Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’idéologie par la bande

 | 
Fedwa Malti-Douglas
, 
Allan Douglas

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cité par Jean-Marie Apostolidès dans Les métamorphoses de Tintin (Paris : Seghers, 1984), p. 13.

« Au fond, vous savez, mon seul rival international, c’est Tintin ! »
Charles de Gaulle1

  • 2 Le Nouvel Observateur, du 3 au 9 janvier 1986.

1« Cette souris est-elle dangereuse ? » C’est la question que pose dans son titre principal Le Nouvel Observateur du 3 au 9 janvier 1986. Sur l’étendue de la couverture, dominant les rues de Paris comme le King Kong des publicités de la Samaritaine, se tient Mickey, son éternel sourire aux lèvres2. La couverture, tout comme les articles consacrés à cette question, suggèrent que cette souris est dangereuse car elle dirige « l’invasion culturelle américaine ».

2C’est, bien sur, la décision de construire un Disneyland à Marne-la-Vallée qui fut à l’origine de l’article de fond de ce numero. L’événement est un événement capital et cela non seulement a cause des sommes d’argent en jeu, ni du nombre d’emplois futurs (bien que ce facteur essentiel ait pu être décisif aux yeux du gouvernement français). Le débarquement de Disney en France marque une étape importante de l’impérialisme culturel américain. Qu’une telle décision ait été prise sous un gouvernement de gauche - gouvernement dont le ministre de la culture attache une importance particulière à la protection de la culture française face a l’invasion anglo-saxonne - ne manque pas d’ironie. On peut se demander si un gouvernement gaulliste eut approuvé la « disneyification » de la plus infime parcelle du sol français.

  • 3 Voir par exemple l’appel d’Yves Montand : « Aux armes les artistes » dans le Nouvel Observateur du (...)

3Ce qui transforme l’ouverture d’un parc d’attraction en acte de politique culturelle c’est, bien évidemment, l’accumulation d’images, de thèmes et de personnages associes au parc (parmi lesquels Mickey, héros américain par excellence, est la création de Disney la plus connue). Mais la souris yankee et ses compagnons (canards ou chiens) doivent la plus grande partie de leur ubiquité et de leur influence aux bandes dessinées ; et c’est précisément en tant que producteur de bandes dessinées et de personnages de B.D. que Disney est célèbre dans le monde entier. D’où les contre-personnages suggérés par les français : Lucky Luke ou Astérix3, et d’autres héros de bandes dessinées.

4Mais qu’y a-t-il dans les bandes dessinées qui leur donne ce pouvoir de propager des valeurs culturelles et en fasse des émissaires internationaux si privilégies ? (Il faut noter en passant qu’un tel impérialisme culturel n’est pas seulement limité à Disney et aux B.D. américaines. De nombreux sujets de l’empire français ont été « colonisés » par Tintin). Peut-être est-ce leur combinaison d’image et de texte. Deux types de produits culturels sont vendus en même temps : un scénario, avec toutes les données littéraires et les valeurs que véhiculé toute narration, en même temps qu’un personnage represente par un image visuelle qui le rend immédiatement reconnaissable et détachable des histoires dont il est issu.

5Le film, lui-aussi, combine narration et image mais généralement dans un format réaliste qui en limite l’adaptation (mais pas nécessairement la valeur) à de nouveaux contextes culturels. Il serait difficile de trouver un personnage de film (ou un acteur) qui puisse si facilement être transplante d’un cadre culturel a un autre.

6Enfin, le medium de la bande dessinée fonctionne très souvent comme le plus petit commun dénominateur, écrit pour des enfants et qui demande moins de culture littéraire (et dans beaucoup de cas une capacité de lire et d’écrire moindre) que les textes traditionnels. La B.D. est pour cette raison aussi plus exportable.

7Mais quelle que soit l’explication, il est évident aujourd’hui que la bande dessinée ne fait pas seulement partie des moyens de distribution de la nouvelle culture internationale mais qu’elle compte parmi les plus importants agents de l’expression et de la diffusion culturelles. Sa fonction est politique dans la plus large (et souvent dans la plus étroite) acceptation du mot.

8C’est ce rapport entre la politique et la B.D. et les problèmes d’identité culturelle qui va former le sujet des chapitres suivants. Ils se proposent d’explorer la politique interculturelle de la bande dessinée dans deux pays spécifiques : l’Egypte et la France. Le premier chapitre analyse le problème de l’interculturalité et de l’assimilation à travers une B.D. égyptienne dont le héros voyage en France. Les Aventures de Ramsès à Paris sont une des formes que prend l’égyptianisation de la souris américaine Mickey. Le texte integral des aventures, ainsi que sa traduction, sont donnes en appendice.

9Nous passons de l’étude de l’interculturalité d’un seul texte, dans le premier chapitre, a l’examen, dans le second chapitre, par la comparaison de deux textes, de l’interculturalité de deux produits de cultures différentes. Cette deuxième analyse met en évidence les ramifications politiques de la bande dessinée par la confrontation de la biographie en images de deux personnages politiques : de Gaulle et Nasser. En effet, la politique de la bande dessinée est interculturelle tout comme l’interculturalité de la bande dessinée est politique.

Notes

1 Cité par Jean-Marie Apostolidès dans Les métamorphoses de Tintin (Paris : Seghers, 1984), p. 13.

2 Le Nouvel Observateur, du 3 au 9 janvier 1986.

3 Voir par exemple l’appel d’Yves Montand : « Aux armes les artistes » dans le Nouvel Observateur du 3 au 9 janvier 1986, p. 26.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540