Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimensions sociales de l’enseignement en Égypte

Interruption d’emploi chez les enseignants des écoles catholiques de langue française

Pierre Bandon

Note de l’auteur

Enquête conduite par Mme. J. NADER Grille d’enquête établie en collaboration avec Frans BERKEMEIJER.

Texte intégral

1Des considérations essentiellement pratiques ont inspiré cette recherche : il s’agissait en l’occurrence d’évaluer les besoins en formation de personnel enseignant d’une catégorie particulière d’établissements scolaires en R.A.E. Une telle perspective aurait certes pu se contenter de la simple analyse des besoins à court et moyen terme.

2La connaissance des besoins en formation appelle en effet ordinairement des visées plus prospectives que rétrospectives. Il n’était cependant pas inutile d’appuyer celle-ci sur un examen des évolutions récentes ou des mouvements en cours en ce domaine. Les problèmes de recrutement de personnel auxquels les établissements scolaires doivent faire face découlent directement de leur expansion propre (l’accroissement du nombre de classes) ou de vides laissés par les départs des personnels en place. C’est l’étude de ce deuxième phénomène qui est ici tentée, le premier ayant une portée limitée compte tenu du plafonnement du nombre de classes depuis plusieurs années dans les écoles catholiques.

3Simple en apparence, la notion de « départ » d’un enseignant de son établissement d’exercice n’est pas toujours facile à délimiter.

4Tous les « départs » ne sont pas à mettre sur le même plan : il n’y a certes que peu de rapport entre le départ d’un enseignant qui change d’emploi et celui d’un professeur détaché (délégué) qui retourne à son corps d’origine (avec la perspective éventuelle d’un « retour » à plus ou moins long terme) sans parler de celui qui a choisi l’émigration à la fois pour changer d’emploi et de cadre de vie. Dans un souci de simplification nous proposons de substituer à la notion de départ celle d’« interruption d’emploi », que celle-ci soit provisoire ou définitive, volontaire ou involontaire.

5La présente étude s’est donc fixée pour objectifs :

  • de mesurer globalement l’importance des interruptions d’emploi sur une période donnée (5 ans 1975-1979,ou 10 ans 1970-1979 pour un échantillon plus réduit).

  • de répartir ces interruptions selon les catégories de personnel (classées par niveaux d’enseignement — par disciplines — par diplômes — par tranches d’âge…).

  • de dégager éventuellement des évolutions sur les périodes concernées.

  • de préciser autant que faire se peut sinon les causés du phénomène, du moins les circonstances générales (administratives — sociales — économiques) qui l’ont accompagné.

6Il va de soi que le cadre de ce travail ne pouvait offrir qu’une simple approche d’un problème plus vaste, celui de la mobilité sociale des enseignants en R.A.E.

Délimitation du champ de recherche méthodologie-hypothèses initiales

7L’enquête a porté sur les enseignants à temps plein.

8(Les enseignants à temps partiel n’étant pas toujours recensés par les établissements de tous, et de toutes disciplines).

1 — Échantillon

9L’enquête a été menée de janvier à mars 1980 à partir d’un échantillon de 15 établissements catholiques de langue française de l’agglomération LE CAIRE -HELIOPOLIS.

10Les données recueillies ont permis l’étude du phénomène sur 5 ans (1975-79) pour 15 établissements, et sur 10 ans (1970-79) pour 8 établissements seulement, l’agglomération en comptant 27. L’absence d’archives organisées dans certaines écoles n’a pas permis d’élargir l’enquête à 10 années pour 15 établissements.

1 — 1. Répartition géographique de l’échantillon

Le Caire-Est (Port Saïd) 3 Ets (Sur 3)

Le Caire-Nord (Daher-Ramses-Sakakini — Faggalah 6 Ets (sur 8)

Le Caire-Ouest (CHOUBRAH) 2 Ets (sur 5)

Le Caire-Centre — (sur 3)

Héliopolis 4 Ets (sur 8)

15 27

1 — 2. Répartition par type d’établissement

Ets masculins : 4 (sur 7)

Ets féminins : 11 (sur 20)

(Liste en Annexe).

1 — 3. Répartition selon les effectifs d’élèves

Ecoles 1 000 élèves : 7

Ecoles 700 à 900 élèves : 5

Ecoles 500 élèves : 3

N.B. :

Effectifs d’élèves cumulés pour les 15 écoles : 13 000

Ensemble des écoles (Le Caire - Héliopolis) : 24 000

1 — 4. Répartition selon la structure pédagogique des écoles (cycles)

Jardin d’enfants : 14 (sur 26)

Cycles primaires : 14 (sur 26)

Cycles moyens (préparatoire) : 19 (sur 23)

Cycles secondaires : 9 (sur 10)

1 — 5. Répartition selon la congrégation

Frères des Ecoles Chrétiennes : 2 (sur 4) Ets

Compagnie de Jésus (Père Jésuites) : 2 (sur 3) Ets

Sacré-Cœur : 2 (sur 3) Ets

Bon Pasteur d’Angers : 2 (sur 3) Ets

Sœurs Egyptiennes du S.C. : 1 (sur 2) Ets

Filles de la Charité : 2 (sur 2) Ets

N.D. De La Délivrande : 1 (sur 2) Ets

N.D. des Apôtres : 1 (sur 2) Ets

Sœurs de Besançon : l (sur l) Ets

Congrégations non représentées dans l’échantillon.

Patriarcat catholique (1)

Patriarcat grec-catholique (1)

Mère de Dieu (1)

Sœurs franciscaines du CI.M. (1)

N.D. du Perpétuel Secours (1)

2 — Méthodologie de l’enquête

2 — 1. Sources

Sources Ecrites

  • Statistiques annuelles des écoles. Celles-ci comportent en principe la liste nominative des enseignants à temps plein avec mention de leur diplôme, la date d’arrivée dans l’établissement, la religion. La comparaison de ces documents pour deux années successives permet donc de décompter les « départs ».

  • Livres comptables : pour vérification et recoupement ainsi que pour l’identification du salaire.

  • Registres de classes pour l’identification de la classe d’exercice.

Sources orales

11• Personnel administratif des établissements pour la détermination des causes d’interruption d’emploi (très rarement mentionnées par écrit dans les documents consultés)

2 — 2. Transcription des données

12Deux types de fiches ont été utilisées (cf annexe) pour les enseignants ayant interrompu leur emploi.

2 — 3. Enquête menée sur le terrain par une enquêteuse de nationalité égyptienne, bilingue Arabe-Français, ancienne élève d’une école catholique de langue française

2 — 4. Groupes de référence

13Cette recherche ayant pour but essentiel l’étude des interruptions d’emploi chez les ENSEIGNANTS de LANGUE FRANÇAISE, les enseignants de (ou en) langue arabe, ou de langue vivante (anglais) constituent les groupes de référence.

3 — Champ d’hypothèses initiales

143 — 1. La recherche tendait à confirmer, infirmer ou nuancer un ensemble d’opinions largement répandues parmi les responsables d’établissements catholiques, sensibilisés pour des raisons évidentes au problème des interruptions d’emploi.

15On peut les résumer ainsi :

  • Les « départs » d’enseignants de français se sont multipliés au cours des dernières années.

  • Les secteurs bénéficiaires de ce mouvement sont les entreprises étrangères récemment installées en R.A.E. d’une part (banques — tourisme — importation — services divers) et d’autre part l’émigration vers les pays étrangers (arabes ou occidentaux). Dans les deux cas le facteur économique est dominant, les salaires ou revenus offerts étant sans commune mesure avec ceux dont bénéficient les enseignants dans leurs écoles.

  • L’accroissement des interruptions d’emploi est en liaison directe avec la « politique d’ouverture » qui a entraîné un regain d’activité économique et le développement d’activités créatrices d’emplois sensiblement mieux rénumérés que ceux offerts par la fonction publique en général et l’enseignement en particulier.

  • Les professeurs de langue vivante sont particulièrement recherchés compte-tenu de leurs compétences linguistiques et notamment ceux qui sont diplômés de l’université.

163 — 2. Cet ensemble de croyances appelle 3 types de vérification concernant :

17L’importance des interruptions d’emploi et notamment celles qui affectent les enseignants de langue française (en particulier des diplômés de l’université) par rapport aux enseignants de langue arabe, ou d’une autre langue vivante (anglais).

  • L’accélération supposée du phénomène au cours des dernières années.

  • Le rôle effectif de l’émigration et du changement d’emploi parmi les autres facteurs d’interruption d’emploi.

Analyse des données de l’enquête

1 — Enseignants toutes disciplines

ECHANTILLON l (ECH 1) : 180 cas (15 écoles sur 5 ans) 1975 — 79

ECHANTILLON 2 (ECH 2) : 175 cas (8 écoles sur 10 ans) 1970 — 79

TABLEAU 1. REPARTITION PAR SEXE — AGE — ETAT CIVIL (ECH 1)

TABLEAU 1. REPARTITION PAR SEXE — AGE — ETAT CIVIL (ECH 1)

181 — 1. Les 180 fiches d’enseignants ayant interrompu leur emploi laissent apparaître une majorité de femmes (60 %) pourcentage normal compte tenu du taux de féminisation du corps enseignant, probablement supérieur à ce chiffre. (N.B. ECH 2 : Femmes 79 %).

191 — 2. La répartition par tranches d’âge montre que plus d’un partant sur deux (56 % contre 44) est âgé de plus de 30 ans. (Pourcentage plus fort encore pour ECH 2 : 73 %). On serait ainsi tenté de penser que les partants se recrutent surtout parmi les personnels « expérimentés ». Mais cette conclusion est contredite par l’examen des « durées d’emploi » (tableau N° 2 qui prouve que pour près de 2 enseignants sur 3 (64 % ECH 1 :57 % ECH 2) cette durée est inférieure à 5 ans.

20Il est donc probable que la moyenne d’âge relativement élevée des partants s’explique par le rôle important joué par les facteurs familiaux (mariage — naissance) — chez les femmes surtout — dans les tranches des 25-30 et 30-40 ans.

TABLEAU 2. REPARTITION PAR DISCIPLINES, NIVEAUX, DUREE D’EMPLOI (ECH 1)

TABLEAU 2. REPARTITION PAR DISCIPLINES, NIVEAUX, DUREE D’EMPLOI (ECH 1)

TABLEAU 3. REPARTITION PAR DISCIPLINES, NIVEAUX DURÉE D’EMPLOI (ECH 2)

TABLEAU 3. REPARTITION PAR DISCIPLINES, NIVEAUX DURÉE D’EMPLOI (ECH 2)

211 — 3. La répartition des enseignants par discipline montre que dans un cas sur deux il s’agit d’enseignants de français (54 % Ech 1 ; 63 % Ech 2). Cette proportion est normale compte tenu du fait que cette catégorie de personnel est effectivement majoritaire dans la mesure même où dans le cycle primaire les instituteurs de langue française assurent une part prépondérante de l’horaire d’enseignement.

221 — 4. La répartition des partants selon le niveau d’enseignement (JARDIN D’ENFANTS 13 % ; PRIMAIRE 44 % ; PREPARATOIRE 24 % ; SECONDAIRE 19 % ; pour ECH 1 — 19 %, 42 %, 26 %, 13 % pour ECH 2) reproduit en fait de manière assez remarquable la répartition de l’ensemble des enseignants entre les niveaux :

23Voici par exemple les parts respectives pour l’année 1977.

J.E. : 12 %

PR : 42 % (587 enseignants des 15 écoles de ECH 1)

PREP : 23 %

SEC : 23 %

24On ne peut donc pas dire à priori que les départs affectent un niveau plutôt que l’autre.

251 — 5. La répartition par durée d’emploi dans ECH l comme dans ECH 2 (TABLEAUX 2 et 3) montrent que pour près d’un départ sur trois, la durée du service est inférieure à 5 ans (64 % ECH 1 — 57 % pour ECH 2) c’est donc dans les 5 premières années de service que la plupart des départs se produisent, le pourcentage baisse sensiblement au dessus de 10 ans de présence (14 % pour ECH 1 et ECH 2), l’ancienneté de service ayant ainsi un effet fixateur.

261 — 6. L’examen du niveau de fin d’études des partants (Tableau 4) montre à l’évidence l’importance du diplôme : près de 3/4 d’entre eux possédaient un diplôme universitaire. Cette constatation doit être cependant nuancée car la part des diplômés de l’université est forte dans les écoles de langues à tous les niveaux d’enseignement, y compris au cycle primaire.

TABLEAU 4. REPARTITION PAR NIVEAU DE FIN D’ETUDES (ECH 1)

TABLEAU 4. REPARTITION PAR NIVEAU DE FIN D’ETUDES (ECH 1)

27Réciproquement on constatera que l’absence de diplôme a un effet fixateur si bien que l’on peut affirmer que le nombre de départs est en raison directe avec celui qui mesure le niveau d’études.

281 — 7. L’examen de la répartition des départs dans le temps (Tableau 5 et 6) permet de constater clairement que pour l’ensemble des enseignants on ne peut pas parler d’une accélération. En prenant pour base d’évaluation l’année 1975 (base 100) on voit que sur 5 ans (ECH 1) la variation n’indique nullement un accroissement ; il y a en fait des années « fortes » 1976 (base 135) et 1978 (base 114) et des années « faibles » (1977, 1979).

29Cette conclusion est confirmée par la distribution des chiffres sur 10 ans, (ECH 2) 1975 étant une année moyenne, à la fois chronologiquement et arithmétiquement (17 départs — moyenne des départs sur 10 ans : 17,5). Les années « fortes » paraissent avoir été 1970, (129) (141), 1973 (129) et à un degré moindre 1976 (117).

30Les interruptions d’emploi auraient donc plutôt tendance à diminuer depuis 5/6 ans pour l’ensemble des enseignants.

TABLEAU 5. REPARTITION DANS LE TEMPS 1975 : BASE 100

TABLEAU 5. REPARTITION DANS LE TEMPS 1975 : BASE 100

TABLEAU 6. REPARTITION DANS LE TEMPS (ECH 2)

TABLEAU 6. REPARTITION DANS LE TEMPS (ECH 2)

N.B. Moyenne annuelle sur 10 ans : 17,5

311 — 8. La notion de « CAUSE DE DEPART » utilisée dans le tableau N° 7 ne doit pas être prise dans sa pleine acception pour des raisons évidentes. Certains paramètres retenus constituent réellement des « causes » : le décès, les raisons de santé, ou le départ à la retraite par exemple. Par contre la notion est moins claire s’agissant de « mariage » ou de « naissance » car il faudrait savoir si ces circonstances joueraient autant dans l’hypothèse de salaires plus élevés qui pourraient inciter les enseignants à conserver leur emploi. Les « changements de poste », « d’emploi », et l’émigration sont plus des « conséquences » que des « causes » celles-ci renvoyant à des déterminants économiques, personnels ou administratifs, impossibles à préciser autrement que par l’interview des partants. La notion de « circonstances » de départ serait donc plus appropriée ici.

TABLEAU 7. REPARTITION SELON LES « CAUSES » (ECH 1)

TABLEAU 7. REPARTITION SELON LES « CAUSES » (ECH 1)

NB : Analyse de 174 cas (6 inconnus).

TABLEAU 8. REPARTITION SELON LES « CAUSES » (ECH 1 ET ECH 2)

TABLEAU 8. REPARTITION SELON LES « CAUSES » (ECH 1 ET ECH 2)

32L’examen des tableaux 7 et 8 montre que la première cause de départ réside dans le changement de poste (29 % ECH 1 et 26 % ECH 2). Viennent ensuite le changement d’emploi (18 % ECH 1) et l’émigration (16 % ECH 1 — Mais l’émigration vient en 2e position pour ECH 2 24 %) Les motifs familiaux jouent un rôle aussi important (16 % ECH 1).

33Il est donc exact de considérer que changement d’emploi et émigration cumulés (18 % + 16 %), perçus comme « fuites » volontaires hors de la fonction enseignante, constituent la première cause de départ.

34L’importance du facteur économique apparaîtra plus nettement encore si l’on rassemble :

  • Changement d’emploi : 18 % (ECH 1)

    • * Le départ pour l’école gouvernementale dissimule en fait la recherche d’avantages matériels particu (...)

    Ecole gouvernementale* 14 %

  • Emigration

16 %

48 %

35Par contre, on ne peut pas affirmer que changement d’emploi et émigration jouent un rôle croissant comme cause d’interruption d’emploi. Le Tableau 9 montre au contraire que sur trois années (1975 — 77 — 79) l’importance relative de l’un et de l’autre a au contraire diminué (presque de moitié pour l’émigration et de 30 % pour le changement d’emploi : 16 % contre 23,5 %).

TABLEAU 9. L’IMPORTANCE DU CHANGEMENT D’EMPLOI ET DE L’EMIGRATION SUR 3 ANS (ECH 1)

TABLEAU 9. L’IMPORTANCE DU CHANGEMENT D’EMPLOI ET DE L’EMIGRATION SUR 3 ANS (ECH 1)

361 — 9. Notion de « taux d’interruption » d’emploi. Les données brutes analysées jusqu’ici doivent être affinées pour mieux dégager l’importance des interruptions d’emploi pour chaque catégorie d’enseignants. On utilisera pour cela la notion de « taux d’interruption » (T.I.)

Nombre de partants x 100

T. 1 =

Effectif de la population

Tableau 10. Taux d’interruption sur 5 ans pour l’ensemble des enseignants en poste.

Tableau 10. Taux d’interruption sur 5 ans pour l’ensemble des enseignants en poste.

37Le taux moyen d’interruption d’emploi pour 5 ans s’élève donc à 7,4 %.

38Le taux élevé pour 1976 et 1978 reproduit le nombre important de départs signalé par le tableau 5 — Cette répartition dans le temps du F.I.confirme qu’il n’y a pas accélération (cf 1.7) du phénomène.

391 — 10. Corrélation entre salaire et interruption d’emploi

40Pour dégager cette corrélation on a établi d’une part le salaire moyen d’une catégorie d’enseignants pour deux années (1975 — 1977).

41D’autre part, les salaires perçus par les partants l’année de leur départ.

42On a ensuite comparé le salaire moyen avec les salaires des partants, et établi le pourcentage de ceux dont le salaire est inférieur au salaire moyen de la catégorie.

TABLEAU 11. COMPARAISON DU SALAIRE MOYEN ET DU SALAIRE DES PARTANTS (ECH 1)

TABLEAU 11. COMPARAISON DU SALAIRE MOYEN ET DU SALAIRE DES PARTANTS (ECH 1)

43L’étude du tableau 11 montre que dans la presque totalité des cas, plus de 3 partants sur 4 (à l’exception des enseignants du primaire en 1975) gagnaient moins que le salaire moyen. Cette constatation doit être cependant nuancée, puisque le salaire moyen est celui d’enseignants ayant entre 5 et 10 ans d’ancienneté. Or, les partants nous le savons (cf Tableau 2), ont une ancienneté inférieure à 5 ans dans une proportion de 64 %.

2 — Analyse des interruptions d’emploi chez les enseignants de français

44Les enseignants de français constituent un sous-groupe de l’échantillon l (SGECH1) 95 cas ont été analysés.

TABLEAU 12. REPARTITION SELON LE SEXE, L’AGE, L’ETAT CIVIL

TABLEAU 12. REPARTITION SELON LE SEXE, L’AGE, L’ETAT CIVIL

N.B. Analyse de 95 cas (profs de français)
— Entre parenthèses : chiffres concernant l’ensemble des enseignants pour la même période.

452 — 1, La proportion des femmes (80 % SG Ech 2 entre 60 % Ech l) est donc sensiblement plus élevée pour les enseignants de français « partants » que pour l’ensemble des enseignants.

46Par contre, le parallélisme des chiffres est frappant pour ce qui concerne l’Etat Civil : célibataires et mariés se distribuent à peu près également.

472 — 2. Le même parallélisme peut s’observer pour ce qui concerne la répartition des âges : près d’un enseignant de français sur 2 (48 %) quitte son école avant 30 ans, et plus de 3/4 (79 %) avant 40 ans.

48L’étude du Tableau 13 permet de confirmer la constatation déjà faite pour l’ensemble, les interruptions d’emploi concernent surtout des enseignants de 25 à 40 ans, en majorité diplômés de l’université (60 %), quittant leur établissement dans les cinq premières années d’exercice et (même dans les deux premières pour 42 % d’entre eux). Pour cette catégorie il est probable que la fonction enseignante est conçue comme transitoire, sorte de palier soit avant l’entrée dans la vie familiale, soit avant le choix d’une autre activité professionnelle mieux rénumérée.

492 — 3

TABLEAU 13. REPARTITION DES ENSEIGNANTS DE FRANÇAIS SELON LES NIVEAUX, LES DIPLOMES, LA DUREE DE L’EMPLOI (SG ECH 1)

TABLEAU 13. REPARTITION DES ENSEIGNANTS DE FRANÇAIS SELON LES NIVEAUX, LES DIPLOMES, LA DUREE DE L’EMPLOI (SG ECH 1)

50Le Tableau 14 permet de déterminer le niveau d’enseignement où les interruptions d’emploi sont les plus importantes : identiques au jardin d’enfants et dans le cycle primaire (6,1 %) le taux d’interruption (9,6 %) est 0,5 fois supérieur dans le préparatoire et 0,3 fois dans le secondaire (8,8 %). Phénomène normal si l’on songe que les diplômés de l’université sont plus nombreux dans ces 2 niveaux.

TABLEAU 14. TAUX MOYEN D’INTERRUPTION D’EMPLOI CHEZ LES ENSEIGNANTS DE FRANÇAIS ET D’ARABE

TABLEAU 14. TAUX MOYEN D’INTERRUPTION D’EMPLOI CHEZ LES ENSEIGNANTS DE FRANÇAIS ET D’ARABE

Frcs : enseignants de français

Ar : enseignants d’arabe (ou en arabe)

512 — 4. L’étude du taux d’interruption par discipline (Tableau 15) permet de conclure que

  • Le taux des enseignants de français est légèrement supérieur à la moyenne (7,68 % contre 7,39 %).

  • Le taux d’interruption des enseignants de français est 1,25 fois plus important que celui des maîtres d’arabe, et 1,7 fois plus important que ceux d’anglais.

TABLEAU 15. TAUX MOYEN D’INTERRUPTION PAR DISCIPLINE SUR 5 ANS

TABLEAU 15. TAUX MOYEN D’INTERRUPTION PAR DISCIPLINE SUR 5 ANS

521 — Ensemble : Français + Arabe + Anglais + Maths + Sciences + Disciplines artistiques/sportives.

53Les enseignants de français constituent donc la catégorie la plus affectée par l’interruption d’emploi notamment pour les maîtres des cycles PREPARATOIRE et SECONDAIRE diplômés de l’université.

54Remarque :
Le phénomène de la répartition par niveaux est caractéristique comme l’indique le Tableau 16 :

TABLEAU 16. TAUX D’INTERRUPTION PAR NIVEAU D’ENSEIGNEMENT POUR LES MAITRES DE FRANÇAIS ET D’ARABE.

TABLEAU 16. TAUX D’INTERRUPTION PAR NIVEAU D’ENSEIGNEMENT POUR LES MAITRES DE FRANÇAIS ET D’ARABE.

55Le taux d’interruption des maîtres d’arabe obéit en effet à une distribution toute différente : maximal en primaire (7,2 %) et en préparatoire, il est minimal dans le secondaire (4,1 %). On peut donc parler d’une relative stabilité des enseignants d’arabe au niveau secondaire comparée au mouvement affectant les maîtres de français.

2 — 5. TABLEAU 17. REPARTITION DES DEPARTS SUR 5 ANS

2 — 5. TABLEAU 17. REPARTITION DES DEPARTS SUR 5 ANS

56La comparaison avec le Tableau 5 (répartition pour l’ensemble des enseignants) montre que le rythme des départs a été plus soutenu pour les maîtres de français jusqu’en 1978 ; 1976, 77 restant des années « fortes » comme pour l’ensemble des départs toutes disciplines. On peut parler d’un plafonnement du nombre d’interruptions d’emploi depuis 2 ans sans pouvoir affirmer que celui-ci sera durable.

57La comparaison des taux d’interruption entre maîtres de français, d’arabe et d’anglais sur 5 ans — (Tableau 18), confirme cette tendance : pour les maîtres d’arabe la baisse du taux a commencé en 1976, il plafonne actuellement à 6 %. Pour les maîtres d’anglais, la baisse est régulière depuis 1977. Pour les maîtres de français le taux a réellement baissé en 1979 seulement. On peut donc dire que relativement aux autres catégories, celle des maîtres de français a été affectée plus longtemps et jusqu’à une date plus récente, d’un assez fort taux d’interruption d’emploi.

58De là peut être l’impression « d’accélération » ressentie par les responsables.

TABLEAU 18. TAUX D’INTERRUPTION PAR DISCIPLINE ET PAR ANNEE

TABLEAU 18. TAUX D’INTERRUPTION PAR DISCIPLINE ET PAR ANNEE

592 — 6. L’étude des causes de départ apporte des éléments intéressants (Tableau 19).

TABLEAU 19. CAUSES DE DEPART

TABLEAU 19. CAUSES DE DEPART
  • Les « raisons familiales » paraissent jouer un rôle plus important (21 % contre 16 %) sans que l’on puisse avancer d’explication particulière à ce fait.

  • Les changements de poste jouent un rôle très comparable, 27,5 % contre 29 %. Par contre il est significatif que les départs pour une école gouvernementale (6 % contre 14 %) soit plus de deux fois moins importants.

60En fait, les maîtres de français — même salaire et avantages inférieurs — hésitent à quitter les écoles de langues où ils trouvent sans doute des conditions d’enseignement ainsi qu’un milieu culturel et spirituel plus conformes à leurs vœux. Les facteurs culturels et sociologiques contrebalancent ici le facteur économique. Les maîtres de français changent donc d’école mais ne quittent pas volontiers l’enseignement catholique.

  • Le changement d’emploi est une cause plus importante d’interruption chez les maîtres de français. (22 % contre 18 %) la compétence linguistique est donc un élément favorable de changement professionnel comme on pouvait aisément le prédire.

  • L’émigration n’est pas un facteur déterminant (11,5 % contre 16 %). Il est vraisemblable que l’émigration concerne davantage les maîtres d’arabe appelés à enseigner dans d’autres pays arabophones.

  • L’importance du facteur économique évaluée selon les critères retenus en 1-8.
    Changement d’emploi 22 %
    Ecole gouvernementale 6 %
    Emigration 11,5 %
    39,5 %

61Paraît atténuée pour cette catégorie de maîtres, le même cumul donnant 58 % pour l’ensemble.

* * *

Conclusions

621 — Le phénomène d’interruption d’emploi concerne entre 7 et 8 enseignants par an sur la période considérée. Ce taux moyen est légèrement supérieur pour les maîtres de français.

63Il est inférieur pour les maîtres d’arabe (6 sur 100) et d’anglais (4 sur 100).

64Ce taux demeure malgré tout modeste. L’instabilité constatée par les responsables doit probablement concerner davantage les maîtres à temps partiel — particulièrement nombreux dans les cycles préparatoire et secondaire — pour lesquels il n’y a pas de recensement possible. Les difficultés de recrutement de maîtres de français n’en demeurent pas moins réelles : Les vides à combler ne sont pas très nombreux mais les écoles ont de plus en plus de mal à le faire car les jeunes diplômés de l’université se détournent de plus en plus de l’enseignement. Lorsqu’ils le choisissent, c’est comme un pis aller conçu comme un emploi transitoire. Cette situation engendre nécessairement soit le recrutement de personnel non diplômé — c’est à dire la sous-qualification — soit le recrutement de diplômés peu enclins à pérenniser leur état. Dans les deux cas cela entraîne des inconvénients pédagogiques évidents.

65Les interruptions d’emploi des maîtres de fiançais concernent davantage les diplômés de l’université entre 25 et 40 ans quittant leur école dans les cinq premières années d’exercice.

662 — On ne peut pas parler réellement d’accélération du rythme des départs des maîtres de français mais du maintien jusqu’à une date récente d’un rythme soutenu comparé au plafonnement, voire à la diminution constatée chez les maîtres d’arabe et d’anglais. On ne peut pas dire si la diminution récente des taux d’interruption d’emploi chez les maîtres de français constituera un phénomène durable.

673 — Le changement d’emploi est effectivement une cause importante d’interruption d’emploi pour les maîtres de français par comparaison avec les maîtres d’arabe. Elle n’est pas plus importante que les raisons familiales, et elle est même moins importante que le simple changement de poste. Quand à l’émigration, elle joue un rôle modeste pour cette catégorie d’enseignants.

68L’importance du facteur économique serait plutôt moins importante pour les maîtres de français que pour les autres, la poursuite de l’emploi obéissant à des considérations culturelles ou sociologiques.

  • Jardin d’enfant JE

  • primaire P 1 — 2, 3, 4…

  • sec S 1 — 2…

  • Jardin d’enfant JE

  • primaire P 1-2,3, 4….

  • sec S 1 — 2….

Annexes

ANNEXE I

PROFESSEURS DE FRANÇAIS

1. Nom Tranche d’âge Ecole

2. Sexe : M F

3. Nationalité 10. Date d’arrivée

4. Réligion : CH M

5. Etat Civil : CEL. MAR. REL. 11. Cause du départ

6. Diplôme
Fin 1er cycle PEDA
Fin Prep
Fin Sec
Fin Univ.

7. Disipline : Franc. — Maths — Sciences

Familiale
Emigration
Autre emploi

Autre école
Fin délégation
Fin service national
Santé
Décès
Autre cause

PROFESSEURS D’ARABE

1. Nom tranche d’âge : Ecole

2. Sexe : M.F. 10. Date d’arrivée

3. Nationalité 11. Date départ

4. Religion : CH M 12. Cause du départ

5. Etat civil : cel. mar. rel.

6. Diplôme fin 1er Cycle PEDA
Fin Prep
Fin Sec
Fin Univ.

7. Discipline : Arabe — Réligion — Math. — Soc. — Art — Anglais — Mat. Nat Tx Manuels

Familiale
Emigration
Autre emploi

Autre école
Fin délégation
Fin service national
Santé
Décès
Autre cause

ANNEXE 2

LISTE DES ECOLES (ECH 1)

N.D. des Apôtres-Zeitoun
Petit Collège de la Ste Famille-Héliopolis
Sacré Cœur-Héliopolis
N.D. de la Délivrande-Héliopolis
Bon Pasteur-Choubrah
Ecole des Carmélites-Choubrah
Sacré-Cœur- Ghamra
St. Joseph de l’Apparition
St. Vincent de Paul (Hélmieh)
Ste. Anne-Sakakini
Collège de la Salle-Daher
Collège de la Ste Famille-Faggalah
St. Josept-Khoronfish
Bon Pasteur-Mousky
St. Vincent de Paul (Abbassieh).

Notes de fin

* Le départ pour l’école gouvernementale dissimule en fait la recherche d’avantages matériels particuliers puisque les enseignants retrouvent là des avantages de carrière et d’avancement. Pour près de 2 partants sur 3 on peut donc attribuer à l’interruption d’emploi des raisons économiques.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. REPARTITION PAR SEXE — AGE — ETAT CIVIL (ECH 1)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU 2. REPARTITION PAR DISCIPLINES, NIVEAUX, DUREE D’EMPLOI (ECH 1)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre TABLEAU 3. REPARTITION PAR DISCIPLINES, NIVEAUX DURÉE D’EMPLOI (ECH 2)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre TABLEAU 4. REPARTITION PAR NIVEAU DE FIN D’ETUDES (ECH 1)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU 5. REPARTITION DANS LE TEMPS 1975 : BASE 100
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU 6. REPARTITION DANS LE TEMPS (ECH 2)
Légende N.B. Moyenne annuelle sur 10 ans : 17,5
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre TABLEAU 7. REPARTITION SELON LES « CAUSES » (ECH 1)
Légende NB : Analyse de 174 cas (6 inconnus).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre TABLEAU 8. REPARTITION SELON LES « CAUSES » (ECH 1 ET ECH 2)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 10. Taux d’interruption sur 5 ans pour l’ensemble des enseignants en poste.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre TABLEAU 11. COMPARAISON DU SALAIRE MOYEN ET DU SALAIRE DES PARTANTS (ECH 1)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre TABLEAU 12. REPARTITION SELON LE SEXE, L’AGE, L’ETAT CIVIL
Légende N.B. Analyse de 95 cas (profs de français)— Entre parenthèses : chiffres concernant l’ensemble des enseignants pour la même période.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre TABLEAU 13. REPARTITION DES ENSEIGNANTS DE FRANÇAIS SELON LES NIVEAUX, LES DIPLOMES, LA DUREE DE L’EMPLOI (SG ECH 1)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre TABLEAU 14. TAUX MOYEN D’INTERRUPTION D’EMPLOI CHEZ LES ENSEIGNANTS DE FRANÇAIS ET D’ARABE
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU 15. TAUX MOYEN D’INTERRUPTION PAR DISCIPLINE SUR 5 ANS
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TABLEAU 16. TAUX D’INTERRUPTION PAR NIVEAU D’ENSEIGNEMENT POUR LES MAITRES DE FRANÇAIS ET D’ARABE.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 2 — 5. TABLEAU 17. REPARTITION DES DEPARTS SUR 5 ANS
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre TABLEAU 18. TAUX D’INTERRUPTION PAR DISCIPLINE ET PAR ANNEE
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre TABLEAU 19. CAUSES DE DEPART
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/678/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Auteur

Chef de Service des activités pédagogiques auprès du service de Coopération Technique et Culturelle de l’Ambassade de France au Caire.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter