Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre IV. Les partis politiques égytiens

Paul Cambon

Texte intégral

Manifestations de sympathie à mon égard. Le Nationalisme Égyptien. Le Parti Conservateur. Le Parti National. Le Parti du Peuple. L’œuvre d’Ali Youssef. L’apostolat de Moustapha Kamel. Sir Eldon Gorst succède à Lord Cromer.

1Je fus le septième souverain de la descendance de Mohamed Ali, le troisième et dernier Khédive.

  • 1 Lord Lloyd, Marquis de Dolobran, Haut-Commissaire britannique en Égypte, succède au général Allenby (...)

2Dans Egypt Since Cromer (L’Égypte depuis Cromer), Lord Lloyd1 a écrit que, malheureux pour plusieurs causes, je le fus surtout dans le choix de mon entourage - « In the choice of my entourage » !

3Cela n’est pas exact. En montant sur le trône, et les années suivantes, il ne me fut guère possible de choisir mon entourage. Il était ce qu’il était, et je n’eus pas le choix. Je ne pouvais que l’accepter, le tolérer, ou le répudier tout à fait.

4Mais sitôt que cela me fut possible, je m’efforçai de me soustraire à des contraintes où mes droits étaient lésés.

5Je m’étais rendu pour la prière du Vendredi à la Mosquée de Sayedna El- Hussein quelques jours après l’incident provoqué par ma décision de remplacer, à la Présidence du Conseil, Moustapha Fahmi, l’homme des Anglais, par une personnalité de mon choix. Je constatai, ce jour-là, à quel point mon geste avait été compris, et apprécié par la population.

6Les étudiants s’étaient massés sous les arcades des cafés de la Place Ataba²& El- Khadra, en face du Tribunal Mixte. À quelques centaines de pas de la Mosquée, un autre groupe bien connu pour son ardeur patriotique stationnait autour de El-Sayed Hussein El-Kassabi ; et de toutes les rues avoisinantes arrivait une foule d’une densité inaccoutumée en ces sortes de cérémonies.

7La manifestation fut magnifique. Des vivats, des bravos retentirent sans aucun désordre. Une foule enthousiaste et unanime s’accrocha à ma voiture et la traîna dans les rues du Mousky. Malgré la spontanéité de ce geste et sa vivacité, l’ordre ne fut point troublé, et c’est au milieu d’une foule respectueuse que je quittai la Mosquée où je venais de prier.

8Depuis mon arrivée en Egypte, c’était la première démonstration d’amitié de mon peuple.

9Il me fut très agréable de constater que les milieux intellectuels s’étaient mêlés à la foule, et qu’il entrait par conséquent beaucoup de lucidité dans un acte dont j’appréciais la sympathie et la portée véritable. La ruée des manifestants de toutes les classes de la société qui, sans s’être concertés, s’étaient sentis attirés vers leur Souverain par un même sentiment patriotique, m’avait fortement impressionné. Je le fus davantage encore le lendemain, samedi, jour de réception ordinaire au Palais. L’affluence des visiteurs et leur qualité furent telles qu’on aurait pu se croire au jour du Baïram, où tout ce que l’Égypte compte de personnalités vient apporter à son Souverain l’hommage et les vœux du peuple entier.

10Il avait en effet suffi d’une tentative personnelle pour donner à l’Égypte un Ministère national, pour que l’âme du peuple en fût favorablement impressionnée. L’apathie que j’avais cru remarquer dans la nation était donc superficielle.

11Le changement de ministère avait donné un sens à un acte du gouvernement qui fut considéré par l’opinion publique comme une protestation éclatante contre l’ingérence anglaise dans l’administration du Pays.

12Je sentis que le terrain serait bientôt prêt à recevoir la semence libératrice. Il s’agissait encore de la défricher, et j’eus recours pour cela à la presse.

13Lord Cromer s’est donné la peine de consacrer des dizaines de pages à la description, ou mieux, à l’analyse des mœurs et du tempérament du peuple égyptien à son époque.

14Il ne me convient pas de discuter ces affirmations formulées avec une raideur toute britannique.

15Je tiens uniquement à déclarer que l’Égypte réclamait son indépendance d’après le principe de droit et d’équité reconnu à toute autre nation européenne. Mieux encore, nos aspirations de liberté ne visaient qu’à un juste désir d’unité et d’égalité essentiellement égyptiennes ; avec la ferme volonté de prendre nos responsabilités dans les affaires de l’État, sans être éternellement considérés comme une nation mineure.

16Nous n’avions aucune velléité de conquêtes territoriales. Notre rêve était de nous organiser, de nous perfectionner et de nous renforcer à l’intérieur.

17Ainsi l’heure de la délivrance aurait dû avoir sonné depuis longtemps. Délivrance que des hommes de professions et de milieux divers, ainsi que des leaders de différents partis de la Grande-Bretagne préconisaient et nous garantissaient dès le moment de l’occupation (1882) et pendant les années suivantes. Il y a de cela plus d’un demi-siècle !

18En fait d’indépendance, les Anglais se réservèrent toutes les places importantes, et même secondaires, dans les banques, les bureaux et les Ministères.

19Le Sirdar - chef de l’armée égyptienne -, ne commandait pas seulement les troupes : il était encore le maître effectif de la situation. À lui seul était réservé de décider des ordres à donner, de contrôler l’exécution de ces ordres aussi bien dans leur esprit que dans leur lettre.

20Rien ne pourra donner la mesure de l’énergie et de la ténacité que je dus déployer pour essayer de résister à la suppression complète de l’autorité khédiviale et de son prestige.

21C’est néanmoins à cette résistance effective que mon Pays est redevable de son indépendance relative, si l’on considère que la Grande-Bretagne prévoyait une simple annexion de l’Egypte pour en faire une colonie anglaise.

22Lorsque à peine adolescent, je revenais chaque année voir mes Parents, je me disais : « Pourquoi y a-t-il des soldats étrangers dans mon Pays ? » et, cependant je n’éprouvais aucune haine à leur égard.

23Car, autour de moi, on racontait que les Anglais n’étaient en Egypte que pour y mettre de l’ordre et renforcer l’autorité du Souverain.

24Ce n’est qu’à partir de 1892 que je vis de quelle manière les Anglais se servaient des ressources égyptiennes pour leurs intérêts particuliers.

25Le pays était occupé, non seulement militairement, mais civilement. Le soi- disant Consul-Général, représentant officiel de la puissance occupante, était là pour interdire tout pouvoir au Khédive.

26La presse égyptienne était loin à cette époque de représenter l’opinion. Elle était en partie entre les mains d’étrangers ou de fractions de la nation plus portées à satisfaire leurs ambitions qu’à sauvegarder l’intérêt de l’Egypte. Elle ménageait la puissance occupante.

27Mais un feu sacré couvait dans le cœur des Égyptiens : le sentiment national.

28Cromer m’a peint tantôt comme l’instigateur, tantôt comme l’ennemi du nationalisme égyptien. Il entrava toute tentative de ma part pour coopérer avec les chefs nationalistes.

29Ce furent donc des campagnes de presse et de propagande qui empoisonnèrent le pays pendant longtemps, sans autre but que de semer la méfiance et le scepticisme à l’égard du gouvernement et du Khédive.

30Evidemment, je n’ai pas créé le nationalisme égyptien.

31Dans une atmosphère encore mal définie, il avait déjà donné des signes de vie du temps de Mohamed Ali, qui avait rendu au Pays une sorte d’autonomie idéale en faisant d’une province vassale du Sultan de Turquie, une nation relativement libre quant à son organisation. S’intéressant aux réalisations occidentales, il s’efforçait de libérer l’Égypte d’un passé enfermé dans la tradition islamique pour l’acheminer vers une conception plus large.

32Demeuré insignifiant pendant des années, d’Ibrahim à Saïd, ce sentiment d’autonomie nationale avait grandi sous Ismaïl et Tewfik, mais sous le règne de mon Père on ne peut encore affirmer que le nationalisme se constitua en parti. On ne peut considérer comme tel le groupement loyaliste fondé sur l’inspiration d’un collaborateur dévoué de mon Père, Sultan Pacha, homme d’État éminent dont l’influence aurait avantagé l’Égypte, si la folie d’Arabi n’eut précipité la fin de la liberté relative consentie par la suzeraineté turque. Sultan Pacha n’approuvait guère les idées ni les systèmes d’Arabi.

33Sa révolte pourrait avoir une origine lointaine.

34Officier indiscipliné, d’origine plébéienne, il avait assisté à la sédition militaire du temps d’Ismaïl dirigée par le Ministre de la Guerre Chahine Pacha et son gendre Latif Pacha Sélim. Peut-être y prit-il part. Arabi eut alors l’illusion de pouvoir tout oser et tout obtenir avec l’appui, voire la complicité d’autres officiers mécontents ou ambitieux et de pauvres soldats ignorants. On sait bien pourtant que l’attaque du Ministère des Finances sous les apparences d’une insurrection organisée par Sélim Pacha, n’eut d’autre but que d’en déloger le conseiller français et le conseiller anglais. Bien qu’installés en maîtres en Égypte, ils furent obligés de se retirer. Mais le contrôle Franco-anglais fut ensuite malheureusement rétabli et renforcé sous le Khédivat de mon Père.

35On sait encore que les Anglais attribuèrent l’idée de cette première sédition militaire au grand Khédive Ismaïl, mon Aïeul, pour en faire un chef d’accusation de plus contre lui et le pousser, après l’avoir dépouillé de tous ses biens et de tout son pouvoir, à l’abdication et à l’exil.

36Mais nul n’ignore que les méthodes et les procédés tantôt enfantins, tantôt diaboliques, que les Anglais emploient pour répandre de fausses nouvelles sont le fruit d’une pratique séculaire.

37Après son abdication et son départ sans retour, Ismaïl aurait lui-même fomenté contre son fils, mon Père, la révolte d’Arabi pour reprendre le trône, se servant de Zoghrab Pacha pour soudoyer des intermédiaires égyptiens.

38Dans cette exécrable besogne, il aurait été aidé non seulement par la France et l’Italie, mais aussi par l’Angleterre !

39Arabi était hostile à tous les chrétiens. Il ne fit que le jeu de l’Angleterre dans l’espoir caché d’arracher le trône à la Maison de Mohamed Ali.

40On peut considérer la révolte d’Arabi comme un réveil inconscient du nationalisme égyptien. Malheureusement la rage antidynastique de cet officier et sa folle ambition précipitèrent le pays tout entier dans les mains de l’étranger qu’il abhorrait, en excitant l’armée à la mutinerie et en s’adressant aux instincts xénophobes des masses ignorantes et fanatiques.

41Ce fut surtout sous mon règne que l’esprit national se précisa et s’affermit. Le dévouement et le talent du plus infatigable et du plus éloquent de ses chefs, Moustapha Kamel, le dotèrent d’un programme défini.

  • 2 Nationaliste et journaliste, le cheikh Ali Yusuf est né à Balasfura, un village de Haute-Égypte. Ap (...)

42J’avais alors en mains les ressorts des deux éléments dissociés et discordants du nationalisme : le parti conservateur des notables du Pays aux ordres du Cheikh Ali Youssef2 [Cf. annexe à ce chapitre : lettres du cheikh Ali Youssef], le parti extrémiste de la jeunesse aux ordres de Moustapha Kamel [Cf. annexe à ce chapitre : Moustafa Kamel], La conception de la Patrie avait pour chacun de ces deux groupes un sens différent ; ils ne pouvaient la réaliser sous une forme identique et à un même moment !

43Je compris bientôt l’impossibilité de les unir. Il fallait agir respectivement sur l’un et sur l’autre ; c’est ce qui a fait dire que je menais un double jeu.

44Il s’agissait, au contraire pour moi, d’éviter autant que possible de laisser ces deux forces concurrentes livrées à elles-mêmes, et de limiter les dissensions au sein de chacune d’elles en prévenant les désordres qui pouvaient s’y produire.

45Je ne voulais surtout pas, par une éventuelle préférence, susciter une jalousie qui aurait pu dresser un parti contre l’autre.

46Ma préférence allait aux modérés, mais je comprenais les extrémistes. Je ne me servais ni des uns, ni des autres. Comme ils réprouvaient le principe de l’occupation anglaise illimitée, j’étais de tout cœur avec les uns et avec les autres.

47Mon attitude a fait dire que je n’étais sincère ni envers les nationalistes, ni envers les Anglais. Mes oscillations apparentes ne provenaient que d’un seul mobile, personnel d’ailleurs : je ne ménageais pas le parti nationaliste quand il se livrait à des exactions, et moins encore la Grande-Bretagne qui enfonçait chaque jour davantage ses griffes dans le sol égyptien. Cette raison unique était l’amour de mon pays.

48Les classes élevées n’ont jamais cessé de considérer l’occupation comme arbitraire et à cause de cela, elles se sont toujours tenues à l’écart, ne soutenant ni le Khédive ni l’Angleterre, ne croyant plus à la France, ignorant si elles pouvaient espérer une amitié sincère de l’Italie.

49Le peuple et les fellahs, comme presque partout, étaient en principe indifférents à ce qui ne touchait pas directement à leur pain et à leur tranquillité.

50Mais la classe des intellectuels, surtout les étudiants, étaient nationalistes dans le sens politique moderne.

51Cependant, l’outrecuidance de Lord Cromer ne cessait d’entraver la pacification des esprits.

52Depuis quelque temps déjà, il était hanté par la réalisation d’un projet important qui n’échappait plus à personne : la suppression des Capitulations.

53Son but réel n’était certes pas de donner à l’Egypte la capacité souveraine de légiférer tant pour les nationaux que pour les étrangers habitant le territoire. Ce n’était pas non plus de gagner la gratitude du peuple égyptien en lui obtenant son autonomie judiciaire, par l’abolition des servitudes nées des capitulations et des privilèges accordés par les Sultans de Turquie au profit des étrangers en Égypte.

54La véritable raison était de supprimer le contrôle des puissances étrangères sur la législation applicable à leurs ressortissants. En supprimant ce droit de regard des grandes puissances, l’Egypte devenait un fief britannique et l’Angleterre recevait le droit exclusif d’administrer l’Egypte. C’était en quelque sorte une acceptation tacite de l’occupation militaire.

55Il s’agissait d’amender, sinon la lettre, du moins l’esprit de l’entente cordiale de 1904 avec la France, pour écarter toute autre compétition.

56Ces capitulations plusieurs fois séculaires remontaient au Moyen-Âge. Peut- être avaient-elles été déformées et abusivement interprétées, mais, ce qui n’était pas à dédaigner, elles avaient encouragé les étrangers à s’établir en Egypte en toute sécurité, aussi bien pour leur vie que pour leurs intérêts.

57C’est pourquoi toutes les puissances s’opposèrent à la suppression des Capitulations : seul moyen de retenir les collectivités étrangères plus ou moins nombreuses, plus ou moins riches et coopérant, dans leur propre intérêt, à la vie matérielle et économique du pays.

58La France défendit à son représentant au Caire de prendre part à toute discussion à ce sujet. Quant aux Égyptiens, ils ne voyaient en cela qu’un nouvel acte d’autorité de la part de la Grande-Bretagne. Ils n’étaient naturellement pas favorables à une domination qui devenait chaque jour plus exclusive.

59Nos étudiants en Europe, en France surtout, y décelaient une nouvelle atteinte à notre liberté d’action vis-à-vis des autres pays.

  • 3 La date correcte est 1937. C’est le traité de Montreux qui abolit les capitulations et supprima les (...)

60La suppression des Capitulations ne se réalisa point sous la dictature de Lord Cromer. Elle n’eut lieu qu’en 19363.

61C’est pourtant à partir de l’Accord anglo-français de 1904 que le nationalisme égyptien s’est manifesté à l’extrême contre l’ingérence britannique dans la vie politique du pays et contre l’armée anglaise.

62Par cet accord qui fut à l’origine de « L’Entente Cordiale » et qui fut successivement accepté par l’Italie, l’Allemagne, et l’Autriche, la France s’engageait à ne pas s’opposer à l’action de la Grande-Bretagne en Égypte, soit en demandant « qu’une limite de temps fût fixée pour la durée de l’Occupation anglaise, soit de toute autre manière. » [Cf. annexe à ce chapitre : texte de l’accord de 1904]

63De 1900 à 1907, l’Europe connut une période de vicissitudes et de conflits divers.

64L’Égypte devait en ressentir les contrecoups. Les premières années de mon règne avaient été pénibles. Celles qui suivirent marquèrent le début d’une ère de luttes.

65J’avoue toutefois que ce combat me plut et me parut beau tant que je gardai l’espoir d’élever l’Égypte au niveau des nations européennes.

  • 4 Voir ci-dessus la note 83 sur le Comité union et progrès.

66Il faut se rappeler qu’à cette époque se révéla l’action politique des Jeunes Turcs4, et que l’air même était imprégné de nouvelles théories sur la vie et le gouvernement des peuples.

67La Révolution du 24 Juillet 1908 créa en Europe une situation aussi délicate que dangereuse.

68La prédominance de l’élément turc dans les classes élevées et cultivées du Pays, la fréquente de nos contacts avec la Turquie, sans oublier mes relations cordiales avec la Sublime Porte, et l’étroite union entre la loi et la religion

69Coranique, étaient de nature à justifier une communauté de vues et de buts politiques. Mais les milieux égyptiens furent assez clairvoyants pour comprendre le péril d’une telle situation ; ils se gardèrent de toute erreur qui aurait précipité le pays dans une impasse inextricable.

70Un mouvement se dessina bientôt dans la Vallée du Nil, mouvement de nature tout à fait différent par ses caractéristiques locales. Il se fit, en effet, sous l’impulsion des chefs nationalistes turcs empreints de culture germanique, et des chefs égyptiens de culture purement française.

71Du reste la mentalité égyptienne moderne est surtout d’origine française, bien que la France nous ait abandonné à l’Occupation anglaise en reconnaissant à l’Angleterre tous les droits sur l’Egypte.

72L’influence de la culture française, qui s’était exercée pendant un siècle, l’emporta sur l’assujettissement à un administrateur auquel l’Égypte ne put échapper, et qu’elle subit encore.

73D’ailleurs, l’Égypte n’était point la Turquie ; le Khédive n’y régnait pas en autocrate tyrannique ; elle n’était plus sous la soi-disant tutelle de toutes les Puissances depuis qu’elles l’avaient livrée au gré d’une seule : il y avait l’Occupation.

74Le Sultan semblait s’être rendu aux postulats ou aux ordres du Comité de l’Union et Progrès, et avoir consenti à des réformes. Mais depuis longtemps déjà l’Égypte s’était engagée dans la voie d’utiles transformations qui lui avaient rendu la prospérité. Une révolution à la manière turque n’avait donc aucune chance de réussir. Il n’était même pas nécessaire qu’elle se produisît.

75Aussi, la révolution Jeune Turque, n’eut qu’un faible écho dans la Vallée du Nil. Les Égyptiens compriment que, si la Turquie avait pu établir sans trop de sursauts un Parlement Ottoman (donc national), eux-mêmes n’y parviendraient qu’au prix d’énormes difficultés, et dans un temps très éloigné.

  • 5 La princesse Nazli Fadil, cousine du khédive Tawfiq, se permettait de critiquer son gouvernement. S (...)
  • 6 Ali pacha Mubarak (1823-1893) est célèbre pour ses ouvrages historiques de valeur dont les Khitat a (...)

76Mais cela fournit aux extrémistes une nouvelle occasion d’intensifier et de renforcer leurs revendications. D’autre part, le mouvement nationaliste que la révolte d’Arabi avait transformé en xénophobie, et que l’occupation anglaise avait endormi sans en détruire les germes, continuait son œuvre dans une ombre discrète. C’était d’abord un parti d’intellectuels, constitué par deux groupes différents ; l’un avec la Princesse Nazli5 à sa tête, sous l’influence de Lord Cromer ; l’autre, guidé par l’ancien Président du Conseil des Ministres Riad Pacha et par Ali Pacha Moubarek6, Ministre de l’Instruction Publique. Ils initièrent à la politique le leader Cheikh Ali Youssef qui devait fonder plus tard le premier groupe de grands notables et d’hommes d’âge mûr.

  • 7 Créé en décembre 1907, le parti de l’Umma, qui s’exprimait par le journal al-Jarida fondé la même a (...)
  • 8 Ahmad Lutfi al-Sayyid (1872-1963), l’une des plus belles personnalités de l’histoire intellectuelle (...)
  • 9 Saad Zaghlul pacha (1859-1927) est peut-être le leader nationaliste le plus illustre de l’Égypte. N (...)

77En Octobre 1907, un parti évidemment inspiré par Lord Cromer, et très probablement à ses ordres, se dressa contre le parti Nationaliste. Ce parti du peuple (de la Nation), Hizb al-Oummah7, fondé par le père de Mohamed Mahmoud, Souleiman Pacha, possédait un journal, al-Jarida, dont le leader était Maître Loutfi bey el-Sayed8. L’éminence grise de ce parti et de ce journal à ses débuts fut Saad Pacha Zaghloul9.

  • 10 Le Parti national fut créé par Mustafa Kamil en octobre 1907 avec Kamil pour président, Muhammad Fa (...)

78Il avait fait ses premières armes dans la politique, sous l’égide de la Princesse Khédiviale Nazli, descendante de Mohamed Ali, mais favorable à l’Angleterre. Il appartenait au Hizb al-Oummah, parti d’opposition. Dès avant la guerre, il avait décelé les objectifs véritables de l’Angleterre et une évolution radicale fit, de ce fellah, fils de fellah, le héros de l’indépendance nationale, avec le dévouement absolu qui avait jadis caractérisé l’action de Moustapha Kamel au sein de son parti Hizb al-Watani10 (Parti de la Patrie).

  • 11 Un certain nombre de partis politiques prirent naissance dans la première moitié du xxe siècle. Mêm (...)

79Ma juste méfiance pour le Parti du Peuple est donc toute naturelle. Plus que tout autre, j’avais pu me rendre compte de la presque impossibilité de nous libérer du joug anglais au moyen d’une telle collaboration, se réglant sur la présence et l’opposition des Consuls Généraux britanniques. Tandis qu’il aurait été possible -j’y pense depuis trente ans - par une action énergique et serrée, de parvenir à une véritable indépendance11.

80Les journaux publiaient toutes sortes d’articles où se donnait libre cours l’imagination la plus féconde, mais la plus désordonnée, et, dans lesquels les opinions les plus opposées s’entrecroisaient dans un éclectisme singulier.

81Je voulus avoir un organe capable d’éclairer la nation, de la conduire et de l’amener peu à peu à une conception plus nette de la Patrie et des devoirs du citoyen.

82Je fis donc appel à un écrivain arabe dont on m’avait signalé les aptitudes et les qualités, le Cheikh Ali Youssef. Il avait fréquenté l’École Normale des Instituteurs et sortait de l’Université d’El-Azhar. Il s’était fait remarquer sinon par la largeur de ses vues, du moins par son ardeur à la discussion, par un véritable talent de polémiste et par une faculté d’assimilation d’autant plus remarquable qu’il ne parlait que l’arabe et n’avait étudié que dans les mosquées.

83Le Cheikh Ali Youssef, originaire de la Haute-Égypte, connaissait la mentalité et les aspirations de ses compatriotes. Bien qu’élevé dans un milieu clérical, il savait faire la démarcation entre les devoirs de l’individu envers le pays et le respect dû à la religion. Sa politique s’appuyait parfois sur le prestige du Calife, mais on ne put jamais dire qu’elle fût particulièrement turque ou musulmane.

84Ce sont là des nuances que les nationalistes d’aujourd’hui saisissent peut-être mal, mais, qui, au début de notre action, devaient augmenter le pouvoir de Cheikh Ali Youssef sur le Peuple. Le Cheikh Ali Youssef prit quelquefois les allures d’un défenseur de l’Islam plutôt que celles d’un animateur du patriotisme national. Cette tactique avait pour but de grouper autour d’une idée générale et puissante toutes les dissidences, et de faire naître dans les masses ce sentiment de cohésion, sans lequel une action demeure incertaine.

85Du reste, au début de son activité, le Cheikh Ali Youssef servait surtout de paravent aux notabilités diverses qui apportaient au journal le fruit de leurs observations et le résultat d’une vie consacrée à l’administration, ou au bon fonctionnement de la justice. Les hommes les plus capables et les plus distingués du pays collaboraient à son œuvre. On savait que le Palais la favorisait. Ainsi pouvait- on cueillir dans les colonnes de l’organe libérateur la fleur de la pensée égyptienne.

  • 12 À l’époque où le cheikh Ali Yusuf commença à publier al-Muayyad, les journaux les plus importants d (...)

86Grâce à ces moyens, le al-Moayad12 devint vite un des principaux journaux de langue arabe ; on le lisait de Tanger aux Indes et de la Turquie à Zanzibar.

87Il contenait, en effet, des articles remarquables par l’habileté de la dialectique et le fond de la pensée. Dans un style incisif, avec une verve qui ne tarissait point, une passion que tempérait heureusement une philosophie très humaine, le Cheikh était devenu un maître, grâce à un contact journalier avec des personnalités de la science et des arts. Ils entretenaient les lecteurs de questions qui passionnaient leur imagination parce qu’elles tenaient à la fois à l’avenir du pays et à son histoire.

88À force d’entendre parler des relations de l’Egypte, de son passé, de ses droits, à force de discuter avec d’éminents collaborateurs la politique générale et ses rapports avec la situation actuelle, Ali Youssef réussit à faire revivre le sentiment de leur personnalité dans le cœur de ses compatriotes. L’évocation des temps anciens qu’il connaissait bien, lui permettait, en réveillant de glorieux souvenirs, de susciter chez ses lecteurs la foi en l’avenir.

89C’était, en effet, une première étape qu’il fallait franchir. Je pensais qu’il eût été maladroit de transporter sans transition un peuple endormi à la lumière crue de l’actualité, et de troubler son éveil par un brusque éblouissement.

90Ali Youssef eut l’habileté de se servir du lien naturel et puissant qui unissait les Égyptiens depuis longtemps et de fonder son nationalisme sur un sentiment profondément enraciné.

91Son éducation religieuse n’influençait que fort peu ses tendances plutôt libérales. Il prétendait guider son pays vers l’indépendance, mais il concevait encore l’Égypte comme un membre de la grande famille islamique dont il la jugeait inséparable.

  • 13 Voir la note 96, sur le cheikh Ali Yusuf.

92Sa politique et ses idées personnelles s’apparentaient surtout au panarabisme. Il n’avait jamais été séduit par ce que le panarabisme13 avait de grandiose. Il considérait comme une erreur de fonder la politique d’un peuple sur une entente purement spirituelle, alors qu’il était bien difficile de l’établir sur la race. La période des Croisades lui paraissait définitivement close, et j’estimais avec lui qu’il avait raison.

93Je me suis bien souvent dit qu’il était fort regrettable que l’éducation du Cheikh l’ait tenu un peu éloigné de la civilisation occidentale et de son histoire. Avec l’intelligence dont il était doué et son instinct des réalités politiques, il eût été un tout autre homme, et eût pu donner au mouvement national un caractère plus pratique et plus actuel.

94Il avait cependant visité l’Europe, en particulier la France, l’Angleterre et la Turquie, mais il était resté insensible aux charmes d’une civilisation dont il ne connaissait que la façade, et aux séductions du Padischah qui l’avait reçu.

95Le Cheikh Ali Youssef ne fut jamais, en effet, l’homme de la Turquie, et si quelquefois il soutint le Califat, ce n’était pas le Sultan de Constantinople qui l’intéressait, mais le chef de l’Islam.

96Ce meneur d’hommes qui avait le sens de la nation et celui de la fidélité était égyptien avant tout.

97Mais tel qu’il était, quels que fussent encore ses préjugés, il avait réussi à capter l’opinion, à la grouper, à lui apprendre à penser. Les articles du Moayad étaient lus et commentés dans les villages les plus lointains. Les lettrés étaient favorables au journal et le répandaient. Les populations simples et primitives des campagnes se laissaient séduire par les arguments à leur portée, sans être rebutées par une tendance à la systématisation qu’elles eussent été incapables de comprendre.

98Tout un peuple suivait ainsi sans effort une pensée simple et lumineuse, quelquefois voilée par des considérations de parti dont la grande masse ne saisissait pas encore le sens et la portée. Le tirage de Moayad et son influence se ressentaient des bienfaits de la sympathie que je ne cessais de témoigner au Cheikh et à tous ceux, du reste, qui se dépensaient pour la résurrection de l’esprit national.

99Les indifférents, engoncés dans une sorte de nivarna résigné, se plurent, grâce à lui, à attendre les événements. De là à les solliciter, il n’y avait qu’un pas.

100Cependant, la jeunesse, si elle était déjà atteinte par les arguments du journal, ne connaissait pas encore l’enthousiasme. Le nationalisme un peu désuet d’Ali Youssef ne l’avait point entièrement séduite.

101Peut-être l’homme n’avait-il pas les qualités physiques qui font les entraîneurs de foules ; mais l’élite du pays était déjà intéressée par sa campagne et par conséquent prête à recevoir des enseignements nouveaux qui lui permettraient d’entrer en scène à son tour, et d’apporter à l’œuvre commune de libération la vitalité de ses décisions, et la force convaincante de ses raisons.

102Le Champ était défriché. Les laboureurs étaient à pied d’œuvre.

103La Providence qui veille sur les peuples comme sur les hommes devait envoyer en Egypte le semeur attendu : Moustapha Kamel.

104Ce fut lui qui commença à répandre l’idée nationale dans la jeunesse estudiantine égyptienne en Europe. Ce fut lui qui, à son retour de France, transformant, modernisant, rehaussant le Parti Loyaliste de Sultan Pacha - parti parlementaire disparu avec le Parlement - secoua la torpeur de l’âme égyptienne.

105Il fut l’animateur du nationalisme égyptien, l’apôtre de cette idée qui, étouffée à ses débuts, allait quand même de l’avant.

106Il gagna à sa foi et à son parti la majorité des fonctionnaires, des notables et des intellectuels, la totalité des étudiants et des travailleurs.

107C’était un adolescent paré de toutes les grâces de la jeunesse, y compris la divine illusion. Entre la vie matérielle et la vie spirituelle, il avait choisi la seconde. Il arrivait tout neuf, sans rien connaître de la bassesse et des compromissions politiques, dans un vieux pays où les apothéoses ne se levaient que sur des tombeaux.

108Il était simple et droit ; sous son physique sympathique se cachaient une âme ouverte à toutes les sensations, un cœur sensible à toutes les tendresses.

109Les dons de Dieu paraient son esprit ; son éloquence était claire et chaude ; son style élégant, imagé, allait de la simplicité évangélique à la grande éloquence du tribun. Il avait le don de convaincre et le rayonnement qui font les apôtres et les prophètes.

110L’affection qu’il avait pour son pays partait d’un bel enthousiasme dont la raison ne perdait jamais le contrôle.

111Il ne m’appartient pas de retracer la carrière de cet apôtre ingénu dont la fraîche naïveté, autant que la culture et la valeur, séduisit d’abord les foules. Mais je ne puis me défendre de rendre hommage à la mémoire d’un patriote à qui je dois de fort belles heures.

112Certes, il me gênait quelquefois ; car si nous étions toujours d’accord sur le but, nous ne l’étions pas toujours sur les moyens. Au cours de sa propagande, il se laissa entraîner à une fausse conception du nationalisme égyptien. Le rapprochement qu’il désirait avec la Turquie prenait plutôt la forme d’un abandon que celle d’un espoir. On le lui fit comprendre, et il changea sa politique trop spécifiquement turque pour une conception nationale. Il évolua avec tant d’adresse que ses disciples le suivirent sans s’apercevoir de l’erreur initiale.

113La jeunesse du leader national lui permettait de se reprendre et d’évoluer avec grâce autour d’erreurs dont toute sa jeunesse fut prodigue. Moustapha Kamel faillit être un instante victime de l’orgueil qui guette tous ceux qui entraînent les masses par leur verbe, et les sentent attachées à leurs pensées.

114Il résista difficilement à une crise de mégalomanie qui semblait devoir le conduire à une politique personnelle, indépendante de son parti et de son Souverain.

115Cependant, outre son réel talent d’orateur et d’écrivain et son ambition légitime, Moustapha Kamel possédait des qualités solides qui le faisaient apprécier partout où il passait. Il avait un don d’observation développé grâce à la fréquentation des hommes publics en Égypte ou à l’étranger. Pour avoir étudié et vécu en Europe, il comprenait qu’un pays qui veut prospérer doit entretenir soigneusement ses relations avec l’extérieur. C’est un point de vue qu’il ne négligea jamais. Sa voix portait ainsi plus loin, on l’entendait par delà le Nil. Il avait su se ménager en Europe - et surtout en France - des amitiés réelles. Vers la fin de sa vie, on commençait à l’écouter en Angleterre.

116Il fut utile à son pays.

117Je l’estimais, même quand il m’était impossible de le suivre. Le métier de Souverain n’est pas toujours aisé. Alors qu’on voudrait obéir à son cœur, on est obligé de s’incliner devant la raison d’État. Moustapha Kamel était libre : je l’approuvais pleinement. Il disait à ma place ce qu’il fallait dire et ce qu’on ne pouvait pas dire en mon nom. À part quelques incartades et quelques envolées maladroites dans l’abstraction, il resta toujours discipliné ; et si, parfois, quelque initiative malheureuse vint troubler une sympathie qui alla souvent jusqu’à la collaboration, les malentendus furent vite dissipée par la loyauté qui se dégageait de son verbe et de son action.

118Le grand mérite de Moustapha Kamel fut d’avoir fixé l’idéal de la nation, et d’avoir encouragé les foules dans la poursuite de cet idéal. Mais son patriotisme devint tellement rigide qu’il parut ombrageux.

119Ce que je lui reprocherai le plus, c’est de s’être volontairement tenu éloigné de tous ceux qui luttaient autour du même drapeau pour la même cause. J’avais rêvé d’un rapprochement entre le Cheikh Ali Youssef et Moustapha Kamel. Je ne pus jamais arriver à ce résultat. Une sorte de vanité et un amour-propre exagéré séparaient ces deux hommes qui eussent pu s’entendre sans s’aimer, et avaient assez de qualités et de vertus pour forcer une estime réciproque.

120Grâce aux conseils perfides d’Abd El Aziz Chaouiche, ce patriote indiscipliné qui, né dans le Maghreb, avait pris l’Egypte pour tremplin, les partisans de l’Indépendance, au lieu de faire bloc, se divisèrent sur les moyens, alors qu’ils étaient d’accord sur les fins. Une telle mésentente fut déplorable, car la disparition de conducteurs d’hommes, tels que Moustapha Kamel et Ali Youssef, devait fatalement provoquer un désarroi préjudiciable au développement normal d’une politique dont la libération du pays constituait l’enjeu.

121Peut-être Moustapha Kamel fût-il devenu un jour un sage politicien. Il lui manquait encore l’expérience et la confiance des esprits mûrs qui ne voyaient pas sans inquiétude l’ascendant qu’un tout jeune homme prenait sur les foules. Car si Moustapha Kamel avait avec lui la jeunesse, les étudiant, l’avenir, le Cheikh Ali Youssef exerçait surtout son influence sur des personnalités occupant une position sociale importante : Que ne se sont-ils rapprochés et que n’aurait-on pu faire, en mettant l’enthousiasme de l’un au service de l’expérience de l’autre !

122Il eut mieux valu pour Moustapha Kamel écouter les conseils habiles du vieux Cheikh Ali Youssef que d’accorder sa confiance au Cheikh Chaouiche, dont la violence était souvent un calcul, et qui cachait sous une ambition désordonnée des velléités n’ayant aucun rapport avec le bien du pays.

123Si Moustapha Kamel prit souvent figure d’apôtre, son ami Cheikh Chaouiche se révéla toujours un charlatan.

124Il n’est point hélas, en ce monde, de politique sans erreur, et Moustapha Kamel n’était qu’un homme. Il laissa toutefois en mourant l’exemple d’une vie consacrée tout entière à la libération de l’Egypte. Le mérite de son confrère Ali Youssef s’il l’avait reconnu, n’eût pas diminué le sien. On ne se querelle pas pour la gloire, quand le pays peut être la rançon du tournoi.

125Ce passionné, qui devait mourir à la fleur de l’âge sans avoir eu le temps de freiner son enthousiasme par un peu d’expérience, avait obtenu la plupart de ses satisfactions et de ses joies du succès prodigieux de son apostolat. Sans doute avait- il été un peu grisé. Mais cette griserie, unie précisément à la sagesse orientale du vieil Ali Youssef, eût pu servir davantage la cause du Pays.

126À mesure que l’âge le marquait de son empreinte, Moustapha Kamel devenait plus inquiet, plus personnel. Ses principes politiques, après avoir subi quelques variations, étaient devenus strictement égyptiens. S’il parlait encore quelquefois de la Turquie, et s’il lançait à l’Europe ses appels claironnants, c’était pour masquer une évolution qui, entrevue par ses disciples, eût pu lui faire perdre son autorité.

127Mais peut-être les changements successifs qui marquèrent son action furent- ils concertés. Il ne voulait pas rompre, sans transition, avec le passé, et craignait de compromettre les résultats déjà obtenus, s’il se montrait par trop novateur.

128Quoi que l’on pense, le fond de son enseignement n’était pas en effet d’un modernisme outrancier, et peut-être même ses idées étaient-elles plus rapprochées qu’on ne le croit généralement de la tradition orientale.

129Il avait dépouillé son patriotisme de toute vêture cléricale, mais il était resté pieux et attaché à l’esprit du Coran. Ali Youssef malgré sa culture essentiellement religieuse, avait su se dégager de l’empreinte islamique ; celle-ci avait subsisté chez Moustapha Kamel. Bien qu’élevé en Europe, il se fût volontiers servi des méthodes occidentales comme moyen, mais ne les considéra jamais comme une fin en soi.

130Le jeune leader de l’indépendance égyptienne mourut sans avoir réalisé son plan, et peut-être sans l’avoir définitivement arrêté. Ce fut surtout un animateur.

131On lui fit des funérailles royales. Toute l’Egypte défila devant son corps. Des milliers et des milliers de disciples venus des villages les plus lointains, pour accompagner son cercueil, devinrent les véritables continuateurs de l’œuvre patriotique. L’âme de Moustapha Kamel inspirait un peuple immense, héritier de son idéal.

132On lui chercha un successeur. Chose difficile, car un homme, quelle que soit sa valeur, ne peut pas remplacer un apôtre. Le fondateur avait donné au parti national ses principes. L’homme disparu, la pensée et l’œuvre demeuraient.

133L’influence de Moustapha Kamel avait été surtout verbale. Il avait bien fondé des journaux destinés à diffuser sa pensée et à répandre ses idées dans les masses, mais il n’avait pas songé à organiser pratiquement son parti et à lui créer une armature solide. Le magnétisme personnel et son dynamisme avaient toujours primé le raisonnement et la méthode. C’est pour cela que les foules séduites s’étaient plus attachées à sa personne qu’à ses idées. L’Oriental a ceci de particulier qu’il suit plus facilement un homme qu’un principe.

134C’est un fait constant dans le passé. Les institutions n’ont joué dans l’histoire du peuple égyptien qu’un rôle tout à fait secondaire. De là les fluctuations dans la fortune des états, tantôt vivant d’un éclat singulier et d’une prospérité générale, tantôt voyant s’éteindre la flamme qui les guidait et disparaître leur vitalité en même temps que s’en effaçait la cause.

135Les Califes avaient succédé aux Califes, sans que rien fût changé dans les principes, dans la tradition et dans la loi aussi immuable que le Coran. La famine et la ruine se substituaient, tout à coup, aux périodes les plus florissantes, simplement parce que le Sultan avait disparu ou que quelque grand Vizir était mort.

136Ce phénomène s’explique fort bien par les tendances individualistes de la race, par son sentimentalisme exagéré et son idéalisme irréductible, qui cèdent quelquefois devant les hommes, mais ne sauraient s’incliner devant des principes abstraits.

137Le fait se produisit encore après le mort de Moustapha Kamel. Celui-ci resta l’idole de la nation qui continua à le vénérer.

138Cette mort avait coupé les ailes à une idée ; les excès de nouveaux prosélytes, loin de hâter la marche vers la liberté, ne firent que l’entraver.

139Aux jours de sa lutte ardente, on a dit que j’étais l’adversaire de Moustapha Kamel. On a dit aussi qu’il était ma créature. Rien de plus inexact. Moustapha Kamel n’appartint qu’à lui-même. C’était un homme d’élite. Il vécut de sa foi et mourut de sa foi. Quant à moi, Abbas Hilmi, je ne fus point son adversaire. Je ne fus point son succube. Il ne fut point mon agent, mais un pionnier et un soldat de son idéal que les vieux trouvaient trop hétérodoxe et que les jeunes suivaient ardemment. Sa plume éloquente, son Lewa batailleur, devinrent une des gloires de mon règne.

140Bien que toute initiative dans le sens rêvé par Moustapha Kamel fût incessamment entravée par la présence et la volonté des Agents britanniques, tout mon règne garde l’empreinte de son effort nationaliste. La création par exemple de la nouvelle Université nationale laïque placée sous la Présidence de mon Oncle Le Prince Ahmed Fouad, pour lui donner une autonomie plus réelle, en est la démonstration irréfutable.

141Pour se rendre compte de l’opposition anglaise à ce sujet, il suffit de lire les articles d’un hebdomadaire protestant, Orient et Occident, qui parurent en 1906 et furent réunis en pamphlets au commencement de l’année suivante, 1907, quelques mois avant l’inauguration de l’Université Égyptienne et de l’ouverture des Cours de la Faculté des Lettres.

142La nation ne voulut pas reconnaître à son successeur le même prestige et la même autorité. Pourtant Mohamed Farid était un honnête et ardent patriote. Il fut choisi à cause de son intransigeance et des gages qu’il avait déjà fournis au parti national en refusant de se plier aux désirs de l’Angleterre, et en considérant que la conscience d’un juge doit rester au-dessus des passions.

143Mais s’il savait batailler et résister, il était incapable de conduire une armée. Il eut tort d’accepter un poste pour lequel il n’était pas préparé ; il commit une nouvelle erreur en s’y maintenant, alors qu’une retraite volontaire l’eût mis non pas au dessus, mais en dehors de la mêlée. C’était faire preuve de présomption que de s’estimer irremplaçable et de se considérer comme un symbole.

144Farid était pénétré de son importance, qu’il mesurait à celle de son prédécesseur. Mais il n’y avait malheureusement rien chez lui de nature à faire admettre cette opinion personnelle par le peuple. Rien dans sa personne n’était susceptible d’attirer les foules. Il agissait sans mesure et confondait trop souvent la violence avec l’enthousiasme, l’entêtement avec l’énergie. Enfin, il était trop susceptible, et sa vanité le rendait parfois insupportable.

145« Je suis le chef du Parti National » disait-il à tout propos. En réalité, il n’était même pas maître de ses passions, mais tout simplement le berger inexpérimenté d’un troupeau sans cohésion.

  • 14 Muhammad Farid (1868-1919) né au Caire, était le fils d’un haut-fonctionnaire du gouvernement, le N (...)

146Ses interventions furent souvent inopportunes ; il en est même qui furent néfastes. Mohamed Farid14 ne se doutait pas que même dans l’opposition, il faut savoir conserver un certain tact, et, que cette opposition, pour être efficace, doit nécessairement s’appuyer sur quelque chose.

147Il avait eu la prétention de conduire le mouvement sans discernement, ne prenant conseil que de lui-même et se dégageant de toute obligation envers le Trône.

148Il oubliait que, sans le Palais, la tâche de son prédécesseur eût été irréalisable, que celui-ci avait puisé une partie de sa force dans les encouragements de son Prince, y trouvant l’assise de son talent, de sa foi, et de sa popularité.

149La fin de Mohamed Farid fut triste. Après s’être compromis par des agissements qui lui avaient enlevé tout prestige, il était resté seul avec son orgueil, sans se rendre compte qu’il ne représentait plus ni l’idée nationale, ni les tendances de la jeunesse.

150Il avait trop compté sur l’influence de Chaouiche qui occupait auprès du gouvernement ottoman une place bien au-dessus de sa valeur. Il rêvait, lui aussi, de se faire une situation à Constantinople, et son orgueil était tel qu’il eût volontiers accepté la première place.

151Abd El Aziz Chaouiche ne l’entendait pas ainsi, et la discorde ne tarda pas à régner entre ces deux hommes dont chacun se croyait supérieur à l’autre.

152Les espérances de Farid s’évanouirent en même temps qu’une amitié trop fragile pour résister à l’intérêt et à la jalousie.

153Chef d’un parti sans troupe, Farid se consolait à la seule évocation du titre que lui avaient jadis décerné les nationalistes égyptiens.

154Il oubliait que les libertés de l’Égypte étaient intimement liées au maintien d’une dynastie grâce à laquelle la nation n’était plus une simple province de la Turquie, mais un pays déclaré indépendant par les firmans libérateurs qu’avait obtenus Mohamed Ali.

155« L’Égypte aux Égyptiens » était la base de son programme et de ses revendications. Affirmation singulière, car il était lui-même d’origine Moghrabine. Il eût dû être plus circonspect et comprendre que les Égyptiens seraient sans doute restés dans la servitude s’il ne s’était trouvé un homme de bonne volonté, venu de

156Turquie pour prendre en main les intérêts d’une province opprimée, et pour élever l’Égypte au rang de nation.

157Mohamed Farid ignorait que Mohamed Ali avait eu des collaborateurs fidèles, auxquels s’étaient joints les modestes artisans d’une libération progressive. Faute lourde encore que de vouloir dissocier ces éléments de choix que furent les obscurs bâtisseurs de la nation.

158De plus, l’Égypte n’avait pu se relever suivant une formule nouvelle que grâce à une continuité dans l’effort assurée par ses Khédives. Ceux-ci avaient accompli une œuvre brillante et libératrice. Il n’y avait aucune raison de les tenir en dehors du mouvement national.

159Le fait d’oublier les services rendus ne dénote pas un grand cœur ; ce n’est pas non plus une preuve d’habileté, car on risque, en affichant l’ingratitude, d’éloigner de soi des dévouements nombreux.

160Mohamed Farid, grisé par les succès de son prédécesseur, se croyait à tort l’arbitre souverain d’un pays qui écoutait encore sa parole, mais ne le suivait plus. Il avait l’esprit dynastique, mais pour lui la dynastie remontait à Moustapha Kamel. Quelques personnages de son entourage l’entretenaient dans cette illusion. C’était la plaie du parti nationaliste, pauvre hère dévoré d’ambition et que le besoin poussait parfois à ramasser les miettes de la générosité populaire.

  • 15 Haut-fonctionnaire au ministère des Finances sous le règne du khédive Ismaïl.

161Mohamed Farid mort, on fit appel en vain aux lumières et à la bonne volonté des militants les plus qualifiés. L’intelligence d’Hafiz Bey Ramadan15 ne put ranimer le parti frappé de paralysie et d’impuissance, le jour où ses dirigeants avaient voulu le faire sortir de son stade sentimental et codifier ses principes en les fondant sur la raison. Cependant les efforts enthousiastes du parti national n’avaient pas été inutiles. Il laissait après lui une sorte de charte des revendications égyptiennes qui devait servir plus tard, sinon de programme, du moins d’indication à ceux qui seraient tentés de rallumer le flambeau à la flamme d’un enthousiasme renouvelé. Le peuple égyptien crut approcher du but en effet au moment où succéda à l’inflexible Lord Cromer Sir Eldon Gorst qui comprenait mieux nos idéaux.

  • 16 Sir Ronald Storrs (1881-1955), homme politique britannique. Secrétaire pour les questions d’Orient (...)

162Mais il ne faut pas croire que ce dernier se soit permis d’assouplir le moins du monde, à mon avantage ou en faveur du parti nationaliste et de l’indépendance de l’Égypte, les méthodes de « Kasr el-Doubara ». Gorst avait été de facto le premier Ministre du Protectorat voilé de Cromer, nous rapporta dans ses Orientations Sir R[onald] Storrs16 qui fut son Secrétaire Oriental à la Résidence. « Il avait su gagner la confiance du Khédive qui ne put se concilier Lord Cromer... »

  • 17 Edmund Henry Hynman (premier Vicomte) Allenby (1861-1936), maréchal britannique. Après des études à (...)

163Gorst n’avait jamais de repos. Soumise aux directives du gouvernement de Sa Majesté, sa politique était taxée de faiblesse aussi bien par les officiers anglais que par les Égyptiens gagnés à la politique anglaise. « Gorst fut un homme très fort », c’est toujours Storrs qui nous l’apprend, « aussi fort que Kitchener et Allenby. »17Dans son Egypt Since Cromer Lord Lloyd n’hésita pas à reconnaître que j’étais en Égypte la première force opposée à l’Angleterre, plus tenace même que le

164Parti Nationaliste. Ce n’est donc pas à la compréhension et à la politesse de Sir Eldon Gorst que nous devons les mouvements nationalistes du temps de son consulat. Mes paroles ne sont qu’un juste éloge de son humanité et de sa personne. Je suis fier que mes ennemis les plus acharnés aient reconnu mon amour sincère pour mon pays et cette volonté de souverain par laquelle je limitais parfois l’ingérence du Lord et atténuais celle de Gorst. Gorst parlait l’arabe. Il était qualifié, pour avoir été sous-secrétaire et Conseiller au Ministère des Finances. C’est bien à cause de mon prestige que, lors de la Grande Guerre, on voulut me déposer et me substituer un Sultan qui n’aurait pu ni parler, ni agir comme je le faisais moi-même.

165Après avoir résisté si longtemps à l’opposition et à la contrainte de Lord Cromer, ma force était encore telle que Sir Eldon Gorst en apprécia l’efficacité. On m’accusa même de favoriser des campagnes anti-britanniques au moment des débats sur l’application de la loi sur la Presse. Si j’en fis une, elle ne fut pas plus antibritannique que pro-égyptienne, ce qui est tout différent. Je ne murmurais pas contre l’Angleterre par pur esprit critique ou par goût de la médisance, et mon action ne s’exerçait ni auprès des étrangers, ni en dehors de mon pays. Elle se maintenait dans les limites de mon territoire sous la responsabilité de mon propre gouvernement, dans le but de développer un esprit national capable de délivrer notre chère Égypte de toute domination étrangère, en lui assurant les moyens de s’administrer honorablement et de suffire à ses besoins.

166Dans la préface à son pamphlet publié en 1915, Lord Cromer écrit que : « Il est probable, quoiqu’en aucune façon certain, que si Abbas II avait continué d’intriguer dans l’ombre et couvert d’un voile de prudence son extrême anglophobie, il aurait pu se maintenir Khédive d’Égypte jusqu’au jour de sa mort. » [It is probable, though by no means certain, that if Abbas II had continued to intrigue in the dark and to cast a prudent veil over his extreme anglophobia, he would have remained Khedive of Egypt till the day of his death. Page VII, préface] Était-ce une faute, en somme, d’intriguer dans l’ombre ou bien de cacher prudemment mon extrême anglophobie ? Ainsi mes relations avec l’Agent et Consul Général britannique sont défigurées par lui, à sa guise, dans son Modem Egypt et, ailleurs dans son pamphlet le plus saugrenu Abbas II. Aussi, dans le but de rendre hommage à la vérité qui faisait souvent défaut dans les faits qu’il relate, j’ai été parfois obligé de réfuter ses assertions et ses présomptueuses critiques. Il faut néanmoins considérer que si mon activité n’eut pas un caractère précis au début de mon règne, la cause principale en fut mon trop jeune âge et mon manque d’expérience. Cette expérience, je l’acquis autant au contact de Lord Cromer, hostile à mon autorité, que sous les exigences de l’occupation.

167Dans ses Orientations Sir Ronald Storrs apporte un double et précieux témoignage : d’abord, sur les sentiments et les agissements anglais à mon égard, ensuite, sur le caractère du Lord qu’un mauvais sort confina dans le rôle de geôlier de mon Père puis de moi-même.

  • 18 Edward VII (1901-1910), roi de Grande-Bretagne et d’Irlande.

168Rentré à Londres en 1908, le Lord demanda sans délai une audience au Roi Edouard VII18. Comme on lui répondait qu’elle serait accordée dans trois jours, il insista pour être reçu aussitôt, car il voulait prendre un train de nuit pour se rendre en Écosse, où il allait passer ses vacances. « Il semble me prendre pour le Khédive d’Égypte », répondit le Roi Edward. [He seems to take me for the Khedive, answered King Edward. Orientations, by Sir Ronald Storrs, Londres, 1937, page 53.]

  • 19 Evelyn Baring vint pour la première fois en Égypte en 1877 comme représentant de l’Angleterre à la (...)

169Ce ne fut qu’après 1904 que Lord Cromer fut appelé l’illustre vieillard par cette même presse française qui, en Égypte l’avait appelé « infâme Baring », à l’époque où il était arrivé chez nous en 188919, alors que la France et l’Angleterre, rivales déclarées jusque-là, se regardaient en chiens de faïence.

170En ce qui me concerne, Lord Cromer lui-même n’a pu nier mes bonnes manières et, qu’en tout cas, je l’ai toujours traité avec la plus grande courtoisie. [... Abbas II, who is very well-mannered, always treated me with the utmost courtesy. Abbas II, by the Earl of Cromer, Londres, 1915, p. 68.]

CHAPITRE IV (ANNEXES)

Cheikh Ali Youssef

171Lettre du Cheikh Ali Youssef concernant son voyage à Londres et le banquet offert aux Parlementaires anglais (non reproduite dans ces pages N.D.L.E.).

Moustapha Kamel

172Demande d’audience (traduit de l’arabe).

173Comment il connut Pierre Loti (traduit de l’arabe).

174Lettre au sujet du discours intempestif de Riad Pacha (traduit de l’arabe).

Entente cordiale. 8 avril 1904.

175Extrait des documents diplomatiques français.

176Imprimerie nationale 1904 (Livre Jaune).

Accords conclus le 8 avril 1904 entre la France et l’Angleterre au sujet du Maroc et de l’Egypte, etc.

Article I

177Le Gouvernement de Sa Majesté Britannique déclare qu’il n’a pas l’intention de changer l’état politique de l’Egypte.

178De son côté, le Gouvernement de la République Française déclare qu’il n’entravera pas l’action de l’Angleterre dans ce pays en demandant qu’un terme soit fixé à l’occupation Britannique ou de toute autre manière, et qu’il donne son adhésion au projet de Décret Khédivial qui est annexé au présent Arrangement, et qui contient les garanties jugées nécessaires pour la sauvegarde des intérêts des porteurs de la Dette Égyptienne, mais à la condition qu’après sa mise en vigueur aucune modification n’y pourra être introduite sans l’assentiment des Puissances Signataires de la Convention de Londres de 1885.

179Il est convenu que la Direction Générale des Antiquités en Égypte continuera d’être, comme par le passé, confiée à un savant Français.

180Les écoles Françaises en Égypte continueront à jouir de la même liberté que par le passé.

Article II

181Le Gouvernement de la République Française déclare qu’il n’a pas l’intention de changer l’état politique du Maroc.

182De son côté, le Gouvernement de Sa Majesté Britannique reconnaît qu’il appartient à la France, notamment comme Puissance limitrophe du Maroc sur une vaste étendue, de veiller à la tranquillité dans ce pays, et de lui prêter son assistance pour toutes les réformes administratives, économiques, financières et militaires dont il a besoin.

183Il déclare qu’il n’entravera pas l’action de la France à cet effet, sous réserve que cette action laissera intacts les droits dont, en vertu des Traités, Conventions et usages, la Grande-Bretagne jouit au Maroc, y compris le droit de cabotage entre les ports Marocains dont bénéficient les navires Anglais depuis 1901.

Article III

184Le Gouvernement de Sa Majesté Britannique, de son côté, respectera les droits dont, en vertu des Traités, Conventions et usages, la France jouit en Égypte, y compris le droit de cabotage accordé aux navires Français entre les ports Égyptiens.

Article IV

185Les deux Gouvernements, également attachés au principe de la liberté commerciale tant en Égypte qu’au Maroc, déclarent qu’ils ne s’y prêteront à aucune inégalité, pas plus dans l’établissement des droits de douane ou autres taxes que dans l’établissement des tarifs de transport par chemin de fer.

186Le commerce de l’une ou l’autre nation avec le Maroc et avec l’Égypte jouira du même traitement pour le transit par les possessions Françaises et Britanniques en Afrique. Un accord entre les deux Gouvernements réglera les conditions de ce transit et déterminera les points de pénétration.

187Cet engagement réciproque est valable pour une période de trente ans. Faute de dénonciation expresse faite une année au moins à l’avance, cette période sera prolongée de cinq ans en cinq ans.

188Toutefois, le Gouvernement de la République Française au Maroc et le Gouvernement de Sa Majesté Britannique en Égypte se réservent de veiller à ce que les concessions de routes, chemins de fer, ports, etc., soient données dans des conditions telles que l’autorité de l’État sur ces grandes entreprises d’intérêt général demeure entière.

Article V

189Le Gouvernement de Sa Majesté Britannique déclare qu’il usera de son influence pour que les fonctionnaires Français actuellement au service Égyptien ne soient pas mis dans des conditions moins avantageuses que celles appliquées aux fonctionnaires Anglais du même service.

190Le Gouvernement de la République Française, de son côté, n’aurait pas d’objection à ce que des conditions analogues fussent consenties aux fonctionnaires Britanniques actuellement au service Marocain.

Article VI

191Afin d’assurer le libre passage du Canal de Suez, le Gouvernement de Sa Majesté Britannique déclare adhérer aux stipulations du Traité conclu le 29 Octobre 1888, et à leur mise en vigueur. Le libre passage du Canal étant ainsi garanti, l’exécution de la dernière phrase du paragraphe 1 et celle du paragraphe 2 de l’article VIII de ce traité resteront suspendues.

Article VII

192Afin d’assurer le libre passage du Détroit de Gibraltar, les deux Gouvernements conviennent de ne pas laisser élever des fortifications ou des ouvrages stratégiques quelconques sur la partie de la côte Marocaine comprise entre Melilla et les hauteurs qui dominent la rive droite du Sebou exclusivement.

193Toutefois, cette disposition ne s’applique pas aux points actuellement occupés par l’Espagne sur la rive Marocaine de la Méditerranée.

Article VIII

194Les deux Gouvernements, s’inspirant de leurs sentiments sincèrement amicaux pour l’Espagne, prennent en particulière considération les intérêts qu’elle tient de sa position géographique et de ses possessions territoriales sur la côte Marocaine de la Méditerranée ; et au sujet desquels le Gouvernement Français se concertera avec le Gouvernement Espagnol.

195Communication sera faite au Gouvernement de Sa Majesté Britannique de l’accord qui pourra intervenir à ce sujet entre la France et l’Espagne.

Article IX

196Les deux Gouvernements conviennent de se prêter l’appui de leur diplomatie pour l’exécution des classes de la présente Déclaration relative à l’Égypte et au Maroc.

197En foi de quoi Son Excellence l’Ambassadeur de la République Française près Sa Majesté le Roi du Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et d’Irlande et des Territoires Britanniques au-delà des Mers, Empereur des Indes, et le Principal Secrétaire d’État pour les Affaires étrangères de Sa Majesté Britannique, dûment autorisée à cet effet, ont signé la présente Déclaration et y ont apposé leurs cachets.

198Fait à Londres, en double expédition, le 8 avril 1904.

199(L.S.)

Notes

1 Lord Lloyd, Marquis de Dolobran, Haut-Commissaire britannique en Égypte, succède au général Allenby en 1926. Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé Egypt Since Cromer (Londres, 1933, 2 vols.).

2 Nationaliste et journaliste, le cheikh Ali Yusuf est né à Balasfura, un village de Haute-Égypte. Après des études à al-Azhar, il commence sa carrière de journaliste comme reporter pour le magazine al-Qahira al-hurra, puis comme éditeur de la revue Majallat al-adab. Il fonde ensuite al-Muayyad et y fait paraître des articles de Qasim Amin, Saad Zaghlul, Mustafa al-Manfaluti, et Mustafa Kamil. Abbas II l’encouragea à créer le parti de la Réforme constitutionnelle (al-Islah ‘ala al-mabadi’ al-dusturiya) pour contre-balancer les deux autres grands partis créés en 1907 al-Umma et al-Watani. Bien qu’il ait commencé sa carrière avec l’étiquette nationaliste-activiste, une fois « arrivé », Yusuf adopta des tendances plus conservatrices jusqu’à devenir l’ennemi de Mustafa Kamil et de son parti. Après la signature de l’Entente cordiale, lorsque la présence de l’Angleterre en Égypte ne fut plus mise en question, il adopta une attitude plus conciliante vis-à-vis des Britanniques. Il devint également le proche confident du khédive Abbas II qui le soutint lors du conflit qui l’opposa au père de son épouse, Safiya al-Sadat : estimant que sa fille s’était mésalliée en l’épousant, celui-ci avait intenté contre le cheikh Ali Yusuf une action en justice dans l’espoir d’obtenir le divorce des époux.

3 La date correcte est 1937. C’est le traité de Montreux qui abolit les capitulations et supprima les Tribunaux mixtes.

4 Voir ci-dessus la note 83 sur le Comité union et progrès.

5 La princesse Nazli Fadil, cousine du khédive Tawfiq, se permettait de critiquer son gouvernement. Son salon du Caire était le centre d’intrigues politiques. On pouvait y voir des personnalités importantes comme Lord Cromer, Muhammad Abduh, Saad Zaghlul et Afghani et des clientèles s’y formaient.

6 Ali pacha Mubarak (1823-1893) est célèbre pour ses ouvrages historiques de valeur dont les Khitat al-tawfiqiyya (Description de l’Égypte). Il est né à Birinbal un village de la Daqahliya. Il commence ses études au collège de Qasr al-Ayni et les achève à l’École d’ingénieurs. Il figure parmi les premiers de sa classe et est envoyé en mission en France par le gouvernement. Il occupe de nombreux postes ministériels, notamment à l’Instruction publique. On lui doit la création de la Bibliothèque nationale (Dar al-Kutub al-misriyya).

7 Créé en décembre 1907, le parti de l’Umma, qui s’exprimait par le journal al-Jarida fondé la même année, était le parti des penseurs libéraux et de la classe possédante. Il avait comme acteur principal Ahmad Lutfi al-Sayyid, qui sut dépasser les intérêts propres de la classe des propriétaires fonciers pour devenir le porte-parole du bien national. Il professait une ferme conviction dans les libertés individuelles et défendait une approche rationaliste des problèmes sociaux.

8 Ahmad Lutfi al-Sayyid (1872-1963), l’une des plus belles personnalités de l’histoire intellectuelle de l’Égypte, fut l’un des fondateurs du parti de l’Umma et l’éditeur du journal du parti al-Jarida. Il fut également l’un des fondateurs du Wafd (la Délégation), mouvement qui fut organisé pour que les Égyptiens puissent être représentés par une délégation dans les pourparlers sur l’indépendance de l’Égypte à la conférence de Versailles à l’issue de la première guerre mondiale. Il fit des études de droit à Paris puis au Caire, fut juge dans les tribunaux égyptiens, directeur de la Bibliothèque khédiviale (Dar al-Kutub) puis de l’université égyptienne, ministre de l’Éducation, ministre des Affaires étrangères, Premier ministre adjoint et membre du Sénat égyptien (Majlis al-Shuyukh). Loué tour à tour par les gouvernements royalistes et nationalistes, Lutfi al-Sayyid reçu le surnom de mu’allim al-jil (le maître de sa génération), et fut honoré de la décoration la plus recherchée en Égypte, celle des Sciences sociales, en 1958. Curieusement, Abbas II ne parle pas des rapports d’amitié qui le liaient à Lutfi al-Sayyid. Mustafa Kamil, al-Sayyid et lui-même auraient fondé une organisation secrète dans le but de rechercher les moyens d’obtenir l’indépendance de l’Égypte. Ils avaient adopté des noms de code ; celui de Abbas II était « al-Cheikh », celui de al-Sayyid aurait été « Abu Muslim ». De plus, c’est sur son conseil que Lutfi al-Sayyid passa un an en Suisse afin d’obtenir la nationalité suisse et d’avoir accès de ce fait aux privilèges extra-territoriaux réservés aux étrangers lorsqu’il reviendrait d’Europe pour publier ce que bon lui semblerait sans avoir à craindre le veto des autorités britanniques. Cette anecdote est passée sous silence dans les Mémoires.

9 Saad Zaghlul pacha (1859-1927) est peut-être le leader nationaliste le plus illustre de l’Égypte. Né à Ibyana dans la province de Fuwwa, il commença son éducation à l’école coranique (kuttab) du village, puis fut envoyé à l’université al-Azhar au Caire. Il fut engagé par son professeur, Muhammad Abduh, comme rédacteur du Journal officiel (al-WaqaT al-misriyya) dont Abduh était l’éditeur. Il fut ensuite juge à la Cour d’appel (isti’naf) égyptienne. Ses activités nationalistes le conduisirent à soutenir la révolution d’Urabi, et à être incarcéré pendant plusieurs mois. Il est resté également célèbre pour avoir été le chef de la délégation égyptienne du Wafd à la Conférence de paix de Versailles en dépit de l’opposition des Anglais, qui l’exilèrent à Malte. Cet acte déclencha la révolution nationale de 1919 et précipita la transformation du Wafd en parti politique. Il devait rester le parti le plus populaire d’Égypte. Le premier gouvernement qu’il forma en 1924 ne dura pas longtemps en raison du meurtre de Sir Lee Stack, le Sirdar du Soudan. Bien que nationaliste convaincu, Zaghlul entretenait de bons rapports avec Lord Cromer qui lui fit connaître Mustafa pacha Fahmi, le premier ministre, dont la fille allait devenir son épouse.

10 Le Parti national fut créé par Mustafa Kamil en octobre 1907 avec Kamil pour président, Muhammad Farid et Ahmad Fayiq, pour vice-présidents. Ce groupuscule dont Kamil faisait partie se fit appeler le Parti national dès son entrée sur la scène politique et nationaliste. Le parti représentait la classe moyenne urbaine, en particulier les fonctionnaires, les étudiants, les commerçants et la classe ouvrière. Il avait pour objectif le départ sans condition des Britanniques et l’indépendance de l’Égypte. Mustafa Kamil organisa pour le Parti national des manifestations énormes destinées à faire connaître son programme d’action. Les étudiants de tous les secteurs de l’enseignement et aussi les travailleurs y prirent part. Le parti avait également à son programme la promulgation d’une constitution et fit circuler une pétition d’au moins soixante-quinze mille signatures en 1908, réclamant sa promulgation immédiate. Cependant, le khédive et les Anglais, chacun pour des raisons différentes, ne pouvaient consentir à cette demande. Le khédive fit adopter une constitution en 1913, au grand enthousiasme des nationalistes. Si la nouvelle constitution s’attachait à garantir les libertés individuelles, il n’en allait pas de même de la liberté d’expression politique.

11 Un certain nombre de partis politiques prirent naissance dans la première moitié du xxe siècle. Même s’ils ne sont pas tous cités dans les Mémoires, il est bon de souligner l’éventail des tendances sociales et économiques de l’Égypte à cette époque. Citons l’un des plus notoires, le Hizb al-Nubala’ (créé en 1908) qui préconisait la suprématie de l’ancienne noblesse turque contre « l’aristocratie » égyptienne en cours de formation et que représentait le Hizb al-Umma ; le Hizb al-Dusturi, créé par Idris bey Raghib en 1910 qui soutenait le pouvoir légitime qu’incarnaient à ses yeux l’Empire ottoman et le khédive ; le Hizb al-Misri, créé par Akhanukh Fanus en 1908, qui représentait la communauté copte et s’élevait contre l’islamisme fanatique de Shawish et du Hizb al-Watani ; et le Hizb al-Umma de l’Égypte et du Soudan (le parti des travailleurs), créé en 1909 dans le but d’organiser les travailleurs, les employés, les artisans (main-d’oeuvre de la construction tels que charpentiers, peintres, etc.) partout en Égypte.

12 À l’époque où le cheikh Ali Yusuf commença à publier al-Muayyad, les journaux les plus importants du pays étaient al-Muqattam - dont les éditeurs étaient Nimr et Sarruf et qui représentait l’opinion politique des Anglais - et al-Ahram qui avait pour éditeurs Bishara et Salim Taqla, et défendait le point de vue de la France. Le quotidien al-Mu’yyad qui exprimait le point de vue de l’Islam et prenait le parti du khédive devint immédiatement populaire (on a estimé sa circulation à 6 000 copies au début du siècle) en raison de sa grande diffusion par un éditeur égyptien et du fait qu’il ne ménageait pas ses critiques à l’égard de la Grande-Bretagne. Deux autres journaux concurrents étaient publiés par des Syriens.

13 Voir la note 96, sur le cheikh Ali Yusuf.

14 Muhammad Farid (1868-1919) né au Caire, était le fils d’un haut-fonctionnaire du gouvernement, le Nazir (directeur) de la Daira al-Saniyya du khédive Ismaïl. Considéré comme un héros national qui a sacrifié sa vie, son bien-être, sa fortune et sa famille dans l’intérêt de la cause nationale de l’Égypte, il devint le leader du Parti national après la mort de Mustafa Kamil en 1908.

15 Haut-fonctionnaire au ministère des Finances sous le règne du khédive Ismaïl.

16 Sir Ronald Storrs (1881-1955), homme politique britannique. Secrétaire pour les questions d’Orient à l’Ambassade britannique en Égypte. Il accompagna T. E. Lawrence dans ses campagnes diplomatiques dans le Hijaz. Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé Orientations (Londres 1937).

17 Edmund Henry Hynman (premier Vicomte) Allenby (1861-1936), maréchal britannique. Après des études à l’Académie royale militaire de Sandhurst, il sert dans les territoires de l’Empire (Botswana, Zululand et Afrique du Sud) et participe à la guerre des Boers. Après s’être distingué en France pendant la première guerre mondiale, il est nommé à la tête du corps expéditionnaire envoyé pour combattre l’armée turque. On lui attribue le succès de l’offensive contre les Turcs, la prise de Damas (le 1er octobre 1917), et celle de Jérusalem (le 10 décembre 1917). Il est Haut Commissaire en Égypte de 1919 à 1925. Les Anglais attendaient de sa formation militaire qu’il sache reprendre en main la situation de l’Égypte, politiquement instable depuis la révolution de 1919.

18 Edward VII (1901-1910), roi de Grande-Bretagne et d’Irlande.

19 Evelyn Baring vint pour la première fois en Égypte en 1877 comme représentant de l’Angleterre à la Caisse de la Dette publique.

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr