Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’architecture moderne en Égypte et la revue Al-’Imara

 | 
Mercedes Volait

Les options théoriques de la revue

Texte intégral

43. Ecole industrielle Asma Halim à Helmiyya al- Zaytun, Tewfiq ‘Abd al-Gawwad, architecte (1949)

Le manifeste de Sayyid Karim :

1C’est l’Association de la Réforme sociale, présidée par l’homme de lettres Muhammad Husayn Haykal (1888-1956), qui la première, va fournir au jeune Sayyid Karim l’occasion d’exprimer publiquement ses idées en matière d’architecture, et ce, moins d’un an après son retour de Suisse.

  • 1 Le programme détaillé de l’Association de la Réforme sociale fut publié dans al-magalla al-chu’un a (...)

2L’architecture, en tant que telle, n’était pas à proprement parler au centre des préoccupations de cette association, fondée en 1933 au Caire. Mais bien que largement tournée vers les questions d’ordre social, telle que l’hygiène en milieu rural ou la protection de l’enfance, celle-ci ne négligeait pas pour autant le domaine culturel, dont elle considérait qu’il devait participer, aux côtés de l’action sociale, à la construction d’une société meilleure1.

  • 2 L’une des journées de ce colloque était de fait consacrée aux muchakhkhasat al-qawmia, expression q (...)

3L’Association tint donc ses premières assises au Caire, les 18, 19 et 20 avril 1940, avec pour objectif tant de faire le bilan des actions entreprises que de susciter la confrontation de points de vue divers autours de trois axes majeurs : la famille, le milieu rural et les « dynamiques » du national2. C’est dans le cadre de ce dernier thème que Sayyid Karim fut invité à intervenir, aux côtés de spécialistes de la musique, de la littérature et des pratiques sociales. Sa contribution, dont nous donnons, en annexe, la version intégrale en français, fut publiée dans le n° 5/6 de al-’imara (pp. 271-275) sous le titre Pour un style national de l’architecture en Egypte.

4Ce long texte de Sayyid Karim représente en fait la première prise de position théorique concernant l’avenir de l’architecture en Egypte. Bien des thèmes développés ultérieurement dans les pages de al-’imara vont trouver ici leur origine. Il semble d’autant plus fondamental qu’il va marquer et orienter, pour plusieurs générations d’architectes, la réflexion portée sur leur discipline. Au point qu’il n’est pas rare de retrouver aujourd’hui, dans les propos de tel ou tel contemporain, certaines des grandes lignes de la pensée alors défendue par Sayyid Karim. En ce sens, ce texte tient lieu de manifeste des nouvelles options architecturales, mises en avant, durant près de deux décennies, par la rédaction de la revue.

Le climat culturel :

5Pour banal qu’un tel texte puisse apparaître, de prime abord - et a posteriori -, à ceux qui, quoique connaisseurs du monde arabe contemporain, demeurent peu rompus aux « errances théoriques » des architectes (quant à la spécificité de leur objet, la légitimité de leurs discours théoriques ou le déclin de leur discipline), il mérite cependant que l’on s’y arrête.

6Un public plus averti des idées agitées par le Mouvement de l’architecture moderne, s’il demeure, pour ce qui est du contenu de ce texte, en terrain connu, sera sans doute, lui, plutôt surpris par la manière dont Sayyid Karim va conduire son raisonnement. Car, sur le fond, les idées avancées par Sayyid Karim ne diffèrent guère de celles que pouvait énoncer, par exemple, bien qu’en de tout autres termes, un autre rédacteur en chef de revue tel que Jean Badovici, si l’on en juge par l’extrait de l’un de ses éditoriaux, reproduit ci- contre. Les quinze années qui séparent ces deux textes ne peuvent à elles seules expliquer les différences de formulation ou même de ton utilisées pour exposer des points de vue somme toute très proches. Car ceux-ci sont d’abord inscrits dans des contextes radicalement distincts, dans lesquels les mêmes arguments ne peuvent avoir la même portée, et les mêmes termes recouvrir le même sens.

... « Il a fallu étudier la vie nouvelle qui monte et se développe, sans préjugé, sans parti pris, par une analyse systématique et volontairement précise ; il a fallu dégager les lignes fondamentales ; les éléments, les points de force et les directions ; il a fallu explorer impartialement l’homme et les choses, en prenant bien garde que le souvenir du passé, des œuvres traditionnelles ou seulement la moindre idée préconçue, pouvaient suffire à fausser la vision, à rendre mensongère la traduction. C’est ce qu’ont fait de nombreux groupes d’artistes ; et, comme ils savent bien que la sensibilité est ce qui s’affranchit en dernier lieu, c’est avec leur seule intelligence qu’ils s’efforcent de pénétrer le sens du monde et de le traduire. Ce mouvement pour créer un art purement intellectuel dont les harmonies ressemblent à celles de formules scientifiques, était indispensable pour arracher l’esthétique à l’emprise des formes surannées. Et celte nécessité nous domine encore, nous dominera aussi longtemps qu’il y aura antinomie entre l’idée que les artistes se font de l’homme moderne et la réalité de l’homme encore imprégné de survivances sentimentales irrationnelles. On sait que l’homme ancien est mort ; mais on ne connaît pas encore l’être nouveau chez qui les passions autrefois maîtresses reculent ou disparaissent devant l’amour des beaux et libres efforts, la recherche des maîtrises savantes et des difficiles équilibres. Cet élargissement des vies individuelles sous la poussée chaque jour plus puissante des exigences collectives, quelle forme d’art demandera-t-il ? (...) C’est la tâche des constructeurs de fixer ces nouvelles formes. L’art exprime la vérité immanente d’une époque, son sens profond, l’âme profonde de l’unité cachée. Mais notre époque est une époque de trouble, de luttes et de tendances contradictoires ; l’équilibre est cherché et pressenti, non réalisé ; le décor est en désaccord avec le drame ; les formes périmées subsistent parmi les formes neuves et en arrêtent l’essor ; nos villes sont pour nous des prisons étroites où nous étouffons ; la machine qui doit nous libérer écrase encore la plupart des hommes.
Le machinisme n’est pas un but mais un moyen, un phénomène dont il serait puéril de nier la place dans la vie de notre époque et la nécessité. Il faut l’accepter et s’ingénier à le comprendre au même titre que les autres réalités qui constituent le caractère de notre époque. Il faut le dominer au lieu d’en être dominé. Si l’homme se laissait maîtriser par la machine il n’y aurait bientôt plus de joie ni pour le corps ni pour l’esprit, ce serait la mort de l’esprit.
(...) Mais cette activité spirituelle qui dégagera le sens du machinisme comme celui de toutes les formes de la vie et qui s’en inspirera, n’est-elle pas, à proprement parler, l’activité esthétique ? C’est pourquoi les artistes, plus que jamais, sont avant tout des constructeurs ; ils sentent l’inutilité de s’attaquer aux anciennes formes, qui n’expriment plus aucune réalité vivante et que rien ne soutient plus, mais ils sentent aussi l’urgente nécessité de sortir du désordre actuel, né de toutes les contradictions entre nos désirs, nos besoins et les conditions de notre vie. (...) L’architecture est toujours dominée par les conditions spirituelles, par les nécessités économiques et par les connaissances scientifiques du temps où elle se développe. Dans notre monde d’activité violente et de machinisme audacieux, la vieille architecture apparaît comme un douloureux contresens. L’art nouveau naît d’un effort de recherche et d’adaptation collectifs, d’une recherche objective et désintéressée des nouvelles lois qui dominent l’orientation sociale. L’architecture n’est pas œuvre de fantaisie et de caprice ; elle traduit les caractères essentiels de son temps, ou elle n’est pas. »
Jean Badovici
in l’Architecture vivante
Paris, 1925, pp. 5-10

  • 3 Pour reprendre la définition donnée par J. Habermas (et citée in La recherche architecturale : un b (...)

7C’est ainsi que le ternie « moderne » est notablement absent du texte de Sayyid Karim, même s’il est clair que ce dernier adhère aux principaux postulats du Mouvement moderne, tels que le mythe du progrès, le dogme de l’innovation, le culte de la technologie et le respect de la forme-fonction. C’est là une omission volontaire, et habile de la part de son auteur. En effet, une trop grande insistance sur la « modernité » aurait sans doute ôté quelque force à sa démonstration, et introduit de notables confusions dans l’esprit de ses auditeurs. Car si l’on entend par « modernité », un système nouveau en rupture avec un système antérieur3, l’on peut dire que l’architecture en Egypte est « moderne » depuis le règne de Muhammad ‘Ali, c’est-à-dire depuis les débuts du xixe siècle... Par ailleurs, s’il est d’usage d’associer, en Occident, l’émergence de l’architecture moderne avec les mutations techniques et l’industrialisation, une telle définition ne peut convenir au cas égyptien, puisque le développement de formes nouvelles y est plutôt lié à des facteurs externes (influences européennes...) qu’internes.

44. Villa ‘Abd alMaqsud à Syrtaqus sur les bords du Canal Ismatliyya. Sayyid Karim. architecte (1950). L’utilisation du plan libre, basé tel sur une trame courbe, ne fut guère prisée en Egypte que par cet architecte, ses confrères lui préférant de manière générale le plan orthogonal à trois épaisseurs.

8Intéressante à plus d’un titre, cette « profession de foi » de Sayyid Karim montre bien le processus par lequel fut opéré le « transfert d’idées » par le courant architectural dominant dans les années 1940. Processus complexe, qui ne pouvait se réduire à une simple réappropriation de modèles formels allogènes, tant sans doute le climat culturel était prégnant.

9Car toute la période de l’entre deux-guerres, on l’a vu, est entièrement tournée vers une réflexion, - et une production - centrée autour de la « question nationale ». Pour exprimer sa propre vision des choses, Sayyid Karim doit donc sacrifier à la nécessité ambiante et respecter les règles du débat, quelque puisse être par ailleurs sa conviction personnelle. Celle-ci transparaît pourtant dès ses premières phrases, lorsqu’il fait implicitement référence à certains de ses confrères, tels que Mustafa Pacha Fahmy, le pionnier de l’architecture « nationale ». Il n’en reste pas moins qu’il est contraint à prendre pour point de départ de son raisonnement, ce qui constitue à la fois le thème général du colloque et le questionnement commun de l’époque, à savoir : ce que doit être une architecture nationale...

Des références éclectiques :

10Pour évacuer cette question, Sayyid Karim va avoir recours à ce qui ressemble fort à un artifice : soit la définition de l’architecture, avant même de se préoccuper de son caractère national. Il va donc procéder à partir du visible et proposer, en guise de préambule, des formulations simples et percutantes de l’objet architectural, destinées à un public, certes éclairé, mais non pas spécialiste. Ce souci de vulgarisation est par ailleurs une constante de la revue et d’un milieu professionnel attaché à diffuser largement ses idées (ce qui explique sans doute que les architectes égyptiens aient pu connaître dans les années 1940-1950 une audience assez large).

  • 4 Cf. Goethe : Ecrits sur l’art, présentés par T. Todorov, Paris, 1983

11Sayyid Karim va donc se livrer à de longues digressions (plus d’un tiers du texte) sur l’architecture, en faisant appel à différents théoriciens, qu’il est d’ailleurs surprenant de voir situés au même niveau. Car l’on peut légitimement se demander ce qu’il y a de commun entre un philosophe allemand du xviiie siècle, un théologien de la Réforme, un théoricien italien de la Renaissance, un rédacteur en chef de revue (Peter Meyer, dont Sayyid Karim suivit vraisemblablement les cours d’histoire de l’art dispensés au Polytechnicum de Zurich) et un disciple de Frank Lloyd Wright (Irving Pond, dont les interprétations raciales de l’architecture, si elles connurent un succès certain en Egypte, restent tout à fait discutables), si ce n’est qu’ils appartiennent tous, à des degrés divers, au patrimoine culturel anglo-germanique, dont Sayyid Karim a été imprégné, lors de son séjour en Suisse. Cependant l’objectif de Sayyid Karim n’est pas de proposer une lecture critique de l’histoire de l’art, mais plutôt de puiser chez des auteurs reconnus les formules adéquates pour étayer son raisonnement. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, la référence à Goethe - dont la pensée sur l’architecture, saisie dans son évolution, est désormais bien connue4 -, n’est en fait qu’une citation mineure, tirée de ses Maximes et n’est en rien significative de ses successives prises de position sur l’art. Or, le débat sur « l’architecture nationale », sur le relativisme spatial ou temporel de l’art, ou sur sa capacité à caractériser un pays ou une époque n’était pas, en soi, un questionnement étranger à Goethe, bien que son point de vue, à cet égard, ait changé au cours de sa vie, et qu’il soit devenu assez rapidement un fervent adepte de l’approche « universelle ». Ce n’est pourtant pas cela que Sayyid Karim a choisi de retenir chez Goethe, mais bien plutôt une remarque accessoire, lui permettant d’introduire un parallèle entre musique et architecture... D’où l’idée que le choix des références obéit ici pour l’essentiel à une visée purement rhétorique, et n’implique pas nécessairement une volonté de Sayyid Karim de se situer par rapport à tel ou tel auteur.

« L’ornement est un crime » :

12Ceci étant dit, le texte de Sayyid Karim nous semble être avant tout un violent réquisitoire contre tous les « néo-classicismes », qu’ils soient d’inspiration arabe ou pharaonique, ainsi que contre l’imitation des styles alors en vogue en Europe, telle la manière « Arts Déco », fort prisée en Egypte jusque dans les années 1940. Réquisitoire donc contre bien de ses contemporains, dont les architectures de stuc et de carton-pâte « ne manqueront pas de susciter les plaisanteries des générations futures, lorsque seront tombés les plâtres et les enduits »... - il n’est que de parcourir les rues du Caire pour percevoir la justesse d’une telle remarque.

13Non tant qu’il repère la contradiction qui a été maintes fois signalée à propos de la démarche « nationale » (cf. le chapitre sur Production architecturale et pensée nationale), mais parce qu’il considère tout pastiche comme profondément anachronique et peu adapté à (l’image qu’il se fait de) l’Egypte moderne. C’est sur ce postulat qu’il va développer son argumentation, dont nous pouvons résumer, comme suit, les temps forts :

  • L’architecture est le miroir réfléchissant d’une société ("l’archive d’un peuple") dans toutes ses composantes.

  • Seule la culture pharaonique est proprement égyptienne, mais elle n’est plus.

  • La culture arabe est une culture transrégionale ; et non pas nationale ; elle ne saurait représenter l’Egypte.

  • L’Egypte est multiple et diverse, et se caractérise en premier lieu par sa marche vers le « progrès ».

  • Elle fait aujourd’hui pleinement partie d’un système universel, qu’elle le veuille ou non.

  • 5 Yahia al-Zayni : « Al-’imara w al-qawmiyya » [L’architecture et le nationalisme], al- ‘imara, n° 7/ (...)

14Yahia al-Zayni, dans un texte antérieurement cité sur l’architecture et le nationalisme, adopte cependant à cet égard des propos plus nuancés, car, dit-il : « Malgré la renaissance artistique qui a émergé en Egypte, depuis un quart de siècle, nous demeurons toujours sous le joug d’une civilisation occidentale obstinée, et le nationalisme égyptien n’est pas en mesure aujourd’hui de se détacher par lui-même de la culture occidentale et de ses arts ; pas plus qu’il ne peut les ignorer. Il nous faut donc les connaître, les assimiler et y distinguer ce qui correspond à notre orientalité, à notre nationalité, à notre personnalité »5.

45. Villa Arts Déco à Giza pour Raghib Badr Pacha (c.1930)

46-47. Vue d’ensemble et détails des Ecoles italiennes de Chatby à Alexandrie, Clemente Busiri-Vici, architecte (1931).

15S’il élude, quant à lui, la question de la dépendance envers l’Occident - et donc celle des moyens à mettre en œuvre pour s’en affranchir -, Sayyid Karim soutient que, quoi qu’il en soit, l’avenir égyptien ne se construit pas sur le repli sur soi, mais bien sur une ouverture au monde. Adhérer à « l’universalisme » occidental n’implique pas pour autant qu’il faille en reproduire les formes qui en constituent l’aboutissement concret. Avoir connaissance des tendances architecturales qui se développent en Occident ne signifie pas plus qu’il faille les imiter, même lorsque celles-ci s’exportent en Orient. Ainsi ni la villa Aghion, conçue par Auguste Perret pour son client alexandrin (1926), ni l’architecture rationnelle des Ecoles italiennes de Chatby, également situées à Alexandrie et édifiées selon le projet de l’architecte romain Clemente Busiri-Vici (1931) ne sont données comme des exemples à suivre, bien qu’elles forment toutes deux les œuvres pionnières du Mouvement moderne en Egypte.

  • 6 La notion d’ijtihad renvoie à l’effort d’interprétation personnelle des sources coraniques et de la(...)
  • 7 Yahia al-Zayni identifie en effet quatre principales tendances dominantes de l’architecture contemp (...)
  • 8 Projet publié dans la revue al-’imara ; n° 1-1941

16Est-ce-à-dire que Sayyid Karim est déjà conscient qu’un style moderne, international et désincarné, est avant tout un appauvrissement ? Cela n’est pas sûr. Mais il est clair pour lui qu’il s’agit avant tout de s’approprier des « principes » plutôt que des expressions formelles, ceux-ci étant seuls susceptibles de mener à une réelle modernité endogène. Il y a donc nécessité d’un tri, et les architectes devront être les opérateurs, responsables, de la médiation. Et, dans cette opération, leurs interlocuteurs privilégiés, seront les architectes des pays de la région : car si l’arabité n’est qu’une composante de la personnalité égyptienne, la langue arabe, commune à tous, va permettre un enrichissement des débats. C’est aussi ce postulat de tri et de médiation que pose la tendance dite ijtihadi (terme dont il faut souligner, au passage, la connotation religieuse6 selon la classification des courants architecturaux égyptiens, établie par Yahia al-Zayni7. Qui en indique, ce faisant, les limites puisque, selon lui, ce courant basé sur l’interprétation personnelle d’une culture allogène n’a pas encore réussi à susciter une architecture réellement affranchie de la servitude à l’Occident. De fait, les architectes qu’il range dans la catégorie ijtihadi poursuivent et reproduisent, selon lui, les théories acquises et les formes étudiées lors de leur formation à l’étranger - il est de nos jours encore d’usage de parler d’un genre « Liverpool », ou d’une manière « suisse », à propos de bâtiments édifiés au cours de cette période. Sayyid Karim, lui-même, n’est pas exempt d’une telle tendance, ou mieux, d’une telle « déformation ». Ainsi, lorsqu’il est amené à concevoir une fabrique pour la Société Misr des tabacs8, il s’inspire très directement, pour la composition de la façade, de la maternité de Berne construite par son maître Otto Salvisberg quelques années plus tôt. D’autres éléments de la syntaxe architecturale propre à Salvisberg se retrouvent ainsi dans bien des projets de Sayyid Karim (développement curviligne des façades d’angle, proportions des ouvertures, plans en demi-cercle...). Le phénomène n’est guère surprenant pour quiconque connaît le poids de la dépendance au « maître » dans l’enseignement « académique » de l’architecture, si ce n’est que, dans ce cas précis, l’image de la dépendance est encore renforcée, par le fait que ce qui relève d’abord d’un système d’apprentissage classique (engageant des individus) vient ici se superposer à une série de relations d’échanges inégaux entre pays, induisant des dépendances culturelles et économiques durables.

48-49-50. Fabrique de cigarettes au Caire, Sayyid Karim, architecte (1941). Vue de la façade, schéma des futures extensions et vue axonométrique.

L’option moderne :

  • 9 Yahia al-Zayni, art. cité.

17C’est néanmoins dans la voie de l’interprétation, payante à long terme, qu’il faut poursuivre ; quitte à ce que « soit sacrifiée une génération d’architectes »9. Dans l’équation proposée par Sayyid Karim, comme par Yahia al-Zayni, en des termes quasi- identiques, l’architecture nationale est donc la somme de compétences humaines locales, d’éléments manufacturés sur place, et de programmes répondant aux besoins égyptiens. Indépendamment, pourrait-on dire, des circonstances politiques, à propos desquelles la revue demeure fort discrète. En ce sens, pour al-’imara, le réel événement des années 1950 n’est pas tant le changement de régime survenu en 1952 - il ne suscite aucun commentaire de la part de la revue - que la mise en place d’une industrie du fer et de l’acier, qui doit permettre une plus grande autonomie dans le domaine des matériaux de construction (cf. le numéro spécial 4/5-1957).

51. Villa Hatwell à Héliopolis, Raymond Antonious, architecte (19401. • La présente villa a été conçue suivant le principe cher à Le Corbusier de l’habitation sur un seul étage surélevé. Toutefois, par suite de la petite surface du terrain et afin de réduire au possible la superficie de l’immeuble, les locaux de réception ont été aménagés en partie au rez-de-chaussée. Ces locaux sont le grand salon ouvert sur la hauteur totale des deux étages, le bar. la salle de jeu donnant sur le jardin, ainsi que la nurserte et les toilettes. La moitié de la villa est construite sur pilotis et agrandit de ce fait le Jardin d’une terrasse ombragée d’environ 60 m2 de surface. La construction est en briques sillco-calcaires avec ossature en béton armé. La véranda principale est supportée par deux colonnes avec armature en champignons sans poutres apparentes. • (al-’imara. 1-1941).

18Sont également célébrées les réalisations du Département des bâtiments scolaires (administration fondée en 1952, cf. à ce propos al-’imara, n° 2-1957), basées sur l’élaboration d’une typologie rationalisée. C’est toujours dans la même lignée que l’on peut saisir les projets d’assainissement de l’habitat rural, ainsi que ceux du logement « hygiénique » ou économique, mais encore le pavillonnaire pour le plus grand nombre, thème particulièrement cher à Sayyid Karim. C’est ainsi qu’il va multiplier les propositions pour une cellule d’habitation de base et ses combinaisons possibles d’implantation sur le terrain. Publiés une première fois dans la revue (n° 1-1957), ces nombreux dessins seront par la suite regroupés dans un ouvrage intitulé Ichtirakiyya al- villa [Le socialisme de la villa], et accompagnés d’exemples de logements économiques réalisés dans divers pays (Autriche, Hollande, URSS, Espagne, Belgique...).

19Au delà donc d’une querelle entre « anciens » et « modernes », ce que Sayyid Karim inaugure (et ce que poursuivent les collaborateurs de al-‘imara) est bien une nouvelle approche méthodique de la pratique professionnelle, dans un but de réforme de la société par l’architecture, que l’on pourrait rapprocher de la célèbre formule de la Charte d’Athènes (publiée en 1943) pour une « architecture faisant le bonheur de l’homme ». Analyser des réalités, anticiper les besoins, énoncer des remèdes, élaborer des nonnes : telle est la nouvelle vocation qui se propose aux architectes.

20Dès lors la question nationale devient affaire de réflexion et de responsabilité, l’on pourrait même dire d’éthique. Mais la manière dont ces modernes vont reformuler cette question coïncide surtout avec le nécessaire passage de l’œuvre (individuelle) à la production (en série). L’apport essentiel de la revue est pleinement concentré dans ce passage : c’est dans cette direction que sera orientée toute la réflexion. Il serait intéressant d’analyser comment de telles orientations s’articulent avec l’évolution de la commande privée, notamment en matière d’architecture résidentielle. Vraisemblablement cette dernière ne représentait plus, dans les années 1940, un marché suffisant pour les architectes, à l’inverse de ce qu’elle avait été au tournant du siècle. Il était donc nécessaire aux architectes de prospecter de nouveaux marchés.

21D’un logement hygiénique pour tous à la salubrité d’une ville fonctionnelle, sans oublier l’habitat rural, la tâche que s’imposent les architectes est lourde, et d’autant plus ambitieuse qu’elle devance nettement la commande potentielle, c’est-à-dire qu’elle tente d’agir sur elle, et non plus simplement d’y répondre. A la commande « abstraite » s’articule de ce fait une production qui est d’abord « idéale ». Ainsi les propositions que formule Sayyid Karim pour une architecture nationale sont essentiellement des conditions préalables à son émergence. Selon lui, une architecture nationale requiert en effet l’existence d’un outil législatif adéquat (réglementant aussi bien les objets : villes et bâtiments, que les personnes : de l’architecte à l’agent immobilier), d’un outil municipal (agent de contrôle et de saisie des opérations) et d’un outil industriel (production locale de matériaux). A quoi Sayyid Karim ajoute la nécessité d’un « consensus national », sans quoi tout effort ne pourra qu’être vain. La mission des architectes ne peut être isolée et participe du grand rassemblement des « bonnes volontés » pour le progrès et le développement de la nation.

  • 10 Idem.

22Tâche et position ingrates sans doute, puisqu’elles vont faire plus appel à des techniques de gestion administrative et institutionnelle, qu’à des qualités esthétiques ; plus à « un sens profond du nationalisme »10 qu’à des dons de créativité. Car en conduisant les architectes à développer des terrains de compétences autres que ceux qui leur sont traditionnellement reconnus, la démarche prônée par Sayyid Karim va au bout du compte mener à une certaine mise à l’écart des questions esthétiques et formelles, c’est- à-dire plus exactement que ces dernières ne seront plus au cœur de la réflexion professionnelle.

52. Villas en bandes, d’une superficie au sol de 60 m2 avec 200 m2 de Jardin. Projet publié dans La socialisation de la villa (1957).

Notes

1 Le programme détaillé de l’Association de la Réforme sociale fut publié dans al-magalla al-chu’un al-igtima’iyya, n° 7, volume 1, juillet 1940, pp. 91-93

2 L’une des journées de ce colloque était de fait consacrée aux muchakhkhasat al-qawmia, expression qui signifie littéralement « les processus de personnalisation du nationalisme », soit les éléments susceptibles de produire et d’exalter l’élan national.

3 Pour reprendre la définition donnée par J. Habermas (et citée in La recherche architecturale : un bilan international, op. cit.) pour qui, la modernité est « une reprise cyclique dans la conscience d’une époque qui se représente elle-même dans le cadre de sa relation au passé, comme le résultat du passage du nouveau à l’ancien »

4 Cf. Goethe : Ecrits sur l’art, présentés par T. Todorov, Paris, 1983

5 Yahia al-Zayni : « Al-’imara w al-qawmiyya » [L’architecture et le nationalisme], al- ‘imara, n° 7/8-1947, pp. 14-17.

6 La notion d’ijtihad renvoie à l’effort d’interprétation personnelle des sources coraniques et de la sunna ; effort qui n’était autorisé qu’à certains grands savants ou éminents juristes. Mais cette disposition à pratiquer l’jtihad ne se prolongea guère au delà du xiie siècle. Au cours du xixe siècle, des revendications se firent jour au sein de la mouvance réformiste afin que soit rouverte la « porte de l’itjihad ». Dans le jargon des architectes, ce terme est habituellement employé pour designer la créativité.

7 Yahia al-Zayni identifie en effet quatre principales tendances dominantes de l’architecture contemporaine en Egypte :
- al-ittijah al-la-mi’mari [La tendance anti architecturale], faisant référence à toutes les constructions dues à des intervenants non-qualifiés,
- al-ittijah al-tarazi [La tendance stylistique], correspondant à tous les néo- classicismes,
- al-ittijah al-taqlidi [La tendance traditionnaliste], soit la reprise en compte de savoir-faire traditionnels, notamment ceux perpétués par l’architecture nubienne ;
- al-ittijah al-ijtihadi [La tendance interprétative], qui est liée à la formation étrangère des architectes égyptiens où prédominent quatre principales filières : les écoles anglaise, française, suisse et italienne.

8 Projet publié dans la revue al-’imara ; n° 1-1941

9 Yahia al-Zayni, art. cité.

10 Idem.

Table des illustrations

Légende 43. Ecole industrielle Asma Halim à Helmiyya al- Zaytun, Tewfiq ‘Abd al-Gawwad, architecte (1949)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 44. Villa ‘Abd alMaqsud à Syrtaqus sur les bords du Canal Ismatliyya. Sayyid Karim. architecte (1950). L’utilisation du plan libre, basé tel sur une trame courbe, ne fut guère prisée en Egypte que par cet architecte, ses confrères lui préférant de manière générale le plan orthogonal à trois épaisseurs.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende 45. Villa Arts Déco à Giza pour Raghib Badr Pacha (c.1930)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/882/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/882/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 46-47. Vue d’ensemble et détails des Ecoles italiennes de Chatby à Alexandrie, Clemente Busiri-Vici, architecte (1931).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/882/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/882/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/882/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 48-49-50. Fabrique de cigarettes au Caire, Sayyid Karim, architecte (1941). Vue de la façade, schéma des futures extensions et vue axonométrique.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/882/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 51. Villa Hatwell à Héliopolis, Raymond Antonious, architecte (19401. • La présente villa a été conçue suivant le principe cher à Le Corbusier de l’habitation sur un seul étage surélevé. Toutefois, par suite de la petite surface du terrain et afin de réduire au possible la superficie de l’immeuble, les locaux de réception ont été aménagés en partie au rez-de-chaussée. Ces locaux sont le grand salon ouvert sur la hauteur totale des deux étages, le bar. la salle de jeu donnant sur le jardin, ainsi que la nurserte et les toilettes. La moitié de la villa est construite sur pilotis et agrandit de ce fait le Jardin d’une terrasse ombragée d’environ 60 m2 de surface. La construction est en briques sillco-calcaires avec ossature en béton armé. La véranda principale est supportée par deux colonnes avec armature en champignons sans poutres apparentes. • (al-’imara. 1-1941).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/882/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/882/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 52. Villas en bandes, d’une superficie au sol de 60 m2 avec 200 m2 de Jardin. Projet publié dans La socialisation de la villa (1957).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/882/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540