Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre iii. Les influences extérieures

Texte intégral

Politique Turque à l’égard de l’Egypte. Action des Amis Français de l’Egypte. Fachoda. Entente Cordiale.

1Je régnais donc sans aucun appui, avec la constante préoccupation de me défendre contre des embûches dont je comprenais trop le but pour ne point en deviner la trame. Entouré d’hommes sans énergie, habitués à se plier aux exigences d’une nation soit-disant protectrice et amie, mais dont les desseins sur l’Égypte étaient depuis longtemps connus, je ne devais qu’à ma vigilance soutenue d’éviter toute maladresse susceptible de détruire mes espérances.

2Si la politique anglaise était ouvertement hostile à l’indépendance de l’Égypte, du moins n’était-elle pas toujours couronnée de succès. Elle était en effet contrebalancée par les manœuvres diplomatiques de la Turquie souveraine, alliée aux nations concurrentes : la France et la Russie.

3La Turquie était représentée par un Haut-Commissaire. Elle avait appelé à ces fonctions délicates un homme célèbre par ses victoires, d’une belle intelligence et fin diplomate [Le Ghazi Ahmed Moukhtar Pacha]. Il imposait le respect aussi bien par ses lauriers que par son profond attachement à l’Empire Ottoman dont il demeurait le distingué serviteur.

4Sa mission n’était pas des plus aisées. Il devait naturellement annihiler toutes les vélléités d’indépendance de l’Égypte et par tous les moyens empêcher le Khédive d’accroître les prérogatives et les libertés qu’il tenait de ses firmans d’investiture. Il lui appartenait de veiller au maintien du prestige religieux du Calife et de son autorité dans l’ensemble du pays.

5Mais il lui fallait aussi défendre les droits que la Turquie possédait encore contre les empiètements de la Grande-Bretagne. Son action contre les prétentions anglaises était certes appuyée par les alliés. L’Angleterre avait essayé de profiter de sa situation prépondérante pour faire supprimer le Haut-Commissaire ottoman ; mais, tandis que ses diplomates agissaient en ce sens à Constantinople, les Ambassadeurs de France et de Russie, en liaison avec leurs représentants au Caire, réussirent à conjurer le danger, et eurent raison des intrigues britanniques qui jouaient de la faiblesse d’Yeldiz.

  • 1 Le 24 octobre 1895, les Anglais et les Ottomans s’engagèrent à envoyer leur représentant respectif (...)

6Tandis que les Ambassadeurs de France et de Russie veillaient auprès de la Sublime Porte, les Ministres de ces nations s’employaient, au Caire, à rapprocher les vues du Souverain de celles de Moukhtar Pacha1, en aplanissant les difficultés qui pouvaient survenir. Le Représentant de la Turquie trouvait là un appui dans sa lutte d’influence contre la Grande-Bretagne.

7Le Ghazi Ahmed Moukhtar Pacha jouissait dans le Pays d’une situation privilégiée. Sa réputation de grande honnêteté, ses services éclatants, et surtout son titre de représentant du Grand Chef religieux de l’Islam lui conféraient un prestige presque souverain. Le peuple égyptien reportait sur lui son attachement traditionnel pour le Calife ; mais l’Égypte n’était pourtant pas disposée à faire hommage à la Turquie des prérogatives jadis obtenues par ses Khédives. Son indépendance lui tenait à cœur. Jamais il ne fut question pour elle d’abandonner des libertés glorieusement acquises et défendues avec ferveur et conviction. Si la politique égyptienne s’appuya souvent sur les divisions de la Porte et de l’Angleterre, il n’entra jamais dans l’esprit du peuple de favoriser les desseins de domination dont le Haut- Commissaire devait être l’exécutant, et de lui permettre de réincorporer à l’Empire Ottoman une province qui avait su se rendre indépendante.

8Le Haut-Commissaire était une arme à deux tranchants, puisqu’elle pouvait servir à la fois nos buts de libération vis-à-vis de la Porte et notre asservissement. Il était donc nécessaire d’en user avec prudence.

9La loyauté du Ghazi Ahmed Moukhtar Pacha et la bienveillance qui faisait le fond de son caractère rendaient possible une action concertée contre un tiers envahissant, sans le moindre abandon du Khédivat. C’est grâce à ses qualités de tact, de prudence et de mesure que le représentant de l’Empire Ottoman acquit une popularité réelle chez les Égyptiens, popularité portée au maximum malgré la volonté ardente de l’Égypte d’être libre.

10L’accord franco-anglais de 1904 devait malheureusement marquer la fin d’une collaboration souvent efficace : si elle n’avait pas supprimé le péril anglais, elle avait maintes fois réussi à l’éloigner. Moukhtar Pacha, à qui l’inaction pesait sans doute, fut bientôt rappelé en Turquie (en 1912) où il accepta la charge de Grand Vizir. En lui, nous avions désormais, à la Sublime Porte, un allié qui connaissait nos besoins, nos aspirations et notre véritable situation. Mais son action ne peut être comparée à celle qu’exerçait, à nos côtés, ce diplomate que nous avions appris à estimer, et qui considérait sa charge en Égypte surtout comme un poste d’observation en face des tentatives britanniques.

11Le Ghazi Moukhtar Pacha fut remplacé par un vieillard du nom de Raouf Pacha. Celui-ci n’avait ni autorité, ni tact, ni aucune des qualités qui font les diplomates. Il se survivait à lui-même dans un Haut-Commissariat devenu désert et auprès duquel on ne pouvait trouver ni collaboration, ni conseils.

12La révolution turque avait, du reste, tout modifié.

  • 2 En 1908 la révolution des Jeunes Turcs se déclencha pour protester contre la politive répressive du (...)

13Après elle, le Comité Union et Progrès2 s’essaya chez nous à des spéculations politiques où la plus folle démagogie s’alliait à une ridicule mégalomanie. Sans tenir compte du climat diplomatique, les Jeunes Turcs tentèrent d’instaurer en Égypte une politique ottomane, étrangère aux aspirations d’indépendance égyptiennes. Le chef du mouvement était notoirement insuffisant. D’ailleurs, qu’eût-il pu faire devant les directives désordonnées transmises de Constantinople ? Le Haut-Commissariat n’assurait plus le contact entre le Khédivat et la puissance souveraine. Raouf Pacha fut envoyé en congé et remplacé par un vague secrétaire, Hikmet Bey, lequel n’eut d’autres ressources que de continuer l’œuvre manquée d’un chef intrigant, mais incapable. Hikmet Bey devait disparaître à son tour dès la déclaration de guerre.

14Ainsi la collaboration et l’appui que j’avais attendus de la Porte ne m’avaient donné que des désillusions. Avec Abdul-Hamid, ils eussent pu être efficaces ; avec le Comité union et progrès, ils devenaient dangereux.

15Toutes les fois que j’avais rendu visite à Abdul-Hamid à Constantinople, il ne m’avait pas caché qu’il considérait comme une nécessité primordiale de poursuivre en Égypte une vive opposition contre la politique d’empiétement de l’Angleterre. Je suis persuadé qu’il était sincère, mais ce souverain ombrageux, qu’on a souvent considéré comme un tyran, était faible et instable. Une crainte perpétuelle étouffait en lui une valeur et une perspicacité réelles. Les agents de l’Angleterre, le sachant impressionnable à l’excès, agitaient devant lui le spectre d’un Calife dissident qui, grâce à ses relations avec les pays musulmans, pourrait entraver un jour la politique impérialiste du Sultanat. Ils lui représentaient les Khédives comme un danger menaçant pour l’influence de la Turquie dans le monde arabe... Bref, en accusant les khédives de préparer un califat en dehors de la Turquie, ils ne faisaient que leur prêter un dessein conçu de longue date par l’Angleterre, à qui tous les efforts et tous les moyens étaient bons pour parvenir à ses fins. Malgré des promesses réitérées, je ne pus jamais obtenir de la Porte un acte nettement favorable à la libération de l’Égypte.

16Lorsque vint la déchéance d’Abdul-Hamid, et que le Comité Union et Progrès fut maître de la Turquie, la politique turque en Égypte devint maladroite et criminelle.

  • 3 Le cheikh Abd al-Aziz Shawish est né en 1873 à Benghazi d’un père, marchand libyen, qui émigra à Al (...)
  • 4 Le khédive Abbas II désigne ici le docteur Ahmad Fuad comme étant le véritable organisateur de l’at (...)

17Au lieu de continuer une action diplomatique qui, sans avoir atteint son but, n’en avait pas moins été utile, les nouveaux dirigeants de la Turquie organisèrent une propagande désordonnée, basée sur l’ottomanisme. Ils trouvèrent quelques rares complices sur les bords du Nil : des ambitieux ou des énergumènes, tel le Cheikh Abd El Aziz Chaouiche3, qui s’était fait remarquer par la véhémence de son verbe, la grossièreté de ses attaques et l’incontinence de sa plume de journaliste occasionnel. Il fut appelé à l’un des plus hauts postes de l’Empire. Tel aussi ce Docteur Ahmad Fouad4, réputé patriote mais qui, à peine arrivé en Turquie, déclara n’avoir jamais été Égyptien, et fit valoir ses origines crétoises, ce qui lui valut une belle situation au service de la Sûreté générale en dépit de la surveillance dont il était l’objet jusqu’alors.

  • 5 Enver pacha (1881-1922), officier turc, qui combattit les nationalistes grecs et bulgares et dirige (...)

18Quand vint la guerre italo-turque en Tripolitaine, l’ambition du Comité Union et Progrès ne connut plus ni borne, ni mesure. Enver Pacha5 traversa l’Égypte pour gagner la Cyrénaïque, et se livra alors à une propagande insensée. Il ouvrit la porte des écoles militaires turques à tous les fruits secs de l’Égypte. Il suffisait d’avoir échoué aux examens des écoles egyptiennes pour avoir sa place marquée dans celles de Constantinople. Quelques gamins se laissèrent prendre à ce mirage, qui ne connaissaient qu’imparfaitement leur langue maternelle et ignoraient le turc : raison suffisante pour leur octroyer, au bout de quelques mois, des grades refusés à la valeur et à la compétence de leurs camarades ottomans sous les armes depuis des années.

19L’expérience ne tarda pas à démontrer l’inanité d’une telle propagande. L’Égypte resta insensible aux avances de la Turquie et à une politique anti-nationale poursuivie jusqu’en 1914.

20Telles sont les grandes lignes des relations de la Turquie et de l’Égypte au cours de mon règne.

21Au début, malgré quelques malentendus, les deux pays avaient du moins été d’accord sur un point : la nécessité de faire front devant les entreprises britanniques. Il avait fallu de part et d’autre beaucoup de patience et de fermeté pour arriver à une action concertée, car les points de vue étaient souvent différents. Cependant, l’accord de la Turquie et de l’Égypte était considéré à juste titre par la diplomatie comme un élément indispensable d’équilibre, et comme une garantie nécessaire des droits de l’Égypte et de la Porte.

22Les Représentants de la France et de la Russie consacraient tous leurs soins au maintien de cette politique. Ces deux pays étaient alors représentés par des hommes de valeur : le Marquis de Reverseaux pour la France, et Monsieur Koyanders pour la Russie, véritables diplomates rompus aux affaires et dont l’habileté aimait à se parer des grâces de la loyauté.

23Je me souviens, non sans quelque émotion, de l’époque où je fus appelé à discuter avec le représentant de la France. Séduisant, racé, d’une haute intelligence, d’une culture très étendue et d’une honnêteté indiscutée, il aimait par-dessus tout son pays, mais avait pour l’Égypte et son Prince des sympathies réelles.

24J’étais jeune, inexpérimenté. Il semblait que tous se soient ligués autour de moi pour tirer parti de mon inexpérience. M. de Reverseaux me tendit la main ; il respecta mes aspirations et les servit dans la mesure où elles concordaient avec les intérêts de son pays. Bien souvent, il m’indiqua la route à suivre et les périls à éviter. Il collabora avec droiture à l’œuvre du redressement égyptien.

25Certes, du point de vue diplomatique, son action n’était pas absolument désintéressée. En défendant les intérêts de l’Égypte, il surveillait aussi ceux de son pays, car il avait compris que dans la vallée du Nil, la France ne devait pas agir en prétendante, mais en amie ; son prestige se mesurerait non à ses ambitions, mais aux services qu’elle rendrait.

26Cette manière de voir était loin de me déplaire ; le désintéressement de la France vis-à-vis de mon pays ne signifiait pas indifférence aux menées de la Grande- Bretagne, alors sa rivale. La politique française tendait surtout à libérer l’Égypte de l’emprise britannique jusque-là considérée au Quai d’Orsay comme une menace ; je n’avais pas, de mon côté, d’autre but. Cette unité de vues devait amener entre nous une communion seconde.

27Je dus à cette collaboration des moments heureux. Le Marquis de Reverseaux ne se contentait pas de m’affirmer les sympathies de son pays ; il agissait. En contact permanent avec l’Ambassadeur à Constantinople, Monsieur Paul Cambon dont la maîtrise, l’habileté et la loyauté ont été l’honneur d’une carrière bien remplie, il neutralisait les intrigues anglaises nouées et renouées autour d’Yldiz. Il m’indiqua, en Turquie, des collaborateurs éprouvés ; et, quand il fut nommé Ambassadeur d’abord à Madrid, puis à Vienne, il s’intéressa encore aux questions égyptiennes.

28Je le rencontrais chaque année en Europe. Nous évoquions d’anciens souvenirs, nous parlions d’événements en cours et de l’avenir. Il me faisait part de ses vues sur la politique européenne. Son grand bon sens et sa connaissance des milieux diplomatiques lui permettaient de juger les événements avec une perspicacité presque prophétique.

29Jamais notre amitié ne s’est démentie. Il avait connu mes angoisses patriotiques, compris mes aspirations et guidé mes premiers pas dans le maquis de la diplomatie ; il connaissait le fond de ma pensée. Je l’estimais parce que jamais il n’essayait de me tromper.

30Comme moi, il comprit que le meilleur moyen, pour l’Égypte, de conquérir son indépendance, c’était d’abord de la vouloir avec ferveur. Il fallait donc créer un courant en ce sens. Il s’employa avec moi à relever l’âme égyptienne.

31Fait curieux mais cependant exact : les débuts du nationalisme égyptien moderne furent marqués par une propagande exclusivement européenne. Certes, l’idée de Patrie existait en Égypte ; seulement, elle était encore environnée de brume. De longs siècles d’oppression n’avaient pas permis au Pays de se faire une idée très nette de sa personnalité et de son avenir. La conscience populaire avait été fort troublée par les événements de 1882. L’Égypte ne s’était pas encore ressaisie.

32Il n’y avait pas, au Caire, de cadres suffisants pour une réelle action nationale. La bourgeoisie était endormie, la presse était veule, le fellah avait assez à faire d’adorer Allah à travers la puissance infinie du Nil nourricier. Pourtant un feu intérieur couvait dans les masses populaires.

33Mais ce n’était pas un véritable nationalisme. Les hommes publics qui revendiquaient le droit à la liberté pour l’Égypte concevaient mal cette liberté. Le patriotisme égyptien était, à ce moment, corrompu, et tirait ses racines d’un particularisme haineux. Ce n’était pas seulement l’étranger dominateur qui était visé, mais tout ce qui n’était pas purement égyptien, et même tout ce qui n’était pas arabe. Le peuple n’attachait pas d’importance au fait politique, au danger d’une occupation qui servait de prétexte à un monopole exclusif. Il détestait sans distinction tous ceux qui venaient de l’extérieur, sans se rendre compte que c’est souvent grâce à de nouveaux apports que la nation peut se reconstituer, en s’éloignant du sectarisme, des préjugés et de la routine.

34Il était donc nécessaire de combattre pareilles tendances, d’ouvrir les yeux des Égyptiens sur leur valeur, sur leur droit de vivre indépendants, sur la nécessité pour eux de créer l’union nationale en dehors de tout parti-pris de religion, d’origine ou de race. Il s’agissait aussi d’intéresser l’Europe au mouvement libérateur, et de trouver dans les milieux politiques étrangers des concours et des lumières.

35Je m’intéressai donc à ce dernier point. Louis Rouiller, le professeur suisse dont j’avais depuis longtemps apprécié les mérites et la fidélité, et que j’avais attaché à ma personne dès mon départ de Vienne, occupait au Palais les fonctions de secrétaire général.

36Autour de lui étaient groupés quatre Français de distinction : M. Boutron, président de la commission mixte des domaines de l’État ; M. Prunières, président du tribunal mixte de première instance du Caire, qui poussa le désintéressement jusqu’à refuser un siège de Conseiller à la Cour pour continuer à servir plus utilement la cause de l’indépendance égyptienne au Caire ; M. Pront, délégué français à l’administration des Chemins de fer de l’Etat, et, enfin M. Aristide Gavillot, journaliste de talent [Cf. annexe : Documents Gavillot-Agence Havas], Celui-ci nous assura le concours de l’Agence Havas et de plusieurs journaux parisiens de l’époque.

37Ces cinq personnalités ont formé à l’étranger le premier noyau de propagande en faveur de l’indépendance égyptienne.

38Grâce à elles, l’Égypte nouvelle prit contact avec le monde extérieur, fit connaître à l’Europe ses aspirations et trouva des défenseurs au Parlement Français.

39Ces hommes, sous l’habile direction de M. de Reverseaux et en liaison avec le trône par l’intermédiaire de Rouiller, s’attelèrent à leur tâche pour le seul profit de l’Égypte, convaincus que sa reconnaissance ne pouvait qu’aller vers les pays qui l’auraient comprise, encouragée et aidée.

40Des hommes politiques français, mis au courant par eux du mouvement d’indépendance qui se faisait jour en Égypte, devinrent nos ardents défenseurs. Ils veillèrent constamment à ce que la France continuât sa garde sur l’Égypte. Grâce à leur intervention, le Gouvernement de la République s’arrangea pour que ses couleurs fussent présentes sur le Canal de Suez, et qu’un bateau de guerre français y stationnât.

  • 6 Pierre Loti, officier de marine, écrivain et journaliste français. Mustafa Kamil fit sa connaissanc (...)

41Parmi eux, je veux citer les sénateurs François Deloncle et Eugène Etienne qui durant un quart de siècle, s’employèrent avec un admirable désintéressement et une foi profonde à la défense des intérêts français en Égypte, et pesèrent de tout le poids de leur intelligence et de leur talent sur la balance de nos destinées, ainsi que les deux grands écrivains Pierre Loti6 et Madame Julliette Adam. Qu’ils en soient ici remerciés.

42Un seul Égyptien avait été admis au Comité français occulte de l’Indépendance égyptienne : Youssef Saddik Bey, alors juge indigène aux Tribunaux Mixtes. Son ardeur patriotique ne fut pas fort goûtée des Anglais. Il dut abandonner son poste. Lord Cromer avait exigé son renvoi en même temps que celui d’Ismaïl Chimy Bey, estimant que les sentiments de confiance qu’entretenaient ces deux juges avec leurs collègues européens et leur détachement des intérêts britanniques étaient une cause suffisante pour motiver une disgrâce que leur loyauté personnelle et professionnelle rendaient imméritée.

43À cette époque, il était dangereux de se montrer égyptien et impartial. L’Agence Britannique considérait comme un défi à l’Angleterre toute manifestation de sympathie envers la nation renaissante. Tout acte de patriotisme était regardé comme un crime de lèse-majesté britannique.

  • 7 Jean Baptiste Marchand (1863-1934), officier et explorateur français. Il dirigeait le corps expédit (...)

44L’œuvre du Petit Comité ne fut pas inutile. Il travaillait dans l’ombre du Palais, mais il travaillait à de grands desseins. Son action et son rayonnement se manifestèrent lors de l’organisation de la mission française d’Abyssinie, qui devait tendre la main à Marchand7 sur le Haut-Nil. Grâce au concours de Monsieur Chefneux, il se mit en rapport avec les Abyssins en usant de la propagande, de l’autorité du patriarche copte et des ramifications religieuses qui unissaient l’Égypte à l’Éthiopie. Cette idée a été reprise depuis par certains hommes politiques de la nouvelle génération.

45Juste retour des choses d’ici-bas, la politique du Khédive Ismaïl, jadis critiquée, continua à orienter celle du parti de l’Indépendance.

46Ces intelligences devaient servir les intérêts du Pays en même temps que ceux de la France, puisque la manœuvre tentée n’avait pas d’autre but que de remettre en question la cause de l’Égypte et d’arracher celle-ci à l’emprise toujours plus étroite de l’Angleterre.

47Arriva Fachoda, la désillusion après l’espoir.

48L’échec de l’effort français, auquel je m’étais associé et dont j’avais suivi les progrès avec une grande anxiété, me fut d’autant plus pénible que j’avais été le premier à connaître l’arrivée de Marchand à Fachoda, alors même que les Anglais jugeaient impossible un pareil exploit.

49C’est entre 1896 et 1898 que se produisit cet événement retentissant et capital pour l’Égypte. II montra une fois de plus à quel point le nom du Khédive n’était qu’un drapeau étalé aux yeux du monde pour couvrir le jeu des Anglais.

50Préoccupée de garantir et d’étendre ses possessions africaines à un moment où toutes les grandes puissances européennes se jetaient sur le Continent Noir pour le déchiqueter à leur gré, la France dépêcha quatre groupes d’explorateurs pour définir les limites de ses colonies et réunir en un seul bloc ses terres de l’Afrique Septentrionale, occidentale et équatoriale.

  • 8 François Deloncle, parlementaire français qui rencontra Mustafa Kamil à Paris en 1892 et se rendit (...)

51Du groupe organisateur de la quatrième Mission, dite Congo-Nil, mieux connue plus tard sous le nom de son chef le Colonel Marchand, faisaient partie François Deloncle8, son Président, et M. Etienne, son Vice-Président.

  • 9 Nom donné aux disciples de Muhammad Ahmad, le Mahdi du Soudan.

52La mission était chargée de prendre Fachoda, une Moudirieh égyptienne, abandonnée aux Mahdistes9, dont il ne subsistait que le portail d’un ancien fort parmi des tas de pierres incendiées.

53La mission, partie de Loango (Afrique équatoriale française) sur la côte de l’Atlantique, en Juin 1896, arrivait seulement en Juillet de l’année suivante au poste français de Temboura, au-delà du bassin du Congo, aux confins du bassin du Nil, [C’est au lac Nô (Mère des courants) que pousse l’herbe dangereuse, ennemie des navigateurs du Nil Blanc, qui se nomme ambatch : herbe légère comme du duvet, touffue, grisâtre, courant sur l’eau du Nil, l’emprisonnant ici et là, de ses barrages mobiles - les sett indomptables.) et seulement en Août 1898 a Fachoda (aujourd’hui Kodok), après avoir traversé les déserts, les forêts, les fleuves d’une Afrique presque inconnue [Fachoda se trouve à deux cents kilomètres en aval de l’embouchure du Sobat. Ce périlleux et héroïque voyage évoque le souvenir d’un magnifique explorateur italien, Romolo Gessi, qui, sur l’ordre d’Ismaïl, avait découvert la région équatoriale des sauvages Djungnés, où il demeure de longues années, adoré par ses noirs. Du temps de Marchand, cette Zériba abandonnée par les Égyptiens gardait encore son nom].

54En réalité, l’occupation de ce point éloigné où flottait jadis le drapeau rouge étoilé ne dura que « l’espace d’un matin ».

55Le 10 Juillet 1898, quand Marchand prit possession de ce monceau de ruines et commença à y bâtir le réduit qu’il sut vaillamment défendre contre les attaques des Mahdistes, on ignorait tout en Égypte.

56Les Anglais tenaient de leur service d’informations qu’une expédition d’Abyssiniens, organisée par le Suisse Chefuend, partant de Djibouti et remontant le Djouba, se dirigeait vers le Nil.

57Mais ils ignoraient l’expédition Marchand et l’auraient peut-être ignorée longtemps encore si les Mahdistes avec leurs canonnières Bordeen et Saphin, n’eussent vogué vers les sources du Nil Blanc contre les Chillouks, attirant l’attention des postes anglo-égyptiens disséminés sur leur route.

58Pendant cet intervalle, Marchand, d’après les ordres reçus du Gouvernement français au moment de son départ pour l’Afrique, avait proclamé le Protectorat Français sur le Mek de Abd-el-Fadel, pays Chillouk situé sur la rive gauche du Nil Blanc (3 Septembre 1898).

59Brusquement, quinze jours plus tard, des vapeurs remorquant de nombreux chalands s’arrêtèrent devant Fachoda. Lord Kitchener annonça à Marchand la chute d’Omdurman et la reprise de Khartoum (2 septembre). Il lui apprit qu’il avait été instruit de la présence des Français à Fachoda par le Commandant Derviche du Saphia qu’il avait capturé en remontant vers le Sobat.

60Un témoin a raconté, au sujet de cette première rencontre, que Marchand et son entourage se rendirent chez Kitchener, revêtus d’uniformes blancs propres et soignés ; mais le Sirdar choisit, pour les faire aborder, un endroit que la petite troupe devait franchir à gué, à dos d’hommes, dans l’espoir d’assister à quelques chutes malencontreuses pour la blancheur de leurs costumes.

61Il n’en fut rien.

  • 10 Sir Francis Reginald Wingate, Sirdar et gouverneur du Soudan de 1899 à 1916, et Haut-Commissaire en (...)

62Au cours d’une deuxième visite du Colonel Wingate10, Kitchener protesta par sa voix, au nom de l’Egypte et de l’Angleterre, contre l’illégalité de la présence des Français à Fachoda. Il ajouta qu’un poste égyptien serait créé à côté du poste et du fort français de Saint-Louis. Le Colonel Jackson bey le commanderait avec le titre de Gouverneur (Kaimakam) de la province de Fachoda ; un bataillon de Soudanais, aux ordres du Colonel Stetton, et dont les officiers seraient égyptiens, formait la garnison.

63Cette décision, dont Kitchener se vantait qu’elle « ferait beaucoup de bruit dans le monde », dressa d’un coup la France contre l’Angleterre, et les deux rivales furent, en l’occurrence, bien près de se déclarer la guerre. Pendant trois mois, les deux postes français et égyptiens vécurent côte à côte.

64Puis l’expédition fut sommée de quitter Fachoda, malgré la résistance de Marchand et le long dévouement de ce groupe de pionniers [Cf. annexe à ce chapitre : Fachoda]. Le 11 décembre 1898, Marchand évacuait le Fort Saint-Louis et Fachoda. À ce moment, la France traversait une de ses plus terribles crises politiques.

65Tout le zèle du généralissime anglo-égyptien n’avait qu’un but : reprendre le plus possible des territoires équatoriaux dont Ismaïl avait enrichi la couronne Khédiviale et sa chère Égypte, pour en faire un plus grand Soudan au service des Anglais.

66J’ai conservé beaucoup d’admiration et de sympathie pour les ouvriers modestes et tenaces d’une œuvre qui eût pu être immense, et dont l’échec marqua pour l’Égypte la fin d’un beau rêve. Je vis le héros de la grande randonnée, et je serrai avec effusion les mains des nobles officiers qui, pour venir vers nous, avaient réalisé un magnifique raid à travers l’Afrique et fait preuve de l’endurance et de l’énergie que peut seule donner une foi tranquille.

67Baratier ! Marchand ! Ce devait être pour moi la dernière manifestation tangible d’une union étroite pour une politique libératrice. En les voyant s’éloigner, je sentais qu’une dernière chance internationale échappait à l’Égypte. L’Angleterre, triomphante, avait gagné la partie.

68La Turquie avait abandonné, la Russie ne croyait plus ; et voici que la France s’évanouissait. Elle tournait ailleurs ses regards fatigués. La lutte s’était terminée par une concession dont l’Égypte était la rançon. La France, peu préparée à une guerre d’autant plus impopulaire qu’elle eût succédé à des entreprises coloniales très critiquées par l’opinion, avait dû se résigner à un abandon. Elle cherchait des compensations ailleurs et, ne pouvant débarrasser l’Egypte des Anglais, elle essayait de s’en désintéresser. J’eus peine à comprendre, je l’avoue, l’indifférence soudaine d’un pays ami. Il m’était très pénible de voir négliger les plus grands efforts, des dévouements intègres, et abandonner d’immenses intérêts.

69La France oubliait que l’Égypte avait fait face à ses engagements en sa faveur avec une incontestable régularité. Mais elle était tout à la joie d’avoir évité un conflit et rétabli des relations cordiales avec une rivale qui n’oublie un jour ses inimitiés que pour mieux s’en souvenir le lendemain.

  • 11 Raymond Poincaré (1860-1934), cinq fois Premier ministre et président de la République française de (...)
  • 12 D’après les clauses de l’Entente cordiale de 1904, la France reconnaissait les droits de l’Angleter (...)

70Quelques années plus tard, je rendis visite à Monsieur Poincaré11. L’ardent patriotisme que lui inspirait son pays l’aveuglait sur les légitimes aspirations des autres. Il se félicita devant moi de l’Entente Cordiale12 ; et, oubliant sans doute, dans sa quiétude, que l’Égypte avait servi de premier gage à ce rapprochement, il me déclara, de sa voix tranchante et nette : « Maintenant que tout est arrangé, nous allons pouvoir causer librement ». Causer librement ! Alors que mon Pays restait seul en face de l’Angleterre et voyait se resserrer chaque jour les mailles du filet tendu autour de nos libertés ? De quoi aurions-nous bien pu nous entretenir, sinon de la détresse de l’Égypte !

71Aucune illusion ne m’était plus permise. Je restais seul en face d’une occupation sans contrôle et d’une ambition sans limite. Mais je compris le sens de la leçon. La politique d’un pays doit être égoïste ; le sentiment n’y doit tenir aucune place. En politique étrangère, on ne connaît que les mariages de raison : l’Égypte n’existait plus pour la France parce que le Maroc était né.

72Je dois, pour être juste, déclarer que les accords de 1904 n’avaient pas été acceptés avec enthousiasme par l’unanimité de la colonie française d’Égypte. La tradition de fidélité au pays hospitalier s’est longtemps conservée chez quelques-uns des Français d’Égypte qui, se fondant sur une tradition nationale, estimaient que le meilleur moyen de sauvegarder leur propre liberté, était encore de respecter celle des autres. Une pareille attitude console de pénibles abandons, mais ne suffit malheureusement pas à les réparer.

73Les événements de 1904 mirent fin à la politique de collaboration franco- égyptienne. Des esprits chagrins m’ont reproché quelquefois de ne l’avoir pas poursuivie. Je lui restai fidèle pendant toute sa durée. La France n’a pas été abandonnée par moi, c’est elle qui s’est retirée.

74Je fus bien obligé alors de chercher ailleurs l’appui que je venais de perdre, et je dus organiser la défense de l’Égypte contre les entreprises anglaises au sein même du Parlement Britannique.

75Auparavant, j’avais sondé l’Italie. Celle-ci avait de grandes ambitions sur l’Abyssinie et peut-être aurais-je pu trouver un secours de ce côté. Je n’eus pas besoin d’examiner longtemps la situation pour me rendre compte de l’appui précaire que je rencontrerais dans la collaboration d’une nation qui n’eût voulu pour rien au monde troubler les ambitions de l’Angleterre.

76Mes entrevues avec le Marquis de San Giuliano, alors au pouvoir, ne firent que confirmer mon opinion.

77La discrétion qu’on y observa suffit à me fixer sur l’inopportunité d’une entente où la crainte de l’Angleterre eût joué, chez mon partenaire, un rôle beaucoup trop important.

78Il ne me restait plus qu’à chercher un moyen de faire entendre la voix de l’Égypte dans les Conseils du Gouvernement de S.M. Britannique, et de me réserver des intelligences au Parlement, afin de pouvoir faire intervenir quelqu’un de ses Membres, chaque fois qu’une question essentielle se poserait pour mon Pays.

79Je rencontrai tout près de moi un concours inattendu en Monsieur Mosely. Ce sujet britannique avait été juge auprès des Tribunaux Égyptiens. Mais il avait bientôt donné sa démission, pensant avec raison que la conscience d’un juge n’a rien à voir avec la nationalité, surtout lorsqu’on lui fait l’honneur de l’appeler à siéger dans un tribunal étranger.

80Monsieur Mosely, qui avait suivi de près la politique anglaise en Égypte, ne l’approuvait pas. Un noble sentiment le poussait d’instinct à prendre la défense du faible. Ce Magistrat préférait l’équité à la justice anglaise. Et, devenu libre, il se consacra à la défense de la cause égyptienne avec toute l’ardeur d’un néophyte, toute la conscience d’un honnête homme [Cf. annexe à ce chapitre : deux lettres autographes de Mosely (1905-1906)]. Il se mit en rapport avec Mr. Robertson, membre du Parlement Britannique, qui, mis au courant de la situation, étudia sérieusement les dossiers d’Égypte. Habile autant que consciencieux, cet homme politique attira d’abord sur lui l’attention de Sir Edward Grey, en posant de continuelles questions au sujet de l’administration anglaise dans la vallée du Nil. On prit l’habitude de le voir intervenir toutes les fois que l’on parlait de l’Égypte aux Communes. Et de cette façon, il acquit la réputation d’un spécialiste en la matière.

81Sir Edward Grey, qui s’était rendu compte de sa parfaite honorabilité et de son loyal désintéressement, le tint désormais au courant de tout ce qui se passait chez nous, et le consulta même au besoin. Ayant acquis une connaissance profonde des conditions de la vie nationale égyptienne en même temps que la confiance du Foreign-Office, Monsieur Robertson servit en quelque sorte d’amortisseur dans les contacts un peu brutaux qui se produisaient fatalement entre l’Angleterre, désireuse de dominer complètement l’Égypte, et l’Égypte de plus en plus désireuse de desserrer l’étreinte de la nation occupante. Sa loyauté lui fit souvent un devoir de m’aviser des critiques formulées contre mon action par Lord Kitchener, et il me permit ainsi de réduire à néant certaines accusations qui fussent autrement restées sans réponse.

82L’honorable Monsieur Robertson me communiqua un jour le contenu d’un rapport de Lord Kitchener dont Sir Edward Grey lui avait donnée connaissance. Il s’agissait du rachat éventuel par le Gouvernement égyptien du chemin de fer que j’avais fait construire à Mariout, dans l’espoir de régénérer une province, jadis prospère et maintenant exsangue. Lord Kitchener n’était pas partisan de ce rachat, non sans doute qu’il le trouvât onéreux pour le Pays, mais simplement parce qu’il connaissait mon désir de le conclure. Et dans un accès de mauvaise humeur, il écrivait : « Si vous tenez à aider ainsi le Khédive à payer ses dettes, vous allez au- devant d’une illusion, car ce ne sera qu’une goutte d’eau dans la mer. »

83Je ne dis rien sur le moment et me gardai de protester. Lord Kitchener m’apparaissait de très mauvaise foi, car je ne pouvais admettre qu’il fût à ce point mal renseigné. Aussi, quant l’accord fut conclu avec le Gouvernement égyptien, apportai-je un état de ce que je devais à Lord Kitchener.

84« Voici, lui dis-je, le chiffre exact de mes dettes et un état vous faisant connaître le nom de mes créanciers. Je vous prie de bien vouloir les faire payer sur la somme que vous me devez et de signaler l’opération à votre Gouvernement, afin qu’il soit définitivement rassuré ; quant au reste, vous voudrez bien me le verser. » [Cf. annexe à ce chapitre : Affaire Mariout]

85Lord Kitchener se tut ; il baissa la tête en souvenir sans doute de son incorrection et de son mensonge volontaire. Je n’avais pas été fâché, pour ma part, de lui donner une leçon de courtoisie et de loyauté.

86Je n’ai raconté cette anecdote que pour bien souligner le manque d’égards dont l’agent britannique faisait preuve envers le souverain de l’Égypte, et pour justifier devant l’opinion les moyens que j’étais obligé d’employer pour parer aux dénonciations et aux calomnies d’un service de police qui travaillait souvent avec l’argent de l’Égypte, mais rarement dans son intérêt.

87Quelque temps auparavant, une société anglaise qui avait installé une ligne à voie étroite dans les oasis, se trouvant sur le point de sombrer, l’Angleterre vint à son secours, et le Gouvernement Égyptien participa de moitié à l’exploitation. Il dut, par conséquent, verser une somme égale à la moitié du capital.

88Le kilomètre de cette ligne, à voie étroite, établie sur des rails légers, fut évalué à 4 000 livres et la transaction fut faite sur cette base. La Société était anglaise !

89Quand le Gouvernement réalisa le chemin de fer d’Hélouan, l’estimation fut inférieure, bien que la voie fut normale : 2 000 livres par kilomètres. La Société était belge !

90Pour le Chemin de fer de Mariout, je demandai qu’il me fût payé conformément aux dépenses effectuées, ne voulant pour rien au monde réaliser un bénéfice sur mon Pays. Malgré l’excellence du matériel, puisqu’une partie de la ligne fut enlevée pendant la guerre et transporté sur la nouvelle voie qui reliait l’Égypte à la Palestine, le prix ne dépassa pas huit cents livres, le kilomètre... Il est vrai que j’étais Égyptien !

91Je n’ai jamais été un dissipateur. L’héritage de mon Père était, on s’en souvient, à peu près inexistant, puisqu’il avait fait l’abandon de ses biens pour payer les dettes du Pays ; mais j’avais, par un travail incessant et grâce à quelques affaires heureuses, reconstitué ma fortune. Les grandes entreprises auxquelles je m’étais livré m’avaient parfois amené à recourir au crédit public ; toutefois, l’équilibre de ma situation personnelle n’a jamais été maintenu par ces emprunts.

  • 13 Dans l’impossibilité de trouver du financement pour ses projets - prolonger la ligne de chemin de f (...)

92On voulut voir aux transactions auxquelles je m’étais livré par la vente du chemin de fer de Mariout, un but politique, alors qu’il s’agissait d’une simple opération financière. J’avais l’ambition de relier Alexandrie à la frontière de la Cyrénaïque afin de desservir ainsi l’immense contrée de Mariout où j’avais entrepris d’importants travaux agricoles. L’œuvre était considérable ; j’en avais réalisé la moitié en portant le rail sur une distance de 230 km environ. N’ayant pu trouver de concours auprès des banques anglaises, j’examinai les propositions qui me venaient de l’étranger. C’est alors que le Gouvernement britannique intervint dans des conditions qui sont toutes à mon honneur13.

93On m’a encore dépeint comme un spéculateur sordide ou un cultivateur inapte à gouverner un peuple (je noterai ici que pendant des millénaires, les rois Égyptiens - malgré leur faste - furent surtout les rois agriculteurs d’un peuple essentiellement agricole).

94Mes adversaires se plaisaient à me faire passer pour un chercheur de trésor, insouciant de mon Pays. Comme il arrive toujours en pareil cas, personne n’a rien compris, ni à mes intentions, ni à mes initiatives. Les exécuteurs des ordres de White Hall en Égypte, ou les hauts personnages de mentalité réactionnaire étaient naturellement incapables de saisir cet aspect inattendu et très particulier de mon existence, ce dédoublement de ma personnalité - si complexe comme souverain - si primitive comme homme de la terre.

95Ils avaient oublié qu’avant de devenir celui qui engloutit soi-disant l’or égyptien dans ses énormes entreprises, mon aïeul Ismaïl avait été le plus actif, le plus patient des cultivateurs et le plus avisé des administrateurs de fonds. Ils oubliaient surtout que Son petit-fils préféré, Abbas Hilmi, pouvait avoir acquis une assez dure expérience pour ne pas répéter les largesses qui avaient mis ce grand souverain à la merci d’un monde ennemi.

96Une joie profonde me saisit encore à l’évocation de mes premières tentatives de fertilisation du désert et des marais. Le chemin de fer de Mariout représente pour moi l’exploitation avantageuse de terrains incultes, et le ralliement d’une foule de tribus nomades bédouines, dispersées et sans ressources. Il en résulta pour mon Pays et pour la nation occupante la possession facile d’une ligne stratégique.

97Quant aux domaines de Montazah, d’Edfina, d’Ismaïlieh, aux énormes bâtisses cairotes surgissant par quartiers sur des terrains vagues, ils m’offrirent des loisirs et me permirent de soutenir la lutte quotidienne et de résister aux pressions qui s’exerçaient sur le moindre de mes gestes en faveur de la liberté de l’Égypte.

98Quant à moi - et les journaux de l’époque s’en gaussaient chaque jour - mon plaisir, pendant ses années épuisantes, était de m’enfuir à tout instant de la capitale, à cheval ou à dos de chameau, vers les sables, sous le ciel bleu, face aux horizons dont la nostalgie me poursuivit si longtemps !

99C’est de ces contacts avec notre prestigieux sol égyptien que naquirent les réalisations de Montazah, de Koubbeh...

100Fier de créer l’opulence et la vie là où régnait l’abandon, c’est avec délices que je me consacrais à toutes sortes de dures besognes et à une existence primitive dans ces oasis de repos et d’oubli. Et je me réjouis encore d’avoir rendu à l’Egypte les terres jadis prospères du Delta, bien qu’elles m’aient été arrachées.

101Mes plaisirs d’été étaient encore les âpres conquêtes sur les marécages que les eaux du Dalaman anatolien enrichissaient d’une végétation luxuriante et féerique, jusque dans la baie sauvage de Makri, à l’ombre de ses forets et de son Kara-Dag solitaire. C’est là que je me sentais libre.

102La métamorphose du sol inculte et boueux en jardins, l’enrichissement de la savane où se multipliaient les troupeaux, l’accroissement de la population et des moyens de communication, l’irrigation enfin constituaient pour l’Égypte un apport économique appréciable.

CHAPITRE III (ANNEXES)

Gavillot-Agence Havas (Comité égyptien de Paris)

103Quelques documents pour illustrer un secteur de la propagande nationale en France.

  • Note sur les services à faire entre Paris et le Caire.

  • Traité entre Mr. Gavillot et l’Agence Havas.

  • Note explicative sur le service de propagande, établie par Mr. Aristide Gavillot.

  • Relevé des subventions versées Mr. Gavillot, entre les années 1895 et 1900 (Non reproduit dans ces pages N.D.L.E.).

Fachoda (Non reproduites dans ces pages N.D.L.E.)

  • Lettre de Moustapha Fahmi au Sirdar.

  • Lettre de Boutros Ghali à Lord Cromer.

  • Lettre de Lord Kitchener, Sirdar, à Moustapha Fahmi.

Deux lettres autographes de Mosely

  • 16 juin 1905.

  • 30 juillet 1906 (Traduites de l’anglais).

Affaire Mariout

  • Paraphrase d’un télégramme de Sir E. Grey à Lord Kitchener (traduite de l’anglais).

  • Notes du 26 février - 2 avril et 5 avril 1914 (Non reproduites dans ces pages N.D.L.E.).

Paraphrase d’un télégramme de Sir E. Grey à Lord Kitchener.

104Je suis chargé de faire savoir à Votre Altesse que le Gouvernement de Sa Majesté considère comme très grave la décision prise par Votre Altesse en ce qui concerne le Chemin de Fer de Mariout, aux termes de laquelle, sans le consentement du Gouvernement, une partie des communications du Chemin de Fer en territoire égyptien aurait été soumise à l’influence d’ une Puissance étrangère.

105La position du Gouvernement égyptien ne lui permet pas de s’engager à acquérir la ligne de Mariout, ni dans les circonstances présentes, ni dans aucune circonstance, si ce n’est sur une base commerciale.

106Je saisis cette occasion pour avertir Votre Altesse de ne pas conclure cet accord, et de ne pas ouvrir de négociations avec aucun autre gouvernement ou syndicat étranger pour la vente de cette ligne.

107Une répétition de cette action, ou de tout autre action semblable, de la part de Votre Altesse, sera considérée comme très grave par le Gouvernement de Sa Majesté, à cause du préjudice qu’elle porterait aux intérêts de l ‘ Egypte que le Gouvernement de Sa Majesté est tenu de protéger, et rendra nécessaire un très sérieux examen de la position de Votre Altesse.

108Ouverture De La Session Du Conseil Legislatif Le 22 Janvier 1914

Notes

1 Le 24 octobre 1895, les Anglais et les Ottomans s’engagèrent à envoyer leur représentant respectif qui, de concert avec le khédive, rédigerait un rapport sur les meilleurs moyens à adopter pour réorganiser l’armée et l’administration civile. La Turquie choisit comme délégué Mukhtar pacha, général hautement décoré de l’armée ottomane qui avait été le gouverneur de la Crète. L’Angleterre envoya Sir Henry Drummond Wolff. À l’issue de leur rapport, Wolff regagna l’Angleterre, mais Mukhtar resta en Égypte pour « représenter » le Sultan. Il servit sur place de point de mire à toutes les intrigues qui se formaient pour soutenir l’influence ottomane en Égypte, y compris le mouvement islamique qui donnait son allégeance au Sultan. Si les Anglais avaient des raisons de se méfier de lui, les éléments anti-britanniques et les groupes radicaux qui apportaient leur soutien au Sultanat l’appuyaient sans réserve. Lord Cromer le soupçonna d’avoir pris une part active à l’appel que le Parti national lança pour que le peuple égyptien soutienne la position du Sultanat dans l’incident de Taba.

2 En 1908 la révolution des Jeunes Turcs se déclencha pour protester contre la politive répressive du Sultan Abdulhamid. La conspiration qui avait commencé à l’École de médecine militaire s’étendit à d’autres collèges en Turquie, puis dans les autres pays de l’empire. Ses chefs formèrent le Comité union et progrès qui réussit à détrôner Abdulhamid et à le faire remplacer par le Sultan Méhémet V (1909-1918). Le CUP était virtuellement le maître de l’empire à cette époque là. Le but principal de sa révolution était de garder l’Empire sous contrôle turc. Il suivit en conséquence une politique délibérée de « turquification » qui contraignaient les provinces Arabes à se mouler selon un modèle culturel turc. Les Jeunes Turcs adoptèrent aussi une idéologie panturque (pantouranisme) qui eut pour résultat de détourner d’eux davantage encore les provinces arabes.

3 Le cheikh Abd al-Aziz Shawish est né en 1873 à Benghazi d’un père, marchand libyen, qui émigra à Alexandrie dans la seconde moitié du xixe siècle. Il étudia à al-Azhar et Dar al-Ulum avant d’aller à Londres poursuivre des études littéraires. Il épousa les idées nationalistes de Mustafa Kamil et de Muhammad Farid, avec lesquels il collabora. Il succéda à Kamil, à sa mort en 1908, comme rédacteur du journal al-Liwa’, et se trouva en opposition intellectuelle et politique avec Saad Zaghlul, Ahmad Lutfi al-Sayyid, et Abbas II, chacun d’eux ayant une conception différente de l’avenir du pays. Les Mémoires font allusion à la participation de Shawish à un attentat contre la vie du khédive, à Constantinople, en 1914.

4 Le khédive Abbas II désigne ici le docteur Ahmad Fuad comme étant le véritable organisateur de l’attentat dirigé contre lui. Il attire également l’attention du lecteur sur les rapports entre le docteur et le cheikh Abd al-Aziz Shawish qui, toujours selon le khédive, aurait été à l’origine du complot.

5 Enver pacha (1881-1922), officier turc, qui combattit les nationalistes grecs et bulgares et dirigea les efforts de guerre de la Turquie pendant la première guerre mondiale. Il perdit la vie sur le front russe au Tajikistan. Il est surtout connu pour avoir participé à la révolution des Jeunes Turcs en 1908, qui rétablit la constitution de 1876 et obtint la destitution du Sultan Abdulhamid.

6 Pierre Loti, officier de marine, écrivain et journaliste français. Mustafa Kamil fit sa connaissance par l’intermédiaire de Juliette Adam. Leurs rapports devinrent moins chaleureux après la parution d’un livre de Kamil qui félicitait les Japonais de s’être débarrassés de leurs traditions anciennes pour introduire la civilisation moderne dans leur pays, alors que Loti se faisait le champion du traditionalisme. Loti avait parfois fait paraître des articles dans le al-Liwa’ de Kamil.

7 Jean Baptiste Marchand (1863-1934), officier et explorateur français. Il dirigeait le corps expéditionnaire français qui s’empara de Fachoda et de ses environs, sur les bords du Nil Blanc, le 10 juillet 1898. Cet événement faillit déclencher la guerre entre la France et la Grande-Bretagne. Marchand fut contraint de faire retraite.

8 François Deloncle, parlementaire français qui rencontra Mustafa Kamil à Paris en 1892 et se rendit en Égypte au mois de mars 1895 pour y faire une enquête sur la situation politique. Ennemi de la Grande-Bretagne, il défendit les intérêts de l’Égypte et dénonça son occupation. Kamil n’avait pas un très grand respect pour Deloncle et pensait que s’il plaçait les aspirations de son pays entre ses mains, le résultat pourrait porter préjudice à l’Égypte en faisant des ennemis de Deloncle, les ennemis de l’Égypte.

9 Nom donné aux disciples de Muhammad Ahmad, le Mahdi du Soudan.

10 Sir Francis Reginald Wingate, Sirdar et gouverneur du Soudan de 1899 à 1916, et Haut-Commissaire en Égypte de 1917 à 1919.

11 Raymond Poincaré (1860-1934), cinq fois Premier ministre et président de la République française de 1913 à 1920.

12 D’après les clauses de l’Entente cordiale de 1904, la France reconnaissait les droits de l’Angleterre sur l’Égypte et la légitimité de sa présence dans le pays ; de son côté, la Grande-Bretagne reconnaissait le protectorat de la France sur le Maroc. Cet accord eut des répercussions dramatiques pour l’Égypte, car il libérait les Anglais de toute ingérence de la France dans la politique égyptienne. Lord Cromer avait donc tous les pouvoirs en main. Dès 1905, Lord Cromer pouvait entreprendre un tour de toute l’Égypte et se faire recevoir de la manière la plus officielle par les gouverneurs des provinces.

13 Dans l’impossibilité de trouver du financement pour ses projets - prolonger la ligne de chemin de fer du Mariout qui lui appartenait en propre et à en aménager les environs -, Abbas II fit affaire avec une société italienne qui s’en portait acquéreuse pour 390 000 livres égyptiennes. Les Anglais n’étaient pas favorables à une telle transaction, dans cette période de tensions inter-européennes qui allaient provoquer le déclenchement de la première guerre mondiale. Kitchener força le khédive à vendre sa ligne de chemin de fer au gouvernement égyptien pour qu’elle reste, de cette façon, sous le contrôle des Anglais.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/637/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 564k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540