Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre IX. France et Angleterre en Égypte : anglicisation de l’Égypte

Texte intégral

L’influence intellectuelle de la France en Egypte. L’incident Védrines. La politique anglaise. L’administration anglaise. Anglicisation de l’Egypte.

1Mon grand aïeul, Mohamed Ali, vaillant guerrier et Vice-Roi de l’Égypte nouvelle avait, il y a plus d’un siècle, tourné ses regards vers la France, pour que l’esprit, la culture, la technique françaises, dont la prééminence était alors incontestée en Europe, fournissent à l’Égypte les moyens d’accéder à la civilisation moderne. Dans le même but, Mohamed Ali accueillit d’abord de nombreux Italiens.

2Des techniciens et des savants, Italiens et Français, furent suivis de fonctionnaires, d’instituteurs, de commerçants en quête d’une situation plus brillante et plus rémunératrice. Bientôt les Français surpassèrent en nombre les ressortissants d’autres pays émigrés en Égypte depuis la conquête de Mohamed Ali. Des consuls aussi habiles qu’entreprenants les organisèrent et s’empressèrent de saisir toutes les occasions pour démontrer la nécessité de la présence française pour le développement de l’Égypte.

3Mohamed Ali écoutait volontiers les conseillers qui lui venaient de France. Ce soldat énergique et volontaire subissait le charme qui attira toujours les orientaux vers ce beau pays et vers son peuple alerte et joyeux, souple et intelligent, qui s’enorgueillit d’avoir, avec Paris, la ville-lumière du monde. Il envoya en France des centaines de jeunes Égyptiens, créa même à Paris une école égyptienne qui ne vécut que trois ans et qui laissa pourtant des traces durables dans l’esprit de ses élèves.

4C’est donc à partir de la fin du xixe siècle, que la civilisation occidentale commença à pénétrer l’Égypte moderne, par l’intermédiaire de la France et de sa langue dont l’usage prévalut toujours, évinçant progressivement la langue italienne.

5Cependant cette France, qui trouvait en Égypte une hospitalité si accueillante, qui - pour des buts maintenant évidents d’hégémonie - paraissait à cette époque avoir risqué de dresser l’Europe contre elle pour aider Mohamed Ali à établir une Égypte indépendante, cette France courtoise et loyale abandonna son amitié des bords du Nil pour s’entendre avec l’Angleterre, son ancienne ennemie, dont elle se méfie et dont elle redoute la puissance. Elle ne se retint pas d’agir auprès du Sultan pour qu’il diminuât les libertés reconnues par des firmans à l’Égypte. Je n’exclus pas que le changement soudain de la politique officielle secrète française, n’ait été, en partie, la conséquence de l’inexplicable politique anglophile du troisième Vice-Roi qui se plaisait à effacer autant que possible l’empreinte française en Égypte. Serait-il possible que l’abandon total du deuxième Abbas aux mains de l’Angleterre ne fût qu’une vengeance de la France repoussée par le premier ?

6Le fait est que malgré la continuité de relations politiques courtoises, malgré la cordialité sincère existant entre Égyptiens et Français cultivés, la France commença à se désintéresser de l’Égypte sous le règne d’Abbas Ier. L’aveugle anglophilie de ce Vice-Roi lui ayant fait éloigner tout ce qui était français, la France dut envisager de compenser la perte de sa prépondérance par la collaboration de la Grande-Bretagne dont elle avait vu naître et s’affirmer l’influence en Égypte.

7Il est certain, aussi, que c’est bien depuis le premier rapprochement entre elle et la France, que l’Angleterre a commencé un jeu subtil et caché, insensiblement mais sans interruption : tendre ses filets et mûrir avec la précision froide des anglo- saxons des projets longuement élaborés et calculés pour réaliser trente ans après l’Occupation de l’Égypte. L’histoire de l’Égypte pendant cette longue période montre évidemment que la collaboration entre la France et l’Angleterre fut une union plus apparente que réelle, car dès les premiers instants, la France put rester sur un pied d’égalité avec la Grande-Bretagne. Ce duel, franco-anglais, masqué de courtoisie, pour l’acquisition d’une suprématie égoïste et fermée sur les bords du Nil et sur la Mer Rouge, acheva de faire sombrer l’Égypte dans un esclavage paré d’or. En effet, la construction de la ligne de chemin de fer Alexandrie-Le Caire en 1851 (achevée sous Saïd en 1856) eut lieu sous la direction exclusive des Anglais, et marque les débuts de l’emprise britannique sur le sol Égyptien, emprise qui date du Vice-Roi.

8La conduite du gouvernement français, de la Compagnie du Canal avant l’élaboration du plan, pendant l’exécution et dans la suite ; l’attitude de Lesseps avec lequel, toutefois, le Khédive Saïd entretint des rapports d’amitié généreuse en lui facilitant de toutes manières la réalisation de son projet ; et les relations d’affaires d’Ismaïl avec la France prendront leur perspective véritable à la lumière des faits lorsque je traiterai de cette étonnante entreprise.

9Les relations intellectuelles et commerciales avec la France reprirent activement : le Khédive Ismaïl paya par exemple tous les frais d’instruction de près de deux cents étudiants égyptiens en France. La large hospitalité offerte à des Français tels que Mariette, l’organisateur du Musée des Antiquités Égyptiennes, contribua à resserrer les liens entre les deux pays. Mais la politique de la France envers l’Égypte ne subit aucun changement, ne s’améliora d’aucune façon.

10Toutefois, sur l’initiative d’Ismaïl, grâce à ses généreuses contributions et à son appui continuel aux institutions françaises civiles et religieuses, la connaissance de la langue française cessant d’être un privilège réservé à l’élément turc ou albanais, devint obligatoire dans le corps diplomatique, les institutions officielles et les écoles supérieures. Ce fut une fièvre qu’une propagande habile et incessante entretenait, de se former aux disciplines scientifiques des Français, d’acquérir leur savoir-faire, de suivre jusqu’à leurs modes.

11La France acquit alors une influence qu’elle ne perdit plus.

12Il m’est pénible de rapporter ici un incident insignifiant en lui-même, survenu quelques mois avant la fin imprévue de mon règne, et le geste d’humeur d’un diplomate Mr. de France qui vint détruire l’œuvre d’un siècle de collaboration entre deux nations liées d’une amitié sincère.

  • 1 Le khédive pourrait faire allusion à Muhammad Arif pacha qui fut membre des missions scolaires env (...)

13L’accueil réservé par la cour Khédiviale au glorieux aviateur Védrines, au début de février 1914, souleva beaucoup de polémique et de commentaires dans la presse Égyptienne et Française. Sur la demande de Mr. de France, je dus même relever de ses fonctions S.E. Arif Pacha1, grand-maître des cérémonies.

14Au début de l’aviation, l’Égypte, de par son climat doux et tempéré, avait été le théâtre de performance aéronautiques : le Grand Meeting d’Aviation d’Héliopolis, le Raid Constantinople-Le Caire, exécuté par Védrines. De Védrines, nous n’avons pas besoin de rappeler la brillante carrière mais seulement de souligner que, venu des classes laborieuses, il fut l’unique artisan de sa gloire.

15À l’arrivée de Védrines au Caire, je crus montrer à quel point j’appréciais le succès de ce grand Raid, en envoyant à l’aérodrome un de mes Aides de Camp - qui avait fait ses études en France - chargé d’accueillir l’aviateur, de le féliciter de l’heureux aboutissement de sa tentative et de l’amener dans une voiture de la Cour au Palais où je le reçus immédiatement. J’espérais ainsi, tout en encourageant un des pionniers de l’aviation, donner à la France une nouvelle preuve de mon estime. De cette réception obligeante, c’est-à-dire de se voir admis auprès d’un Monarque Régnant, d’être assis à ses côtés, de se voir offrir cigarettes et café, Védrines ne put s’empêcher de montrer une sorte d’étonnement. Avec beaucoup de franchise il me déclara que personne dans son pays ne l’aurait traité ainsi et qu’une aussi chaleureuse hospitalité le bouleversait.

16Voyant le plaisir de Védrines et pour rendre le plus agréable possible tout son séjour au Caire, je lui fis la faveur d’attacher mon Aide de Camp à sa personne et de mettre à sa disposition une voiture de la Cour. Enchanté, Védrines en oublia de prendre en considération la présence du Ministre Français, Monsieur de France, dont la première blessure d’amour-propre fut aggravée encore par un enchaînement de malentendus.

17Au cours de la deuxième réception de Védrines au Palais de Koubbeh, l’aviateur s’écria avec toute la sincérité de l’homme simple mais de bonne foi :

« Monseigneur, en reconnaissance de tout ce que vous faites pour moi, je ne puis rien, mais je m’engage à former, sans aucune rémunération, tous les jeunes gens que vous m’enverrez à Paris, et à en faire d’excellents pilotes. »

18Cette offre n’était nullement à dédaigner, d’autant plus que dans les conversations suivantes il avait été traité de fournitures d’appareils au fur et à mesure de la formation des pilotes : je la considérai comme le geste le plus significatif que pouvait faire Védrines. L’aviateur possédait déjà le Ruban de la Légion d’honneur. Je voulus donc l’honorer de la Rosette de la « Medjidieh ». Mais Monsieur de France, furieux, ne put admettre qu’un sujet français reçoive une décoration Égyptienne, sans que le représentant de la France eût été consulté au préalable.

19Par ailleurs, avec insistance, Monsieur de France, avait proposé au Palais, pour une décoration, un certain Schneider, venu en Égypte pour exhiber un hydroglisseur sur le Nil. La maladresse insigne de ce dernier, en détournant de lui ma bienveillance, fit échouer cette candidature. Ce fait suffirait-il à expliquer la polémique des journaux en France ? Quoi qu’il en soit Monsieur de France, ou les journalistes favorables à Schneider, ne trouvant pas le secret des relations entre Védrines et moi, ont inventé l’histoire d’une intervention féminine. Je n’ai jamais vu Védrines avant son raid, ni connu une personne de ses relations, et aucune des Dames de mon entourage n’avait fait auparavant sa connaissance. Aucune influence féminine ; personne, ne peut se targuer de m’avoir dicté mon attitude.

  • 2 Ahmad Shafiq pacha, historien égyptien qui fit des études de sciences politiques et économiques. J (...)

20L’incident Védrines apparaît ainsi dans ses proportions véritables. Les interprétations de Chefik Pacha2, dans ses Mémoires, appuyées sur des coupures de journaux mal informés plus que sur des notes personnelles ou des sources contrôlées, perpétuent des erreurs, en tout cas des inexactitudes impardonnables de la part d’un ancien haut fonctionnaire du Palais.

21Que l’Angleterre ait toujours visé à la possession de l’Égypte, personne ne l’ignore. L’histoire nous a bien appris que déjà quelque temps avant l’expédition de Bonaparte, le Colonel Missett, Consul Britannique à Alexandrie avait projeté de faire de l’Égypte un Protectorat Anglais dans le genre des Dominions des Indes, où les Mamelouks se seraient trouvés être des sujets de la Grande-Bretagne à la manière des Rajahs. Si Mohamed Ali ne l’eût prévenu, l’Égypte aurait été comprise dans la zone d’influence anglo-indienne.

22En 1830, Lord Wellington déclarait que la volonté irrévocable de l’Angleterre était de garder en Égypte le Pacha Mohamed Ali en condition d’obéissance et subordonné au Sultan. Ce qui aurait mis l’Égypte sous la tutelle dont dépendait alors le Sultan ; c’est-à-dire sous la tutelle de l’Europe entière. Dix ans plus tard, le même thème était repris au Foreign-Office. Seul, le chef d’orchestre avait changé. C’était Lord Palmerston qui en réglait l’exécution : « Nous ne voulons pas chasser Mohamed Ali de l’Égypte, disait-il, à condition qu’il soit satisfait d’y vivre le restant de ses jours comme un fidèle serviteur. » L’Amiral Napier rejetait Ibrahim Pacha de la Syrie qu’il avait conquise pour l’Égypte, et menaçait déjà, quarante-deux ans avant la révolte d’Arabi, de bombarder Alexandrie.

  • 3 Napoléon III (1808-73), empereur des Français (1852-70), qui fit renaître l’empire napoléonien au (...)

23Lorsque Mohamed Ali disait au célèbre Burckh en 1816 : « le gros poisson mange le petit poisson et mon pays est nécessaire à l’Angleterre pour fournir en blé Malte et Gibraltar. L’Angleterre, tôt ou tard, saisira l’Égypte... », il pressentait un avenir contre lequel il se révoltait pourtant de toutes ses forces. Il ne se doutait point que la France l’abandonnerait à son sort. Nous nous sommes rendu compte de la difficulté pour la France de conserver dans notre pays - non un prestige qui lui reste encore - mais une position susceptible de contrebalancer l’influence anglaise. Les actes des Ministres de Napoléon III3, de la République Française et de la Compagnie du Canal nous ont enlevé tout espoir d’un aide amicale de la France. Les nobles principes théoriques de fraternité se sont révélés à l’usage, paroles séduisantes et illusoires. L’accord franco-anglais de 1904, comme la Conférence d’Algésiras, garantissait à la France son rôle au Maroc, donnait à l’Angleterre, en compensation, la liberté d’action en Égypte. Cette politique sanctionnait le fait arbitraire d’une occupation indéfinie de l’Égypte, occupation qui n’a été ni demandée ni agréée par le peuple Égyptien dont l’avenir était ainsi fixé pour une durée indéterminée. Ce marché que la France concluait à notre insu, dans son unique intérêt, alors que nous croyions à sa sympathie désintéressée, reste le souvenir le plus pénible de mon règne. Une telle attitude frappa l’imagination de tous les Égyptiens et de toutes les personnes sensibles plus profondément que la brutalité anglaise.

24L’Égypte ayant perdu l’appui moral de la France se trouva complètement isolée et impuissante dans les mains anglaises. Cette sensation devint plus cruelle pendant la guerre mondiale et se fit de plus en plus intolérable par la suite. Nous avons apprécié à leur juste valeur les progrès matériels que l’Angleterre a pu favoriser en Égypte. Mais nous avons la certitude et la conviction que les Anglais nous ont fait chèrement payer ces avantages au prix de notre liberté.

25L’Angleterre ne satisfait ses convoitises et ne poursuit ses desseins qu’à travers des indécisions apparentes, de fausses renonciations et des concessions hypocrites, comptant sur les lentes et incessantes corrosions du temps (festina lente) et les intérêts contradictoires de ses adversaires ou de ses sujets (divide et impera). Fille de l’eau, toujours la Grande-Bretagne visa à l’hégémonie absolue des eaux, qu’elles se nomment océans, mers, fleuves ou canaux. La prise de possession anglaise de 1892 au Sinaï venait prévenir une invasion éventuelle de l’Égypte par les forces turco-allemandes, que présageaient, affirmait-on, certains symptômes, insignifiants pour nous, mais très clairs pour les Anglais (1906).

26L’Angleterre redoutait qu’une plus large liberté ne fût accordée à l’Égypte par la Turquie, dont, en vérité nous ne dépendions plus que par un drapeau commun ou par quelques rares firmans d’adhésion.

27Du côté allemand, une pénétration silencieuse et assidue forgeait petit à petit, sous des formes imprévues, une concurrence insoutenable pour son propre commerce. En 1906, j’ai appris de Georges Lloyd encore jeune que Guillaume II avait donné à l’Angleterre des assurances sur sa situation en Égypte.

28L’Angleterre commençait à se sentir les coudées franches.

29Du côté turc, le commencement de se siècle - le vingtième de l’ère chrétienne - avait été caractérisé par les audacieuses entreprises des sociétés des chemins de fer. Elles devaient révolutionner les anciennes voies de communication à travers l’Europe et même celles du Proche-Orient méditerranéen, par la création de voies nouvelles, infiniment plus grandioses et plus utiles. C’est pendant les premières années de 1 900 qu’une ligne de chemin de fer à travers le désert arabique fut lancée de Mzérib aux Lieux Saints musulmans par la volonté d’Abdul-Hamid, qui, redoutant la perte du Califat, s’avisa de consolider cette autorité et par conséquent la possession de la Turquie sur Médine.

30De la sorte, puisque la Mecque représente pour les Musulmans du monde entier le foyer de la religion mahométane, il voulut couvrir de la protection Califale les lieux de la vie et du tombeau du Prophète : La Mecque et Médine. En réalité avec le chemin de fer de l’Hédjaz, Damas - c’est-à-dire la Syrie - et Médine se trouvaient reliées en quatre jours seulement, au lieu de quarante.

31Cette ligne qui sert aux seuls musulmans pour leurs pèlerinages à la Mecque n’était ouverte aux touristes que jusqu’à Maan. Inaugurée par de grandes fêtes militaires et religieuses en septembre 1908, elle avait été rapidement exploitée malgré d’énormes difficultés techniques : nécessité de bâtir les gares en forteresse contre les assauts des bédouins pillards ; manque d’eau, de matériel, et surtout tenace opposition anglaise.

32Tel fut l’heureux résultat d’un effort collectif de tout le monde musulman sous l’impulsion d’une même foi ardente. Deux cents millions de francs or jaillirent spontanément de partout. Ces souscriptions volontaires traduisaient bien ainsi leur enthousiasme. En effet, ils ne pensaient faire aucune affaire financière. Le Sultan accrut son prestige en surveillant lui-même l’administration et l’exécution de l’œuvre. Cette ligne unique me donne la joie profonde d’avoir ajouté, moi aussi, ma petite pierre à l’œuvre commune, en union avec mon peuple.

33Pour parvenir à mesurer l’audace avec laquelle tous les ressorts de la vie égyptienne furent ébranlés par le gouvernement de Lord Cromer, il aurait fallu se plonger dans le maquis de l’administration égyptienne et ce n’était guère facile.

34Mon ignorance absolue du mécanisme de l’État, à l’écart duquel on me tenait rigoureusement, prétextant ma jeunesse et mon impréparation, qui ne devait pourtant pas être, en cette matière, plus grande que celle de la plupart des souverains de cette époque, laissait le champ libre à toute initiative de la Force occupante, malgré ma volonté d’acquérir des notions précises.

  • 4 Ismail Sidqi pacha (1875-1949) est l’un des hommes politiques égyptiens les plus curieux. Son père (...)
  • 5 Né à Alexandrie en 1863, Muhammad Said pacha (1863-1928) après une formation de juriste, est nommé (...)

35Au cours de mes vingt-trois ans de règne, bien que tout le monde ait eu connaissance de ces irrégularités, nous étions obligés de supporter silencieusement toutes sortes d’interventions et de mainmises sur nos intérêts. En 1892, le gouvernement anglais envoya en Egypte des fonctionnaires de premier choix ; il établit en Angleterre une Commission chargée d’examiner les universitaires d’Oxford et de Cambridge connaissant l’Arabe. Ensuite, il recruta dans les colonies et aux Indes. Le résultat fut lamentable. Ces gens étaient recrutés à titre provisoire - hors cadre - pour une période entre six mois et un an à 20 livres sterling par mois. Lorsqu’à la fin d’une année, ils parvenaient à toucher 35 livres sterling par mois, ils étaient définitivement engagés. Voilà pourquoi nous eûmes de mauvais fonctionnaires qui achevèrent de faire perdre tout prestige à l’Angleterre. Leur nombre était excessif partout. Pour ne donner qu’un exemple : nous avions vingt Inspecteurs au Ministère de l’Intérieur pour nos quatorze provinces. C’est pour cela qu’Ismaïl Sidky Pacha4 et Mohamed Said5 décrétèrent des lois établissant des inspections obligatoires de vingt-cinq jours à la fois, hors du Caire, dans toutes ces provinces. D’ailleurs, ni Lord Milner, ni Lord Cromer ne se soucièrent des qualités de ces « advisers » dont pas un n’était à la hauteur de sa position. Ils étaient toujours déplacés d’un département à l’autre sans aucune spécialisation ; ils devaient représenter le type caractéristique anglo-saxon, (impersonnel, exact, flegmatique). Chacun de ces advisers apporta dans sa charge l’empreinte particulière de sa race dont les caractéristiques marquaient leur action quotidienne.

36L’ignorance, où le Gouvernement central était tenu, de la situation réelle de l’Egypte ; l’apprentissage nécessairement renouvelé à chaque changement de titulaire ; une politique toujours instable et souvent unilatérale ; un autoritarisme en général opposé aux vues métropolitaines ; le manque d’information, de compréhension, de sympathie sincère de la part des Résidents anglais - Sir Eldon Gorst excepté - ne sachant, ni ne cherchant à capter ou cultiver la pleine confiance et l’attachement des Égyptiens eux-mêmes, constituèrent une barrière infranchissable entre les deux éléments responsables du pays.

  • 6 L’un des ingénieurs britanniques qui furent engagés pour moderniser le système d’irrigation. C’est (...)
  • 7 L’attention particulière que les Anglais attachaient à l’irrigation en Egypte est bien connue. Le (...)

37C’est dans cet abîme tragique d’incompréhension - que l’argent ne peut combler - que furent engendrées toutes les erreurs de l’Occupation et toutes les défaillances de l’Égypte. Ce qui peut non seulement suffire à expliquer l’absurdité et le danger de ma situation personnelle de Souverain, pris entre les deux pressions opposées et le désir de délivrer mon pays, mais justifier la tentation souvent violente de réagir lorsque mieux aurait valu redresser les efforts de mon pays en tenant seulement compte des nécessités propres de son développement. L’occupation militaire britannique inspirée au Caire par des intérêts individuels, visant des buts en contradiction souvent absolue avec Londres, rendait terrible ce contraste entre le sentiment de dignité et d’autorité de mon état et celui de la situation réelle. Je sus trop tard, qu’avant les premières actions pour la reconquête du Soudan, pendant les quatre premières années de mon règne, Cromer se fit une gloire et un mérite de perfectionner ou de compléter les ouvrages grandioses que les khédives, mes prédécesseurs, avaient poursuivis incessamment au prix de sacrifices énormes. S’appuyant sur tout ce qui avait été réalisé déjà en la matière, il hâta la planification du système local d’irrigation que Willcocks6 et Garstin forgèrent, au grand profit des cultures de coton, dans l’intérêt de la Grande-Bretagne7.

38Il faut pourtant reconnaître que, si tant de terres incultes furent arrosées, tant de réservoirs construits et si ce monument merveilleux et puissant qu’est le barrage d’Assouan fut achevé, ce fut bien sur mon initiative personnelle et avec mon autorisation.

39L’effort financier de l’Egypte fut très important. Les quatre Moudiriehs de Beni-Souef, de Ghizeh, de Minieh, d’Assiut, ayant réussi à obtenir les trois cultures, les impôts sur ces terrains permirent en dix ans seulement le paiement des frais de construction qui devait être affectué en trente ans.

40Mais se parant de ces bienfaits effectifs, se réalisait un plan d’anglicisation en profondeur des structures de l’Égypte. Il me serait difficile de l’exposer dans la minutie de ses rouages ; je choisirai quelques exemples çà et là. Les Douanes et l’Administration Sanitaire, où prévalait l’élément français et italien à l’entière satisfaction de la population, épurées, tombèrent entre les mains des Anglais. Les travaux publics que Lord Cromer engageait par tranches massives et l’achat des actions Sud-Africaines, creusèrent un vide formidable dans les caisses de la Dette Publique Égyptienne, laissant une situation particulièrement difficile à Sir Eldon Gorst.

41Au moment où la France, en nouant des rapports d’entente cordiale avec sa rivale de jadis, garantissait ses titres égyptiens, l’Angleterre prit en Égypte la part du lion. Les capitaux britanniques saisirent tout ce qui était saisissable. Ce ne fut plus seulement l’irrigation qui passa sous le contrôle de l’occupant : ce furent les richesses énormes de Daïrah Sanieh et l’administration du Barrage d’Assouan ; la Banque Nationale égyptienne avec son prolongement, la Banque agricole, dont les services - différemment organisés - auraient été inappréciables pour nos propriétaires terriens et pour les fellahs. Les Domaines de l’État, les Chemins de fer et toute l’Administration furent dirigés et conduits par des Anglais.

  • 8 Thomas Cook (1808-1892), homme d’affaires britannique. Né à Melbourne, en Angleterre, il se fait m (...)

42La ligne de navigation égyptienne qui avait été l’orgueil d’Ismaïl, la « Khédivieh », devint en 1989 la Khédivial Mail Line, achetée par une Compagnie anglaise à moins de deux cent mille livres égyptiennes, y compris les docks d’Alexandrie, les ateliers et une douzaine de bateaux. Parmi les innombrables sociétés ou exploitations privées anglaises de toutes sortes, figurent les Compagnies de transports, d’électricité, etc. telles que l’Egyptian Delta Light Railways Limited, l’Egyptian Cotton Mills Limited, New Egyptian Limited, Egyptian and General Syndicate Limited, l’Aboukir Land Co, pour dessécher le lac d’Aboukir. La seule entreprise garantie en Égypte, celle des Chemins de Fer du Delta (garantie du 3 %) resta encore quelques temps en dehors de la férule anglaise. C’est le moment où paraissent et florissent le grand tourisme en Égypte et les plus grandes compagnies de tourisme anglais. C’est l’heure où le fameux Cook8 se révèle par la création de la flotte du Nil et devient rapidement le guide omniscient, universel et amical des voyageurs.

43Pour Cromer nous devînmes tous des fellahs, chargés de fournir, par le coton, le tourisme et les valeurs de toute sorte, l’or convoité par le Trésor Britannique. Malgré cela, et bien que Cromer se soit vanté d’avoir brisé la résistance de l’Administration Khédiviale, il fut universellement reconnu que moi, le Khédive, je sus garder toutes les prérogatives d’un souverain et les faire respecter. Comme d’habitude, le gouvernement « libéral » britannique ne se préoccupait guère de l’opinion publique de son peuple qui semblait pourtant ne pas apprécier l’utilité et la convenance d’une occupation armée de l’Égypte. Se préoccupant moins encore des mouvements et des nouveaux sentiments nationalistes qui se fortifiaient dans le pays et animaient les Égyptiens et les Fellahs eux-mêmes, Lord Cromer réalisait imperturbablement ses desseins. Dans cette besogne, il se prévalait avec désinvolture du prestige Khédivial et de la force du pouvoir imposé. Il poursuivait son chemin sans s’en détourner d’aucune manière. Il s’installait dans sa conviction, d’après son jugement et son point de vue, d’agir pour le mieux, mais avant tout dans l’intérêt de la Grande-Bretagne...

44L’Égypte - outre la richesse de ses produits et de ses revenus - n’était autre chose pour l’Angleterre que le Canal de Suez.

45L’Angleterre devait à tout prix garder la maîtrise des voies d’accès de l’Inde. Son immense commerce, ses relations avec les Indes ne souffraient ni d’interruption, ni retard. Opposée au projet, puis maîtresse du Canal de Suez, elle voyait la Grande Route terrestre de l’Europe aux Indes tendre de plus en plus à passer par la Vallée de l’Euphrate et les plateaux de l’Iran. [Élisée Reclus, Géographie universelle. Vol. IX : l’Asie antérieure.]

46En 1909, on pouvait encore écrire à ce sujet :

  • 9 La crise d’Aqaba avait à pour épicentre la ville de Taba : en 1906, la Turquie avait décidé de con (...)

Longtemps l’Angleterre a contenu dans les régions iraniennes la poussée moscovite, définitivement enrayée par son allié ( !) le Japon. Mais le Drang germanique avance à pas de géant, avec les espoirs calculés de la Westpolitik... La ligne de Bagdad détournera de Suez le trafic de la Perse méridionale, menacera le monopole anglais dans l’Océan Indien, et atteindra gravement l’orgueil de l’impérialisme britannique.
Mais il faut compter avec l’Angleterre. Elle occupait l’Egypte dont le Hedjaz et le Yémen sont les dépendances historiques. L’Arabie a toujours suivi la fortune des Maîtres du Nil. Or la péninsule arabique donne la maîtrise des voies de terre et d’eau entre l’Europe et l’Inde, comme celle du Canal de Suez et de la Mer Rouge et des chemins de fer dirigés de Mésopotamie, vers le golfe Persique. Cette maîtrise est l’objectif de l’Angleterre. De tous côtés à la fois, elle a donc entamé l’Arabie.
Au Nord, la presqu’île du Sinaï, allongée en pointes entre les golfes de Suez et d’Akaba, faisait partie de l’Égypte depuis les conquêtes de Mohamed Ali. Qu’on se rappelle le conflit anglo-turc sur cette frontière à propos de l’Oasis de Taba9 (1906). La vigilance britannique fit reculer le Sultan ; elle ferma à son chemin de fer de Damas à la Mecque un utile débouché sur la mer. Toute la péninsule tomba, dès lors, en effet, sous le contrôle britannique. [Paul Imbert, La rénovation de l’Empire ottoman, 1909.]

47Le Lord [Cromer] me parlait parfois d’autonomie, pour l’Égypte. C’était peut- être un moyen pour paraître accorder à mon pays considération et amitié, il n’en a jamais eu pour moi, sa bête noire. Mais, dans le même instant, bien que l’autonomie dont il parlait ne concernât que ma position personnelle vis-à-vis du Sultan de Turquie, il justifiait la nécessité de l’occupation anglaise par la difficulté, mieux encore, par l’impossibilité absolue de supprimer - pour le moment du moins - les Capitulations.

48Selon lui, l’abolition des Capitulations aurait exposé les Européens à l’arbitraire des Égyptiens. Il soutenait même que l’impossibilité de réaliser, chez nous comme en Europe, un Gouvernement démocratique empêchait l’Angleterre d’abandonner de nouveau le pays à l’autorité provinciale des Moudirs, des Omdehs, des Cheikhs, ou à celle qu’il jugeait capable de gouverner, représentée par l’hostilité « politique du Khédive et de ses satellites ». Lord Cromer aurait été plus sincère en avouant que ce n’était pas l’autonomie qu’il souhaitait pour l’Égypte, mais - Sic et simpliciter [Purement et simplement] l’annexion. N’osant braver le monde entier, l’Angleterre préféra après la guerre, et pour ne pas provoquer immédiatement après une autre guerre, ou une révolution en Égypte, procéder à la proclamation du Protectorat.

49On a écrit que pendant ma visite comme Khédive à Londres, je reconnus The great good the British done in Egypt. Certes, je ne veux pas nier l’évidence des faits. Les anglais ont fait beaucoup de bien à l’Égypte et je me fis un devoir de le réaffirmer au Roi Georges V à son passage à Port-Saïd vers les Indes pour la cérémonie de son couronnement. Mais en lui enlevant le bien le plus cher et suprême : la liberté. Ils en ont retiré beaucoup plus d’avantages encore. Et les Britanniques - qui parmi les peuples Européens ne sont ni les plus avancés en fait d’instruction, ni les plus doués d’intelligence supérieure - ne sont venus qu’en dernier lieu ; les Français et dernièrement les Allemands et les Italiens ont assisté l’Égypte chacun dans son secteur particulier.

50Les Anglais se sont emparés, en échange de leur collaboration, de toutes les richesses du pays ; les Français de leur côté, furent un temps les maîtres de la plus fructueuse des ressources égyptiennes : l’Administration du Canal de Suez. Et, malgré son hostilité initiale - était-ce aveuglement ou calcul - après avoir acheté les 176 000 actions de mon Aïeul Ismaïl - l’Angleterre jouit aujourd’hui de la majorité des revenus et des recettes de l’œuvre grandiose réalisée sans le concours d’un penny anglais.

51Les Allemands donnèrent sous mon règne une impulsion appréciable aux affaires. Il suffirait de rappeler que, sous Guillaume II, furent fondées en Égypte la Deutsche Orient Bank et le Norddeutscher Lloyd, deux organisations très florissantes jusqu’à la guerre mondiale ; que la meilleure librairie du Caire était allemande et allemand un des plus grands orientalistes du siècle, professeur à l’Université de Strasbourg, que je voulus nommer Premier Doyen de la Faculté des Lettres dans notre première Université Nationale.

52L’Angleterre n’a jamais cessé de répéter, par la bouche de ses Ministres, de ses Résidents, de ses écrivains, qu’elle tenait l’Égypte par droit de conquête. « Droit de conquête », dit Lord Salisbury aux jours de l’occupation. Non, l’Angleterre ne conquît point l’Égypte lors de Tel-el-Kébir. Pour la défense de ses propres intérêts, pour acquérir le droit à saisir la richesse du pays en coton, et pour dominer l’Océan Indien par la possession discrétionnaire du Canal, l’Angleterre profita de la révolte préparée en 1881 par Arabi Pacha. Le fellah, c’est-à-dire, la masse de la population égyptienne devint l’instrument de la puissance cotonnière du Royaume-Uni dont le pétrole est l’autre fondement. Ainsi affermit-elle son hégémonie dans le monde.

53De cette Égypte, que le sort a malheureusement placée à mi-chemin entre le Royaume-Uni et les Dominions anglais sur le globe ; de cette Égypte qui a occupé pourtant une place incomparable dans l’histoire de l’humanité et de la civilisation, les Anglais ont fait une passerelle entre leurs coffres forts et les sources multiples de leur formidable richesse.

54« Droit de conquête », répétèrent les autorités militaires et civiles du Gouvernement central britannique et les autorités civiles et militaires de l’Occupation, pendant et après la guerre de 1914, comme si elles eussent conquis l’Égypte.

55L’Égypte, l’Angleterre ne l’a point conquise. Elle l’a prise simplement. L’Angleterre n’a pas exposé un seul de ses soldats au risque d’un combat, ni fait brûler une seule cartouche pour saisir, à la fois, la population et le trône de l’Égypte. Sans rencontrer de résistance, l’Angleterre a fait de l’Égypte le centre vital de toute son action pendant la guerre mondiale. L’Égypte pouvait être son œil grand ouvert à la fois sur la Méditerranée et l’Egée et vers les Indes et l’Extrême-Orient. Elle devint la base de toutes les forces britanniques de terre, de mer et de l’air. Elle fournit des aliments, du fourrage, des cordages, des tentes, des hommes de peine, le train des équipages, les ânes et les chameaux, pour les déserts enflammés.

56L’Angleterre a pris l’Égypte. Il serait hardi de penser qu’elle lâchera sa proie. Mais garder l’Égypte devient pour elle une tâche toujours plus lourde.

57Lord Lloyd insista toujours sur la nécessité et l’utilité de l’annexion qu’il jugeait être pour l’Egypte bien plus avantageuse qu’une forme hybride et anormale de Protectorat, d’autonomie ou d’indépendance sous contrôle britannique. Cette situation paradoxale peut provoquer non seulement une réaction inévitable et aux conséquences incalculables, lourdes de toutes sortes de responsabilités pour l’Égypte comme pour l’Angleterre ; mais encore un conflit probable et l’opposition certaine des autres États européens.

58Quand les Capitulations ont été supprimées, tous les États en furent atteints dans leurs anciens privilèges - l’Égypte a toujours tenu ses engagements d’offrir à leurs ressortissants une amicale et confiante hospitalité. Seule l’Angleterre a maintenu sa position et son emprise.

Notes

1 Le khédive pourrait faire allusion à Muhammad Arif pacha qui fut membre des missions scolaires envoyées par Muhammad Ali pacha en Europe et qui plus tard intégra l’armée en tant qu’officier.

2 Ahmad Shafiq pacha, historien égyptien qui fit des études de sciences politiques et économiques. Juriste diplômé de l’université de Paris, directeur-adjoint de l’université égyptienne, il fut secrétaire (d’Etat) sous le règne d’Abbas II pour les Affaires arabes. Il a écrit plusieurs ouvrages sur l’histoire de l’Égypte moderne et sur la question d’Orient, le plus connu étant ses Mémoires d’un quart de siècle (mudhakkirati fi nisf qarn).

3 Napoléon III (1808-73), empereur des Français (1852-70), qui fit renaître l’empire napoléonien au milieu du xixe siècle et qui conduisit la France à la défaite dans la guerre franco-prussienne de 1870.

4 Ismail Sidqi pacha (1875-1949) est l’un des hommes politiques égyptiens les plus curieux. Son père, Ahmad pacha Shukri avait été au service de deux khédives, Ismaïl et Tawfiq. Son grand-père du côté de sa mère avait été le directeur du diwan de Saïd pacha. Son nom est emprunté aux noms d’Ismaïl et de son frère d’adoption, Ismaïl Siddiq al-Mufattish. Après que ce dernier fût disgracié, le père de Sidqi changea le nom de son fils, de « Siddiq » en « Sidqi ». Né à Alexandrie, il fait des études de droit et entre au service du gouvernement. Il est ministre de l’Agriculture en 1914, et ministre des Finances en 1922. Membre fondateur du Wafd, il rompit avec Zaghlul pour former son propre parti, le Hizb al-Shaab. Il est resté célèbre pour la maîtrise avec laquelle il s’acquitta de son rôle de Premier ministre de 1930 à 1933, et plus tard en 1946. Ismail Sidky, Mudhakkirati, librairie Madbuli, Le Caire, 1991.

5 Né à Alexandrie en 1863, Muhammad Said pacha (1863-1928) après une formation de juriste, est nommé procureur régional, puis juge auprès des Tribunaux mixtes en 1882. En 1908, il est ministre de l’Intérieur avant d’être choisi pour diriger deux cabinets : de 1910 à 1914, et de mai à novembre 1919. Pendant son premier mandat comme chef du gouvernement, il dut faire face à l’agitation politique accrue des étudiants. Après l’assassinat de Butros Ghali, le gouvernement accentua sa répression et tenta de contrôler l’activité révolutionnaire croissante des nationalistes égyptiens. Dans le but de contrôler l’agitation estudiantine, le gouvernement de Saïd pacha imposa des mesures disciplinaires strictes dans les écoles, dans l’espoir d’amener les étudiants à donner leur attention aux devoirs scolaires plutôt qu’aux manifestations de rues. Pendant son second ministère, de mai à novembre 1919, il fut la cible d’un attentat : un étudiant du séminaire religieux d’Alexandrie, Sayyid Ali Muhammad, jeta une bombe en direction de sa voiture alors qu’il allait de sa résidence à son bureau, à Janaklis. La bombe n’explosa pas, mais l’étudiant fut jugé et condamné à 10 ans de prison avec travaux forcés.

6 L’un des ingénieurs britanniques qui furent engagés pour moderniser le système d’irrigation. C’est lui qui recommanda la construction du barrage d’Assouan.

7 L’attention particulière que les Anglais attachaient à l’irrigation en Egypte est bien connue. Le système financier britannique en Égypte était tel qu’une grande partie des revenus du gouvernement était employée à rembourser la dette extérieure. Les montants qui auraient dû normalement revenir au budget des services sociaux ou à celui de l’enseignement furent dramatiquement réduits. Par contre, le budget de l’irrigation continuait à s’élever comme par compensation. Tant et si bien que le réseau d’irrigation continuait à s’améliorer tandis que les programmes de l’enseignement et des services sociaux allaient en empirant. Les Égyptiens ne voyaient rien de bon dans tout cela, comme on peut le constater par les commentaires exprimés par le khédive. Par contre, les Anglais, pour qui l’industrie du coton était d’une importance capitale, trouvaient qu’il ne fallait rien changer. Ils établirent au contraire un ministère de l’Irrigation composé de fonctionnaires britanniques haut placés et aux salaires élevés, qui apportaient leur expérience acquise aux Indes. On compte parmi eux, Sir Colin Scott Moncrieff, directeur du ministère, le lieutenant-colonel J.C. Ross, Sir William Willcocks, Sir Hanbury Brown, E.P. W. Foster, et Sir William Garstin.

8 Thomas Cook (1808-1892), homme d’affaires britannique. Né à Melbourne, en Angleterre, il se fait missionnaire en 1828, puis s’engage dans la lutte anti-alcoolique. En 1841, il eut l’idée de louer un train spécial pour le transport de Leicester à Loughborough de passagers qui devaient assister à une réunion de la ligue anti-alcoolique. Le succès de ce voyage organisé fut tel qu’il ouvrit un bureau de voyages et lui donna son nom. Cook organisa personnellement et accompagna des circuits touristiques à travers l’Europe, s’occupant également des locations d’hôtels et de transports pour les particuliers. Il organisa des services d’information sur les voyages, notamment à l’usage du gouvernement britannique qui fit appel à lui plusieurs fois, en particulier pour la dernière expédition au Soudan menée par le général Charles George Gordon, en 1884.

9 La crise d’Aqaba avait à pour épicentre la ville de Taba : en 1906, la Turquie avait décidé de construire un chemin de fer d’Amman à Aqaba. En rapprochant par trop la puissance turque de l’Égypte et du canal de Suez, ce projet menaçait l’occupation britannique en Égypte. Elle diminuait les frontières du pays occupé de la ligne al-Arish/Aqaba à al-Arish/Suez. Cela contrariait vivement les Anglais. Lord Cromer organisa des manœuvres navales en face de Taba le 17 janvier. Les soldats turcs occupèrent la ville. Les puissances européennes n’étant pas intervenues, les Turcs furent obligés de faire retraite en mai 1906. Cette action posa un problème aux nationalistes égyptiens, tiraillés entre leur loyauté envers la Turquie et leur désir de conserver à l’Egypte son intégralité territoriale. Sur ce point, ils avaient la même position que les Britanniques. Kamil prit le parti de la Turquie dans cette affaire car il ne pouvait pas concevoir que la ligne Aqaba-Amman soit une menace pour la souveraineté de l’Egypte, même si elle offrait aux troupes turques le moyen d’atteindre plus facilement le sol égyptien. Ce projet allait à l’encontre des intérêts britanniques, mais ne changeait rien en fait pour l’Égypte puisqu’elle faisait déjà partie de l’Empire ottoman.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540