Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimensions sociales de l’enseignement en Égypte

Le problème des leçons particulières vu par le public égyptien (Sondage d’opinion)

Mohamed Salama Adam

Note de l’auteur

Résumé traduit de la langue arabe

(Cette communication est basée sur les résultats du sondage entrepris en Juillet 1978 par l’Unité de Sondage d’Opinion au C.N.R.S.C. Le comité général de l’Unité est formé de : Dr. Nahed Ramzi — Dr. Safwat Farag — Mme Seinab Shahin. Les membres suivants ont participé à l’élaboration du rapport : Chaker Abdel Hamid — Adel Sultan — Mona Youssef — Samiha Nasr).

Texte intégral

1Le problème des leçons particulières à des répercussions multiples : pédagogiques, sociales, morales et politiques à la fois. Ce problème a des aspects paradoxaux car, bien que les leçons particulières soient interdites de par la loi, leur expansion leur a donné une légitimité qui s’appuie sur le besoin et l’obligation. Presque toutes les familles égyptiennes subissent ce phénomène social qui n’est en fait, qu’un problème qui s’aggrave de plus en plus. Ceci entraîne de nombreuses questions concernant le rôle pédagogique du système d’enseignement, ses répercussions psychologiques sur les élèves et sur les parents, ainsi que l’aspect social, moral et économique qui résulte de la façon dont ce système est appliqué.

2Actuellement, ce problème soulève diverses discussions soit dans les journaux, soit à la télévision ou à la radio. Ces discussions ont défini les aspects négatifs du problème : manque d’initiative et d’esprit de recherche du côté des élèves, montant très élevé des honoraires demandés, ce qui représente un fardeau économique pour la famille égyptienne… etc.

3De son côté, le Centre National de Recherches Sociales et Criminologiques a étudié ce phénomène sous forme de sondage d’opinion auprès du public égyptien.

4Nous entendons par leçons particulières, les cours rémunérés donnés aux élèves en dehors des heures de classes, d’une façon régulière et organisée, soit par l’intermédiaire du professeur de la classe, soit par d’autres maîtres.

Aperçu historique

5Les leçons particulières étaient une caractéristique de l’ancienne bourgeoisie. La classe dominante du point de vue social, politique et économique ; celle qui avait tous les privilèges ainsi que les moyens d’en jouir, possédait aussi celui de l’enseignement. Le système des instituteurs privés à domicile était le moyen à la mode pour instruire ses enfants. Même quand certaines écoles firent leur apparition, cette classe préféra le système privé afin que ses enfants ne communiquent pas avec « leurs inférieurs ».

6Cependant, les changements sociaux continus eurent le résultat bénéfique d’égaliser les classes sociales et de rendre l’enseignement obligatoire. Toutefois, les leçons particulières ne disparurent pas, au contraire, elles augmentèrent avec l’enseignement gratuit : certains parents pensaient que leurs enfants ne profitaient pas suffisamment du système gratuit et par contre compensaient ce manque par des leçons rémunérées. Ce phénomène, dangereux pour le principe même de l’éducation gratuite, fut alors interdit par le ministère de la Culture depuis 1947, à part quelques exceptions susceptibles d’autorisation officielle.

7Or, après la révolution, l’enseignement gratuit prit une telle proportion, qu’il fut assez difficile de contrôler les leçons particulières. Chacun aspira à instruire ses enfants afin qu’ils accèdent aux meilleurs postes. Ceci créa alors le problème du chômage, relié étroitement au phénomène démographique ; la course au travail devint de plus en plus critique surtout si l’on observe que pour chaque poste vacant il y a au moins trois candidats. Cette concurrence conduit inévitablement aux leçons particulières afin d’avoir de meilleures chances.

Études antérieures

A. Études sur le terrain

8En 1961, une étude a été entreprise par le département des recherches au ministère de l’Education et de l’Enseignement. Des questionnaires ont été soumis aux élèves, aux parents, aux professeurs, aux Directeurs d’écoles et aux hauts fonctionnaires de l’enseignement, le problème les touchant tous.

Les recommandations ont été les suivantes

9Réétudier le système suivant lequel les étudiants ont accès aux universités, former des enseignants qualifiés, établir des lois qui régissent l’enseignement, l’école doit être au courant des problèmes sociaux des élèves, les devoirs de maison doivent être bien répartis et organisés…

10Dix ans plus tard, la section pédagogique et psychologique de la Faculté de pédagogie de l’Université d’Assiout, a entrepris une étude sur les leçons particulières à Menia, une des villes de la Haute-Egypte.

11Le résultat de cette recherche a été que les leçons particulières n’ont pas un effet réel sur l’assimilation scolaire. Une relation entre ces deux faits n’existe même pas. Bien au contraire cette dernière pourrait être négative car les leçons ne laissent plus à l’élève assez de loisir ni de temps pour réviser ce qu’il a appris en classe : la détente et la révision étant deux facteurs pédagogiques importants, qui influent sur le degré d’attention de l’élève et par suite, sur son degré d’assimilation.

B. Études théoriques

12Des articles pédagogiques ont traité ce sujet et ont critiqué la méthode d’enseignement qui s’intéresse au nombre (quantité) et non au niveau (qualité), la société qui donne une importance croissante aux diplômes, la famille qui manque de culture, l’élève qui imite ses amis qui prennent des cours particuliers et le maître incompétent.

13Un des auteurs recommande d’établir un autre système d’enseignement, suivant lequel les élèves auraient accès, aux différentes facultés, car le système, selon lequel l’élève est dirigé vers une faculté choisie en fonction du pourcentage des notes obtenues à l’examen final est injuste. D’autre part, de nouveaux postes doivent être créés pour répartir tous les candidats.

Procédés du sondage

A. Échantillon

14Cette étude a été appliquée sur le tiers de 4 200 pères de famille choisis par ordinateur, dont 611 cas questionnés entre le 9 juillet 1978 et le 25 juillet 1978. Cet échantillon a été divisé en deux groupes 216 du Grand Caire, et 395 représentant les villages.

B. Questionnaire

15Le sondage a utilisé un questionnaire divisé en 10 points essentiels qui caractérisent les divers aspects du problème :

  1. Le point de vue du public envers le problème.

  2. Le point de vue du public concernant la nécessité des leçons particulières.

  3. L’expansion de ce phénomène.

  4. La cause de l’expansion de ce problème.

  5. Les années scolaires ou les leçons particulières sont les plus nombreuses.

  6. Les matières qui nécessitent des cours particuliers.

  7. Répartition des leçons particulières selon le sexe des élèves.

  8. L’importance des dépenses de la famille sur les leçons particulières.

  9. Comment le public ressent-il économiquement ce problème.

  10. Suggestions pour résoudre ce problème.

Résultats du sondage

16Le phénomène des leçons particulières est étendu aussi bien au Caire (63 %) que dans les villages (71 %). Le taux est un peu plus élevé dans ces derniers, dû au niveau culturel assez bas des parents. Il s’ensuit que les leçons commencent assez tôt, dans le primaire, alors qu’au Caire, c’est au cycle secondaire qu’elles abondent.

17Ce qui attire notre attention, c’est que 98 % de l’échantillon réalisent l’étendue du problème, ce qui démontre combien ce phénomène est un mal dont souffre presque la totalité des familles.

18Une des causes directes du problème est bien le système sélectif d’admission aux facultés suivant le total des points acquis. L’année du baccalauréat est donc une année décisive pour l’avenir des élèves, c’est pourquoi le cycle secondaire, ainsi que les années terminales des deux autres cycles (6e primaire, 3e préparatoire) sont celles où les élèves ont le plus recours aux cours particuliers.

19D’autres facteurs secondaires s’ajoutent à ce motif primordial… Nous citons ici quelques motifs qui ont été définis par la recherche du ministère de l’Education et de l’Enseignement en 1961.

  1. Nombre très élevé des élèves dans les classes.

  2. Manque d’intérêt des instituts.

  3. Méthodes d’enseignement employées.

  4. Négligence des élèves.

  5. Faible contrôle des parents.

  6. Programmes d’enseignement actuels.

  7. Les livres scolaires.

  8. Les bas salaires des instituteurs.

  9. Système actuel des examens.

  10. Système d’admission aux facultés.

  11. Gratuité de l’enseignement.

20Les mathématiques et l’anglais sont les deux matières qui viennent en tête de la liste des cours particuliers (que ce soit au Caire ou ailleurs) ce qui est tout à fait compréhensible. Par contre, la langue arabe est une des matières les plus enseignées en leçons particulières dans les villages (58,7 %) (au Caire 48,6 %) ce qui est étonnant car c’est un résultat différent de celui des études déjà entreprises.

21La cause probable de ce phénomène est peut être le niveau même des nouveaux enseignants, d’autant que les universités souffrent du manque d’étudiants dans les sections d’arabe, et va même jusqu’à donner des récompenses à ceux qui y adhèrent.

22D’autre part, le sondage a montré une discrimination entre les deux sexes puisque les familles donnent plus de leçons particulières à leurs fils qu’à leurs filles que ce soit au Caire ou dans les villages : l’avenir du « mâle » étant primordial.

23Il est normal d’aboutir en fin de compte au résultat suivant : le nombre des cours particuliers — qui est raisonnable dans les villages en comparaison avec celui du Caire, est économiquement au dessus des moyens de 76,8 % des Cairotes et 67,72 % des villageois. C’est une donnée assez élevée dans les deux cas et représente un problème économique pour presque toute la totalité de l’échantillon de cette étude.

24Ce pourcentage est adéquat avec l’échantillon choisi qui montre que 42,6 % des Cairotes et 54,4 % des villageois ont un revenu mensuel de 30 L.E. au plus.

25Les suggestions proposées par les Cairotes pour résoudre ce problème sont radicales, car elles s’attaquent à la base même du problème : le pourcentage des points suivant lequel les élèves sont admis aux facultés. Un système qui repose sur des examens d’aptitudes et de niveau est peut-être une alternative à envisager car appliquée avec succès dans plusieurs pays développés.

26Par contre, l’échantillon des villageois consultés propose des suggestions palliatives : canaliser les leçons particulières en formant des groupes particuliers. Cette proposition permet donc aux cours particuliers de continuer tout en étant économiquement moins ressentis.

27Enfin, il faut avouer que le phénomène des leçons particulières ne fait que s’aggrandir en ayant des répercussions énormes. Ce qui nécessite des études plus approfondies pour cerner le mal et connaître au juste l’étendue de sa propagation, ainsi nous pourrons trouver le remède approprié à ce mal et le résoudre définitivement en prenant en considération l’évolution des dix dernières années qui a suscité de nouvelles relations économiques et sociales dans tout le pays, y compris le système d’enseignement. Ce qui entraîne la question suivante si le système est le but de cette étude, et si l’on voulait le « réformer », peut-on pallier à ses défauts sans s’attaquer à la base même du « tout », le « système même de la société » ?

Auteur

Maître-Assistant de psychologie de l’enseignement Faculté de Pédagogie - Fayoum.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter