Version classiqueVersion mobile

ONG et autoritarisme au Soudan : l’eau en question

 | 
Micaël Nègre

Remerciements

Texte intégral

1Je voudrais remercier les personnes suivantes sans lesquelles ce travail n’aurait pu aboutir : Mme Myriam Catusse, pour ses précieux conseils et l’aide constante qu’elle m’a apportée ; Mme Elisabeth Picard, pour s’être montrée toujours disponible à mon égard et m’avoir orienté vers le terrain soudanais ; M. François Ireton ainsi que M. Eric Denis pour l’aide qu’ils m’ont apportée lors de mon séjour au Soudan ; Mme Catherine Miller, pour avoir bien voulu me rencontrer avant mon départ et m’introduire à la situation soudanaise ; les membres du Service culturel de l’ambassade de France à Khartoum ; l’ensemble des personnes qui ont accepté de me rencontrer et d’être interviewées, en particulier les membres d’ACF et les membres de l’Association coopérative ; l’ensemble de l’équipe pédagogique du DEA de Science politique comparative d’Aix-en-Provence ; le personnel de l’Iremam/MMSH.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search