Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre XV. Mes présidents du conseil des ministres

Texte intégral

Moustapha Pacha Fahmi. Tigrane Pacha et Fakhry Pacha sont refusés par Lord Cromer. Riad Pacha. Boutros Pacha Ghali. Mohamed Saïd Pacha. Hussein Rouchdi Pacha. Addenda : Nubar Pacha.

1Le Président du Conseil des Ministres était nommé directement par le Khédive mais, étant en relation directe avec le représentant de la Grande-Bretagne, il sentait qu’en cas d’incident, l’agent britannique pouvait demander la chute de son ministère : il se voyait donc obligé de faire tout son possible pour être bien avec lui.

Moustapha Pacha Fahmi

2En arrivant en Égypte pour monter sur le trône de mon Père et de mes Aïeux, je trouvai le dernier Président du Conseil des Ministres : Moustapha Pacha Fahmi. Je le confirmai dans sa charge.

3Malheureusement, il m’apparut trop dévoué à la « British Agency ». Le vrai Khédive, pour lui, n’était pas moi - Abbas Hilmi II - mais Lord Cromer. J’étais tenu dans l’ignorance des affaires de l’État, mes demandes restaient sans réponse. Je compris que c’était le « Ministre idéal » que désirait Lord Cromer. Je tournai mes regards autour de moi, cherchant dans le cabinet un homme pour le remplacer, et nous mettre en mesure de nous libérer de ce ministère sans âme et dont le Premier n’était Égyptien que par le nom.

  • 1 Le Sinaï avait été inclus au territoire égyptien par le firman de 1841 donné par le Sultan ottoman (...)

4J’espérais que Tigrane Pacha donnerait satisfaction aux Anglais car je le savais, quoiqu’Arménien d’origine, très bon Égyptien. J’avais eu connaissance de sa mission à Londres, à la place de Nubar, en vue de se plaindre de Sir Evelyn Baring. J’ai connu le rôle qu’il joua dans ce que Lord Cromer appelait « l’incident du firman »1 et la manière dont il confondit le représentant de l’Angleterre.

5C’est par un « non possumus » que la « British Agency » répondit à ma suggestion. Tigrane Pacha s’effaça et me conseilla de prendre Fakhri Pacha, réputé pour son patriotisme, l’indépendance de son caractère et sa grande honnêteté.

6Mais Moustapha Fahmi refusa de démissionner et conseilla à mon émissaire de consulter Lord Cromer. À la suite de cette impudence, je lui signifiai sa révocation le 15 Janvier 1893, prétextant l’état précaire de sa santé.

7Malheureusement Fakhri Pacha, qui aurait été le digne Premier, dut aussi s’effacer devant une sorte d’ultimatum de Lord Cromer.

8Tigrane Pacha et Boutros Ghali Pacha résolurent la difficulté avec Lord Cromer. C’est ainsi que j’investis de la Présidence, Riad Pacha.

9Mais Lord Cromer m’infligea plus tard Moustapha Fahmi à la Présidence. Une de ses propositions les plus saugrenues fut de déclarer jour férié le 23 Juin 1897 en l’honneur du soixantième anniversaire de la Reine Victoria. Craignant de créer un précédent et ayant étudié la question avec mes conseillers, je classai le projet « ad vitam aeternam ».

10En réalité, j’avais pitié de mon premier ministre et je le supportai jusqu’au jour où son protecteur, Lord Cromer, fut rappelé par son gouvernement. Celui-ci me fit sa dernière visite fin Avril, pour prendre congé de moi ; et Moustapha Pacha Fahmi après un voyage d’été en Europe, me présenta sa démission en Novembre.

11Lord Cromer servit son pays. Moustapha Fahmi Pacha servit Lord Cromer.

Riad Pacha

12Riad Pacha voulait toujours passer pour un nationaliste et parfois même il en imposait à l’agent anglais. Celui-ci hésitait à le critiquer, ne voulant pour rien au monde le faire passer pour un martyr. Mais pour conserver le poste auquel je le nommai à la place de Moustapha Fahmi Pacha, il n’hésita pas sur l’ordre de Lord Cromer, à m’obliger de signer l’ordre du jour militaire de Fayoum, pour donner satisfaction à Lord Kitchener et à Lord Cromer. Il commit à cette occasion sa première imposture. Il a prétendu que le Marquis de Reverseaux, mon ami et mon soutien politique, avait changé d’attitude à mon égard. Il l’a accusé de m’avoir retiré son appui, en me laissant entre les mains de Lord Cromer, au moment où Wilfrid Scawen Blunt (Anglais), à Londres, me défendait dans la presse anglaise.

13Lors de l’incident de Wadi-Halfa, Riad en venant du Caire à ma rencontre refusa de se faire accompagner par l’habile ministre des Affaires Étrangères Tigrane Pacha. Riyad n’avait pas les qualités d’un ministre. Incapable, il n’a jamais pu créer autour de lui une atmosphère de sympathie ; ignorant toutes les langues européennes, il a toujours gardé un tempérament de vieux turc. Il n’a jamais su éviter les catastrophes ni trouver les remèdes appropriés pour m’épargner leurs conséquences. Mais il a su gagner la sympathie de Lord Cromer, qui me l’imposa une seconde fois, plus tard, comme président. Il avait une phobie pour ce qu’il appelait « les deux plaies d’Égypte », les Français et les Syriens. Il finit par être détesté des Patriotes et des Nationalistes. Son impopularité l’exposa aux sarcasmes de l’homme de la rue. Il était au-dessous de la situation et pourtant je dus le subir selon le bon plaisir de la « British Agency ».

Boutros Pacha Ghali

14Je peux dire que le seul Président du Conseil qui ait travaillé, sans répit pendant tout le temps qu’il était ministre, pour servir son pays on son souverain, est Boutros Pacha Ghali. Son dévouement à la chose publique n’avait d’égal que sa grande intelligence et sa capacité sans bornes dans tous les domaines. C’était un homme universel. Il ne fit qu’une erreur au cours de sa carrière : celle de Denshawai. Son esprit inventif et créateur dans les affaires de l’État égalait sa grande honnêteté. Copte de religion, il était profondément égyptien et diplomate averti. Je l’ai pris en ma compagnie lors d’une visite au Sultan Abd El Hamid. Au Palais de ce calife- sultan, il m’avait étonné par ses capacités de s’adapter aux us et coutumes turcs. On aurait dit un fils du pays. Abd El Hamid, si difficile, subit le charme de cette grande intelligence et lui accorda tout ce qu’il lui avait demandé an faveur de la communauté copte de Jérusalem. Le Sultan voulut lui conférer une haute distinction. Boutros Pacha Ghali suggéra que cet honneur devait revenir à son président de conseil Moustapha Pacha Fahmi car il n’était à ce moment que Ministre des Affaires Étrangères. Le Sultan décora les deux et me dit : « Je souhaite à l’Égypte beaucoup d’hommes de la classe de ce Ministre, et quelques-uns pour la Sublime Porte ». Cet homme fit toute sa carrière dans l’administration et connaissait les aspirations du pays. Il avait un autre avantage. Son père était employé des Palais de la famille Khédiviale. Il eut ainsi l’occasion de fréquenter ces Palais depuis son enfance et il demeura loyal envers la dynastie.

15À la mort tragique de Boutros Pacha, je fus obligé de choisir un président de Conseil des Ministres de tendance nationaliste. Cela nous amena, de concert avec Sir Eldon Gorst, à nommer à ce haut poste, Mohamed Saïd Pacha.

Mohamed Saïd Pacha

16Le représentant de la Grande-Bretagne accepta la nomination de Mohamed Saïd Pacha à la condition suivante : si les nationalistes devenaient plus exigeants et si le Gouvernement anglais voulait freiner ce mouvement par le renvoi du Président je ne m’y opposerais pas.

17Mohamed Said Pacha pratiquait deux politiques différentes, l’une nationaliste, pour satisfaire les aspirations du peuple, et l’autre, personnelle et autocrate. C’est ainsi que le premier Ministre organisa un service de police secrète pour surveiller les parents dont les fils, étudiants en Europe, se montraient trop exaltés. Malheureusement, à la mort de Sir Eldon Gorst, Mohamed Saïd Pacha fut le premier à comprendre que les relations n’étaient plus les mêmes entre le Palais et le représentant britannique. Il commença alors à faire une politique d’intrigues. Plus il sentait diminuer ma confiance, plus il se jetait dans les bras du représentant anglais, Lord Kitchener. Il finit par demander la protection du représentant britannique contre moi. Lord Kitchener voulut le défendre ; mais tous ses efforts demeurèrent vains et Saïd Pacha dut quitter le pouvoir.

18Un jour d’été, à Alexandrie, Hussein Rouchdi Pacha remplaçant Mohamed Said, par intérim, fut avisé téléphoniquement par la douane qu’un étudiant égyptien de l’école militaire turque venait de rentrer de Constantinople avec des valises remplies de tracts contre la personne du Khédive. Hussein Rouchdi Pacha, désirant de toute sa force montrer son zèle, ouvrit personnellement une enquête et ordonna l’arrestation de l’étudiant en demandant au gouvernement Ottoman l’extradition de Abd El Aziz Chaouiche, l’instigateur. Il l’obtint.

19Entre temps, je pris le bateau pour me rendre en Europe et je donnai rendez- vous à Mohamed Saïd Pacha à Trieste. Je le reçus dans un salon de l’hôtel avec son secrétaire Ismaïl Chirine Bey. Je lui donnai toutes les instructions nécessaires concernant l’Egypte et lui racontai l’affaire de cet étudiant. J’attirai son attention sur le fait que Lord Kitchener rentrerait de son congé en Egypte en même temps que lui et que, très probablement, il demanderait la libération immédiate d’Abd El Aziz Chaouiche afin d’amoindrir notre prestige dans le pays. Il est à noter qu’Abd El Aziz Chaouiche était un ennemi de l’Angleterre : le gouvernement anglais avait essayé à maintes reprises de l’arrêter et il n’y avait pas réussi. C’était le moment, ajoutai-je, de montrer sa capacité et son énergie. Comme je l’avais prévu, le lendemain de son arrivée an Égypte, Lord Kitchener demanda à Saïd Pacha la libération immédiate d’Abd El Aziz Chaouiche et Saïd Pacha ne sut rien faire d’autre que de m’en aviser télégraphiquement. Je dus lui répondre qu’il pouvait agir comme il le mentionnait dans sa dépêche.

Hussein Rouchdi Pacha

20Au renvoi de Mohamed Saïd Pacha, je choisis Hussein Rouchdi Pacha pour le remplacer. C’était un des étudiants égyptiens qui avaient reçu une instruction solide à Paris. Il y avait été envoyé à l’âge de huit ans et y resta jusqu’à l’obtention de son doctorat. Malheureusement sa carrière officielle de premier ministre prit fin de la façon la plus tragique. Juriste de grande classe, il connaissait le français à l’égal d’un agrégé parisien. Il craignait que je refuse de lui accorder, pendant mon absence, les pouvoirs de la régence et que je donne ces pouvoirs au Conseil des Ministres, comme j’en avais toujours menacé Mohamed Saïd Pacha. Il me supplia d’accepter toutes les garanties possibles de son dévouement : il prêta serment solennellement sur le Coran devant deux hauts fonctionnaires du Palais et le Cheikh d’El-Azhar, déclarant qu’il ne ferait jamais rien contre mes intérêts et ma volonté. Son attitude malveillante à mon égard apparaît clairement au chapitre consacré aux événements qui ont provoqué ma rupture avec la Grande-Bretagne. Il devint à nouveau Président du Conseil lorsque l’Angleterre promut mon oncle au rang de Sultan.

21Tel est le panorama des Présidents de Conseil des Ministres qui se succédèrent au cours de mes vingt-trois années de règne.

22J’ai usé avec les uns et les autres de patience et quelquefois d’indulgence. Ceux qui ont gouverné avec une armée étrangère occupant leur territoire peuvent juger de mes difficultés. Pourtant, à côté de mes présidents, je suis heureux d’avoir ouvert la voie à des ministres jeunes et intelligents comme Abd El Khalek Sarwat Pacha ou Ismaïl Sidky Pacha qui ont servi leur Patrie, l’Égypte.

Notes

1 Le Sinaï avait été inclus au territoire égyptien par le firman de 1841 donné par le Sultan ottoman à Muhammad Ali pacha. En revanche, il n’était pas compris dans le firman d’investiture de 1892 donné par le Sultan à Abbas II, en raison de plans préparés par la Turquie pour la construction du chemin de fer du Hédjaz. L’Angleterre allait intervenir pour rétablir la souveraineté de l’Égypte sur le Sinaï. En 1906, comme la situation internationale dans Europe devenait plus complexe, la Turquie envoya des troupes occuper Taba qui était située à proximité du port de Aqaba, sous le prétexte que tout le Sinaï faisait partie de son territoire. L’Angleterre ne pouvait accepter une telle situation, étant donnée l’importance vitale du canal de Suez pour ses intérêts impériaux. L’Intelligence britannique s’inquiétait en outre des activités turco-allemandes dans les eaux du Sinaï. Déterminée à mettre fin à cette menace, l’Angleterre adressa à la Turquie un ultimatum exigeant qu’elle se retire de Taba. Dans le même temps, elle envoyait sa flotte dans le Bosphore. La Turquie évacua Taba et reconnut la souveraineté égyptienne sur tout le territoire du Sinaï.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540