Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Chapitre I. Mon enfance et le début de mon règne

Texte intégral

Naissance. Enfance. Première Jeunesse. Mes Voyages à l’Étranger. Mon séjour en Suisse. Au Thérésianum. La mort de Tewfik. Je monte sur le trône. L’insuffisance des ministres. Mon premier conseil des ministres. Les manœuvres de Lord Cromer.

1Je naquis le 14 Juillet 1874, dans le Palais numéro trois à Alexandrie.

  • 1 Le Sultan Mahmud II (1808-1839) continua les réformes commencées par Salim III (1789-1807). Il fut (...)

2Ce Palais faisait partie du patrimoine de Mohamed Ali - fondateur de notre dynastie - qui l’avait fait construire ainsi que plusieurs autres en Égypte. Il était situé le long du Canal dénommé « Mahmoudieh » par Muhammad Ali lui-même, en l’honneur du Sultan Osmanli Mahmud1, le grand réformateur, son maître. Il échut à mon Père, le Khédive Tewfik, par droit d’héritage.

3C’est là que j’ouvris les yeux à la lumière, à l’heure où mon aïeul, le Khédive Ismaïl, à l’apogée de son opulence, éblouissait l’Europe et tout le monde civilisé de l’époque par ses projets et par ses exploits.

4Avant mon entrée au collège, les premières années de ma vie s’écoulèrent assez différemment de celles qu’on vivait à cette époque, dans la plupart des familles musulmanes, quelle que fût leur position sociale.

5Le Khédive Tewfik était pour ses fils un véritable Père. Il les comblait de ses plus tendres soins et de l’attachement le plus empressé, malgré les alternatives pénibles de son existence.

6Quant à ma Mère, elle a été pour tous, et pour moi en particulier - le bien le plus rare et le plus parfait que Dieu me donna de toute ma vie, surtout au moment où j’allai gravir les marches d’un trône entouré d’hostilités sans nombre.

7De mes parents, j’ai hérité l’amour sincère de ma Patrie - l’Égypte - après cette foi profonde dans la religion et dans la loi du Prophète qui est la source intarissable de ma faculté d’abandon à mon sort et de mon espoir dans l’Éternel.

8J’ai hérité de mes aïeux les mêmes charges financières que mon Père, les mêmes difficultés avec l’occupation anglaise, les mêmes guerres, les mêmes débats pour le Soudan. On dirait qu’avec les changements de souverain, les événements n’ont fait que se succéder sur un même rythme de déceptions et de lutte inégale.

  • 2 La mère du khédive Abbas II, Emina Hanem, était la fille de Ilhami pacha, fils de Muhammad Ali.

9De 1874 à 1880, mon enfance s’écoula dans le harem de notre maison, où l’épouse unique de Tewfik, la Princesse Emineh Hanem2, ma Mère, gardait ses propres enfants. Ce fut là que j’appris ma descendance turque. Mon Père avait mis à mes côtés une gouvernante anglaise pour les soins d’hygiène. Ainsi, les premières langues que je parlai furent à la fois la langue turque et l’anglaise.

10De 1880 à 1882, mon Père fit construire, pour moi et mon frère Mohamed Ali, une école à côté du Palais d’Abdine avec un grand jardin pour accueillir cent enfants des meilleures familles. Il leur faisait donner l’instruction gratuitement et leur offrait à déjeuner. Là je m’habituais à vivre parmi les enfants du pays, à parler leur langue ; en même temps des professeurs m’apprenaient l’anglais.

11L’influence qu’exercent sur notre vie nos impressions d’enfance est profonde. Nous n’oublions jamais les choses qui se gravèrent en nous et éveillèrent notre esprit à la compréhension. Si, pendant un règne qui a duré un quart de siècle, j’ai pu éviter d’être pris dans l’engrenage des traditions, si j’ai pu m’échapper des routines orientales, c’est sans doute parce que, dès mon plus jeune âge, mon Père conscient des responsabilités qui m’incomberaient un jour, a tout fait pour éveiller mon intelligence au contact de l’action et du progrès.

12Il faut noter ici que l’Égypte était occupée par les troupes anglaises depuis 1882, avec promesse de libération dès que le Pays serait rentré dans l’ordre. Il fallait donc préparer un héritier au trône en état de connaître et de diriger les affaires militaires et la défense du Pays.

13Je n’avais pas dix ans lorsque je quittai l’Égypte pour visiter l’Europe, mais ce n’était ni pour ma distraction ni pour mon plaisir que mes parents se privaient ainsi de ma présence à leurs côtés. Un sage mentor devait me servir de guide au milieu des splendeurs de l’Occident. Cependant, mon Père savait que les âmes s’ouvrent seules à la beauté et au charme des séduisants spectacles, que ces spectacles soient donnés par la nature ou qu’ils soient l’œuvre d’artistes célèbres. Aussi, me conduisait-il vers les manifestations diverses du travail des peuples.

14On a dit que partir, c’est mourir un peu. C’est bien là une conception de poète. Tout autre est la réalité : partir, c’est se détacher de la routine pour aller à la rencontre des faits ; c’est sortir de chez soi pour se familiariser avec la vie, et mettre son cerveau en état de réceptivité afin qu’il s’accommode plus facilement des courants nouveaux.

15J’ai visité en détail toutes les grandes usines d’Europe, des vertes prairies de l’Irlande aux interminables steppes de Russie, de la France personnelle et mesurée à l’Allemagne disciplinée et colossale, des rives enchantées de l’Italie aux fjords de la Norvège, des bois du Tyrol aux plaines humides et moirées de canaux des Pays-Bas. Et ainsi, peu à peu, se formait mon esprit devant les manifestations de l’activité de l’homme et de sa puissance de travail.

16Ces voyages n’allaient pas sans incidents. Je me rappelle quelquefois avec un sourire, les petites aventures qui plus tard ne servent plus qu’à orner le souvenir mais prennent une importance considérable dans l’enfance.

17A Manchester, on avait à tout prix voulu me faire monter avec ma petite escorte dans un monte-charge utilisé généralement pour les balles de coton. Mais à peine avions-nous fait un ou deux mètres que la machine, refusant de nous porter, redescendit brutalement ; nous n’eûmes aucun mal, mais je décidai avec toute l’autorité que comportait ma jeunesse, de prendre l’escalier. Les ascenseurs ont fait quelques progrès ! Du reste, ce n’était pas la faute du monte-charge. Je me suis rendu compte depuis que si chaque chose avait son utilité, elle avait aussi sa destination. Et quand je vois quelqu’un sortir de son rôle et enlever les choses à leur fonction naturelle, je me dis en moi-même : « Encore un qui va prendre le monte-charge ! »

18Les usines d’Essen frappèrent mon imagination. Cette Cité bourdonnante du fer et du feu, où s’agitaient des milliers d’ouvriers, me donna une idée de ce que pouvait la science associée à la volonté. Les régions industrielles de la Belgique ne m’intéressèrent pas moins. Je visitai aussi la Hollande, où je ne me lassais pas d’admirer la constance dans l’effort d’une race courageuse, perpétuellement en lutte avec la mer. L’étendue de ses polders, le bourrelet de ses digues, les réseaux miroitants de ses canaux illustraient cette bataille entre l’homme et les éléments, bataille dans laquelle l’intelligence humaine avait souvent marqué des points.

19En France, je fus séduit par l’individualisme des habitants, la distribution démocratique de la propriété, la résignation du paysan, son amour du sol et sa fidélité aux souvenirs, et surtout par son esprit d’économie. Je ne me lassais pas d’admirer l’ingéniosité de l’ouvrier, la finesse de son travail, ses aptitudes spéciales aux industries d’art, et le soin qu’il apportait à la transformation de la matière, toujours préoccupé dans son œuvre de mesure et de beauté.

20L’Italie me permit de comparer l’adaptation des méthodes aux circonstances. Alors que j’avais assisté, aux Pays-Bas, à la lutte contre la mer qui surplombant les terres, s’apprête sans cesse à les envahir, je vis en Italie la lutte par colmatage contre les marais. On me fit remarquer que le Nil lui-même avait donné aux Ingénieurs l’idée de cette méthode. Et je fus surpris qu’en Égypte le service des irrigations n’eût point collaboré avec le fleuve dans une œuvre de longue haleine, mais dont le succès était assuré et les résultats considérables.

21On ne manquait pas, en effet, dans tous ces voyages de me mettre au courant des conditions du travail, des rapports du capital avec l’ouvrier. On m’initiait aux qualités particulières des artisans de chaque pays, à leurs aptitudes, à leur caractère.

22Peu à peu, sans m’en douter, et en y prenant grand plaisir, je complétai mon instruction par ces grandes leçons de choses. Je n’apprenais pas seulement la géographie. Mon intuition d’enfant me permettait déjà de connaître les hommes et de les distinguer.

23Mes constatations étaient peut-être un peu superficielles. J’aimais, par exemple, chez les Français, leur simplicité sans emphase, leur philosophie de gens heureux, leurs vertus bourgeoises que corrige beaucoup de fantaisie. Les Allemands m’impressionnaient par la force massive de leur discipline et de leur méthode. J’avais trouvé chez les Anglais des relations agréables dans une société partagée entre le charme d’une cordialité naïve et le flegme déconcertant d’une race hautaine et fermée.

24Bref, je m’habituais à la diversité des peuples. Mon intelligence se disposait à comprendre leurs caractères, et, par conséquent, à raisonner sur leurs actes et leurs aspirations. J’étais ainsi admirablement préparé pour terminer mes études secondaires. J’avais beaucoup vu, beaucoup retenu. Il s’agissait de donner une armature à ce bagage, et de la consolider par la science et la technique. Je ne voyageai plus dès lors que pendant les vacances.

25Mon père avait jugé que le moment était venu de compléter mon instruction européenne dans des institutions suisses, à Genève, à Lausanne et ailleurs (1883-87). La mentalité de ce pays neutre et la forme de sa Constitution lui parurent d’excellentes garanties pour la formation d’un enfant qui aurait un jour à régner sur un Pays où rien d’utile ne pouvait être tenté en dehors de la liberté. Il eût, du reste, été délicat de confier mon éducation à l’un des pays qui se disputaient l’influence dans la Vallée du Nil. En Suisse, je pouvais me perfectionner à la fois dans toutes les langues européennes, sans avoir à craindre une emprise morale qui eût pu, par la suite, influer sur les relations internationales de mon Pays.

26J’avais de plus sous les yeux l’exemple d’une démocratie organisée ; je pouvais me rendre compte que l’ordre n’est en somme que le résultat d’une liberté bien conçue, et que le patriotisme d’un peuple suffit quelquefois à lui inspirer des méthodes de gouvernement compatibles avec le progrès et véritablement conformes aux aspirations de la masse.

27Je fus très impressionné par ce que je vis dans la libre Helvétie. Jeune, et n’ayant pas encore l’âme déformée par le préjugé de caste qui empoisonne les demeures des Rois, j’admirai de toute mon âme cette grande amitié, cette puissante solidarité, qui font du peuple suisse une masse pensante et agissante, ordonnée tout en restant libre, fière sans être le moins du monde agressive. L’organisation de l’armée, conçue suivant des méthodes nouvelles et dans un but purement défensif, attira mon attention. Le système des soldats-citoyens appelés à concourir à la défense générale, sans être pour cela immobilisés dans des casernes, me parut une solution ingénieuse du problème de la défensive. Je remarquai du reste que, bien que n’étant ni belliqueux ni militariste, le Suisse restait tout de même soldat. Le soin que chaque individu prend de son équipement et de ses armes, la régularité qu’il apporte à remplir ses obligations militaires, le plaisir avec lequel il parle de ses officiers et de ses périodes d’instruction, suffisent à démontrer qu’en cas d’alerte, les montagnards, sortis de l’esclavage par le geste libérateur de Guillaume Tell, seraient dignes de leur ancêtre. La vie régulière et patriarcale des villageois, la propreté de leurs maisons, la franchise de leur accueil, la fierté qui les anime lorsqu’ils parlent de leur pays, l’indépendance qu’ils affectent vis-à-vis de l’administration leurs devoirs civiques une fois remplis, tout cela, je m’en rendais compte, était le fruit d’une indépendance chèrement acquise et d’une liberté consciencieusement maintenue pure de toute licence.

  • 3 François Joseph 1er (1830-1916), empereur d’Autriche (1848-1916) et roi de Hongrie (1867-1916), fut (...)

28Mon instruction étant jugée assez avancée, je fus admis à l’Académie du Thérésianum à Vienne. J’avais treize ans (1887). L’Empereur François-Joseph3voulut bien s’intéresser à moi : j’étais jeune, il me savait destiné à succéder un jour à mon Père et il ne se souvenait pas sans émotion qu’il avait à peine dix-huit ans lorsqu’il était monté sur le trône. En 1891, je fus admis à la Cour ; j’y fus reçu avec bienveillance. On me conviait parfois à dîner. Un jour, je commis un impair dont je ne puis me souvenir sans émoi. Je ne sais par quelle aberration d’esprit, je ne partis de l’École qu’à l’heure fixée pour le dîner. À ce moment il n’y avait pas d’autos. J’arrivai donc fort en retard au Palais, sans m’être rendu compte de mon incorrection. La figure affolée des valets devait me faire prendre conscience de l’heure. Ils me toisaient d’une mine à la fois sévère et mécontente. Cédant alors à l’ardeur impétueuse de la jeunesse je grimpai l’escalier quatre à quatre, devant une haie de serviteurs navrés d’une attitude qui, dans une Cour aussi traditionaliste que celle des Habsbourg, prenait une allure de scandale. Tout-à-coup, une porte s’ouvrit devant moi à deux battants. Je me précipitai comme une trombe et je tombai au milieu de la salle à manger brillamment illuminée. Tout le monde était à table ! C’était une véritable catastrophe mais je ne m’émus pas. J’allai directement à l’Empereur qui me sourit et me tendit la main, et je gagnai ma place sans le moindre embarras.,

  • 4 Alexandre III, empereur de Russie de 1881 à 1894. Il réagit à l’assassinat de son père en restauran (...)

29Ma jeunesse se consola vite de telles maladresses que, plus âgé, j’eusse considérées comme irréparables. Mais je ne tardai pas à être encore victime de ma distraction. Je fus un jour convié chez le Tsar Alexandre III.4 C’était un homme superbe, à la taille imposante, à l’œil clair dans un visage encadré d’une barbe soyeuse et blonde. Je le trouvai en compagnie du Roi Georges de Grèce son beau- frère ; qu’il me présenta. Le Roi Georges était un homme particulièrement courtois et sympathique. Son accueil fut charmant, presque amical, si bien que, devant une telle simplicité comparée à la Majesté presque olympienne d’Alexandre III, je ne pus m’imaginer que j’avais affaire à un personnage du même rang. Je l’appelai simplement « Excellence ». Il se contenta de sourire. Je pris cela pour un encouragement, et je continuai. Ce n’est qu’après avoir quitté le Palais que je réfléchis et m’aperçus de ma bévue.

  • 5 Edward VII, roi de Grande-Bretagne et d’Irlande, et empereur des Indes, de 1901 à 1910.

30C’est ainsi qu’après avoir pris contact avec le peuple des Usines, je me mêlai à la société des Rois. Je ne savais pas que j’allais bientôt avoir la responsabilité de conduire un peuple vers ses destinées. Je pensais que mon jeune âge me préserverait pour quelque temps de cette charge. Mais j’en sentais déjà tout le poids, et aussi tout l’honneur. J’avoue cependant avoir été plus impressionné par la beauté de l’action et de l’effort que par le luxe des Palais Impériaux. Cette impression me fut confirmée plus tard lors d’une réception à la Cour d’Angleterre. Le Roi Edouard VII5 m’avait décoré le matin même du Grand Cordon de la Victoria Cross et m’avait averti que, bien que cette décoration ne fût pas d’une classe aussi élevée que l’Ordre du Bain dont j’étais déjà titulaire je devais tout de même la porter avec le collier toutes les fois que j’assisterais à une réception à laquelle prendraient part les membres de la Famille Royale. Le soir même, j’étais invité à Windsor. Je me conformai aux instructions du Roi Edouard, mais en arrivant dans le salon, je m’aperçus que j’étais le seul à porter au cou la chaîne de l’ordre de Victoria. Je m’adressai à un Maître de Cérémonies : il me répondit que je devais, en effet, ne conserver que mon cordon. Je me hâtai de rétablir les choses. Mais à peine étais-je revenu dans le salon que le Roi Edouard me dit : « C’est vous qui aviez raison, on vous a induit en erreur. Vous étiez dans le vrai ! C’était bien le collier de la Victoria Cross qu’il fallait porter. »

31Je fus étonné de la rapidité d’information d’Edouard VII, et aussi de l’importance qu’il attachait à la parure de ses invités. Les cérémonies de Cour sont d’une déconcertante puérilité. Leur apparat n’étonne plus personne, et les chamarures des grands officiers du Palais et des hôtes illustres prennent, vus sous l’angle de notre civilisation, des allures de mascarades. Certaines coutumes touchent à l’enfantillage. À une époque de progrès, c’est défier le destin que d’asseoir la puissance des Princes sur des questions de préséance parfois ridicules, et de prétendre régir les peuples au moyen d’une autorité légitimée par la race seule, alors qu’elle aurait dû l’être aussi par les services rendus.

32C’était sans doute ce qu’avait voulu me montrer mon Père en me jetant tout enfant dans la vie, non par les portes d’or des Palais - qui ne sont le plus souvent que des portes de prison - mais à travers les voies encombrées du travail que doivent suivre désormais les nations qui placent au-dessus de tout le culte de l’action et du progrès. Il pensait sans doute que régner ce n’était pas maintenir un trône, une puissance ou une dynastie, mais que c’était avant tout créer de la force, de la vie, et, par conséquent, de la joie. Mon âme s’éveillait ainsi à la compréhension du devoir d’un Prince. De jour en jour, il me semblait saisir davantage la nécessité d’une rénovation dans les mœurs de mon Pays et de sa politique. On eût dit que je sentais déjà le malheur qui allait m’atteindre, et qu’un pressentiment m’avertissait que j’allais recueillir, dans les larmes, la Succession de mon Père sur le trône d’Égypte. J’appris presqu’en même temps sa maladie et sa mort. Au Thérésianum, un terrible soir, le 6 Janvier 1892, en allant me coucher, je reçus une dépêche du Président du Conseil de mon Père - Moustapha Fahmi - m’annonçant la maladie du Vice-Roi Tewfik. Comme je n’étais pas accoutumé à ce genre de communications rapides, je compris immédiatement la gravité du mal. Le lendemain matin, lorsqu’arriva la deuxième dépêche, j’eus la sensation précise de son adieu éternel. Il était décédé le 17 Janvier 1892 à 7 h 17, en son Palais, à Heluan. Je compris alors que depuis bien longtemps mon Père devait avoir été malade. Je saisis le pourquoi de son empressement à me faire voyager tout jeune encore, à travers l’Europe, jusqu’au Cap Nord : il voulait que je prisse connaissance de ce monde plus avancé que le nôtre, avant d’être enfermé dans le cercle du gouvernement, à la merci d’une occupation étrangère ! De Vienne j’envoyai à S.E. le président du Conseil des Ministres la dépêche suivante :

La nouvelle de la mort de mon Auguste Père m’a terriblement frappé. C’est un grand malheur, non seulement pour Notre Famille mais aussi pour toute l’Egypte. Dès que j’aurai vos informations précises concernant le bateau à Trieste, je partirai sans retard, en vous câblant l’heure du départ de Trieste. En attendant mon arrivée, je suis sûr, mon cher Pacha, que grâce à Vous et à Vos collègues, les affaires ne souffriront pas.

33Votre bien affectionné Abbas

34De son côté, S.A. le Grand Vizir, câbla le même jour ce qui suit à S.E. le Président du Conseil, reconnaissant mon accession, par voie de succession héréditaire au trône de mon Père :

J’ai exprimé à Sa Majesté Impériale le Sultan qu’en vertu du Firman réglant l’hérédité du Khédivat d’Égypte, la succession de feu Tewfik Pacha est dévolue à Son fils aîné, Son Altesse Abbas Hilmi Pacha, et qu’en attendant Son arrivée en Égypte, Votre Excellence aura, avec le concours de ses collègues, la direction de l’administration du Pays. Sa Majesté Impériale a donné Ses ordres dans ce sens ; je m’empresse de Vous en informer.

35Signé : Djewad Grand Vizir

36Ma douleur fut cruelle. Et je n’eus point le temps de la manifester. Il n’y eut pour moi ni trêve, ni armistice. Le trône était libre. Je devais m’y asseoir. Je me souviens de la parole de S.M.I. et A. l’Empereur François-Joseph, au moment où j’étais allé le saluer en sortant pour la dernière fois de ma chère École « Le Thérésianum » : « La plus belle façon de s’acquitter envers les morts, c’est de bien servir et honorer leurs pensées. »

37À mon départ de Vienne, l’Ambassadeur de Turquie n’avait encore reçu aucune instruction de la Sublime Porte à mon égard. Mais, à Trieste, j’eus connaissance des félicitations du Sultan qui me conseillait de venir à Constantinople avant de rejoindre mon poste. J’avoue avoir été tenté d’accepter cette offre. Avant de m’asseoir sur le trône des Khédives, il m’eût été agréable de prendre conseil de mon grand-père Ismaïl, et de tenir de sa bouche quelques renseignements. Mais à la réflexion je compris le danger qui me menaçait. Jeune et sans expérience, j’allais avoir à discuter des choses de l’Égypte avec un Sultan dont tous s’accordaient à reconnaître la finesse exceptionnelle et l’habileté consommée. La situation m’apparut très nette. Il y a des choses qui gagnent à ne point être remises sur le tapis diplomatique. La transmission des firmans devait se faire normalement, sans qu’il pût être question de les remanier. Je verrais plus tard si je pouvais y apporter quelques améliorations, mais, pour l’instant, mieux valait attendre. Je renonçai donc à mon voyage. Je sacrifiai le sentiment à la raison. C’était mon premier acte politique : un premier sacrifice.

  • 6 Né au Caire en 1868, Fuad 1er est le plus jeune fils du khédive Ismaïl. Diplômé de l’Académie royal (...)

38Je partis immédiatement pour l’Égypte. Le Prince Fouad6, mon oncle, alors attaché militaire à l’Ambassade de Turquie à Vienne, tint à m’accompagner à Trieste jusqu’au bateau. Il me supplia de lui donner l’autorisation de rentrer en Égypte. Il était toujours en exil comme son père, le Khédive Ismaïl, qui l’avait emmené avec lui en Italie. Grâce à la générosité du Roi Humbert de Savoie, il avait été accueilli à l’Instituto Internazionale à Turin, puis admis à l’Academia Militare d’où il était sorti officier d’artillerie. Fils de mon grand-père Ismaïl pour lequel j’avais une profonde vénération, le prince Fouad était, en outre, d’une séduisante jeunesse. Comment aurais-je pus repousser la première faveur qu’il attendait de moi ? À mon arrivée au Caire, je lui fis savoir que rien ne s’opposait à son retour, et je le nommai premier aide de camp avec le rang de général [Cf. annexe à ce chapitre].

39Je devais gagner l’Égypte au plus tôt. Pour ne pas me faire attendre plusieurs jours l’arrivée d’un bateau égyptien, l’Empereur François-Joseph avait fait mettre à ma disposition un bâtiment du Lloyd Autrichien. J’étais accompagné par deux savants et quatre officiers de la suite de l’Empereur d’Autriche.

  • 7 Louis Rouiller bey, avait été le professeur de sciences politiques et économiques du futur khédive (...)

40L’un de ces savants, un Suisse, Monsieur Louis Rouiller7 avait été mon professeur de droit international à l’Académie orientale de Vienne. C’était un homme d’une haute intelligence et d’une profonde culture. Il avait les qualités de sa race, un bon sens absolu et une tranquillité sereine. Il aimait les institutions de son pays ; rien n’était plus beau pour lui que les principes de Gouvernement de la Libre Helvétie. Je demandai à François-Joseph de vouloir bien le laisser à ma disposition en Égypte, où je le conservai comme secrétaire général de mon Cabinet. Il me rendit d’éminents services jusqu’à sa mort.

41Tandis que nous voguions à l’allure modérée des paquebots d’alors, M. Rouiller essayait dans une vue d’ensemble, de faire ressortir les conditions du relèvement de l’Égypte et revivait avec moi les étapes successives d’une résurrection qui avait étonné le monde, c’est-à-dire :

42Réveil à la fois sanglant et intellectuel avec Bonaparte. Résistance opiniâtre de l’élément militaire, mais pénétration des âmes par la mystique révolutionnaire et les enseignements d’une poignée de savants. Opiniâtreté des Anglais à se maintenir après le départ des Français. Puis, surgissant tout à coup, la grande figure de Mohamed Ali, cet illustre génie qui, durant un demi-siècle, force l’attention de l’Europe et devient l’arbitre des destinées de l’Orient. Mohamed Ali transforme une province turque, désorganisée, en grande puissance. Soldat à Aboukir (1799), il est, six ans plus tard, Pacha d’Egypte. En 1805 la Porte le reconnaît. Et déjà son plan se précise et s’élabore : il veut être le maître à l’intérieur, et arriver insensiblement à faire de l’Egypte un pays libre et indépendant. Et les étapes de cette œuvre immense surgissaient l’une après l’autre dans notre pensée.

  • 8 Allusion à la tentative de débarquement faite par les Anglais en Égypte en 1807 qui fut repoussée p (...)
  • 9 De 1250 à 1517, l’Égypte a été gouvernée par 45 sultans mamelouks. Vaincus par les Ottomans, les ma (...)
  • 10 Sulayman pacha al-Faransawi (1787-1860) alias Colonel Sève, servit dans les guerres napoléoniennes (...)
  • 11 La Bataille de Navarin opposa, le 20 octobre 1827, au sud-ouest du Péloponnèse la flotte franco-ang (...)
  • 12 Il s’agit de Muhammad bey al-Daftardar, apparenté à Muhammad Ali par alliance. Il prit le commandem (...)

43La défaite des Anglais à Hamadan, leur fuite d’Alexandrie8, la puissance grandissante de Mohamed Ali interdisant les menées étrangères ; une poigne de fer débarrassant le pays des mameluks parasites9 ; l’armée réorganisée grâce au concours de Sève, devenu Soliman Pacha10 ; une force de 100 000 hommes garantissant l’indépendance du pays ; la fondation d’école militaires ; la formation de deux escadres : l’une sur la Méditerranée, l’autre sur la Mer Rouge ; enfin, trente superbes vaisseaux de guerre faisant claquer au vent les couleurs nationales, à quelques années seulement de Navarin11, où les flottes réunies de l’Angleterre, de la France et de la Russie devaient les anéantir. Puis la guerre : la soumission des Wahhabites, la conquête du Soudan, Ismaïl atteignant les sources du Nil ; Mohamed Bey12 envahissant le Cordofan, l’autorité de l’Egypte s’étendant jusqu’aux confins de la Mer Rouge.

  • 13 Il s’agit du Sultan Mahmud II (1808-1839).

44Mohamed Ali affecte une soumission complète au Sultan13 ; sage politique qui lui permettait d’accroître son influence, d’augmenter son prestige et de décupler ses forces. Il aide le Khalife et sert la Porte. L’insurrection de la Grèce est étouffée par ses soins. Enfin, la marche sur la Morée, avec l’illustre Ibrahim : Triplolitza, Missolonghi. Mais le Sultan n’est pas reconnaissant. On ne bafoue pas un homme comme Mohamed Ali. Ibrahim reçoit l’ordre d’envahir la Syrie. Il ‘réussit là où Bonaparte avait échoué. Il prend Saint-Jean d’Acre, puis Damas, Homs, Alep. Enfin, il achève les Turcs à Beilan, et envahit l’Asie Mineure. Le Sultan tremble. Rahia Pacha prend la succession du Pacha d’Égypte et lève 50 000 hommes. Ibrahim n’en a que 30 000. Les Turcs attaquent à Konieh, ils sont dispersés, Brousse est menacée ainsi que Constantinople.

45Mais l’Europe veille. Elle arrête Mohamed Ali dans son élan. Sans elle, la Porte devenait vassale de l’Égypte. Cependant la dynastie de Mohamed Ali est fondée. À la suite d’interminable pourparlers, la Porte cède. L’Égypte a conquis ses premiers titres à l’Indépendance.

46Puis c’est l’éclipsé, avec Saïd qui laisse l’Égypte endettée. Vint alors le règne d’Ismaïl à qui un consortium de banquiers avides a reproché ses prodigalités, mais qui fut en réalité le prestigieux animateur de l’Égypte moderne. Ismaïl est habile, il a le sens de la vie et du Gouvernement. Par ses bonnes relations avec le Sultan, il sait augmenter les prérogatives des Khédives. Il rend souvent visite à son Suzerain, et rapporte toujours de ses voyages à Stamboul quelque importante Concession. On lui a reproché sa prodigalité et sa splendeur, mais que sont-elles en comparaison de la grandeur, de l’étendue de la variété de son action : les travaux publics réorganisés, l’agriculture favorisée, la justice réformée, le Canal de Suez achevé grâce à son concours, une politique internationale bienveillante, plus de cent mille Européens s’installant en Égypte et y apportant, en dehors de leurs appétits, des méthodes modernes et des principes de progrès. Il est vrai que cette œuvre magnifique devait aboutir au contrôle des Puissances sur les finances égyptiennes. C’était la rançon passagère des prospérités entrevues. Ismaïl avait semé. Il laissait derrière lui autre chose que des dettes : l’Égypte était devenue une nation [Il n’est pas inutile de rappeler ici la noble lettre addressée au Grand Vizir par Ismaïl Pacha en partant pour l’exil. C’est une justification dont la postérité commence déjà à tenir compte].

  • 14 Voir l’introduction.

47Le progrès s’y montrait partout sous toutes ses formes. La richesse latente se manifestait, le travail était en honneur dans une paix profonde. L’Égypte pouvait trouver, dans les réalisations heureuses, la force de se relever et l’espoir de vivre pleinement. L’intervention maladroite de Riad, l’incapacité des Ministres soulevèrent des tempêtes. Tewfik essaya en vain de les calmer. Il fut trahi par Arabi Pacha. Les événements d’Alexandrie14 et leurs conséquences vinrent attrister la fin d’un beau règne. Tewfik disparut, emportant avec lui la fierté d’avoir aimé son pays, de l’avoir servi sans jamais trahir personne.

48Ainsi Mohamed Ali avait légué à son successeur l’exemple de la volonté de l’action, et il avait aussi réveillé un peuple. Ismaïl avait organisé la nation sur des bases modernes. Il l’avait éduquée. Il avait beaucoup dépensé, mais seuls le lui reprocheront ceux qui ne comprendront pas la splendeur de ses vues. Quant à Tewfik, il avait transmis à ses successeurs une tradition de désintéressement de loyauté et de bonté.

49Mes méditations pouvaient s’attarder sur ce riche passé et s’émerveiller en face de beaux espoirs, ternis, il est vrai, par de singulières préoccupations. À l’évocation du règne de mes ancêtres, je prenais conscience de mon rôle et de la grandeur de l’œuvre que j’avais à continuer. Jamais je n’avais ressenti à ce point la fierté d’être Égyptien, et de m’asseoir sur le trône dont Mohamed Ali avait préparé les bases, qu’Ismaïl avait rehaussé par son caractère.

50Enfin nous parlâmes de mon Père. C’était un homme d’une honnêteté scrupuleuse et d’une bonté infinie. Mais il était mal servi par son entourage, et la violence lui répugnait. Il eut le tort d’écouter les conseils de ceux qui pensaient que l’accroissement des droits de la Nation équivalait à une décadence de la dynastie. L’Europe avait tendance à ne voir dans les Égyptiens que des débiteurs. Et l’emprise toujours plus resserrée des créanciers exaspérait le peuple.

51Mon règne a commencé trop tôt. Je n’avais que dix-sept ans.

52Il s’est achevé également trop tôt. Il n’a duré que vingt-deux ans.

53Quand on m’en a frustré - à l’occasion de la Grande Guerre européenne de 1914 qui ne concernait pourtant nullement l’Égypte - j’étais en pleine maturité. Le pays, loin d’être dans une situation plus critique qu’auparavant, était, au contraire, en plein essor, et toutes les nations européennes le considéraient avec bienveillance.

54Malgré la brusque interruption de mes études, j’avais acquis - au cours des années passées - matière à éclairer mon esprit sur bien des problèmes qui avaient décidé du sort de Tewfik. Mes contacts quotidiens avec des Européens et les milieux cultivés que la sollicitude paternelle m’avait ouverts - pour mon profit - me mirent à même d’observer et de comprendre bien des faits, bien des personnes dont le rôle dans la vie de l’Égypte avait posé pour moi de nombreux points d’interrogation.

55L’Europe avait reconnu la valeur de l’Égypte. Le jour viendrait-il où mes compatriotes seraient conscients de la vitalité et de l’avenir de leur pays reconstitué, grâce aux efforts d’aïeux que j’admirais avec la crainte de ne pouvoir les égaler ? Je me souviens encore, comme si c’était d’hier, de la réception triomphale qui me fut faite par le peuple, et particulièrement par la jeunesse du Caire. Mon adolescence stimulait ses espoirs et provoquait son enthousiasme. Aussi, arrivai-je au Palais salué par toute la garnison rassemblée, sous le coup d’une émotion d’autant plus forte qu’il s’y ajoutait quelque surprise. Je savais que l’accueil de mon peuple me serait sympathique : je ne l’eusse jamais deviné aussi enthousiaste. J’étais heureux et ému. J’entrevis d’un seul coup l’immensité de mes devoirs comparés à mes faibles forces et je me demandai si mon dévouement pourrait jamais être à la hauteur de la confiance qu’on me témoignait.

56Je fus tiré de ma rêverie par le bruit des fanfares. Les troupes égyptiennes jouaient l’hymne national, tandis que les musiques militaires anglaises exécutaient l’hymne turc. C’est ainsi que, dès mon arrivée, Lord Cromer avait voulu me faire la grâce d’illustrer sa politique par ces accords musicaux.

57L’exécution de l’hymne turc par les musiques anglaises me parut singulière. Mais les observations que, plus tard, j’ai pu faire sur la politique anglaise en Égypte, m’ont donné le sens profond de cette manifestation, destinée à bien démontrer que l’Angleterre et la Porte seraient toujours unies pour entraver le développement des libertés et l’indépendance de l’Égypte.

58Telle était la tactique de l’Angleterre qui n’hésitait pas à plaire un jour au Sultan pour le lendemain rogner les prérogatives de la Turquie. Mais je n’avais pas encore assez d’expérience et de perspicacité pour attacher quelque importance à cette cacophonie politique. J’ignorais les difficultés de tous ordres qui allaient m’assaillir. Mes illusions devaient être vite dissipées. Lorsque j’étais venu pendant les vacances visiter mes parents j’avais toujours été frappé par l’insignifiance intellectuelle et morale de l’entourage de mon père. Il n’y avait là que des vieillards ignorants et timorés.

59Dès mon premier contact avec le personnel politique et administratif de l’Égypte, je vérifiai mon opinion concernant l’armature du trône Égyptien.

60En ma naïveté d’adolescent, je pensais au moins trouver chez ces vieillards de sages avis et quelques indications. Il n’en fut rien. J’eus bientôt la certitude que je n’avais rien à tirer de ces conseillers naturels du trône. Non seulement les ministres étaient incapables de me mettre au courant de la situation du pays, mais encore ils ignoraient tout de leurs attributions ; les fonctionnaires qui collaboraient avec eux n’étaient, du reste, pas mieux renseignés. Comme tous les événements malheureux qui s’étaient acharnés contre mon regretté Père rendaient extrêmement difficile le choix d’un personnel ami, loyal et capable ; comme, d’autre part, ses vieux collaborateurs étaient si âgés et déficients qu’ils n’étaient point en état de pouvoir m’aider, je me trouvai complètement seul, à dix-sept ans, pour assumer la responsabilité d’une tâche aussi délicate. Car il faut bien aimer son Pays pour comprendre ce que signifie gouverner sans expérience sous la « tutelle » d’un occupant étranger.

  • 15 La franc-maçonnerie est l’ordre initiatique le plus répandu dans le monde aujourd’hui. Formée à l’é (...)

61J’arrivai donc au pouvoir, dépourvu de tout guide pour m’initier aux difficultés, aux subterfuges de la politique et aux rouages de l’Administration. Sortant d’une école purement militaire, je m’intéressai d’abord à la situation militaire crée par Arabi du fait de la révolte et de l’occupation. Je fus aussi tout naturellement porté à étudier l’éducation militaire de mon Pays, réformée par les Anglais : mise au point elle pourrait devenir une arme contre la tutelle de la Grande-Bretagne. Frais émoulu du « Thérésianum » de Vienne, imprégné de ses méthodes, je ne tardai pas à me rendre compte de l’insuffisance de l’éducation, par trop primitive, de nos officiers. Et j’appris bientôt que les officiers généraux étaient surtout recrutés parmi ceux dont on savait qu’ils appartenaient à la Loge maçonnique anglaise15.

62Au premier Conseil des Ministres que je présidai, il me fut impossible d’obtenir un éclaircissement quelconque sur le rôle que j’avais à jouer. Le Maître des Cérémonies, le vieux Zulficar, qui avait pourtant été Ministre des Affaires étrangères, ne sut même pas placer les personnalités autour de la table des délibérations. Profitant de cette confusion, le Conseiller financier anglais, dont la place habituelle était tout au bout, vint s’installer à côté du Président du Conseil lui-même, place qu’il continua à occuper jusqu’en 1914, grâce au fâcheux précédent créé par l’ignorance coupable du Maître des Cérémonies et de Sabit Pacha, Chef du Cabinet. À toutes les questions que je posais au haut fonctionnaire du Palais, à mes collaborateurs les plus directs la réponse était invariablement : « Comme vous voudrez ».

63Après la séance, Kahil Pacha, Secrétaire du Conseil des Ministres me présenta les décrets à signer.

64« Où dois-je apposer ma signature ?

65« Où vous voudrez. »

66Etant ainsi renseigné, je lus les décrets qui m’étaient soumis, ce qui sembla à Kahil tout à fait extraordinaire. Au cours de cette lecture, je crus m’apercevoir que l’un d’eux méritait d’être particulièrement étudié. Je le mis de côté. Il avait trait à la durée du service militaire en Égypte, réduit de six à cinq ans. J’avais longtemps habité la Suisse, j’admirais fort l’esprit de ses milices ; je m’étais aperçu que tous les pays européens avaient tendance à diminuer la durée du service militaire. Je m’étais personnellement rendu compte du trouble qu’apportait, dans le recrutement des ouvriers agricoles, la privation de main-d’œuvre causée par un trop long séjour de paysans sous les drapeaux. Je me promettais de faire part au prochain Conseil des Ministres de mes observations à ce sujet, et je réservai ma signature.

67Kahil Pacha n’en revenait pas. Sa surprise tenait-elle essentiellement à son ignorance, ou bien dénotait-elle de sa part à une mauvaise foi que je n’eusse point soupçonnée ? Toujours est-il qu’il s’empressa de courir chez le Président du Conseil lui raconter que je me refusais à contresigner un décret précédemment délibéré au Conseil des Ministres. Le Président du Conseil, qui n’y voyait pas plus loin que le bout de son nez, courut à son tour chez Lord Cromer, son conseiller habituel. Il n’avait pas compris ce que son geste avait de grave, et combien l’interprétation fausse et abusive d’un de mes gestes pouvait me créer d’embarras.

68Lord Cromer vit là une occasion favorable de me diminuer aux yeux de mes sujets. Il espérait ainsi me détourner d’un pouvoir auquel, selon lui, je prenais trop d’intérêt. Il se méfiait de ma jeunesse et de mon ardeur, il n’était pas sans se rendre compte que je m’attachais de tout cœur à une besogne souveraine dont les résultats devaient être tangibles pour le pays auquel j’avais consacré définitivement mon temps et ma vie.

69Il me revint que Lord Cromer avait manifesté une profonde irritation, et s’était répandu en véhéments reproches, déclarant que j’avais outrepassé mes droits, et commis un acte anticonstitutionnel. J’avais pour moi la vérité.

70Le délégué de l’Angleterre connut bientôt mes explications et mes protestations ; il se tut ; le coup était manqué pour cette fois.

71La mauvaise humeur du Représentant de l’Angleterre était évidente. Lord Cromer avait été gêné par ce qu’il appelait mon ingérence dans les affaires de l’État, et qui n’était autre chose que la manifestation de ma bonne volonté. L’attitude observée autour de lui était bien faite pour stimuler son orgueil, et pour asseoir une autorité qu’il eût poussée bien volontiers jusqu’au despotisme. Il n’était pas de basse flagornerie dont il ne fut l’objet de la part des Ministres qui n’étaient pas des hommes politiques, mais simplement des fonctionnaires fatigués. Il abusait de sa force et du prestige qu’il avait su conquérir grâce à la nullité béate de ceux qui auraient dû défendre l’Égypte et ses libertés, et qui, trop souvent, ne se préoccupaient que de leur intérêt et de leur quiétude.

  • 16 En 1882 à Tall al-Kabir, les troupes britanniques vainquirent Urabi pacha : ce fut le début de l’oc (...)

72Dès ce jour, je vis clair dans ma situation. À mon arrivée, je croyais que j’étais appelé à diriger les destinées d’un pays occupé militairement. Je ne pouvais me figurer que, dans cette occupation, l’armée ne jouait qu’un rôle de second plan, qu’elle servait simplement à couvrir les entreprises de fonctionnaires anglais chargés de façonner le Pays à la mode britannique, et de le plier aux desseins de leur gouvernement. Auparavant, la candide inexpérience due à mon âge me faisait voir, dans les soldats britanniques arrivés au Caire après les journées d’opprobre d’Alexandrie et les combats sanglants de Tel-el-Kébir (1882),16 de simples soldats étrangers qui se trouvaient dans mon Pays et ne faisaient aucun mal.

73En arrivant au trône, je m’aperçus, avec une profonde stupéfaction et beaucoup d’amertume, du piège tendu à mon pays sous le prétexte de sauvegarder, ainsi qu’on l’avait proclamé à Londres, la Dynastie Khédiviale, et les intérêts à la fois égyptiens et étrangers !

74Les buts effectifs de la puissance occupante et la pénible situation où mon peuple et moi-même étions plongés, se révélèrent bientôt à mon esprit. Il ne s’agissait point d’une occupation militaire plus ou moins provisoire puisque, à l’heure où j’écris ces lignes, après la guerre mondiale et à la suite d’événements importants dans l’évolution des États du monde, l’Angleterre s’efforce de consolider sa position à l’aide d’accords et de pactes qui sont autant de guets-apens !

75Je dus constater que le représentant de la Grande-Bretagne, sous le titre apparemment modeste et effacé d’Agent et Consul Général, s’appropriait, avec le minimum de formes de politesse, certains pouvoirs du Souverain et du Gouvernement.

76Or l’Égypte n’a jamais été, que je sache, conquise par l’Angleterre et ne figure pas au nombre de ses colonies.

77Lord Cromer considérait sans doute que le Souverain de l’Égypte n’était là que pour homologuer les décisions dictées par le Foreign-Office, et pour légaliser ses actes. On concevra que telle ne pouvait être ma façon de voir. En montant sur le trône, j’avais juré de défendre coûte que coûte les libertés du Pays. Je ne voulais pas être parjure. Cependant, au début de mon règne, je sentais le vide autour de moi. J’entendais gronder l’hostilité de l’Angleterre, et je m’expliquais peu à peu pourquoi mon Père n’avait pas jugé à propos de s’entourer de lumières. Elles eussent été immédiament éteintes par le délégué britannique.

78Je résolus, dès cette heure, de remplacer le Conseil des Anciens qui m’avait été légué, par des hommes instruits élevés selon des principes modernes, et auxquels leur jeunesse permettait un effort. Mais ce qui m’arrêtait, c’est que j’en connaissais fort peu, capables de résister soit à l’entraînement de l’intérêt, soit aux réticences de la peur.

79Ils étaient excusables, car ceux qui auraient eu des velléités d’indépendance vis-à-vis de la nation occupante eussent été immédiatement déclarés indésirables, et leur carrière brisée. Il n’y avait de place au soleil britannique que pour les faibles et les résignés. Cet état de choses suffisait à garantir l’Angleterre des entreprises d’une opposition découragée avant d’être assez forte pour peser dans la balance des destinées nationales. Je savais que le patriotisme des Égyptiens était évident et général. Mais, à cette époque troublée, il y avait dans ce patriotisme plusieurs degrés. Beaucoup ne manifestaient leur amour du Pays que par des mots ; rares étaient ceux qui eussent osé le traduire par des actes.

80C’est que la politique anglaise a des emprises qu’on ignore généralement dans les autres nations. Il n’est pas étonnant qu’une grande puissance qui vit politiquement de son entêtement et de ses erreurs, qui a d’immenses desseins mais n’a jamais eu de plan général, se livre pour organiser sa politique au jour le jour, à des actes parfois étrangers aux usages de la diplomatie. Diviser pour régner n’est point une maxime anglaise, mais c’est une des rares directives que l’Angleterre ait bien voulu accepter de la latinité. Grâce aux efforts de Lord Cromer, la division était partout en Egypte. Des agents britanniques apportaient dans les familles le désordre et la haine. Les espions de l’Intelligence Service se faisaient ouvrir toutes les portes ; il y en avait dans toutes les classes de la société : dans les faubourgs crapuleux aussi bien que dans les villages de fellahs, dans les salons cossus et dans les quartiers aristocratiques, dans la chaumière des humbles, comme sur les marches du trône.

81Ils étaient de tous rangs, de toutes catégories, de toutes classes sociales et des deux sexes. Je m’aperçus un jour avec écœurement que l’Intelligence Service avait corrompu des membres mêmes de ma famille. Bref l’Angleterre préparait par les moyens les plus vils sa mainmise sur un peuple que de trop longues années d’oppression avaient rendu craintif, et qu’une douceur traditionnelle écartait des aventures.

82J’ai gardé de cette époque un souvenir pénible et cruel. La franchise et la loyauté de la jeunesse s’accommodent mal des intrigues et des compromissions. Or, j’ai vu rôder autour de moi des êtres qui m’étaient unis par les liens du sang : loin d’être des collaborateurs dans l’œuvre de régénération nationale que j’avais entreprise, ils avaient, peut-être à leur insu, à coup sûr malheureusement, vendu leur conscience aux étrangers. À ces étrangers qui, non contents d’avoir soumis l’Égypte à une occupation militaire, essayaient d’arracher son âme.

CHAPITRE I (ANNEXES)

83Lettre autographe du Prince Ahmad Fouad. 16 Octobre 1912 (non reproduite dans ces pages N.D.L.E.).

84Note concernant les négociations de paix Italo-Turques (non reproduite dans ces pages N.D.L.E.).

Notes

1 Le Sultan Mahmud II (1808-1839) continua les réformes commencées par Salim III (1789-1807). Il fut sévèrement battu par les Russes (1806-12), et perdit la Grèce qui obtint son indépendance en 1827. Il anéantit les Janissaires en 1826 et forma une armée nouvelle sur le modèle occidental en choisissant des conseillers allemands.

2 La mère du khédive Abbas II, Emina Hanem, était la fille de Ilhami pacha, fils de Muhammad Ali.

3 François Joseph 1er (1830-1916), empereur d’Autriche (1848-1916) et roi de Hongrie (1867-1916), fut le dernier monarque important de la dynastie des Habsbourg dont la politique joua un rôle prépondérant dans les événements qui provoquèrent la première guerre mondiale.

4 Alexandre III, empereur de Russie de 1881 à 1894. Il réagit à l’assassinat de son père en restaurant la politique absolutiste de Nicholas 1er et en subjuguant toute agitation révolutionnaire. Alexandre essaya d’imposer la langue russe à tous ses sujets ; il persécuta les Juifs, et ralentit les progrès de l’enseignement. Sur le plan extérieur, il conclut une alliance avec la France pour contrer la Triple Alliance. Son fils Nicholas II lui succéda.

5 Edward VII, roi de Grande-Bretagne et d’Irlande, et empereur des Indes, de 1901 à 1910.

6 Né au Caire en 1868, Fuad 1er est le plus jeune fils du khédive Ismaïl. Diplômé de l’Académie royale d’artillerie et du génie en Italie, il sert dans l’armée italienne avec le grade de lieutenant. Plus tard, et à titre honorifique, il est choisi pour être l’aide de camp du Sultan Abdùlhamid, avant de retourner en Egypte où Abbas II en fait son aide de camp personnel. De 1892 à 1895 il sert comme général dans l’armée égyptienne. Succédant à son frère Husayin Kamil (1914-1917), il est sultan (1917-22) puis roi (1922-36) d’Égypte. Il prend le titre de roi en 1922 pour marquer d’un geste symbolique l’abolition fictive du protectorat anglais. En dépit de la constitution nouvellement adoptée, il tente de régner en autocrate mais se fait prendre dans la lutte politique intense que se livrent les Anglais d’un côté et les partis nationalistes de l’autre, au premier rang desquels le Wafd. Son fils, Faruq, lui succède (1936-1952).

7 Louis Rouiller bey, avait été le professeur de sciences politiques et économiques du futur khédive Abbas II à l’Académie orientale de l’université de Vienne. Il accompagna le khédive en Égypte et devint le secrétaire général de son « Diwan ».

8 Allusion à la tentative de débarquement faite par les Anglais en Égypte en 1807 qui fut repoussée par Muhammad Ali.

9 De 1250 à 1517, l’Égypte a été gouvernée par 45 sultans mamelouks. Vaincus par les Ottomans, les mamelouks perdent l’essentiel de leur pouvoir dans un pays qui n’est plus qu’une province de l’empire. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la rivalité des maisons mameloukes qui se disputent les richesses et le contrôle du pays engendre bien des souffrances pour l’Égypte et sa population. En mars 1811, Muhammad Ali fait massacrer par ses gardes, lors d’un banquet organisé à la citadelle du Caire, la plupart des chefs mamlouks, mettant ainsi fin à leur suprématie. Sous le sultanat mamelouk, et en particulier sous les règnes de Baybars 1er (1260-77), Qalawun (1279-90) et Qaytbay (1468-96), l’Egypte, cependant, avait été florissante sur le plan politique, économique et culturel.

10 Sulayman pacha al-Faransawi (1787-1860) alias Colonel Sève, servit dans les guerres napoléoniennes en Russie et en Autriche. Arrivé en Égypte en 1819, il fut d’abord employé dans des missions d’exploration minéralogique en Égypte et au Soudan. Devenu instructeur de la nouvelle armée égyptienne, il fonda des écoles militaires dont celle de Khanqa, l’École de cavalerie et l’École d’artillerie, et organisa l’industrie d’armement. Il se convertit à l’Islam et se gagna l’affection des Égyptiens.

11 La Bataille de Navarin opposa, le 20 octobre 1827, au sud-ouest du Péloponnèse la flotte franco-anglo-russe et la flotte turco-égyptienne. Ce fut une victoire considérable pour les puissances européennes et elle assura l’indépendance de la Grèce.

12 Il s’agit de Muhammad bey al-Daftardar, apparenté à Muhammad Ali par alliance. Il prit le commandement de l’armée égyptienne pour la campagne du Soudan conduite par Ismaïl, fils du pacha.

13 Il s’agit du Sultan Mahmud II (1808-1839).

14 Voir l’introduction.

15 La franc-maçonnerie est l’ordre initiatique le plus répandu dans le monde aujourd’hui. Formée à l’époque de la Réforme, elle réunissait à l’origine les tailleurs de pierre des cathédrales. Par la suite, la guilde des maçons se gagna des adhérents dans les milieux plus nantis de la haute bourgeoisie anglaise de la fin du xviie siècle. La « Grande Loge de Toute l’Angleterre » établie en 1725, réunit les guildes de toute l’Angleterre et devint la « mère » de la Grande Loge des francs-maçons dans le monde entier. La loge était placée sous le patronage de la noblesse et de la bourgeoisie commerçante anglaise, qui admiraient les idéaux de tolérance religieuse et de libéralisme économique qu’elle professait ; les francs-maçons étaient florissants dans les endroits du monde où l’on trouvait le plus d’activités commerciales. Le khédive fait ici un rapprochement entre les milieux d’affaires étrangers établis en Égypte, l’administration coloniale, le personnel militaire britannique et la franc-maçonnerie.

16 En 1882 à Tall al-Kabir, les troupes britanniques vainquirent Urabi pacha : ce fut le début de l’occupation militaire britannique en Égypte.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540