Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Mon Père, Le Khédive Mohamed Tewfik (1852-1892)

Texte intégral

1Succédant à son Père, le Grand Ismaïl, en 1879, le Prince Tewfik monta sur le trône pendant la plus redoutable des crises égyptiennes.

2Si les dépenses résultant de la construction et de l’inauguration du Canal de Suez (1869), et les prodigalités d’Ismaïl rêvant pour l’Égypte l’éclat d’une civilisation moderne, à l’instar des pays européens, avaient creusé dans les finances égyptiennes un gouffre impressionnant, il n’en demeure pas moins vrai que les prétendues folies de ce fastueux monarque mon aïeul, avaient effectivement poussé le pays sur la voie du travail, vers une ère de prospérité.

3Son successeur, voulant par dessus tout parvenir à sauver l’Égypte de malheurs irréparables, parut accepter de bon gré les conseils des Puissances. Il rétablit le contrôle à deux, cette forme déguisée du néfaste condominium franco- anglais, et admit leurs représentants à la Commission internationale de liquidation, rassurant et garantissant tous les créanciers de l’Égypte par l’intervention des Puissances.

4Ces premiers actes de gouvernement de Tewfik laissaient entrevoir une époque prochaine de relèvement économique et de tranquillité pour le pays.

5Cela ne se réalisa pourtant point.

6A l’insu du Souverain, la révolte grondait dans les milieux militaires, qui lui attribuaient une préférence excessive pour les nombreux officiers d’origine circassienne incorporés dans l’armée.

  • 1 Uthman Rifqi était ministre de la Guerre lors de la Révolution d’Urabi. D’origine circassienne, il (...)

7Un officier égyptien sorti du rang et nommé colonel par mon Père à son avènement - Ahmad Arabi-el-Hussein -, qui devait bientôt acquérir une triste célébrité par son geste révolutionnaire, fut chargé de présenter au Khédive une pétition demandant le renvoi du Ministre de la Guerre, d’origine circassienne, Osman Rifki Pacha1.

8Par contre, celui-ci, cédant à une habile suggestion de l’Étranger pour créer une mésentente entre les éléments militaires, convoqua Urabi et les deux autres colonels chargés de la remise de la pétition au Khédive, pour leur signifier leur renvoi de l’armée, leur remplacement par des officiers circassiens, et enfin leur arrestation à cause de leur attitude contraire aux lois et aux mœurs militaires.

9Cependant, le mouvement de rébellion s’étendait.

10La révolte simultanée des trois régiments commandés par les trois officiers punis réussit à les faire sortir de prison.

  • 2 Né en 1839, Mahmud Sami al-Barudi, qui doit son nom aux fermes fiscales (iltizam) que détenait sa f (...)

11Ces événements inattendus eurent pour effet de semer la confusion et le désarroi au cœur du peuple égyptien. Le Ministre de la Guerre Rifki fut destitué et remplacé par Mahmoud Sami al-Baroudi Pacha2. Cette mesure, le Khédive mon père ne l’avait prise ni par faiblesse ni par lâcheté mais par la seule volonté d’éviter une guerre civile, dont les conséquences lui paraissaient fatales à un pays aux finances ébranlées.

  • 3 En novembre 1866, des élections à suffrage indirect furent conduites dans le but d’établir le premi (...)
  • 4 Né au Caire en 1834, Mustafa Riyad pacha, après une éducation militaire, commence sa carrière au se (...)

12Enfin, toujours sous l’influence d’une suggestion étrangère, le parti militaire et la Chambre des Notables3 exigèrent du Khédive le renvoi du Ministre Riad4, l’institution du Parlement, et la formation d’une armée de dix-huit mille hommes que prévoyaient les firmans du Sultan de Turquie.

13En réalité, cette pétition était un ultimatum, si l’on considère qu’elle fut présentée à Abdine par Arabi lui-même, qui se rendit au Palais à la tête d’un régiment entier, le 9 Septembre 1881.

  • 5 Fils du premier cadi d’Égypte (Qadi al-qudah), Muhammad Sharif pacha (né en 1826) est souvent oppos (...)

14Sous la pression de cet acte inouï - le Consul d’Angleterre et le contrôleur anglais de la Dette se trouvant « par hasard » à ce moment au Palais d’Ahdine -Tewfik remplaça Riad par Chérif Pacha5.

15Selon les apparences, on eût pu croire que tout était réglé pour le mieux.

16Il n’en était rien.

17C’est à partir de ce moment que supplantant la France dont l’influence dans tous les domaines avait prévalu jusqu’alors, l’Angleterre devint l’arbitre unique et absolu du sort de l’Egypte qu’elle dominait, en fait, depuis 1880.

  • 6 Darwish pacha était l’émissaire du sultan et tentait d’assurer une médiation entre les divers prota (...)

18D’abord la pénétration anglaise se donna les apparences d’une amitié dévouée au bien de l’Égypte. Toutefois, immédiatement après cet ultimatum, l’Angleterre faisait jouer l’influence de l’Allemagne et réveillait la méfiance de la France ; elle excitait en même temps les soupçons de la Turquie, qui s’empressa d’envoyer en Égypte une mission présidée par Derviche Pacha6, pour enquêter sur la situation du pays, de l’armée, du gouvernement et sur la loyauté même du Khédive auquel on prêtait l’intention de poursuivre en Syrie la politique de Mohamed Ali, et de vouloir se débarrasser, une fois pour toutes, de la suzeraineté turque.

19Comme on le voit, du début à la fin de la révolte d’Arabi, l’Angleterre, en possession de 40 % des actions du Canal de Suez, ne poursuivait qu’un but : la maîtrise complète du pays.

20S’efforçant en apparence d’être l’amie de tout le monde, elle joua de l’opposition entre le parti militaire et le Khédive d’une part, entre le Khédive et le Sultan de l’autre, et tirant les fils de l’imbroglio ne fit que l’accroître encore.

  • 7 Née en 1836, cette célèbre femme de lettres tenait un salon où se rencontraient les hommes illustre (...)

21Les événements d’Égypte se déroulèrent dès ce moment comme l’a souligné mon amie, la grande française Madame Juliette Adam7, [Cf. annexe à ce chapitre : Lettres de Mme Juliette Adam et de Pierre Loti] selon la volonté de l’Angleterre.

  • 8 En janvier 1881, les Urabistes présentèrent à Tawfiq une pétition qui exigeait le remplacement de R (...)
  • 9 Muhammad Sultan pacha présidait le Parlement qui siégea en décembre 1881. Il était l’un des chefs d (...)

22Malgré toutes les difficultés de la situation politique, le premier Parlement égyptien fut librement élu le 10 novembre 1881, et inauguré par mon père le 25 décembre de la même année8, sous la présidence de Sultan Pacha9, patriote sincère et promoteur d’un parti loyaliste.

23Le colonel Arabi, entre temps devenu général, s’était attribué le Ministère de la Guerre et dominait aussi la Chambre des Notables, à laquelle le Khédive avait donné le droit de voter le budget de l’armée.

24D’autres troubles survinrent. À commission de contrôle franco-anglaise, la France, quoiqu’apparemment poussée par l’Angleterre à forcer la main à l’Égypte où elle demeurait encore la nation préférée à bien des titres hésitait à se rallier à une action de force. Toutefois, l’Angleterre ne guettait qu’une occasion pour s’assurer la domination exclusive sur notre pays. Cette occasion se présenta plus tôt qu’on ne le pensait, car après l’émeute militaire, les événements se précipitèrent à la faveur des intrigues des Agents Consulaires, de ceux de la Turquie, et, aussi des Princes de notre famille.

25Tous les détails du règne tourmenté de Tewfik sont acquis à l’histoire. Les souffrances de mon Père se conjuguent à ses efforts désespérés pour sauver l’Égypte de l’esclavage d’une occupation étrangère, dont le prétexte fut l’ambition d’un homme indiscutablement traître à son Souverain, à sa Patrie, à ses frères.

26On se trompe assurément si l’on fait de ce despote militaire un des premiers champions du nationalisme égyptien.

27Le Protocole de Thérapia (Constantinople), daté du 23-25 Juin 1882, signé par les Représentants de la France, de l’Italie, de l’Autriche et de l’Allemagne, les engageait collectivement « à ne chercher aucun avantage territorial, ni la concession d’aucun privilège exclusif, ni aucun avantage commercial pour leurs sujets, que ceux que toute autre nation ne puisse également obtenir. »

28Deux semaines plus tard, la flotte anglaise bombardait Alexandrie, et deux mois après, le 15 Septembre 1882, l’armée anglaise entrait au Caire.

29L’occupation, toutefois, ne devait être que temporaire. L’Angleterre déclara devant le monde entier, étonné de cet acte arbitraire, qu’elle ne voulait rien, sinon soutenir le trône, rétablir la sécurité, sauvegarder les intérêts étrangers.

30Mais la tragédie n’avait pas encore touché à sa fin.

31L’esquisse biographique que Lord Cromer s’est amusé à tracer de mon Père est un mélange étudié d’ironie, d’observation et de finesse. En refusant d’être dupe du jeu subtil qui consiste à détruire l’effet d’une affirmation par une série de restrictions le lecteur appréciera les nombreuses qualités positives que Lord Cromer n’a pu manquer de reconnaître à ce noble Souverain, auquel il n’a pas dédié moins de dix pages et demie de son Modem Egypt.

32Un homme n’est qu’un homme. Un souverain est aussi un homme. Il est susceptible d’erreur.

33Le Khédive Tewfik possédait sans conteste toute la force de personnalité et de caractère nécessaires pour gouverner son pays.

34Monogame dans un pays de polygamie séculaire, c’était la première fois qu’un souverain, peut-être même un citoyen, agissait de la sorte ; son exemple exhaussa le niveau moral de la famille musulmane de nos jours.

35Croyant sans ostentation, religieux sans exagération, et néanmoins fermement préparé à soutenir ses coreligionnaires, il acquit cette influence bienfaisante qui permit au pays de reprendre et de renouer des relations cordiales de co-existence avec les Européens qu’avaient effrayés les excès xénophobes provoqués par Arabi et ses partenaires.

36Dans un milieu où l’intrigue et la duplicité prévalaient - et pour cause - le Khédive Tewfik, mon Père, fut loyal et résolu. Il posséda, entre autres, le don, si rare chez les hommes, de la gratitude.

37Tous les actes de sa vie furent empreints du sentiment supérieur de sa dignité. S’il dut se montrer accommodant en maintes circonstances, ce fut par patriotisme. Il s’interdit mille fois de prendre une position qui aurait pu être décisive, mais aurait précipité son peuple dans une guerre civile sans issue. Le Khédive Tewfik était généreux. Pas un de ses gestes ne porte la marque de ce despotisme où l’Europe voit le caractère dominant des Orientaux, et, en particulier, des chefs de gouvernement orientaux. Au contraire, il fut universellement reconnu que les injustices commises en son nom l’ont été toujours à son insu, et que nul acte arbitraire ne peut lui être imputé. Sa sensibilité et son intuition l’amenaient à reconnaître exactement de quel côté était le bien ou le mal. Ainsi, tout le monde ne peut que s’incliner devant sa grande droiture et l’équilibre de son intelligence. Les vicissitudes de son règne ne parvinrent pas à détruire ce précieux équilibre mis au service de son patriotisme. Son existence, son ascendant et son autorité morale ne furent qu’une offrande inlassable à son pays. Voilà pourquoi, au cours de son règne, il n’exerça aucune volonté autocratique sur les hommes qu’il appelait au fur et à mesure des besoins et des événements, à collaborer avec lui au gouvernement.

38La prodigieuse activité d’Ismaïl ne lui avait pas permis de suivre l’instruction de ses nombreux enfants. Tewfik reçut l’éducation réservée à cette époque aux classes supérieures de la société turco-égyptienne. Cela ne l’empêcha pas de suivre avec la plus sérieuse attention, et avec une capacité naturelle d’analyse, les événements et les problèmes du jour tant en Egypte que dans le monde entier. Par les journaux et ses relations personnelles avec les diplomates et les étrangers cultivés avec lesquels il aimait à s’entretenir, il était constamment renseigné sur la politique internationale. Son esprit éveillé lui permettait aussi de mettre au service de ses idées l’observation des faits et son expérience des hommes. De cette pratique, il retirait une connaissance étendue du pays, de ses besoins et de ses possibilités.

39On a écrit que dans l’action et particulièrement devant les décisions à prendre, le Khédive Tewfik manquait de courage. Il y a parfois plus de courage à résister qu’à se jeter dans la mêlée par un geste insensé autant qu’inutile.

40Je veux ajouter à ce sujet que, malgré les tracasseries subies par mon Père et malgré son intolérable situation au moment de la mainmise anglaise sur le pays, il ne plia pas. Il accepta le fait accompli, ne pouvant faire autrement. Il croyait à la loyauté britannique.

41« C’est une intervention, avait-on dit, de courte durée jusqu’au retour de la sécurité, pour la sauvegarde de la personnalité souveraine de l’Egypte, le soutien du trône et la protection des intérêts étrangers » (surtout anglais). Le Khédive dut faire bonne mine à cette occupation de courte durée, qui aurait pu accélérer la réalisation des réformes mais dont le succès fut compromis par la faute même des occupants. L’humour anglais - il faut l’avouer - est extraordinaire !

42Ce n’est pas Tewfik qui joua la comédie ; il ne tricha jamais au terrible jeu que fut son règne, dont les déboires, les pièges et les angoisses n’eurent d’autre fin que sa mort.

43Il ne voulait ni ne pouvait abandonner son cher pays à la merci des occupants. Il rie voulait ni ne pouvait brimer par des procédés vexatoires les étrangers dont il avait accepté la protection au moment le plus tragique de son règne.

44Il s’efforça de tendre toujours aux Égyptiens et aux étrangers une main conciliatrice et de puiser dans ce rapprochement une impulsion nouvelle, qui rendit à l’Égypte l’espoir et la force de renaître après la débâcle de 1882.

45C’est par la souplesse éprouvée de Tewfik, par sa politique avisée, c’est enfin, par son endurance et sa prévoyance que l’Égypte a pu réaliser ses réformes, que le pays a pu reprendre résolument la voie du progrès et de la régénération. Dans cette voie, sous son règne et depuis sa mort, l’Égypte n’a fait que marcher en avant vers la liberté que je vois poindre sur le Nil.

46Pendant tout le temps qu’il régna, mon Père se trouva enfermé dans un cercle opprimant, injuste et injustifiable, un cercle de rancunes, de violences et de soupçons. Dès l’insurrection d’Arabi, dont l’occupation avait encore aggravé les conséquences, il eut les mains liées et se trouva brimé dans son action souveraine. La Sublime Porte et Lord Cromer, les Controleurs étrangers de la Dette publique, l’indifférence du peuple et l’abandon du Soudan, l’insouciance des politiciens, et enfin d’autres entraves de toutes sortes dont il n’arriva jamais à se dégager, s’opposèrent à toute initiative et à toute décision qu’il aurait pu prendre en toute autre occasion.

47Toutefois, j’ai la certitude que ses faiblesses apparentes lui ont été inspirées par le désir d’épargner à son pays tout le mal qu’il voyait, sans pouvoir le conjurer. Nulle tâche n’est aussi difficile que de gouverner.

48J’étais bien loin alors. On m’avait envoyé au Theresianum de Vienne, cette fameuse École où je devais acquérir la culture militaire et cette habitude du commandement et de l’obéissance à la loi que je dus plus tard, pendant mon règne, refouler sans cesse.

49J’étais loin, oui. Toutefois, pendant toute ma vie j’ai eu la sensation pesante de cette contrainte perpétuelle, de ce repliement de la volonté où Tewfik trouva son calice d’amertume.

50La pression impitoyable qu’Arabi, Cromer et les Puissances du Contrôle exercèrent contre lui, fut sans doute une des causes premières de sa fin prématurée. Elle a rempli à jamais mon cœur de tendresse pour lui, et d’inconsolable amertume.

51Dès sa mort, je ne rêvai que de délivrer du joug anglais l’Égypte et son Souverain.

52Qu’il me soit permis de rendre ici à la mémoire de mon Auguste Père, l’hommage filial le plus profond et le plus respectueux pour tout le bien que j’ai reçu de lui, surtout pour les principes et les conseils précieux dont il combla ma jeunesse, en la dirigeant et en l’habituant à la réalité de la vie et du pouvoir.

53Quoiqu’il ne disposât relativement que de peu de temps, de tranquillité et de santé, il m’entoura de toute sa sollicitude paternelle : il surveilla et soigna mon éducation, en père et en souverain. Bien qu’il ne soit jamais sorti d’Égypte, je lui dois le goût et les bienfaits des voyages. À dix ans, j’avais déjà visité l’Europe ; à onze ans je me rendis accompagné de mon frère Mohamed Ali à Londres, où je fus présenté à la Reine Victoria comme Prince héritier d’Égypte, par l’Ambassadeur de Turquie ; à douze ans, j’étais en Autriche, interne au Theresianum de Vienne.

54Je dois encore à mon Père, la connaissance des langues étrangères, en dehors de ma langue maternelle turque et de l’arabe égyptien ; et je lui dois encore et surtout cette faculté instinctive de juger les hommes sans me tromper sur leur caractère et leur sincérité. Je tiens également de Lui le don de ne pas me laisser abattre par l’adversité et les déceptions inéluctables de l’existence.

55Je puis affirmer que le fatalisme oriental, que l’on nous prête souvent, n’a jamais été pour le Khédive, mon Père une cause d’inaction ou de laisser-aller. Il a lutté et il a enduré ses souffrances jusqu’à son dernier souffle. Honneur à lui !

Notes

1 Uthman Rifqi était ministre de la Guerre lors de la Révolution d’Urabi. D’origine circassienne, il avait des préjugés contre les Égyptiens, discriminés pour les promotions, les grades et le traitement réservé aux soldats et officiers. Ses actions suscitèrent la révolution d’Urabi.

2 Né en 1839, Mahmud Sami al-Barudi, qui doit son nom aux fermes fiscales (iltizam) que détenait sa famille à Itay al-Barud, fit ses études dans les écoles militaires et se distingua lors des campagnes de Crète et de Russie. Ministre de la Guerre en juillet 1879, et Premier ministre de février 1882 à mai 1882, il rejoignit les forces d’Urabi et de Mahmud Fahmi dans leur révolte contre le khédive Tawfiq.

3 En novembre 1866, des élections à suffrage indirect furent conduites dans le but d’établir le premier parlement. Celui-ci ne devait avoir qu’un rôle consultatif, mais c’était néanmoins la première fois que les Égyptiens étaient invités à participer à la vie politique de leur pays.

4 Né au Caire en 1834, Mustafa Riyad pacha, après une éducation militaire, commence sa carrière au service du gouvernement en 1848, comme employé à la Direction (Diwan) des Finances. Vice-gouverneur de Giza sous le règne de Abbas pacha, membre du Conseil privé (Majlis Khususi) sous celui d’Ismaïl, il est membre du cabinet de Nubar en 1878. Il dirige plusieurs gouvernements entre 1879 et 1881, 1888 et 1891, et 1893 et 1894. Appartenant à la vieille garde aristocratique, Riyad pacha avait des positions élitistes et favorables à la coopération avec les éléments qui maintenaient l’ingérence étrangère dans les affaires de l’Égypte.

5 Fils du premier cadi d’Égypte (Qadi al-qudah), Muhammad Sharif pacha (né en 1826) est souvent opposé à Riyad pacha précédemment cité. Formé à l’école militaire de Saint-Cyr, il sert un temps dans l’armée française et devient, à son retour en Égypte, l’aide de camp de Sulayman pacha al-Faransawi, chef d’état-major de l’armée égyptienne. Après avoir obtenu le titre de fariq (général de brigade), il entre au service du gouvernement et devient, en 1867, président du Majlis al-Khususi. Il est président du premier parlement en 1878 et président du Conseil (Nazir al-Nuzzar) en 1879. Comme il s’opposait à la présence européenne en Égypte, et exigeait le départ des membres français et anglais du cabinet, il suscita l’hostilité des puissances européennes. Sous sa direction, les comptes rendus des réunions du parlement furent transcrits en arabe. Il occupa divers postes ministériels d’avril 1879 à décembre 1914.

6 Darwish pacha était l’émissaire du sultan et tentait d’assurer une médiation entre les divers protagonistes de l’insurrection d’Urabi.

7 Née en 1836, cette célèbre femme de lettres tenait un salon où se rencontraient les hommes illustres du temps. Éditrice de la Nouvelle Revue, elle se lia d’amitié avec Mustafa Kamil pacha et devint en quelque sorte sa mère spirituelle. Par son intermédiaire, Kamil put rencontrer les personnalités françaises de la politique et de la presse. Juliette Adam est l’auteur d’un ouvrage sur l’occupation anglaise de l’Égypte qui fut traduit en arabe (Britain in Egypt, 1922). Elle se rendit en Égypte en 1904 et fit des excursions dans le pays en compagnie de Mustafa Kamil.

8 En janvier 1881, les Urabistes présentèrent à Tawfiq une pétition qui exigeait le remplacement de Rifqi pacha, alors ministre de la Guerre. Au lieu d’accéder à leurs demandes, Tawfiq fit arrêter les représentants d’Urabi qui furent jugés par un tribunal militaire. Leurs partisans les firent libérer par la force et le khédive n’eut d’autre recours que de destituer Rifqi. La même année, de nouvelles manifestations militaires le contraignirent à remplacer Riyad par Sharif, qui avait le soutien des nationalistes. Celui-ci forma un nouveau ministère dans lequel Barudi pacha reçut le portefeuille de la Guerre. Les forces nationalistes, d’abord ralliées aux Urabistes, s’en éloignèrent une fois ceux-ci installés au pouvoir. Mille cinq cents représentants civils présentèrent au khédive une autre pétition, par laquelle ils demandaient le rétablissement du parlement (dissous en 1880) et exigeaient que les chefs militaires s’engagent par serment à ne pas intervenir dans les affaires politiques du pays. Le nouveau parlement se réunit en décembre 1881 dans l’espoir de contrebalancer le pouvoir grandissant des militaires.

9 Muhammad Sultan pacha présidait le Parlement qui siégea en décembre 1881. Il était l’un des chefs du groupe des notables (ayân) qui s’était formé pour recueillir les signatures de la pétition en faveur de la réouverture du parlement. Sultan, qui commença sa carrière comme « maire » (shaykh al-balçad) est un excellent représentant de ce groupe. Au seuil de sa mort, il était propriétaire de plus de cinq mille hectares, dans les environs de la ville de Minya (Haute-Égypte) dont il était originaire.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 703k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540