Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre XVI. L’attentat

Texte intégral

Rapport de Badre-el-Dine Bey. Rapport de Osman Mortada Pacha. Opinion de Sir Ronald Storrs. Conseil de Munir Pacha.

1Lors de l’occupation, Tewfik avait dû s’incliner devant la proposition britannique de confier à des techniciens anglais l’organisation administrative. Il l’avait peut-être acceptée croyant de bonne foi qu’ils formeraient ainsi sur place des éléments aptes à conduire dans un avenir très prochain, sinon immédiat, une administration totalement égyptienne.

2Les faits ont démontré que jamais la Grande-Bretagne ne jugerait les Égyptiens en état de se gouverner par eux-mêmes, que jamais elle ne leur reconnaîtrait le droit de se constituer en gouvernement autonome, et que jamais elle n’abandonnerait le système « English heads and Egyptians hands ».

  • 1 La première guerre mondiale.

3Lorsque la guerre1 éclata et que l’Angleterre entra dans l’un des camps opposés et m’interdit de rentrer en Egypte, on comprendra que je n’aie pas quitté Constantinople où je me trouvais. L’Angleterre m’accusa alors d’être passé à l’ennemi. Cette accusation sans fondement logique est tout simplement monstrueuse ! À cette époque, la Turquie n’était pas l’ennemie de l’Égypte : elle n’était pas mon ennemie. Elle était la suzeraine de l’Égypte : tandis que l’intervention anglaise, dans mon pays, n’avait aucune justification légale ou légitime et que moi-même, Abbas II, n’étais engagé par aucun acte ou convention à me mêler à un conflit qui ne me concernait point du tout. J’étais encore lié par des firmans qui pendant plus d’un siècle n’avaient fait que confirmer la suzeraineté du Sultan de Turquie sur l’Égypte. Suzeraineté qui, après tout, nous avait reconnu une autonomie effective et nous laissait la liberté de nous gouverner à notre gré. Mon absence au début de la guerre mondiale coïncidait d’ailleurs avec les vacances d’été, époque habituelle de mon séjour sur le Bosphore, dans mon palais de Bebek ; ou dans mon château de Tchiboukli, sur la côte d’Asie. Elle n’avait rien d’extraordinaire et ne représentait pas un geste de rébellion. Je serais naturellement rentré en Égypte si j’avais eu la possibilité d’y rester en souverain vraiment neutre et si j’avais pu croire que ni mon pays ni les Égyptiens ne seraient mêlés à la guerre mondiale et que le sol égyptien ne deviendrait jamais une tête de pont anglaise.

4Au contraire, la certitude que ma présence n’aurait rien empêchée, la conviction que j’aurais dû continuer à être le souffre-douleur révolté de la pression anglaise et le témoin impuissant d’une situation intolérable à la suite de la déclaration de guerre à la Turquie, tout m’imposait de ne pas rentrer au Caire lorsque je vis que Londres m’assignait une résidence en dehors de l’Égypte. J’avais en plus, je l’avoue franchement, le pressentiment de ma destitution, que Lord Cromer n’avait pas manqué de proposer depuis longtemps.

5Je fus blessé, victime d’un lâche attentat, le 25 Juillet 1914. Pendant trois longs mois - août, septembre, octobre - je me trouvai dans l’impossibilité de faire quoi que ce soit, même de parler ! Ce n’est qu’en novembre que j’aurais pu agir.

6Pour expliquer cet attentat, il faut remonter très haut. Après la mort de Moustapha Kamel, le Parti National Égyptien prit une tout autre tournure. Il n’avait plus, en vérité de direction à la hauteur des événements ; car Mohamed Farid n’avait ni l’intelligence ni le prestige de son prédécesseur et ne savait pas imposer sa volonté.

  • 2 Le 20 février 1910, Butros Ghali pacha était assassiné par Ibrahim al-Wardani qui entendait punir. (...)

7Le Cheik Abd El Aziz Chaouiche avait maintes fois essayé d’échapper à l’autorité de Moustapha Kamel et à la discipline du mouvement. Dès la mort de son leader, il fit dissidence entraînant avec lui les nationalistes extrémistes. Après l’exécution de Wardani2, le meurtrier de Boutros Pacha Ghali, toute cette clique se transporta à Constantinople où bientôt la guerre italo-turque, aiguisa l’intérêt turco- égyptien pour Enver Pacha. De sorte qu’ayant embrassé la politique du Triumvirat, Talaat-Enver-Djémal, maître de la situation en Turquie, les extrémistes Égyptiens jouirent d’une grande liberté pour se livrer à la plus pernicieuse des propagandes. Avec une inconscience stupéfiante, en s’alliant à Enver Pacha, ils prirent l’attitude la plus conforme aux desseins de leur ennemie l’Angleterre et qui pouvait justifier au mieux sa politique d’occupation en Égypte. Mais revenons aux faits. On demandera quel est le véritable responsable de l’attentat ? Le lecteur sera édifié après avoir confronté les deux rapports du Directeur de la Sûreté Générale Égyptienne, Badre El Dine Bey, et du Directeur de mon Administration Privée, Osman Mortada Pacha.

8Le premier a mené son enquête auprès du Parquet Turc et dans la Capitale Ottomane :

  • 3 Mahmud (et non Muhammad) Mazhar était élève de l’académie navale ottomane au moment de l’attentat c (...)

« Monseigneur,
J’ai l’honneur de porter à la haute connaissance de Votre Altesse un rapport succinct sur la procédure d’enquête qui a suivi l’attentat sur votre personne.
J’ai pris connaissance auprès des autorités ottomanes à Constantinople, des investigations faites par la direction de la Police, après l’attentat dont a été victime Votre Altesse, en sortant de la Sublime Porte, après son entrevue avec Le Grand Vizir. J’ai constaté que l’enquête a été close, le 16 Tamouz, 4 jours après l’attentat.
Le commissaire de police d’Ayassouffyah a présenté au directeur de la police le rapport suivant. En raison de l’exécution de Mohamed Mazhar3, aussitôt son attentat commis, il n’a pas été possible de l’interroger ni de savoir s’il avait ou non un complice. De ces investigations, il résulte que le criminel était étudiant à l’École de la Marine. Entêté et autoritaire, n’aimant pas les autres Turcs, il se disputait souvent avec ses camarades du club ; ceux-ci avaient exposé le portrait du Sultan, qu’il voulut enlever. Ses camarades ayant refusé de répondre à son désir, il les quitta.
Il courait les femmes et avait une maîtresse pour laquelle il avait voulu se suicider récemment. Il a d’ailleurs tenté de le faire à diverses reprises, sans résultat. Voulant en finir avec la vie, il commit son attentat.
Tel est le résultat de l’enquête sur laquelle le directeur général de la police fonde son opinion que l’attentat est un acte individuel.
J’ai remarqué :
1°) Que les investigations ont été sommaires. Les déclarations des témoins furent enregistrées sans discussion. Quelques-unes se contredisent ; aucune recherche ne tenta de déceler les raisons de ses contradictions, principalement en ce qui concerne le criminel, les conditions dans lesquelles il s’était préparé à son crime, la détermination du lieu exact où il s’était placé pour le commettre, la façon dont il fut tué au moment même où il mit son attentat à exécution et par qui il fut exécuté.
2°) Il n’a pas été recherché pour quelle raison les hommes de la police et de la gendarmerie tirèrent de nombreux coups de feu qui ont atteint maintes personnes.
3°) Sur le lieu du crime, au magasin du coiffeur Mohamed Sabri, se tenaient deux officiers d’investigation criminelle de la Sûreté Générale du Ministère de l’Intérieur. L’un s’appelait Moustapha Ghaleb effendi et le second Fahmi effendi Moustapha. Le premier a prétendu avoir arrêté le criminel, Mohamed Mazhar au moment de l’attentat et Mohamed Hamdi, un des Maâmour (officier d’investigation criminelle) l’aurait arrêté avec lui. Mais Mazhar effendi Wassef, officier d’investigation criminelle, a prétendu de son côté que c’est son collègue Saleh effendi Zaki qui avait arrêté le criminel. Ce dernier l’a démenti. Les déclarations diverses sur ces points se sont contredites d’une façon absolue. Aucun de ces derniers ne fut d’accord avec l’autre. Ces contradictions sont la preuve que le criminel ne fut pas arrêté de la façon que disent les officiers d’investigation.
4°) Mohamed Mazhar a été atteint d’un coup de feu à la tête tiré à 40 centimètres, ce qui provoqua sa mort. Celui qui a tiré ce coup de feu aurait donc pu l’arrêter, s’il n’avait pas eu l’intention délibérée de l’abattre.
J’ai examiné minutieusement les nombreux papiers saisis chez Mahmoud Mazhar ; et après les avoir étudiés, je conclus que l’attentat ne fut pas un acte individuel. Il a été préparé par certains membres du Cercle Égyptien de Constantinople et au moins par le Docteur Ahmad Fouad, fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur au titre de directeur du Septième bureau.
J’ai remarqué ce qui suit :
1°) Le criminel est très jeune et au moment où il a commis son attentat, étaient présents près de lui de nombreux officiers de police et de gendarmerie, ainsi que des hommes de la police secrète et des soldats. Il n’est pas logique qu’un jeune homme, de faible constitution, puisse accomplir son acte en présence d’aussi nombreuses personnes qualifiées, sans qu’on l’y ait poussé.
2°) La visite de Son Altesse le Khédive au Grand Vizir ne fut pas annoncée par la presse. Comment Mohamed Mazhar a-t-il pu en être informé et venir de Kadi-Keuy, préparé à commettre son crime. Pour cette raison, il est certain qu’une personne l’a prévenu de cette visite.
3°) J’ai relevé dans les papiers de Mohamed Mazhar la preuve qu’il avait un complice : il s’exerça à tirer environ vingt jours auparavant, uniquement en vue de commettre son attentat et non pour d’autres raisons comme il l’a précisé dans ses notes écrites deux jours avant l’attentat. J’ai trouvé dans une de ses notes qu’il avait appris le tir en peu de temps sur les instances de son maître d’armes. Il en résulte que ce professeur connaissait le but pour lequel Mohamed Mazhar s’exerçait et apprenait le maniement des armes à feu.
4°) J’ai trouvé dans les papiers saisis de Mohamed Mazhar des indications prouvant clairement qu’il ne détestait pas les Turcs comme il a été dit dans l’enquête mais que, au contraire, il les aimait. J’ai constaté aussi qu’il n’avait pas quitté le cercle égyptien de Constantinople et qu’il continuait à le fréquenter. Il était aimé de ses camarades. Les nombreuses lettres qu’ils lui envoyaient et leurs photographies dédicacées comme souvenir en fournissent la preuve.
5°) Dans les papiers de Mohamed Mazhar, j’ai constaté que l’instigateur de l’attentat avait réussi à faire pression sur son faible esprit. Il l’a stimulé par le rappel de l’acte de Wardani et de la publicité faite autour de son nom. La reproduction photographique du compte rendu d’un débat entre ces étudiants témoigne en ce sens.
6°) Dans les papiers saisis, j’ai constaté que c’est le cercle égyptien de Kadi-Keuy qui a fait fabriquer les boutonnières au portrait de Wardani et qui les vendait aux membres du cercle de Constantinople et à l’étranger. Aussi ai-je voulu m’assurer de la liste des membres du cercle et du nom de la personne qui a chargé le photographe de faire les portraits de Wardani et de fabriquer les boutonnières. De mes recherches il résulte que celui qui a tout fait exécuter est le Docteur Ahmad Fouad. Je suis convaincu que ce dernier est l’instigateur du crime commis par Mohamed Mazhar et qu’il avait su utiliser ses relations avec la mère de ce même Mohamed Mazhar.
En conséquence :
J’ai informé le Directeur de la Police de toutes mes observations et je lui ai demandé d’arrêter le Docteur Ahmad Fouad, d’autant plus qu’à ce qui précède, s’ajoute un document, une lettre saisie au Caire et envoyée par le dit Docteur Ahmad Fouad à son frère et qui ne laisse aucun doute sur sa culpabilité.
Le Directeur de la police ne donna pas suite à ma requête et me laissa entendre que tout le dossier serait envoyé à la justice militaire.
Je me rendis donc chez le commandant adjoint ; je lui soumis les détails de l’attentat et lui fis part de mon opinion. Il tomba d’accord avec moi pour l’arrestation du Docteur Fouad, mais me dit qu’auparavant il serait préférable de faire apporter une copie photographique de la lettre saisie au Caire. Ce que je fis et je la lui remis.
Le dossier fut alors transmis à la Justice militaire. Je me rendis chez le Président de la Chambre. Il m’exprima tous ses regrets pour ce qui venait d’arriver et m’assura que tous les efforts allaient être déployés pour découvrir la vérité. Il me dit aussi qu’il était convaincu que l’acte n’était pas individuel, qu’il était même impossible qu’il le fût, et que l’attentat avait dû être préparé par d’autres personnes, comme je le pense moi-même. Le Président de la Commission d’Enquête m’exprima la même opinion.
La justice militaire entreprit aussi des investigations minutieuses pour découvrir les raisons de l’acte commis. Je lui soumis de nouvelles photographies de Wardani commandées par le Docteur Fouad au photographe Rostock qui exécuta aussi un agrandissement de ce Wardani destiné à être exposé au Cercle. Le Docteur Fouad fut convoqué et interrogé sur la lettre saisie au Caire. Il en donna une version inacceptable mais il fut relâché.
Comme je constatais que la Justice Militaire n’arrivait pas à avoir les noms des membres du cercle égyptien, j’en fournis au Président de la Commission d’Enquête la liste complète ; il donna l’ordre de les faire venir immédiatement. Quelques-uns seulement furent conduits devant lui ; les autres ne s’y rendirent pas.
Il ressort de l’instruction que celui qui a exécuté Mohamed Mazhar au moment de l’attentat est Moustapha Ghaleb, l’officier d’investigation criminelle, qui était au magasin du coiffeur. Il a prétendu qu’il l’abattit pour l’empêcher de continuer de tirer les coups de feu sur Son Altesse le Khédive.
L’instruction continue et le Président de la Commission espère arriver avec ses collègues à la Vérité. »

  • 4 Selon Abbas II, l’attentat aurait été commandité par une organisation secrète dirigée par le cheikh (...)

9Cette traduction a été établie sur le texte arabe dont je joins ci-après la reproduction photographique, pour les lecteurs versés en cette langue4.

10Sir Ronald Storrs, dans son ouvrage publié à Londres en 1937, rappelle aux pages 144-145 les circonstances de cet attentat. L’auteur, dans ce passage que je reproduis ici, s’appuie certainement sur des rapports très circonstanciés de ses services et sur des renseignements pris à des sources indiscutables. Le Secrétaire Oriental de la British Agency est en effet le « Centre nerveux » de toute le politique anglaise pour les affaires arabes, au Caire et dans le Moyen-Orient.

11Il corrobore, comme on le verra les conclusions des deux rapports précédents, désigne sans ambiguïté les instigateurs et les complices, et montre toute la portée d’une entreprise mûrement conçue.

  • 5 Sir Ronald STORRS, Orientations, Londres, 1937, p. 144-145.

« Au mois de Juillet, eut lieu un attentat bizarre sur la personne du Khédive. Le Cheikh Abd Al-Aziz Shawish ancien professeur d’Arabe à Oxford, nationaliste égyptien et instrument des Jeunes Turcs, persuada un jeune égyptien névropathe appelé Mazhar, de tirer sur le Khédive, comme Wardani avait tiré sur Boutros, en lui garantissant l’impunité. L’assassinat devait avoir lieu à Constantinople. Dès que Mazhar eut accepté, Shawish en informa le Comité « Union et Progrès », en leur recommandant de dire à leurs agents d’attendre que le meurtre fût commis et ensuite d’expédier l’assassin. Shawish partit pour l’intérieur. Quatre jours après, le Khédive allait comme convenu, rendre visite au Grand Vizir. Comme le carrosse ralentissait devant la Sublime Porte, Mazhar s’approcha et, à trois mètres de distance, tira sur Son Altesse les balles de deux browning, le blessant légèrement à la joue et à la langue. Hilmi Pacha, un aide de la cour, envoyé pour accompagner le Khédive, se recroquevilla dans le carrosse et ne fit aucun effort pour le protéger, tandis que le cocher, au lieu de donner le fouet à ses chevaux, les fit arrêter. Mazhar eut le temps de vider les deux Browning avant d’être abattu. Après une « enquête » de trois jours, le seul rapport émis par la police de Constantinople, disait que Mazhar était devenu déséquilibré à la suite de sa passion désespérée pour une jeune juive. Le but de l’attentat ne fut jamais établi, mais on pense qu’il s’agissait d’éviter que le Khédive pût se mettre à la tête d’une éventuelle confédération arabe qui serait l’ennemie de la Turquie. »5

12(Traduction)

13Ces trois documents expliquent le Conseil que m’avait donné mon ami Munir Pacha, Ambassadeur de Turquie à Paris, mon hôte l’hiver précédent. À Paris, dès notre première rencontre, ayant appris qu’il était dans mes intentions de passer le mois du Ramadan dans la Capitale Ottomane, il insista avec fermeté pour m’en dissuader. Voyant que je ne modifiais pas mon programme, il me déclara nettement qu’un attentat était en préparation à Constantinople contre ma personne.

14Bien entendu, je persistai dans mes vues et le destin se réalisa. Mais Dieu me sauva la vie.

Notes

1 La première guerre mondiale.

2 Le 20 février 1910, Butros Ghali pacha était assassiné par Ibrahim al-Wardani qui entendait punir. Ghali d’avoir par trois fois trahi son pays : ministre des Affaires étrangères, il avait signé le Condominium Anglo-Égyptien sur le Soudan en 1899 ; en 1906, il avait présidé le tribunal de Dinshaway ; et il avait accepté la prolongation de la concession du canal de Suez. Al-Wardani, pharmacien formé en Suisse, faisait partie du Parti national, si bien que d’autres membres du parti furent accusés d’avoir participé au complot. Ils furent cependant libérés faute de preuves et Wardani fut le seul à être condamné à la peine de mort. Cet assassinat donna lieu à une scission entre musulmans et coptes que l’Angleterre ne découragea pas. En 1910, un congrès copte fut tenu à Assiout, suivi de près par un congrès musulman.

3 Mahmud (et non Muhammad) Mazhar était élève de l’académie navale ottomane au moment de l’attentat contre le khédive. Il était le fils d’Ahmad Mazhar Bey le premier juge du tribunal de Bani Suwayf en Haute Egypte. Aussitôt après l’attentat, Mazhar était lui-même tué par la police turque dans ce qui semble avoir été un acte prémédité.

4 Selon Abbas II, l’attentat aurait été commandité par une organisation secrète dirigée par le cheikh Abd al-Aziz Shawish ; elle aurait préparé l’assassinat du khédive et de certains de ses alliés comme le cheikh Ali Yusuf. À la suite de l’assassinat de Butros Ghali par Ibrahim al-Wardani, le cheikh et ses disciples avaient quitté l’Egypte et des avis de recherche avaient été lancés contre eux à Istanbul. Ils rejoignirent le prince Muhammad Saïd Halim et complotèrent contre Abbas II. Ce prince aurait dû succéder à Tawfiq si le khédive Ismaïl n’avait pas obtenu par un firman du Sultan l’établissement du principe de primogéniture dans sa descendance. Halim qui était, à cette époque, le chef du Diwan du Sultan aurait obtenu de Lord Kitchener (qui haïssait Abbas II) la promesse qu’il pourrait monter sur le trône à la place du khédive. Une telle promesse aurait pu encourager le prince à de faire le complice de Shawish. Il aurait donné à ce dernier l’emploi du temps et la position exacte du khédive qui devait se rendre à la Cour le jour de l’attentat. Le fait que le coupable Mahmud Mazhar aît été abattu par la police turque et les détails donnés dans ces Mémoires donne à penser qu’Abbas II était convaincu que l’attentat faisait partie d’un complot auquel Shawish et le prince Muhammad Saïd Halim auraient participé (reproduction photographique du texte non reproduite dans ces pages N.D.L.E.).

5 Sir Ronald STORRS, Orientations, Londres, 1937, p. 144-145.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540