Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Appendice II. Le protectorat

Texte intégral

1Journal officiel, supplément du samedi 7 novembre 1914, n° 148. Proclamation de par le Général Commandant en Chef les Forces de Sa Majesté Britannique en Égypte.

Le Caire, le 6 Novembre 1914

Je, John Grenfell Maxwell, Lieutenant-Général, Commandant les Forces de Sa Majesté Britannique en Égypte, ai été chargé d’annoncer que depuis le cinq Novembre 1914 un état de guerre existe entre la Grande- Bretagne et la Turquie.

Bien que dès le début de la guerre entre Sa Majesté et les Empereurs d’Allemagne et d’Autriche, le Gouvernement Ottoman, sous l’influence des ennemis de Sa Majesté, ait à maintes reprises violé les droits assurés à Sa Majesté par le droit international et les traités, le Gouvernement de Sa Majesté s’est abstenu scrupuleusement de tout acte de représailles jusqu’à ce qu’il y ait été contraint, par les préparatifs militaires en Syrie qui ne peuvent être dirigés que contre l’Égypte, aussi bien que par la violation de la frontière Égyptienne par des bandes armées, et par une attaque, ouverte et sans provocation aucune, de la part des forces navales ottomanes, sous les ordres d’officiers allemands, contre les territoires d’un des Alliés de Sa Majesté. La Grande-Bretagne combat actuellement dans le double but de protéger les droits et les libertés de l’Égypte, gagnés autrefois sur le champ de bataille de Mohamed Ali, et d’assurer la continuation de la paix et de la prospérité dont elle a joui durant les trente années de l’Occupation Britannique.

Reconnaissant le respect et la vénération qu’inspire le Sultan, en sa qualité religieuse, aux Musulmans d’Égypte, la Grande-Bretagne prend sur Elle tout le poids de la présente guerre, sans demander l’aide du peuple Égyptien ; mais Elle s’attend de son côté, et Elle exige qu’il s’abstienne de tout acte de nature à entraver les opérations militaires ou à venir en aide à l’ennemi.

2Signé : J.G. Maxwell, Lieutenant-Général,

3Commandant les Forces de Sa Majesté Britannique en Égypte

  • 1 Proclamation by the General Officer Commanding in Chief. His Britannic Majesty’s Forces in Egypt.

4(Traduction)1

5Journal Officiel, supplément du samedi 7 novembre 1914, n° 148. Correspondance échangée entre le Gérant de l’Agence Diplomatique de Sa Majesté Britannique en Égypte et Son Excellence le Président du Conseil des Ministres.

Agence Britannique, Le Caire, le 7 novembre 1914

À Son Excellence Hussein Rouchdi Pacha,

Président du Conseil des Ministres

Monsieur le Ministre,

J’ai l’honneur de vous transmettre ci-joint copie de la Proclamation qui a été promulguée par M. le Général Commandant les Forces Britanniques en Egypte.

Vous verrez par cette Proclamation que M. le Général Commandant assume exclusivement la charge, au cours des hostilités, de toutes les mesures militaires nécessaires à la défense de l’Égypte, aussi bien que de toutes les mesures se rapportant à cette défense, alors que les Ministres Égyptiens conservent la direction des services purement civils de leurs départements respectifs.

Je saisis cette occasion pour renouveler à Votre Excellence l’assurance de ma haute considération.

6(Signé) : Milne Cheetham

  • 2 British Agency, Cairo, November 7, 1914. Monsieur le Ministre,

7(Traduction)2

Le Caire, le 7 novembre 1914

À Monsieur Milne Cheetham, C.M.G.

Gérant l’Agence Diplomatique de la Grande-Bretagne en Égypte.

Monsieur le Gérant,

J’ai pris connaissance de la nouvelle Proclamation du Général Commandant en Chef des Forces Britanniques en Égypte que vous venez de me transmettre. Vu l’absence de Son Altesse le Khédive dont nous tenons notre mandat, j’ai l’honneur de vous faire connaître que nous continuerons, mes collègues et moi, à assurer les services civils de nos départements respectifs, afin de ne pas interrompre, au détriment de la population, la vie administrative du pays.

Veuillez agréer, Monsieur le Gérant, l’assurance de ma haute considération.

8Le Président du Conseil des Ministres

9H. Ruchdy

10Journal Officiel, extraordinaire du vendredi 18 décembre 1914, n° 170.

Le Caire, le 18 décembre 1914

Proclamation

Le Principal Secrétaire d’État de Sa Majesté Britannique pour les Affaires Étrangères annonce que, vu l’état de guerre résultant de l’action de la Turquie, l’Égypte a été placée sous la Protection de Sa Majesté et constituera dorénavant un Protectorat Britannique.

La suzeraineté de la Turquie sur l’Égypte cesse ainsi d’exister, et le Gouvernement de Sa Majesté prendra toutes les mesures nécessaires pour la défense de l’Égypte et pour la protection de ses habitants et de ses intérêts.

  • 3 His Britannic Majesty’s Secretary of State for Foreign Affairs gives notice that, in view of the s (...)

11(Traduction)3

12Journal Officiel, extraordinaire du samedi 19 décembre 1914, n° 171.

Le Caire, le 19 décembre 1914

Proclamation

Le principal Secrétaire d’État de Sa Majesté Britannique pour les Affaires Etrangères annonce que, vu l’action de Son Altesse Abbas Hilmi Pacha, ex-Khédive d’Égypte, qui a fait cause commune avec les ennemis de Sa Majesté, le Gouvernement de Sa Majesté a décidé de le déposer du Khédivat, et cette haute dignité, avec le titre de Sultan d’Égypte, a été offerte à Son Altesse le Prince Hussein Kamil Pacha, l’aîné des Princes de la famille de Mohamed Ali, et a été acceptée par Lui.

  • 4 His Britannic Majesty’s Secretary of State for Foreign Affairs gives notice that, in view of the a (...)

13(Traduction)4

14Journal Officiel, extraordinaire du samedi 19 décembre 1914, n°. 172. Copie de la Communication transmise à Sa Hautesse le Sultan de la part du Gouvernement Britannique.

Le 19 décembre 1914

À Son Altesse le Prince Hussein Kamil Pacha

Monseigneur,

Je suis chargé par le Principal Secrétaire d’État de Sa Majesté Britannique pour les Affaires Étrangères d’attirer l’attention de Votre Altesse sur les circonstances qui ont précédé l’état de guerre entre Sa Majesté Britannique et le Sultan de Turquie, et sur les changements que cette guerre entraîne dans la situation de l’Égypte.

Au sein du Cabinet Ottoman deux partis s’étaient formés. D’un côté un parti modéré soucieux de la sympathie que la Grande-Bretagne a toujours manifestée pour les réformes en Turquie. Ce parti a reconnu que la guerre dans laquelle Sa Majesté était déjà engagée ne lésait aucun des intérêts ottomans, et a tenu compte de l’assurance donnée par Sa Majesté et Ses Alliés qu’ils ne tireraient de cette guerre aucun prétexte à des actes nuisibles aux dits intérêts, ni en Égypte ni ailleurs. De l’autre côté une bande d’aventuriers militaires peu scrupuleux qui voyaient dans une guerre d’agression entreprise de concert avec les ennemis de Sa Majesté le moyen de réparer les désastres militaires, financiers et économiques qu’ils avaient causés à leur pays. Nonobstant des violations répétées de leurs droits Sa Majesté et Ses Alliés ont conservé jusqu’au dernier moment l’espoir que de sages conseils pourraient prévaloir et ils se sont abstenus de toutes représailles jusqu’au jour où ils s’y sont trouvés contraints d’un côté par la violation de la frontière égyptienne par des bandes armées et de l’autre par des attaques sans provocation aucune contre les ports ouverts russes de la part des forces navales ottomanes sous le commandement d’officiers allemands.

Le Gouvernement de Sa Majesté possède des preuves pertinentes que dès le début de la guerre contre l’Allemagne Son Altesse Hilmi Pacha, ex-Khédive d’Égypte, a fait définitivement cause commune avec les ennemis de Sa Majesté.

Par ces faits mêmes le Sultan et l’ex-Khédive se trouvent tous deux déchus en faveur de Sa Majesté de tous droits sur l’Égypte.

Le Gouvernement de Sa Majesté par l’entremise du Général Commandant en Chef les Forces de Sa Majesté en Égypte a pris la responsabilité exclusive de la défense de ce pays durant la guerre actuelle. Il reste à définir la forme du Gouvernement futur du pays ainsi libéré des droits de suzeraineté et autres auxquels a jusqu’ici prétendu le gouvernement Ottoman.

Le Gouvernement de Sa Majesté s’estime le dépositaire pour le compte des habitants de l’Égypte aussi bien des droits ainsi échus à Sa Majesté que de ceux qui ont été exercés en Égypte pendant ces trente dernières années de réformes. Le Gouvernement de Sa Majesté a donc décidé que la Grande-Bretagne remplira pour le mieux les responsabilités qu’elle a assumées envers l’Égypte par la proclamation formelle du Protectorat Britannique et par le gouvernement du pays, sous l’égide de ce protectorat, par un Prince de la famille Khédiviale.

Dans ces conditions je suis chargé par le Gouvernement de Sa majesté de faire connaître à Votre Altesse qu’en raison de Son Age et de Son expérience Elle a été reconnue comme le plus digne parmi les princes de la famille de Mohamed Ali d’occuper la position Khédiviale avec le titre de Sultan d’Égypte ; et en invitant Votre Altesse à accepter les responsabilités de cette haute dignité, je suis chargé de Lui donner l’assurance formelle que la Grande-Bretagne assume la plus entière responsabilité pour la défense contre toute agression quelle qu’elle soit et d’où qu’elle vienne des territoires relevant de Votre Altesse, et je suis autorisé par le Gouvernement de Sa Majesté à annoncer qu’à partir de la déclaration du Protectorat Britannique tout sujet égyptien en quelque lieu qu’il se trouve, aura droit à la protection du Gouvernement de Sa Majesté.

La disparition de la suzeraineté ottomane comporte celle des restrictions jusqu’ici édictées par les firmans ottomans sur le nombre et l’organisation des forces militaires de Votre Altesse, et sur l’octroi par Votre Altesse de distinctions honorifiques.

En ce qui concerne les affaires étrangères, le gouvernement de Sa majesté estime plus conforme aux nouvelles responsabilités de la Grande- Bretagne que les relations entre le Gouvernement de Votre Altesse et les représentants des Puissances étrangères soient entretenues par l’intermédiaire du représentant de Sa Majesté au Caire.

Le Gouvernement de Sa majesté a maintes fois déclaré que les Traités connus sous le nom de capitulations et qui lient le Gouvernement de Votre Altesse ne sont plus en harmonie avec l’état de développement du pays ; mais dans l’opinion du gouvernement de Sa Majesté la révision de ces traités sera avantageusement remise jusqu’à la fin de la guerre.

Quand à l’administration intérieure de l’Égypte je suis chargé de rappeler à Votre Altesse que le Gouvernement de Sa Majesté, s’inspirant de la politique traditionnelle de la Grande-Bretagne, s’est efforcé, de concert avec les autorités constituées du pays, et par leur intermédiaire, de garantir la liberté individuelle ; de répandre les bienfaits de l’instruction : de développer les ressources naturelles du pays ; et à mesure que le sens politique du peuple se développera d’associer les gouvernés au gouvernement. Le Gouvernement de Sa Majesté est résolue de rester fidèle à cette politique : il est même convaincu que la définition plus nette de la position de la Grande-Bretagne en Egypte hâtera le progrès vers l’autonomie.

Les croyances religieuses des sujets égyptiens seront respectées de la façon la plus scrupuleuse, comme le sont celles des propres sujets de Sa Majesté à quelque confession qu’ils appartiennent. Il n’est pas besoin d’assurer à Votre Altesse qu’en déclarant l’Egypte libérée de toute allégeance envers les usurpateurs actuels du pouvoir politique à Constantinople, le Gouvernement de Sa Majesté n’est animé d’aucun sentiment d’hostilité envers le Califat. Toute l’histoire de l’Égypte démontre, du reste, que la loyauté des Musulmans égyptiens envers le Califat est indépendante des liens politiques entre l’Égypte et Constantinople.

L’œuvre d’assurer l’affermissement et le progrès des institutions musulmanes en Égypte, tout en intéressant au plus haut degré le Gouvernement de Sa Majesté, fera la préoccupation de Votre Altesse, et dans l’élaboration des réformes que cette œuvre comporte, Elle pourra compter sur l’appui sympathique du Gouvernement de Sa Majesté.

Je n’ai plus qu’à ajouter que le Gouvernement de Sa Majesté s’en rapporte avec confiance à la Loyauté, au bon sens et à la modération des sujets égyptiens pour faciliter la tâche du Général Commandant les forces de Sa majesté en Égypte qui est actuellement chargé de maintenir l’ordre intérieur du pays, et d’empêcher l’ennemi d’y trouver assistance.

Je saisis cette occasion pour présenter à Votre Altesse l’assurance de mon respect le plus profond.

15Milne Cheetham

  • 5 To His Highness Prince Husayn Kamil Pasha. Your Highness,

16(Traduction)5

17Journal Officiel, extraordinaire du samedi 19 décembre 1914, n° 172. Rescrit Sultanien adressé à S.E. Hussein Ruchdi Pacha en date du 2 Safar 1333 (19 décembre 1914).

Mon cher Ruchdi Pacha,

Les récents événements politiques ont amené l’établissement par la Grande-Bretagne de son protectorat sur l’Egypte ainsi que la vacance du trône khédivial.

Par la communication dont Nous vous transmettons copie pour être portée à la connaissance du peuple égyptien, le Gouvernement de Sa Majesté Britannique a fait appel, dans cette circonstance, à Notre dévouement pour Notre pays afin que Nous prenions le Khédivat d’Egypte avec le titre de Sultan, le Sultanat devant, d’ailleurs, être héréditaire dans la famille Mohamed Ali, suivant un ordre de succession à établir.

Après une vie consacrée au service du pays, Nous pouvions aspirer au repos ; Nous considérons néanmoins comme un devoir, dans la situation particulièrement délicate que les événements actuels ont créée à l’Égypte, d’assumer cette lourde charge et, fidèle à Notre passé, de continuer à mettre Nos forces au service de la Patrie.

Nous le devons et à l’Égypte et à Notre glorieux ancêtre le Grand Mohamed Ali dont Nous voulons perpétuer la dynastie.

Dans Notre sollicitude pour les intérêts du pays, Nous veillerons toujours à assurer le bien-être moral et matériel de ses habitants par la continuation du programme de réformes déjà entamé. Notre Gouvernement aura donc pour constante préoccupation la diffusion et le perfectionnement de l’enseignement à tous ses degrés, l’administration d’une bonne justice et son organisation dans une direction plus appropriée aux conditions actuelles du pays ; il accordera le soin le plus vigilant aux questions intéressant la tranquillité et la sécurité des habitants, et donnera une nouvelle impulsion au développement économique de l’Égypte.

En ce qui concerne les institutions représentatives, Nous aurons à cœur d’associer de plus en plus les gouvernés au gouvernement du pays.

Dans la réalisation de ce programme, Nous avons l’assurance de trouver auprès du Gouvernement de Sa Majesté Britannique l’appui le plus sympathique et Nous sommes convaincu que la définition plus précise de la situation de la Grande-Bretagne en Égypte, en dissipant toutes causes de malentendu, facilitera la collaboration, en vue d’un but commun, de tous les éléments politiques du pays.

Pour la tâche qui Nous attend, Nous comptons sur l’aide loyale de tout Notre peuple.

Connaissant votre expérience et vos hautes qualités, Nous faisons appel à votre patriotisme pour vous demander votre concours dans l’accomplissement de cette tâche. Nous vous appelons en conséquence à la Présidence de Notre Conseil des Ministres et Nous vous invitons à former le Cabinet et à soumettre à Notre haute approbation les noms des Collaborateurs que vous croirez devoir Nous proposer.

Nous prions le tout-Puissant de bénir nos efforts dans cette œuvre patriotique.

18Hussein Kamil

19(Traduction)

20Réponse de S.E. Hussein Ruchdi Pacha.

Le Caire, le 2 Safar 1333 (19 Décembre 1914).

Altesse,

Je remercie votre Altesse du grand honneur qu’Elle daigne me faire en me confiant par le rescrit qu’Elle vient de m’adresser la mission de former le Cabinet.

Ancien mandataire du précédent Souverain, mais Egyptien avant tout, j’ai considéré qu’il est de mon devoir d’Égyptien d’essayer, sous les auspices de votre Altesse, d’être utile à mon pays, et l’intérêt supérieur de la Patrie, qui m’a toujours guidé, l’a emporté sur les considérations personnelles.

J’accepte donc la mission que Votre Altesse a daigné me confier. Mus par les mêmes sentiments qui moi, mes anciens collaborateurs, actuellement en Égypte, sont disposés à me continuer leur concours.

J’ai en conséquence l’honneur de soumettre à la haute approbation de Votre Altesse le projet de décret ci-joint constituant le nouveau Ministère.

Je suis avec le plus profond respect,

de Votre Altesse,

le très humble, très obéissant et très dévoué Serviteur

21Hussein Ruchdi (Traduction)

22Journal Officiel du mercredi 30 décembre 1914, n° 179 (Supplément). Letter addressed by the General Officer Commanding His Britannic Majesty’s Forces in Egypt to H.E. the Minister of Finance.

Cairo, December 28, 1914

His Excellency Yusef Pacha Wahba, Minister of Finance

Excellency,

Your Excellency will probably have remarked that the decision deposing the late khedive makes no provision for the disposal or protection of His Highness’ private property.

As it is urgently desirable, in the interests both of His Highness and of His Highness’ creditors, that such property should not be left unprotected, I have to request Your Excellency to be so good as to appoint some fit and proper person with the necessary powers to act as sequestrator of such property until such time as other arrangements may be made.

I take this occasion to convey to Your Excellency the assurance of my high consideration.

23G. Maxwell, Lieutenant-General

24Commanding His Majesty’s Forces in Egypt

25Journal Officiel du mercredi 30 décembre 1914, n° 179 (Supplément).

Le Caire, le 29 décembre 1914

Ministère des Finances

Nomination d’un Administrateur Séquestre des Biens Meubles et

Immeubles sis en Égypte appartenant en propore

à S.A. Abbas Pacha Hilmi

Le Ministre des Finances,

Vu la lettre par laquelle le Général Commandant en Chef des Forces de Sa Majesté Britannique relève qu’il n’a pris aucune disposition en ce qui concerne les biens particuliers de S.A. Abbas Pacha Hilmi et requiert le Gouvernement de désigner un administrateur séquestre avec pouvoir de gérer provisoirement les dits biens sis en Égypte ;

Arrête

Mr. F.G. Bonham Carter est nommé administrateur séquestre des biens meubles et immeubles sis en Égypte, appartenant en propre à S.A. Abbas Pacha hilmi et constituant l’administration désignée sous le nom de Daïra Khassa.

26Le Ministre des Finances,

27Y. Wahba

Notes

1 Proclamation by the General Officer Commanding in Chief. His Britannic Majesty’s Forces in Egypt.

I, John Grenfell Maxwell, Lieutenant-General, Commanding His Britannic Majesty’s Forces in Egypt, am instructed to announce that as from the fifth day of November 1914, a state of war exists between Great Britain and Turkey. Although from the outset of the war between His Majesty and the Emperors of Germany and Austria, the Ottoman Government, under the influence of His Majesty’s enemies, have repeatedly violated the rights secured to His Majesty by international law and by treaty, His Majesty’s Government have scrupulously abstained from any retaliatory action until compelled thereto, not only by military preparations in Syria which can only be directed against Egypt, but by the violation of the Egyptian frontier by armed bands and under German officers, upon the territories of one of His Majesty’s Allies.

Great Britain is now fight both to protect the rights and liberties of Egypt, which were originally won upon the battlefield by Mehemet Ali, and to secure to her the continuance of the peace and prosperity which she has enjoyed during the thirty years of the British Occupation.

Recognizing the respect and veneration with which the Sultan, in his religious capacity, is regarded by the Mohammedans of Egypt, Great Britain takes upon Herself the sole burden of the present war, without calling upon the Egyptian people for the aid therein : but She expects and requires, in return, that the population shall refrain from any action of a nature to hamper Her military operations or to render aid to the enemy.

J.G. Maxwell, Lieutenant general, Commanding His Britannic Majesty’s Forces in Egypt God save the King ! Cairo, November 6, 1914

2 British Agency, Cairo, November 7, 1914. Monsieur le Ministre,

I have the honor to transmit to you herewith copy of a Proclamation which has been promulgated by the general Officer Commanding the British Forces in Egypt.

You will see from this Proclamation that the General officer Commanding takes entire responsibility, during the continuance of hostilities, for all military measures necessary for the defence of Egypt, as well as for all measures relating to this defence, while the Egyptian Minister retain the direction of the purely civil services of their respective Departments.

I avail myself of this opportunity to renew to Your Excellency the assurance of my high consideration.

Milne Cheetham. His Excellency Husayn Rushdi Pasha, President of the Council of Ministers.

3 His Britannic Majesty’s Secretary of State for Foreign Affairs gives notice that, in view of the state of war arising out of the action of Turkey, Egypt is placed under the Protection of His Majesty and Will henceforth constitute a British Protectorate.

The Suzerainty of Turkey over Egypt is thus terminated, and His Majesty’s Government will adopt all measures necessary for the defence of Egypt, and protect its inhabitants and interests.

Cairo, December 18, 1914

4 His Britannic Majesty’s Secretary of State for Foreign Affairs gives notice that, in view of the action of His Highness Abbas Hilmi Pasha, lately Khedive of Egypt, who has adhered to the King’s enemies, His Majesty’s Government have seen fit to depose him from the Khediviate, and that high dignity has been offered, with the title of Sultan of Egypt, to His Highness Prince Husayn Kamil Pasha eldest Prince (living) of the family of Mohammed Ali, and has been accepted by Him.

Cairo, December 19, 1914

5 To His Highness Prince Husayn Kamil Pasha. Your Highness,

I am instructed by His Majesty’s Principal Secretary of State for Foreign Affairs to bring to the notice of Your Highness the circumstances preceding the outbreak of war between His Britannic Majesty and the Sultan of Turkey and the changes with the war entails in the status of Egypt.

In the Ottoman Cabinet there were two parties. On the one side was a moderate party, mindful of the sympathy extended by Great Britain to every effort towards reform in Turkey, who recognized that in the war in which His_majesty was already engaged no Turkish interests were concerned and welcomed the assurance of His Majesty and His Allies that, neither in Egypt nor elsewhere would the war be used as a pretext for any action injurious to Ottoman interests. On the other side a band of unscrupulous military adventurers looked to find in a war of aggression, waged in concert with His Majesty’s enemies, the means of retrieving the disasters, military, financial, and economic, into which they had already plunged their country. Hoping to the last that wiser counsels might prevail, His Majesty and His Allies, in spite of repeated violations of their rights, abstained from retaliatory action until compelled thereto by the crossing of the Egyptian frontier by armed bands and by unprovoked attack on Russian open ports by the Turkish Naval forces under German officers. His Majesty’s Government are in possession of ample evidence that ever since the outbreak of war with Germany His Highness Abbas Hilmi Pasha, late Khedive of Egypt, has definitely thrown in his lot His Majesty’s enemies. From the facts above set out, it results that the rights over Egypt, whether of the Sultan, or of the late Khedive, are forfeit to His Majesty.

His Majesty’s Government have already, through the General officer Commanding His Majesty’s Forces in Egypt, accepted exclusive responsability [sic] for the defence of Egypt in the present war. It remains to lay down the form of the future Government of the country, freed, as I have stated, from all rights of suzerainty [sic] or other rights heretofore claimed by the Ottoman Government.

Of the rights thus accruing to His Majesty, no less than of those exercised [sic] in Egypt during the last thirty years of reform, His Majesty’s Government regard themselves as trustees for the inhabitants of Egypt. And His Majesty’s Government have decided that Great Britain can best fulfill [sic] the responsibilities she has incurred toward Egypt by the formal declaration of a British Protectorate, and by the government of the country under such Protectorate by a Prince of the Khedivial Family.

In these circumstances I am instructed by His Majesty’s Government to inform your Highness that, by reason of your age and experience, you have been chosen as the Prince of the Family of Mehemet Ali most worthy to occupy the Khedivial position, with the title and style of Sultan of Egypt ; and, in inviting Your Highness to accept the responsibilities of Your High office, I am to give you the formal assurance that Great Britain accepts the fullest responsibility for the defence of the territories under Your Highness against all aggression [sic] whencesoever coming ; and His Majesty’s Government authorize me to declare that after the establishment of the British Protectorate now announced all Egyptian subjects wherever they may be will be entitled to receive the protection of His Majesty’s Government.

With the Ottoman suzerainty there will disappear the restrictions heretofore placed by the Ottoman firmans upon the numbers and organization of Your Highness’s Army and upon the grant by Your Highness of honorific distinctions. As regard foreign relations, His Majesty’s Government deem it most consistent with the new responsibilities assumed by Great Britain that the relations between Your Highness’s Government and the Representatives of Foreign Powers should henceforth be conducted through His Majesty’s Representative in Cairo. His Majesty’s Government have repeatedly placed upon record that the system of Treaties, known as the Capitulations, by which Your Highness’s Government is bound, are no longer in harmony with the development of the country : but, in the opinion of His Majesty’s Government, the revision of those treaties may most conveniently be postponed until the end of the present war. In the field of internai administration, I am to remind Your Highness that, in consonance with the traditions of British Policy, it has been the aim of His Majesty’s Government, while working through and in the closest association with the constituted Egyptian Authorities, to secure individual liberty, to promote the spread of education, to further the development of the natural resources of the country, and, in such measure as the degree of enlightenment of public opinion may permit, to associate the governed in the task of Government. Not only is it the intention of His Majesty’s Government to remain faithful to such policy, but they are convinced that the clearer definition of Great Britain’s position in the country will accelerate progress towards self-government. The religious convictions of Egyptian subjects will be scrupulously respected as are those of Majesty’s own subjects, whatever their creed. Nor need I affirm to Your Highness that, in declaring Egypt free from any duty of obedience to those who have usurped political power at Constantinople, His Majesty’s Government are animated by no hostility towards the Khaliphate. The past history of Egypt shows, indeed, that the loyalty of Egyptian Mohammedans towards the Khaliphate is independent of any political bonds between Egypt and Constantinople.

The strengthening and progress of Mohammedan institutions in Egypt is naturally a matter in which His Majesty’s Government take a deep interest and with which Your Highness will be specially concerned, and in carrying out such reforms as may be considered necessary, Your Highness may count upon the sympathetic support of His Majesty’s Government.

I am to add that His Majesty’s Government rely with confidence upon the loyalty, the good sense and self-restraint of Egyptian Subjects to facilitate the task of the General Officer Commanding His Majesty’s Forces, who is entrusted with the maintenance of internai order, and with the prevention of the rendering of aid to the enemy.

I avail myself of this opportunity to present to Your Highness the assurance of my highest respect.

December 19, 1914

Milne Cheetham

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr