Version classiqueVersion mobile

Les Hiğra et les forteresses du savoir au Yémen

 | 
Ismā‘īl b. ‘Alī al-Akwa‘

Exemples de conventions fondatrices de hiğra (qawā‘id al-tahğīr)

Entrées d'index

Mots clés :

imamat zaydite

Texte intégral

  • 14 Les noms de mois ont été transcrits conformément à leur orthographe dans le texte arabe.

1Voici des exemples de conventions fondatrices de hiğra (qawā‘id al‑tahğīr) accordées par les cheikhs des tribus (mašāyiḫ al‑qabā‘il) et les chefs de clans (ru’asā ‘al‑‘ašā’ir) à leurs protégés14.

Première qā‘ida

« Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux
Que Dieu prie sur notre seigneur Muḥammad et sur sa famille

  • 15 Nous ignorons tout de la vie du cadi ‘Alī b. Qāsim al‑‘Ansī, même ses dates de naissance et de mort (...)
  • 16 Hiğrat al‑Raḍma est située au nord ouest de Sūq al‑Inān, dans le Ğabal Baraṭ ; Hiğrat al‑Sawāda est (...)
  • 17 Chameaux, vaches ou moutons que le coupable doit, pour être pardonné, remettre à la victime afin qu (...)
  • 18 La compensation pour une faute commise au sein d’une hiğra est quatre fois plus importante que si l (...)
  • 19 Celui qui mange dans la maison de son offenseur ne peut se venger de lui avant huit jours ; on appe (...)

Louange à Dieu et prière sur notre seigneur Muḥammad et sur sa famille. Les hommes de Ḏū ‘Amr se sont présentés et ont déclaré qu’ils renouvelaient les anciennes qā‘ida envers la famille du cadi ‘Alī b. Qāsim al‑‘Ansī15 dans leurs hiğra bénies et les lieux protégés (uram) qui leur sont dévolus, Hiğrat al‑Raḍma et Hiğrat al‑Sawāda16. Ils ont assuré que toute personne pénétrant dans ces lieux y sera en sécurité et que toute personne y commettant une faute (nukta, pl. nukat) devra donner, en compensation, quatre fois plus de bêtes à sacrifier (‘aqīra, pl. ‘aqā’ir) 17 et de vêtements neufs (kuswa, pl. kisā’)18. Si la faute est involontaire, seul un homme intègre pourra accorder le pardon. Dans les lieux protégés, le suspect (muttaham) devra donner en compensation une bête à sacrifier et un vêtement. Celui qui, dans les lieux protégés, profèrera une menace, dégaînera sa ğanbiyya ou menacera de son fusil devra donner, selon les qā‘ida en vigueur pour la hiğra, deux bêtes à sacrifier et deux têtes de mouton. Ils seront contre celui qui refusera la loi musulmane (šarī‘a, n’accomplira pas un devoir et ne se soumettra pas à Dieu, à Baraṭ et à al-Marasī. Ce dont bénéficie le cadi ‘Alī sera toujours valable pour ses héritiers sauf si leur condition s’y oppose. Personne ne peut se dresser contre cela, ni voisin (ğār bayt), ni celui qui recherche protection en chemin (rafīq ğanb), ni celui qui boit ou mange (zād ban) dans la maison de son offenseur19 ; rien ne peut s’opposer à cela. Ils blâmeront et aboliront les actes répréhensibles (munkar), et protégeront le cadi et les autres contre ceux qui les commettront. La dignité (ğāh) du cadi ‘Alī sera préservée et ses compagnons seront en sécurité même s’ils commettent des fautes (iğğa, pl. iğağ). Celui qui commettra une faute ou une action qu’il convient de ne pas faire dans une hiğra, qu’il côtoie les gens de la hiğra ou cherche refuge auprès d’eux, qu’il soit petit ou grand, humble ou puissant, cadi ou pas, parent du cadi ‘Alī ou pas, celui donc qui commettra une faute impliquera la responsabilité des garants (wuğūh al‑umanā’) de la hiğra. La parole des membres de la famille du cadi ‘Alī sera digne de confiance lorsqu’ils désigneront l’offenseur (ğarīm), qu’il soit absent (mahmī) ou suspect (muttaham). Ce qui sera commis à l’encontre des habitants de la hiğra entraînera quatre fois (tarbī‘a) la réparation de l’offense. Seul un homme irréprochable pourra pardonner. On n’écoutera pas le cadi de mauvaise foi (mubil) à la place de celui qui est de bonne foi (muiqq), celui qui est juste (munif) dans le domaine de la loi musulmane. Il devra se convaincre et se soumettre à la loi musulmane sur laquelle les cadis se sont accordés. Il ne bénéficiera pas du statut de hiğra tant qu’il ne se soumettra pas à la vérité.

Les qā‘ida de la hiğra sont en conformité avec les anciennes traditions reconnues par ses habitants et ne sont pas comparables à la loi musulmane. Aucune contestation ne sera acceptée ; ce qui a été décrété sera appliqué. Le cadi qui, dans la hiğra, commettra une faute sera en butte aux gens de la hiğra qui auront le droit de se dresser contre lui : il n’aura ni frère ni ami parmi les cadis. L’envoyé de la famille du cadi sera en sécurité ou qu’il aille. La loi musulmane ne devra susciter ni menace ni querelle. Ils accorderont la protection (al‑ğīra la‑hum) à ceux qui la demanderont (tağawwara) mais ne seront pas tenus de l’appliquer personnellement (lā ‘alay‑him ğīra). Le jour où leur compagnon de route (rafīq, sayyir) portera atteinte à leur honneur, la réparation reviendra aux gens de la hiğra et sera sous la responsabilité des garants. »

2Puis, dans la qā‘ida de la hiğra, sont mentionnés les noms des garants et de leurs tribus. Est ensuite ajouté ceci :

  • 20 Les cinq fractions tribales (amīs, pl. aḫmās) des Ḏū Muḥammad sont : Ḏū Zayd b. Suwaydān b. Muḥamm (...)

« Tout ce qui surviendra à l’encontre des cadis relèvera de la responsabilité collective des garants. Si l’un d’eux rompt son engagement – Dieu nous en préserve – tous les autres garants devront offrir réparation. Un garant ne pourra innocenter un autre garant. Les cadis sont auprès d’un homme irréprochable (abyaḍ) et tous décrètent que les hiğra de la famille du cadi ‘Alī b. Qāsim sont à eux où qu’elles se trouvent. Aucune des cinq fractions tribales20 ne peut s’exempter des droits et devoirs auxquels elle est tenue envers la hiğra si toutes les autres fractions tribales les reconnaissent selon leurs coutumes (‘urf) et leur engagement (malzam).

  • 21 En référence au village de Marāna, à al‑Marāsī, sous le Ğabal Tan.

Cette qā‘ida, qui est un renouvellement de la première qā‘ida, est authentifiée par les témoins suivants : Muḥammad b. Ğamīl Zaydān, le āğğ Hādī al‑Qaḥm al‑Sufyānī, le cheikh Ṣāliḥ Muḥammad Ziyād al‑Marānī21, le cadi Aḥmad b. Muḥammad Ḥusayn al‑‘Ansī et le cadi Ḥusayn b. Aḥmad b. ‘Izz al‑Dīn. Elle est datée du mois de rabī‘ al‑aḫar 1112 [septembre‑octobre 1700].

Ce qui suit a été écrit par le cadi Aḥmad b. Ḥusayn : « Je suis témoin de la rédaction de ce document et de l’engagement des garants mentionnés devant une grande assemblée à Hiğrat al‑Raḍma, Au verso de la qā‘ida se trouve un addenda du cadi Aḥmad b. ’Alī b. Muḥammad, écrit de sa propre main, et selon lequel la protection est garantie pour la famille du cadi ‘Alī. Ceci est tiré mot à mot de la qā‘ida, sans ajout ni retrait. Celui qui en prend connaissance peut avoir confiance. En Dieu se trouve la confiance, la force et la puissance. Grand malheur à celui qui ira à l’encontre de cette qā‘ida, qui est clairement exposée pour les cadis chiites. Il ne connaîtra que l’égarement et le châtiment.

Ceci a été consigné à Hiğrat al‑Raḍma, sous protection et bénédiction, le vendredi 16 ğumādā al‑aḫira de l’année 1198 [6 mai 1784], et a été écrit par le sayyid Yūsuf b. Muḥsin. Que Dieu soit bon envers lui.

Les limites de Hiğrat al‑Raḍma sont les suivantes : au nord, Wādī al‑Ğurābayn ; à l’ouest, le terrain appelé al‑Miḫlāba ; au sud et à l’est, les biens des Āl ‘Umayr b. ‘Alī.

Les limites de Hiğrat al‑Sawāda sont les suivantes : au nord et à l’est, le chemin conduisant au souk et à la borne ; au sud, Wādī al‑Ğurābayn, entouré par les biens des cadis.

Quiconque consulte ce document établi à la date citée ci‑dessus doit en prendre acte. Ceci a été recopié mot à mot à partir de l’original par Yūsuf b. Muḥsin – Que Dieu soit bon envers lui. Puis : Louange à Dieu. Ceci est écrit par le cadi Yaḥyā b. Yūsuf sur la qā‘ida mentionnée. Des membres de la tribu Ḏū Muḥammad se sont présentés et se sont portés garants en vertu de la qā‘ida. Al‑Šāmī a commis une faute (nukta) en prenant le cheval ; le naqīb Nāğī et les membres de la tribu Ḏū Mūsā ont amené le cheval et le coupable (āḥib al‑hiğğa) auprès de la famille du cadi ‘Alī b. Qāsim. Ni engagement (malzam) ni accompagnement (sayyira, rifqa) n’ont pu être prouvés à leur encontre comme cela est stipulé dans la qā‘ida. Ils ont donné les bêtes à sacrifier à toute la hiğra et à la famille du cadi ‘Alī b. Qāsim, En cas d’accusation, si serment il y a, une bête à sacrifier et un vêtement doivent être donnés sans que cela apparaisse au grand jour. Cela s’est passé en présence de Aḥsan b. ‘Akmān, Aḥmad b. ’Alī al‑Ḫiwānī, Muḥammad b. ‘Alī b. ‘Abd Allāh, Muḥammad b. ‘Alī b. Mahdī, Ḥusayn b. ‘Abd Allāh, Muḥammad Abū Ğašāš et un groupe de gens. Ceci a été authentifié par le cadi Aḥmad b. Ḥusayn b. Šam‘a, de sa propre main, au début du mois de rabī‘ al‑aḫar 1162 [mars 1749]. Ceci a été écrit par Yaḥyā b. Yūsuf – Que Dieu soit bon envers lui. »

3En tête de la qā‘ida est écrit ceci :

« Voici le texte de la qā‘ida ; il entre en vigueur à la date indiquée. Yūsuf b. Muḥsin – Que Dieu soit bon envers lui.

  • 22 Les cinq fractions tribales de Ḏū Muḥammad contrôlaient le souk et les chemins qui y conduisaient ; (...)

Louange à Dieu le Très‑Haut. J’ai pris connaissance de la qā‘ida qui se trouve entre les mains des cadis de la famille ‘Alī b. Qāsim al‑‘Ansī ; y sont apposés les sceaux (ṭawābi) et les signatures (‘alā’im) des Ḏū Muḥammad. En voici le texte : Notre responsabilité envers nos cadis est inscrite dans la qā‘ida qui est en leur possession et qui stipule la garantie de nos pères et de nos grands‑pères, renouvelée jours et nuits. Elle relève des responsables du mois (wuğūh ahl al‑šahr). La hiğra suit le déplacement du souk. S’il arrive quelque chose aux cadis et à leur hiğra, cela relève du responsable du mois22. Ceci est un renouvellement de la hiğra et de la garantie ; il est authentique et rien ne peut remettre en question la responsabilité des garants, en vertu de la qā‘ida du cadi ‘Alī al‑‘Ansī. Ceci est sous la responsabilité collective des signataires, les Ḏū Muḥammad, et des responsables du mois.

Ceci est valable pour les gens d’al‑Sawāda et d’al‑Raḍma et a été écrit au mois de 411 ḏū al‑qada 1267 [août‑septembre 1851].

  • 23 Ce sont Ḏū Zayd et Ḏū Mūsā, alliés contre les trois autres fractions tribales.

Celui qui renonce à son engagement et renie son pacte est contraint par le responsable du mois qui est tenu de faire cela. Le jour où le responsable du mois se manifeste, les autres fractions tribales contraignent les Āl Aḥmad b. Suwaydān, et les Āl Aḥmad b. Suwaydān contraignent les partenaires (al‑maḥlaf)23.

Ce document a été écrit par ‘Abd Allāh b. Ḥusayn b. Ṯawāba ; il porte son sceau (ṭābi‘) ainsi que ceux de Muḥammad b. Dammāğ, Ḥasan b. Mufliḥ b. ‘Umayr Taššān, Aḥmad b. Muqbil al‑Baḥr, quelqu’un de la famille Abū Ra’s dont le nom n’a pu être identifié ; au‑dessous, se trouve la signature (‘alāma) de Ḥusayn b. ‘Alī b. Ğum‘a, et celles de Aḥmad b. Nāgī b. Mayna, Muḥsin b. Ḥasan b. Ṣūfa, Yaḥyā b. Qāsim Mirwas, Aḥmad b. Nāṣir al‑Rizayqī, Ṣāliḥ b. Ḥusayn al‑Mu‘īdī, Surūr b. Munaṣṣar b. Ğizaylān, Muḥammad b. Yaḥyā b. Aḥmad al‑Sa‘r, Muḥammad b. Qāyid b. ‘Azīz Šamlān, Ḥusayn b. Hādī al‑Mu‘allim, un sceau qui est peut‑être celui de Muḥammad b. Ḥusayn Šiḍayyān, les signatures de Ṣāliḥ b. Ğalham, ‘Abd Allāh b. Aḥmad Qumši‘, Muršid b. ‘Alī al‑Šayba, un sceau qui n’a pu être identifié, et les signatures de ‘Alī b. Ḥusayn Qamlān al‑Manṣūrī et de Aḥmad b. Ḥusayn Madšal. »

4Sous les sceaux (ṭawābi‘) et les signatures (‘alā’im) est écrit ceci:

« Cette qā’ida est valable pour les membres de la famille de ‘Alī b. Qāsim, ceux qui résident à al‑Raḍma et à al‑Sawāda, et ceux qui s’y rendent. Elle a été consignée à cette date par ‘Abd Allāh b. Ḥusayn Ṯawāba devant une assemblée de Ḏū Muḥammad, L’original a été copié par ‘Alī b. ‘Abd Allāh b. Ḥusayn Ṯawāba – Que Dieu le pardonne, lui, ses enfants et tous les musulmans. »

5La copie, datée du 18 ğumādà al‑aḫira 1314 [24 novembre 1896], est semblable à l’original, sans ajout ni retrait.

6Elle débute ainsi :

  • 24 Il s’agit d’al‑Mahdī Muḥammad b. Qāsim al‑Hūṯī.

« Louange à Dieu. Cette copie a été effectuée par le naqīb al‑Ğamālī ‘Alī b. ‘Abd Allāh Ṯawāba à partir de la plume de son père le ḥāğğ al‑Faḫrī ‘Abd Allāh b. Ḥusayn Ṯawāba. Ceci est daté du mois de ša‘bān 1314 [janvier‑février 1897] – Que Dieu prie sur notre seigneur Muḥammad et sa famille – et porte la signature d’al‑Mahdī li‑Dīn Allāh24 – Que Dieu soit bon envers lui. »

Deuxième qā‘ida

« Un jeudi, quatrième jour du mois de ğumādā awwal 1070 [17 janvier 1660], se sont présentés les hommes de Ṣalāḥ b. Kawl et d’al‑Ma‘āṭara, et les cadis dont voici les noms : le cadi ‘Alī b. Ḥusayn, le cadi Ḥasan b. Ḥusayn, le cadi Ṣāliḥ b. Ḥusayn, le cadi Muḥammad b. Ḥusayn tous de la famille al‑‘Ansī. Ṣalāḥī et Ma‘ṭarī ont déclaré que les cadis de la famille Ḥusayn b. Qāsim étaient leurs cadis et le seraient toujours, et qu’ils leur accordaient, par respect et considération, le statut de hiğra. Les limites de leur hiğra sont les suivantes : à l’ouest, le puits appelé al‑Ğadīra ; à l’est, la limite d’al‑Ṭawīla ; au sud, Dār al‑Saqmā ; au nord, l’entrée du chemin menant à al‑Ma‘āṭara.

  • 25 Al‑Sara‘a : hiğra située à Baraṭ.
  • 26 Moutons, céréales et graisses que les proches apportent à la famille du marié lorsqu’ils viennent à (...)

Tout membre de la hiğra qui se rend dans un lieu appartenant aux hommes de Ṣalāḥ b. Kawl ou dans un lieu quelconque d’al‑Ma‘āṭara et y construit une maison sera respecté et considéré ; cela deviendra pour lui un lieu protégé comme la hiğra d’al‑Sara‘a25. Tout acte ou menace survenant dans la hiğra fera encourir le déshonneur des garants (‘ayb al‑umanā’] mentionnés ci‑après ; ils porteront la responsabilité de donner des animaux à sacrifier, selon ce qui sera édicté, ainsi que des vêtements ; celui qui commet un des actes mentionnés n’aura ni voisin (ğār) ni présent pour le mariage (‘urwa)26 ; aucun conflit ne pourra surgir entre eux à ce sujet. Celui qui commet un acte répréhensible dans cette hiğra, sera contraint et jugé pour cela. Si un membre d’une tribu – Ṣalāḥī ou Ma‘ṭarī – s’en prend aux membres de la famille du cadi Ḥusayn b. Qāsim ou à leurs biens, cela relèvera de la responsabilité des garants (wağīh al‑umanā’). L’acte intentionnel (‘amda) sera compensé par une quadruple réparation ; l’acte involontaire (āi’a) sera compensé par la réparation habituelle. Leurs auteurs et leurs proches seront placés sous la responsabilité des garants.

Celui qui commet un acte répréhensible (iğğa) doit, le premier, plaider son cas auprès de ses garants. Les garants doivent appliquer la loi musulmane (šarī‘a) – Que Dieu le Très‑Haut la renforce – protéger sa position et la glorifier. Que les gens de la hiğra soient à l’intérieur ou à l’extérieur des territoires Ṣalāḥī ou Ma‘ṭarī , ils seront jugés selon les règles de leur hiğra et le jugement de Dieu sera appliqué. Les cadis appliquent la loi musulmane (šarī‘a) pour eux et contre eux. Ils bénéficient de la protection (al‑ğīra la‑hum) mais la demande de protection ne leur incombe pas (al‑istiğāra lā ‘alay‑him). Les cadis ont des devoirs envers Dieu – Grand et Puissant – ­lui doivent obéissance, ordonner le bien et interdire le mal (al‑amr bi al‑ma‘rūf wa al‑nahy ‘an al‑munkar). Si, en vertu de ce devoir que Dieu les oblige à accomplir, ils doivent administrer un châtiment corporel, ils ne subiront pas de vengeance puisque, dans ce cas, ils se doivent de punir.

  • 27 Passage illisible.

Si une des parties tient des propos insultants à l’encontre des cadis, ceux‑ci ne doivent pas riposter : leur affaire sera réglée par la prison et la punition, selon la situation et sans injustice (…)27. Les garants des Ṣalāḥ b. Kawl sont : le cheikh ‘Alī b. Hādī Aḥmar al‑Šā‘ir, le cheikh Muḥammad b. Hādī Dammāğ, le cheikh Ṣāliḥ b. Muḥammad Abū ‘Aḏaba Dammāğ, le cheikh Mahdī b. Ṭabīza, le cheikh ‘Alī b. Muḥammad Ğamīl, le cheikh Muḥammad b. Ğābir b. Ḍab‘a, le cheikh Nāṣir b. Mağlayad, le cheikh Qāsim b. Nağda, le cheikh Muḥammad b. al‑Ma‘ālim, le cheikh ‘Alī b. Muḥammad ‘Ağlān et le cheikh ‘Alī b. Mut‘ib.

Ce sont les garants des Ṣalāḥ b. Kawl et leur engagement est collectif.

Les garants d’al‑Ma‘āṭara sont : le cheikh ‘Alī b. Aḥmad Ya‘qūb, le cheikh Ġānim b. Muḥammad Kuzmān, le cheikh Muḥammad b. ‘Alī b. Muḥammad Ğamīl, le cheikh ‘Alī b. Ṣāliḥ Abū Rīfa, le cheikh Ṣāliḥ b. Aḥmad Ğa‘rān, le faqīh Muḥammad b. Hādī, le cheikh Ġānim b. ‘Alī b. Quṭayna, le cheikh Ṣāliḥ b. ‘Alī Dilkān, le cheikh Ṣāliḥ b. ‘Alī ‘Ikmān, le cheikh Muḥammad b. Hādī al‑Ḍuwaynī, le cheikh Nāṣir b. Ğubrān, le cheikh Muḥammad b. ‘Alī b. Šu‘ayb, le cheikh Muḥammad b. Nāwī, le cheikh Muḥammad b. ‘Ubayd b. ‘Ağlān.

Ce sont les garants d’al‑Ma‘āṭara et leur engagement est collectif.

  • 28 Passage illisible.

Parmi les Ḏū Nāğī, le cheikh ‘Alī b. Ğābir et le cheikh Dāyil al‑Ḥašfūl, garants collectifs des Ḏū Nāğī. Celui qui pénètre dans cette hiğra en ayant peur est en sécurité : ce qui lui arrivera après son entrée dans la hiğra relèvera de la responsabilité des garants mentionnés, et ce qui nécessitera représaille devra être annoncé en présence de témoins. Ont témoigné de cela le sayyid Ḥusayn b. Muḥammad al‑Barakānī et le sayyid Ṣāliḥ b. Muḥammad al‑Barakānī ainsi que ‘Alī b. Muḥammad b. Ğa‘lān al‑Šarğī, Hādī b. Ğābir, (…)28, ‘Umayr b. Muḥammad b. Muḥammad b. ‘Umayr, ‘Alī b. Nāṣir b. ‘Umar, le āğğ ‘Alī b. ‘Abd Allāh b. Ġubayš b. ‘Alwān, et de nombreuses autres personnes – Dieu est le meilleur témoin.

Ceci a été écrit et attesté par le sayyid ‘Alī b. Muḥammad al‑Barakānī – Que Dieu lui pardonne. Si une menace survient dans le lieu de la loi musulmane, le cadi de la loi musulmane aura le droit d’emprisonner et de punir, et sa décision sera acceptée. En cas de menace envers un cadi, le serment de celui‑ci sera accepté.

Oui. Les hommes de Ṣalāḥ b. Kawl et d’al‑Ma‘āṭara se sont présentés, ont pris connaissance de cette qā‘ida et tous ont approuvé les propos et la garantie qui y sont mentionnés. Ils l’ont mise en vigueur en date du mois de ğumādā.

Un grand nombre de personnes ont été les témoins cette qā‘ida. Parmi eux, le naqīb Ṣāliḥ al‑Baḥr, le naqīb Mufliḥ b. Ṣāliḥ b. ‘Umayr et Ḥasan b. Ḥusayn b. ‘Umayr. Dieu est le meilleur témoin.

Ils étaient réunis devant la maison (baṭḥā al‑dār). Ceci est daté du mois de ğumādā āar 1185 [septembre–octobre 1771].

Le naqīb Manṣūr b. Mahdī b. Aḥmad. »

7Texte de la confirmation de cette qā‘ida :

« Louange à Dieu. Le cadi ‘Izz al‑Islām Muḥammad b. Ḥusayn b. Ḥasan a porté à notre connaissance cette qā‘ida ; les habitants de la hiğra et les garants se doivent de l’exécuter, protéger la hiğra et la défendre contre tout offenseur. Ceci est daté du mois de ḏū al‑qa‘da 1237 [juillet–août 1822].
Muḥammad b. Yaḥyā b. ‘Abd Allāh – Que Dieu lui accorde le succès. »

Troisième qā‘ida

« Louange à Dieu. Que Dieu prie pour notre seigneur Muḥammad et sur sa famille et leur accorde la paix. Les gens de Ṣalāḥ b. Kawl, d’al‑Ma‘āṭara et de Ḏū ‘Amr se sont présentés et n’ont pas agréé le fait que le cadi, pureté de l’islam, Aḥmad b. Ṣāliḥ b. Aḥmad – Que Dieu le protège – refuse, dans la hiğra, d’appliquer la loi musulmane (šarī‘a), de juger entre les adversaires selon cette loi, et de revivifier cette hiğra. Il sera considéré, respecté et protégé, de même que les gens qui se rendront auprès de lui et leurs familles, corps et biens. Ce qui sera accompli à l’encontre de leur honneur encourra une quadruple réparation. Sa position sera considérée et respectée.

Cette qā‘ida le concerne, lui, personnellement, et non le lieu de la hiğra. Il sera protégé, considéré et respecté dans la hiğra et où qu’il aille ; celui qui proférera une menace fera encourir le déshonneur des garants (‘ayb al‑ḍumānā’). Si on lui demande d’appliquer la loi musulmane (šarī‘a) parmi des gens autres que ceux de sa hiğra, Ṣalāḥī ou Ma‘tarī, il sera traité avec la garantie en vigueur dans le lieu de la loi musulmane. Le jour où il se produira quelque chose, les garants de la loi musulmane (umānā’ al‑ šarī‘a) protègeront la qā‘ida de sa hiğra s’ils appliquent ce qu’ils ont établi, sinon ils les maintiendront garants de la qā‘ida et se révolteront contre eux. On appliquera ses ordres quand il ordonnera le bien et interdira le mal aux cadis, aux hommes de tribus et à leurs voisins ; on se conformera à ce qu’il ordonnera et interdira ; ce qui lui arrivera, à lui ou à ceux qui se réfugieront auprès de lui – propos ou autre – entraînera le déshonneur des garants de la ida.

  • 29 Passage illisible.

Si l’un des adversaires qui le consultent selon la loi musulmane conteste le jugement émis, le dernier recours résidera dans le dīwān de l’imam et l’on devra respecter les décisions de celui‑ci. Aucun défaut, aucun vice, aucune lacune dans cette qā‘ida. Au‑dessus de tout savant se trouve un plus savant. Ceux qui apposent leurs sceaux et leurs signatures (ahl al‑ṭawābi‘ wa al‑‘alā’im) confirment tous la responsabilité des garants (wağīh al‑umānā’). Les garants protègent la qā‘ida sur laquelle se sont accordés les cadis. Les garants d’al‑Ma‘āṭara : Muqbil b. Yaḥyā b. Ya‘qūb, Muḥammad b. Hādī b. Aḥmad, Ṣāliḥ b. Muḥammad al‑Faqīh, Muḥammad b. Ḥusayn (…)29, Mubārak b. Muḥammad b. Rašīda, Ṣāliḥ b. Ẓāhir (pour les gens d’al‑Mašriq), Muḥsin Ḥasan (pour les gens de Baraṭ), Muḥammad b. Nāṣir, Ḥasan b. ‘Ubayd, Muršid b. Hādī b. Ğum‘ān, apportant tous la garantie des Ṣalāḥ b. Kawl, le naqīb Muḥsin b. Ḥasan Mahdī, ‘Abd Allāh b. Yaḥyā b. Muqbil Biḥayḥ, Qāyid b. ‘Azīz Šamlān, Mahdī b. Nāṣir Qannāf, ‘Alī b. Nāṣir ‘Ibša, Mufriḥ b. Mahdī b. ‘Ağlān, Muṣliḥ b. Muṣliḥ b. Ṣūfa, ‘Alī b. Muḥammad Ḫaraṣān, Manṣūr b. Nāṣir Milqāṭ, Ḥusayn b. Muḥammad b. Qurāšī, ‘Alī b. Qabū‘, Hādī b. Ṣāliḥ Quṭaym, ‘Alī b. Ṣāliḥ b. Dāwud, Yaḥyā b. Ḥasan b. Siḏḏiyān ; il s’agit d’un engagement collectif sur ce qui a été mentionné. Ceci a été fait en présence de témoins – Que Dieu agrée ses créatures : le cheikh Muḥammad b. Hādī b. Ya‘qūb, le cheikh Muḥammad b. Ḥusayn, le cheikh Qā’id b. ‘Azīz Šamlān, le naqīb Muḥsin b. Ḥasan Mahdī, Mahdī b. Ḥusayn, Muḥammad b. Hādī. Cela a été fait au mois de ḏū al‑qa‘da 1238 [juillet–août 1823]. »

Quatrième qā‘ida

8Tahğīr des Ḥāšid pour les Āl al‑‘Ikām

9Voici le texte du tahğīr établi par les chefs et les cheikhs des Ḥāšid pour le cadi ‘Abd Allāh b. Muḥammad al‑‘Ikām, ses enfants et ses amis :

« Par cet acte de tahğīr authentique et exécutoire, détenu par l’intéressé, nous accordons notre hiğra et notre bénédiction au cadi ‘Abd Allāh b. Muḥammad al‑‘Ikām, fierté de l’islam et de la religion, ainsi qu’à ses enfants et amis, les cadis Banū al‑‘Ikām. Ils seront respectés, considérés et vénérés, et placés sous la protection de Dieu – Gloire à Lui le Très‑Haut – et sous celle des hommes des Ḥāšid. Ce sont des Ṣuraymī, des ‘Ušaybī, des Ḫārifī, des ‘Iḏarī et des Ma‘marī. Ceci est valable sur les territoires, les marchés, les hiğra, les chemins et les biens du pays des Ḥāšid. Tous seront protégés et respectés ; il ne leur arrivera aucun mal ni aucun désagrément, ni à leur personne, ni à leur esprit, ni à leur compagnon, ni à leur envoyé ; on intercédera en leur faveur et on respectera leur rang.

Ceci relève de la responsabilité de ceux qui ont apposé leurs sceaux et leurs signatures, chacun selon sa tribu, sa famille et ses liens. Ceci a été réalisé volontairement et sans contrainte. Soyez donc confiants – La confiance est en Dieu. Dieu nous juge. Ceci a été réalisé au mois de ṣafar 1308 [septembre–octobre 1890].
Voici les signatures et les sceaux des chefs des Ḥāšid. »

Cinquième qā‘ida

« Louange à Dieu. Qu’Il prie pour notre seigneur Muḥammad et sa famille et leur accorde la paix.

  • 30 Les Akwa‘ disposent de nombreuses règles de protection de la part de tribus de Marhiba et autres ma (...)
  • 31 Passage illisible.

Un jeudi, au mois de ṣafar 1262 [janvier–février 1846], tous les gens de Bā al‑Ḥusayn sont venus auprès de nous, le présent représentant l’absent. Ils ont déclaré, devant Dieu et devant ses serviteurs présents, qu’ils accordaient entière protection à tous les jurisconsultes Banū al‑Akwa‘30. Ceci est un renouvellement du tahğīr qui est entre leurs mains. C’est une hiğra qui leur assurera protection et respect ; ils ne subiront aucun mal ni désagrément ; ils seront protégés par Dieu et par leurs protecteurs tribaux comme cela fut le cas pour leurs pères et leurs grands pères ; ils seront en sécurité sur leurs routes et sur leurs places ; rien ne sera modifié ni troublé ; ils seront protégés par Dieu et par les responsables de l’acte selon la loi du tahğīr. Si Dieu – Gloire à Lui – apprend que quelqu’un leur a fait du mal, en chemin, sur le marché ou ailleurs, les responsables (ahl al‑wağīh), en vertu de leur tahğīr, se dresseront en leur faveur. On ne leur parlera pas comme l’on parle aux tribus ; leurs maisons, leurs biens, leurs montures et leurs serviteurs (…)31, tout sera sous la protection de Dieu – Gloire à lui – et sous la protection des responsables dont le nom est ici mentionné : le cheikh Yaḥyā b. Munaṣṣar al‑‘Uṯaybī, le cheikh ‘Alī Muršid al‑Ḥaydarī, le cheikh Muṣliḥ Ṣulayḥ, le cheikh Nāṣir b. Aḥmad Miṭqāl, le cheikh Aḥmad Nāğī Kulays, le cheikh Ṣāliḥ b. ‘Alī al‑Ḥišār, Aḥmad Nāṣir, Qāsim b. Ismā‘īl al‑Ğāwī, le cheikh Ḥizām al‑Ġazī et tous les Banū Ḥusayn. Ceci a été réalisé au mois de ṣafar 1264 [janvier–février 1848] en présence des témoins suivants – Dieu est le meilleur témoin : le cheikh Ṣāliḥ b. Muḥsin Dablān, le cheikh Aḥmad Muḥsin b. Rāwi‘, Qāsim b. ‘Alī Ğābir, ‘Abd Allāh b. ‘Alī Ḥanaš, le naqīb Muḥammad b. Ṣāliḥ al-Nağğār.

Ceci a été rédigé et attesté par Yaḥyā b. Ḥusayn : Que Dieu le couvre de bienfaits et soit bon envers lui. »

10En tête de la qā‘ida est écrite une confirmation dont voici le texte:

« Après avoir pris connaissance du tahğīr ci‑dessous détenu par les jurisconsultes Banū al‑Akwa‘, les Bā al‑Ḥusayn (Aḥmadī et Muḥammadī) sont venus et ont authentifié cet acte en présence des membres de notre tribu, les Bā al‑Ḥusayn, et avec leur accord. Ceci a été réalisé en 1266 [1849–50]. »

11Sont consignés des noms inconnus.

Sixième qā‘ida

12Modèles de tahğīr accordés aux imams

  • 32 L’imam al‑Nāṣir al‑Ḥasan b. ’Alī b. Dāwud revendiqua l’imamat depuis la hiğra de Ahnūm en 984/1576‑ (...)
  • 33 Village encore habité (nāḥiya de Aflah al‑Yaman, à proximité de Aflah al‑Šām, qadā’ de Ḥağūr, a‘māl (...)

13L’imam al‑Nāṣir al‑Ḥasan b. ‘Alī b. Dāwud32 a rédigé un tahğīr en faveur des habitants de Hiğrat Banī Ya‘mur33 :

« Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux

Au nom de Dieu qui dispose des bienfaits avant qu’on les ait mérités et accorde des moyens de subsistance à toutes les créatures. Il a fait de nous des gens nobles en nous facilitant le chemin pour parvenir à cela. Il a guidé avec nous sur la voie droite l’égaré et le perplexe. Nous sommes la quintessence de l’arbre des prophètes et de la niche des lumières. Prière et paix sur celui qui a vaincu la peur et qui a été comblé par son maître de bienfaits éternels.

Les coutumes qui sont les nôtres et qui sont récompensées sur terre et dans l’au‑delà, nous recommandent d’être bons envers les jeunes et les vieux, de considérer les gens de religion et les hommes de science, et de vénérer les gens de mérite et les savants.

  • 34 Il s’agit ici de l’impôt religieux (zakāt).

Les jurisconsultes ‑savants, gens de mérite et de religion‑ habitent dans la hiğra des Banū Ya‘mur et suivent l’exemple du Prophète – Que Dieu prie pour lui et pour les membres, bons et purs, de sa famille. Nous leur octroyons cet acte noble – Que Dieu l’exécute partout, ici et ailleurs – leur prouvant ainsi notre considération, notre vénération, notre attention et notre respect. Ils seront traités avec justice, protection et précaution. On ne conduira pas leurs troupeaux et on ne troublera pas leur eau. Ils sont de notre parti (šīa) ; nous leur accorderons notre attention ; ils seront respectés et traités selon les anciennes coutumes. Ils disposent d’actes nobles établis selon le Coran et la Sunna ; ils s’acquitteront de leurs devoirs34 selon les règles de la loi musulmane (šarī‘a) ; ils ne seront pas touchés par les maux qui atteindront leur tribu, les Banū As‘ad à Ḥağūr ; ils ne connaîtront pas le mal. Les divers responsables – nuwwāb, wulāt, mutaṣarrifīn – qui ont pris connaissance de cet acte noble doivent se conformer à ce que nous avons décrété et exécuter ce que nous avons décidé – La confiance est en Dieu, gloire à Lui le Très‑Haut. Ainsi, leurs âmes seront meilleures et leurs yeux brilleront. Ils doivent nous obéir et obéir à Dieu, reconnaître nos alliés et combattre nos ennemis.

Ceci a été rédigé au mois de ḏū al‑ḥiğğa 996 [octobre–novembre 1588]. Que Dieu prie sur notre seigneur Muḥammad et sur sa famille et leur accorde la paix. »

14En tête de ce tahğīr figure la signature (‘alāma) de l’imam al‑Nāṣir li‑Dīn Allāh al‑Ḥasan b. ‘Alī b. Dāwud.

Notes

14 Les noms de mois ont été transcrits conformément à leur orthographe dans le texte arabe.

15 Nous ignorons tout de la vie du cadi ‘Alī b. Qāsim al‑‘Ansī, même ses dates de naissance et de mort, mais nous savons qu’il figure parmi les grands noms du onzième siècle de l’hégire. Lorsque l’imam al‑Qāsim b. Muḥammad détruisit Hiğrat ‘Iyān, il quitta cette hiğra pour aller à Baraṭ. Les ‘Ansī résidaient à Hiğrat ‘Iyān depuis l’époque de l’imam ‘Abd Allāh b. Ḥamza ; cf. Yaḥyā b. al‑Ḥusayn, Bahğat al‑zamān.

16 Hiğrat al‑Raḍma est située au nord ouest de Sūq al‑Inān, dans le Ğabal Baraṭ ; Hiğrat al‑Sawāda est située à l’ouest de ce souk.

17 Chameaux, vaches ou moutons que le coupable doit, pour être pardonné, remettre à la victime afin qu’ils soient égorgés devant sa porte. La quantité de bêtes à sacrifier est liée à l’importance du crime ou de la faute, et à la position sociale de l’offenseur et de l’offensé.

18 La compensation pour une faute commise au sein d’une hiğra est quatre fois plus importante que si la faute avait été commise dans un lieu quelconque. La personne devant s’en acquitter est qualifiée de marbū‘.

19 Celui qui mange dans la maison de son offenseur ne peut se venger de lui avant huit jours ; on appelle cette situation mut‘a : l’offensé jouit de la protection (ḥimāya) de l’offenseur pendant la période indiquée. S’il boit dans la maison de son offenseur, il jouit de la protection de celui‑ci pendant une seule journée.

20 Les cinq fractions tribales (amīs, pl. aḫmās) des Ḏū Muḥammad sont : Ḏū Zayd b. Suwaydān b. Muḥammad b. Ğaylān, Ḏū Mūsā b. Suwaydān, Āl Aḥmad b. Suwaydān, Āl Aḥmad b. Kawl b. Aḥmad b. Suwaydān, Āl Ṣalāḥ b. Kawl et Āl Dumayna b. Kawl.

21 En référence au village de Marāna, à al‑Marāsī, sous le Ğabal Tan.

22 Les cinq fractions tribales de Ḏū Muḥammad contrôlaient le souk et les chemins qui y conduisaient ; chacune d’entre elles assurait cela pour une période mensuelle.

23 Ce sont Ḏū Zayd et Ḏū Mūsā, alliés contre les trois autres fractions tribales.

24 Il s’agit d’al‑Mahdī Muḥammad b. Qāsim al‑Hūṯī.

25 Al‑Sara‘a : hiğra située à Baraṭ.

26 Moutons, céréales et graisses que les proches apportent à la famille du marié lorsqu’ils viennent à l’occasion du mariage.

27 Passage illisible.

28 Passage illisible.

29 Passage illisible.

30 Les Akwa‘ disposent de nombreuses règles de protection de la part de tribus de Marhiba et autres mais elles ont été égarées quand la plupart d’entre eux ont quitté leur hiğra, Hiğrat al‑Malāha, à diverses époques, et se sont dispersés dans les villes du Yémen. Certains de ces documents se trouvent encore chez les Akwa‘ installés à Marhiba et d’autres chez les Akwa‘ installés à Ğabal al‑Sūq, à Ānis. J’ai pu obtenir deux de ces documents : l’un, mentionné ici, m’a été communiqué par le ‘amīd Muḥammad b. ‘Alī b. ‘Abd Allāh al-Akwa‘ ; l’autre, que je n’ai pu lire, m’a été communiqué par ‘Abd Allāh b. Ḥusayn al‑Akwa‘ al‑Marhibī.

31 Passage illisible.

32 L’imam al‑Nāṣir al‑Ḥasan b. ’Alī b. Dāwud revendiqua l’imamat depuis la hiğra de Ahnūm en 984/1576‑77. Entre lui et les forces ottomanes se produisirent des guerres à l’issue desquelles il se rendit à Sinan Pacha au milieu du mois de ramaḍān 993/septembre 1585. Celui‑ci l’exila, avec quelques uns de ses assistants, en Turquie où il mourut en 1024/1615‑16 (on dit aussi en 1025/1616‑17).

33 Village encore habité (nāḥiya de Aflah al‑Yaman, à proximité de Aflah al‑Šām, qadā’ de Ḥağūr, a‘māl de Ḥağğa).

34 Il s’agit ici de l’impôt religieux (zakāt).

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search