Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre XII. Sir Eldon Gorst

Texte intégral

Son caractère. Famille. Carrière au Foreign-Office. Carrière administrative en Egypte. Ministre plénipotentiaire. Mariage. Mort. Action bénéfique en Egypte. Les Égyptiens ne l’ont pas apprécié à sa juste valeur.

1C’est tout au début de sa carrière politique que Sir Eldon Gorst est arrivé en Égypte où il avait été nommé Sous-Secrétaire d’État au Ministère des Finances. Tout le monde s’étonna qu’un homme aussi jeune ait pu être désigné pour occuper une fonction aussi importante. Sa formation de diplomate marquera toute son activité en Égypte. Sir Eldon Gorst était toujours d’humeur agréable, accueillant aussi bien pour les Égyptiens que pour les étrangers. De caractère libéral, il aimait également fréquenter la Société européenne et la Société anglaise. Il a toujours fait preuve de goûts artistiques, il savait apprécier la musique et le théâtre et dans un salon, il évoluait avec autant d’aisance qu’un parisien.

2Son père, Sir John Gorst, qui s’était occupé de la politique intérieure britannique, venait souvent en Égypte passer les saisons d’hiver. Ministre de l’Instruction Publique en Angleterre, il s’intéressait aux problèmes d’enseignement en Égypte. Ignorant la langue arabe, il ne pouvait naturellement pas se faire une opinion sur les programmes, mais il se renseignait sur toutes les autres questions, en particulier sur les conditions d’hygiène et d’organisation administrative de nos écoles. Sir Eldon Gorst avait trois sœurs, dont deux étaient mariées à des fonctionnaires anglais en Égypte. La troisième, célibataire, vivait avec lui. Ainsi, sa famille était-elle souvent groupée autour de lui en Égypte pour la saison d’hiver.

3Il fut nommé Conseiller au Ministère de l’Intérieur qu’il commença d’organiser, puis enfin représentant de Sa Majesté britannique en Égypte. Quand il accéda à ce poste, je le connaissais donc depuis des années. En travaillant avec lui, j’avais pu apprécier sa parfaite droiture, la logique de ses jugements et son entière impartialité. Aussi nous sommes-nous tout de suite compris et une confiance réciproque préside toujours à nos rapports. [Annexe à ce chapitre : lettres au Khédive.]

4C’est grâce à lui que je fus reçu à Londres par le Ministre des Affaires Étrangères, Sir Edouard Grey. Au cours de cette entrevue, une parfaite franchise régna entre le Ministre, le Représentant de Sa Majesté en Égypte et moi-même.

  • 1 Constitution.

5Je puis affirmer en toute sincérité, que cette période malheureusement trop courte, pendant laquelle nous avons travaillé ensemble, a été la meilleure que l’Égypte ait traversée. Sir Eldon Gorst s’efforça toujours de donner satisfaction aux désirs de la population. À cette époque, à chaque réunion publique, on entendait le mot de « Dastour »1. Sir Eldon Gorst chercha le moyen de faire droit à cette revendication et il eut l’idée géniale de créer des Conseils de Province. Pour la première fois, depuis le début de l’occupation, l’Égypte jouissait d’un organisme purement national, autorisé à prélever une taxe et doté d’un budget autonome. C’était un progrès considérable et les Égyptiens, s’ils en avaient tiré parti, auraient pu finalement obtenir le « Dastour » et montrer aux Anglais qu’ils étaient capables d’administrer leur pays. [Dans un interview reconnu exact par Sir Grey devant la Chambre des Communes, le 24 Octobre 1908, le Dr Niml, Directeur du Mokattam, s’adressant à Sir Eldon Gorst, lui dit : « Le bruit a couru que la Grande-Bretagne se proposait sous peu de proclamer son protectorat sur l’Égypte ou d’annexer l’Égypte à l’Empire. Me permettez-vous de vous demander si cette rumeur est ou non sans fondement ? » Sir Eldon Gorst répondit : « Ce bruit n’a aucun fondement et je vous autorise à le démentir formellement. La Grande-Bretagne s’est liée par des accords officiels avec la Turquie et avec les Puissances européennes. Elle s’est engagée à respecter la suzeraineté du Sultan en Égypte. Elle respectera ses engagements qu’elle a d’ailleurs renouvelés au moment de l’accord franco-anglais. L’Angleterre a répété dans cet accord qu’elle n’avait pas l’intention de rien changer au statut politique de l’Égypte. Ni le peuple anglais, ni le gouvernement ne désirent s’affranchir de ces engagements.] Malheureusement, cette réforme comportait un point faible. En effet, les conditions d’accession à leur mandat mettaient les Membres de ce Conseil Provincial à la discrétion des Mudirs, Gouverneur des Provinces. Dans les quatorze provinces, on obtint de beaux résultats. On créa des Institutions pour développer l’hygiène, on construisit des hôpitaux. Les conditions de l’Instruction publique furent améliorées.

6Une importante réforme, due à l’initiative de Sir Eldon Gorst modifia la loi sur le service militaire obligatoire. Un grand nombre de jeunes gens qui y étaient astreints, préféraient, pour y échapper, racheter leurs droits. Mais les pauvres n’en avaient pas les moyens. Sir Eldon Gorst trouva juste de ne plus faire figurer le montant des indemnités payées par les plus riches dans les recettes du budget du Ministère de la guerre ; ces sommes permettraient d’allouer une sorte de gratification aux soldats de bonne conduite à la fin de leur service, un petit capital qu’ils trouveraient à leur démobilisation. Ayant appris, pour la plupart, un métier pendant leur temps de service, ils verraient ainsi facilitée leur entrée dans la vie normale. Cette volonté de s’intéresser aux besoins de la population s’étendait aux détails les plus minimes. J’en eus la preuve un jour où je l’avais invité à prendre le thé dans une de mes campagnes ; je sortais avec lui de mon palais lorsqu’un homme s’avança pour me présenter une requête. Sir Eldon Gorst, apprenant que cet homme avait appartenu au Ministère des Finances à l’époque où lui-même en était le Sous- Secrétaire d’État, s’intéressa vivement à son cas et promit de lui faire rendre justice.

7Au cours d’un hiver, Sir Eldon Gorst fit la connaissance au Caire d’une Sud- Africaine très jolie qu’il épousa. Je fus très heureux de pouvoir assister à son mariage à Londres. Il quitta le Caire à peine souffrant. C’est à Paris que j’appris que sa santé laissait à désirer. Je me rendis immédiatement en Angleterre où on me permit de le voir bien qu’à ce moment on n’admît déjà plus personne auprès de lui. Dès mon entrée, je me rendis compte que c’était la fin, que jamais plus je n’aurais le plaisir de travailler avec lui comme aux beaux jours du passé. [Annexe à ce chapitre : lettres de Sir John Gorst et Eva Gorst.]

8Je l’ai dit plus haut, j’estime que le passage de Sir Eldon Gorst en Égypte, constitue la plus belle période qu’ait traversée ce pays. On vit l’Égypte progresser avec une rapidité à laquelle nous n’étions pas habitués. Je suis persuadé que si Eldon Gorst n’avait pas été atteint par la terrible maladie qui l’a enlevé si rapidement et qui commençait déjà, en ce temps là, à le faire souffrir et à l’empêcher de dormir, nous aurions pu faire beaucoup pour l’avenir du Pays et pour les bonnes relations Anglo- Égyptiennes. Ayant débuté en Égypte, Sir Eldon gorst l’aimait et désirait lui prouver sa sincérité et son attachement. Nous avons toujours travaillé en parfait accord ; je garde cependant le remords de n’avoir pu l’aider comme j’aurais dû le faire. Sur bien des points j’aurais pu manifester un intérêt plus vif, apporter une attention plus vigilante. On s’est mal rendu compte, en Égypte, de tout ce que Sir Eldon Gorst a fait pour le pays. Jamais un Égyptien ne l’a remercié, jamais on n’a écrit un seul article dans la presse pour reconnaître les bienfaits de sa gestion. Il fut au contraire souvent bien mal récompensé. Ainsi, un jour qu’il avait obtenu pour une délégation Égyptienne des Membres de l’Assemblée Nationale, une entrevue avec le Ministre des Affaires Étrangères à Londres, nos braves politiciens se croyant encore à une réunion dans leur pays, à peine entrés, commencèrent à se plaindre de la gestion anglaise et à réclamer un grand nombre de réformes exactement comme s’ils désapprouvaient l’administration du Ministre Plénipotentiaire. Cet incident affecta vivement Sir Eldon Gorst. Il ne pardonna jamais à ces hommes. Je porte toute la responsabilité de cet incident que j’aurais pu éviter. J’aurais dû donner des conseils à ces représentants, leur montrer que leur voyage devait s’effectuer dans un but de conciliation, et qu’ils avaient à montrer leur désir de collaborer au bonheur et au développement de leur pays.

9Mon cher et regretté ami, Sir Eldon Gorst, eut toujours l’intention de réparer, autant que faire se peut, et à chaque occasion, l’affaire Denshawaï. Nous nous sommes tous deux entendus pour faire grâcier les pauvres condamnés qui étaient encore dans les prisons. On leur fit enlever les chaînes et on les transféra en secret dans les grandes prisons du barrage du Delta qui étaient situées dans leur province. Le matin avant l’aube, on les fit sortir et on les renvoya dans leur village. Cette libération, nous la devions à Sir Eldon Gorst, qui avait usé de tout son pouvoir auprès du Foreign Ofice pour me permettre de grâcier les maheureux condamnés. Or personne ne le remercia. Je compris son amertume et son désenchantement.

10La prolongation du Canal de Suez fut toujours pour lui un objet de préoccupations constantes. Je connus personnellement et intimement Sir Eldon Gorst. Je sais par conséquent que l’argent ne l’intéressait pas ; menant une vie régulière, il n’avait pas de grands besoins. Aussi doit-on repousser, quand il s’agit de lui, toute idée de lucre. Mais il avait le réel désir de trouver un moyen pour que le Gouvernement et le Trésor Égyptien puissent retirer un bénéfice de cette entreprise. Aujourd’hui encore, tandis que l’or coule à flots, l’Égypte ajuste eu le droit de sentir - de sentir de loin - l’odeur des bonnes choses qui passent devant ses yeux et sous son nez. La question méritait d’être discutée ; certaines clauses auraient pu être modifiées et je suis persuadé qu’on aurait pu obtenir de meilleures conditions. Mais les intrigues personnelles et une guerre sourde empêchèrent toute conciliation et les seuls résultats qu’on obtint furent l’assassinat du Président du Conseil des Ministres, Boutros Ghali Pacha, et le rejet définitif du projet, dont je soumets un peu plus loin le contenu à l’appréciation du lecteur [Voir aussi : Anglo-Egyptian Seulement, Abbas Hilmi II, London, George Allen and Unwin Ltd, 1930, Chap. II, p. 33-41.]

11L’Égyptien a, de longue date, la mauvaise habitude de demander toujours davantage. Dès qu’on lui témoigne un intérêt quelconque ou un peu de clémence, ses prétentions augmentent. La reconnaissance et les remerciements sont des mots inconnus des Égyptiens. Lorsque Lord Cromer agissait envers eux avec violence et brutalité, ils n’osaient pas lever la tête, mais dès qu’on homme juste et droit comme Sir Eldon Gorst les accueillait avec clémence, ils ne se lassaient pas de réclamer, et ne savaient jamais trouver un mot d’encouragement. C’est pourquoi, jusqu’à ce jour, les Anglais dont l’entêtement est exemplaire, n’ont pas encore trouvé le moyen de collaborer loyalement avec eux. Souhaitons qu’à la suite de toutes ces fautes politiques les Égyptiens deviendront plus habiles à défendre la cause de leur patrie et qu’ils obtiendront leur entière liberté et l’amitié de l’Angleterre.

Projet pour la prolongation de la concession du Canal de Suez
Une Assemblée Générale de la Compagnie du Canal de Suez a été consacrée au projet de convention destiné à prolonger la concession accordée par le Gouvernement. Après de longs pourparlers, le projet de convention ci-annexé fut rédigé et soumis au Conseil des Ministres. Le Conseil en sa séance du jeudi 27 Janvier 1910, sous la présidence de S.A. le Khédive, a unanimement été d’avis que le projet en question en sa forme primitive devrait être écarté ; qu’il pourrait toutefois être accepté à condition que les modifications suivantes y soient apportées :

1°) La garantie de 50 000 000 de francs-or par an accordée à la Compagnie pour la période de la prolongation d’après l’art. 11, doit être entièrement supprimée ; en d’autres termes le partage des bénéfices de 1969 à 2 000, devra s’effectuer absolument par moitiés, sans aucun prélèvement prijvilégié de la Compagnie.

2°) La participation de 50 % ainsi assurée au Gouvernement doit commencer non pas à partir du 1er Janvier 1969, mais bien à partir du 17 Novembre 1968, point de départ de la prolongation.

L’art. 8 aux termes duquel le Gouvernement devrait assumer la charge des pensions, retraites et secours des employés de la Compagnie, à partir de 2009, date de l’expiration de la concession, doit être supprimé.

3°) Toutefois, comme c’est uniquement en raison de la charge des pensions et des retraites assumées par le Gouvernement Égyptien que la Compagnie acceptait de payer à ce dernier la somme de Leg. 90 000 stipulée à l’Art. 9 du projet, et comme d’autre part, le Gouvernement Égyptien se trouvera exonéré de la charge ci-dessus, le Conseil des Ministres serait disposé à faire, par contre, abandon de ladite somme de Leg. 90 000.

Le Conseil serait également disposé à régler à cette occasion la question soulevée par la Compagnie de l’attribution des terrains qui viendraient à être éventuellement conquis sur la mer à Port-Saïd, par suite de l’exécution de travaux que la Compagnie effectuerait à ses frais. Le conseil n’est pas d’avis d’attribuer des terrains à la Compagnie, mais accepterait de stipuler qu’ils soient consignés au Domaine Commun.

Texte de la convention proposée

Article I

12La concession de la Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez qui devait, à défaut d’entente entre le Gouvernement Égyptien et la Compagnie, expirer le 17 décembre 1968 est prolongée jusqu’au 31 décembre 2008.

Article II

13Pour la période comprise entre le 1er Janvier 1969 et le 31 Décembre 2008, le partage des produits nets ou bénéfices annuels de l’entreprise sera effectué à raison de 50 % attribués au Gouvernement Égyptien et 50 % à la Compagnie sous réserve des stipulations ci-après :

  1. Au cas où le montant des produits nets ou bénéfices serait, pour une année quelconque de ladite période, inférieur à cent millions de francs, la Compagnie prélèverait par privilège une somme de cinquante millions et le Gouvernement Égyptien ne recevrait que le surplus.

  2. S’il advenait que le montant des produits nets ou bénéfices fût, pour une année quelconque, égal ou inférieur à cinquante millions de francs, la totalité de ces produits nets ou bénéfices de l’exercice serait attribuée à la Compagnie.

14La participation ainsi réservée au Gouvernement Égyptien implique l’abandon par lui, à partir du 1er Janvier 1969, des 15 % qui lui sont attribués aux termes de l’article 63 des Statuts de la Compagnie.

Article III

15En échange de la prolongation de la concession, la Compagnie s’engage à verser au Gouvernement Égyptien, au Caire, une somme de Leg 4 000 000 (Frs : 103 694 000) en quatre termes égaux payables les 15 décembre 1910, 15 décembre 1911, 15 décembre 1912 et 16 décembre 1913.

Article IV

16La Compagnie s’engage en outre à opérer au profit du Gouvernement Égyptien, sur les produits nets ou bénéfices de l’entreprise, un prélèvement, qui commencera à s’exercer à compter de l’exercice 1921 et dont les taux sont fixés d’après l’échelle ci-après : de 4 % de 1921 à 1930 - de 6 % de 1931 à 1940, de 8 % de 1941 à 1950 - de 10 % de 1951 à 1960, de 12 % de 1961 à 1968.

17La part des bénéfices ainsi attribuée au Gouvernement Égyptien sera déterminée dans les mêmes conditions que le dividende des actionnaires et sans distinction d’aucune sorte ; elle sera payée aux mêmes dates.

18La Société civile bénéficiaire jusqu’au 17 Novembre 1968 du 15 % attribué au Gouvernement par l’art. 18 de l’acte de concession de 5 janvier 1956, ne devra pas participer aux charges résultant pour la Compagnie de l’Art. 3 ci-dessus ainsi que du présent article.

Article V

19Dans le règlement des comptes des exercices postérieurs à 1968, pour la détermination de la part revenant au Gouvernement en vertu des stipulations de l’Article 2 de la présente convention, les seuls emprunts dont les charges entreront en ligne de compte seront ceux contractés postérieurement à 1910, en vue des travaux d’améliorations du Canal et de ses ports d’accès exécutés à partir de 1911, sous réserve que les charges d’intérêts et l’amortissement soient répartis à l’aide d’une annuité égale sur toute la durée de ces emprunts.

20La part revenant au Gouvernement sera déterminée dans les mêmes conditions que le dividende des actionnaires mais seulement tout autant qu’il n’y aura pas lieu de faire des applications des réserves contenues à l’alinéa précédent.

21Elle sera dans tous les cas payée aux mêmes dates.

Article VI

22Il est spécifié que la participation du Gouvernement s’exercera, dans la proportion de 50 %, à la fin de la concession sur tout reliquat de l’actif social après retour au Gouvernement du Canal Maritime dans les conditions prévues par l’acte de concession du 5 janvier 1856.

Article VII

23La Compagnie admet qu’il y aura lieu, à partir de 1969, d’assurer la représentation des intérêts égyptiens au sein du Conseil d’Administration, en raison de la participation importante qui sera réservée au Gouvernement dans les bénéfices de l’entreprise. Il est dès à présent stipulé qu’à la demande du Gouvernement Égyptien, trois sièges, au maximum, seront attribués à des administrateurs désignés par lui, présentés par le Conseil d’administration et nommés par l’assemblée générale dans les formes usitées.

Article VIII

24A la demande de la Compagnie, le Gouvernement accepte d’assurer, lorsque la concession prendra fin, la charge du service de retraites, pensions et secours, tel qu’il résultera de l’application des règlements actuellement en vigueur concernant les employés, pilotes et ouvriers, règlements dont les exemplaires ont été remis au Gouvernement.

Article IX

25La Compagnie s’engage, pour l’avenir, à exécuter elle-même et à ses frais les travaux d’entretien et d’amélioration qu’elle jugera utiles pour maintenir en bonne condition les accès du Canal Maritime de la Côte de Suez. Elle accepte, en outre, de prendre à sa charge, jusqu’à concurrence de Leg. 90 000 (Frs. 233 070), la dépense des dragages en cours dans la rade de Suez, entrepris par le Gouvernement Égyptien pour l’approfondissement de la passe donnant accès au Canal.

Article X

26Il est spécifié que dans tous les actes, conventions ou Accords intervenus antérieurement entre le Gouvernement et la Compagnie, les dispositions se rapportant directement ou indirectement à la durée ou s’appliquant à la durée ou à l’expiration de la concession telle quelle, seront prolongées par la présente Convention.

Article XI

27La présente Convention ne sera définitive et ne produira ses effets que lorsqu’elle aura été ratifiée par l’Assemblée Générale des Actionnaires de la Compagnie.

Principales dates de la biographie de Sir Eldon Gorst

2825 juin 1861 : Né à Auckland (New Zealand)

291885 : Attaché au Service Diplomatique

301886 : Attaché à l’Agence Britannique au Caire 1901 : Secrétaire de Légation

31Novembre 1890 : Contrôleur des Revenus directs en Egypte

321892 : Succède à Milner comme Sous-Secrétaire d’Etat aux finances

331894 : Conseiller du Ministre de l’Intérieur

341896 : Succède à Lord Palmer comme Conseiller financier

35Mai 1904 : Assistant au Sous-secrétaire d’Etat au Foreign-Office

3611 Avril 1907 : Ministre Plénipotentiaire

371911 : Départ

3812 Juillet 1911 : Mort de Sir Eldon Gorst

CHAPITRE XII (ANNEXES)

39Lettre autographe, confidentielle, de Sir Eldon Gorst à son Altesse Le Khédive d’Egypte, 10 août 1907 (non reproduite dans ces pages N.D.L.E.).

40Lettre au sujet de la Présidence de Conseil, 23 Février 1910 (non reproduite dans ces pages N.D.L.E.).

41Lettre d’Eva Gorst, au Khédive, 18 Juillet 1911.

42Lettre de Sir John Gorst, père de Sir Eldon Gorst, pour remercier son Altesse Le Khédive, 19 Juillet 1911.

Notes

1 Constitution.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr