Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hiğra et les forteresses du savoir au Yémen

 | 
Ismā‘īl b. ‘Alī al-Akwa‘

Avant-propos

Franck Mermier

Texte intégral

1Ismā‘īl b. ‘Alī al‑Akwa‘ est né à Ḏamār le 1er mars 1920. Appartenant à une grande famille de lettrés, il reçut dans cette ville une éducation traditionnelle axée sur les sciences religieuses. Opposant au régime de l’imamat, il fut emprisonné sous les règnes de l’imam Yaḥyā (décédé en 1948) et de son fils, l’imam Aḥmad (décédé en 1962). Il séjourna en Égypte de 1954 à 1957 où il continua ses activités politiques à côté de Muḥammad al‑Zubayrī, chantre et martyre le plus célèbre de la Révolution yéménite. Il résida ensuite à Damas jusqu’en 1959. De retour au pays en 1960, l’imam Aḥmad le chargea d’ouvrir la représentation diplomatique du Yémen à Moscou. Après l’instauration du régime républicain, en 1962, il fut nommé vice‑ministre des Affaires étrangères mais les vicissitudes de la vie politique le contraignirent à retourner en Égypte de 1965 à 1967. Revenu au Yémen, il fit un bref passage au poste de ministre de l’Information (1968) et décida de rompre avec la vie politique et de se consacrer à la défense du patrimoine de son pays. En mars 1969, il fonda l’Organisation générale des Antiquités et des Bibliothèques dont il fut le président jusqu’en 1990.

  • 1 Al‑Akwa‘, Ismā‘īl b. ‘Alī, Hiğar al‑‘ilm wa-ma‘āqilu‑hu fī‑l‑Yaman, Damas, Dār al‑fikr ; Beyrouth, (...)
  • 2 Sur l’institution de la hiğra, voir entre autres : Albergoni, Gianni et Bedoucha, Geneviève, « Hiér (...)
  • 3 Al‑Akwa‘, Ismā‘īl b. ‘Alī, Al‑madḫal ilā ma‘rifat hiğar al‑‘ilm wa-ma‘āqili‑hi fī al‑Yaman, Damas, (...)

2Ismā‘īl b. ‘Alī al‑Akwa‘ est aussi un historien réputé spécialisé dans la période islamique. Ses ouvrages constituent une source essentielle pour la connaissance du dogme et du pouvoir zaydites et de ses institutions d’enseignement. Sa dernière publication en cinq volumes Hiğar al‑‘ilm wa-ma‘āqilu‑hu fī al‑Yaman1, fruit d’une recherche de plus d’un quart de siècle, rassemble l’ensemble des données disponibles dans les sources arabes sur les hiğra et sur d’autres lieux d’enseignement religieux du Yémen. Si l’institution de la hiğra avait déjà fait l’objet de plusieurs études en langues européennes2, elle n’avait pas encore donné lieu à des recherches systématiques de la part des chercheurs yéménites. C’est maintenant chose faite avec l’ouvrage d’Ismā‘īl b. ‘Alī al‑Akwa‘, héritier de cette tradition savante, qui perpétue ainsi la mémoire de ces sanctuaires du savoir. L’introduction à cette étude qui s’apparente à une véritable encyclopédie, avait été publiée antérieurement3. Elle est aujourd’hui disponible en français grâce à la traduction fidèle et érudite de Brigitte Marino qui a réussi à résoudre avec brio les problèmes posés par les tournures dialectales des règlements de hiğra. Qu’elle en soit ici très chaleureusement remerciée.

Notes

1 Al‑Akwa‘, Ismā‘īl b. ‘Alī, Hiğar al‑‘ilm wa-ma‘āqilu‑hu fī‑l‑Yaman, Damas, Dār al‑fikr ; Beyrouth, Dār al‑fikr al‑mu‘āṣir, 1995.

2 Sur l’institution de la hiğra, voir entre autres : Albergoni, Gianni et Bedoucha, Geneviève, « Hiérarchie, médiation et tribalisme en Arabie du Sud : la hijra yéménite », L’Homme, n° 118, avril‑juin 1991, XXXI (2), p. 7‑36. Dresch, Paul, Tribes, Government and History in Yemen, Oxford, Clarendon Press, 1989. Gochenour, Thomas, « Towards a sociology of islamisation of Yemen », dans B. R. Pridham (éd.), Contemporary Yemen: Politics and Historical Background, Londres, Groom Helm, 1984, p. 1‑19. Gochenour, Thomas, The Penetration of Zaydi Islam into Early Medieval Yemen, Ph.D., Harvard University, 1984. Madelung, W. F., « The Origins of The Yemenite Hijra », dans Arabicus Felix‑Luminosus Britannicus: Essays in honour of A. F. L. Beeston on his eightieth birthday, Oxford, Ithaca Press (Oxford Oriental Institute Monographs; II), 1991, p. 25‑44. Puin, Gerd, « The Yemenite Hijrah Concept of Tribal Protection », dans Tarif Khalidi (éd.), Land Reform and Social Transformation in the Middle East, Beyrouth, American University, 1984, p. 483‑494. Serjeant, Robert B., « Ṣan‘ā’ the "Protected" hijrah », dans Robert B. Serjeant and Ronald Lewcock (éds), Ṣan‘ā’, an Arabian Islamic City, Londres, The World of Islam Festival Trust, 1983, p. 39‑43. Weir, Shelagh, « Tribe, hijrah and madinah in North‑West Yemen », dans Kenneth Brown, Michèle Jolé, Peter Sluglett and Sami Zubaida (éds), Middle Eastern Cities in Comparative perspective. Points de vue sur les villes du Maghreb et du Machrek, Londres, Ithaca Press, 1986, p. 225‑239.

3 Al‑Akwa‘, Ismā‘īl b. ‘Alī, Al‑madḫal ilā ma‘rifat hiğar al‑‘ilm wa-ma‘āqili‑hi fī al‑Yaman, Damas, Dār al‑fikr ; Beyrouth, Dār al‑fikr al‑mu‘āṣir, 1995.

Auteur

Directeur du Centre français d'études yéménites entre 1991 et 1997.

© Centre français d’archéologie et de sciences sociales, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr