Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre VIII. Le soudan

Texte intégral

La Question du Soudan. La conquête et l’organisation. Rôle de l’Abyssinie. L’évacuation. Le Condominium.

La Question du Soudan

1La question du Soudan, l’une des plus disputées de mon règne et la plus chargée d’amertume, a été de tout temps et sera toujours la cause de récriminations et d’appels incessants de la part du peuple Égyptien, conscient de la nécessité inéluctable de garantir les limites de l’Égypte, et, par le Soudan, la possession des sources du Nil, son « Fleuve-Vie ».

2La conquête du Soudan et plus précisément de la Nubie, entreprise dès 1820 par le grand Mohamed Ali, immédiatement après sa conquête de l’Égypte, fut poursuivie brillamment par son fils Ibrahim (1789-1848).

3Ce fut lui qui chassa de Dongola les Mamelouks qui s’y étaient réfugiés, et dont les derniers rejoignirent à l’ouest le Darfour, le Wadaï, et à l’est, la Mer Rouge. C’est à lui que l’Égypte est redevable de l’adjonction des vastes régions des Berbères et du Sennaar, de la création de la ville de Khartoum au confluent du Nil blanc et du Nil bleu.

4Les armées de Mohamed Ali avaient conquis Taka et Kassala. Les deux ports du Soudan, Souakim et Massouah, étaient sous la suzeraineté du Sultan depuis 1517 et passèrent, par le firman d’investiture de 1865, au Khédive Ismaïl. Le Soudan était alors entièrement égyptien. Les tribus étaient soumises et le Gouvernement égyptien exerçait sa puissance sur toute l’étendue de ce territoire, qui était divisé en cinq provinces ou moudiriehs : Dongola ; Berber ; Sennaar avec pour chef-lieu Khartoum ; le Kordofan, chef-lieu El-Obeid ; Taka, chef-lieu Kassala.

5L’ordre régnait partout ; les travaux géographiques, géologiques et hydrographiques, les études sur la faune, la flore et les mœurs de tribus qui habitaient les régions de Bahr el-Ghazal, se poursuivaient sans relâche. Des expéditions pour la découverte des sources du Nil furent organisées, et l’on créa la ville de Khartoum d’où rayonnait l’autorité centrale.

6On prétend qu’en 1856 déjà, le Khédive Saïd aurait envisagé l’abandon du Soudan. Une telle assertion est incontrôlable. Seules pourraient l’expliquer les énormes difficultés créées par, la distance, la disparition chronique des moyens de locomotion et de transport au gré des crues et décrues du Nil, l’insuffisance des revenus de l’État en face des immenses besoins du pays en plein essor qu’était alors l’Égypte nouvelle. De telles conditions rendaient presqu’impossible au Gouvernement Égyptien l’exercice d’un contrôle effectif et d’une administration régulière en des régions demeurées longtemps barbares, et poussèrent ce khédive prévoyant à examiner la situation réelle du Soudan, les ressources locales et les moyens pour l’Égypte de porter remède aux déficiences. Les ordonnances khédiviales qui suivirent administrent la preuve de cette préoccupation dominante. En égard à l’époque, le lieu et le milieu auxquels elles s’adressaient, venant presqu’exclusivement du cœur, elles sont empreintes de générosité et ne se préoccupaient que de faire un bien irréalisable assurément, mais souhaité et commandé avec le prestige de l’autorité du souverain.

7Les peuples divers habitant le Soudan se trouvaient à la merci des marchands d’esclaves venus du fond de l’Arabie ou des soldats échelonnés, selon le besoin, au hasard d’un pays inexploré, chargés de la réquisition en matières premières pour le paiement des impôts fonciers.

  • 1 Muhammad Ali pacha fut le premier à proclamer l’abolition de l’esclavage au Soudan en 1838. Dans la (...)

8Au lieu de les abandonner à la barbarie, Saïd proclama la suppression de l’esclavage et de la traite des nègres1. Il mit des bornes aux pouvoirs du Gouvernement local. Il s’intéressa à la réforme de la justice et de la police, de la sûreté du pays et de la protection des routes fluviales et de celles qu’empruntaient les caravanes entre l’Égypte et le Soudan ; il allégea le poids des impôts qui n’avaient pas été perçus. Il perfectionna avec son esprit d’ordre le service postal embryonnaire inauguré par Mohamed Ali. Il rêva même de plans d’industries à créer et de travaux d’utilité publique à exécuter.

  • 2 L’une des raisons majeures de l’échec des plans ambitieux imaginés par Saïd pacha et le khédive Ism (...)

9Ces nobles projets échouèrent pour la plupart parce que ceux qui étaient chargés de les exécuter se montrèrent incapables ou infidèles, ainsi qu’il arrive souvent en tout pays du monde2. Mais cet échec ne conduisit pas le Gouvernement à abandonner le Soudan - tant il est vrai que le Soudan continue à faire partie de l’Égypte.

10Mon aïeul Ismaïl n’eut qu’à continuer la tradition de sa famille, quand, sous l’impulsion donnée en Europe par le Comité contre la traite des esclaves, il voulut réaliser et compléter les projets mal compris et encore plus mal suivis concernant l’affranchissement et la délivrance des indigènes de toutes races peuplant le Soudan. Toutefois ces ordonnances avaient été faites à une époque où, dans les deux Amériques, en Asie et ailleurs encore, la traite était encore librement pratiquée, ainsi que la fustigation et la torture.

  • 3 Sir Samuel White Baker (1821-93), aventurier et voyageur britannique qui explora l’Afrique, Chypre, (...)

11Cette nécessité humanitaire s’ajoutait au désir qu’avait Ismaïl de porter autant que possible les limites de l’Égypte vers l’Équateur, à travers le premier Soudan, jusqu’aux sources des deux Nil, fleuve-vie de l’Égypte. Il engagea dans ce but un Anglais qui avait exploré l’Afrique centrale et le Lac Albert, S. Baker3, auquel il assigna la tâche de soumettre le territoire entier de Gondokoro et d’en saisir la capitale, dont il deviendrait gouverneur. En effet, Baker remonta le Nil Blanc au-delà de la garnison égyptienne de Fachoda, s’arrêta à un village Chillouk, qu’il baptisa du nom de Tewfik, Tewfikieh. Ensuite il prit la ville de Gondokoro, qu’il appela Ismaïlieh (15 Avril 1871) et supprima partout le trafic des esclaves.

12Ismaïl étendit le Soudan de Mohamed Ali jusqu’à l’Équateur. Un immense Empire égyptien était né ; une administration effective régnait partout. Gordon organisa, au nom du Khédive l’Equatoria, Zubehr, le Bahr el Ghazel et Chaillé Long bey, l’Ouganda.

  • 4 Zubayr était au Soudan un allié du khédive Ismaïl. C’est grâce à sa participation active que le Bah (...)
  • 5 Romolo Gessi, aventurier et géographe Italien employé par Ismaïl pour ses expéditions en Afrique ce (...)
  • 6 Dans cet incident malheureux, Gessi attaqua Sulayman, le fils de Zubayr, qui était alors l’invité d (...)

13Le Firman du Sultan du 8 Juin 1873 confirma à Ismaïl toutes ses conquêtes et celui de 1er Juillet 1875 y ajouta Zeilah. Mon Firman d’investiture du 27 Mars 1892 a maintenu toutes les possessions de mon grand-père, avec l’approbation et la garantie des puissances. La légitimité des possessions de l’Egypte ne fait donc aucun doute. Les explorations furent poursuivies. Elles devaient rejoindre les lacs Victoria et Albert. Cependant, un Arabe, Zobéir4, avait gagné au Soudan Égyptien le Bahr- el-Ghazal et le Darfour ; le Wadaï se soumettait spontanément au Khédive Ismaïl ; Gessi5 domptait la révolte du Darfour et faisait fusiller Suleïman6.

14Une note d’actualité pour mes chers Égyptiens.

15Ismaïl avait voulu porter les limites du Soudan égyptien le plus près possible des sources du Nil Bleu, dont les eaux abondantes constituent un apport considérable aux eaux du Nil. Toutefois, le voisinage immédiat d’un pays encore barbare avait rendu plus difficile encore de protéger les Soudanais de la région limitrophe. Les Abyssins et leurs voisins ne respectèrent point ces frontières mal définies. Le trafic des esclaves et le pillage continuèrent des deux côtés. Des combats s’ensuivirent.

16Deux fois en une année, deux corps expéditionnaires égyptiens venant de Massouah se rencontrèrent dans la région d’Adoua, à Guindat (1875) et à Goura (1876) avec les hordes féroces du négus Yohannès, et furent battus par lui après d’âpres combats sur un terrain hostile. Cependant Ratib Pacha tint ses positions un mois entier avant de céder.

17L’Égypte indépendante ne put jamais ouvrir avec l’Abyssinie des relations de confiance, ni d’amitié. Quand elles changèrent - du temps du Khédive Tewfik - ce fut la nation occupante, la Grande-Bretagne qui s’en chargea.

18Pour le monde qui ignorait le véritable état des choses, il sembla alors et par la suite, jusqu’à la guerre italienne de 1936-1937 que le traité conclu en 1885 aux termes duquel les garnisons égyptiennes de garde à la frontière de l’Abyssinie recevaient le droit de pénétrer à l’intérieur du Soudan, était pour l’Égypte un avantage.

19En fait, pour parvenir à la conclusion du pacte Hewett, l’Angleterre céda au Négus d’Abyssinie la province de Bagos, qui ne lui appartenait pas du tout, et qui se trouvait en territoire égyptien. Bien mieux, cet acte avait créé, il y a plus d’un demi- siècle, une situation privilégiée à la toute puissante Angleterre dans une Abyssinie trafiquante d’esclaves, peuplée de pillards, avec laquelle, elle établit des rapports tout neufs dont le but ne fut pleinement révélé que lors du dernier conflit italo-éthiopien. But d’hégémonie politique et économique dans un pays qui était avant tout le maître naturel de l’irrigation du désert soudanais, ainsi que de l’irrigation cotonnière égyptienne. L’Égypte se trouvait ainsi menacée au Soudan même d’un détournement des eaux du Nil (au profit unique de la Grande-Bretagne qui avait fait de même du Canal de Suez un bassin uniquement anglais).

  • 7 Sir Henry Morton Stanley (1841-1904) quitta l’Angleterre pour des raisons familiales. Il se rendit (...)
  • 8 James Augustus Grant (1827-1892), officier britannique qui fit son service en Afrique et aux Indes (...)
  • 9 Speke, John Hanning (1827-64), explorateur britannique qui rejoint son concitoyen explorateur comme (...)

20Les temps ont changé depuis le traité Hewett. Si l’Angleterre ne s’en mêle point, si l’Égypte comprend son juste rôle, les eaux vivifiantes du Nil Bleu ne lui seront plus disputées. Déjà par un firman d’Abdul-Aziz (1865), Massouah avait été cédé à Ismaïl avec son Hinterland (province de Taka, ville principale Kassala), que Mohamed Ali n’avait obtenu qu’en bail. Deux ans plus tard, il recevait Zeïla, avant- poste de Harar et Berber sur le golfe d’Aden, à l’embouchure de l’Océan Indien. Un Égyptien explora le cours inférieur du Djouba ainsi qu’un Allemand, G. Rohlfs, qui reçut d’Ismaïl cent mille francs pour son exploration. En outre, Ismaïl accorda son appui généreux et sa sympathie à d’autres géographes et explorateurs, parmi lesquels Stanley7, Grant8, l’Anglais Speke9, l’Allemand Schweinfurt, et plus nombreux encore et plus assidus, les Italiens, tel que le missionnaire Daniel Conboni, Giovanni Miani, Carlo Piaggia et Pellegrino Matteucci.

21De ce grand Soudan, Ismaïl, s’il n’eût été dépouillé du trône, aurait sûrement fait le centre d’un empire immense. Les produits tropicaux, bétail, coton, encens, cocotiers, dattes, ivoires, peaux, n’auraient certainement pas manqué d’affluer de toutes parts ; il pensait les transporter jusqu’aux ports de la méditerranée par un chemin de fer, dont il avait déjà projeté de réaliser le commencement, de Wadi-Halfa à Khartoum. Ce riche Soudan que les Anglais ont toujours convoité pour en faire leur domaine, mais que le génie d’Ismaïl avait formé pour la grandeur de sa chère Égypte, sombra après son départ pour l’exil. De même, les dividendes considérables provenant des actions du Canal de Suez furent perdus à jamais pour l’Égypte, arrachés à Ismaïl par l’habileté de Disraéli et l’avidité sans bornes des créanciers. C’est sur ces deux piliers gigantesques et totalement égyptiens que s’appuie l’un des ressorts les plus remarquables de la puissance impérialiste et économique de l’Angleterre.

22La période la plus orageuse, je pourrais dire la plus tragique, de la question du Soudan, a été celle qui se déroula pendant le règne de mon Père bien-aimé, le Khédive Tewfik.

23A l’arrivée de Lord Cromer, c’est-à-dire le 11 Septembre 1883, pendant le règne du Khédive, mon Père, le Soudan s’étendait au-delà de la Haute-Égypte et de la ville de Wadi-Halfa, jusqu’à la ligne équatoriale avec, à l’ouest, les limites même du Darfour, et à l’est, sur la Mer Rouge, Massouah ; « a territory twice as big as France and Germany together ».

  • 10 Muhammad Ahmad (1844-85) se fit reconnaître comme le Mahdi qui, selon la tradition musulmane, serai (...)

24L’événement capital de cette période si pleine d’adversités pour le pays et pour mon Père, fut l’apparition d’un reître musulman originaire du Sennaar, Mohamed Ahmed10, un fanatique Mutemahdi (faux Mahdi), se proclamant Mahdi du Soudan, et jetant contre les troupes égyptiennes dispersées dans ce pays lointain, les hordes féroces que le fanatisme, le hasard et la soif de pillage avaient rassemblées à l’ombre de son étendard (1883).

25Il fut bientôt question pour le gouvernement égyptien de prendre immédiatement position contre ce nouveau danger imprévu, soit par une réduction des limites très vastes du Soudan, soit en lançant un corps expéditionnaire à la poursuite du Mahdi qui assiégeait El Obeid, capitale du Kordofan, en pleine révolte.

  • 11 Slatin pacha, conseiller financier et gouverneur du Darfur au temps de la révolte Mahdiste contre l (...)
  • 12 Le général Hicks pacha, chef du corps expéditionnaire égyptien envoyé pour combattre le Mahdi Muham (...)

26L’insuffisance d’hommes, d’armes, de munitions, de provisions, l’inutile sortie d’Abd-el-Kader, la chute d’El-Obeid, l’héroïque conduite de Slatin Pacha11, la débâcle tragique du Général Hicks12, sont connues de tout le monde, de même que la gravité de la situation intérieure, économique et politique, héritée par mon Père, aggravée par les mutineries dans l’armée, les journées d’Alexandrie et le débarquement anglais.

27Cette pression acharnée des choses et des individus sur le Khédive et sur les autorités égyptiennes responsables devint, au moment choisi par l’Angleterre elle- même, tellement dangereuse que « le Gouvernement britannique, dans la personne de son Ministre au Foreign-Ojfice, Lord Granville crut utile de décliner officiellement toute intervention et toute responsabilité dans les décisions concernant le Soudan » [Lettre de Sir Edward Malet à Chérif pacha le 22 mai 1883] Les événements successifs ont largement démontré qu’il s’agissait là d’une fiction diplomatique, offrant à l’Angleterre l’occasion incomparable de s’emparer du Soudan sous prétexte de le reconquérir, soit elle-même, soit à la demande du Gouvernement égyptien.

28Quoiqu’il en soit, ce net refus d’intervention directe, et en conséquence, le manque d’une aide efficace pour les troupes du Général Hicks, anglais lui-même pourtant, furent la cause précise du désastre inévitable : les troupes trahies par des guides vendus aux mahdistes, errèrent pendant trois jours et trois nuits dans les déserts sans eau, à travers des forêts sauvages.

  • 13 Sir Edouard Malet était le consul général Britannique en Égypte au début de la révolte d’Urabi.

29Cependant l’Angleterre, qui projetait de faire du Soudan la tête de pont de ses possession africaines persévéra longtemps encore dans cette conduite malgré les avertissements plus avisés de ses Consuls-Généraux se succédant en Égypte. Sir Edward Malet13 ayant cédé sa charge à Lord Cromer, celui-ci renouvela ses avertissements auprès du Gouvernement britannique qui demeura pourtant inflexible. À la fin de novembre, le Colonel Coetlogon, l’un des officiers que Hicks avait laissés à Khartoum, câblait que Khartoum et Sennaar, manquant de vivres et étant isolées, devraient être abandonnées dans peu de semaines.

30Le Général Stephenson et Sir Evelyn Wood, le Sirdar jugèrent que le Gouvernement égyptien n’était absolument plus en état de tenir ces deux villes et que le Soudan entier serait perdu jusqu’à Wadi-Halfa, si les deux villes étaient abandonnées et si le Gouvernement Britannique ne lui fournissait pas un secours considérable et immédiat.

31Cependant, ni le Khédive, ni Chérif Pacha, ni aucun Égyptien, ne voulaient envisager une semblable éventualité : abandonner le Soudan trempé de sang égyptien, qui détient en maître les deux branches du Nil dont l’Egypte se désaltère, s’enrichit et se glorifie !

32C’est pour cette raison qu’en décembre de la même année (1883), le Khédive ayant convoqué son Conseil des Ministres, il fut décidé de demander l’intervention du Gouvernement britannique auprès de la Sublime Porte, afin d’obtenir une aide militaire suffisante pour délivrer le Soudan des bandes du Mahdi, avec l’engagement de quitter le pays après cette opération. Le Conseil considérait que cette action revenait de droit au Calife Sultan, puisqu’il était le chef religieux de tous les croyants et puisque le Mahdi se trouvait être un révolté de l’Islam.

33Cette fois encore, le 13 décembre 1883, non seulement l’Angleterre refusa nettement d’apporter une aide quelconque à l’Egypte pour essayer de rendre au Soudan ses limites du temps d’Ismaïl, mais elle refusa également, et pour cause, de solliciter l’intervention de la Turquie, laissant ce soin au Gouvernement égyptien ; en même temps elle engageait les autorités et le Khédive lui-même, « to come to an early décision to abandon ail territory south of Assouan or, at least of Wadi-Halfa. They will be prepared to assist in maintaining order in Egypt proper, and in defending it as well as the ports of the Red Sea », ce qui l’intéressait davantage.

34Chérif Pacha ne voulut pas suivre la suggestion de l’abandon « of territories which they (les Égyptiens) consider absolutely necessary for the security and even for the existence of Egypt herself ».

35Il insista toujours pour obtenir une aide de la part du Sultan à laquelle évidemment il ne pouvait prétendre qu’avec le consentement anglais, refusé par le Consul Général Cromer, quoique donné en principe par le Gouvernement de Londres. Ce dernier, en même temps, insistait pour que les troupes égyptiennes fussent retirées de Khartoum et de l’intérieur du Soudan.

36Quoique Lord Cromer se soit déclaré par la suite tout à fait contraire à cette opinion, il ne lui restait qu’à obéir. Il insista donc auprès du Chérif Pacha pour l’abandon du Soudan et de Khartoum, d’après les ordres reçus, mais sans paraître jouer un rôle quelconque à cet égard pour dégager toute sa responsabilité.

37Chérif Pacha ne voulut pas accepter l’ordre britannique et démissionna. Trop éloigné de mon pays pour attester l’exactitude de toute assertion à ce propos, j’ignore si réellement mon Père appela Cromer chez lui la nuit du 7 janvier 1884 pour lui annoncer la démission des ministres en charge, et son intention de nommer Nubar Pacha.

38Surtout, je me refuse absolument à croire à l’assertion de Cromer selon laquelle le Khédive « accepted cordially the policy of abandoning the whole of the Soudan, which, on mature reflection, he believed to be the best in the interest of the country ».

39Il se peut, plutôt, qu’il ait cédé à la gravité de la situation, que lui révélait une dépêche - spontanée ou imposée ? - du Colonel Coetlogon, datée du même jour de Khartoum ; « I would strongly urge on your Highness the great necessity for an immediate orderfor retreat being given. Were we twice as strong as we are, we could not hold Khartoum against whole country, which, without a doubt, are one and all against us ».

40Le panorama du règne de mon Père est une suite déchirante d’événements pénibles et fâcheux, épouvantables même dans leur succession rapide et dans leur fatalité.

41Alors qu’il eût été possible de sauver Ismaïl, et l’Égypte avec lui, de la détresse suprême, grâce aux ressources qui existaient dans le sol même du pays depuis des siècles, des raisons extérieures, dues à la complexité de la situation internationale et à la position centrale de l’Égypte, carrefour du monde, engendrèrent les conditions intérieures de désordre, de révolte, de misère, voire d’impuissance, qui conduisirent à la perte du Soudan.

42Les troupes égyptiennes, qu’Arabi avait incitées à la révolte en 1881, qui avaient assisté ou participé aux jours abominables d’Alexandrie, pouvaient-elles défendre et sauver le Soudan, au nom d’un souverain qu’elles avaient méconnu et trahi ? Et cette armée nouvelle, à laquelle la Grande-Bretagne prêtait maintenant ses officiers, pouvait-elle comprendre qu’elle allait défendre une terre menacée par des peuplades sauvages, déshonorée par de folles entreprises dont elle n’était point responsable ?

43Des années et des années devaient s’écouler avant qu’une conscience nationale se formât chez les hommes des villes et des champs qui entraient dans l’armée.

44En effet, c’est à partir de l’année qui suivit le bombardement d’Alexandrie que les désastres se succèdent au Soudan. C’est la perte d’El-Obeid, le massacre des renforts accourant de Suckin à Sinkat, l’inutile tentative pour délivrer Tokar, les défaites survenues coup sur coup du Tamanieh et d’El-Teb. Ce sont après le Mahdi, les luttes acharnées avec les Derviches que la victoire de Graham, à Tamai, n’empêche pas de continuer leur campagne jusqu’à ce que la région du Bahr el-Ghazal tout entière tombe entre leurs mains. C’est Berber et Khartoum que l’héroïsme et l’amour de Gordon ne purent libérer ni sauver. C’est Massouah que les Italiens occupent avec le consentement des Anglais.

  • 14 Garnet Joseph, premier Vicomte de Wolseley (1833-1913), commandant en chef de l’armée britannique ( (...)

45De quelle utilité pouvaient être maintenant les crédits insuffisants votés par la chambre des Communes, et l’envoi de Wolseley14 avec un corps expéditionnaire au Soudan ? Mieux eût valu empêcher la débâcle extrême. Peut-être le refus puis l’offre de secours, et enfin l’abandon, n’ont-il été qu’une de ces fausses manœuvres, propre au jeu d’échecs que fut la politique anglaise en Égypte. En effet, avant tout, l’Angleterre s’empressa de prendre Zeyla et Berber, bases de la future colonie africaine du Soliland. Voilà pourquoi elle laissa les mains libres aux Italiens pour occuper Massouah. Cependant, la suite des défaites ne s’interrompt toujours pas ; partout les chefs Anglais tombent à côté des soldats Égyptiens sous les coups du Mahdi et des Derviches. Dongola est abandonné ; Harar est prise par les Abyssins ; Sennaar, Kassala, Ginnisse sont perdues ; enfin, le Soudan est évacué.

46Seul un homme courageux, attaché à son devoir et dévoué à l’Égypte, garda pendant trois années après l’abandon du Soudan sa place dans les terres éloignées d’Equatoria : Emin Pacha. [Emin pacha était l’Autrichien Edward Schnitzler. Comme médecin il entra au service du Sultan. En 1876, on le trouve avec Gordon à Khartoum où il semble qu’il se soit converti à l’Islam et ait pris le nom de Emin Hakim. Il était né le 26 mai 1840 à Oppeln dans la Silésie, de parents israélites et devint gouverneur de l’Equatoria en 1879. C’était un grand idéaliste.]

47Après l’évacuation, le Soudan s’éparpille en ses provinces, comme s’éparpille un tas de feuilles mortes lancées au vent.

48Les combats qui eurent lieu en 1888-1889 à Suakin et dans la vallée du Nil furent un encouragement à reprendre le Soudan. Ce plan fut préparé lentement pendant que l’Angleterre renvoyait à l’infini le recommencement de cette campagne sous le prétexte des sommes énormes que le Gouvernement Égyptien devait assigner à la construction du barrage d’Assouan, œuvre qui intéressait tout particulièrement la Grande-Bretagne pour ses résultats plus prompts, plus pratiques et plus sûrs, tandis que l’entreprise du Soudan présentait des issues incertaines pour un temps incalculable. L’Égypte devait ravitailler avant tout les filatures de Lancaster.

49Les trois premières années de mon règne furent absorbées par la nécessité de me mettre en état de connaître en profondeur mon pays. J’en avais été absent pour mon éducation. Mon Père avait voulu en effet que cette éducation me fût donnée selon l’inspiration d’Ismaïl : « l’Égypte n’est plus en Afrique, elle fait partie de l’Europe. »

50Je voulais me rendre compte de toutes ses ressources, de toutes ses possibilités, de tous ses besoins : de ceux qui étaient évidents, et de ceux, plus nombreux et plus importants encore, qui cachent leurs ressorts dans les racines mêmes de la religion, de la tradition des différentes races vivant et œuvrant sur le sol égyptien. Hâter la délivrance de l’Égypte, soumise malgré elle à une domination étrangère, devint mon but quotidien, ma tâche sans sursis et mon aspiration sans trêve.

51Plus tard, durant les longs silences de mes années d’exil, il me plut d’approfondir l’analyse des circonstances qui engendrèrent les événements dont j’eus à subir les conséquences. Je découvris l’origine, le développement et la solution d’une foule de faits dont l’action et l’influence, favorables ou non, s’exercèrent sur les différentes situations et sur les responsabilités respectives de ma vie de souverain.

52Dans ce temps-là, cette action et cette influence échappaient à ma vue de souverain et d’homme par l’interposition fatale d’intérêts et de personnes que je ne pouvais pas contrôler de la hauteur où le sort m’avait placé.

53J’éprouvai de la surprise à constater plusieurs fois que les mêmes faits m’étaient représentés de manière bien opposée, et provoquaient des considérations toutes différentes.

54À propos du Soudan, par exemple, il me revient à la mémoire, que, déjà en 1893, pas plus d’un an après mon accession au pouvoir, les Anglais avaient reçu une aide, aussi précieuse qu’inattendue et tôt oubliée, pour la reconquête du Soudan. [En 1892, en moins de quatorze ans, les Derviches avaient détruit huit millions de Soudanais. Cependant Lord Cromer ou le Gouvernement britannique ne décidèrent que quatre ans plus tard, la reprise des opérations militaires au Soudan. Sir Wingate trouva qu’il n’y avait qu’un million et demi d’habitants ! Cela vingt ans après l’évacuation.]

55Les Italiens qui visaient alors à la possession de cette partie de l’Ethiopie connue plus tard sous le nom de colonie d’Erythrée, venaient en 1890 de prendre position contre le Mahdisme. J’ignore encore si cela arriva à la suite d’accords secrets avec l’Angleterre (ce qui serait à supposer), le prolongement de la lutte contre le Mahdisme imposant l’acceptation d’une aide morale ou matérielle de quelque côté qu’elle vint.

56Quoiqu’il en soit, le fait est que la première bataille entre Italiens et mahdistes eut lieu tout près d’Agordat (Abyssinie) en juin 1890, en conséquence des pillages subis par les protégés du Gouvernement Italien, les Ben-Amer. Le peu qui survécut de Mahdistes s’enfuit.

  • 15 Il est bon de noter que le xixe siècle fut le témoin d’inventions importantes dans le matériel de g (...)

57Un deuxième combat considérable eut lieu encore à peu près aux mêmes endroits dans la plaine de Sorobetti, où le Capitaine Hidalgo, à la tête de ses ascaris et de ses bandes du Barka, débarrassa le terrain des Derviches venus pour leurs razzias. Vingt mois plus tard, ce fut le Capitaine Arimondi qui repoussa une attaque formidable du Mahdi, lançant sous ses feux neuf mille Derviches venant de Gheredef, qui furent écrasés15.

58Le Gouverneur de l’Érythrée lui-même, ayant décidé de chasser les Derviches de leur base de Kassala, « The more important inland town in the Eastern Soudan », et de nettoyer définitivement la région des Derviches, arriva à l’improviste en vue de la ville, après deux cents kilomètres de marche dans les déserts, à l’aube du 17 Juillet 1894, avec le peu d’hommes et d’armes dont il disposait.

  • 16 Abdallah al-Taaishi.

59À huit heures de ce même matin, les Derviches étaient délogés de la ville par les Italiens prisonniers du Mahdi. Slatin Pacha, raconte dans son livre « Fer et Feu au Soudan », la rage et l’ébahissemenl du Khalife mahdiste16, établi à Omdurman, à l’annonce de la prise de Kassala par les Italiens. Vers la fin de cette même année, le Mahdi lui-même assaillit Kassala avec des forces supérieures.

60Le siège, épouvantable, dura des semaines. Le major Hidalgo le soutint tout seul, avec des ressources très limitées en hommes et en vivres. Toutefois les efforts unis des assiégés et des troupes du Colonel Stefani amenèrent la grande victoire du Mont Makram qui délivra la ville, et celle plus importante encore de Tokruf, où le drapeau italien flotta au-dessus de milliers de cadavres de Derviches.

61Cet épisode, le plus saillant de la campagne italienne contre le mahdisme, venant contre-balancer l’action des anglo-égyptiens du côté du Soudan égyptien, exerça une influence remarquable sur le développement des événements.

62Influence que moi-même et le peuple égyptien ne pûmes mesurer ni, à ce moment, ni jamais par la suite, mais qui nidifia profondément les relations entre l’Égypte et l’Italie.

63Lord Cromer, dans son Modem Egypt n’a que deux mots hâtifs pour la prise de Kassala par les Italiens. « Le Soudan-oriental et les environs de Suakin demeurèrent tranquilles pendant l’année dernière (1893), j’attribue ce fait à l’occupation de Kassala par les Italiens. » Tranquillité qui régna toutefois de 1893 à 1897, jusqu’à ce que les Italiens, dégageant l’Atbara des hordes de Derviches, délivrassent définitivement Kassala pour la confier à l’Angleterre.

64Et cela, malgré la déclaration insérée dans le Protocole de 1891, selon laquelle « si les Italiens occupaient Kassala, ils l’auraient tenue jusqu’à ce que le gouvernement égyptien (pas anglais) soit en mesure de réoccuper le district en question jusqu’au trait indiqué dans l’art. 1 de ce protocole et d’y maintenir l’ordre et la tranquillité. »

65On peut en conclure que le retour de Kassala au Soudan égyptien ne fut guère une victoire anglaise, mais tout simplement une cession par trop généreuse (sans aucune compensation) et quelque peu ingénue, de la part de l’Italie. L’étrange Marquis de Rudini, qui fit tout pour que l’Angleterre occupât la ville de Kassala grâce au Colonel Parson, le 27 décembre 1897, trois ans après l’occupation italienne, n’eut pas de meilleur juge que le Premier Anglais lui-même, Lord Salisbury, déclarant non sans ironie : « j’ai été souvent tourmenté par quelqu’un qui voulait avoir quelque chose. Jamais avant aujourd’hui, je ne vis personne empressé de donner quelque chose à quelqu’un. »

66C’est que l’Italie en était encore à ses débuts de colonisation, bien que déjà vers la moitié du dix-neuvième siècle, de grands patriotes du Risorgimento tels que Mazzini et Balbo, eussent entrevu la possibilité et la nécessité politique, économique et stratégique de reconquérir les terres nord-africaines que Rome avait possédées et civilisées deux mille ans auparavant.

  • 17 Cecil John Rhodes (1853-1902), homme d’État britannique, membre du Parlement de la Colonie du Cap, (...)

67Ismaïl, de son côté, projetait l’agrandissement du Soudan au profit de l’Égypte, tandis que Cecil Rhodes17 rêvait pour l’Angleterre, un chemin de fer qui, partant d’Alexandrie, devait joindre la Méditerranée à la Colonie du Cap à travers l’immense continent africain.

68Il ne me semble pas superflu de répéter ici que l’Angleterre tient le Nil et le Soudan pour un bien à elle, lui revenant de droit : un droit sans fondement. Mais une source d’or est renfermée là.

69Cette source s’alimente autant et plus de la peine quotidienne de nos fellahs, que des eaux du Nil Blanc et de celles plus abondantes du Nil Bleu.

70Il y a autre chose encore : comme cette fois, il s’agissait de tenir le Soudan en dehors des convoitises des Puissances, l’Angleterre envisagea la création d’un Condominium Anglo-Égyptien qui devait accoutumer les Égyptiens et le monde à l’idée d’une éventuelle occupation anglaise. En effet, déjà quelques Égyptiens avisés avaient noté que - pour la première fois - sur les murailles d’Omdurman, le drapeau anglais flottait à côté de notre drapeau égyptien : signal de partage plutôt que d’union.

71Naturellement, à travers les renseignements que je recevais pour mon compte, je devinais ce qui arriverait par la suite. Je pressentais quel danger allait résulter pour l’Égypte de cette reconquête voulue par Kitchener.

72Il était clair que les Anglais ne démasqueraient que petit à petit leurs batteries et leur plan d’ensemble, par crainte d’une intervention des Puissances, dont le contrôle sur l’Égypte était encore actif, et pour éviter des complications internationales.

73La Sublime Porte était encore suzeraine du territoire égyptien proprement dit, mais aussi du Soudan, qui du moins en théorie, n’avait pas cessé d’être égyptien, depuis Ibrahim, et malgré l’invasion mahdiste. Toute la campagne de 1895-1898 avait été reprise et entreprise au nom du Khédive d’Égypte ; le Lord [Cromer] eut l’habilité de suggérer à son Gouvernement le nouveau statut du Soudan, au cours d’une allocution prononcée à la réunion des Cheikhs d’Omdurman, aux tout premiers jours de 1899 : « for the future you will be governed by the Queen of England and by the Khedive of Egypt. »

74Une année avant mon avènement au trône, les territoires géographiques en dehors de l’Égypte proprement dite étaient les suivants : Equateur, Bahr el-Gliazal, Fleuve Blanc, Darfour, Kordofan et Soudan oriental, le tout divisé en seize provinces ayant Khartoum pour capitale. La surface totale de ces possessions dépassait celle de la France, de la presqu’îles Ibérique et de l’Allemagne.

75Les collaborateurs responsables de mon père furent étonnés de constater qu’à plus de 1.500 kilomètres de distance deux mouvements insurrectionnels se dessinèrent entre 1881 et 1882. Celui d’Arabi en Égypte et celui du Mahdi au Soudan. Un auteur Français de nos amis s’étant posé la question : « Qui avait intérêt à faire naître ces troubles ? » répondit : « C’est l’Angleterre ». L’histoire jugera. Nous, nous ne disposons d’aucun document pour nous en arroger le droit.

76Que l’Égypte sache que c’est avec une douleur déchirante que mon ministre des Affaires Étrangères signa l’acte de condominium imposé par l’inflexible Lord [Cromer] : La Convention du 19 janvier 1889 créait un soi-disant Condominium du

77Soudan, entre la Reine d’Angleterre, Victoria, et le Khédive d’Égypte, moi-même. Acte, avait-on dit, purement administratif ne touchant en rien à la souveraineté d’Egypte. Il s’agissait, et cette convention le précisait dès les premières lignes : « de donner satisfaction aux titres qu’a acquis le Gouvernement de sa Majesté Britannique par droit de conquête, à participer à l’organisation actuelle de l’immense territoire qu’Ismaïl, mon aïeul, avait conquis pour le donner à l’Égypte, jusqu’à l’Équateur. Le gouverneur général ne serait pour l’avenir qu’une créature « recommended by the British Gouvernement », engagée par un décret Khédivial. Je supprimai l’exercice des Tribunaux Mixtes partout dans le territoire soudanais: « no foreign Consul should be allowed to reside in Soudan without the previous consent of the British Government. »

78La reprise du Soudan s’ensuivit à peu près dans l’ordre suivant : Darfour, Dara, Bahr el-Ghazal, Equatoria, Lado Enclave, Sennaar, Omdurman, Khartoum. Malgré cela, après comme avant la Convention, l’Égypte ne cessa de fournir ses hommes et son or, au bénéfice de la Grande-Bretagne et du Soudan.

79La jeunesse égyptienne a compris cela depuis Moustapha Kamel. Elle ne l’oubliera pas dans l’avenir.

80En effet, le 19 janvier 1899, Boutros Pacha Ghali signait l’Agreement entre la Grande-Bretagne (Lord Cromer) et l’Égypte pour le Condominium du Soudan. [Cf. annexe à ce chapitre : Texte du Condominium.] Pour une prise de possession plus complète, Cromer n’eut qu’à attendre patiemment - pendant cinq ans encore - la Convention de 1904 avec la France qui lui laissa la main libre chez nous. Il ne craignait plus rien du côté de la Turquie, en butte alors avec toutes sortes de difficultés et d’intrigues tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. L’abolition des Capitulations au Soudan y avait supprimé toute autorité ottomane. Ce qui devait être un Condominium ne fut qu’un Dominion auquel l’Égypte était chargée de fournir des millions de livres et de soldats.

81Si le cœur des Égyptiens saigna à la suite de cette conquête inadmissible, ce ne fut pas la Grande-Bretagne qui s’en réjouit. Le peuple anglais est parfois plus sensible que son gouvernement : quand même les « rulers » de cette époque eussent voulu par leur égoïsme précipiter la situation en abandonnant le Soudan à son sort, de nombreux personnages, des hommes de lettres et de science critiquèrent âprement et publiquement dans la presse et en pleine Chambre des Communes la conduite du Premier Ministre Britannique.

82Toutefois, d’autres anglais qui avaient vécu au Soudan et en Égypte avancèrent alors des opinions qui démontraient leur ignorance absolue des possibilités du Soudan.

83Que penserait-on aujourd’hui de ce jugement du Colonel Stewart : « Soudan, what a useless possession and what a huge incombrance on Egypt ! » à moins qu’il ne comportât cette restriction mentale : « mais non pas pour lAngleterre ».

84En 1889, l’Angleterre intensifia son action. Il paraît clair aujourd’hui que sa chasse aux Derviches en 1889 et ses exploits eurent moins le but de sauvegarder la frontière égyptienne que de reconquérir le Soudan.

85Du reste, l’action de l’Angleterre contre les Derviches n’obtint pas un plein succès. Ce fut le Négus Yohannes qui se chargea de les battre en plein été à Arguin et à Toski. Un an et demi après, la province de Tokar fut arrachée aux Derviches en déroute. C’était la conquête du Soudan qui recommençait. Elle devait continuer. Le Soudan une fois rentré dans les limites qu’Ismaïl lui avait tracées de sa main divinatrice, la Grande-Bretagne allait l’arracher au fils de Tewfik, moi, Abbas II et à l’Égypte.

86Je ne puis terminer mes souvenirs sur le Soudan sans rendre justice au successeur de Lord Kitchener comme Sirdar : Le Général Sir Wingate Pacha. [Cf. annexe : les deux lettres de Sir Wingate pacha.] L’armée égyptienne n’eut jamais de meilleur Sirdar que lui. Intelligent, énergique, simple et avenant, il joignait la fermeté au sens le plus noble de la justice. Il sut réunir autour de lui un personnel connaissant bien les mœurs et les besoins du pays qu’il administrait. « He is the right man in the right place. »

87Je pus lui faire suggérer mon avis sur le système du gouvernement du soudan qu’il comprit avec une grande vivacité, grâce à l’esprit méditerranéen qui l’animait et à sa profonde connaissance de la langue et de la culture françaises. Je ne me suis pas trompé en conseillant le système de décentralisation administrative, qui élevant les Soudanais à un niveau de vie supérieur, leur permettra de s’unir un jour avec leurs frères Égyptiens dans les États-Unis du Nil. [Abbas Hilmi II, A few words on the Anglo-Egyptian Seulement, Georges Allen and Unwin Ltd., London, 1,930, p. 23.]

CHAPITRE VIII (ANNEXES)

88Condominium Anglo-Égyptien.

89Deux lettres autographes de Sir Wingate Pacha, Sirdar.

Convention entre le Gouvernement de Sa Majesté Britannique et le Gouvernement de Son Altesse le Khédive relative à la future administration du Soudan

90Attendu que certaines provinces du Soudan, qui étaient en rébellion contre l’autorité du Khédive, sont maintenant reconquises, grâce aux efforts militaires et financiers joints du Gouvernement de Sa Majesté Britannique et du Gouvernement du Khédive ;

91Attendu qu’il est devenu nécessaire de choisir un système d’administration et d’établir des lois pour lesdites provinces reconquises, en tenant compte des conditions rétrogrades et troublées d’une grande partie de ces régions ainsi que des besoins divers des différentes localités ;

92Attendu le désir de donner satisfaction aux titres qu’a acquis le Gouvernement de Sa Majesté Britannique par droit de conquête, de participer au présent règlement, ainsi qu’à la mise en oeuvre et au développement du dit système de législation ;

93Attendu qu’il est évident que, pour de nombreux motifs, Wady-Halfa et Souakim peuvent être administrés d’une manière plus effective, en connexité avec les provinces reconquises auxquelles ces territoires sont adjacents ;

94Il est agréé et déclaré par les présentes, entre les soussignés dûment autorisés pour ces objets, ce qui suit :

Article I

95Dans la convention anglo-égyptienne, le mot « Soudan » désigne tous les territoires situés au sud du vingt-deuxième parallèle de latitude qui n’ont jamais été évacués par les troupes égyptiennes depuis 1882 et ceux qui, ayant été administrés par le gouvernement du Khédive avant la rébellion du Soudan, ont été ou seront ultérieurement reconquis par le Gouvernement anglais et le Gouvernement égyptien agissant de concert.

Article II

96Les drapeaux anglais et égyptien seront arborés (conjointement) dans toute l’étendue du Soudan, excepté dans la ville de Souakim où le drapeau égyptien, seul, devra être hissé.

Article III

97Le commandement suprême au Soudan sera confié à un officier qui sera désigné sous le nom de Gouverneur général du Soudan. Il sera nommé par décret khédivial avec la sanction du Gouvernement britannique.

Article IV

98Les lois, décrets et règlements promulgués du pays pourront être modifiés ou abrogés par une proclamation du Gouverneur général. Cette proclamation sera notifiée à l’Agent britannique au Caire et au Président du Conseil des ministres du Khédive.

Article V

99Aucune loi égyptienne, décret ou arrêté ministériel non encore promulgué, ne sera applicable au Soudan, à moins que le gouverneur général ne juge à propos de les adopter et d’en faire l’objet d’une proclamation.

Article VI

100Dans la définition par proclamation des conditions sous lesquelles les Européens seront admis à résider où à faire du commerce, ou à acquérir des propriétés au Soudan, aucun privilège spécial ne sera accordé aux sujets d’aucune des puissances (étrangères).

Article VII

101Les droits d’importation ne frapperont pas les marchandises pénétrant dans le Soudan par la voie des territoires égyptiens ; mais ces droits devant être perçus sur les marchandises venant d’ailleurs que des territoires égyptiens ; toutefois, les marchandises, entrant au Soudan à Souakim ou dans les autres ports du littoral de la mer Rouge, payeront, pour le moment, des droits équivalents à ceux perçus sur les marchandises entrant en Egypte de pays étrangers.

102Les marchandises quittant le Soudan pourront être soumises à des droits, et ces droits pourront être modifiés de temps en temps, par proclamation.

Article VIII

103La juridiction des tribunaux mixtes ne sera étendue en aucun cas à aucune portion du Soudan, excepté à la ville de Souakim.

Article IX

104La loi martiale est et restera jusqu’à nouvel ordre en vigueur dans tout le Soudan, à l’exception de la ville de Souakim.

Article X

105Ni consuls, ni vice-consuls, ni agents consulaires ne seront accrédités et ne pourront résider au Soudan sans avoir préalablement été reconnus par le Gouvernement britannique.

Article XI

106L’importation et l’exportation des esclaves au Soudan sont absolument prohibées.

Article XII

107Les deux Gouvernements ont convenu de donner leur attention toute spéciale à l’application de l’Acte de Bruxelles du 2 juillet 1890, en ce qui concerne l’importation, la vente et la fabrication d’armes à feu, de munitions et de boissons distillées ou spiritueuses.

108Le Caire, 19 janvier 1899

109Signé : Boutros-Pacha Ghali, Lord Cromer

Notes

1 Muhammad Ali pacha fut le premier à proclamer l’abolition de l’esclavage au Soudan en 1838. Dans la pratique, cependant, il était impossible de faire observer une telle décision en raison de la rapacité de certains gouverneurs Égyptiens qui firent fortune en participant à ce trafic et parce que l’économie du Soudan restait dépendante de la traite. Le pacha lui-même importait des esclaves du Soudan et le trafic qu’il voulait abolir s’inscrivait dans un trafic international.

2 L’une des raisons majeures de l’échec des plans ambitieux imaginés par Saïd pacha et le khédive Ismaïl tient sans doute à l’exploitation du Soudan par les fonctionnaires qui y furent envoyés pour l’administrer et par les « chercheurs d’or » qui leur succédèrent dans les territoires conquis. En permettant aux aventuriers de toutes nationalités (Égyptiens, Syriens, Européens et même Soudanais) d’exploiter l’ivoire et les ressources humaines du Soudan, les gouverneurs travaillaient également pour leur bénéfice personnel et se remplissaient les poches en utilisant tous les moyens de coercition possible pour extraire la richesse du pays.

3 Sir Samuel White Baker (1821-93), aventurier et voyageur britannique qui explora l’Afrique, Chypre, la Syrie, les Indes, le Japon et l’Amérique du Nord. Accompagné de son épouse, il quitta le Caire en 1861 pour chercher les sources du Nil. En 1862 il rencontra John Hanning Speke et James Augustus Grant à Gondokoro après que Speke eut découvert le lac Victoria. Les deux hommes lui dirent que d’après les indigènes, il existait un autre lac qu’il découvrit le 14 mars 1864. Il le nomma lac Albert en l’honneur de l’époux de la reine Victoria. De 1869 à 1873, Baker travailla pour le khédive Ismaïl : gouverneur de l’Afrique équatoriale, il s’efforça d’abolir la traite et d’ouvrir la région équatoriale au commerce. On dit que Baker fit fortune au Soudan.

4 Zubayr était au Soudan un allié du khédive Ismaïl. C’est grâce à sa participation active que le Bahr al-Ghazal et le Darfur furent annexés au Soudan égyptien. Ce ralliement lui valut l’honneur d’être nommé pacha par le khédive.

5 Romolo Gessi, aventurier et géographe Italien employé par Ismaïl pour ses expéditions en Afrique centrale. Administrateur de la province de Bahr al-Ghazal, il entreprit, en 1876, l’étude et la cartographie du lac Albert et de ses environs.

6 Dans cet incident malheureux, Gessi attaqua Sulayman, le fils de Zubayr, qui était alors l’invité du khédive au Caire. Sulayman mourut des suites des blessures reçues dans cette escarmouche (qui n’avait pas été commanditée par Ismaïl). L’incident devint une « cause célèbre » et l’un des griefs que le Soudan eut contre l’impérialisme égyptien.

7 Sir Henry Morton Stanley (1841-1904) quitta l’Angleterre pour des raisons familiales. Il se rendit à la Nouvelle Orléans où il gagna sa vie comme correspondant de presse. Son nom est associé à la découverte des sources du Nil et du Congo, où il servit sous le roi Léopold de Belgique. Il siégea plus tard au Parlement.

8 James Augustus Grant (1827-1892), officier britannique qui fit son service en Afrique et aux Indes où il participa à la répression de l’insurrection de 1857. Grant doit sa célébrité à la découverte des sources du Nil et du lac Victoria en 1862, en compagnie de John Hanning Speke.

9 Speke, John Hanning (1827-64), explorateur britannique qui rejoint son concitoyen explorateur comme lui, Richard Burton, dans l’expédition en Somalie en 1854. En 1856, les deux hommes, financés par la Société royale de géographie, entreprirent la recherche des grands lacs équatoriaux qui, pensait-on, se trouvaient en Afrique de l’Est. L’année suivante, ils découvraient le lac Tanganyika, puis Speke, seul, devait découvrir le lac Victoria qui, selon lui, était la source du Nil. Au cours d’une autre expédition en 1862, il découvrit les Ripon Falls.

10 Muhammad Ahmad (1844-85) se fit reconnaître comme le Mahdi qui, selon la tradition musulmane, serait le sauveur réincarné de l’humanité. Il remporta avec ses disciples une série de victoires sur l’armé égyptienne, de novembre 1883 à la prise de Khartoum en janvier 1885. Avec cette dernière victoire, où Gordon devait trouver la mort, les Mahdistes avaient conquis toute la province.

11 Slatin pacha, conseiller financier et gouverneur du Darfur au temps de la révolte Mahdiste contre l’occupation égyptienne. De nationalité autrichienne, Slatin se convertit à l’Islam à l’époque où le Mahdi faisait la conquête du Darfur, et de ce fait fut bien traité par les troupes du Mahdi. Il fut le confident de Reginald Wingate, et joua un rôle important dans la reconquête du Soudan. Il fut nommé inspecteur général du Soudan de 1900 jusqu’au début de la première guerre mondiale.

12 Le général Hicks pacha, chef du corps expéditionnaire égyptien envoyé pour combattre le Mahdi Muhammad Ahmad. Cette expédition se termina par la déroute totale des forces égyptiennes.

13 Sir Edouard Malet était le consul général Britannique en Égypte au début de la révolte d’Urabi.

14 Garnet Joseph, premier Vicomte de Wolseley (1833-1913), commandant en chef de l’armée britannique (estimée à vingt mille hommes) qui écrasa les forces d’Ahmad pacha Urabi à Tall al-Kabir en septembre 1882.

15 Il est bon de noter que le xixe siècle fut le témoin d’inventions importantes dans le matériel de guerre comme l’artillerie à tir automatique qui facilita la conquête de l’Afrique en subjuguant les forces locales.

16 Abdallah al-Taaishi.

17 Cecil John Rhodes (1853-1902), homme d’État britannique, membre du Parlement de la Colonie du Cap, et financier qui s’employa à promouvoir l’influence britannique en Afrique du Sud. Né en 1853, il rejoint en 1870 son frère déjà installé en Afrique du Sud. Il y devient diamantaire grâce à la découverte des mines de diamants de Kimberly à Cape Colony en 1871. Entre 1873 et 1881, il étudie à l’Université d’Oxford, puis retourne à ses affaires de prospection de diamants. Il réussit à réunir un grand nombre de concessions en une seule compagnie minière nommée « De Beers », qui devait devenir la plus importante société productrice de diamants au monde. Il étend ses activités au Zimbabwe et à la Zambie, autrefois nommés « Rhodésie » d’après son nom de famille. Ce fut Rhodes qui recommanda à l’Empire britannique d’annexer le Botswana en 1885, et de poursuivre une politique coloniale agressive dans d’autres territoires africains. Il favorisa l’intervention britannique dans la guerre des Boers. Sa vie s’acheva à Cape Town en 1902 avant la fin de la guerre. Il laissa une grande partie de sa fortune à l’Université d’Oxford pour l’établissement de bourses versées en son nom à des étudiants qui incarneraient les idéaux pour lesquels il avait vécu.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540