Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le logement en Égypte

 | 
Milad Hanna

Avant-propos

Texte intégral

1Mes amis, mes relations, me demandent souvent si l’enseignement que j’assure à l’université porte sur mes travaux relatifs à la question du logement. Ma réponse négative ne manque jamais de les surprendre.

2Pourtant mon enseignement concerne la statique des constructions, les théories de l’équilibre et leurs diverses applications en matière de béton armé, structures métalliques, ponts, réservoirs, et autres...

3L’intérêt que je porte à la question du logement remonte à 1957.

  • 1 N.d.t. = désigne gauches, intégristes et nationalistes ; exclut capitalistes "compradores".

4Cette année-là, Khaled Mohyeddine, membre du Commandement de la Révolution, me demanda de me joindre à une équipe composée d’universitaires volontaires pour diriger une « Tribune d’opinion » à paraître dans le quotidien Al-Messa’. Khaled Mohyeddine avait en effet obtenu, après la nationalisation du canal de Suez, l’aval du président Nasser qui voyait là un moyen d’établir contacts, liens et dialogue avec les différents courants et tendances des forces patriotiques égyptiennes1.

5J’ai alors commencé à suivre de près les travaux égyptiens et étrangers s’intéressant à la question du logement des couches sociales les plus défavorisées. J’ai moi-même écrit, de temps à autre, des articles à ce sujet dans différents journaux égyptiens.

6En 1968, les étudiants entreprirent de protester contre ce qu’ils considéraient comme de « la faiblesse » dans les verdicts rendus par la Cour chargée de juger les généraux de l’armée de l’air dans le cadre de l’enquête relative à la défaite de 1967. L’agitation s’aggravant, j’oubliai que j’étais professeur, que je ne faisais plus partie de la « jeunesse » et je me joignis à eux puisque je partageais leurs inquiétudes quant à l’avenir de l’Égypte. Mon attitude irrita les services de sécurité, et de rapport en rapport, Cha’raoui Goma’, alors ministre de l’Intérieur, célèbre pour « sa main de fer dans un gant de velours », en fut informé. Les rapports effectués préconisaient de « protéger » le milieu estudiantin contre mon influence et mes activités et réclamaient mon renvoi de l’université, voire mon arrestation. L’un de mes amis - qui eut entre les mains l’un des rapports - réussit à organiser une rencontre entre le ministre et moi-même avant que les recommandations des services de sécurité n’aboutissent à un décret ministériel. Cha’raoui Goma’ fut franc, précis, clair... je le fus également.

7A la fin de l’entretien, nous étions devenus des amis. Nous le sommes encore aujourd’hui. Nous nous rencontrâmes périodiquement quand il souhaitait débattre de tel ou de tel problème relatif au logement qu’il lui fallait résoudre en tant que secrétaire général de l’Avant-Garde Socialiste ou qu’il devait exposer au Président de la République. Il me demanda également des études portant sur tel ou tel aspect de la législation sur le logement, les moyens de résoudre le délicat problème de l’équilibre « salaires-revenus » / « économie du logement », le secteur du bâtiment, la productivité du secteur public, les conséquences de la pénurie de certaines matières premières, etc.

8Ces études - dont à l’heure actuelle je n’ai aucun exemplaire constituèrent la base de mes travaux et de mes publications ultérieures.

9Peu avant que ne soient arrêtées, en 1974, les grandes lignes de la politique dite d’ouverture - infitah -, il fallut reconstruire les villes du canal de Suez, prélude à une nouvelle étape. Je pus alors observer, en tant qu’ingénieur-consultant, l’application du plan - véritable piège - par lequel on comptait frapper l’Égypte et dont il sera question dans cet ouvrage.

  • 2 N.d.t = célèbre entrepreneur égyptien, proche du président Sadate, beau-père de son fils

10J’écrivis, à l’époque, un article intitulé « Reconstruire à la Chéops », dans lequel je critiquais l’utilisation du dabch (pierre), préconisée par Uthman Ahmed Uthman2, ministre de la Construction, qui entraîne de lourdes pertes pour l’économie du secteur de la construction et du logement. Pour moi, en effet, l’utilisation du dabch était préjudiciable à l’économie égyptienne : des murs épais, style Chéops, se substituant aux constructions plus classiques des logements populaires bâtis sous la présidence de Nasser. Cet article provoqua la colère d’Uthman Ahmed Uthman, et ce fut là notre premier « heurt politique ». Il eut alors recours à son procédé favori : un émissaire vint rendre hommage à mon savoir, à ma compétence, m’expliquant combien il était nécessaire d’utiliser ces qualités pour enfin conclure... « Uthman Bey voudrait bien savoir quelles sont tes exigences... ! »

11Je me mis en colère, Uthman aussi. La carotte, l’achat des consciences s’avérant inefficace, il eut alors recours au bâton. Il orchestra auprès des sociétés du secteur public le boycott de mon cabinet. Il tint même une conférence de presse où il affirma, entre autres bagatelles, que j’étais à l’origine de la crise du logement puisque j’accaparais, avec mes enfants, plusieurs logements que je louais « meublés ».

12Par contre, d’une manière générale, mes articles furent favorablement accueillis par les milieux intellectuels, et la presse nationale me demanda des interviews. Ce fut le début de ma carrière de « personnage public ». Universitaire et ingénieur à l’origine, je devins penseur et homme politique.

13Je tentai de rassembler en un même ouvrage mes différents articles mais en l’absence de thème commun, de fil conducteur, j’estimai la tâche impossible. Je me consacrai alors à la rédaction de mon premier recueil traitant du problème du logement en Egypte. Je le conçus comme un message personnel à l’adresse de la jeunesse instruite s’interrogeant sur ses chances d’être un jour en possession d’un logement : Je voudrais un logement... un problème qui a une solution, tel était le titre de cet ouvrage mis en vente au début de l’année 1978 et qui devait par la suite connaître une certaine notoriété.

14Édité par Rose al-Yussef, au Caire, il bénéficia d’une importante subvention (avec mon accord) ; il fut bientôt épuisé. J’appris plus tard que - conçu pour le grand public - il faisait figure de référence scientifique et qu’il était le premier ouvrage en langue arabe à traiter d’un tel sujet.

15Les jours passèrent et mon attention se tourna vers les questions touchant à l’unité nationale entre musulmans et coptes et à la démocratie. En septembre 1981, je fus emprisonné et cette expérience humaine est rapportée dans un autre ouvrage intitulé Mémoires de septembre.

16Le 24 juin 1984, le jour de mon soixantième anniversaire, je devins député et fus élu président de la Commission du logement. J’ouvris de nouveau mes dossiers, examinai à nouveau le problème et préparai divers documents de travail que je présentai à ladite commission. Un conflit m’opposa à plusieurs de ses membres lorsque je publiai - aux Presses de l’Assemblée du Peuple - un recueil rassemblant les documents de travail soumis dans le passé. Plusieurs personnes exprimèrent le désir de l’acquérir mais les ouvrages publiés par les Presses de l’Assemblée du Peuple ne sont pas diffusés. Je me décidai donc à rédiger un nouveau texte relatif à la question du logement, que voici, cher lecteur.

17La première partie - dont la lecture peut être menée indépendamment - explicite ma vision personnelle du pseudo-problème du logement et de son origine. Pour moi, en effet, ce problème n’existait pas ; son apparition a fait tomber l’Égypte dans le piège des dettes et de la dépendance.

18Cette première partie (six chapitres) s’ouvre sur un chapitre rappelant l’universalité de la question et soulignant que, pour les pays du Tiers-monde, l’imitation du modèle occidental - à savoir le recours au béton armé - représente la voie royale conduisant au piège.

19Le second chapitre traite du cas égyptien : de l’apparition de la crise de logement à la fin de la deuxième guerre mondiale, de son évolution sous les présidences de Nasser et de Sadate ; de l’existence de nouveaux types de logement plus de dix ans après l’instauration de la politique d’ouverture ; de l’impasse dans laquelle celle-ci nous a conduits et de cette curieuse contradiction : des logements vacants pour une population qui ne trouve pas à se loger... !

20Le troisième retrace le processus qui aboutit au glissement de l’Égypte vers le piège. J’évoque ici les rapports de la commission ministérielle qui définit en novembre 1979 « une politique nationale pour le logement en Égypte », rapports spécialisés s’il en est, s’intéressant au foncier, aux matériaux de construction, à la conception des immeubles, au secteur du bâtiment et, bien sûr, à l’épineux problème du financement.

21Avant de proposer solutions et moyens susceptibles à mes yeux d’améliorer la situation (sixième chapitre), j’étudie au cours du quatrième chapitre une nouvelle méthode d’évaluation et de classification des logements en catégories distinctes, selon plusieurs critères, permettant de prendre en compte divers éléments tels que la situation géographique, l’espace, l’équipement, les services, l’état des constructions, l’âge du bâtiment, etc.

22Le cinquième chapitre, enfin, traite de l’homme, le plus concerné en tant qu’habitant, de ses conditions de vie ainsi que de sa situation économique. Je n’ai eu à ma disposition que fort peu d’ouvrages étudiant la répartition des revenus entre les différentes couches de la population : une thèse de doctorat, soutenue à la faculté d’économie de l’université du Caire en 1985, qui comparait les données de répartition des revenus de 1974/75 à ceux de 1981/82 et étudiait l’influence de cette évolution sur la question du logement, ainsi que quelques études publiées par le Centre National de Recherches Sociologiques et Criminologiques (CNRSC) et par le Bureau International de Travail.

23La seconde partie - qui peut également faire l’objet d’une lecture séparée - comprend une introduction qui fera sourire, retraçant l’histoire de l’ouvrage publié par les Presses de l’Assemblée du Peuple, la présentation de l’ouvrage en question, soit cinq documents de travail présentés à l’Assemblée du Peuple et ainsi mis à la disposition de toute personne intéressée.

24J’ai le droit d’être fier de mon travail : j’étais en train d’achever la rédaction de celui-ci quand le recensement de 1986 est venu confirmer ma vision des choses, conforter mes intuitions relatives à la nature de la crise du logement. Les documents de travail sont là, devant les hommes et devant l’Histoire, et mettent en accusation les groupes de pression qui les ont enterrés. Je me suis efforcé d’introduire, dans la mesure du possible, les chiffres issus du recensement de 1986, pour l’information du lecteur et du chercheur.

25Des annexes regroupent des chiffres, des statistiques relatives à la crise de logement. En leur absence, tout discours académique sérieux sur le sujet ne serait qu’anecdotes, contes et bavardages.

26Il me reste à rappeler que je n’ai pas la prétention de présenter une solution globale à la crise du logement en Égypte. J’ai voulu esquisser une tentative susceptible de faire naître l’espoir : à tout problème, aussi complexe soit-il, existe une solution, aussi délicate et pénible soit-elle...

Notes

1 N.d.t. = désigne gauches, intégristes et nationalistes ; exclut capitalistes "compradores".

2 N.d.t = célèbre entrepreneur égyptien, proche du président Sadate, beau-père de son fils

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr