séjourna à Hiğrat Ḥūṯ. Il revendiqua l’imamat au mois de rağab 729/1328‑1329 (on dit aussi en 730/1329–1330) mais il échoua en raison de trois imams qui lui étaient opposés. Il mourut à Ḏamār au mois de ramaḍān 749/novembre–décembre 1348.

Aḥmad b. Yaḥyā b. al‑Murtaḍā, l’imam al‑Mahdī

34Savant accompli dans de nombreuses sciences. Illustre dans le domaine de la jurisprudence, il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment al‑Baḥr al‑zaḫḫār al‑ğāmi‘ li‑maḏāhib ‘ulamā’ al‑amṣār. Il revendiqua l’imamat à Ṣan‘ā’ en 793/1390–1391 mais il échoua : l’imam ‘Alī b. Ṣalāḥ remporta sur lui la victoire et le séquestra dans la prison de Ṣan‘ā’. Mais il put s’enfuir et se rendit dans de nombreuses hiğra. À la fin de ses jours, il s’installa à Ẓafīr Ḥağğa, une célèbre forteresse du savoir, et y mourut en 840/1436–1437.

Ṣāliḥ b. Mahdī al‑Maqbalī

35Savant illustre dans de nombreuses sciences. Grand adepte du raisonnement personnel (iğtihād), il renonça à l’imitation (taqlīd) et étudia le Coran et la Sunna du Prophète. Il est l’auteur d’ouvrages fondamentaux, entre autres al‑‘Alam al‑šāmiḫ ; al‑Manār al‑muḫtār min ğawāhir al‑baḥr al‑zaḫḫār et al‑Abḥāṯ al‑musaddada. Il étudia à Hiğrat Ṯulā. Quand s’intensifièrent contre lui les réprobations des ennemis de la Sunna, il vendit sa maison, émigra à La Mekke, s’y installa et y mourut au mois de rabī‘ al‑awwāl 1108/septembre–octobre 1696.

Al‑Ḥasan b. Aḥmad al‑Ğalāl

36Savant, adepte du raisonnement personnel (iğtihād), enclin à l’étude de la Sunna. Il l’auteur de nombreux ouvrages dont le plus illustre est Ḍaw’ al‑nahār al‑mušriq ‘alā ṣafaḥāt al‑azhār. Il naquit à Hiğrat Ruġāfa (a‘māl de Ṣa‘da) au mois de rağab 1014/novembre–décembre 1605 et mourut à al‑Ğirāf, dans la région de Ṣan‘ā’, en 1084/1673–1674.

Yaḥya b. al‑Ḥusayn, fils de l’imam al‑Qāsim b. Muḥammad

  • 55 Parmi eux la transformation des terres sur lesquelles s’étendait son influence en terres arāğ. Il (...)

37Savant adepte du raisonnement personnel (iğtihād), grand connaisseur du Coran et de la Sunna, historien. Il est considéré comme le plus grand savant de la famille Qāsim. Il renonça à l’imitation (taqlīd), étudia le Coran et la Sunna. Ses ouvrages les plus importants sont Anbā’ al‑zamān ta’rīḫ al‑Yaman, Ṭabaqāt al‑zaydiyya et al‑Mustaṭāb. Il ne reconnut pas son oncle paternel, l’imam al‑Mutawakkil Ismā‘īl, car il désapprouvait certains de ses actes55, et il s’opposa au cadi Aḥmad b. Sa‘d al‑Dīn al‑Maswarī dans un traité qu’il intitula Ṣawārim al‑yaqīn li‑qaṭ‘ šukūk al‑qāḍī Aḥmad b. Sa‘d al‑Dīn, Des disputes et des conflits se produisirent entre lui et les savants de son temps en raison de son penchant pour l’étude du Coran et de la Sunna. Il naquit en 1035/1625–1626 dans une célèbre forteresse du savoir, Šahāra, et mourut à Ṣan‘ā’ en 1100/1688–1689.

Muḥammad b. Ismā‘īl b. Ṣalāḥ al‑Amīr

38Savant illustre dans de nombreuses sciences, notamment celles du hadith qu’il dominait à son époque. Il renonça à l’imitation (taqlīd) et se consacra au raisonnement personnel (iğtihād). Ses ouvrages les plus célèbres sont Subul al‑salām, commentaire de Bulūġ al‑marām d’Ibn Ḥağar et Minḥat al‑ġaffār ‘alā ḍaw’ al‑nahār et ‘Iddat al‑aḥkām, commentaire de ‘Umdat al‑aḥkām d’Ibn Daqīq al‑‘Īd. Il joua un grand rôle dans la diffusion des sciences de la Sunna à Šahāra et dans d’autres hiğra. Il naquit en 1099/1687–1688 à Hiğrat Kuḥlān, y fut élevé et y étudia. Puis il se rendit avec son père à Ṣan‘ā’ et y étudia jusqu’à ce qu’il atteigne le niveau du raisonnement personnel (iğtihād). Après cela, il alla d’hiğra en hiğra, la plus illustre d’entre elles étant Šahāra, Il mourut à Ṣan‘ā’ en 1182/1768–1769.

‘Abd al‑Qādir b. Aḥmad b. ‘Abd al‑Qādir b. ‘Abd al‑Nāṣir

39Savant accompli dans de nombreux arts, illustre dans les sciences du hadith et du commentaire du Coran. Il enseigna à Kawkabān, une célèbre forteresse du savoir. Il composa de nombreux ouvrages, notamment des traités. Il partit s’installer à Ṣan‘ā’ et y vécut jusqu’à sa mort en 1207/1792–1793. Il était né à Kawkabān en 1135/1722–1723.

Muḥammad b. ‘Alī b. Muḥammad al‑Šawkānī

40Imam, adepte du raisonnement personnel (iğtihād), cheikh de l’islam, grand juge. Il renonça à l’imitation (taqlīd) et excella dans les sciences de la Sunna. Il fut maître de l’enseignement à la Mosquée de Ṣan‘ā’ et fut à la tête de la judicature suprême sous le règne de trois imams. Il ne cessa d’enseigner et d’écrire et composa de nombreux ouvrages sur le commentaire du Coran, les sources de la jurisprudence et les sciences de la Sunna. Le plus illustre d’entre eux est Nayl al‑awṭār, commentaire de Muntaqā al‑aḫbār d’Ibn Taymiyya, al‑Fatḥ al‑qadīr al‑ğāmi’ bayn fannay al‑riwāya wa-l‑dirāya min ‘ilm al‑tafsīr et al‑Sayl al‑ğarrār al‑mutadaffiq ‘alā ḥadā‘iq al‑azhār. Il naquit à Hiğrat Šawkān en 1173/1759–1760 et mourut en 1250/1834–1835.

Notes

35 Hiğrat Dabar est un village en ruine situé dans le Wādī al‑Farawāt, à un peu plus d’une vingtaine de kilomètres de Ṣan‘ā’, en direction du sud. Il n’en reste que les vestiges et la mosquée, et, à l’est, quelques tombes dont celle de l’imam al‑Daban –Que Dieu lui accorde sa miséricorde.

36 Al‑Rāzī, Ta’rī Ṣan‘ā’, p. 190.

37 La dénomination exacte de l’école de l’imam al‑Hādī Yaḥyā b. al‑Ḥusayn est l’école Hādīwite mais on l’appelle l’école zaydite en raison des relations étroites qui existent entre elles. Conformément aux propos de l’imam Zayd b. ‘Alī, les Hādīwites préfèrent ‘Alī b. Abī Ṭālib – Que Dieu soit satisfait de lui – à tous les autres compagnons du Prophète – Que Dieu prie pour lui et lui accorde la paix. Mais l’imam Zayd autorise l’imamat à la personne dont le mérite est moindre (mafḍūl). Il reconnaīt donc les deux premiers califes Abū Bakr et ‘Umar – Que Dieu soit satisfait d’eux. Les premiers zaydites suivirent cette voie alors que les zaydites tardifs ne reconnaissent pas l’imamat à la personne dont le mérite est moindre. Pour cela, nombre d’entre eux ont été appelés rāfidites ou gārudites car ils insultent les quatre premiers califes et ce, bien que l’imam al‑Hādī Yaḥyā b. al‑Ḥusayn ait ordonné d’être dur envers ceux qui insultent Abū Bakr et ‘Umar – Que Dieu soit satisfait d’eux. Cela a été rapporté par le cadi Aḥmad b. Sa‘īd al‑Ray’ānī, cadi de l’imam al‑Manṣūr ‘Abd Allāh b. Ḥamza et consigné par le grand historien Yaḥyā b. al‑Ḥusayn, fils de l’imam al‑Qāsim dans son livre al‑Mustatāb ; ceci a ensuite été cité par Ibn al‑Wazīr dans al‑Hidāya, puis dans Mağmu‘ buldān al‑Yaman wa-qabā’ili‑hi. Les Hādīwites agréent l’opinion de l’imam Zayd selon laquelle on doit se révolter contre l’imam qui s’est imposé et suivre un imam qui a proclamé la guerre sainte ; c’est ainsi que l’imam Zayd b. ‘Alī b. al‑Ḥusayn b. Abī Tālib s’est révolté contre Hišām b. ‘Abd al‑Malik et a trouvé la mort en 122/739‑740. Après lui, son fils Yaḥyā b. Zayd s’est révolté et a aussi trouvé la mort en 125/742‑743.

38 Ceci est la principale condition imposée à l’imam mais il en existe d’autres, mentionnées dans les ouvrages de jurisprudence zaydite. Si cette condition n’est pas remplie, il n’est pas obligatoire d’assister à la prière.

39 Pour les Hādīwites, une des conditions de la validité de la prière du vendredi est la présence d’un imam légal.

40 La population de San‘ā’ comptait alors des sunnites, des chaféites et des zaydites.

41 Les conditions exigées pour l’accès à l’imamat sont au nombre de quatorze. Sept d’entre elles sont innées : iI doit être sensé, majeur, de sexe masculin, libre, descendant de Fāṭima et de ‘Alī, saint d’esprit et sain de corps. Les sept autres sont acquises : il doit être savant, persévérant, juste, honnête, clairvoyant, préférer la paix au combat et être le premier à revendiquer l’imamat.

42 Al‑Hādī Šaraf b. Muḥammad ‘Ušayš (1245‑1307/1829‑1890) revendiqua l’imamat en 1295/1878.

43 ‘Abd Allāh b. ‘Alī b. ‘Abd al‑Raḥīm al‑‘Ansī naquit à Ḏamār, Il se rendit auprès de l’imam mentionné au mois de ū al‑ḥiğğa 1297/novembre‑décembre 1880 et mourut à Wādi‘a au mois de šawwāl 1301/juillet 1884.

44 Sourate al‑ṣaff (Le rang), LXI/10‑11 ; traduction de D. Masson.

45 Il s’agit ici des militaires de l’État ottoman.

46 Sourate al‑Anfāl (Le butin), V1II/24‑25 ; traduction de D. Masson.

47 Ce document m’a été communiqué par le cadi Ḥamīd b. Muṭahhār b. ‘Abd Allāh al‑‘Ansī, descendant du cadi ‘Abd Allāh al‑‘Ansī, destinataire de cet appel (da‘wa).

48 Ḫamir : célèbre village des Banū Suraym protégé par les Ḥāšid.

49 Cette date est celle à laquelle il est devenu imam.

50 Dans son livre al‑La’ālī al‑muḍi’a, l’historien Aḥmad b. Muḥammad al‑Šarafī rapporte ceci, à partir des propos du sayyid Ṣalāḥ b. al‑Ğalāl : « Ṣan‘ā’ et sa région étaient comme une étoffe rouge : chaque année ou chaque mois un nouveau sultan victorieux apparaissait et son peuple s’affaiblissait ; puis, ils se rendaient dans diverses contrées et les saccageaient »,

51 Sourate Āl ‘Imrān (La famille de ‘Imrān), III/187 ; traduction de D. Masson.

52 Sourate Al‑Tawba (L’immunité), 00122 ; traduction de D. Masson.

53 Édité par Ibrāhīm Bāğis ‘Abd al‑Mağid sous le titre al‑Amr bi-l‑‘uzla fi āḫir al‑zamān, Dār Ibn al-Qayyim.

54 Édité en neuf volumes par Šu‘ayb al‑Arnā’ūt, Mu’assasat al‑risāla.

55 Parmi eux la transformation des terres sur lesquelles s’étendait son influence en terres arāğ. Il est l’auteur d’un traité intitulé Iriād al‑sāmi’ ilā ğawaz a.rj māl al‑ṣawāfi’,

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search