Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Épilogue

Texte intégral

1J’ai suivi avec intérêt et sympathie les efforts des Égyptiens pour l’indépendance et pour l’instauration d’un régime véritablement constitutionnel fondé sur la souveraineté nationale.

2Je n’ai épargné pour le bien de ma Patrie, ni les conseils, ni les avis sincères et désintéressés au cours des pourparlers entre les divers négociateurs égyptiens et le gouvernement britannique. Je souhaite le succès de tous les efforts, soucieux de voir la Patrie se dégager enfin de la situation douloureuse où elle se débat depuis 1882.

3La longue expérience de mes vingt-trois années de règne m’a convaincu que les relations entre l’Angleterre et l’Égypte doivent être définies dans une convention équitable, sincèrement agréée par les deux parties, et réalisant les aspirations de l’Égypte. Tant que l’Angleterre maintient l’occupation militaire, aucun régime de constitution démocratique ne pourrait durer et se développer. L’arrivée au pouvoir en Angleterre d’un gouvernement désireux de consolider la paix dans le monde et la présence, à la tête des différents ministères Égyptiens, d’hommes qui ont participé dès la première heure au mouvement de libération du pays, ont détendu l’atmosphère. Successivement, ils sont parvenus à obtenir ce que les circonstances n’ont pu procurer à d’autres, malgré les efforts déployés par tous et la sincérité des convictions de chacun. Ils ont abouti à un projet d’arrangement que nous considérons comme un grand pas dans la voie de la libération. Bien qu’il ne satisfasse pas toutes les aspirations légitimes de l’Égypte, la ratification d’un tel traité, nous n’en doutons pas, créera une atmosphère d’amitié et de bonne entente entre les deux peuples anglais et égyptien. Mais nos hommes d’État et nos négociateurs doivent envisager avec réalisme la place de notre pays dans la politique mondiale. L’Égypte, dans les circonstances politiques actuelles et d’après sa position géographique, est malheureusement obligée de s’armer puissamment pour défendre ses frontières.

4C’est grâce à cet armement qu’elle pourra obtenir une indépendance complète et la sauvegarder, au lieu de consacrer, comme elle l’a fait depuis la mort du grand Mohamed Ali, la presque totalité de ses ressources à des dépenses civiles. L’Égypte doit faire les sacrifices nécessaires pour l’établissement de bases navales, la réorganisation de son réseau ferroviaire et routier d’intérêt stratégique et la formation d’une puissante armée défensive.

5L’entretien d’une flotte, étant donné l’évolution incessante des techniques, est réservé aux grandes puissances mondiales. L’intérêt de notre pays commande une entente avec l’Angleterre pour que notre défense maritime soit assurée par la flotte britannique.

6Mais l’Égypte s’engagerait à construire les bases navales nécessaires, quoique très coûteuses ; elles resteraient au pays avec leurs arsenaux, leurs installations diverses, leurs outillages et devraient être uniquement sous le commandement d’officiers égyptiens, et sous le drapeau National. La création d’un port militaire à Aboukir, et d’un autre à l’ouest du port d’Alexandrie, et, si l’État-Major Anglais le considère comme nécessaire, l’amélioration du port de Matrouh seraient à mon avis largement suffisants pour assurer la défense de notre littoral méditerranéen.

7Quant aux lignes ferrées stratégiques que l’Angleterre considère comme nécessaires, il faut en accepter la construction ; elles ne pas inutiles ou inopportunes. Quoique notre réseau ferroviaire soit très riche, il me paraît cependant devoir comporter une liaison directe à double voie entre le Canal de Suez et le Port d’Alexandrie selon l’itinéraire : Kantara, Mansourah, Belkas, Dessuk, Rahmanieh, Rosette et Alexandrie, en utilisant les lignes existantes. Une autre ligne stratégique devrait se raccorder à la ligne actuelle de Itiah-el-Baroud, Giza (du Canal al- Noubarieh), rejoindre la ligne de Mariout et relier directement le Caire à Alexandrie. Pour intensifier la navigation fluviale, il faudrait rendre navigable entre Le Caire et Alexandrie, Rayah-el-Béhéra et le canal Noubarieh ; le canal Ismaïlia entre Le Caire et le Canal de Suez. Toute route demandée par les autorités anglaises doit être acceptée et exécutée sans la moindre hésitation, car c’est toujours pour le bien du pays. Pour la Mer Rouge, les Oasis occidentales et la partie Sud de l’Égypte, d’Assouan à Wadi-Halfa, je ne connais pas les vues de l’État-Major Britannique.

8Quant au Soudan, qu’on a toujours cherché à soustraire à la souveraineté égyptienne, dans l’état actuel des choses, je ne vois pas pourquoi l’Égypte en prendrait la défense à sa charge. Toutefois si l’Angleterre n’est animée d’aucune arrière-pensée impérialiste qu’elle serait vite obligée de refouler comme elle a dû le faire en Égypte après l’échec de tentatives répétées, surtout à partir de 1908 ; si l’Angleterre n’est soucieuse que du bien, de la liberté et de l’autonomie des Soudanais, pourquoi ne favoriserait-elle pas la solution la plus harmonieuse en laissant l’Égypte créer la Confédération des États-Unis du Nil, pierre angulaire de toute organisation pacifique du Moyen-Orient ? [Cf. Anglo-Egyptian Seulement, Abbas Hilmi II, London, 1930, chap. I, p. 21]

9La nouvelle tactique de guerre est basée non sur la qualité des soldats mais sur un chiffre de population, c’est-à-dire sur ce qu’on appelle vulgairement « chair à canon ». Chaque pays fait des statistiques pour savoir quel est le maximum de ce qu’il peut fournir de troupes et c’est d’après cela que l’on juge s’il peut vaincre son adversaire. Il est statistiquement prouvé que les Îles Britanniques ne peuvent pas fournir une armée suffisante pour défendre leur Empire, mais avec leur richesse et leur industrie, ils peuvent lever et équiper une puissante armée. Nous devons considérer que, si en temps de paix, ils occupent l’Égypte avec une force purement anglaise, en temps de guerre, ils seront obligés d’apporter au moins six fois plus de troupes coloniales que de troupes métropolitaines. Pendant la Grande Guerre, les Anglais ont engagé près de deux millions d’ouvriers égyptiens. Il se pourrait qu’à la prochaine guerre, l’Angleterre engage un million de soldats égyptiens comme mercenaires ; si l’Egypte est en état de fournir un million de soldats, je préfère les voir former une armée égyptienne pour la défense du pays, par nos propres moyens. La mise sur pied de cette armée supposerait évidemment l’organisation d’écoles militaires d’officiers et de sous-officiers, d’écoles de Cadres d’État-Major, d’écoles Techniques de toutes spécialités : artillerie, chars, aviation, défense anti-aérienne, cartographie, transmissions, génie ; et avant tout d’Instituts et de Laboratoires de recherche scientifique. Lourde charge ! Mais l’assistance effective ainsi disponible dans le Proche Orient ferait de l’Angleterre l’obligée de l’Égypte.

10L’admission de l’Égypte à la S.D.N. et l’arbitrage de cette dernière dans tous les conflits anglo-égyptiens contribueront, je l’espère, d’une façon déterminante à l’entente entre les deux pays.

11Nous espérons et souhaitons de toutes nos forces qu’aucune considération personnelle, qu’aucun esprit de parti ne vienne empêcher le pays de faire son profit d’un projet de traité qui assurera l’indépendance durable de l’Égypte.

12Si l’exécution de ce futur instrument diplomatique est inspirée des principes de paix, de sagesse et d’équité, le nouvel état de chose saura combler les lacunes. Tel est le conseil sincère que je présente à un pays que j’aime et au sort duquel rien au monde ne peut m’empêcher de m’intéresser. Que la Nation dans cette heure solennelle et décisive place l’intérêt de la Patrie au-dessus de toute autre considération : l’union fait la force ! Que la Nation se mette à l’œuvre dans la solidarité nationale, dans l’union fraternelle de tous ses éléments sans considération de dogme ou de parti, pour fonder l’État sur les principes de Justice et d’Équité, de Tolérance et de Liberté.

13Qu’elle puise sa force et sa vitalité dans ce qui fut toujours ma devise :

  • 1 Dans ses Mémoires, Ismaïl pacha Sidqi mentionne qu’il servit d’émissaire entre le khédive Abbas II (...)

14« Amour de la Patrie et Culte du Droit. »1

151936-1940

Notes

1 Dans ses Mémoires, Ismaïl pacha Sidqi mentionne qu’il servit d’émissaire entre le khédive Abbas II et son oncle, le futur roi Ahmad Fuad, pour les négociations relatives à la renonciation absolue d’Abbas II à tous ses droits au trône d’Égypte en 1931. Selon Sidqi, c’est Abbas II qui insista pour qu’il y ait des négociations dans cette affaire afin de mettre fin une fois pour toutes à l’instabilité et à l’insécurité du régime du roi Fuad et de l’Egypte. Il plaça les intérêts de son pays au-dessus de ses propres intérêts, en se sacrifiant en quelque sorte. Le khédive n’exigea rien en retour. Ismail Sidqipacha, Mudhakkirati, librairie Madbuli, Le Caire, 1991, p. 114-117.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540