Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Appendice III. Déclaration de son altesse le khédive Abbas Hilmi II au sujet de la mort de Abaza Pacha et des publications faites par Rouchdi Pacha

Texte intégral

1Au retour d’un très intéressant voyage dans le désert, j’ai appris la mort d’Abaza Pacha, et j’ai eu connaissance de la polémique qui s’était engagée autour de la mémoire de ce loyal serviteur de l’Égypte.

2La disparition de cet homme politique dont, au cours de mon règne, j’avais pu apprécier la fidélité et le dévouement m’a causé le plus vif regret. Sa famille voudra bien en trouver ici l’expression sincère.

3Ismaïl Abaza Pacha est une des figures les plus intéressantes de l’Égypte qui disparaît. Il était de ceux qui servaient à relier le passé à l’avenir et qui préparaient le pays aux évolutions nécessaires. Je l’avais trouvé à la tête de l’opposition, au Conseil Législatif. Il devait bientôt devenir un des plus précieux éléments de ma politique.

4Servi par une belle intelligence qui s’alliait à beaucoup de finesse et d’habileté, l’expérience des affaires publiques en avait fait bientôt un homme susceptible d’exercer une réelle influence sur l’opinion publique. Il avait l’intuition de la liberté. Il devint son avocat lorsqu’il fut question d’organiser l’Assemblée législative, et c’est un de ceux qui contribuèrent le plus à donner à cet embryon de parlement une influence et des droits que la prudence hypocrite et finassière de Mohamed Saïd tendait à lui refuser. Il avait cependant conservé, vis-à-vis de l’Angleterre, une certaine crainte qui pouvait s’expliquer par son âge et qui tenait surtout de son expérience même. Il avait, en effet, connu les événements malheureux de 1882, et l’échec des revendications égyptiennes, ainsi que la répression qu’elles avaient provoquée, l’avaient fortement impressionné. Hardi dans la conception, il devenait timide dès qu’il fallait agir, car sa confiance en lui-même n’était point aussi affirmée que ses convictions.

5Ce n’était pas un homme d’argent, et son honnêteté politique reste insoupçonnable. Il appartenait à la glorieuse phalange des désintéressés, de ceux qui, comme les Moustapha Kamel, les Ammar, les Soufani, les Ali Yousef, voyaient dans la réalisation possible de leurs idées une raison suffisante de lutter pour elles. La politique était pour ces hommes une sorte d’apostolat.

6Leur exemple a été suivi par beaucoup d’Égyptiens. Quelques malheureuses exceptions vinrent troubler une harmonie patriotique fort honorable pour le pays. Il faut déplorer, par exemple, l’attitude de Rouchdi Pacha, lequel s’est signalé dans une polémique récente, au cours de laquelle il a apporté une justification bien précaire de ses actes. Sa parole aurait eu plus de poids si trop de biens au soleil n’eussent pas indiqué la préférence qu’il donnait à l’intérêt sur l’idéal.

7Je ne veux certes point faire ma partie dans une polémique qui ne vient pas à son heure. Je me rends compte pourtant que le jour viendra où je devrai produire devant l’histoire des documents qui expliqueront ma conduite que les faits eux- mêmes ont depuis longtemps justifiée. Je ne faillirai pas à ce devoir.

8Mais qu’il me soit permis en passant de m’étonner de l’attitude de Rouchdi Pacha. Quelles que soient les raisons qu’il apporte à la justification de ses actes, il n’arrivera pas à s’innocenter. Jamais on ne pourra admettre qu’un homme ayant accepté la régence des mains de son souverain ait employé la puissance dont il était dépositaire pour déposséder son bienfaiteur.

9Comment Rouchdi Pacha pourra-t-il se justifier d’avoir été prendre par la main mon oncle Hussein pour le faire asseoir à ma place sur le trône, dont lui, régent, devait se considérer comme le gardien ? Comment expliquera-t-il qu’il ait consenti à garder sous un nouveau maître la présidence du Conseil qu’il tenait de celui-là même qu’il avait trompé ? Quelle autorité par conséquent peut-on accorder aux paroles d’un homme qui a trahi son serment de fidélité à son prince.

10Peut-être m’accusera-t-on d’avoir été imprudent en confiant des pouvoirs étendus à celui qui n’avait rien fait pour m’inspirer confiance. Je me rendais bien compte du danger, et j’avais songé en 1913 à investir en mon absence le conseil des Ministres tout entier des pouvoirs souverains. Mohamed Saïd était alors président du Conseil. J’eus le tort de céder à de pressantes sollicitations, mais je résolus dès ce jour de changer mon ministère.

11Certes, connaissant la servilité et la pusillanimité de Rouchdi que j’avais appelé au pouvoir, j’aurais pu dès lors mettre mon dessein à exécution. Mais je donnai cependant la régence à mon président du Conseil, marquant ainsi la défiance que m’avait inspirée Mohamed Saïd et le peu d’importance que j’attachai à l’influence de son successeur.

12Et que si Rouchdi Pacha venait prétendre qu’en sacrifiant son prince, il essayait de sauver son pays, on pourrait lui répondre qu’on ne sauve pas son pays en le livrant à la servitude et qu’en favorisant le Protectorat anglais sur l’Égypte, il acceptait de rayer sa patrie du nombre des nations libres, et consentait pour elle une situation inférieure à celle de certaines provinces de la Turquie, qui devaient à la guerre une indépendance qu’elles n’avaient jamais sollicitée et que, contrairement à l’Égypte, elles n’avaient pas même préparée.

13Reste la question des dépêches envoyées par Rouchdi. Je pousse l’indulgence jusqu’à reconnaître qu’il est possible qu’il les ait expédiées, mais je ne les ai point reçues.

14Seule la voie de terre fonctionnait alors et peut-être se sont-elles égarées. Le seul renseignement que je reçus de Rouchdi fut l’annonce de l’arrivée d’un émissaire qui devait me faire une importante communication. Cet émissaire s’est-il perdu lui aussi ? Ou bien Rouchdi abandonna-t-il son projet, la peur étant toujours chez lui plus puissante que le désir de servir.

15D’autre part, les dépêches adressées à Mortada et à Moheb ne signifient pas grand-chose. Car de notre côté, nous avions fait connaître les difficultés que l’Ambassade britannique mettait à notre retour. L’Angleterre avait manifesté son désir de me voir rejoindre l’Italie, et se refusait à m’autoriser à me rendre en Suisse.

16Si Rouchdi était véritablement au courant des intentions des Anglais, il est inconcevable qu’il se soit rangé à leur façon de voir. En approuvant les idées de l’Angleterre et en acceptant d’être son messager, il ne faisait qu’affirmer une fois de plus sa méconnaissance de la situation et l’irrésolution de ses desseins.

17Il semble comprendre la responsabilité qu’il a encourue en me laissant ignorer certains faits, et cherche à trouver des circonstances atténuantes à un acte dont il comprend lui-même la gravité et qui pèsera lourdement sur sa mémoire.

18Quant à moi, monté sur le trône à un âge où le regard s’ouvre à peine sur la vie, j’ai lutté durant un quart de siècle pour conduire l’Égypte vers ses destinées nouvelles. Quels que soient les déboires que j’ai connus, je me réjouis d’une évolution à laquelle j’ai la conviction d’avoir puissamment aidé. J’espère que le peuple égyptien, arrivé à la maturation politique, fera bon usage de ses libertés reconquises et qu’il rendra justice un jour à ceux dont les espérances et la foi contribuèrent à créer un état politique nouveau, assez lié au passé pour ne point en faire oublier les gloires et le sacrifice, assez tourné vers l’avenir pour inciter au travail fécond ceux qui jouissent maintenant d’une indépendance si longemps désirée et si chèrement achetée.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/657/img-1.jpg
Fichier image/, 557k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr