Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre v. L'armée d'occupation

Texte intégral

Vie du Soldat et de l'Officier au Caire et à Alexandrie. Manœuvres dans le désert. Affaire Denshawai (13 Juin 1906). Rôle de l'Agent Britannique.

1Qu'était-elle donc, cette armée d'occupation sur laquelle s'appuyaient les raisons de l'Angleterre et reposait l'édifice international de sa politique en Égypte ? Un épouvantail et un bluff.

2L'Angleterre, économe de ses deniers, s'était contentée depuis 1882, de la somme de cent mille livres qui lui avait été allouée sur le budget égyptien pour l'entretien de son armée dans la vallée du Nil. Ce ne fut que plus tard, au moment où elle fut obligée de tenir garnison au Soudan, que cette somme s'accrut d'une trentaine de mille livres, ce qui permit à la Grande-Bretagne de faire encore payer à l'Égypte l'entretien de ses troupes à Khartoum.

3Au début, les garnisons anglaises de l'armée d'occupation étaient de provenance métropolitaine. Les cadres étaient soigneusement recrutés, et les officiers appartenaient presque tous aux classes élevées. C'était une façon habile d'éviter les incidents, et de rendre ainsi moins pénible pour les Égyptiens la présence sur leur sol d'une armée étrangère.

4Les officiers supérieurs et les généraux obéissaient à une consigne formelle : manifester vis-à-vis du Souverain la plus grande courtoisie, avoir avec lui des relations empreintes de respect, mais se tenir volontairement éloignés de tout ce qui touchait à la vie du pays, et n'avoir aucun rapport direct avec le gouvernement et avec l'Administration.

5Les officiers anglais vivaient donc en dehors des préoccupations égyptiennes et laissaient à l'agent britannique le souci de défendre ce qu'il appelait les intérêts de la Grande-Bretagne, qui ne concordaient pas toujours, il faut bien le dire, avec ceux de l'Égypte.

6Ils avaient leur cercle, leur club, leur terrain de sport, leur polo, leur tennis : bref, tout ce qui fait, chez eux, l'ornement de la vie et son agrément.

7Ils fréquentaient les fonctionnaires britanniques, s'éloignant instinctivement de tout ce qui n'était pas anglais, et ne sortant de leur tour d'ivoire que pour se produire en pantalon collant et en boléro militaire dans les soirées ou dans les bals offerts par les grands palaces, où leur taille et leur élégance guerrière un peu surannée les faisaient distinguer par les Américaines désœuvrées. Ils firent des Palais de Kasr- el-Nil leur caserne du Caire.

8Les courses, les jeux violents, le sport, la danse, le billard anglais, et quelquefois aussi la vie du « home » suffisaient à leur bonheur. L'Égypte en elle- même ne les intéressait que de fort loin. C'était une bonne garnison qui eût été meilleure sans les prétentions autocratiques de Lord Cromer, et où la vie était facile et agréable.

9Quant aux soldats, ils habitaient des casernes confortables d'où ils ne sortaient que pour se confiner dans de petits bars spéciaux où ils dansaient entre deux whiskies, au son d'un piano mécanique, atrocement faux.

10Une police militaire très stricte les maintenait dans les limites de la décence et intervenait au moindre incident. Ces interventions étaient du reste assez rares, et ne servaient le plus souvent qu'à régler quelque conflit pécuniaire ou sentimental entre les âniers de la rue et les soldats de S.M. Britannique.

11Ainsi, on ne s'apercevait presque pas de la présence d'une armée composée de quelques bataillons dont le rôle était de s'effacer, et dont la mission internationale plus ambitieuse consistait, parait-il, à assurer l'ordre dans un pays comptant plus de quatorze millions d'habitants en 1914, lesquels, du reste, n'eussent demandé qu'une chose : qu'on ne les protégeât point.

12Quelquefois, cependant, cette armée, qui poussait la discrétion jusqu'à n'aller faire ses exercices habituels que dans le désert voisin, en dehors de toute agglomération, allait exécuter de grandes manœuvres dans la campagne. Mais l'autorité militaire choisissait toujours les régions de fertilité médiocre où l'arrivée des soldats étaient considérée comme une affaire. Les Omdahs (Maires) étaient très heureux de cette aubaine, la présence des soldats britanniques apportant au village des avantages matériels réels, et la possibilité d'indemnités d'autant plus généreusement octroyées que l'Angleterre les faisait payer par les fonds issus du budget égyptien.

13L'armée n'a quitté le Caire et Alexandrie pour d'autres lieux que dans les dernières années.

14Le reste du pays, protégé par ses richesses agricoles, et sans doute aussi par le réseau de ses canaux qui ne favorisait pas les déploiements militaires, demeurait inviolé par les troupes de l'armée occupante.

15C'est ainsi que, grâce à une discrétion pleine de prudence qui contrastait avec l'attitude des autorités civiles, la population oubliait peu à peu la présence de l'armée anglaise dont l'arrivée à Alexandrie avait provoqué tant d'émoi.

16L'armée occupante était ainsi répartie : trois bataillons d'infanterie au Caire ; un bataillon à Alexandrie, caserné mi-partie à Sidi-Gaber et mi-partie à Ras-El-Tine ; et une compagnie à Chypre.

17Pendant longtemps un bâtiment de guerre de la marine britannique stationna dans le port d'Alexandrie. On prétendait qu'il était là pour protéger la ville. Mais la peste éclata et le bâtiment disparut pour toujours.

18Il faut croire que, si la santé des marins anglais avait été un moment menacée, la ville ne l'était plus. Les incidents, nous l'avons dit, étaient plus rares. On avait tout fait pour les empêcher de naître. Cet état de choses eût probablement continué longtemps si l'autorité militaire anglaise n'avait eu la malencontreuse idée de se livrer à des exercices hippiques dans la campagne.

19Il s'agissait de comparer le degré de résistance des chevaux amenés d'Australie et de ceux du pays. Pour les éprouver sur tous les terrains, on ne se contenta pas, cette fois, de les amener dans le désert, mais on leur fit faire quelques randonnées en terrain variés, ce qui devait provoquer des conflits regrettables.

20Le premier de ces conflits se déroula dans la province de Callioub, et fut vite aplani. L'autre marque d'une tache de sang l'histoire de l'occupation anglaise en Égypte. Je veux parler de l'affaire de Denshawai.

21Je ne veux point rappeler ici les origines de ce drame. Les officiers en manœuvre profitent de leurs loisirs pour aller à la chasse. Ils tuent dans les villages les pigeons domestiques qu'ils emportent à pleins sacs. La population regimbe, on en vient aux coups. Un officier prend la fuite à travers les récoltes et meurt frappé d'insolation. Des soldats anglais reviennent au village tuant de paisibles cultivateurs et, cette exécution terminée, en rendent compte à leur chef.

22Ce n'était jusqu'ici qu'un incident, certes fort regrettable, mais qui, s'il eût été examiné de sang-froid, ne se serait pas terminé par l'effroyable hécatombe qui devait suivre le jugement provoqué par le tribunal spécial. Tout le monde manqua de présence d'esprit. Les hauts fonctionnaires britanniques étaient en congé, le général qui commandait les troupes était absent. Il est probable que celui qui le remplaçait était un exalté ou un intempérant ; il dramatisa les faits. Le suppléant de Lord Cromer ne comprit pas l'importance des responsabilités qu'il prenait.

23Il m'est douloureux d'insister sur cette affaire que je connus par dépêche pendant ma villégiature à Vienne. Je dois dire que je fus grandement impressionné et par ces faits qui m'étaient rapportés, et par l'attitude du Gouvernement Égyptien. La maladresse et la brutalité anglaises eussent dû trouver un contre-poids dans le patriotisme des Égyptiens et dans leur dignité. Certes les Anglais ne sont pas pardonnables d'avoir constitué un tribunal d'exception pour juger, en dehors de la loi, de paisibles paysans qui n'avaient commis d'autres faute que de défendre leurs champs et leurs biens. Mais, s'ils sont coupables, combien le sont davantage les Égyptiens qui, sans protestation, acceptèrent de faire partie de ce tribunal, et qui accordèrent à la nation occupante des satisfactions qu'elle n'eût peut-être pas osé demander si elle avait senti une simple résistance de leur part.

  • 1 Butros Ghali pacha (1846-1910) est le premier homme politique de souche égyptienne à devenir chef d (...)
  • 2 Il s'agit du second tribun égyptien, Ahmad Fathi Zaghlul (1863-1914), frère du leader nationaliste, (...)

24Boutros Pacha1 et ses collègues2 ne firent pas un geste pour se dérober au triste honneur de juger leurs compatriotes. Pas une parole de mansuétude ne tomba de leurs lèvres ; et c'est sans une protestation, sans une hésitation, qu'ils sacrifièrent à l'étranger les malheureux dont on leur avait confié le sort, et qu'ils eussent dû entendre avant de les condamner. Personne n'invoqua les circonstances atténuantes pour le plus pardonnable des crimes qui, du reste, avait déjà été vengé.

25J'avoue que ce fut pour moi une grande et réelle douleur. Mes nuits en furent longtemps troublées. La précipitation anglaise et la faiblesse du Gouvernement égyptien ne me donnèrent pas le temps d'intervenir au moment du procès.

26Je n'insiste pas. La presse anglaise et l'histoire ont flétri depuis les meurtriers de Denshawai, non pas les malheureux paysans coupables d'un geste de violence qu'excusaient leur ignorance et leur peu de culture, mais bien les pourvoyeurs des bourreaux qui les livrèrent, en dehors de la loi, de l'équité et de la justice, à des supplices variés.

  • 3 Wilfrid Scawen Blunt était un ami de Ahmad Urabi et un défenseur de sa révolution. Voir The Secret (...)

27Nos amis à Londres, J.M. Robertson à la Chambre des Communes [Cf. séance du 11 août 1906. Livres Bleus Anglais, Egypt n°3 & 4, 1906. Times du 6 Août 1906.] comme Mr. Blunt3 dans la presse, firent entendre des protestations véhémentes. La presse, en Angleterre et en Europe, se saisit de la question. La conscience publique s'était révoltée partout. Boutros Pacha Ghali devait un jour payer de sa vie son inconscience et sa rigueur. [The unfortunate Dinshaway incident, which resulted in a number of accused persons being condemned to sentences which, though not injust, were, 1 may now readily admit, unduly severe... « L'incident malheureux de Denshawai, qui eut pour conséquence la condamnation d'un grand nombre d'accusés à des peines non pas injustes mais, je suis maintenant prêt à le reconnaître, d'une rigueur excessive... » Earl of Cromer, Abbas II, London, McMillan and Co., 1915, p. IX]

28A la suite de ces incidents, une sorte d'affolement s'empara de l'armée d'occupation. Plus que jamais elle se confina dans ses casernes ; on ne la vit plus, et quand, par hasard, pour des motifs impérieux, elle était obligée de se déplacer, on prévenait immédiatement toutes les autorités égyptiennes chargées d'administrer les Markaz où elle allait évoluer.

29Le service civil égyptien avait pour mission de protéger les soldats de l'armée d'occupation.

30Et l'on assistait à un spectacle singulier : des soldats armés de fusils, de canons et de mitrailleuses, défilant comme un convoi de prisonniers sous l'œil ironique des gaffirs [gardes champêtres] armés de bâtons qui les protégeaient contre les attentats possibles.

31Le soir, au campement, les soldats britanniques étaient flanqués de gardes champêtres qui veillaient nuitamment à ce qu'il ne leur fût causé ni dommages, ni peines.

32On le voit, cette armée d'occupation qui était chargée de maintenir l'ordre dans le Pays avait une singulière façon de s'adapter à sa mission. Elle était purement représentative ; les faits que nous venons de citer démontrent qu'elle représentait assez mal.

33En dehors de ces braves soldats auxquels l'Egypte devait, paraît-il, sa tranquillité et sa puissance, l'Angleterre déléguait des officiers et des sous-officiers instructeurs attachés aux troupes égyptiennes.

34La plupart de ces instructeurs étaient recrutés en Angleterre, et c'était heureux. Ayant constaté bien souvent la différence très sensible qu'il y avait entre les fonctionnaires et les officiers de provenance métropolitaine et leurs collègues d'outremer, j'ai toujours fait tout mon possible pour écarter de l'Égypte tout ce qui venait des colonies britanniques.

35Le recrutement était du reste facile en Angleterre : Les officiers détachés à l'armée égyptienne étaient très largement payés.

36Ils menaient une vie agréable et faisaient (je dois leur rendre cette justice) l'impossible pour contenter le Gouvernement égyptien. Ils se montraient généralement humains et corrects.

37Le soldat anglais, en général, n'est pas méchant. Il peut arriver cependant que quelques brebis galeuses se livrent à des actes individuels d'où la brutalité n'est point exclue. Un jour, deux soldats du 21e Lancier attaquèrent le maire de Waili El Koubra, le maltraitèrent et le volèrent. Le maire en question dut, à la suite de cette agression, garder le lit pendant un mois. Le jour même où il se leva pour la première fois, je passai dans son village, et le voyant fort mal en point et la figure entourée de bandelettes comme s'il venait de s'échapper d'un tombeau de la quatrième dynastie, je lui demandai les motifs de cet enveloppement. Il me raconta son histoire.

38Quelque temps après, j'eus l'occasion de voir Wilfrid Blunt [Cf. annexe à ce chapitre : lettre de W. S. Blunt, 27 mai 1900], qui venait d'être victime lui-même des brutalités d'officiers du même régiment. On l'avait frappé, on avait saccagé son jardin, bref, on s'était livré sur sa personne et sur ses biens à des brutalités que rien ne justifiait. Sir W. S. Blunt m'ayant raconté ses malheurs, je pensais que sa rancœur serait sans doute atténuée s'il entendait de ma bouche ceux du maire de Wailli El Koubra. Mais W. S. Blunt était journaliste. Sa profession elle-même permettait toutes les indiscrétions, sans pourtant toujours les justifier. Il écrivit dans la presse anglaise une violente diatribe contre la conduite des officiers, sous-officiers et soldats de S.M. Britannique, et reproduisit les faits que je lui avais racontés au sujet du Maire de Wailli El Koubra.

39Lord Cromer très heureux de me voir mêlé, bien malgré moi, à cette petite histoire, prit lui-même l'affaire en mains. Il espérait me mettre ainsi en difficulté. Mais au lieu de s'adresser directement à moi comme il avait généralement coutume de le faire, il chargea, par une lettre officielle, le Ministre des Affaires Étrangères de contrôler la véracité de mes dires. On fit une enquête, on vérifia le récit que j'avais fait à Sir W. S. Blunt et qu'il avait reproduit ; on put mettre la main, au Karacol (Commissariat de Police), sur le procès-verbal de l'incident, on retrouva l'agent qui avait ramassé le Maire inanimé sur le chemin de sa demeure, bref, le délit fut reconnu exact.

40Ni le journaliste, ni moi, n'avions travesti la vérité. Lord Cromer en demeura fort gêné : il déclara que l'incident était clos, fit savoir au Ministre des Affaires Étrangères qu'il était inutile d'établir un rapport officiel sur cette affaire, et retira sa lettre. L'agent fut immédiatement transféré à la police de Helouan.

41Je fis l'impossible pour grâcier les condamnés de Denshawai qui ne furent pas pendus. Lord Cromer refusa, car l'honneur de l'Armée Britannique, disait-il, était en jeu. Je dus attendre Sir Eldon Gorst pour réparer le mal. Après la triste affaire de Denshawai, Londres finit par rappeler Lord Cromer.

42Cependant, à mesure que les événements se déroulaient et en présence du mouvement irrésistible provoqué dans la population par la propagande nationaliste, les Anglais finirent par comprendre qu'un jour viendrait où leur armée d'occupation serait peut-être insuffisante sinon pour maintenir la tranquillité dans le pays, du moins pour se protéger d'une attaque de l'extérieur.

43Lord Kitchener, étant Résident Général, devait à sa réputation de soldat d'entreprendre une œuvre militaire dans le pays qu'il était appelé à surveiller au nom de S.M. Britannique et de quelques conventions internationales qu'on invoquait quand elles servaient la cause de l'Angleterre et dont on ne tenait aucun compte dans les circonstances ordinaires.

44Un jour, le Gouvernement anglais me proposa d'installer un poste de télégraphie Marconi à Alexandrie. On me demandait l'autorisation de faire construire un fort, tout simplement pour protéger cette installation, mais on mettait certaines conditions à sa construction même. Il serait établi une convention entre le Gouvernement anglais et l'Égypte, déclarant que le fort serait construit par l'Égypte, mais que le Gouvernement anglais donnerait les canons, et que ce fort serait toujours occupé par des troupes britanniques et que « l'Union Jack » y serait hissé.

45Je me trouvais dans une situation fort embarrassante. Les Anglais occupaient des casernes en Égypte. Mais aucune convention, ni aucun acte ne les avait autorisés à en prendre possession. Il y avait là un fait nouveau qui me donnait à réfléchir. Et puis, avant d'autoriser la construction du fort, je voulais tout de même savoir quelle devait être sa véritable destination. Je fus bientôt renseigné ; car s'il y avait autour de moi beaucoup d'Anglais qui gardaient sur l'affaire un silence convenu, je connaissais aussi dans l'administration égyptienne quelques français qui n'avaient aucune raison de servir par leur mutisme les intérêts de l'Angleterre.

46Je fus donc mis au courant par les Ingénieurs des Ports et Phares des véritables intentions des Anglais qui n'étaient pas, on le verra, purement « télégraphiques ». Je fus avisé que Lord Kitchener avait fait établir un projet pour construire à Alexandrie un port destiné à servir de refuge aux torpilleurs et aux sous-marins de S.M. Britannique, et que le fort, dont on m'avait si aimablement offert l'armement gratuit, était simplement destiné à protéger la base navale.

47On voit la gravité de cette demande à laquelle un sentiment de convenance nationale m'empêchait d'accéder. Je me demandais comment j'allais sortir de ce dilemme : empêcher des représailles si je ne donnais pas satisfaction à Lord Kitchener, ou rompre les relations avec le représentant de l'Angleterre par un refus déterminé.

48Je ne doutais pas, en effet, que mes raisons ne fussent point acceptées, et je me trouvais une fois de plus dans une situation cruelle, ayant, hélas, appris depuis longtemps à mes dépens que les droits de la force sont supérieurs à ceux de la raison.

49Heureusement pour moi, le scandale Marconi éclata : il y eut au Parlement anglais une importante discussion à ce sujet. Le silence se fit et je n'entendis plus parler de rien. On le voit, l'histoire de l'armée d'occupation en Égypte en admettant qu'elle soit riche d'enseignements, n'est pas précisément remplie d'actes de bravoure et d'incidents glorieux. Mais les Anglais rachetaient l'inconsistance de leur occupation militaire par le développement progressif des services auxiliaires dans lesquels ils casaient leurs officiers.

50C'est ainsi qu'au service de l'arpentage, les officiers ne se contentaient pas de dresser le plan cadastral de l'Égypte, mais exerçaient leurs loisirs en dressant, pour le compte de l'Intelligence Department du War Office, la carte militaire de l'Égypte et des pays environnants. J'ai pu me convaincre de leur activité dans cette tâche parallèle, car je possède, grâce à un Suisse, ami de l'Égypte, qui travaillait au service de l'arpentage, plusieurs des cartes établies par ce service pour le compte du Ministère de la guerre anglais. Elles sont, ma foi, fort bien faites, et suffisent à démontrer que les agents de la Grande-Bretagne avaient été spécialement choisis pour mener à bien le supplément de travail qui leur était imposé beaucoup plus par le besoin d'information de l'armée anglaise que par le désir de servir les intérêts de l'Égypte.

51De leur côté, les officiers anglais des garde-côtes ne perdaient pas leur temps à surveiller la contrebande. Des occupations moins banales retenaient leur attention. Ils étaient au service de l'Agence Britannique : certains d'entre eux, dans des circonstances spéciales, communiquaient directement avec Kasr-el-Doubara, sans passer par la voie hiérarchique. Et c'était naturellement l'Égypte qui entretenait grassement, sous prétexte de protection douanière, les hommes chargés de la surveiller elle-même et d'entraver sa marche vers la liberté.

  • 4 Gordon, Charles George (1833-1885), général anglais tué durant le siège de Khartoum par les forces (...)
  • 5 Fondé par un Anglais, à qui il doit son nom, le Shepheard's resta l'hôtel le plus célèbre du Caire (...)

52On le voit, contrairement à ce qu'avait affirmé jadis Gordon4, qui savait à quoi s'en tenir sur la moralité politique des diplomates de son pays et sur l'efficacité des interventions de l'armée anglaise, tous les soldats n'étaient pas au Shepheards Hôtel5 ; beaucoup ne s'occupaient que de fort loin de leurs devoirs militaires et s'employaient à diriger, au milieu de leurs appétits et de leurs ambitions, les escadrons dorés de la cavalerie de Saint-Georges.

53Dans ces Mémoires consacrés à ma patrie bien aimée je veux transcrire l'appel que Moustapha Kamel a publié, le 11 juillet 1906 dans le Figaro à Paris. Révélant toute sa noblesse d'âme, nul mieux que le grand patriote ne pouvait, pour la défense de ses frères, en appeler contre la tyrannie aux droits imprescriptibles de l'homme.

54Affaire « Denshawai »

À la Nation anglaise et au Monde civilisé

55Une douloureuse affaire, éclatant dans un village du Delta, à Denshawai, en Égypte, vient d'émouvoir les sentiments d'humanité du monde entier. Des hommes libres d'esprit et indépendants de caractère ont élevé la voix en Angleterre et demandé s'il sied à son prestige, à son honneur et à son intérêt de laisser commettre en son nom, un acte injuste et cruel.

56Tous ceux qui sont réellement épris d'humanité et de justice doivent examiner et juger cette affaire qui passionne toute une nation.

57Le 13 juin dernier, des officiers anglais quittaient leur camp et passaient près de Denshawai, dans la province de Menoufieh, pour chasser des pigeons dans les propriétés privées. Un vieux paysan avertit l'interprète qui les accompagnait que, l'an dernier, les habitant avaient été exaspérés de voir leurs pigeons tués par les officiers anglais et que ceux-ci pourraient les irriter davantage en recommençant la chasse.

58Malgré cet avertissement, la chasse commence. Des coups de feu sont tirés : une femme est blessée et une ferme incendiée. Les fellahs accourent de tous côtés ; une bagarre a lieu où trois Égyptiens sont blessés par les Anglais et trois officiers anglais par les Égyptiens. L'un des blessés, le capitaine Bull, s'échappe de la mêlée et parcourt à toute vitesse une distance de cinq kilomètres par une chaleur de 42 degrés et tombe mort d'insolation. Les soldats anglais apprenant ce qui arrive à leurs officiers, envahissent Sersena, un village voisin de Denshawai, et tuent un fellah en lui brisant le crâne.

59Les faits à peine connus, les dirigeants anglais perdent la tête et se révoltent de voir les Égyptiens défendre leurs propriétés et se défendre eux- mêmes. Au lieu de considérer l'affaire avec sang-froid, comme toutes les rixes, ils exagèrent, et bien avant le jugement, les journaux dévoués à l'occupation annoncent que les peines à infliger et l'exemple seront terribles. Ce n'était pas de la justice qu'il fallait, mais de la vengeance atroce.

60Le ministère de l'intérieur, sur l'ordre de M. Mitchel le conseiller anglais, a publié une semaine avant le jugement une note officielle où il écrasait les accusés sous les charges et pesait ouvertement sur les juges et sur l'opinion publique. Un journal au service de l'occupation a poussé le mépris de la justice jusqu'à publier la nouvelle que les potences étaient parties pour Denshawai. Le peuple terrifié, se demandait quel jugement allait suivre une pareille démonstration.

61Or c'est dans ces circonstances que le tribunal se réunit le 24 juin. Et quel tribunal ! Un tribunal exceptionnel qui n'a ni code ni loi et dont les juges peuvent condamner à toutes les peines imaginables ; un tribunal dont la majorité appartient aux Anglais et qui n'admet ni appel ni grâce ! Le décret qui l'a créé en 1905, sous la pression de Lord Cromer, pression qui ne tolère jamais chez le gouvernement Khédivial la moindre résistance - ce décret, dis-je, donne à celui qui le lit l'impression que l'armée anglaise - à qui l'Angleterre a confié la mission de rétablir l'ordre en Égypte - est elle-même en danger perpétuel pour avoir besoin d'un pareil tribunal, ou plutôt d'un pareil instrument de terreur !

62Ce tribunal passe trois jours à étudier l'affaire. Il apparaît clairement que ce sont les officiers anglais qui ont provoqué les fellahs en chassant dans leurs propriétés et en blessant une femme, et que les fellahs ont attaqué les Anglais comme « chasseurs braconniers » et non pas comme officiers britanniques. Des médecins anglais, entre autres le Docteur Nolin, le médecin officiel des tribunaux, ont reconnu devant le tribunal que le Capitaine Bull est mort d'insolation et que ses blessures seules n'auraient pas suffi à occasionner la mort.

63Le tribunal ne donne que trente minutes à plus de cinquante accusés pour faire leurs dépositions. Il refuse d'entendre un agent de la police qui affirme que les officiers anglais ont tiré sur les fellahs et base son jugement sur les seules affirmations des officiers qui ont provoqué la bagarre !

64Le 27 juin le jugement est rendu : quatre Égyptiens sont condamnés à la pendaison, deux, aux travaux forcés à perpétuité, un aux travaux forcés à 15 ans, six aux travaux forcés à sept ans, trois à l'emprisonnement pendant un an et à la flagellation publique, et enfin cinq à la flagellation sans emprisonnement, qui a consisté pour chacun d'eux en cinquante coups de courbache (fouet à cinq lanières).

65Ce jugement décrétait l'exécution pour le lendemain même. De sorte que quinze jours seulement s'étaient passés entre les faits et la condamnation !

66A quatre heures du matin, le mercredi 27 juin, les quatre condamnés à mort et les huit condamnés à la flagellation sont amenés de Chibin, chef-lieu de la province de Menoufieh, au village de Chouhada, à quatre kilomètres de Denshawai. Là, durant neuf heures, ils ont attendu la terrible vengeance. À une heure de l'après-midi du jeudi 28 juin, on les conduit à Denshawai. Les dirigeants anglais avaient tenu à ce que l'exécution eût lieu à la même heure et à l'endroit même de la bagarre.

67Dans un cercle de deux mille mètres, entouré de cordes, les potences et les piloris furent dressés. Les condamnés étaient entourés par les soldats anglais (des dragons) et ceux-ci protégés par des cavaliers égyptiens. M. Mitchell et le gouverneur de la province dirigent l'exécution. Le fils du premier condamné à mort s'aproche d'eux et leur demande de le laisser recevoir de son père ses dernières recommandations. Ils repoussent cette suprême prière !

68À une heure et demie, les soldats anglais montent à cheval et tirent leurs épées ; une minute après, la pendaison commence.

69Un homme est pendu ; les membres de sa famille, ses parents et toute la population, massés à distance, remplissent l'air de leurs cris déchirants. Deux autres sont flagellés en présence du cadavre.

70La même scène se répète trois fois. Quatre hommes sont pendus et huit flagellés. L'horrible scène dure une heure ! Scène sauvage, révoltante, s'il en fut jamais, durant laquelle des assistants européens pleurèrent des larmes de pitié et d'horreur ! Et chacun s'en alla répétant le mot de l'un des pendus : Maudits soient les tyrans ! Maudits soient les tyrans !

71Cette journée du 27 juin 1906 restera une date fatale dans l'histoire. Elle est digne de figurer dans les annales des débauches de la barbarie.

72La violence de l'indignation a gagné l'Egypte entière au récit de ces exécutions. Tous les ennemis de l'Angleterre n'auraient jamais pu produire un tel résultat après cinquante ans de lutte. Et ce sont des agents anglais qui ont fait cette besogne.

73Les poètes égyptiens ont écrit sur l'exécution de Denshawai des vers qui perpétueront le souvenir des scènes où la civilisation et l'humanité ont été outragées de la façon la plus révoltante.

74Et je viens aujourd'hui demander à la nation anglaise elle-même et au monde entier si un manquement aussi absolu aux principes de la justice et aux lois de l'humanité peut être toléré.

75Je demande aux Anglais, jaloux de la renommée et du prestige de leur pays, de nous dire s'ils entendent grandir l'influence morale et matérielle de l'Angleterre par la tyrannie et la barbarie.

76Je demande à ceux qui parlent si haut d'humanité et qui emplissent le monde de leur indignation contre les scandales mille fois moins révoltants chez les autres peuples que celui de Denshawai, de prouver leur sincérité en protestant énergiquement contre un acte monstrueux qui suffit à perdre, à tout jamais, la civilisation européenne aux yeux des peuples orientaux.

77Je demande enfin à la nation anglaise s'il est digne d'elle de laisser ses représentants recourir après vingt-quatre ans, à des lois d'exception et à des procédés plus que barbares pour gouverner l'Égypte et apprendre aux Égyptiens les lois de la justice humaine !

78J'admire sincèrement et avec reconnaissance, les députés et les écrivains anglais qui ont crié leur horreur de la sinistre tragédie jouée en Égypte. Mais, voyant que l'opinion était soulevée par eux et qu'elle condamnait la politique de Lord Cromer, Sir Edward Grey a parlé à la Chambre des Communes du prétendu fanatisme musulman en Égypte. Il a adjuré les députés de ne pas se mêler des affaires égyptiennes, pour ne pas affaiblir devant un danger, que je déclare hautement chimérique, le gouvernement égyptien, ou plutôt le tout-puissant Lord Cromer.

79Ce danger n'est pour les dirigeants anglais en Égypte qu'un moyen de légitimer l'atrocité récente et d'autres atrocités dans l'avenir.

80Or ce danger n'existe pas et de pareilles atrocités ont pour but de le faire naître.

81Au nom de ce qu'il y a de plus sacré sur la terre, j'affirme que le fanatisme religieux n'existe pas en Égypte. L'islamisme y est dominant puisqu'il est la religion de la grande majorité. Mais islamisme ne dit point fanatisme.

82Sir Edward Grey a été induit en erreur. Je le prie de réfléchir un instant à ceci : S'il y avait vraiment un sentiment fanatique en Égypte, est-ce que l'Angleterre aurait osé juger cinquante-deux musulmans devant un tribunal exceptionnel composé de quatre chrétiens et d'un seul musulman ?

83Est-ce que la révoltante exécution de Denshawai n'aurait pas suffi, s'il y avait fanatisme, à allumer son feu destructeur et foudroyant ?

84Est-ce que toutes ces provocations n'auraient pas exaspéré le peuple égyptien et causé une explosion de ce prétendu fanatisme ?

85Pourquoi ce sentiment fanatique, dont parle Sir Edward Grey, n'a-t- il pas engendré des rixes comme celle de Denshawai pendant l'affaire de Tabah où la grande majorité des Égyptiens donnait raison à la Turquie et où les soldats anglais ont toujours pu circuler partout en toute sécurité ?

86Les débats de l'affaire de Denshawai ont surabondamment prouvé que l'islamisme n'était pour rien dans l'affaire et que les officiers anglais avaient même trouvé un concours utile et spontané parmi les fellahs musulmans.

87Les Égyptiens sont en droit de demander une enquête sérieuse et complète sur la question. L'Égypte est à deux jours de l'Europe. Que les Anglais épris de justice et désireux de ne pas souiller l'honneur de l'Angleterre, y viennent. Qu'ils aillent dans les villes et dans les campagnes. Qu'ils voient de leurs propres yeux comment les chrétiens de toutes les nationalités vivent avec les fellahs et avec tous les Égyptiens. Qu'ils se convainquent par eux-mêmes que le peuple égyptien n'est point fanatique, mais qu'il est désireux de justice et d'égalité et qu'il veut à tout prix, être traité comme un peuple et non pas comme un troupeau.

88Oui, le peuple égyptien a le sentiment de sa dignité, on ne peut le nier aujourd'hui. Il demande que ses enfants soient traités sur le même pied d'égalité que les étrangers, ce qui n'est vraiment pas excessif.

89Sir Edward Grey parle de protéger les Européens contre les Égyptiens ; mais qu'il nous montre le danger qui menace les Européens habitant l'Égypte ! Ne vivent-ils pas dans les meilleurs termes avec les Égyptiens N'ont-ils pas les capitulations pour les protéger ? Mais les Égyptiens qui les protège ? Ne voyons-nous pas quelquefois des criminels étrangers - contre les actes desquels toutes les colonies européennes protestent - tuant et blessant les Égyptiens et échappant aux tribunaux égyptiens ? Et quelle peine va-t-on infliger aux soldats anglais qui ont tué un fellah près de Denshawai et aux officiers qui ont blessé une femme et trois hommes ?

90Lord Cromer se défend dans son dernier rapport contre ceux qui attaquent le pouvoir absolu qu'il exerce en Égypte en disant que ses actes sont contrôlés par le Parlement et l'opinion en Angleterre ainsi que par la presse en Égypte. Surveillance et contrôle illusoires, puisque quand le Parlement s'occupe des affaires égyptiennes et réprouve des actes barbares, Lord Cromer dit à Sir Edward Grey que le fanatisme est menaçant sur les bords du Nil et que le Parlement doit se taire. De cette façon, rien ne peut empêcher Lord Cromer de continuer à gouvèrner l'Égypte par les lois les plus iniques.

91C'est pourquoi il y va de l'honneur de la nation anglaise de peser les affirmations officielles et les nôtres, de faire une enquête sérieuse et d'examiner impartialement le problème qui se pose actuellement devant elle.

92Lord Cromer a passé des années entières à affirmer que ce sont les princes et les grands personnages d'Égypte qui haïssent l'occupation, parce qu'elle les a dépouillés de leur pouvoir, mais que les fellahs l'adorent et bénissent le régime actuel.

93Or, si les fellahs de Denshawai n'ont attaqué les officiers anglais que parce qu'ils ont vu une de leurs femmes blessées, le jugement et l'exécution paraissent hideux et doivent indigner le monde entier. Si, au contraire, les fellahs ont obéi à un sentiment de haine religieuse ou nationale, Lord Cromer doit avouer qu'ils maudissent l'occupation et que l'administration de Sa Seigneurie aboutit au plus piteux avortement. Et M. Dillon peut, en ce cas, affirmer que le « discours de Sir Edward Grey est le plus triste commentaire de la situation et de la politique de l'Angleterre en Egypte. »

94Tous ceux qui vivent en Egypte et qui ont l'amour de l'impartialité et de la vérité reconnaissent que l'affaire de Denshawai n'a point été le fruit d'un mouvement anti-européen et que les Égyptiens sont le peuple le plus tolérant de la terre.

95Le programme national de ceux qui ont une influence sur l'opinion en Égypte est bien clair. Nous voulons à la lumière du progrès, relever notre peuple, lui donner la conscience de ses droits et de ses devoirs, et lui faire connaître la place qu'il doit occuper dans le monde. Depuis plus d'un siècle nous avons compris qu'il n'y a point d'existence possible pour les peuples s'ils ne prennent pas la voie de la civilisation occidentale et nous sommes le premier peuple oriental qui ait tendu la main à l'Europe. Nous continuons à marcher dans le chemin que nous avons choisi.

96C'est par l'instruction, le progrès, la tolérance et un esprit libéral que nous gagnerons l'estime du monde et la liberté de l'Égypte.

97Notre but est l'indépendance de notre patrie. Rien ne pourra nous le faire oublier.

98La sympathie que nous avons pour les autres peuples musulmans est bien légitime et n'a rien de fanatique. Il n'y a pas un seul musulman éclairé qui puisse croire une minute que les peuples de l'Islam peuvent se liguer contre l'Europe. Ceux qui parlent d'un pareil esprit sont ignorants ou désireux de creuser à dessein un fossé entre le monde européen et les musulmans.

99C'est par une renaissance islamique prenant son essor dans la science et l'esprit libéral que les peuples de l'Islam peuvent se relever.

100L'Égypte a une place à part en Orient. Elle a donné au monde le canal de Suez et ouvert le Soudan à la civilisation. Elle possède une élite d'esprits supérieurs et le progrès de la nation par la nation y marche à pas de géant. On ne peut pas la gouverner comme un pays lointain, caché au fond de l'Afrique, sans contact avec l'Europe. Ne voit-on pas des Anglais s'indigner de ce qui se passe au Congo et ailleurs ? Comment alors peuvent-ils permettre les crimes les plus atroces en Égypte ?

101L'Europe entière doit s'intéresser à l'Égypte. Elle y a des intérêts considérables et beaucoup de ses nationaux y ont fait de grandes fortunes.

102Les lois d'exception et la tyrannie ne peuvent qu'irriter le peuple égyptien et lui suggérer des sentiments en opposition absolue avec ceux qu'il professe actuellement.

103C'est la justice, l'égalité et la liberté que nous réclamons. Nous voulons une Constitution qui nous délivrera du pouvoir absolu. Le monde civilisé et les vrais amis de la liberté et de la justice en Angleterre ne peuvent qu'être avec nous et exiger, comme nous, que l'Égypte, qui a donné au monde la plus belle et la plus haute civilisation, ne soit pas un champ de barbarie, mais un pays où la civilisation et la justice peuvent devenir aussi fécondes que sa terre bénie !

104Moustapha Kamel Pacha

CHAPITRE V (ANNEXE)

105Lettre de Sir W.S. Blunt, au sujet du voyage du Khédive à Londres (non reproduite dans ces pages N.D.L.E.).

Notes

1 Butros Ghali pacha (1846-1910) est le premier homme politique de souche égyptienne à devenir chef du gouvernement en 1908. Copte, originaire de Beni Suef en Haute-Égypte, il fait ses études à l'école copte du Caire puis en Europe. À son retour, il occupe des postes ministériels, dont celui de ministre des Finances en 1893. Il est surtout connu pour avoir présidé le tribunal de Dinshaway et avoir ainsi participé à l'une des plus sérieuses doléances de l'Égypte envers son oppresseur britannique. Il fut assassiné en 1910 par un Copte, Ibrahim al-Wardani, qui lui reprochait à la fois d'avoir présidé le tribunal de Dinshaway et d'avoir accordé aux Anglais la prolongation de leur concession sur le canal de Suez.

2 Il s'agit du second tribun égyptien, Ahmad Fathi Zaghlul (1863-1914), frère du leader nationaliste, Saad Zaghlul. Il fit ses études de droit au Caire et en Europe où il fut envoyé dans le cadre d'une mission gouvernementale, en 1885. À son retour, il occupa un poste de juge dans les tribunaux, puis il fut nommé à la présidence des tribunaux égyptiens. Il fut également directeur adjoint au ministère de la Justice en 1907 où il resta jusqu'à sa mort.

3 Wilfrid Scawen Blunt était un ami de Ahmad Urabi et un défenseur de sa révolution. Voir The Secret History of the British Occupation in Egypt (New York, Alfred A. Knopf) ». Blunt fut également l'ami de Mustafa Kamil, du khédive Abbas II, et de plusieurs autres nationalistes égyptiens, qui trouvaient en lui une oreille compatissante et le porte-parole de leur combat pour l'indépendance de l'Égypte. Il était réputé bon poète, et l'on pense que si les nationalistes voulaient le côtoyer c'est parce qu'ils étaient profondément frustrés de ne pouvoir se faire entendre. C'est aussi la raison pour laquelle il est mentionné dans leurs Mémoires.

4 Gordon, Charles George (1833-1885), général anglais tué durant le siège de Khartoum par les forces Mahdistes en 1885. Il est aussi connu sous le nom de « Gordon le Chinois » pour le rôle qu'il joua pendant la reconquête de Nanking pour le compte de l'Empereur Manchu, en 1864. Placé sous les ordres du khédive Ismaïl en 1874, il devint gouverneur de la province équatoriale, puis de tout le Soudan en 1877. Il agrandit les possessions territoriales de l'Égypte, ouvrit des postes de commerce, et s'engagea à supprimer la traite des esclaves. À la fin de son séjour dans les colonies britanniques, dont les Indes et l'Afrique du Sud, il retourna au Soudan pour soumettre le Mahdi, Muhammad Ahmad.

5 Fondé par un Anglais, à qui il doit son nom, le Shepheard's resta l'hôtel le plus célèbre du Caire de son ouverture en 1841 jusqu'à son incendie pendant la guerre civile de 1951.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr