Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimensions sociales de l’enseignement en Égypte

Les causes du retard des élèves du cycle primaire

Amad El Din Sultan et Samia Hafez

Note de l’auteur

Résumé traduit de la langue arabe

Texte intégral

1Vu l’importance de l’enseignement primaire, seule période obligatoire pour les enfants égyptiens, cette étude se veut une pierre d’angle pour le système enseignant à la fois du point de vue matériel et humain.

Nous avons cerné le problème par la question suivante :

— Quelles sont les causes les plus importantes du retard scolaire dans les écoles primaires égyptiennes ?

Cette question a amené à enquêter sur cinq points essentiels :

  1. Quelle est la relation entre l’état sanitaire des élèves et leurs études.

  2. Quelle est la relation entre les aptitudes de base des étudiants et leurs capacités d’assimilation du programme scolaire ?

  3. Quelle est la relation entre les problèmes personnels des élèves et leurs aptitudes scolaires ?

  4. Quelle est la relation entre le milieu familial des étudiants et leur niveau scolaire ?

  5. Quelle est la relation entre le volume du retard scolaire et les capacités mêmes de l’école ?

Le Plan

Le plan de l’étude a eu pour but de définir les informations concernant :

  1. Les résultats finals de la 5e année primaire.

  2. L’état sanitaire des élèves.

  3. Le problème des étudiants.

  4. Le statut familial et social des élèves.

  5. Evaluer les capacités de l’école.

  6. Test d’intelligence.

2Ces informations ont pu être obtenues à travers plusieurs questionnaires (pour les informations 2 – 3 – 4 et 5) ; un pré-test a été effectué dans trois régions afin de mesurer la validité des questionnaires. Enfin, les statistiques ont donné des réponses précises aux questions que nous avions posées au début de la recherche.

Points essentiels de la recherche

3Cette étude a été appliquée sur 3 033 élèves de la 6e année primaire, dont 1 717 garçons et 1 317 filles, répartis dans les régions suivantes : l’Est du Caire – le Sud du Caire – Alexandrie – El Béhéra – Chébin El Kom – Fayoum – Sohag.

4Recommandations et suggestions de la recherche :

5a — L’état de santé des élèves est un facteur essentiel, en relation directe avec leur taux d’assimilation. Il est donc nécessaire de prendre les mesures souhaitables pour guérir et prévenir leurs maladies. La plupart des familles étant de condition modeste, et le nombre de leurs membres assez élevé, une relation malnutrition – santé s’est établie. Il incombe donc à l’école le rôle de pourvoir à ce manque. Elle peut distribuer des mets légers et soumettre les élèves à un contrôle sanitaire périodique. Les instituteurs doivent aussi prendre en considération ces faits et diviser leurs classes en groupes de niveau assez proche. L’habileté, les dons psychologiques, l’acuité de l’observation sont des éléments principaux que les instituts pédagogiques doivent développer chez les futurs enseignants.

6b — L’intelligence n’est pas en relation directe avec l’habilité scolaire des étudiants vu que l’intelligence est d’une part une aptitude intellectuelle générale, et d’autre part un groupe d’aptitudes personnelles.

7c — L’atmosphère scolaire et le programme des études sont en relation directe avec le niveau d’assimilation des élèves. Quelques stimulants administrés aux étudiants, (acide glutamique et de multiples vitamines) n’ont pas donné les résultats souhaités, car l’environnement lui même n’était pas modifié.

8Par contre, l’école a énormément apporté à certains élèves venant des régions désertiques où les moyens culturels sont très réduits.

9La famille et l’environnement sont donc deux facteurs essentiels pour tout travail scolaire. L’aide sociale est également nécessaire dans chaque école où les étudiants trouveront un moyen de résoudre plusieurs de leurs problèmes personnels. Le suivi psychologique des élèves n’est pas non plus à négliger ; ce n’est guère un luxe, mais un élément important qu’il faut prendre en considération : l’étendue de la perte économique qui résulte du manque d’enthousiasme scolaire peut être évitée par ce biais (Les centres qui forment les spécialistes en ce domaine sont assez nombreux en Egypte).

10d — Le statut social de la famille est très important, vu que le niveau culturel de l’élève est lié au niveau de celui de ses parents.

11Les répercussions des problèmes dus au nombre immense d’analphabètes dans la société, sont donc infinies et s’enchevêtrent en un cercle vicieux.

12Un autre fait a aussi attiré notre attention : les familles égyptiennes participent de plus en plus aux frais des études de leurs enfants ce qui va à l’encontre du plan voulu. Ainsi, l’étude a révélé qu’un grand nombre d’étudiants de niveaux différents, ont recours aux leçons particulières. Ce phénomène n’est guère une condition pour un bon résultat, mais signifie un manque de confiance en l’efficacité de l’école, d’autant que le nombre d’adhérents aux cours spéciaux organisés par l’école est insignifiant, comparé avec le nombre de ceux qui prennent des leçons particulières.

13L’école doit donc assumer sa responsabilité complète ce qui implique un nombre plus élevé d’insituteurs et un nombre plus réduit d’élèves dans chaque classe.

14e — Les relations sociales influencent l’assimilation scolaire. Ainsi les bons résultats donnent de l’assurance aux élèves ; ces derniers ont alors de meilleurs possibilités de lier connaissance avec les autres. Il incombe donc à l’école de maintenir un climat de bonne entente et une ambiance amicale et détendue pour encourager les repliés à obtenir de meilleurs résultats.

15Encore une fois, les spécialistes trouveront là un terrain propice pour aider psychologiquement les élèves.

16f — Le comportement anormal de certains élèves est dû à leur retard scolaire. Il existe donc une relation directe entre l’équilibre psychique et social de l’élève et son assimilation scolaire.

17g — Les activités extrascolaires sont aussi à encourager car l’idée que ces activités retardent ou empêchent les enfants de bien étudier est fausse. Les statistiques ont montré que la plupart de ceux qui participent aux différentes activités : sportives, sociales ou culturelles, sont parmi les meilleurs élèves.

18En vérité, ces activités sont complémentaires au programme même des études, car elles permettent à toutes les aptitudes de se développer.

19L’attention des parents doit donc être attirée sur ce point.

20h — Les élèves des cours matinaux ont de meilleurs résultats que ceux qui suivent les cours du soir. Une plus longue journée de cours est donc plus profitable que la séparation des élèves en deux groupes.

21Les établissements scolaires doivent être plus nombreux pour permettre l’éducation d’un plus grand nombre d’élèves en même temps.

22i — Le nombre d’élèves dans la classe est aussi un facteur important. Plus leur nombre est réduit, plus ils profitent.

23Le ministère de la Culture doit prendre note de ce fait afin que l’instituteur puisse donner un meilleur résultat.

24j — Le calme n’est guère un critère primordial pour choisir l’emplacement d’une école. L’enthousiasme même des étudiants est plus important ; de même, l’ambiance active qui naît entre le maître et sa classe est plus profitable qu’un cours magistral.

25k — La relation entre les possibilités matérielles des écoles et les résultats des étudiants est à étudier.

26La qualité des tableaux, la bibliothèque scolaire, les moyens d’information ne sont pas à négliger et méritent une étude plus approfondie pour montrer leur influence sur les élèves et savoir si cette influence dépend des moyens mêmes utilisés ou de la façon dont ils sont utilisés.

Auteurs

Directeur du Centre National de Recherches Sociales et Criminologiques

Chercheur à l’Unité de Recherches Psychologiques C.N.R.S.C.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter