Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’architecture moderne en Égypte et la revue Al-’Imara

 | 
Mercedes Volait

La revue et son fondateur

Texte intégral

28. Sigle de la revue al-’imara.

  • 1 Pour une même graphie arabe, on pouvait trouver indistinctement deux différentes transcriptions (et (...)

1L’histoire de la revue al-’imara est intimement liée au destin de celui qui en est le fondateur, et en sera durant plus de 20 ans le principal animateur. La revue n’est donc pas l’organe officiel d’une institution non plus que celui d’un groupe clairement constitué : c’est surtout le projet d’un homme, qui sera, à terme, de plus en plus isolé. Cet homme, Sayyid Karim ou Kurayyim1 M, fils de l’ingénieur Ibrahim Fahmy Kurayyim (lequel fut ministre des Travaux Publics entre 1928 et 1929, puis à nouveau entre 1930 et 1933, date à laquelle il eut pendant un an le portefeuille des Communications), est né en 1911 dans la province de Minufiyya. Il entre en 1928 à l’Ecole Polytechnique du Caire et opte pour la section Architecture. Il obtient son diplôme en 1933.

2Deux architectes suisses vont alors jouer un rôle décisif dans les orientations professionnelles du jeune diplômé. Il convient de nommer en premier lieu le professeur Charles Andreae, par lequel Sayyid Karim se fait rapidement remarquer en raison de ses aptitudes exceptionnelles. Charles Andreae intercède ainsi auprès du père de Sayyid Karim, afin que celui-ci puisse poursuivre ses études au Polytechnicum de Zurich, depuis la réorganisation de l’Ecole du Caire en 1926, des accords existaient entre les deux institutions. Ayant pu convaincre le père, C. Andreae s’occupera également de l’organisation matérielle du séjour en Suisse du fils.

  • 2 Le Polytechnicum de Zurich a présenté dernièrement une exposition consacrée à Salvisberg, et intitu (...)

3A l’automne 1933, Sayyid Karim part donc pour Zurich. Dès son arrivée au Polytechnicum, il est aussitôt pris en amitié par l’autre homme qui exercera une influence durable sur sa pensée et sur son œuvre même : l’architecte Otto Salvisberg (1882-1940). Bien qu’il enseignât au Polytechnicum depuis 1930, Salvisberg était plus un praticien qu’un théoricien ; de fait, il construisit plus qu’il n’écrivit. Il n’était pas non plus, à proprement parler, un pionnier du Mouvement moderne, mais représentait plutôt une tendance qu’un critique a récemment définie comme « moderne tardive »2, soit une tendance moins assurée des valeurs universelles de la modernité, qui s’inscrit dans la crise de la conscience moderne des années 1930 et va mener à une approche artistique plus individuelle (qui pour Salvisberg restera marquée par le sens de l’opulence bourgeoise) et plus décorative.

  • 3 Cf. Casabella, article cité.

4Otto Salvisberg ne pensait pas, qu’avec l’Esthétique industrielle, il était possible de régler toutes les disharmonies du cadre général, et d’exprimer tous les besoins émotifs de l’homme. Les mécanismes simples de la modernisation ne lui semblaient plus suffisants pour résoudre les problèmes d’une société nouvelle souffrant du « manque de racines ». De nouveaux thèmes (un temps ignorés ou utilisés de manière péjorative) revenaient alors au premier plan dans le débat culturel suisse, tels que histoire, nation, Etat, région et paysage, multiplicité culturelle, démocratie directe, fédéralisme ; toutes choses qu’un architecte se devait de prendre en compte dans sa propre réflexion3.

5Une pensée plus radicalement moderne aurait-elle de même attiré le jeune Sayyid Karim ? La question reste ouverte, mais il est intéressant de noter que c’est au contact d’une vision moderne, portant déjà en elle ses propres remises en cause, que se formera Sayyid Karim.

6Durant les cinq années de son séjour zurichois, Sayyid Karim s’orienta en premier lieu vers les cours d’urbanisme, sanctionnés par un premier diplôme en 1935. Puis il prépara un doctorat es-Sciences, qu’il soutînt en 1938 : il fut ainsi le premier architecte égyptien à être titulaire d’un diplôme de ce niveau.

  • 4 Sayyid Karim rendra fréquemment hommage à Salvisberg dans sa revue, et consacrera à son œuvre un nu (...)

7Parallèlement à ses études, Sayyid Karim assiste Otto Salvisberg dans les travaux de son agence, et suit son maître dans tous ses déplacements officiels ou même personnels : il est plus un fils spirituel qu’un simple employé4. Durant ces années, Salvisberg ne cesse de l’Encourager à créer une revue d’architecture en Egypte, afin de diffuser les idées de l’architecture moderne en Orient. Car, selon lui, le futur de ce mouvement est désormais hors d’une Europe, dont l’avenir, en cette immédiate avant-guerre, paraît fort incertain.

8Sayyid Karim s’attèle à cette tâche, dès son retour en Egypte, durant l’été 1938. Grâce aux relations de son père, il réussit à déposer le titre (al- ‘imara) et à obtenir rapidement toutes les autorisations administratives nécessaires pour la création d’un périodique. Les premiers fonds lui viennent également de son père : celui-ci assumera par ailleurs la direction de la publication. Enfin, grâce au soutien que lui apporte un de ses confrères et ami, Anis Sarrag al-Din, il parvient à faire sortir le premier numéro de la revue dans un délai très bref. La revue paraît en effet en janvier 1939 ; Sayyid Karim a alors 28 ans.

9La présentation choisie est, dès le départ, luxueuse, et tranche avec celle des périodiques de l’époque : papier glacé, impression soignée, nombreuses illustrations, en noir et blanc au début, en couleur par la suite. Le prix à l’Exemplaire s’en ressent : de 15 piastres pour un numéro simple, à 25 piastres pour un numéro double : ce sont, en ces années-là, des tarifs élevés.

10La revue paraît à raison de 10 numéros par an, dont certains sont doubles, ce qui en fait un périodique bimestriel. Au bout de quelques livraisons, une brouille intervient entre les deux amis, et Sayyid Karim poursuit seul, un temps, son travail avant de réussir à constituer en 1941 un véritable comité de rédaction. Ahmad Sidqi et Michel Futi y sont chargés de la rubrique « architecture » et Sayyid Murtada de la rubrique « construction" ; tandis qu’il est fait appel à des signatures plus prestigieuses pour les sections « architecture islamique », confiée à l’archéologue Hassan ‘Abd al-Wahhab et des « Beaux- Arts », confiée à l’homme de lettres Ahmad Rassim bey.

29. L’immeuble de rapport des Assicurazioni Generali di Trieste, rue Emad al-Din, Arnold Zarb, architecte DESA (1939). Premier immeuble du Caire à conditionnement central de l’air, il fut publié dans la première livraison de la revue (1-1939).

  • 5 Architecte et archéologue de formation, Muhammad Hammad tentera par la suite, à diverses reprises, (...)

11En 1943 et 1944, du fait des difficultés d’approvisionnement que connaissait alors l’Egypte, la revue cesse de paraître. A sa reparution en 1945, trois nouvelles plumes se joignent au comité de rédaction : Muhamad Hammad pour l’architecture5, Muhammad Sidqi al-Gabakhangi pour la peinture, et Tawfïq ‘Abd al-Gawwad, comme secrétaire de rédaction. C’est là une équipe fort jeune, dont la moyenne d’âge se situe entre 25 et 35 ans, et qui fait appel à des contributeurs occasionnels tout aussi jeunes ; certains, comme Amin Mukhtar, ont à peine 20 ans lorsqu’ils publient leurs premiers articles dans la revue ; d’autres, tels Yahia al-Zayni, sont de tout jeunes diplômés.

  • 6 Nous n’avons pu cependant connaître les chiffres de tirage moyens de la revue, non plus que le nomb (...)
  • 7 Entretien avec Ibrahim Karim, fils de Sayyid Karim, en date du 15 juillet 1986.

12La revue semble avoir connu un succès certain, sa diffusion dépassait largement le cadre de l’Egypte puisqu’elle couvrait également les pays voisins. De fait ses pages demeuraient ouvertes aux architectes de la région : c’était alors la seule revue d’architecture en langue arabe6. Quel qu’ait pu être son tirage, la revue ne semble pas avoir pu être autonome sur le plan financier. C’est en effet sur fonds propres que Sayyid Karim réussira à maintenir la périodicité de la revue, et ce, pendant plus de vingt ans. Car les recettes publicitaires, bien qu’elles se soient avérées de plus en plus importantes, ne pouvaient suffir à couvrir les frais de fabrication, non plus que les abonnements ou ventes au numéro7. Les coûts de publication furent donc principalement assurés par les revenus de l’agence que Sayyid Karim avait fondé en même temps que la revue, et qui portait d’ailleurs le même nom (Maktab al-’imara). C’est dans les locaux de l’agence que se fabriquait la revue.

13Agence et revue sont d’une certaine manière une seule et même chose : elles transmettent le même message et se soutiennent l’une l’autre. Leurs projets sont de fait complémentaires, et tandis que la revue s’est fixée pour programme essentiel la diffusion et l’application dans le Proche-Orient arabe des principes (et non pas des modèles) de la démarche architecturale moderne, ainsi que la promotion, en Egypte et plus largement dans la région, d’une architecture produite par des professionnels locaux, l’agence se veut être, quant à elle, le lieu d’expérimentation privilégié d’une telle approche.

  • 8 Un répertoire succinct de l’œuvre de Sayyid Karim et de l’agence Maktab al-’imara a été établi par (...)

14Le prestige croissant qu’acquerra la revue profitera ainsi largement à l’agence. Dès le milieu des années quarante, cette dernière est en effet engagée dans de vastes opérations d’urbanisme et d’équipements publics : en Iraq, tout d’abord, où Sayyid Karim réalise plusieurs extensions de Bagdad en 1946, en Arabie Saoudite, ensuite, où il conçoit successivement le plan de Jeddah en 1949, celui de Ryad en 1950 (avec la construction des principaux ministères), ceux de La Mecque et de Médine en 1952 ; en Jordanie enfin (schéma d’extension de Amman en 1954, plan de Aqaba en 1958) ou en Palestine, où Sayyid Karim signe le plan de Naplouse en 19558.

15En 1952, cependant, surviennent les premières difficultés. En janvier de cette année- là, les locaux de la revue, situés rue Malika Nazli (actuelle rue Ramsès), se sont malencontreusement trouvés sur le chemin des émeutiers ; et l’incendie qui s’y déclare détruit une grande partie des archives et des documents appartenant à la revue et à l’agence. Quelques mois plus tard, alors que le nouveau régime se met progressivement en place, la revue est soumise aux interrogations de la censure : on lui rapproche de ne pas s’en tenir strictement... au domaine architectural et d’aborder d’autres domaines des arts, malgré la précision du titre déposé. La revue s’en tire à bon compte en modifiant tout simplement son titre, qui devient désormais al-’imara w al-funun. La direction change, tout en restant familiale : Durriya Lutfi, l’épouse de Sayyid Karim, remplace Ibrahim Fahmy Karim, comme directeur de publication.

16Dès lors, la revue devient de plus en plus une « affaire de famille ». La gestion des abonnements est également confiée à un parent : le frère de Sayyid Karim, ‘Uthman Karim. Mais Sayyid Karim ne réussit pas à reconstituer l’équipe précédente : ses prises de position violentes lui ont valu de nombreux ennemis parmi ses confrères, surtout à l’université du Caire, où il enseigne depuis 1939. En 1954, alors que ses titres universitaires, parmi les plus élevés, et ses 15 ans d’expérience auraient dû lui permettre d’atteindre le rang de professeur (ustaz), il n’est encore que maître de conférences (ustaz musa’id) en raison, semble-t-il, de pressions exercées par le corps enseignant sur la direction de l’Ecole Polytechnique. Sayyid Karim décide alors de démissionner et entame une procédure juridique pour être rétabli dans ses droits. Il obtient gain de cause, et les attendus du jugement précisent que doit lui être rétrocédée la différence des salaires qu’il aurait dû percevoir. Il refuse toutefois cette compensation, et refuse de même de reprendre son enseignement

  • 9 Entretien avec Ibrahim Karim.

17Dorénavant la revue ne reposera plus que sur Sayyid Karim et son fidèle assistant, Tawfiq ‘Abd al-Gawwad ; lequel, outre ses fonctions de directeur des Affaires rurales au ministère des Affaires rurales et municipales, puis de directeur technique de la Fondation des Equipements scolaires, se consacre à mi-temps aux affaires de la revue. Seul, Muhammad Sidqi al-Gabakhangi rejoindra à nouveau la revue en 1957. 1959 est pourtant l’année de la consécration. Sayyid Karim est en effet nommé urbaniste en chef de la plus importante opération d’urbanisme du régime nassérien : Madina Nasr, ville nouvelle qui doit surgir des sables du désert aux confins nord-est du Caire. Après les projets de la péninsule arabique, c’est là pour lui l’occasion de mettre en œuvre, en Egypte même, ses propositions urbaines. Cependant, trois ans plus tard, alors que les travaux sont déjà bien engagés, un différend l’oppose à des fonctionnaires du ministère de la Reconstruction, ces derniers souhaitant qu’il considère plus particulièrement l’une des offres proposées, suite à la mise en adjudication d’une tranche des travaux9. Mais Sayyid Karim s’y refuse catégoriquement, ce qui lui vaut d’avoir son nom inscrit, sur ordre du premier ministre lui-même, ‘Ali Sabri, sur la liste noire, avec accusation d’espionnage. L’accusation paraît d’autant plus crédible que Sayyid Karim se déplace très fréquemment à l’étranger pour ses projets, et notamment dans les pays arabes voisins. Les filiales de Maktab al-’imara, qu’il a créées dans diverses capitales arabes, font soupçonner l’Existence d’un véritable réseau. Lorsque l’on est de plus fils de pacha, l’Ensemble du dossier ne peut que justifier la suspicion.

18Après la liste noire, vient le temps de la séquestration. En quelques jours, Sayyid Karim est sommé de fermer son agence : tous les documents de Madina Nasr sont transférés dans un bureau d’études de création récente (Maktab al-’arabi lil-tasmimat w lil- isticharat al-handassiyya), dont par ailleurs la direction est confiée à... Tawfiq ‘Abd al- Gawwad. Du fait de l’interdiction qui lui est faite de quitter le territoire national, Sayyid Karim perd également le contrôle de ses filiales à l’étranger. Et la revue cesse de paraître, définitivement, en 1962.

19La mise à l’écart de Sayyid Karim, interdit également d’exercice, va durer quelque dix ans. C’est grâce, semble-t-il, à l’ampleur de ses relations qu’il pourra retrouver, sous Sadate, une certaine liberté d’action et reprendre ses activités professionnelles, toujours dans le domaine de l’urbanisme, puisqu’il est, depuis quelques années, engagé dans le projet d’aménagement de la côte de la Mer Rouge.

20La Société des Architectes égyptiens tenta, à diverses reprises après 1962, de relancer la revue, en offrant les fonds nécessaires à Sayyid Karim pour qu’il puisse mener à bien ce projet, à la condition toutefois que la revue devienne l’organe officiel de la Société. Face aux refus réitérés de Sayyid Karim, qui croit par dessus tout à la nécessaire indépendance de la presse architecturale, la Société proposa alors, par le biais de son président ‘Uthman Ahmad Uthman, de racheter le titre.

  • 10 Idem.

21« Mais ce n’est pas avec un titre que l’on fabrique le succès d’une revue » souligne Ibrahim Karim, fils unique de Sayyid Karim et architecte comme son père. « Et dès que je disposerai de 10.000 livres égyptiennes, je les investirai pour remonter la revue, avec une équipe jeune, comme à ses débuts »10.

Notes

1 Pour une même graphie arabe, on pouvait trouver indistinctement deux différentes transcriptions (et donc prononciations) de ce nom : la plus usitée, dans les années 1940, étant celle de Kurayyim (généralement retranscrit Korayem), diminutif de Karim, par respect pour ce dernier nom, attribut réservé à Dieu. De nos jours, le nom se prononce habituellement Karim.

2 Le Polytechnicum de Zurich a présenté dernièrement une exposition consacrée à Salvisberg, et intitulée : Otto Salvisberg : un architecte entre tradition et modernité. Le catalogue publié à cette occasion retrace l’œuvre de l’architecte, sous le titre : O.R. Salvisberg : Die andere moderne [Salvisberg, l’autre moderne], Zurich, ETH, 1985. Nous nous sommes essentiellement référés au compte-rendu qui en a été donné in Casabella, n° 518, novembre 1985, pp. 30-32.

3 Cf. Casabella, article cité.

4 Sayyid Karim rendra fréquemment hommage à Salvisberg dans sa revue, et consacrera à son œuvre un numéro spécial (al- ‘imara, n° 1/2, 1942).

5 Architecte et archéologue de formation, Muhammad Hammad tentera par la suite, à diverses reprises, de fonder une autre revue d’architecture, sous le nom de al-finun al- mi’mariyya, puis sous le nom de al-finun al-takhtitiyya w al-mi’mariyya. Toutes deux cesseront pourtant de paraître après quelques numéros.

6 Nous n’avons pu cependant connaître les chiffres de tirage moyens de la revue, non plus que le nombre de ses abonnés (en Egypte, comme à l’étranger) et de ses ventes au numéro.

7 Entretien avec Ibrahim Karim, fils de Sayyid Karim, en date du 15 juillet 1986.

8 Un répertoire succinct de l’œuvre de Sayyid Karim et de l’agence Maktab al-’imara a été établi par Tawfiq ‘Abd al-Gawwad in ‘Amalaqa..., op. cit.

9 Entretien avec Ibrahim Karim.

10 Idem.

Table des illustrations

Légende 28. Sigle de la revue al-’imara.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 29. L’immeuble de rapport des Assicurazioni Generali di Trieste, rue Emad al-Din, Arnold Zarb, architecte DESA (1939). Premier immeuble du Caire à conditionnement central de l’air, il fut publié dans la première livraison de la revue (1-1939).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 841k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540