Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Addenda

Texte intégral

Nubar Pacha

1Nubar, originaire de Smyrne où il est né, fut mandé au Caire par Boghos bey, conseiller de Mohamed Ali. Il maniait à la perfection plusieurs langues, surtout le français mais il ne connaissait pas l'arabe. Sous mon règne il avait besoin d'un interprète pour s'expliquer avec les Égyptiens. Il a servi tous les Khédives, depuis Mohamed Ali jusqu'à moi. Sous mon aïeul il devint Pacha et son collaborateur de tous les instants. Depuis Saïd, il rêva d'une Égypte autonome et sous mon règne, en 1894, il espéra en m'apportant le fruit de son expérience, voir l'Égypte libre et indépendante.

2Il était libéral et idéaliste dans le sens le plus noble. Il a aimé l'Égypte tout en gardant une grande tendresse pour ses coreligionnaires arméniens ; il souffrit leurs persécutions. Il se proclamait le protecteur des chrétiens mais sans passion partisane. Il avait un ardent désir de faire le bien pour sa patrie d'adoption, l'Égypte. Il me disait toujours qu'aucun pays ne peut vivre sans une saine justice et un sentiment d'équité envers le peuple chez les hommes responsables de l'État. Il était de la classe des grands hommes d'État. Courageux sans témérité, diplomate sans lâcheté, sa culture et sa finesse dégageaient de lui un charme profond au cours de ses audiences avec moi. Il ne haïssait pas les Anglais, mais les connaissait et ne les aimait pas. Evelyn Baring le détestait et abusa de sa faiblesse pour le circonvenir n'ayant pas réussi à le séduire. Il lui arracha, ainsi qu'à ses collègues de son cabinet ministériel, la création du poste de conseiller anglais au Ministère de l'Intérieur au lieu et place d'un commandement en chef de la police égyptienne sans ma connaissance. L'affaire fut discutée secrètement par les ministres. On m'apporta le projet comme un ultimatum, j'ai dû l'approuver et Nubar le signa.

3Du jour au lendemain, les 14 provinces d'Égypte se trouvèrent placées sous le contrôle des soit-disant inspecteurs anglais du Ministère de l'Intérieur.

4Selon le règlement, ces fonctionnaires devaient passer vingt-cinq nuits du mois en dehors du Caire où ils habitaient. Nos villes de province ne possédant pas d'hôtels, ces inspecteurs malgré leurs frais de déplacements et les indemnités qu'ils percevaient, descendaient forcément chez des notables riches. Au fur et à mesure de leurs séjours dans les provinces ils sympathisèrent avec certains notables qui devinrent, dans les provinces, des personnalités influentes ; et si le gouverneur n'était pas favorisé par les Anglais, ces gens passaient immédiatement à l'opposition contre le gouverneur.

5En fin diplomate et devant son état de santé très précaire, il préféra se retirer définitivement de la politique.

6Il s'est éteint le 14 Janvier 1899.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540