Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Introduction

Texte intégral

1Il n’est pas étrange qu’un quart de siècle après avoir été rayé de la scène mondiale, je me sente, Khédive d’Égypte pendant 23 ans, de 1892 à 1914, obligé de brosser de ma propre main le tableau de mon action de souverain.

2M’ont poussé à cette tâche, la solitude, les longues méditations sur la caducité des grandeurs humaines, et surtout le désir d’apporter une contribution documentaire pour l’une des périodes les plus animées de l’histoire de ma Patrie bien- aimée. J’ai soutenu pour elle au début de ce siècle les plus pénibles luttes. Les dizaines d’années qui ont suivi mon départ m’ont éclairé sur bien des événements et des choses. Et la situation a pris une telle tournure que je ne puis me dérober au devoir de publier ces lignes.

3J’ai essayé d’être aussi objectif et exact que possible sachant bien que l’histoire véritable et indiscutable ne fut et ne sera jamais écrite ; car jamais nul vivant ne percevra tous les aspects d’un fait ; et une foule de détails - peut-être essentiels - échapperont toujours à l’objectivité de l’historien. Toutefois, le temps écoulé, la distance des lieux, le détachement des personnes et l’observation rétrospective n’ont pu que préciser dans ma mémoire les circonstances et les ressorts qui échappaient inévitablement à ma position de souverain.

  • 1 Le khédive Tawfiq (1879-1892) est le sixième souverain de la dynastie de Muhammad Ali à régner sur (...)

4Il ne s’agit donc pas d’une mise au point pour une satisfaction de vanité personnelle. Je ne prétends ici que rendre justice à la mémoire de mon Père, le Khédive Tewfik1, dont les biographies ne furent souvent ni précises, ni fidèles. J’entends prouver aussi que le nationalisme égyptien, considéré comme un véritable mouvement politique, tend à délivrer l’Égypte d’une ingérence étrangère imméritée autant que cruelle.

5Ce mouvement qui fut une cause d’étonnement universel de sympathies généreuses, et, en même temps, de persécutions outrageantes, se révéla, s’affirma et s’amplifia sous mon règne. Après la guerre mondiale et les nouvelles déceptions qui nous attendaient, il multiplia ses efforts, mais hélas sans atteindre les résultats si longuement et si âprement poursuivis. Et cela par l’unique faute d’ambitieux et d’égoïstes, affolés de pouvoir et d’argent, et à la faveur des moyens de toutes sortes dont dispose l’Angleterre.

6Je voudrais pourtant conseiller à mes chers Égyptiens de se pencher non seulement sur les splendeurs millénaires de notre pays, mais plutôt et surtout sur l’histoire proche d’eux, et par cela même, plus compréhensible et plus accessible à leur jugement. Cette étude les mettrait en état d’apprécier avec plus de clarté et de sérénité la situation réelle de l’Égypte ainsi que leur propre situation, soit dans le présent, soit en rapport avec l’avenir du pays.

7La répétition des erreurs politiques et administratives du passé retarderait inutilement la réalisation de leurs justes aspirations à cette indépendance nationale, pleine et définitive qui anima et hanta chaque instant de ma vie d’Égyptien et de souverain. Ainsi, l’indépendance si longtemps rêvée et étouffée émergera triomphante grâce à leur capacité de se gouverner et de se régir civilement, ainsi que le progrès universel l’exige de la part de toute nation voulant tenir sa place parmi les peuples réellement libres de notre époque.

8L’analyse historique de mon règne montrera de toute évidence que je ne fus point le « blanc-bec » du chroniqueur français [Grand Mémento Encyclopédique Larousse, 1936, t. I, pp. 346-47] ni le « rebelle rusé » cédant aux pressions quotidiennes de l’Agent et Consul britannique. En Janvier 1894, lors d’une revue passée par moi à Ouadi-Halfa « je me serais montré - c’est toujours le chroniqueur français qui l’affirme - de propos délibéré, malveillant à l’égard d’officiers anglais ». [Grand Mémento Encyclopédique Larousse, 1936, t.I, pp. 346-47]

9Les défilés militaires provocants dans les rues du Caire et devant le Palais d’Abdine, de ce bataillon d’infanterie anglaise, revenant de l’Inde, que Sir Evelyn Baring - devenue « Lord » - « avait fait débarquer à Ismailyah et entrer au Caire en tenue de campagne » n’étaient qu’une simple manœuvre d’intimidation. La vérité est tout autre. Je ne la cacherai pas. Je n’eusse, certes, été ni « blanc-bec », ni « rebelle rusé » si, tout jeune homme que j’étais, je ne m’étais pas « laissé circonvenir par des familiers qui aspiraient à l’autonomie de l’Égypte. » [Ibidem]

  • 2 Frederick Temple, premier Marquis de Dufferin (1826-1902), né à Florence, Italie, ancien gouverneur (...)

10Il ne pouvait y avoir rien de répréhensible à manifester une aversion plus que naturelle envers les usurpateurs outrecuidants de notre pays, dont ils s’étaient emparé par la ruse, l’intrigue et la violence. Usurpateurs qui, depuis l’année même de l’occupation (1882), avaient déclaré, à maintes reprises, sans tenir parole - Lord Dufferin2 en tête - qu’ils étaient prêts à évacuer l’Égypte. Lord Cromer s’arrogeait le droit - comme il s’en était approprié tant d’autres - d’avoir des titres à ma gratitude (que je ne lui devais pourtant point) pour le firman d’investiture au Khédivat d’Égypte. Or je l’avais reçu du Sultan de Turquie, d’après mon droit à la succession, le 9 Janvier 1892, c’est-à-dire deux jours après le décès de mon Père, le Khédive Tewfik, survenu presque subitement le 7 Janvier 1892, tandis que je me trouvais encore à Vienne pour y achever mes études.

11On a ensuite prétendu que Baring obtint du Sultan Abdulhamid, non sans quelque difficulté [Grand Mémento Encyclopédique Larousse, 1936, t. I, p. 346], le firman de mon investiture ; mais on n’en a jamais expliqué le pourquoi.

12Et pour cause... Parce qu’on aurait dû avouer qu’à ce moment même le Gouvernement turc, contrairement aux instances de Londres et du Lord, avait décidé, à la suite d’un incident, d’enlever à l’Égypte, sur sa frontière de la côte d’Asie, dans la Mer Rouge, les trois villages Moweilih, Dziba, El Weg, inclus dans ses limites sur la côte arabique, dont l’Angleterre avait l’intention de faire des bases stratégiques pour la presqu’île arabique comme aujourd’hui du port d’Akaba. Cette décision de la Turquie était naturellement insérée dans le firman de mon investiture. En somme, je pris officiellement possession du pouvoir au Caire le 16 Janvier 1892, je reçus le Corps Diplomatique le 18, et je maintins le ministère qui était en exercice à la mort de mon Père. Voilà la vérité.

13Elle est « une ». Pourtant on ne la trouve presque jamais simple et nue comme elle doit l’être dans les récits historiques, surtout si l’historien a pris une certaine part aux événements qu’il rapporte.

  • 3 La dynastie de Muhammad Ali, qui règne sur l’Égypte de 1805, date de l’investiture de Muhammad Ali (...)

14Mon trône et mon pouvoir me venaient, par héritage direct et légal, de mes glorieux ancêtres. Cette autorité et cette responsabilité leur avaient été reconnues et confirmées à plusieurs titres par les différents Sultans de Contantinople depuis le fondateur de notre Dynastie3. D’ailleurs cette position m’avait été également reconnue par toutes les Puissances européennes, ainsi que par l’Angleterre.

  • 4 Ahmad Urabi pacha (1841-1911), organisateur de la révolution de 1879-1882 qui provoqua l’occupation (...)

15Il est aisé de constater que si le Grand Ismaïl fut contraint de renoncer au trône pour des raisons soi-disant administratives, et si Tewfik, mon Père, bon et généreux, fut forcé de sacrifier son prestige pour sauver notre pays de la rage antidynastique et de la folie xénophobe d’Ahmad Arabi4, pas un jour de mon règne ne manqua de porter l’empreinte de mon action. J’ai réagi avec les faibles moyens dont je disposais contre l’injustice du Lord, pour la dignité de l’Égypte, pour sa Souveraineté, et pour la conquête de notre Indépendance.

16Dans cette défense acharnée de nos droits et de notre liberté, je ne faisais que m’inspirer des traditions de ma famille. À commencer par Mohamed Ali, le glorieux fondateur de notre dynastie, tous les Khédives mes prédécesseurs ne visèrent qu’à affranchir chaque jour davantage l’Égypte de la suzeraineté de l’Empire Ottoman.

17En ce qui me concerne au contraire, les Anglais se hâtèrent de m’arracher la couronne que je suis fier d’avoir portée et gardée pendant mon règne avec honneur, et avec ce sens de la responsabilité que Lord Cromer a si souvent méconnu dans son Modem Egypt. Il m’était pourtant redevable de toutes sortes d’initiatives et d’améliorations que j’avais proposées au profit de l’Égypte et dont il s’attribue simplement le mérite ! Les auteurs que j’ai lus jusqu’à ce jour ont dû reconnaître les qualités et les mérites qui me rendaient digne de tenir ma place. Ils n’ont pu nier - malgré une interprétation fantaisiste de mes pensées et de mes actes - que je n’aie eu sans cesse devant les yeux les exigences de mes devoirs de souverain, de citoyen et d’Égyptien, et que leur compréhension exacte ait guidé mes pas à travers les difficultés d’une occupation subie, mais jamais acceptée.

18On a mis, en tête de mes faiblesses, l’ambition, la soif de commandement et l’intrigue, more orientali. Ces trois mobiles, s’ils ont pu expliquer quelque moment de mon règne, ne sont que la déformation d’un sentiment unique, constant, tout- puissant, qui anima tous mes actes : l’amour de mon pays.

19C’est cet amour de l’Égypte qui guide ma plume.

20Il justifie tout ce que j’ai pu opposer à l’omnipotence impérialiste et à l’usurpation étrangère de tous nos droits civils, militaires et politiques. Il commande le plus sacré de nos devoirs : la défense de notre pays par nous-mêmes. Il explique non pas les intrigues, mais les tentatives apparentes ou cachées pour hâter notre délivrance de l’oppression. C’est lui enfin qui exige que mes efforts pour servir l’Egypte, la rendre indépendante et prospère, ne soient pas déformés ou effacés par des voix intéressées.

21Que l’avenir réserve indépendance et prospérité à ma Patrie bien-aimée, dont l’éloignement me tourmenterait davantage si je ne m’étais depuis longtemps apaisé, me désaltérant à la source intarissable du Prophète !

22In cha’Allah !

Le Khédive Mohamed Tewfik en famille. Debout, le jeune prince Abbas, assis son frère Mohamed Ali

Le Khédive Mohamed Tewfik en famille. Debout, le jeune prince Abbas, assis son frère Mohamed Ali

Notes

1 Le khédive Tawfiq (1879-1892) est le sixième souverain de la dynastie de Muhammad Ali à régner sur l’Égypte (régence d’Ibrâhîm pacha comprise). Avant son investiture en 1879, il s’était lié d’amitié avec les nationalistes et les révolutionnaires, dont le cheikh Jamal al-din al-Afghani. Mais les moyens par lesquels il monta sur le trône après la destitution et l’exil de son père, le khédive Ismaïl, provoqués par les Anglais, jeta une ombre sur son règne. Ses tractations avec les Urabistes l’éloignèrent davantage de l’appui des nationalistes alors isolés.

2 Frederick Temple, premier Marquis de Dufferin (1826-1902), né à Florence, Italie, ancien gouverneur général du Canada (1872-1878), ambassadeur auprès de la Turquie ottomane en 1881, organisa l’occupation britannique de l’Égypte. Vice-roi des Indes en 1884, il consolida l’annexion de la Birmanie par la Grande-Bretagne et reçut son titre de noblesse en récompense de ses services dans les colonies.

3 La dynastie de Muhammad Ali, qui règne sur l’Égypte de 1805, date de l’investiture de Muhammad Ali pacha à la vice-royauté de l’Égypte, à 1954, date de la destitution du roi Faruq par la Révolution de Juillet.

4 Ahmad Urabi pacha (1841-1911), organisateur de la révolution de 1879-1882 qui provoqua l’occupation de l’Égypte par les troupes britanniques. Tenu pour un héros par les nationalistes égyptiens, Urabi est au centre de bien des controverses intellectuelles et historiques. Né dans la province de Sharqiyya (est du Delta), il fit ses études à l’université d’al-Azhar avant de devenir soldat, puis officier de l’armée égyptienne. Il fut promu général et devint ministre de la Guerre. Lorsque les Anglais prirent le pouvoir, ils firent juger Urabi qui fut défendu par un avocat anglais, Wilfrid Blunt. Condamné à mort, sa sentence fut commuée en détention à perpétuité, et il fut déporté sur l’île de Ceylan où il devait rester pendant dix-neuf ans. Il fut autorisé à retourner en Égypte. Il n’existe pas encore d’ouvrage historique complet et objectif sur Urabi. Des études récentes nous permettent une meilleure compréhension de la personnalité et de l’époque dans laquelle il vécut. Nous invitons le lecteur à lire l’ouvrage de Juan Cole, Colonialism and Révolution in the Middle East (Princeton University Press, 1992), qui donne du personnage un portrait différent de celui tracé par le khédive Abbas II, qui s’est inspiré lui-même de l’opinion du khédive Tawfiq, principal adversaire d’Urabi dans la révolution de 1881-82.

Table des illustrations

Titre Le Khédive Mohamed Tewfik en famille. Debout, le jeune prince Abbas, assis son frère Mohamed Ali
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 567k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr