Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre VI. Instruction publique

Texte intégral

1Il ne m’a pas fallu longtemps, au cours des investigations que je me plaisais à pratiquer dans tous les domaines intéressant l’avenir du pays, pour comprendre que seuls le développement de l’instruction et sa généralisation pouvaient réveiller le peuple et lui permettre de prendre conscience de ses destinées en même temps que de ses devoirs.

2L’Égypte fut toujours le pays du savoir. Les sciences, les lettres et les arts y furent constamment en honneur. Sa haute antiquité a laissé des traces impérissables de ses connaissances techniques et de son goût, que les chercheurs étonnés découvrent chaque jour davantage : manifestations de la sagesse des pharaons en même temps que de la culture de leurs scribes, science du temps des grands Califes, qui protégeaient les historiens et les poètes, et qui honoraient les architectes et les ingénieurs capables de choisir les lieux où se dressent ces monuments sur lesquels se posent aujourd’hui avec surprise les yeux des touristes pourtant habitués à la beauté.

3Quels qu’aient été les troubles du pays, ses malheurs, ses peines, le goût des études n’abandonna pas l’aristocratie religieuse nourrie de traditions et d’exemples, pas plus du reste qu’une bourgeoisie que la fortune avait pu rendre égoïste mais ne conduisit jamais à l’ignorance. Les ulémas d’El-Azhar étaient célèbres dans le monde entier, de même que les chroniqueurs désintéressés qui se plaisaient à chanter d’une plume alerte non seulement les événements dont ils étaient témoins, mais aussi les grandes pages de l’Histoire que leur avait léguées la tradition.

4Les clercs étaient réputés pour leurs interprétations coraniques et l’impeccable diction avec laquelle ils lisaient le Coran. Cette réputation s’est maintenue intacte jusqu’à nos jours, et c’est de tous les points de l’univers que viennent les étudiants pour se perfectionner dans l’étude des préceptes de l’Islam.

5Lorsque Mohamed Ali vint réchauffer des rayons pénétrants de son génie l’Égypte endormie, il ne trouva pas le pays indifférent à ses desseins. Cet homme pourtant illettré mais qui avait la compréhension magnifique de ses devoirs de prince, aimait les savants parce qu’il les savait indispensables à l’évolution d’un peuple. Le passage des armées de Bonaparte avait laissé autre chose que des traces de sang et que le souvenir de violences habituelles aux conquérants. À côté des soldats de la Révolution se trouvaient des apôtres du savoir et des semeurs d’idées : ingénieurs, cartographes, archéologues, médecins, naturalistes. Les représentants de toutes les branches de la science s’étaient mis à étudier le pays, dont tous connaissaient les richesses, mais dont on avait oublié l’histoire.

6Mohamed Ali se rendit compte que la force des armes ne suffisait pas à créer une nation, mais qu’il était nécessaire surtout de développer l’instruction. Il fut admirablement secondé dans son œuvre par Ali Pacha Moubarek dont le nom est toujours vénéré dans les écoles égyptiennes, et qui fut le grand réorganisateur de l’Instruction publique en Égypte. Malheureusement, si le pays n’avait pas perdu le désir de s’instruire, la longue période de sommeil durant laquelle il avait végété sous l’occupation des Mameluks avait tenu la nation en dehors des courants de la science moderne.

7La pédagogie ne s’était pas renouvelée et vivait sur un vieux fonds dont la décrépitude permettait à peine d’entrevoir les grandes lignes. Il fallait donner de la force et de la vigueur à l’enseignement nouveau et préparer une élite destinée à apporter au pays des connaissances scientifiques et littéraires susceptibles d’être diffusées ensuite dans la nation.

8Pour arriver à ce résultat et pour rapprocher peu à peu de l’Occident un pays qui, trop longtemps s’en était tenu éloigné, soit par un souci excessif de particularisme, soit simplement à cause des circonstances, le grand rénovateur de la patrie égyptienne résolut d’envoyer en Europe une mission choisie parmi les jeunes gens qui s’étaient fait le plus remarquer par leur intelligence et leur assiduité. Il se forma à Paris une pépinière de jeunes savants égyptiens dans toutes les branches du savoir.

9Il eut la patience de les y laisser le temps nécessaire afin que d’un long contact avec les réalités occidentales, ils retirassent des enseignements qui leur eussent échappé si la pratique n’était venue se joindre à la théorie et la compléter. Ils revinrent tous non seulement avec des diplômes, mais avec l’art de s’en servir.

10L’Égypte n’eut qu’à se louer de leur dévouement au bien public et qu’à se féliciter de l’initiative heureuse de son Souverain et de sa clairvoyance.

  • 1 Rifaa al-Tahtawi, (1801-73) né à Tahta, dans la province de Girga en Haute-Égypte, appartenait à u (...)

11À l’illustre nom d’Ali Moubarek Pacha, il faut joindre celui de Riffaa bey1, grand réformateur comme lui, et précurseur des hommes qui allaient avant la fin du siècle transformer la culture égyptienne.

12Plus tard, mon grand-père Ismaïl, qui était un esprit pénétrant, compléta l’oeuvre de Mohamed Ali. Les missions en France devinrent plus nombreuses.

13Les établissements supérieurs fondés au Caire avec le concours de savants européens et égyptiens qui avaient étudié en Europe, couronnèrent l’effort déjà produit en vulgarisant de plus en plus l’apport intellectuel des missions d’études.

14Nous connûmes dans ces institutions purement nationales des hommes d’un dévouement parfait, qui unissaient à un grand savoir, le culte de la liberté et le respect des peuples avides de progrès.

  • 2 Monsieur Testout était le directeur de l’École française de droit du Caire. Il s’employa à en rele (...)

15Parmi eux, qu’il me soit permis de citer M. Testout2, l’éminent directeur de l’École de Droit du Caire, qui a formé toute une génération d’avocats parmi lesquels se distinguèrent des juristes renommés. Le Dalloz, le Sirey, les pandectes français avoisinaient dans les bibliothèques les œuvres de Montesquieu, de Rousseau, de Diderot, de d’Alembert, de Voltaire et de Condorcet.

16J’aimais à visiter les écoles où l’enseignement était diffusé, à me rendre compte des progrès des élèves et de l’adaptation de plus en plus manifeste des maîtres qui, en même temps qu’ils éduquaient le peuple, se forgeaient à eux-mêmes une tradition.

17Quelques écoles possédaient une section française et une section anglaise. Si les programmes n’étaient guère différents dans les deux sections, du moins les méthodes et la tendance étaient réellement opposées. Le Français, idéaliste, trouvait toujours prétexte à développer chez ses élèves le sentiment et le cœur. L’Anglais plus pratique, bornait son enseignement à une démonstration technique à laquelle l’esprit seul pouvait s’attacher.

18Ce qui caractérisait l’enseignement de ces maîtres éminents, c’était leur loyalisme.

19J’avais craint un instant que le séjour des jeunes Égyptiens dans les Universités britanniques n’atténuât chez eux les sentiments patriotiques et qu’ils revinssent pénétrés d’une sympathie exagérée pour le pays de leurs anciens maîtres. Il n’en fut rien et j’eus l’occasion de vérifier souvent ce fait : quel que soit le lieu de ses études, l’Égyptien reste toujours foncièrement national, absolument dévoué à sa patrie. Il s’assimile avec une remarquable facilité les mœurs occidentales, s’initie sans effort à la vie de l’Europe, acquiert avec une incroyable rapidité une culture étendue et profonde, qu’il sait adapter aux nécessités et aux besoins de son milieu national et social. Il n’est rebelle à aucun des enseignements qui lui viennent de l’étranger, mais son âme reste égyptienne.

20Partout où je rencontrais des professeurs français, je constatais aussitôt leur désir de donner à leurs élèves autre chose que des notions abstraites sur les lettres et sur les mathématiques, sur la grammaire ou la géométrie. Ils façonnaient les jeunes cerveaux à la compréhension des devoirs civiques ; ils leur inculquaient le sens de la Patrie. Quand, par hasard, dans une classe enfantine, je prenais un cahier d’écriture, je voyais en tête de la page, de la main du maître, des exemples relatifs à la loyauté du citoyen, au respect de la dynastie, à la gloire du pays, à l’amour de la Patrie. Dans les classes anglaises, les phrases destinées à se graver dans l’esprit des jeunes enfants, n’étaient que des banalités sans portée, comme : ce lapin est blanc ; cette chèvre est cornue ; la vache a du lait ; le chat poursuit le rat ; etc.

21Nul souci de travailler au relèvement de l’âme égyptienne ne hantait le cœur des pédagogues britanniques qui considéraient leur rôle comme un métier, comme un devoir peut-être, tandis que les autres y voyaient un apostolat ; nul n’était plus fier et plus orgueilleux que les bons maîtres français du succès de leurs anciens élèves, de l’éclat de leur talent, du développement de leur intelligence et de les voir se consacrer à la libération du pays.

22Les écoles françaises en Égypte, qui étaient généralement des écoles supérieures et qui travaillaient parallèlement aux écoles égyptiennes, subsistèrent jusqu’en 1904. À cette époque et suivant les conventions entre la France et l’Angleterre, celle-ci commença à éliminer de l’Administration les fonctionnaires français. Mais on trouvait qu’ils ne s’en allaient pas assez vite. La Grande-Bretagne n’avait le droit de les remplacer qu’à l’âge de leur retraite ou de leur disparition : par des manœuvres habiles, elle sut venir à bout des plus récalcitrants en compensant par de notables avantages pécuniaires la perte de leur situation.

23C’est ainsi que ceux qui partaient les premiers, c’est-à-dire ceux qui étaient le plus éloignés de leur retraite, se virent attribuer, s’ils consentaient « à vider les lieux », des annuités plus considérables que s’ils étaient restés à leur poste. Par le traité de 1904 le conseiller anglais s’était réservé le droit de choisir lui-même les fonctionnaires français dont l’emploi avait été maintenu.

24Ce choix était en réalité exercé par les représentants consulaires anglais, qui ne proposaient naturellement que ceux que leur faiblesse de caractère ou leur situation prédisposaient à la servilité.

25Mais malgré ces précautions, de nombreux incidents vinrent démontrer à la nation occupante que, même parmi les savants, il y avait des âmes assez belliqueuses pour tenir tête à une nation despotique. M. Grandmoulin, qui s’était déclaré anglophile, dut abandonner la direction de l’école de Droit, à la suite des protestations de ses élèves et d’un incident fâcheux. Son successeur, M. Lambert [Cf. sa lettre explicative à l’annexe à ce chapitre], ne resta que quelques mois. Il ne voulut pas se soumettre. Son départ fut le prétexte d’un coup de force : on mit un Anglais à sa place.

26Mais M. Lambert était parti avec les sympathies de ses élèves et il continua à la Faculté de Lyon, de prodiguer aux Égyptiens les marques de son affectueuse estime et les bienfaits de ses remarquables leçons.

27Je publie à la fin de ce chapitre la lettre dans laquelle M. Lambert expose, et la situation de fait qu’on lui imposa, et la politique « Cromérienne » dans l’enseignement en Égypte.

28Quand j’avais vu les intentions très nettes de l’Angleterre de se réserver le choix des professeurs dans les écoles, j’avais été fort affecté, et j’avais craint un instant que le niveau des élèves n’en fût atteint. J’avais peur de les voir acculés à une situation pire que celle qui nous était faite par la section anglaise de l’enseignement.

29Dès 1910, toutes les sections françaises avaient disparu, s’étaient éclipsées devant les entreprises du Conseiller anglais à l’instruction publique.

30Mais le remède des Anglais devint pour eux pire que le mal. Les parents, craignant de voir leurs enfants soumis à un enseignement qui tendait à les angliciser, les envoyèrent en Europe, particulièrement en Suisse et en France. Enfin, l’École Française de Droit ouvrit ses portes toutes grandes à ceux qui ne voulaient plus accepter les écoles du Gouvernement qui s’adonnaient depuis longtemps à un enseignement d’autant plus mal vu que les maîtres anglais, qui en assuraient la responsabilité, avaient des titres insuffisants et un bagage juridique vraiment trop léger. On avait vu des professeurs anglais à l’École égyptienne de Droit aller passer leurs examens de licence à Paris, à Aix ou à Lyon pour parfaire leurs études. Dans la chaire magistrale, on vit des novices, esclaves de leur manuel. L’enseignement supérieur perdit sa vitalité, et devint pour l’élève une tâche pénible. Lord Kitchener manœuvra pour prendre sous sa direction l’École Supérieure des Beaux-Arts. Je parai à ce danger grâce au directeur français, M. Laplagne [Cf. annexe à ce chapitre : lettres de Messieurs Laplagne et Coulomb],

31C’est ainsi que les entreprises anglaises échouèrent devant la volonté patriotique des Égyptiens. Aucune considération, aucune préparation pédagogique, aucune formation intellectuelle ne furent capables de détourner de leur devoir les étudiants sur qui pesait chaque jour une lourde contrainte, ni les parents qui, souvent, menacés, préféraient perdre les bonnes grâces de ceux qui distribuaient les prébendes et se priver de la présence auprès d’eux de leurs enfants plutôt que de laisser entacher leur nom et leur réputation d’une complicité antinationale et malhonnête avec les maîtres de l’heure.

32Quelques uns se sont étonnés de la baisse du niveau intellectuel des missions envoyées en Europe, comparé à celui des étudiants d’élite choisis par Mohamed Ali et Ismaïl pour s’adapter aux mœurs occidentales aussi bien que pour se pénétrer des enseignements de la France. Le nombre des étudiants choisis aujourd’hui est beaucoup plus considérable. C’est un régiment et non point une compagnie. Et puis, peut-être ne s’aperçoit-on pas autant que par le passé de leur supériorité, étant donné le degré de la culture générale et le nombre de ceux qui en sont pourvus.

33N’empêche que nous sommes arrivés à avoir aujourd’hui des cadres de professeurs égyptiens formés par des maîtres égyptiens. Grâce aux peuples amis qui lui distribuent encore le pain de l’esprit, et qui auront ainsi gagné des droits imprescriptibles à la reconnaissance de leurs anciens élèves, le pays est assez riche en talent et en dévouement pour n’avoir rien à demander.

34Il n’est que de se touner vers la magistrature, l’Université et le Parlement pour se rendre compte du haut niveau intellectuel atteint par les élèves de la Nation. C’est une majorité d’hommes de 30 à 65 ans qui gouvernent l’Égypte, presque tous instruits, appartenant à des professions libérales : médecins, ingénieurs, avocats, géomètres, astronomes, chimistes, paléontologistes, géologues, géographes, journalistes, hommes de lettres... Ils sont à l’avant-garde du nationalisme égyptien. Ils entretiennent le feu sacré auquel se réchauffent les masses, avides, elles aussi, de savoir et de comprendre, désireuses de s’instruire afin de donner à des chefs dignes de confiance des troupes conscientes et disciplinées.

35L’Égypte est vraiment prête à accomplir son destin, car il ne faut pas oublier que tout peuple instruit a besoin d’être libre, qu’il en a le droit, qu’il en a même le devoir. Tout le monde a compris, dans la vallée du Nil, la nécessité d’une évolution éclairée. Tout le monde s’est soumis aux obligations de la vie moderne qui exige la clarté autant que le labeur, les connaissances acquises plus que l’obstination aveugle.

36La Renaissance de la langue arabe a progressé parallèlement à l’essor de cette culture européenne.

  • 3 Ahmad pacha Shawqi (1868-1932) est le poète le plus célèbre de l’Égypte moderne. Il composait ses (...)

37L’homme que j’ai connu et aimé, mon directeur de cabinet arabe, le génial poète Ahmed Chawki bey3, sut faire accomplir à la langue arabe et à la pensée nationale une ascension prodigieuse.

38Jeune encore, il était déjà classique. Ses poèmes paraissant le matin étaient récités le soir dans tous les coins du pays.

39Son verbe était en harmonie avec l’âme renaissante de l’Égypte.

  • 4 De même que Shawqi, Hafiz Ibrahim (1871-1912) composait des poèmes dans le style classique arabe e (...)
  • 5 Syrien ayant émigré en Égypte, Khalil Mutran (1872-1932) se fit remarquer pour ses poèmes dont les (...)

40A côté de lui, Hafez Bey Ibrahim4 et Khalil Bey Moutran5 furent les poètes de la liberté et de l’indépendance.

  • 6 Qasim Amin est resté célèbre pour avoir été l’un des premiers citoyens arabes à demander l’émancip (...)
  • 7 Nom de plume de Malak Hifni Nasif, fille de Hifni Nasif, ancienne élève de Muhammad Abduh et avoca (...)
  • 8 Al-Muqattam était un quotidien politique publié par Faris Nimr, Yaqub Sarruf et Shahin Makarious, (...)
  • 9 Salim et Bichara Taqla (1849-1892) furent les fondateurs d’al-Ahram qui allait devenir le journal (...)
  • 10 Nom du journal publié par Mustafa Kamil pour faire connaître les idées du Parti national. Dans les (...)

41Je ne pourrai citer tous ceux qui, sous mon règne, se dévouèrent à la renaissance nationale ; mais ceux qui ont le plus défendu les droits et la liberté de la femme méritent une place d’honneur. Je veux nommer Qassem Aminé6 et Bahissat el Badiya7, fille de l’illustre philologue et grammairien Hefni bey Nassef, le journaliste El-Sayyid Ali Youssef, éditeur du journal al-Moayad, dénommé à son époque le Times de l’Orient. Le Docteur Nimr du Mokattam8, Bichara Takla9 et son épouse vigilante surent donner à leur journal al-Ahram une importance égale à celle des journaux d’Europe. Citons aussi les journaux du grand chef patriote Moustapha Pacha Kamel, a-Liwa10, l’Étendard et The Standard, ses éditions française et anglaise.

  • 11 Voir la note 126.
  • 12 Diplômé du collège protestant de Syrie, Georges Zaydam (1861-1914) est resté célèbre pour avoir éc (...)

42A côté des quotidiens, les périodiques, comme le al-Moktataf du Docteur Nimr et de Sarrouf11 et le « Helal » de Georges bey Zeidam12, par des études approfondies et longuement mûries, répandaient l’instruction parmi le peuple, dans les villes comme dans les campagnes.

  • 13 Abd al-Aziz Fahmi (1870-1948) est l’un des militants nationalistes les plus célèbres de l’Égypte. (...)

43Le Docteur Osman Ghaleb Pacha, comme l’éminent juriste Abd El Aziz Fahmi13, honorèrent, le premier, la science médicale, le second, la science juridique. Les bâtonniers Hafez bey Ramadan et Ahmed bey Loutfi égalèrent à la barre les plus grands avocats d’Europe.

  • 14 Ibrahim al-Muwaylihi (1855-1906), écrivain et poète de renom, est né dans une famille cossue de so (...)

44Les Babli, les Mouelhi14, soit en s’opposant à ma politique, soit en la soutenant, ont marqué de leur empreinte l’histoire de cette époque.

  • 15 Voir la note 102.

45Je lisais avec plaisir même les journaux d’opposition, comme « El Garidah »15, de Loutfi El Sayed. Je trouvais parfois dans la critique la force nécessaire pour mieux persister dans ma lutte.

  • 16 Juge au tribunal shar`i de Mansoura, le cheikh Ali Abd al-Raziq se rendit célèbre par la publicati (...)

46Des familles anciennes, de riches propriétaires terriens qui pouvaient vivre dans l’aisance et jouir de la vie, s’imposaient aussi des activités politiques, intellectuelles ou sociales, par exemple dans celle d’Abd El Razek Hassan, Moustapha et Ali16, entre autres, s’illustrèrent en se dévouant à l’Égypte.

  • 17 Muhammad Mahmud pacha (1977-1941) fut Premier ministre à plusieurs reprises : du 25 juin 1928 au 2 (...)

47Les membres de familles El Wakil, Sultan, Yehia - d’Alexandrie - Charawi, Mahmoud Pacha Soleiman et son fils, Mohamed Pacha Mahmoud17 surent toujours m’apporter leurs encouragements ou leurs avis avec déférence et sympathie même lorsqu’ils ne pensaient pas comme moi.

48D’un seul cœur, d’une seule âme, tous ont voulu ouvrir le livre de la science afin de pouvoir rouvrir le livre de l’histoire nationale. Tous, sauf pourtant les ulémas d’El-Azhar qui restaient réticents, mais faisaient un effort malgré tout pour nous suivre. Le grand réformateur, le Cheikh Mohamed Abdou, fut un des ardents progressistes malgré ses liens avec Cromer et ses sympathies malheureuses pour les occupants.

49J’avais toujours rêvé - sans arracher ces pieux exégètes à leurs travaux sacrés et à leurs chaires séculaires - de leur donner, parallèlement à un bagage religieux qui les encombre parfois parce qu’il est mal équilibré, un bagage humain qui leur permettrait de préparer les âmes à l’intelligence des choses de la divinité tout en les amenant à comprendre ce que c’est que l’humanité, quels sont ses droits, ses aspirations, ses espérances, et surtout ses possibilités.

50Je me heurtai à un traditionalisme qui touchait à l’obstination ; j’eus contre moi toutes les vieilles routines. El-Azhar restait fermée à mes objurgations. Donner aux ulémas une autre instruction que l’instruction coranique ! Quel sacrilège !

51J’obtins quelque satisfaction sur des points de détail, quelques réformes qui n’étaient pas essentielles. Ces réformes furent, du reste, fort onéreuses. Même dans les milieux spirituels, le temporel ne perd pas ses droits ! Je ne pus rien obtenir d’El-Azhar sans avoir payé le concours des ulémas - qui constituaient l’aréopage chargé de diriger l’institution - de quelque faveur pécuniaire. Car il paraît que le respect de la tradition peut quelquefois s’effacer, même à El-Azhar, devant les sollicitations de l’intérêt. Il me fut impossible d’aérer comme je l’eusse voulu cette vieille maison où d’honorables ulémas apprennent au monde musulman à prier suivant des modulations harmonieuses, et perpétuent à travers l’Islam les traditions de la linguistique et de la grammaire. Même l’illustre cheikh Mohamed Abdou, dont l’autorité religieuse était grande, ne put que difficilement ébaucher quelques réformes.

52Or, on n’a pas le droit de rester en dehors de la vie nationale et des devoirs de solidarité qu’elle vous impose. Les ulémas d’El-Azhar, pour avoir voulu se tenir à l’écart du mouvement et de l’action, risquent fort un jour de se voir mettre hors la loi.

53Déjà le Parlement gronde. Il prétend exercer sur la vie ecclésiastique des Saints routiniers du grand institut musulman un droit de regard. Pour n’avoir pas voulu se réformer à temps, El-Azhar sera obligée un jour d’accepter des règles sévères en dehors de Son Grand Conseil ; et pour avoir nié l’évolution, elle verra naître en son sein la révolution.

54J’ai été heureux, lors des événements de 1919, de voir les élèves d’El-Azhar à côté de la jeunesse des universités laïques égyptiennes dans l’action pour la liberté et l’indépendance de la patrie. Les jeunes cheikhs d’El-Azhar ont alors imposé à l’aréopage de leurs maîtres anciens la réforme que je n’ai fait qu’esquisser. Péniblement j’ai défriché la forêt et je félicite les moissonneurs.

55Tant il est vrai que la transformation conjuguée de tous ses rouages marque la résurrection de l’État.

56Personne n’a le droit de désobéir quand la Patrie dit : « En avant ».

CHAPITRE VI (ANNEXES)

57Sur l’anglicisation de l’enseignement en Égypte, lettre de Monsieur le Professeur Edouard Lambert.

58Sur l’Instruction Publique, lettre de Monsieur Guillaume Laplagne, Directeur de l’Ecole égyptienne de Beaux-Arts, 2 décembre 1912.

59Lettre de Monsieur Coulomb sur l’Ecole des Beaux-Arts et lord Kitchener, 6 mai 1913.

Notes

1 Rifaa al-Tahtawi, (1801-73) né à Tahta, dans la province de Girga en Haute-Égypte, appartenait à une famille de ulama’ qui jouissait, avant que la confiscation des iltizams par Muhammad Ali ne vienne l’appauvrir, d’une certaine fortune. Il apprit le Coran à l’école coranique (kuttâb) de Qina, puis entra à l’université d’al-Azhar pour étudier sous la direction du cheik Hassan al-Attar. Il fut plus tard enrôlé dans l’armée comme Imam et se rendit à Paris dans cette fonction, sous le patronage de Muhammad Ali pacha. Il publia le premier journal de Tangue arabe, a\Waqa’i al-misriyya (Journal officiel) et fonda l’École des Langues (Madrasat al-Alsun). Il est considéré comme l’une des personnalités intellectuelles et réformistes les plus remarquables de l’histoire de l’Égypte.

2 Monsieur Testout était le directeur de l’École française de droit du Caire. Il s’employa à en relever le niveau.

3 Ahmad pacha Shawqi (1868-1932) est le poète le plus célèbre de l’Égypte moderne. Il composait ses poèmes dans un style classique, utilisant les mètres et les rimes caractéristiques de la poésie arabe ancienne. Ses poèmes commémoraient les événements de la patrie et faisaient l’éloge des leadefs nationaux comme des monarques. On le compare souvent à un poète de cour représentatif de l’entourage de la famille royale. Ahmad Shawqi était cependant un sympathisant du mouvement nationaliste et soutenait Mustafa Kamil. Il apporta sa contribution au journal du Parti national al-Liwa’ et composa des poèmes à la mémoire des héros de l’Égypte, dont un sur Saad Zaghlul.

4 De même que Shawqi, Hafiz Ibrahim (1871-1912) composait des poèmes dans le style classique arabe en mètres et en rimes. Si Shawqi était un poète de cour, Ibrahim était un poète populiste. Il célébrait les espoirs et savait exprimer les souffrances de la nation, d’où le surnom de poète du Nil (sha’ir al-nil). Comme Shawqi, Hafiz Ibrahim soutenait les idéaux de la cause nationale et fit paraître ses poèmes dans la presse nationaliste.

5 Syrien ayant émigré en Égypte, Khalil Mutran (1872-1932) se fit remarquer pour ses poèmes dont les vers étaient composés dans le style arabe classique.

6 Qasim Amin est resté célèbre pour avoir été l’un des premiers citoyens arabes à demander l’émancipation de la femme, au début du vingtième siècle. Il est l’auteur de deux ouvrages sur ce sujet : Tahrir al-mar’a (La libération de la femme) et al-mar’a al-jadida (La femme nouvelle) publiés pour la première fois en 1899.

7 Nom de plume de Malak Hifni Nasif, fille de Hifni Nasif, ancienne élève de Muhammad Abduh et avocate énergique des droits de la femme. Nasif avait la réputation d’être un orateur de charme, un écrivain accompli qui contribuait régulièrement par ses articles au journal libéral al-Jarida dont l’éditeur était Ahmad Lutfi al-Sayyid. Diplômée d’une école réputée (al-Madrasat al-saniyya), elle réclamait l’émancipation et l’éducation des femmes, exigeant qu’elles aient le droit de construire leur propre destinée, de choisir librement leur mari, et de travailler hors de chez elles si elles le voulaient. Elle fut la figure de proue du mouvement féministe d’avant-garde dont firent partie des personnalités telles que Nabawiyya Musa et Huda Shaarawi. Elle mourut très jeune en 1918 et Shaarawi, qui prit sa place, contribua à la faire apparaître comme le chef de file du mouvement.

8 Al-Muqattam était un quotidien politique publié par Faris Nimr, Yaqub Sarruf et Shahin Makarious, en 1889. Les trois éditeurs, tous Syro-libanais, reçurent leur éducation dans les écoles de missionnaires de Beyrouth. Le journal, certainement soutenu par les Anglais, était utilisé pour diviser l’opinion publique et attaquer de front le khédive Abbas II. Nimr était en rapport avec le Consulat britannique (par son mariage avec la fille du consul anglais d’Alexandrie), et se rendait à Londres pour y rencontrer des politiciens. Il était convaincu que la présence des Britanniques en Egypte était la meilleure chose qui puisse arriver aux Égyptiens. Quant à Sarruf, il fonda également un mensuel al-Muqtataf : cet organe de vulgarisation de la culture et des idées occidentales, présentées comme synonymes de progrès, approuvait la politique anglaise en Égypte et défendait le matérialisme et à la laïcité. En dépit de sa valeur intellectuelle, le magazine provoqua la colère des nationalistes parce que son idéologie pro-britannique était trop évidente. Voir sur ce point les Mémoires de Saad Zaghlul et ceux d’autres nationalistes de l’époque, qui montrent l’hostilité que suscitaient ces Syro-libanais établis en Égypte qui coopéraient avec l’impérialisme occidental et en tiraient bénéfice.

9 Salim et Bichara Taqla (1849-1892) furent les fondateurs d’al-Ahram qui allait devenir le journal le plus lu en Égypte et certainement le plus important du monde arabe. Ils’établirent en Égypte sous le règne du khédive Ismaïl, qui avait la réputation d’apprécier les Syriens, et commencent à publier al-Ahram en 1875 à Alexandrie puis au Caire.

10 Nom du journal publié par Mustafa Kamil pour faire connaître les idées du Parti national. Dans les premières années qui suivirent sa création en 1900, al-Liwa’ parlait de faire l’unité nationale et soutenait les actions du khédive Abbas II. Mais comme le fossé se creusait entre lui et Kamil, le ton du journal s’imprégna de critiques aussi bien à l’égard du khédive que des Anglais. Avant même la mort de Kamil, lorsque l’éditeur devint le cheikh Abd al-Aziz Shawish, le ton du journal devint plus islamique, prit des positions en faveur du sultan ottoman et attaqua ouvertement la politique d’Abbas II. Avec un tirage de dix mille copies, chiffre élevé pour l’époque, al-Liwa’ était un quotidien populaire.

11 Voir la note 126.

12 Diplômé du collège protestant de Syrie, Georges Zaydam (1861-1914) est resté célèbre pour avoir écrit une histoire romancée de la Nation arabe. Ses récits, qui évoquaient des personnages et des événements importants de l’histoire des Arabes et enflammaient l’imagination de ses lecteurs, contribuèrent à vulgariser une représentation romantique de l’unité arabe. Il publia également le célèbre journal al-Hilal, dont le premier numéro parut en 1892 et qui continue de paraître aujourd’hui. Le journal publiait des articles sur la littérature, l’hygiène, les sciences, l’histoire et la culture, un peu comme le fait le Readers’ Digest de nos jours.

13 Abd al-Aziz Fahmi (1870-1948) est l’un des militants nationalistes les plus célèbres de l’Égypte. Juriste de formation, il fut bâtonnier de l’ordre des avocats et membre de l’Assemblée législative en 1914. Collègue de Saad Zaghlul, il fut un membre de la première heure du Wafd, et joua un rôle des plus importants et des plus secrets lorsque Zaghlul partit en Europe pour obtenir l’indépendance de l’Égypte. Il se sépara plus tard du Wafd mais il continua ses activités politiques et devint le chef du parti libéral-constitutionnel (Ahrar al-Dusturiyun ) en 1941. Il fut également ministre de la Justice en 1925, et ministre des Affaires étrangères en 1937.

14 Ibrahim al-Muwaylihi (1855-1906), écrivain et poète de renom, est né dans une famille cossue de soyeux et de grands négociants, originaire d’Arabie. À la mort de son père, il perdit une grande partie de son héritage à la Bourse, et le khédive Ismaïl le dota, ainsi que son frère, de titres, de terrains et de sommes en numéraire pour lui permettre de perpétuer la tradition familiale, son père ayant été au service du khédive. Pour l’aider, le khédive Ismaïl recommanda à ses courtisans de n’acheter les tissus de leurs atours qu’à la fabrique de la famille Muwaylihi. Muwaylihi est également le fondateur du journal Misbah al-sharq. Sa notoriété vient aussi de ses talents poétiques et littéraires.

15 Voir la note 102.

16 Juge au tribunal shar`i de Mansoura, le cheikh Ali Abd al-Raziq se rendit célèbre par la publication d’un pamphlet politico-religieux al-lslam wa-usul al-hukm (L’Islam et les fondements du pouvoir) paru en 1925. Il y mettait en cause l’authenticité spirituelle du Califat, décrit comme la création de monarques musulmans désireux de donner une légitimité à des actes souvent arbitraires. La position exprimée par le cheikh mit en colère le roi Fuad qui essayait au même moment de faire revivre le califat, aboli par Mustafa Kemal Atatürk, et qui cherchait à se faire proclamer calife.

17 Muhammad Mahmud pacha (1977-1941) fut Premier ministre à plusieurs reprises : du 25 juin 1928 au 2 octobre 1929, puis du 30 décembre 1937 au 18 août 1939, période durant laquelle il forma trois ministères consécutifs. Il était le fils de Mahmud pacha Sulayman, l’un des plus grands propriétaires fonciers de la ville d’Assiout et homme politique important. Né à Assiut où il commença ses études, achevées à l’université d’Oxford, Mahmud pacha prit part à la formation du Wafd et fut exilé en même temps que Saad Zaghlul à Malte en 1919. Il se rendit plus tard aux États-Unis pour faire connaître la lutte de l’Égypte contre l’hégémonie britannique. Il remplaça Adli Yeghen comme chef du Parti libéral constitutionnel (al-Ahrar al-Dusturiyyun), et forma son premier ministère en 1928. Il fit partie de la délégation égyptienne qui prit part aux négociations anglo-égyptiennes de 1936.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540