Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’architecture moderne en Égypte et la revue Al-’Imara

 | 
Mercedes Volait

Introduction

Texte intégral

1. Façade arrière de la villa Gustave Aghion, à Alexandrie, Auguste Perret, architecte (1926-1927).

Un Domaine Peu Explore :

1Le présent ouvrage rend compte d’une recherche menée sur l’architecture égyptienne contemporaine - un domaine pour lequel la production scientifique a été jusqu’à présent fort limitée, pour ne pas dire quasi inexistante.

2Bien des raisons peuvent expliquer la faiblesse de nos connaissances dans ce domaine. Les premières ne sont pas propres à l’Egypte, mais correspondent à un phénomène largement généralisé et caractéristique des sociétés modernes, où la culture générale, si elle n’ignore rien des derniers développements survenus dans les domaines de l’image et de la littérature, reste relativement fermée aux nouveaux objets architecturaux, entendus ici comme les produits d’une pratique « savante ».

3Certes, dans le monde occidental, d’importants efforts ont été déployés pour sensibiliser le grand public à la production architecturale contemporaine (cf. notamment en France, les grandes expositions thématiques ou géographiques organisées par le centre Beaubourg au cours de ces dernières années). De même, plusieurs revues françaises d’intérêt général ont dernièrement consacré des numéros spéciaux à l’architecture. Le choix des titres est en lui même tout à fait évocateur (cf. Enfin l’architecture de la revue Autrement, paru en 1984, Réveil de l’architecture ? de la revue Espri », paru en 1985, ou encore L’objet architecture publié par la revue Critique en 1987). Sans doute faut-il voir là les signes d’un renouveau.

4Dans le cas égyptien, l’ignorance du contemporain se double, quant à elle, d’une connaissance certaine du passé. Depuis plus d’un siècle, les productions prestigieuses des époques lointaines (pharaonique) ou plus « récentes » (mamelouke et ottomane) ont été l’objet de nombreuses explorations et publications. Celles-ci ont pu contribuer à renforcer l’idée, bien partagée, qu’après 1798, il n’y aurait plus de « grande architecture » en Egypte, voire plus d’architecture tout court, ou tout du moins plus d’architecture « authentique », pour reprendre la terminologie en vogue actuellement

5Ainsi, du fait même qu’elles apparaissent comme fortement dénaturées car prises au jeu complexe des emprunts et des influences allogènes, les formes élaborées tout au long du xixe et xxe siècles en Egypte n’ont guère suscité, jusqu’à présent, l’intérêt des historiens. L’étude de ces architectures « tardives », faute de travaux scientifiques et de documents répertoriés, demeure donc malaisée.

L’état des connaissances :

6Des différents moments, hommes et tendances qui ont fabriqué cette architecture pendant près de deux siècles, l’Occident n’a retenu à ce jour qu’un seul nom : celui de Hassan Fathy. Or cela ne peut s’expliquer par l’audience que cette figure exceptionnelle a pu recueillir dans son pays d’origine : jusqu’à ces dernières années, cette audience est demeurée très faible. Par contre, ses idées purent recevoir un écho favorable à l’étranger en raison du regain d’intérêt que connut, dans les années 1970, l’architecture vernaculaire. La pensée de Hassan Fathy, ainsi que ses premières réalisations, ne pouvaient que séduire, dans ce contexte, un public occidental, redécouvrant les « architectures de terre » ou « sans architectes », - de préférence exotiques -, en un engouement que l’on peut aisément attribuer à la crise de valeurs que traversait au même moment l’architecture française, ainsi qu’au rejet du paysage urbain construit depuis l’après-guerre.

  • 1 Entretien avec Abu Zayd Ragih, en date du 19 janvier 1985. Architecte de formation, Abu Zayd Ragih (...)

7Mais quel que soit le talent - tout à fait réel, par ailleurs - de Hassan Fathy, son œuvre conserve un caractère marginal et ne saurait être représentative de la production globale de ses confrères. Non sans raison, ces derniers le voient comme un « romantique »1, dans le sens d’un attachement à une conception romantique de l’art, par opposition à la conception classique.

  • 2 Les premiers résultats de leurs travaux ont été publiés dans : J.-C. Depaule & al. : L’habitat urba (...)
  • 3 La distinction entre architecture vernaculaire et architecture savante n’implique pas de notre part (...)

8Plus récemment, c’est au carrefour des deux approches que nous avons mentionnées (architecture historique/architecture vernaculaire, populaire ou informelle) qu’il faut situer les études entreprises depuis 1982 par les chercheurs de l’Atelier du Caire2. Elles fournissent de précieux enseignements sur le vocabulaire de l’habitat, sur les pratiques des habitants ou sur la constitution du tissu urbain, grâce aux outils croisés que constituent l’attention au langage et l’analyse spatiale. Mais si elles nous permettent de mieux connaître la « production courante » de l’habitat urbain égyptien, elles ne font guère référence à l’architecture savante, soit celle produite par les professionnels, et qui nous intéresse ici en premier lieu3.

  • 4 Le collège des enseignants du département d’architecture de l’Université du Caire a refusé en 1985 (...)

9En Egypte même, peu de travaux ont été consacrés à cette architecture savante, et n’étaient pas vraiment encouragés, si l’on en croit les témoignages.4 La bibliographie demeure donc assez limitée.

  • 5 Catalogue publié par l’Université Américaine du Caire en trois volumes, parus entre 1975 et 1983, s (...)

10Sous l’entrée « Architecture » du Catalogue des ouvrages imprimés en Egypte entre 1900 et 19565, l’on trouve certes répertoriés quelques dizaines de titres : mais il s’agit, pour l’essentiel, d’essais sur l’architecture musulmane classique, de traductions d’ouvrages étrangers sur l’histoire des styles architecturaux, ou encore de catalogues de modèles destinés aux constructeurs ainsi que de traités techniques. La production des architectes ne semble guère avoir intéressé leurs contemporains ; ce qui peut s’expliquer en partie par le fait que, jusque dans les années 1930-1940, la commande architecturale avait été principalement attribuée à des architectes étrangers. Eux-mêmes furent peu soucieux de laisser des traces écrites de leurs activités en Egypte.

  • 6 Muhammad Hammad : Misr tabni [L’Egypte construit], publié à compte d’auteur en 1963 au Caire. Il s’ (...)
  • 7 Cf. Tawfiq ‘Abd al-Gawwad : ‘Amalaqa al- ‘imara fi al-qarn al- ‘ichrin [Les géants de l’architectur (...)
  • 8 ‘Abd al-Mun’im Haykal : ‘Ali Labib Gabr w al-fan al-’imara [‘Ali Labib Gabr et l’architecture], Le (...)
  • 9 Cf. ‘Ali Ahmad Raafat : « Architectural developments in Egypt during the xixth century », in Biblio (...)

11Au cours de la période post-coloniale, la documentation est devenue plus riche. Certes, pour des raisons idéologiques évidentes, l’architecture produite par les étrangers ne devait pas plus retenir l’attention des historiens que celle des architectes, tout ce qui pouvait rappeler l’action de l’élément étranger en Egypte étant alors volontairement éliminé. Par contre, les regards se tournèrent plus volontiers vers le développement de la profession égyptienne. Le recueil compilé par Muhammad Hammad est, en la matière, tout à fait pionnier6 mais fournit surtout à son auteur l’occasion d’exalter les bienfaits de la révolution égyptienne. Les essais historiques de Tawfiq ‘Abd al-Gawwad7 et (auto)biographiques de ‘Abd al-Mun’im Haykal8 constituent, quant à eux, des témoignages intéressants, bien que d’utilisation difficile, en raison de l’absence de mention des sources exploitées. Quoique brève, la synthèse effectuée par Ahmad Raafat pour la Bibliographical guide to contemporary arab values9 nous a été, de même, tout à fait utile.

  • 10 Depuis avril 1985, une grande partie de la profession s’est regroupée dans la « Conférence permanen (...)
  • 11 Cf. ‘Alam al-bina’, avril 1985, pp. 17-18. Ces biographies étaient publiées à l’occasion des premiè (...)
  • 12 Le premier article a été consacré à ‘Ali Labib Gabr, par Tahir al-Sadiq (al-mi’mar, n° 9/10, 1988, (...)

12Du fait de la récente remobilisation des architectes égyptiens10 cet intérêt pour les « pionniers » de l’architecture égyptienne s’est encore accru. Ainsi, la revue ‘Alam al-bina ‘ a publié en 1985 les biographies de 18 grands architectes égyptiens ayant exercé durant ce siècle11, tandis que, depuis le lancement de sa nouvelle formule en 1987, la revue al- mi’mar consacre désormais une rubrique aux œuvres d’architectes égyptiens12

13La littérature universitaire est demeurée, quant à elle, tout à fait pauvre dans ce domaine. Seules deux thèses ont été consacrées à l’architecture contemporaine en Egypte. La première fut soutenue en 1976 à l’Université de al-Azhar sous le titre Ittijahat al- ‘imara al-misriyya min al-turath illa al-mu’asara [Les tendances architecturales en Egypte : du patrimoine au contemporain] par ‘Isam al-Din ‘Abd al-Rauf. Portant sur la période 1800-1950, et basée sur une iconographie très riche, ce travail propose une classification stylistique de quelques 150 bâtiments, en fonction de leurs modèles de référence. La seconde étude, soutenue par Samir Sadiq en 1985 à l’Université de ‘Ayn Chams, couvre la même période avec un intitulé sensiblement identique : Tatwir al- ‘imara al-misriyya fi al-’asr al-hadith bayn al-mu’atharat w-al-ittijahat [Développement de l’architecture égyptienne au cours des temps modernes : influences et orientations]. Elle reprend en grande partie les classifications proposées par la thèse précédente, tout en développant plus finement l’analyse morphologique des édifices sélectionnés.

  • 13 Cf. les articles de: Arthur Wickenden: « Modem residential architecture in Egypt », The Builder, vo (...)
  • 14 Cf. notamment à ce propos, H.R. Hitchcock : Architecture : Dix-neuvième et vingtième siècles, Bruxe (...)

14Enfin, nous avons exploité l’Avery index to Architectural periodicals (15 volumes parus depuis 1973, avec un classement thématique et géographique), ce qui nous a permis de relever quelques articles d’intérêt parus dans des revues étrangères spécialisées entre 1930 et 195013. Malgré ces quelques orientations bibliographiques, la recherche dans ce domaine reste encore largement tributaire du dépouillement des revues professionnelles (ou même générales), dont maints historiens de l’architecture ont souligné le caractère irremplaçable de source première pour les périodes récentes14, et notamment dans les pays qui ne conservent pas les archives d’architectes.

La revue al-’imara :

  • 15 Les sources sont contradictoires quant aux dates exactes de parution de la revue. L’index des pério (...)

15Parmi les revues égyptiennes qui traitèrent d’architecture, il faut accorder une place de choix à la revue al-’imara [L’Architecture]. Elle parut pendant près de vint ans (1939- 1959)15, à une époque charnière de l’histoire de l’architecture égyptienne contemporaine, au cours de laquelle se consolida fortement le milieu professionnel.

  • 16 Comme le rappelle, à juste titre, B. Gravagnuolo, le terme « moderne » ne peut guère être employé q (...)

16Dès sa création, la revue al-’imara se fixa pour mission la diffusion des principes de l’architecture « moderne »16 en Egypte, mais aussi plus largement dans l’Orient arabe, en tentant de mettre à profit les idées d’un mouvement lui-même né en Europe quelques vingt ans plus tôt. L’on verra avec quels arguments et quelles propositions.

  • 17 Voir, à ce propos, les réflexions développées par Alain Roussillon dans « Projet colonial et tradit (...)

17Il ne s’agissait pas pour autant, selon le projet initial des animateurs de la revue, d’importer et de reproduire directement des modèles « venus d’ailleurs », mais d’élaborer des formulations pertinentes et appropriées de la pensée moderne en fonction du contexte national. Le concept de « Style international » - trop souvent mis en avant pour qualifier des architectures produites dans les pays d’accueil des idées modernes - ne nous paraît donc guère opérant pour rendre compte des orientations théoriques de la revue. Car, véhicule d’une certaine « modernité » en architecture, la revue reflète surtout, dans le domaine de compétence qui lui est propre, différentes préoccupations de la société égyptienne des années 1940, qu’il s’agisse de la rénovation de l’habitat rural, de la définition de l’identité nationale ou de l’ouverture sur les pays arabes de la région. Par les questions qu’elle aborde et les analyses qu’elle propose, la revue s’ancre ainsi fortement dans les courants de réforme et d’action sociale17, tout comme dans l’effervescence pan- arabiste, qui émergent en Egypte au même moment.

  • 18 Voir notamment le discours introductif du premier ministre Nahhas Pacha, à une session de la Chambr (...)

18Y joua-t-elle un rôle moteur et y apporta-t-elle une contribution originale ? Cela demeure difficile à évaluer. Du moins, faut-il souligner la concordance des thèmes traités, tel celui de la réforme de la campagne égyptienne, abordé simultanément par les premiers sociologues égyptiens, par les architectes, mais également par les parlementaires18. Cette prise en compte des réalités sociales, qui est partie intégrante de la démarche nouvelle proposée par al-’imara, mènera les architectes égyptiens, ou tout du moins une partie d’entre eux, à élargir le cadre de leur pratique, et à produire un discours particulier sur leur société, dont l’objectif est par ailleurs de prouver leur capacité à y intervenir... Interventions que la revue, à son tour, soutiendra directement, en ne cessant de promouvoir, dans ses pages, les projets architecturaux ou urbains de ces architectes.

19Ce projet théorique, à partir duquel va se développer une recherche sociologique, relayé par un media largement diffusé, s’accompagne d’un projet didactique non moins précis. Car, dans le domaine de l’architecture, mais cela est tout aussi vrai pour d’autres disciplines techniques, la connaissance reste, en Egypte, largement dépendante de la « littérature » étrangère, et donc de l’accès à des langues occidentales. Mais, grâce à la revue, les architectes égyptiens, et de la région, purent disposer d’un outil de travail unique, en langue arabe (à tel point qu’aujourd’hui bien des étudiants continuent de s’y référer). Ces diverses directions donnent bien la mesure de l’ampleur du projet lancé par cette revue.

2-3. Villa à Héliopolis, Albert Khuri, architecte (c. 1950). Vue perspective de la façade et plan du rez-de-chaussée.

20À bien des égards, la revue al-’imara constitue donc une source documentaire précieuse. Par son caractère très informatif et la masse des projets publiés, elle constitue l’archive de l’architecture moderne en Egypte, nous permettant de suivre son évolution, sa production et ses débats. C’est pour cette raison, que nous avons jugé utile, de joindre en annexe la traduction française des sommaires de la revue. Par une lecture plus globale de son contenu, elle nous permet de percevoir le dynamisme d’un groupe professionnel qui, muni d’un savoir « allogène », investi dans une réalité locale, apparaît doté d’une ambition forte, qui trouvera à se concrétiser, du moins durant un certain temps. Les architectes gravitant autour de la revue vont en effet prendre part de manière effective aux affaires du pays, en accédant directement aux centres de prise de décision.

Le milieu professionnel :

21Le message de al-’imara, soit la modernité - non pas comme école stylistique mais comme mode particulier de penser et de résoudre des problèmes donnés -, fut sans doute d’autant mieux « entendu » qu’il s’adresse à une profession de constitution récente, encore balbutiante au début de ce siècle.

  • 19 Pour reprendre ici les termes mêmes de l’hypothèse proposée par les auteurs de l’ouvrage collectif  (...)
  • 20 La fracture entre ingénieurs et architectes semble alors définitive en France. Elle est en fait lié (...)

22Si l’on a pu parler, à propos de la crise de l’architecture française, de l’acculturation laborieuse des architectes à la modernité19 largement tributaire des structures héritées de la profession, c’est une proposition, selon nous, tout à fait inverse qu’il faudrait appliquer à l’architecture égyptienne contemporaine. Pour définir très grossièrement l’évolution de la profession en France, nous dirons que cette dernière a connu ses beaux jours en faisant accéder l’architecture au royaume des Beaux-Arts, avec comme date-clé la création en 1671 de l’Académie Royale d’Architecture, mais que l’amortie d’une crise coïncide avec la révolution industrielle et la relégation de l’architecture dans ce domaine, désormais marginal, des Beaux-Arts. Le xixe siècle n’en demeure pas moins une sorte d’âge d’or de la profession, du fait de l’essor donné à la construction. Bien que défendus âprement, les privilèges et monopoles accordés à la profession devaient cependant subir de profondes remises en cause. A l’académisme triomphant succéda alors un académisme sclérosé qui disqualifia les architectes français et finit par les écarter du marché de la construction, mais aussi de l’élaboration des politiques publiques en matière d’urbanisme et d’architecture, au profit des corps d’ingénieurs - des Ponts et Chaussées notamment -, dont la logique hiérarchique et technocratique s’est révélée à terme plus efficace que les règles régissant, depuis la création de l’Ordre en 1940, la corporation des architectes20.

  • 21 Terme employé dans l’un de ses articles intitulé : « The rise of professions and professional organ (...)

23Tout autre s’avère être la situation égyptienne. Certes, parler d’un corps des architectes en Egypte serait sans doute excessif ; il n’en reste pas moins que ceux-ci sont d’abord des ingénieurs. C’est là un aspect original qui marquera durablement le développement de cette profession. Leur « professionalisation », si l’on peut se permettre cet anglicisme emprunté à D.M. Reid21 a été de fait fulgurante. Un enchaînement de dates en donne, mieux que tout autre élément, la mesure exacte : 1886 (création d’un enseignement), 1917 (fondation d’une société savante), 1935 (premier envoi d’une délégation égyptienne au congrès de l’Union internationale des architectes), 1939 (naissance de la première revue professionnelle), 1945 (constitution du réseau des architectes arabes), 1946 (mise en place du Syndicat). En moins d’un demi-siècle, les architectes égyptiens ont formé un groupe professionnel organisé et actif.

24De par leur formation d’ingénieur, leur engagement au sein de l’Etat, et parce que dégagés de toute tradition professionnelle, les architectes égyptiens apparaissaient ainsi mieux armés que leurs confrères français pour s’adapter aux conditions techniques, économiques et politiques de l’exercice professionnel, et pour pouvoir, de ce fait, agir en retour sur celles-ci.

25Ces trois caractéristiques majeures font l’objet de la première partie de cet ouvrage : elles constituent la toile de fond indispensable permettant de mieux cerner tant le propos que les lecteurs de la revue. Le deuxième chapitre porte sur la question de l’identité nationale des formes construites et sur les termes dans lesquels elle est posée, au moment même où émerge la revue al-’imara. On retrouve en effet, dans cette « question nationale » de l’architecture, les éléments d’un débat en quelque sorte récurrent de la pensée égyptienne contemporaine, par rapport auquel la revue va se positionner, de manière originale, avec un discours dans tous les cas novateur. Lui font suite, comme chapitre trois et quatre, un bref historique de la revue ainsi qu’une description thématique de son contenu. Le dernier chapitre est, quant à lui, consacré aux options théoriques de la revue, telles qu’exprimées notamment dans un écrit du fondateur de la revue, qui est d’une certaine manière le véritable manifeste de l’architecture moderne en Egypte. Pour une meilleure compréhension de notre propos, nous avons tenu à joindre en annexe la version intégrale de ce texte en français.

Notes

1 Entretien avec Abu Zayd Ragih, en date du 19 janvier 1985. Architecte de formation, Abu Zayd Ragih présidait jusqu’en 1985 le Centre de recherche sur l’habitat, l’urbanisme et la construction. Il assume actuellement le secrétariat général de la Conférence permanente des Architectes égyptiens.

2 Les premiers résultats de leurs travaux ont été publiés dans : J.-C. Depaule & al. : L’habitat urbain dans l’Orient arabe : éléments d’architecture, Paris, ADROS, 1984. J.-C. Depaule et J.-L. Arnaud : A travers le mur, Paris, CCI, 1985. -J.-C. Depaule & al. : Actualité de l’habitat ancien : le rab’ Qizlar, Le Caire, CEDEJ, 1986.

3 La distinction entre architecture vernaculaire et architecture savante n’implique pas de notre part un quelconque jugement sur les qualités de l’une ou l’autre de ces formes de production. Mais pour la clarté du propos, cette distinction nous semble absolument indispensable, d’autant que ces deux types d’architecture n’obéissent pas aux mêmes règles de conception et d’exécution, n’engagent pas les mêmes intervenants, ne sont pas destinées à la même clientèle...

4 Le collège des enseignants du département d’architecture de l’Université du Caire a refusé en 1985 un sujet de thèse portant sur l’évaluation de l’œuvre de l’architecte ‘Ali Labib Gabr (1898-1966), dont l’œuvre fut pionnière, alors même que l’étudiant se proposait de dépouiller les archives personnelles de l’architecte. Il a été conseillé au jeune doctorant de s’orienter vers « la composition géométrique des édifices religieux en Islam »

5 Catalogue publié par l’Université Américaine du Caire en trois volumes, parus entre 1975 et 1983, sous le titre Dalil al-matbu’at al-misriyya (Ahmad Mansur, ed.) puis sous celui de Al-kutub al-’arabiyya allati nacharat fi misr (‘Ayda Ibrahim, ed.). La rubrique « Architecture » est l’une des plus pauvrement fournies.

6 Muhammad Hammad : Misr tabni [L’Egypte construit], publié à compte d’auteur en 1963 au Caire. Il s’agit en fait d’une compilation de projets publiés par la revue al-’imara..

7 Cf. Tawfiq ‘Abd al-Gawwad : ‘Amalaqa al- ‘imara fi al-qarn al- ‘ichrin [Les géants de l’architecture au XXe siècle], Le Caire, 1977. La moitié de l’ouvrage est dévolue à l’histoire de l’architecture contemporaine en Egypte, et aux trois architectes considérés par l’auteur comme les plus importants : Mustafa Pacha Fahmy (1886-1972), Sayyid Karim (1911- ) et Hassan Fathy (1898- ). Voir également du même auteur : « al-muhandis al-misri w tatwir al-handassa al mi’mariyya », in magalla al-muhandissin, octobre 1979, pp. 81-90.

8 ‘Abd al-Mun’im Haykal : ‘Ali Labib Gabr w al-fan al-’imara [‘Ali Labib Gabr et l’architecture], Le Caire, GEBO, 1973 : Biographie de ‘Ali Labib Gabr et répertoire de son œuvre. Du même auteur : Rihla haya’ [Le voyage d’une vie]. Le Caire, GEBO, 1978 : autobiographie d’un architecte formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, et qui dirigea les Beaux-Arts du Caire entre 1943 et 1949.

9 Cf. ‘Ali Ahmad Raafat : « Architectural developments in Egypt during the xixth century », in Bibliographical guide of arab cultural values, volume 1, Le Caire, GEBO, 1972, pp. 290-302, article suivi des biographies de 13 architectes égyptiens.

10 Depuis avril 1985, une grande partie de la profession s’est regroupée dans la « Conférence permanente des Architectes égyptiens », institution qui tient des assises annuelles et entend se démarquer des structures traditionnelles de la profession. Par ailleurs, une sous-commission « Architecture » a été créée, au même moment, au sein du Haut-Comité pour la Culture, avec pour objectif de proposer le classement, à l’inventaire des monuments historiques, d’édifices construits jusque dans les années 1920 (l’actuelle limite étant fixée à 1869). Les premiers résultats de ses travaux seront rendus publics à l’occasion d’une exposition prévue pour juillet 1988.

11 Cf. ‘Alam al-bina’, avril 1985, pp. 17-18. Ces biographies étaient publiées à l’occasion des premières assises de la Conférence permanente... (18-22 avril 1985), qui rendait ainsi hommage à ses pères.

12 Le premier article a été consacré à ‘Ali Labib Gabr, par Tahir al-Sadiq (al-mi’mar, n° 9/10, 1988, pp. 30-38), et doit être suivi par un article sur Ramsès Wissa Wassef.

13 Cf. les articles de: Arthur Wickenden: « Modem residential architecture in Egypt », The Builder, volume 147, n° du 7 septembre 1934, pp. 373-375. E.G. Newmun: « The prevailing style of architecture: material and methods of modem building in Cairo », The Manchester Guardian, Ier avril 1938, p. 44. John Fleming: « Cairo baroque », Architectural Review, n° 579, volume 97, mars 1945, pp. 75-82. A consulter également : Max Edrei : « L’Egypte architecturale actuelle », in La Bourse égyptienne, 15 février 1933

14 Cf. notamment à ce propos, H.R. Hitchcock : Architecture : Dix-neuvième et vingtième siècles, Bruxelles, Mardaga, 1981

15 Les sources sont contradictoires quant aux dates exactes de parution de la revue. L’index des périodiques de Dar al-Kutub indique 1939-1962, tandis que Tawfiq ‘Abd al-Gawwad, qui en fut l’un des principaux collaborateurs, donne la date de 1939-1959. Malgré nos recherches, nous n’avons pu, quant à nous, dépouiller des numéros postérieurs à 1957

16 Comme le rappelle, à juste titre, B. Gravagnuolo, le terme « moderne » ne peut guère être employé qu’entre guillemets, ne serait-ce que par la diversité des acceptions dont il a fait l’objet au cours des temps. Si, en architecture, il fait directement référence à un mouvement historiquement daté, et renvoie donc aux théories du « Mouvement moderne », sa définition n’est guère moins ambiguë, en raison des polémiques que ce Mouvement soulève encore de nos jours (cf. B. Gravagnuolo : « Le débat architectural des années soixante-dix en Italie », in La Recherche en architecture : un bilan international, Parenthèses, 1986, pp. 159-170). Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point dans notre dernier chapitre.

17 Voir, à ce propos, les réflexions développées par Alain Roussillon dans « Projet colonial et traditions scientifiques : aux origines de la sociologie égyptienne », communication présentée au colloque D’un Orient l’autre, Le Caire, avril 1985.

18 Voir notamment le discours introductif du premier ministre Nahhas Pacha, à une session de la Chambre nouvellement constitutée en 1936 (reproduit dans le quotidien Egyptian Gazette en date du 25 mai 1936). L’amélioration du village égyptien y constitue l’un des principaux axes du programme gouvernemental.

19 Pour reprendre ici les termes mêmes de l’hypothèse proposée par les auteurs de l’ouvrage collectif : Les architectes.métamorphose d’une profession libérale, Paris, Calman-Lévy, 1973. Cet ouvrage présente les résultats d’une recherche conduite en 1968, basée sur l’analyse de 120 interviews d’architectes. L’étude était menée par un laboratoire de l’Ecole pratique des Hautes Etudes associé au CNRS, sous la responsabilité de Raymonde Moulin, maître de recherche au CNRS.

20 La fracture entre ingénieurs et architectes semble alors définitive en France. Elle est en fait liée à la manière dont se fit le partage de responsabilité entre ces intervenants lors des programmes de la Reconstruction. Ce sont là les conclusions auxquelles aboutissent R. Baudoui, P. Noviant, B. Vayssière au terme d’une recherche menée sur la Reconstruction, intitulée La Reconstruction provisoire, France 1940-1946 (Paris, BOA, 1984). Ces auteurs notent ainsi, à propos du corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées : « Retenons de ce corps unique au monde une déontologie de la productivité venue de ces grands chantiers d’autrefois régis par la corvée... On peut dire que nulle part à l’étranger, les ‘road-engineers’ n’ont, autant qu’en France, dépassé le champ de leur compétence technique. À l’inverse, la main-mise des architectes sur des secteurs entiers de l’administration politique, fiscale et technique domine en Amérique du Sud. Ce diplôme est une présomption de capacité édilitaire. C’est ce qu’on appelle une culture professionnelle dominante... La France a définitivement choisi des ingénieurs pour ses villes » (pp. 94 et sq.).

21 Terme employé dans l’un de ses articles intitulé : « The rise of professions and professional organisations in Modern Egypt », Comparative studies in history and society, volume 16, n° 1, janvier 1974, pp. 24-57.

Table des illustrations

Légende 1. Façade arrière de la villa Gustave Aghion, à Alexandrie, Auguste Perret, architecte (1926-1927).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende 2-3. Villa à Héliopolis, Albert Khuri, architecte (c. 1950). Vue perspective de la façade et plan du rez-de-chaussée.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/877/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540