Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre XIV. Les fonctionnaires anglais en Égypte

Texte intégral

Les fonctionnaires anglais en Égypte. Le Comité Anglais des Amis de l’Egypte à Londres. Mission d’Ismaïl Abazza Pacha à Londres.

1On peut diviser les fonctionnaires Anglais en Égypte en trois catégories. La première catégorie comprend les Anglais engagés avant l’occupation de 1882. Ces fonctionnaires appartenaient à toutes les administrations. Mais, pour le paiement des dettes, ils étaient sous le contrôle et la direction de commissions mixtes de trois membres, avec comme président, suivant les départements Ministériels, un Égyptien, un Anglais ou un Français. Ils étaient déjà établis dans le pays depuis une dizaine d’années quand survint l’occupation britannique en 1882. Ils ne l’avaient pas cherchée ; ils s’étaient acclimatés en l’Égypte et il est intéressant de remarquer qu’ils ne se sont jamais liés avec les fonctionnaires anglais arrivés par la suite. Tous les fonctionnaires de cette catégorie étaient des hommes d’un certain âge. Ils ne désiraient aucun avancement hors de l’Égypte et n’appartenaient d’ailleurs pas aux cadres du gouvernement britannique.

2La deuxième catégorie de fonctionnaires Anglais en Égypte était constituée par les hommes appelés les premiers à réorganiser l’Administration Égyptienne. Sans aucun doute le choix de ces fonctionnaires avait été fait avec le plus grand soin, vu la difficulté de la tâche. Ils possédaient tous une parfaite connaissance de leur spécialité et en imposaient à la population Égyptienne. Leur activité la plus marquante concerna l’irrigation. Ces travaux étaient confiés à un groupe d’ingénieurs parmi lesquels il est difficile d’en discerner un qui fût plus capable que l’autre. Sir John Scott-Moncrieff qui a choisi lui-même son état-major, était sûrement un homme de valeur ; malheureusement, il a quitté le pays plus rapidement que les autres. Il avait pour collaborateurs le Colonel Ross, le Major Brown, Sir William Willcocks, Sir William Garstin Foster. Il est rare de trouver une équipe semblable. L’organisation actuelle de l’Égypte est due au travail de ce groupe d’ingénieurs. Le Capitaine Lyons, simple officier dans l’armée égyptienne, chargé d’établir le cadastre et d’organiser le service géologique et météorologique de l’Égypte, a prouvé sa haute capacité en fondant une administration qui reste aujourd’hui un modèle du genre. Il a, par la suite, quitté l’Égypte pour occuper une chaire de professeur dans une Université du Nord de l’Angleterre.

3Après cette période, le nombre des fonctionnaires Anglais s’est accru considérablement et l’Égypte a fourni des emplois en quantité inépuisable, aux « fils à papa » et aux individus protégés. Ainsi sommes-nous entrés dans une troisième phase au cours de laquelle les fonctionnaires anglais ne se sont plus donné aucune peine pour apprendre la langue du pays, pour rester avec les fonctionnaires égyptiens et les former. Ils exigeaient, au contraire, de leurs employés une parfaite connaissance de la langue anglaise et tenaient à ce que les documents officiels soient rédigés en anglais et non en arabe.

  • 1 Les Égyptiens étaient particulièrement indignés de voir que les Anglais engageaient un grand nombre (...)

4Cet accroissement du nombre des fonctionnaires anglais à la fin de la mission de Lord Cromer était tel, que les étudiants égyptiens sortis d’Oxford et Cambridge avec des diplômes supérieurs ne trouvaient pas de place dans l’administration et voyaient leurs camarades d’études anglais, qui avaient échoué aux mêmes examens, obtenir des emplois dans leur propre pays et occuper au bout de quelques années un poste élevé. C’était assez remarquable, vu la sévérité du règlement concernant le recrutement des fonctionnaires pour le gouvernement égyptien. Ce règlement exigeait avant tout du fonctionnaire un certificat de langue arabe. On devait, de plus, pour obtenir un poste en Égypte passer devant une commission d’examen composée de fonctionnaires anglais1.

5Or, je crois pouvoir affirmer que cette commission n’a pas envoyé un seul fonctionnaire en Égypte ; car on devait trouver le moyen de contourner le règlement. Celui-ci concernait en effet les fonctionnaires anglais qui devaient débuter au traitement de vingt livres sterling par mois. Tous les garçons anglais qui ne trouvaient aucun emploi dans leur pays mais qui étaient bien protégés, étaient immédiatement nommés en Égypte à un poste hors cadre à dix-neuf livres et demie. Dans le cours de la première année, ils recevaient une augmentation, et quand ils arrivaient à un traitement d’une quarantaine de livres, on rédigeait un rapport disant qu’étant donnée leur connaissance du travail, on les préférait à de nouveaux employés. On les plaçait alors dans les cadres de l’Administration aux appointements qu’ils recevaient jusque-là. De cette façon, les bons élèves anglais qui désiraient venir en Égypte, n’avaient plus aucune chance d’y parvenir, car il ne se produisait jamais de vacance. C’est ainsi que depuis ce temps, le fonctionnaire anglais a perdu son prestige et le mécontentement est devenu général parmi les fonctionnaires égyptiens. Cette situation a contribué au départ des fonctionnaires anglais avec tous les sacrifices financiers que cela comportait pour le Gouvernement égyptien.

  • 2 John Scott était conseilleur juridique au ministère de la Justice. Avant d’arriver en Égypte en 189 (...)

6Mais je ne veux pas terminer ce chapitre sans reconnaître la valeur de certains fonctionnaires anglais honnêtes, dévoués, respectables et qui ont aimé le pays égyptien. Sir John Scott2, Conseiller Juridique qui, sans doute, connaissait très bien le Droit anglais mais peut-être imparfaitement le code Napoléon appliqué en Égypte, a su cependant faire reconnaître sa valeur et se faire respecter par tous les fonctionnaires du Ministère de la Justice. Jamais on n’a pu reprocher quelque chose à cet homme, jamais il ne fit en politique quoi que ce soit qui s’opposât aux intérêts directs de la Justice. Sir John Scott était d’un certain âge, mais il n’avait pas encore atteint l’âge de la retraite quand il partit pour une raison inexplicable : se sentant fatigué, il avait demandé quinze jours ou un mois de congé supplémentaire. Lord Cromer, qui n’aimait pas beaucoup Sir John Scott, signifia à ce dernier qu’il avait à choisir entre donner sa démission ou ne prendre que les trois mois et demi de congé réglementaire. Nous avons ainsi assisté au départ subit d’un homme qui avait su respecter la Loi Égyptienne et qui n’avait jamais accepté qu’une modification y soit apportée pour des raisons de politique ou de parti-pris.

  • 3 Le nom de Lord Cromer était « Evelyn Baring ». Abbas II souligne une fois encore le lien qui exista (...)

7Malheureusement, son successeur faisait partie de la troisième catégorie de fonctionnaires mentionnée ci-dessus. C’était un jeune garçon, instruit, connaissant la loi française, ayant étudié en France, avocat en Angleterre dans la Maison Baring Co.3, qui l’avait recommandé à Lord Cromer ; par conséquent entièrement à la disposition de celui-ci. C’est depuis ce temps que le Code Égyptien tiré du Code Napoléon a été tellement bouleversé qu’il n’a plus que des rapports lointains avec le système codifié d’origine.

8Un autre homme, d’une grande valeur et d’une extrême respectabilité, était le fils aîné de l’Amiral Morris Pacha, Georges Morris bey, ancien fonctionnaire du Parquet, devenu chef de la Sûreté, qui dirigea cette Administration pendant une vingtaine d’années avec une telle droiture qu’un égyptien même n’aurait pu mieux faire. Chitty bey, directeur général des Douanes, puis Conseiller du Ministre de l’Intérieur, est lui aussi un homme que les Égyptiens n’oublieront pas. En effet, le Ministère de l’Intérieur rassemblait une foule de fonctionnaires anglais, bien que toutes les tâches de ce Ministère fussent purement indigènes. Or, c’est grâce à Chitty bey, soutenu par Sir Eldon Gorst, qu’un nettoyage complet a pu être opéré et que les fonctionnaires égyptiens purent enfin avoir les mains libres pour satisfaire le peuple.

9Je veux citer encore M. Bond qui occupa le poste de Vice-Président de la Cour d’Appel du Tribunal Indigène pendant trente ans. M. Bond connaissait à fond la langue arabe grammaticale et littéraire. Il a su se faire respecter par le barreau et par tous les juges ses collègues - résultat notable : en ce temps, la Cour d’Appel était composée de juges indigènes qui, après être sortis parmi les premiers des Universités françaises, avaient été formés à leur rentrée en Égypte par le Procureur Général des Tribunaux Indigènes, Mr. Logrel, sujet belge. Aussi la Cour d’Appel était-elle composée d’une équipe de juges remarquables dont le Conseiller Juridique Anglais devait toujours apprécier les qualités professionnelles.

10Je tiens enfin à mentionner le nom d’un ami qui apporta un concours précieux à la politique égyptienne : M. Benjamin Mosely. Muni d’une instruction supérieure, il accepta un poste de juge dans nos tribunaux. Mais il n’a jamais pu comprendre qu’il fallait être un fonctionnaire humble et soumis avant d’être un juge intègre. Aussi a-t-il dû donner sa démission. Ayant une fortune personnelle suffisante, il résolut de rester dans le pays et de défendre la cause du peuple égyptien. Ce qu’il fit jusqu’à son dernier jour. Il est malheureusement mort jeune pendant la Grande Guerre. Je ne veux pas en dire davantage, car on croirait que je veux le flatter, mais il faut, pour être juste mentionner son rôle avec Mr. Robertson, ce que je ferai par la suite.

  • 4 Douglas Dunlop était conseiller auprès du ministère de l’Instruction. Il fut très critiqué, au poin (...)
  • 5 Sur ce point, le khédive exprime les sentiments de tous les Égyptiens qui, à quelque niveau que ce (...)

11Par contre, dans l’histoire des fonctionnaires anglais en Égypte, il est un épisode navrant que je tiens à relater : C’est le choix de M. Dunlop4 comme Conseiller de l’Instruction Publique, poste qu’il occupa pendant une vingtaine d’années. Je considère M. Dunlop comme le seul responsable de toutes les déficiences de l’enseignement en Égypte, à tous les degrés5.

  • 6 On a toujours dédouané les actes de Lord Cromer de toute forme de « népotisme ». Les Mémoires d’Abb (...)

12Il était protégé par Lord Cromer, dont il était le partenaire au tennis6. Étant simple professeur d’école de village en Angleterre, il ne pouvait et ne voulait jamais engager un professeur anglais mieux placé que lui, car il n’aurait pu alors se maintenir à son poste.

  • 7 Les fonctionnaires britanniques utilisèrent ce genre de méthodes dans d’autres secteurs de l’enseig (...)

13Aucun des professeurs anglais de nos écoles n’avait le diplôme exigé normalement par leur fonction. C’est ainsi que deux professeurs d’Université française, MM. Testout et Lambert, qui dirigeaient l’École de Droit ont été remplacés par un Directeur Anglais M. Hill qui ne possédait aucun diplôme. Il n’obtint son certificat qu’un an après sa nomination comme Directeur de l’École de Droit, en allant passer son diplôme à Aix-en-Provence en France, à l’occasion d’un congé. On devine l’effet qu’un cas semblable produit sur des élèves7.

14On pourrait encore parler d’une quatrième catégorie de fonctionnaires ; catégorie sans importance et qui, en réalité, n’était pas composée par des sujets anglais, mais de Levantins, qui avaient fait partie des services britanniques en Orient. On pensait en faire des fonctionnaires subalternes. Mais les fonctionnaires Égyptiens ont combattu cette politique de recrutement. Aussi cette catégorie a-t-elle fini par disparaître au bout de dix à quinze ans.

15Je n’ai pas parlé des officiers britanniques au service de l’armée égyptienne, car le cadre qui a été créé dès le début n’a presque jamais été modifié. On s’est toujours contenté de maintenir le statu quo. La seule critique qu’on puisse faire à leur sujet c’est que, pendant trente-deux années, de 1882 à 1914, aucun officier égyptien n’a pu occuper un poste quelconque qui le place au-dessus d’un officier britannique ou lui donne un commandement indépendant. Aussi les officiers égyptiens n’ont-ils jamais été nommés à un grade élevé. On peut en dire autant des officiers de Police, de Gendarmerie et des services de Gardes-Côtes.

16J’ai cité ces faits sans rien exagérer et sans aucun parti pris et je tiens à terminer en disant hautement que j’ai beaucoup apprécié certains fonctionnaires anglais en qui j’avais pleinement confiance, dont j’ai toujours reconnu la valeur et qui ont rendu de grands services à l’Égypte.

Comité Anglais à Londres pour l’Égypte

17Après 1904, perdant l’appui des Français et restant seul en face de l’Angleterre, je fus obligé de chercher le moyen de former un groupe à Londres qui appuierait ma lutte contre l’ingérence des représentants en Égypte de Sa Majesté Britannique.

  • 8 Né en 1859 à Burdin (Sharqiyya), dans une famille de notables (ayan), Ismaïl Abaza pacha part en Eu (...)
  • 9 L’un des griefs qu’adressait Mustafa Kamil au cheikh Ali Yusuf était la bonne volonté dont il faisa (...)

18Je trouvai un avocat de Londres venu en Égypte pour être nommé juge aux Tribunaux indigènes. Aussitôt nommé et arrivé dans le pays, il s’était mis à apprendre la langue arabe avec un étudiant égyptien, puis commença à fréquenter les cafés pour bien pénétrer la mentalité du peuple et se rendre compte des délits et des crimes qui pouvaient être soumis à sa juridiction. Lord Cromer considéra que ce juge ne savait pas sauvegarder la dignité britannique, et lui fit des observations sévères, comme il avait l’habitude d’en faire aux fonctionnaires anglais ; cette fois, il avait à faire à un juge qui avait épousé une femme riche et n’avait nullement besoin des appointements qu’il touchait. Il se décida à donner sa démission et à s’établir définitivement au Caire. Il fut la cheville ouvrière de notre action en Angleterre. C’est le juge Benjamin Mosely, que j’ai nommé en parlant des fonctionnaires anglais en Égypte. Il avait des amis dans le barreau de Londres, et connaissait à fond les lois anglaises et la manière de toucher le peuple. Il groupa autour de lui les personnalités parlementaires anglaises qui s’intéressaient à la question égyptienne. Un Parlementaire en vue, tout en acceptant volontiers de donner son appui, ne crut pas pouvoir participer à ces travaux, car il avait deux fils au ministère des Colonies. Monsieur Mosely finit par trouver l’honorable J. M. Robertson qui y consacra son activité ardente et son dévouement indescriptible. Ces deux hommes réussirent amplement à nous trouver l’appui désiré à Londres. Cheikh Ali Youssef et Ismaïl Abazza Pacha8 collaborèrent efficacement et intelligemment avec eux. Les principes de Moustapha Kamel Pacha lui défendaient malheureusement de collaborer avec un Anglais, quel qu’il soit, quoiqu’il fût convaincu de l’utilité de ce travail9. Il refusa de se joindre à leur labeur. Monsieur Robertson commença à poser des questions au Parlement et à interpeller le Ministre des Affaires Étrangères, Sir Edward Grey. Ses questions, sans importance réelle, portaient par exemple, sur l’organisation des œuvres de charité, la protection des animaux, l’alcoolisme. Sir Grey convaincu de l’honorabilité et de la sincérité de M. Robertson, son ami personnel et politique, lui proposa alors des entretiens en particulier et ils abordèrent les affaires sérieuses.

19Sir Grey a bien compris que notre désir était de lui faire savoir la pure vérité et de lui faire entendre les deux sons de cloche. C’est ainsi que lorsque nous apprîmes le remplacement de Sir Eldon Gorst par Lord Kitchener, Mr. Robertson se rendit auprès de Sir Grey pour lui demander la raison de cette nomination. Sir Edward Grey l’assura qu’on l’avait nommé à ce poste parce qu’on n’avait pas d’autre place à lui donner. En 1914, Sir Edward Grey montra à Mr. Robertson un rapport contre moi qu’il venait de recevoir d’Égypte, en lui disant : « Lisez ce rapport qui n’est pas fait par Kitchener ennemi du Khédive, mais par une personne qui est l’ennemi de Kitchener. » À ce moment, je cherchai l’auteur de ce rapport et je le trouvai par hasard. C’était un Conseiller Anglais au Ministère de l’Intérieur, fonctionnaire détaché du Foreign-Office et jusqu’ici en désaccord avec Lord Kitchener. Ils venaient de se réconcilier sur mon dos.

20N’oublions pas avant de finir, de mentionner que nous avions à Londres un Égyptien qui nous a été d’une grande utilité et qui collabora étroitement avec nos amis britanniques. Il habitait l’Angleterre depuis plus de quarante ans et connaissait bien les Anglais. Il s’appelait Kiriakos Mikhail ; un de ses secrétaires anglais était même parvenu à se faire élire au Parlement et soutint utilement notre action.

La Mission d’Ismaïl Abazza Pacha à Londres

21L’année 1908 vit l’épanouissement du mouvement national en Égypte. Au Conseil Législatif, un mouvement profond se dessina, interprète fidèle des sentiments du peuple.

  • 10 Né en 1840 dans une famille de riches marchands originaire d’Alexandrie, Ahmad Yahya pacha, lui-mêm (...)
  • 11 Abbas II fait allusion à la Constitution de 1913 qui fut mise en place après l’élection du nouveau (...)

22Des parlementaires tels que : Hassan Abd El Razek Pacha, Mahmoud Soleiman Pacha, Ismaïl Abazza Pacha, Ahmad Yehia Pacha10, Ali Chaarawi Pacha, et d’autres avec eux, demandèrent, de la tribune de la chambre, qu’une constitution fût accordée au pays, en harmonie avec son évolution. Cela me fit plaisir11. Aussi, pour faciliter sa mission à Sir Eldon Gorst, décidai-je d’envoyer à Londres Ismaïl Abazza Pacha, avec quelques-uns de ses collègues, pour prévenir notre comité de Londres, et informer Sir Edward Grey de nos revendications. Je priai l’Agent Britannique de recommander Ismaïl Abazza Pacha au Foreign-Office, comme intermédiaire de notre politique de mutuelle collaboration. Un Comité se constitua donc avec : Mohamed Chereï Bey, El Sayed Hussein El Kassabi, Abdel Latif El Soufani bey, Mohamed Osman Abazza Bey, et Nached Hanna Bey, sous la présidence d’Ismaïl Abazza Pacha. Ce Comité se rendit à Londres en été, pendant mon séjour en Europe. Les délégués Égyptiens reçurent un accueil chaleureux des représentants de la Chambre des Communes et de Sir Edward Grey.

23Ismaïl Abazza Pacha et ses collègues, représentants de l’Assemblée Générale et des Conseils Provinciaux d’Égypte, arrivèrent à Londres le lundi 20 juillet. Le 22 juillet, M. Fox Bourne leur offrit un déjeuner au Club Libéral National, afin de pouvoir les présenter à plusieurs membres du Parlement et à d’autres personnalités. À cette occasion, Son Excellence était accompagnée par Mohamed El Chereï Pacha, El Sayed Hussein El Kassaby, Abdel Latif Bey El Soufani, Nashed Bey Hanna, Mahmoud Salem Bey et Mohamed Osman Abazza Bey, ainsi que par d’autres Égyptiens, parmi lesquels le Dr. Bahgat Wahby, l’éminent Chirurgien de l’Hôpital St. George à Londres. Au nombre de ceux qui s’étaient réunis pour les recevoir étaient : Robertson M.P., Rutherford M.P., Mackarness M.P., Greenwood M.P., Hart Davies M.P., Swift Macneill M.P., J.G. Weir M.P., le Professeur E.G. Browne de l’Université de Cambridge, H.N. Brailsford, H.W. Nevinson, le Dr Ameer Ali, orientaliste renommé et chef reconnu de la colonie musulmane en Angleterre, de même que Mirza Agha Isphahini, membre éminent de la dernière Duma Perse, récemment arrivé en Grande-Bretagne.

24Plusieurs membres du Parlement qui avaient promis d’assister à la réception, se trouvèrent à la dernière minute retenus par leurs devoirs parlementaires.

25Après le déjeuner, M. Fox Bourne présenta ses hôtes en quelques mots, et M. J.M. Robertson, en portant un toast à la santé « des amis Égyptiens », dit que l’occasion était fort simple.

  • 12 L’incident de Dinshaway.

« Six gentlemen Égyptiens, quatre d’entre eux membres de l’Assemblée Générale, les autres des Conseils provinciaux, visitent Londres afin de conférer avec des hommes politiques anglais qui leur sont favorables ; et M. Fox Bourne nous a réunis aujourd’hui pour que, de notre côté, nous puissions leur montrer notre sympathie, ainsi que les besoins et les aspirations de notre peuple. Tous ceux que se trouvent ici sont, je pense, convaincus que de fréquents contacts entre les peuples sont par dessus tout nécessaires dans les relations internationales. Et nous souhaitons atteindre plus complètement cette fin en ce qui concerne l’Égypte et notre propre pays. Quelques-uns d’entre vous sont plus familiers que moi avec les affaires d’Égypte, et depuis plus longtemps. C’est un triste épisode de l’année 190612 qui m’appela à fixer sur elles toute mon attention ; je crois que ce fut le cas pour un grand nombre d’Anglais. Depuis lors, j’ai fait ce que j’ai pu pour comprendre les besoins et les revendications du peuple égyptien, et je crois qu’il ne nous manque, pour amener de grands progrès, qu’une connaissance mutuelle plus exacte et plus complète. Il ne serait pas opportun de discuter ici en détail la situation politique en Égypte. Nous en aurons l’occasion demain, au moment où nous espérons mettre nos amis Égyptiens en mesure de rencontrer, à la Chambre des Communes, des Parlementaires qui s’intéressent à la question d’Égypte. Notre dessein n’est aujourd’hui que d’exprimer à nos amis la sympathie que nous éprouvons pour leurs idéaux et leurs aspirations. Ils ont toujours appartenu au parti de ceux qui veulent accomplir en Égypte des réformes modérées et raisonnables, et sont, à ce titre, prêts à travailler en harmonie avec les hommes d’État anglais, à la seule condition qu’un progrès soit fait vers cette autonomie dont nos hommes d’État ont toujours promis qu’elle était le but et la fin de l’occupation britannique en Égypte. Nous partageons cordialement cette doctrine. Chacun de nous, s’il était Égyptien, désirerait acquérir pour son pays une entière autonomie. Nous sommes forcés d’accorder notre sympathie et notre collaboration aux Égyptiens qui chérissent pour eux- mêmes une si honorable et si légitime aspiration. »

26À l’appui de ce toast, une autre allocution, que les délégués égyptiens accueillirent avec de vifs applaudissements, fut prononcée en arabe par le Professeur Browne ; ses observations furent complétées en langue perse par Mirza Agha Isphahini, dont les paroles de sympathie furent chaudement reçues par ses hôtes. Ismaïl Abazza Pacha répondit au toast dans les termes suivants :

« Messieurs, permettez-moi de remercier notre ami Mr. Fox Bourne et le Comité Egyptien de nous avoir aimablement invités à ce déjeuner - de remercier aussi Mr. Fox Bourne, grand ami de l’Égypte, pour ses bienveillantes paroles. Quelle que soit la simplicité de la réunion, le profit que nous en tirons n’en est pas moins, comme il l’a dit, considérable, puisque nous avons le plaisir de nouer avec vous des relations que nous espérons étendre dans l’avenir.
Merci d’avoir pris la peine de venir entendre nos idées et nous montrer votre sympathie. Voici plus de 25 ans que le Gouvernement Britannique contrôle les affaires d’Égypte. Nous ne sommes pas aujourd’hui à même de discuter les résultats de ce contrôle ; nous espérons qu’un grand nombre de Membres du Parlement nous fera l’honneur d’assister à la réunion fixée à jeudi après-midi : à cette occasion, nous confronterons notre façon de voir, et nous espérons obtenir leur sympathie pour les besoins et les aspirations de notre pays.
Aujourd’hui, nous ne souhaitons dire que quelques mots. Au cours des 25 dernières années, le nombre des employés britanniques au service du Gouvernement Égyptien n’a cessé d’augmenter. Mais la compréhension entre les deux nations a été rendue plus difficile et le danger qu’il se crée entre elles des malentendus s’est ainsi accru. Malheureusement, les deux races n’ont pas appris à se connaître en se rendant visite. Chacune est demeurée ignorante du caractère et de la langue de l’autre.
Cette situation aurait pu avoir des conséquences fâcheuses, si quelques-uns de nos journaux et quelques-uns des vôtres, n’avaient commencé de jeter les fondements d’une compréhension plus profonde, la presse au moyen d’articles, les membres du Parlement par leurs visites, qui ont tendu à améliorer nos relations. Ce mouvement ne fait que s’esquisser et bien des obstacles se sont dressés sur sa route. Mais il a déjà eu d’heureux résultats.
M. Robertson a été un des premiers à servir à la fois son pays et le nôtre de cette manière. Et c’est à l’incessant labeur de M. Robertson et de ceux qui le soutiennent ici, avec la collaboration de nos amis d’Égypte, que nous devons le caractère encourageant qu’ont pris ces relations. Il nous a semblé qu’il était de notre devoir de venir visiter votre capitale, et nous croyons que ce n’est qu’un premier pas, qui sera suivi de bien d’autres. Il nous paraît, Messieurs, qu’il n’est nullement besoin d’insister auprès de vous sur le fait qu’il y va de l’intérêt de nos deux nations d’éviter tout malentendu et tout ressentiment entre elles. »

27La réception prit fin sur quelques remarques cordiales émises, au cours d’une conversation familière, par le membre du Parlement Mac Karneff. Voici le texte original en anglais de ces discours :

« Ismaïl Abazza Pacha and his fellows, representatives of the Assemblée Générale and Conseils Provinciaux in Egypt, arrived in London on Monday July 30th. They were entertained by M. Fox Bourne at the National Libéral Club at Luncheon on July 22nd in order that they might be introduced to several members of Parliament and others. On this occasion His Excellency was accompanied by Mohamed El Sherai Pacha, El Said Hussein El Kesseb Abd El Latif Bey El Soufani, Nashed Bay Hanna, Mahmoud Salem Bey, and Mohamed Osman Abazza Bey, together with other Egyptians including Dr. Bahgat Wahby, the eminent House Surgeon of St. George’s hospital London. Among those assembled to meet were: Robertson M.P., Rutherford M.P., Mackerness M.P., Greenwood M.P., Hart Davies M.P., Swift Macneill M.P., J.G. Weir M.P., Professor E.G. Browne of Cambridge, H.N. Brailaford, H.W. Nevinson, Dr. Ameer Ali, a retired Indian Judge, and a well-known Orientalist, who is a recognized leader of the Moslem community in England ; also Mirza Agha Isphanani, a prominent member of the late Persian Duma, who has lately arrived in England.
Several Members of Parliament who had promised to attend were prevented at the last moment by their Parliamentary duties.
After the lunch a few introductory remarks were made by Mr. Fox Bourne, and the health of the guests was proposed by Mr. J.M. RobertsonM.P., in the following speech :

Discours de M. Robertson M.P.

M. Robertson, in proposing the toast of the health of ‘our Egyptian friends’ said the occasion was a very simple one. Six Egyptian gentlemen, four of them members of the Assemblée Générale, and the others members of the Conseils Provinciaux Locaux, are visiting London for the purpose of conferring with friendly politicians here; and M. Fox Bourne has brought us together today in order that we on our side may show them our sympathy with the needs and aspirations of our people. All here, I think, are convinced that what is above all things needed in international relations is abundant intercourse among peoples; and it is our wish to attain this in a fuller degree as regards Egypt and our own country. Some of you here have had an older and fuller connection with Egyptian affairs than I. My own attention was first closely fastened upon them by a painful episode in the year 1906; and I believe this was the case with a great many other people in England. Since then, I have done what I could to understand the needs and the claims of the Egyptian people; and I am more convinced that all that is needed to bring about a great improvement is a closer and fuller mutual knowledge. This is not the occasion on which to discuss in detail the Egyptian political situation. An opportunity for that will be given tomorrow, when we hope to enable our Egyptian friends to meet, at the House of Commons, Members interested in the Egyptian question. Our object today is simply to express to our friends our sympathy with their ideals and aspirations. They have always been among the party of temperate and reasonable reform in Egypt, and as such are ready to work in harmony with English statesmen, provided only that progress is being made in the direction of that self government which has ail along been promised by our statesmen at the end of the British occupation in Egypt. In that doctrine, we cordially concur. Every one of us, were he an Egyptian, would desire the attainment of complete self-government for his country; and we are bound to give our sympathy and cooperation to Egyptians who cherish for themselves so honorable and legitimate an aspiration ».
In support of this toast a short address, which was received with great applause by Egyptian delegates, was delivered by Professor Browne in Arabic; and his remarks were supplemented by Mirza Agha Isphahani, speaking in Persian whose words of sympathy were heartily welcomed by the guests
.

Discours d’Ismaïl Abazza Pacha.

« Gentlemen, allow me to thank our friend, M. Fox Bourne, and the Egyptian Committee, for their kindness in inviting us to this luncheon and our friend M. Robertson, Egypt’s great friend, for his kind words. Simple as the occasion is, as he says, y et the benefit we gain from it, is great, as we have the pleasure of making your acquaintance, and we hope to extend this in the future.
We thank you for taking the trouble to come and hear our ideas and to show your sympathy. The British Government has had control over the affairs of Egypt for over 25 years. Today we are not in a position to discuss the results; we hope to have the honor of the presence of a number of Members of Parliament at the meeting which is fixed for Thursday afternoon; and on that occasion, we shall see forth our views, and hope to have their sympathy for the needs and aspirations of our country.
Today, we wish to say just a few words. In the past 25 years, the number of British employees in the service of the Egyptian Government has continually increased. But the degree of interchange of opinion between the two nations has been in the opposite direction, and the risk of misunderstanding between the two, has thus increased. There has been, unfortunately, no visiting acquaintance between the two races. Each has been ignorant of the character and language of the other. This might have had results, had it not been that some of our journals and some of yours began to lay the foundation of a better understanding, the press by articles, and the Members of Parliament by visits, which tended to improve the relations on both sides. This movement is only in its first stages, and there have been many obstacles in the way; but it has already had good results.
M. Robertson was one of the first to serve both his country and ours in this way; and we owe it to the continuous work of M. Robertson and those who support him here, with the cooperation of our friends in Egypt, that these relations are so hopeful. We felt it our duty to pay this visit to your Capital; and we believe this is only a first step which will be following by many others.
Gentlemen, we believe that there is no need whatever to impress upon you that it is for the good of the two nations to have no misunderstanding or ill-feeling between them.
The proceeding closed with a few cordial remarks from Mac Karneff, M.P. informal conversation.

28L’ami constant de l’Égypte qui créa le Comité de Londres, Monsieur Benjamin Mosely, ancien Juge au Caire, m’écrivit la lettre suivante, sur la mission d’Abazza Pacha, que je reproduis ici ci-contre.

29Hôtel Monnet, Vevey (Suisse)

3026 Juillet 1908

31Plaise à Votre Altesse,

32J’ai l’honneur de soumettre très humblement les papiers ci-joints, qui montrent ce qui se fait à Londres, et de vous informer que la réunion à la Chambre des Communes, jeudi, a été un succès. Les visiteurs Égyptiens doivent voir Sir Edward Grey demain à six heures du soir, et à ce moment-là présenteront une déclaration dans la préparation de laquelle ils ont été aidés par Mr. Robertson et Mr. Fox Bourne. Le débat de politique étrangère aux Communes est fixé à huit heures le même soir. Mr. Robertson espère y parler sur l’Égypte. Le banquet offert par Abazza Pacha suivra, et les délégués doivent quitter Londres jeudi. Avant leur départ ils ont l’intention de lancer un manifeste.

33J’ai l’honneur de rester

34De Votre Altesse le très obéissant et dévoué serviteur.

35B.L. Mosely

36Quelques jours avant je reçus aussi de lui la lettre qui suit :

37Hôtel Monnet, Vevey (Suisse)

38le 20 Juillet 1908

39Plaise à Votre Altesse,

40Je soumets très humblement la copie d’une lettre que je viens de recevoir de Mr. Hall Caine, et qui montre les progrès de son livre. J’aurais mieux aimé ne citer que la partie qui a trait à son travail, mais j’ai pensé que Votre Altesse aimerait peut-être savoir en quels termes nous sommes. Je lui envoie par le même courrier un exemplaire du « Nineteenth Century. » L’article de Mr. Fox Bourne, « Le Danger en Égypte », m’a été envoyé pour correction. Pour certains détails, il exigeait des modifications considérables.

41J’espère vivement que ce mauvais temps ne gêne nullement la cure de Votre Altesse.

42J’ai l’honneur de rester de Votre Altesse le très obéissant et dévoué serviteur.

43B.L. Mosely

Notes

1 Les Égyptiens étaient particulièrement indignés de voir que les Anglais engageaient un grand nombre d’étrangers pour administrer le pays. Les Anglais non seulement se réservaient les meilleurs postes, mais ils donnaient également ceux qui étaient les plus « sensibles » sur le plan politique à des étrangers qui le plus souvent étaient Syriens ou Arméniens (ils occupaient un tiers des postes de haut niveau en 1922). En outre, ces fonctionnaires en puissance n’étaient pas nécessairement mieux qualifiés que leurs confrères égyptiens, la plupart d’entre eux, même, ne l’étaient pas. Leur traitement était très élevé et assorti d’avantages sociaux. Ces postes étaient obtenus par relations familiales ou par recommandation au niveau exécutif comme ces Mémoires en témoignent. Il en allait de même pour les propriétaires étrangers de sociétés privées en Égypte qui employaient rarement les autochtones et préféraient engager des étrangers comme eux.

2 John Scott était conseilleur juridique au ministère de la Justice. Avant d’arriver en Égypte en 1890, il avait été juge au Tribunal de haute instance de Bombay. Il fut choisi par Lord Cromer pour ce poste et plus tard reçut le titre honorifique de chevalier en remerciement de ses services.

3 Le nom de Lord Cromer était « Evelyn Baring ». Abbas II souligne une fois encore le lien qui existait entre certains officiers coloniaux et les entreprises professionnelles dont ils étaient responsables dans le privé.

4 Douglas Dunlop était conseiller auprès du ministère de l’Instruction. Il fut très critiqué, au point d’être tenu pour le « destructeur de l’enseignement égyptien » par les nationalistes égyptiens et les membres du corps enseignant. Lord Cromer, qui le considérait comme l’un des officiers coloniaux les plus efficaces, se souvient de lui en ces termes : « Il se trouve peu de représentants britanniques qui aient été aussi sévèrement critiqués que le Dr Dunlop. Je ne doute pas cependant que, le temps aidant, le public en général lui rendra justice, comme je le fais aujourd’hui, pour dire qu’il s’est trouvé peu de fonctionnaires supérieurs au sein du gouvernement égyptien qui aient eu la valeur du Dr. Dunlop pour promouvoir les vrais intérêts et le bien-être du peuple égyptien. »

5 Sur ce point, le khédive exprime les sentiments de tous les Égyptiens qui, à quelque niveau que ce soit, firent partie du ministère de l’Instruction. Les Mémoires de ceux qui furent directeurs du ministère, comme Saad Zaghlul, présentent avec preuves à l’appui combien les méthodes de Dunlop furent intentionnellement néfastes pour ce ministère.

6 On a toujours dédouané les actes de Lord Cromer de toute forme de « népotisme ». Les Mémoires d’Abbas II le peignent au contraire comme un homme qui appuyait sa politique sur ses réseaux personnels et professionnels.

7 Les fonctionnaires britanniques utilisèrent ce genre de méthodes dans d’autres secteurs de l’enseignement. En 1891, par exemple, ils firent une intrusion brutale dans l’administration de l’école de Médecine de Qasr al-Ayni en renvoyant tout le personnel - composé presque exclusivement de médecins Égyptiens formés en Europe -, pour le remplacer par des médecins britanniques. Des mesures ayant été prises, à la fin du cycle d’études, pour réduire le nombre de diplômés, les Anglais accueillirent en Égypte des médecins étrangers désireux de s’y établir, autorisant l’exercice de la médecine même à des gens qui, dans leur pays, se l’était vu interdire pour avoir commis des actes criminels.

8 Né en 1859 à Burdin (Sharqiyya), dans une famille de notables (ayan), Ismaïl Abaza pacha part en Europe à l’âge de dix-sept ans pour faire ses études. À son retour, il est nommé juge au tribunal de Zagazig. En 1895, il représente sa province au Conseil législatif. En 1908, il fait partie de la délégation égyptienne chargée de négiocier avec Edward Grey la réforme de l’administration britannique en Égypte. Le compte rendu de ses rencontres avec les dirigeants politiques britanniques fut largement publié dans la presse égyptienne et anglaise. Il est également le fondateur d’un journal, al-Ahali.

9 L’un des griefs qu’adressait Mustafa Kamil au cheikh Ali Yusuf était la bonne volonté dont il faisait preuve envers les Anglais. Le khédive Abbas II justifie les actions du cheikh et tente de réfuter l’accusation de « collaboration » que Kamil et d’autres nationalistes portaient contre le cheikh.

10 Né en 1840 dans une famille de riches marchands originaire d’Alexandrie, Ahmad Yahya pacha, lui-même gros propriétaire et promoteur immobilier, était un philanthrope qui fit partie de la municipalité d’Alexandrie.

11 Abbas II fait allusion à la Constitution de 1913 qui fut mise en place après l’élection du nouveau Conseil législatif en 1912. Pour être élu au Conseil, il fallait remplir deux conditions, celle de l’âge et celle du statut social : seuls les propriétaires fonciers pouvaient en faire partie.

12 L’incident de Dinshaway.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr