Version classiqueVersion mobile

Le règlement des conflits tribaux au Yémen

 | 
François Burgat

Introduction

Texte intégral

  • 2 L’événement date de 1979, Dresch P., 1989, p. 53.

1Lors d’un accident de voiture, un membre de la tribu de Hamdān est tué par un homme appartenant aux Banū Maṭar. La mort étant considérée par les tribus comme une offense grave demandant à être vengée, le fait divers peut vite dégénérer en conflit. Des hommes du clan de la victime commencent alors à bloquer les routes dans l’espoir d’obtenir une compensation et ainsi de laver l’affront. À mesure que la nouvelle se répand, de nombreux intermédiaires se mobilisent pour éviter que l’incident ne se transforme en conflit ouvert. Trois jours plus tard, l’affaire est réglée. Le clan offensé se voit verser une somme d’argent correspondant à la gravité de l’homicide et plusieurs bœufs sont pour l’occasion sacrifiés2.

2Comment interpréter ces événements ? Pour l’observateur extérieur, les paradoxes ne manquent pas. Si le phénomène de la violence semble pouvoir s’étendre très rapidement, il peut aussi se résorber dans des délais très brefs. Considérant la véhémence avec laquelle la solidarité tribale s’exprime (elle réclame que la mort ou l’insulte soit vengée et la vendetta semble pouvoir se dérouler sans fin), la rapidité avec laquelle le conflit est réglé est surprenante. Il arrive néanmoins que celui-ci perdure, notamment lorsque la personne incriminée se met sous la protection d’une tribu ou d’un de ses membres. Quelle logique sous-tend ces processus ? Il est nécessaire d’envisager la société tribale comme un espace moral pour bien en comprendre le fonctionnement. L’équilibre entre les différents espaces de responsabilité tribale est la clé de voûte de l’ordre social. L’honneur, la menace de violence, physique et/ou morale, et l’implication de l’ensemble de la société dans le règlement du litige y occupent une place centrale. Ces dynamiques sont intrinsèques à la justice tribale et révélatrices des principes fondateurs de cet ordre social. Les paradoxes ne sont ainsi qu’apparents.

  • 3 Pour plus de clarté, nous traduisons le terme arabe ‘urf, qui désigne un usage ou un ensemble d’usa (...)
  • 4 Layne L., 1994, p. 16.

3L’autre fait marquant de cette affaire est l’absence d’intervention de l’État, par le biais de sa police et de sa justice, pour régler le conflit. Le litige est réglé selon les principes de la justice coutumière, c’est-à-dire en suivant les règles traditionnelles (‘urf)3 qui définissent les rapports des hommes de tribu entre eux. La justice tribale se distingue de la justice d’État, comme d’ailleurs de la justice islamique. Leurs rapports peuvent être conflictuels. Ils révèlent des intérêts différents et l’enjeu que représente la définition des valeurs centrales de la société et de l’ordre social dans le cadre de la construction de l’État. Les rapports entre tribus et État oscillent, allant de l’alliance à l’opposition. Toutefois, il n’est plus question de considérer l’organisation tribale comme une étape précédant celle de l’État dans le développement historique des sociétés. Linda Layne parle de relations dialogiques, d’interactions constantes entre systèmes de significations, chacun ayant la capacité de conditionner l’autre4.

4Pour comprendre le fonctionnement de la justice coutumière, il est nécessaire de partir du contexte tribal dans lequel elle s’inscrit. Les liens de sang, le territoire et l’honneur, à concevoir, comme nous l’avons dit, dans le cadre d’un espace moral, y occupent une place centrale. Il sera alors possible d’analyser dans un second temps les principes fondamentaux sur lesquels elle repose : il s’agit d’un système de compensations, avec consentement mutuel des parties, impliquant l’ensemble du clan dans le règlement du litige ; cette justice coutumière est à distinguer du droit islamique. Le règlement des conflits en cas d’homicide sera abordé dans un troisième temps. Son étude illustrera la mise en œuvre des principes précédemment décrits et permettra d’en établir les étapes majeures. Il s’agit en premier lieu de qualifier l’infraction à la coutume (dette de sang, honte noire et honte blanche), puis de déclarer une trêve et de mettre en place un système garantissant le règlement du conflit, et enfin de définir les sanctions applicables.

5Dans le contexte actuel de construction étatique, la définition d’une justice homogène et universelle, applicable à l’ensemble du pays, justice tribale et justice étatique sont en négociations perpétuelles. Leurs relations mériteraient des recherches complémentaires s’appuyant sur des études de cas au niveau local dans les différentes régions du Yémen. Le présent travail n’a d’autre prétention que d’offrir les prémices d’une plus vaste recherche.

Notes

2 L’événement date de 1979, Dresch P., 1989, p. 53.

3 Pour plus de clarté, nous traduisons le terme arabe ‘urf, qui désigne un usage ou un ensemble d’usages par droit coutumier, mais en soulignant qu’il ne s'agit pas ici de droit, à proprement parler.

4 Layne L., 1994, p. 16.

© Centre français de recherche de la péninsule Arabique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search