Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Mon Aïeul, Le Khédive Ismaïl (1830-1895)

Texte intégral

  • 1 Deuxième fils d’Ibrahim pacha, le khédive Ismaïl (1830-1895), né et élevé au Caire, acheva à Paris (...)

1Le règne et l’histoire de mon Aïeul Ismaïl1 sont désormais du domaine universel.

2Je ne puis, cependant, me défendre de préciser en quelques lignes la nouvelle situation qu’il donna à l’Égypte, du point de vue de son existence nationale et de ses relations avec l’Étranger.

  • 2 L’expédition française en Égypte (1798-1801) prit fin par l’action militaire conjuguée anglo-ottom (...)

3Avant Ismaïl et malgré l’intelligence, le courage et le dévouement de l’héroïque Mohamed Ali envers le pays qu’il a sauvé de la menace anglaise2, l’Égypte était cernée par la coalition des plus pressantes convoitises étrangères.

4Là où Mohamed Ali avait échoué dans ses efforts pour la délivrance de l’Égypte, seul Ismaïl pouvait reprendre une action soutenue.

  • 3 Ferdinand Marie, vicomte de Lesseps (1805-94), diplomate et ingénieur français. C’est durant son s (...)
  • 4 La Compagnie universelle du canal maritime de Suez fut créée en 1856 avec le statut de société ano (...)
  • 5 Les Capitulations ont été signées en 1536 par le Sultan ottoman Soliman le Magnifique (1520-1566) (...)

5Habilement, il était déjà parvenu, grâce à d’énormes sacrifices, à minimiser les concessions arrachées initialement à Saïd I par Ferdinand de Lesseps3 et par la Compagnie du Canal de Suez4. Au moment où l’Angleterre et les puissances visaient à la mainmise sur une voie sûre et rapide vers leurs possessions de l’Océan Indien, Ismaïl voulut dénouer les dernières entraves à l’indépendance de mon pays : le maintien de la suzeraineté du Sultan de Turquie et le régime consulaire des Capitulations5.

6Trente ans après Mohamed Ali, Ismaïl entama des négociations avec le Sultan.

  • 6 Arménien, né à Izmir en 1824, élevé en France et en Suisse, Nubar pacha fut appelé en Égypte par l (...)

7Il parvint à son but par ses visites personnelles à Constantinople, par ses présents fastueux au Sultan et à son entourage, par la diplomatie subtile et efficace de son ministre Nubar Pacha6, par le vif intérêt qu’il sut éveiller auprès des gouvernements et des souverains d’Europe, mieux encore dans les milieux politiques les plus divers, ainsi que dans la presse européenne, tant par le moyen de ses agents, que par celui, plus puissant encore, d’une inépuisable et étonnante correspondance, dont la seule Archive du Palais Khédivial d’Abdine garde au moins une vingtaine de milliers de pièces.

  • 7 Ibrahim pacha (1789-1848) était le fils aîné de Muhammad Ali. Il conduisit les troupes égyptiennes (...)

8Le premier souci d’Ismaïl fut donc de régler le droit d’héritage au trône, d’après un principe de succession directe semblable à celui qui jouait dans les dynasties royales en Europe. Mohamed Ali était parvenu à obtenir, par le firman « sultanial » du 1er Juin 1841, le droit de succession pour les membres de sa propre famille suivant un ordre d’aînesse (séniorat) [Il en était de même en Turquie et dans presque tous les pays musulmans]. Par ce firman, son fils Ibrahim7 d’abord, puis Abbas I, Saïd et Ismaïl même, purent devenir souverains d’Égypte. Ces Vices-Rois s’efforcèrent d’obtenir le droit de succession directe pour leurs propres descendants. Malgré cela, leurs tentatives pour obtenir une intervention efficace de la France ou de l’Angleterre auprès de la Sublime Porte ne firent que différer la réalisation de leurs projets, à cause d’innombrables complications d’ordre international et de l’opposition turque.

9Il devait être réservé à Ismaïl de réussir : une pluie d’or avait précédé son voyage triomphal à Constantinople en avril 1866. L’accompagnait une superbe flotte de navires sous pavillon égyptien, la première et la seule vraiment digne de ce nom après celles, millénaires, des Pharaons.

10L’action diplomatique de plusieurs années fut couronnée par l’acceptation d’une augmentation du chiffre du tribut annuel payé par l’Egypte. Ce chiffre fut porté à 150 000 bourses [Environ 675 000 livres Sterling ; 17 250 000 francs] au lieu des 80 000 qui ne semblaient plus correspondre à l’élévation du niveau moral et économique du pays.

  • 8 Le Sultan Abdülaziz (1861-76) perpétua l’influence de l’Europe sur l’Empire ottoman ; et notamment (...)
  • 9 Le khédive Ismaïl obtint du Sultan Abdülaziz un firman qui lui conférait le titre de khédive, offi (...)

11Le Sultan Abd-Ul-Aziz8 établit donc en Égypte l’héritage direct de père en fils, selon le droit de primogéniture, par le firman du 27 Mai 18669, [12 muharrem 1283 de l’hégire. Ce firman fut confirmé le 8 Juin 1873] remis en mains propres au Vice-Roi Ismaïl, qui voulut, immédiatement après, rédiger lui-même un acte supplémentaire que le Sultan signa. Il s’agissait de régler en outre l’éventualité de la vacation du trône ou de la minorité de l’héritier légitime, et de préciser les modalités de constitution d’un Conseil de Régence [Par le firman du 27 Mai 1866, il fut établi que le droit de gouverner l’Égypte reviendrait non seulement au fils aîné d’Ismaïl, mais également aux fils aînés de ses descendants].

12Ce firman ne concernait pas seulement l’ordre de succession de la famille du Vice-Roi ; il reconnaissait son autorité et son pouvoir, lui accordait la faculté de porter jusqu’à trente mille hommes l’effectif de ses troupes, de frapper en Égypte sa propre monnaie à un titre différent de celui des monnaies de l’Empire ottoman, de conférer enfin les grades civils jusqu’à celui de Thaniyah (2ème rang de la 1ère classe).

13L’activité inépuisable d’Ismaïl visa un autre point fondamental de l’administration du pays.

14Il voulait que l’Égypte « fît partie de l’Europe ». Or, l’une des formes de gouvernement européen était le parlementarisme. Peu soucieux de conserver toute l’étendue de son pouvoir - pouvoir presque absolu - qui depuis Mohamed Ali avait absorbé le législatif, l’exécutif et le judiciaire, et malgré l’essai infructueux d’un Comité Consultatif (1829), Ismaïl ouvrit officiellement le premier Parlement Égyptien, au jour anniversaire de sa naissance, le 25 Novembre 1866.

15Dans son discours en langue arabe, Ismaïl exprima son vif désir d’améliorer rapidement les conditions matérielles du pays et l’avenir de l’Égypte, sa patrie.

16Les premiers travaux de l’Assemblée apportèrent, entre autres décisions, la mise en œuvre immédiate de la construction, du reste poursuivie continuellement sous le règne d’Ismaïl, de ce formidable et admirable réseau de cent douze canaux qui, parcourant en tous sens le sol de l’Egypte du Sud au Nord, donnèrent à son désert stérile cette merveilleuse source de richesse qu’est l’agriculture, d’où provient aussi le commerce cotonnier actuel [Le Canal de Suez n’est pas compris dans le chiffre d’excavation des 8 400 miles formant la longueur totale de ces canaux dont on estime la valeur entre 27 et 28 millions de livres sterling. Le canal le plus considérable de cette série est l’Ibrahimyah, achevé en 1872, après 5 années de travaux (long : 268 km ; larg. moyenne : 14 m) arrosant plus de 350 000 hectares de terrain. (Haute-Egypte, provinces de Fayoum, Beni-Souef, Assyut, Minyeh).].

17Les progrès dans chaque domaine de la vie du pays, et l’ampleur nouvelle des relations établies avec presque tous les gouvernements européens - soit personnellement, soit au moyen d’envoyés habiles - donnèrent à Ismaïl le droit et l’occasion de demander au Sultan de reconnaître et de récompenser l’aide considérable reçue des troupes égyptiennes. Celles-ci en effet, sous le commandement du général circassien Ratib, sirdar de l’armée Égyptienne, avaient, par leur action à la fois énergique et conciliatrice, grandement contribué à la pacification de l’île de Crète (1867).

18Après de longs et difficiles pourparlers, Ismaïl obtint enfin que le titre de Khédive (d’après le persan, maître, seigneur, souverain) - dont avaient joui par la voix du peuple les Vice-Rois de l’Égypte, ses ancêtres et prédécesseurs - lui fût définitivement conféré de droit par la Sublime Porte non seulement pour lui, mais aussi pour tous ses descendants directs.

19Ce titre lui revenait d’ailleurs pour plusieurs raisons : par l’usage, et du fait que sa famille, à la différence de celles des autres valis et vizirs de l’Empire Ottoman, possédait déjà la reconnaissance de l’autonomie administrative de l’Égypte, pays dont l’histoire prodigieuse et millénaire, le vaste territoire, les possibilités et l’importance, dépassaient, sans comparaison possible, celles de tous les vilâyets turcs.

20Par cette ratification, Ismaïl venait de mettre l’Égypte sur un pied de large indépendance.

21Il me semble inutile de détailler à nouveau ici l’activité inépuisable d’Ismaïl au profit de notre pays. Si le percement du Canal de Suez en fournit un étonnant exemple, non moindre est la construction de cinq cents kilomètres de chemins de fer, jetés en réseau vivifiant dans la Basse-Égypte sur le Delta, et se lançant à travers le désert jusqu’au Soudan.

22L’établissement du télégraphe, l’organisation du service des Postes, la construction de quatre cent trente ponts sur les canaux, de quinze phares sur les côtes dangereuses de la Méditerranée et la Mer Rouge, l’accroissement de la population, l’expansion, l’assainissement, l’embellissement qui firent de la vieille ville du Caire et du modeste port d’Alexandrie, deux centres de « season », de tourisme, de repos autant que d’études et de plaisir, resteront l’œuvre immortelle d’Ismaïl.

23Telle est la preuve irréfutable de sa générosité, de son intelligence, de son œil d’aigle.

24Si l’incompréhension, la jalousie et la lâcheté humaines le représentèrent longtemps comme un gaspilleur fantasque des biens du pays, le temps l’a vengé des jugements injustes. Ismaïl fut le véritable précurseur de l’évolution actuelle de l’Egypte, qu’il eût ramenée à la splendeur de l’époque pharaonique, grecque, romaine ou arabe, si le mauvais sort n’eût brisé son œuvre.

25Ismaïl ne fut pas seulement un « bâtisseur », bien que l’Egypte moderne lui soit redevable de tant de grandioses travaux publics, de théâtres et de palais Khédiviaux, il fut encore un grand réformateur.

26C’est en effet sous son règne que le mot arabe de Patrie, Watan. acquit un sens autrement précis que celui qu’il possédait du temps de Mohamed Ali.

27Il visait à l’indépendance de l’Etat et à la restauration de la langue arabe pour différencier l’Égypte de la Turquie.

28Ismaïl fut l’ami sincère du Fellah. Il l’avantageait de toutes les manières, en faisant construire des canaux qui devaient fertiliser ses terres ; en lui distribuant les terres en friche, à condition qu’il les mette en valeur, en le protégeant par de justes lois, et en allégeant le poids des contributions.

  • 10 Créés en 1875-76, aux fins de résoudre les litiges civils, commerciaux et fonciers entre les Égypt (...)

29Il réforma la Police, renouvela l’administration des douanes, obtint le droit d’émission d’emprunts à l’étranger, ainsi que celui de passer des conventions commerciales avec les puissances étrangères et de résoudre à son gré la situation des étrangers en Égypte. Ismaïl fut aussi un législateur ; on lui doit la réforme judiciaire et la création des Tribunaux mixtes10, organisation internationale destinée à donner aux Européens des garanties absolues, tout en mettant les finances du Gouvernement Égyptien à l’abri de toute spéculation procédurière.

30Ismaïl voulait que pas une des institutions créées par Mohamed Ali ne fût négligée. Il se consacra à la réforme de l’enseignement que son aïeul n’avait pu qu’envisager. Il réalisa donc le programme d’une instruction dont le but précis était le relèvement du peuple égyptien tout entier.

31Tout en respectant la structure et l’administration séculaires de la fameuse Université Théologique du monde musulman, El Azhar, Ismaïl eut la sagesse de combler les insuffisances de l’enseignement primaire et supérieur dans cette institution. Sa réforme fut handicapée par la suite. Si du temps de Mohamed Ali, une dizaine de milliers d’étudiants fréquentaient les écoles supérieures et spéciales qu’il venait d’établir, ce nombre fut plus que doublé du temps d’Ismaïl. Il porta à soixante quinze mille livres égyptiennes le budget de l’Instruction Publique, et voulut que l’enseignement élémentaire, presque gratuit, fût doté de subsides pour aider les étudiants pauvres ou plus méritants.

32Mais la réforme la plus importante, la plus caractéristique, mieux encore, celle qui devait révolutionner les préventions des milieux attachés aux traditions locales et aux préjugés séculaires, fut celle de l’instruction des jeunes filles. Des institutions religieuses essentiellement européennes et chrétiennes existaient déjà et étaient florissantes au Caire et à Alexandrie. Elles étaient fréquentées par des musulmanes. Ismaïl songea à la création d’Instituts laïques et purement égyptiens. La première École de filles fut fondée au Caire par son épouse, la Princesse Çêms Afet, en 1873 ; d’autres écoles suivirent de près, et la femme égyptienne fut mise en mesure non seulement de collaborer au développement de sa propre famille, mais encore d’égaler l’homme dans le domaine du savoir. Le Khédive ouvrit au Caire, pour tous les degrés de l’instruction, dix écoles coptes et deux écoles de filles. De même que Mohamed Ali, Ismaïl reconnut l’utilité d’envoyer des étudiants à l’étranger et en France : c’est de là que revinrent les promoteurs de l’esprit national dont les germes apparaissaient déjà dans l’oeuvre de Mohamed Ali, et qu’Ismaïl fit grandir par ses courageuses initiatives.

  • 11 Les années qui précédèrent l’occupation britannique virent naître un nombre fabuleux de journaux, (...)
  • 12 Afin de présenter ses projets politiques au grand public, le khédive Ismaïl finança le journal Wad (...)
  • 13 Le journal le plus diffusé. Il fut fondé par deux frères syriens, Salim et Bishara Taqlaen 1876.
  • 14 François Auguste Mariette pacha (1821-1880) commença sa carrière comme professeur d’art et de fran (...)
  • 15 Gaston Maspéro (1846-1916), égyptologue français qui succéda à Auguste Mariette en 1881 à la direc (...)

33Plusieurs journaux et hebdomadaires parurent à cette époque11 : parmi ceux- ci, le Wadi el nil12 (la Vallée du Nil) fut le premier essai d’un journal essentiellement politique, mais il fut supprimé cinq ans après (1872) tandis que Val- Ahram ?13 (Les Pyramides) garde encore son caractère. La Bibliothèque Khédiviale, premier spécimen de bibliothèque nationale égyptienne, qu’il enrichit de fonds de mosquées et de ministères, en lui octroyant des sommes considérables ; la Société Khédiviale de Géographie à laquelle il fit donner un palais par son Frère Mustafa Fadel ; l’étonnant Musée Égyptien que créa le Français Mariette14 avec l’aide de l’Italien Luigi Vassali et que le grand égyptologue de renommée mondiale, Gaston Maspéro15, rendit célèbre par son organisation, sa richesse et ses publications ; le superbe musée de l’Art arabe furent des créations aussi originales qu’importantes d’Ismaïl. Ismaïl encouragea encore l’établissement de la « Société de Bienfaisance Musulmane » dont le patriotisme ne se démentit jamais au cours des ans.

34Pour compléter ce panorama d’une activité intelligente et supérieure, il convient d’ajouter que ce souverain prévoyant et éclairé fut aussi un conquérant de territoires au profit de l’Égypte, son pays, auquel il consacra le meilleur d’une existence prodigieuse.

  • 16 La conquête du Soudan fut entreprise à partir de 1820, dans l’espoir de trouver de l’or et d’acqué (...)

35La lutte constante contre le trafic des esclaves, commencée par Mohamed Ali et poursuivie par Saïd, poussa Ismaïl bien au-delà du Soudan16. Khartoum en devint, sous son règne, la capitale non seulement nominale, mais effective. Fachoda fut prise définitivement et il acheva l’exploration et la colonisation de vastes territoires, au sud du Darfour vers les lacs équatoriaux Albert et Victoria, dans la région de Bahr- el-Gazal.

36Ce fut Ismaïl qui obtint le droit de gouverner héréditairement les deux ports de Massouah et de Souakin que Mohamed Ali avait obtenus en bail. Il poussa sa marche jusqu’à Berber et Zeïla (actuellement Somaliland Britannique) sur la côte orientale de l’Afrique. À l’intérieur, il fit faire un sensible progrès économique et civil au territoire de Harar presque complètement habité par des Arabes musulmans. Il assujettit aussi les Gallas.

37Ainsi, le drapeau turco-égyptien flotta alors des limites du Congo à la Mer Rouge, et dans les régions équatoriales, empire que les circonstances rendirent éphémère. Ainsi se trouvait réalisés le désir et l’aspiration des pharaons les plus audacieux, par la volonté d’un souverain de génie.

38La science géographique lui est aussi redevable de la plupart des explorations et des découvertes de son époque dans le continent africain.

39La crise financière qui abattit le grand Khédive - mon aïeul - est la conséquence directe des grands travaux qu’il entreprit et de la participation égyptienne aux dépenses du Canal de Suez.

  • 17 Service qui gère les biens du Khédiviat.

40L’effondrement économique d’Ismaïl fut inévitable à partir du jour où il se jeta dans le gouffre de l’emprunt, dit de la Daïrah Sanyah17 (1873), qui devait servir à améliorer la culture de la canne à sucre et à installer des sucreries modèles. Cet emprunt aggravait une dette flottante qui avait permis de payer un lourd tribut à la Turquie, de procéder à l’organisation moderne d’une armée plus importante, à la fortification et à la création de ports maritimes stratégiques, à la constitution d’une flotte égyptienne autonome.

  • 18 Allusion à la société de crédit Oppenheim et Neveu, dAlexandrie (filiale de la maison de Frankfort (...)

41L’emprunt Oppenheim18 aggrava la situation. Aucun prêt ne fut accordé alors par aucun État à Ismaïl, ni par aucune Banque, sur les actions égyptiennes du Canal de Suez lui appartenant : c’est à dire 44 % de la totalité des titres rapportant à l’Égypte 31 % des revenus annuels.

  • 19 Le Prince Otto von Bismarck (1815-98), homme politique prusso-allemand qui fut le principal archit (...)

42Puisque de nombreux auteurs le firent déjà, le feront encore et toujours plus amplement sans doute, il suffit que je souligne que Bismarck19, résolu à détourner de toute manière l’attention de la France et de l’Angleterre de sa politique d’hégémonie en Europe, les poussa, avec le consentement - plus ou moins tacite - du Sultan, à détrôner Ismaïl.

43Les jours qui s’écoulèrent du 18 au 26 Juin 1879 virent l’agonie du règne d’Ismaïl.

44Ce fut Tricou, le Consul de France, qui se chargea de cette impitoyable et brutale besogne de demander d’abord, d’imposer ensuite au Khédive, avec l’aide des représentants des Puissances, son abdication en faveur du Prince héritier Tewfik, mon père. Il demandait aussi qu’Ismaïl quittât l’Égypte - ce qui devait, d’après la France et l’Angleterre, assurer en même temps la tranquillité du pays - moyennant une liste civile convenable, fièrement refusée.

  • 20 Le Sultan Abdülhamid II (1876-1909) succéda à son frère Murad V devenu fou. Son despotisme engendr (...)

45Le Consul Général anglais Lascelles ne fut, dans cette occasion, qu’un partner d’importance secondaire. Ce fut encore la France, dans la personne de son ambassadeur à Constantinople, Fournier, qui convainquit le Sultan20 d’appeler à lui Ismaïl.

46Cette cruelle semaine de détresse s’acheva par le noble et saisissant adieu du Père et Souverain à son fils, le nouveau souverain, son successeur, l’accompagna jusqu’à Alexandrie et sur le paquebot qui l’emportait vers l’exil sans retour, vers la misère après la plus fastueuse opulence, vers la solitude et le silence amer...

47J’ai quelque chose à dire à ce propos.

48Quand les Commissions Européennes commencèrent à déclarer la faillite financière d’Ismaïl, mon Père était le Président du Conseil des Ministres. Il ne comprenait rien à ces papiers noircis de chiffres cabalistiques. Mais quand on lui expliqua la terrible situation de son père et de son Pays, il donna tout ce qu’il possédait, ses biens et ceux de la famille pour payer les dettes, ne gardant pour lui que cinq cents feddans. Il écrivit : « Je renonce en mon nom, au nom de mes enfants et petits enfants. » S’associant à son geste, les autres membres de la famille Khédiviale donnèrent des terrains qui constituèrent alors les Domaines d’État. Lorsque le règlement des dettes fut achevé, il resta un actif en terres évalué à deux millions de livres. Les Princes réclamèrent leur part de ce surplus qu’ils considéraient devoir leur revenir.

49Les Tribunaux mixtes leur refusèrent tout remboursement, alléguant que c’étaient des « terres mal acquises. » Mais le Gouvernement n’étant pas du même avis, et la question pouvant être portée devant les Tribunaux égyptiens, l’affaire en resta là. Plus tard, quand les Princes Khédiviaux firent l’échange de leurs appointements contre des terres, les membres de la famille reçurent peut-être plus qu’ils n’avaient donné. Il y eut là une sorte de compensation.

50Les descendants directs de Tewfik, moi, mon frère, Mohamed Ali et mon fils Abd El Moneim, héritier de mon trône, n’ont rien eu et n’ont jamais rien demandé.

Notes

1 Deuxième fils d’Ibrahim pacha, le khédive Ismaïl (1830-1895), né et élevé au Caire, acheva à Paris ses études à l’école militaire de Saint-Cyr. Succédant à son oncle Saïd, il devint pacha d’Égypte en 1863 et régna jusqu’en 1879, date à laquelle il fut déposé par le Sultan Abdülhamid à la demande des Anglais. Très critiqué, il est souvent tenu pour responsable de la banqueroute de l’Egypte qui devait placer l’administration égyptienne sous la tutelle étrangère. Durant son règne, la dette publique atteignit 91 millions de livres égyptiennes. Il fut contraint de vendre ses actions du canal de Suez à l’Angleterre (environ 44 % du total) : ce fut pour elle le moyen de légitimer son ingérence dans les affaires de l’Égypte. On peut compter au nombre de ses succès l’ouverture d’un grand nombre d’écoles, l’envoi de missions scolaires en Europe, l’extension du réseau ferroviaire, la construction de l’Opéra du Caire, et l’expansion du domaine égyptien en Afrique. Après sa destitution et son exil, son petit-fils le khédive Abbas II tenta en vain d’obtenir des Anglais sa grâce et son retour en Égypte. Ce fut l’une des raisons principales des désaccords entre Abbas et Cromer. Ismaïl mourut à Istanbul en juin 1895.

2 L’expédition française en Égypte (1798-1801) prit fin par l’action militaire conjuguée anglo-ottomane qui rétablit la suzeraineté ottomane sur le pays. Les troupes britanniques quittèrent l’Égypte en 1803 pour y revenir en 1807 et débarquèrent à Alexandrie dans l’intention de faire de l’Égypte une colonie britannique. Elles furent vaincues par Muhammad Ali pacha et ses forces albano-ottomanes.

3 Ferdinand Marie, vicomte de Lesseps (1805-94), diplomate et ingénieur français. C’est durant son séjour en Égypte comme vice-consul adjoint (1832-37), qu’il commence à s’intéresser au percement de l’isthme de Suez. Grâce à ses relations d’amitié avec Saïd pacha, il obtient la concession nécessaire (1854) et lance le coup d’envoi des travaux le 25 avril 1859. Le Canal fut inauguré sous le règne du successeur de Saïd, Ismaïl pacha, le 17 novembre 1869. De Lesseps fut également le président de la Société du Canal de Panama (1881-1888). Impliqué dans le scandale financier qui engloutit la Société, il fut condamné à une peine de prison et une amende, annulées ensuite par un non-lieu.

4 La Compagnie universelle du canal maritime de Suez fut créée en 1856 avec le statut de société anonyme de droit égyptien, pour le percement d’un canal réunissant la mer Rouge à la Méditerranée à travers l’isthme de Suez. Une concession lui donnait le droit de regard sur le canal pendant une durée de 99 ans, après quoi le canal redeviendrait la propriété de l’Égypte. Sa construction demanda dix ans (du 25 avril 1859 au 17 novembre 1869) pour une somme de 200 millions de francs or. Les paysans (fellahs) égyptiens fournirent la main-d’oeuvre, gratuite, nécessaire au chantier. Plusieurs centaines d’entre eux périrent au cours de la construction. Aucune indemnité ne fut versée à leurs familles. En raison de ces abus, les Égyptiens considèrent la construction du canal comme l’une des périodes les plus sombres de l’histoire de leur pays. Les principaux actionnaires du canal étaient des étrangers, en particulier des Français, ce qui leur donnait des droits extra-territoriaux sur le canal. En 1875, le gouvernement anglais, par le truchement de Disraeli, racheta au khédive Ismaïl, alors au bord de la faillite, les actions de l’Égypte. L’inauguration du canal de Suez fut le prétexte à une célébration grandiose. Le compositeur Verdi fut chargé de composer une oeuvre (Aïda), qui devait être interprétée pour la première fois à l’Opéra du Caire, spécialement construit à cet effet.

5 Les Capitulations ont été signées en 1536 par le Sultan ottoman Soliman le Magnifique (1520-1566) et François 1er, roi de France (1517-1547) : cet accord donnait aux ressortissants français (et des nations placées sous la protection de la France) le droit de voyager librement dans l’Empire ottoman et d’y faire du commerce sans aucune restriction. Elles comprenaient en outre l’octroi de privilèges spéciaux (dont l’administration de la justice par un tribunal consulaire au lieu d’un tribunal ottoman et l’exemption de tout impôt) et des conditions favorables à leur commerce. Les Capitulations s’étendirent plus tard aux autres puissances européennes, aggravant ainsi l’appauvrissement de l’économie de l’Empire. Muhammad Ali pacha essaya d’éviter cet écueil, en créant des monopoles d’État destinés à protéger le commerce local. L’Égypte fut cependant contrainte d’adopter le libre échange par le traité de Londres, en 1841.

6 Arménien, né à Izmir en 1824, élevé en France et en Suisse, Nubar pacha fut appelé en Égypte par l’un de ses parents, Boghos bey, ministre de Muhammad Ali pacha. Interprète (drogman) et secrétaire privé d’Ibrahim puis de Abbas, il devint plus tard le directeur des services ferroviaires et fut à plusieurs reprises le représentant d’Ismaïl en Europe. Il était un intime du consul anglais et avait de bons contacts avec la communauté européenne en Égypte. C’est à lui qu’est due la création des Tribunaux mixtes (1875) et la formation, en 1878, du premier cabinet (nizara) responsable devant la Chambre. Il fut à nouveau Président du Conseil de 1884 à 1888.

7 Ibrahim pacha (1789-1848) était le fils aîné de Muhammad Ali. Il conduisit les troupes égyptiennes dans la fructueuse campagne d’Arabie contre les Wahhabites (1815-1818), écrasa la révolte grecque contre les Ottomans (1824), et réussit la conquête de la Syrie en 1831. Alors qu’il s’apprêtait à envahir l’Anatolie après avoir vaincu les troupes ottomanes, l’intervention des puissances européennes conduites par l’Angleterre, décidée à sauver le Sultanat, le força à abandonner la Syrie (1841). Cet homme de talent, qui régna à la place de son père à partir de 1845, expira quelques mois avant lui. Abbas pacha, moins doué qu’Ibrahim, monta sur le trône à la mort de Muhammad Ali.

8 Le Sultan Abdülaziz (1861-76) perpétua l’influence de l’Europe sur l’Empire ottoman ; et notamment de la France, dont il rechercha l’aide et les conseils, jusqu’à sa défaite dans la guerre franco-prussienne de 1870. On lui prête un caractère de despote et un goût excessif du faste qui amena le gouvernement au bord de la banqueroute. Il fut destitué en 1876 et remplacé par le Sultan Abdülhamid. Abdülaziz trouva la mort quelques jours après sa destitution dans des circonstances mystérieuses, et l’on pense qu’il aurait pu se suicider. Il était le cousin germain du khédive Ismaïl, leurs mères étant soeurs.

9 Le khédive Ismaïl obtint du Sultan Abdülaziz un firman qui lui conférait le titre de khédive, officieusement utilisé depuis le règne de Muhammad Ali, et qui établissait la succession dans sa descendance directe selon le principe de primogéniture : le trône revenait ainsi à son fils aîné plutôt qu’à l’aîné des membres de sa famille, comme il en avait été de coutume dans l’Empire ottoman. Le firman donnait aussi au khédive le droit de former une armée, de battre monnaie, et de nommer ses fonctionnaires et ses officiers jusqu’au grade de colonel. L’octroi de ces firmans coûta à Ismaïl des fortunes en cadeaux et paiements indirects versés dans les caisses du Sultanat.

10 Créés en 1875-76, aux fins de résoudre les litiges civils, commerciaux et fonciers entre les Égyptiens et les ressortissants étrangers ainsi que les infractions commises par ces derniers, les Tribunaux mixtes furent supprimés par le Traité de Montreux le 8 mai 1937 et cessèrent leur activité le 14 octobre 1949.

11 Les années qui précédèrent l’occupation britannique virent naître un nombre fabuleux de journaux, dynamiques et indépendants. On estime qu’il existait alors trente-trois titres de toutes sortes, à vocation politique, scientifique ou intellectuelle. Si leur nombre augmenta après l’occupation (cinquante-trois journaux), leur ton devint très différent. Avant 1882, la presse était relativement libre et représentait le point de vue de l’éditeur. Après cette date, la plupart des journaux devinrent les instruments des différents factions politiques de l’Égypte. Les Anglais avaient leurs défenseurs et porte-parole (pour la plupart des Syriens que les Anglais encourageaient à émigrer après les massacres de 1860), le Sultanat avait les siens et de même le khédive. Les seules publications à rester « libres » étaient celles des Syriens établis avant 1882 (al-Ahram, censé représenter le point de vue français) ou les journaux ralliés à des partis politiques, comme al-Jarida, porte-parole du Parti de l’Umma et al-Liwa’ du Parti national (dont on dit qu’il défendait les vues du khédive Abbas II avant que celui-ci n’abandonne Mustafa Kamil, puis celles du Sultanat ottoman).

12 Afin de présenter ses projets politiques au grand public, le khédive Ismaïl finança le journal Wadi al-nil qui paraissait deux fois par semaine et dont le rédacteur était Abdallah Abu al-Suud.

13 Le journal le plus diffusé. Il fut fondé par deux frères syriens, Salim et Bishara Taqlaen 1876.

14 François Auguste Mariette pacha (1821-1880) commença sa carrière comme professeur d’art et de français en Angleterre. Il fut aussi l’éditeur de l’Annotateur Boulonnais. C’est sous sa direction et à la demande du khédive Ismaïl que fut fondé le musée des Antiquités égyptiennes, ouvert au public lors des cérémonies d’inauguration du canal de Suez, en 1869. En 1902, le musée fut transféré à son emplacement actuel, place Ismailiyya (aujourd’hui Tahrir).

15 Gaston Maspéro (1846-1916), égyptologue français qui succéda à Auguste Mariette en 1881 à la direction des Antiquité égyptiennes. On lui doit la découverte de tombes anciennes d’une grande valeur historique. C’est sous sa direction que la collection d’objets d’art anciens qui fait maintenant partie des collections du musée des Antiquités égyptiennes a été pour la première fois organisée et cataloguée.

16 La conquête du Soudan fut entreprise à partir de 1820, dans l’espoir de trouver de l’or et d’acquérir des esclaves. Dès 1821, Funj et le Sultanat du Darfur étaient vaincus. Les territoires conquis, de la Nubie à l’Éthiopie et de l’Atbara au Darfur, furent annexés à l’Égypte. Dans les premiers temps, l’occupation rencontra une vive résistance. Ismaïl, fils du pacha et commandant de l’armée, fut assassiné avec ses gardes par des rebelles soudanais qui s’étaient insurgés contre l’occupation égyptienne. Sous Ali Khurshid agha, qui devint gouverneur en 1826, l’occupation égyptienne s’organisa et le gouvernement opta pour une politique de conciliation et de coopération avec les chefs soudanais. Lorsque le khédive Ismaïl monta sur le trône, l’expansion égyptienne s’intensifia par l’envoi d’une mission dirigée par Sir Samuel Baker et destinée à explorer les sources du Nil.

17 Service qui gère les biens du Khédiviat.

18 Allusion à la société de crédit Oppenheim et Neveu, dAlexandrie (filiale de la maison de Frankfort) qui négocia les prêts accordés au khédive Ismaïl.

19 Le Prince Otto von Bismarck (1815-98), homme politique prusso-allemand qui fut le principal architecte et premier chancelier (1871-90) de l’Empire allemand.

20 Le Sultan Abdülhamid II (1876-1909) succéda à son frère Murad V devenu fou. Son despotisme engendra la révolution des Jeunes Turcs. Sous son règne, la Turquie, vaincue par l’armée russse, perdit le reste de ses territoires balkanais au traité de San Stefano (1878). En 1895-1896, le massacre des Arméniens provoqua un scandale international dirigé contre son gouvernement. Il fut en fin de compte destitué et envoyé en exil en 1909.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540