Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Avant-Propos

Khalifa Boubli

Texte intégral

« Nous n’avons personne pour parler en notre nom et dire la vérité sur la question Égyptienne, personne... personne. »

Déclaration du Khédive Abbas Hilmi II au correspondant de la Westminster Gazette, le 2 mars 1893.

1Pour la cause de son peuple bien-aimé à laquelle il suscita tant de défenseurs en lui consacrant sa vie jusqu’au sacrifice de son trône, le Khédive Abbas Hilmi II, le souverain fier et digne, l’animateur du mouvement d’indépendance en Egypte, le grand homme d’État a voulu, une fois encore, servir en préparant, pour une Histoire impartiale, ces Mémoires qu’il n’eut pas le temps de publier. Fidèle collaborateur et confident depuis plus d’un quart de siècle, dernier Égyptien à son service, j’ai accompagné sa dépouille mortelle à la dernière demeure, et je m’honore d’accomplir un devoir de piété envers sa mémoire et d’obéir à son ultime volonté, en présentant ce livre au peuple égyptien.

2Les bons et loyaux serviteurs qui l’ont bien connu se font, avec le temps, de plus en plus rares. Mais quel Égyptien oubliera la physionomie expressive et altière de notre défunt souverain, les yeux brûlant d’un feu sombre sous les sourcils fins, le front large, découvert et calme, brillant de clarté, de logique et de sentiments contenus !

3Maître d’une culture étendue, profondément musulman, sincèrement religieux et tolérant comme on l’est en Égypte, libéral sans sectarisme politique, patriote par dessus tout, il croyait à l’universalité de l’humain.

4Lors de son exil, son visage s’illuminait chaque fois que des Égyptiens s’en venaient lui dire leurs pensées, lui confier leurs peines et leurs espoirs patriotiques. Ses compatriotes recevaient de sa science profonde, l’énergie nécessaire pour gravir le dur chemin qui conduisit à la libération de l’Égypte. Après trente ans d’absence, il appelait chacun de ses visiteurs par son nom, évoquait les souvenirs de leur famille et savait employer avec les uns l’idiome de leur terroir, avec les autres, la langue raffinée et littéraire de la capitale. Il n’avait rien oublié : sa mémoire éclairée par une rare intelligence et tempérée par sa profonde modestie, émerveillait les auditeurs.

  • 1 Evelyn Baring, premier vicomte de Cromer (1841-1917), né à Norfolk (Angleterre), apparenté à une gr (...)

5Ses adversaires et Lord Cromer1 lui-même, son ennemi obstiné, ont reconnu son tact d’homme d’État et d’homme du monde. L’habile représentant en Égypte de sa Majesté Britannique redoutait son charme et avant même d’être reçu en audience se figeait, se cuirassait de raideur. En commençant une phrase, il fronçait les sourcils et pour ne pas soutenir le regard fascinateur du jeune Khédive, il enlevait ses lunettes.

  • 2 Sir Eldon Gorst est nommé Haut-Commissaire britannique en Egypte après la démission forcée de Lord (...)

6Froide, raisonnée, implacable, l’opposition du Khédive Abbas aux desseins britanniques ne le fit jamais faire abstraction des personnes ni se départir de sa bonté et de son amabilité naturelles. Son cœur avait été touché des ménagements que le représentant en Égypte, Sir Eldon Gorst2, avait apportés à sa mission. Terrassé par un mal cruel, il se mourait dans son château. Un jour un gentleman se présenta à la grille du château : c’était le Khédive Abbas Hilmi II qui, tout exprès, avait fait incognito le voyage d’Angleterre pour exprimer au moribond sa reconnaissance émue. Lord Cromer, en cette occasion, dut reconnaître la réelle « grandeur d’âme » d’un souverain qui, toute sa vie, cultiva le sentiment de la reconnaissance envers tous ceux, même Anglais, qui ont aimé et servi l’Égypte.

7Avec un tact vraiment souverain, le Khédive, avant d’analyser son règne, a voulu honorer la mémoire de son aïeul le Khédive Ismaïl le Magnifique et celle de son père le Khédive Tewfik.

8La délicatesse et la profondeur de sentiment qu’Abbas Hilmi II révèle, lorsqu’il parle de son père, le Khédive Tewfik, jaillissent d’un cœur sincère et dévoué, contrairement à ce qu’affirme Lord Cromer dans son pamphlet sur le fils du Khédive Tewfik, « for whose memory he (Abbas II) showed but little filial piety... » [Abbas II, by the Earl of Cromer, London, McMillan and Co., 1915, p. 67-68],

  • 3 Gouverneur ottoman de l’Égypte de 1805 jusqu’à sa mort en 1848, Muhammad. Ali pacha (1805-1848) est (...)
  • 4 Alfred Milner (1854-1925), premier vicomte de ce nom, né en Allemagne, fait une longue carrière dan (...)
  • 5 William Gladstone (1809-98), l’un des politiciens anglais les plus remarquables de cette époque, fu (...)
  • 6 Lord Robert Salisbury (1830-1903), chef de file des Conservateurs, devient Premier ministre en 1895
  • 7 Né en Irlande en 1850, diplômé de Woolwich Royal Military Academy, Horatio Herbert Kitchener (1850- (...)

9Par leur attachement à la cause de la liberté de leur pays, Ismaïl, Tewfik et Abbas II, les trois derniers Khédives, furent sincèrement patriotes. Ismaïl put réaliser des projets grandioses et assister à l’épanouissement de l’Égypte moderne. Mais la coalition formée par les puissances pour amoindrir la position de l’Égypte empêcha les victoires de Mohamed Ali3 de porter tous leurs fruits. L’abdication d’Ismaïl arrêta la régénération de la vallée du Nil et entraîna la désagrégation de son empire africain. Abbas II se trouva dès son accession au trône, en face des crocs puissants de « l’Imperium Britannicum ». Mais le destin est plus puissant que les hommes. Ni Cromer, ni Milner4, ni Gladstone5, ni Salisbury6, ni Kitchener7 n’eurent raison de la vaillance du peuple égyptien, décidé à conquérir sa liberté et son indépendance. Après les journées de 1882 et leurs tristes conséquences, Abbas II sut panser la blessure de l’Égypte et tracer l’esquisse de son œuvre future. L’Histoire est là pour prouver que si un conquérant de l’Égypte veut s’y maintenir par la force, il trouve entre les berges du Nil le tombeau de son règne. Souhaitons à l’Angleterre de quitter la Vallée du Nil avant qu’il ne soit trop tard.

  • 8 Le Condominium anglo-égyptien sur le Soudan est une innovation coloniale sans précédent organisée a (...)
  • 9 Il s’agit de Butros Ghali pacha.

10Le Khédive Tewfik eut à subir de dures épreuves, mais Abbas Hilmi II souffrit davantage. Chaque fois que l’occupation étendait ses tentacules dans l’administration égyptienne, sous l’autorité de Sir Evelyn Baring, le futur Earl of Cromer, le jeune Khédive Abbas II s’interposait autant que faire se peut, pour que le peuple sauvât son âme. C’est ainsi que, ayant préparé en grand secret l’imposition d’un « Condominium » Anglo-Égyptien au Soudan8 reconquis avec le sang et l’argent égyptiens, Londres ne put obtenir du souverain, seul qualifié d’après les firmans, la signature de cet acte. Le Khédive entendait ainsi, comme il nous l’a précisé maintes fois, en nous relatant ses souvenirs, enlever à ce document tout caractère de cession territoriale. Un ministre9 habile et dévoué à sa patrie, comprit la pensée de son maître et signa en 1899 la convention, comme un acte purement administratif.

  • 10 Palmerston (Henry John Temple, troisième vicomte de ce nom, 1784-1865), fut trois fois secrétaire d (...)

11Mais l’Angleterre, comme l’a écrit Lord Milner dans la cinquième édition de son Angleterre en Égypte, n’hésite pas à créer le droit pour couvrir ses actes impériaux. Le peuple égyptien lui, respecte la loi écrite et les principes du droit naturel. Il lutte pour la sauvegarde de la justice. Il a déjà obligé l’adversaire à la compréhension. Il obtiendra une victoire définitive, car la justice immanente gouverne le monde et même l’Angleterre10.

12Abbas Hilmi II disait longtemps avant sa mort : « Enfin je suis heureux. Les graines que j’ai semées ont germé, la récolte ne tardera pas. » Il avait raison ; ceux qui ont lutté à ses côtés ont légué à leurs fils une quasi-indépendance.

  • 11 Saïd pacha, fils cadet de Muhammad Ali, succéda à son neveu Abbas 1er sur le trône d’Égypte (1854-1 (...)
  • 12 Allusion à « l’incident de la frontière », évoqué plus haut.
  • 13 Le caractère sévère et autocratique de la domination anglaise ressortit clairement du comportement (...)
  • 14 Les fellahs furent jugés selon la loi d’urgence de 1895 destinée à protéger les soldats britannique (...)

13« Votre Égypte est un tuyau de poêle que je ramonerai par les deux bouts, quand je voudrai », avait déclaré Lord Palmerston" à Saïd 1er11. Le Khédive Abbas II voulut régner comme un prince et non comme un valet et prétendit gouverner un pays libre malgré les Anglais qui l’occupaient et l’affirmation de Lord Palmerston ; « Il apparut aux Anglais étonnés, a écrit Sir Alfred Milner, haut fonctionnaire en Égypte, comme l’obstacle le plus imprévu et le plus redoutable qu’ils eussent rencontré jusque-là et son attitude cavalière étonna le monde. » Il dut faire face sur trois fronts à la fois : l’Angleterre, nation occupante, la Turquie, nation suzeraine et le peuple égyptien qu’il voulait servir et dont il devait sauvegarder le patrimoine de liberté et d’indépendance. Si l’Angleterre avait eu des hommes d’État à la hauteur des événements, elle aurait composé avec le peuple égyptien dès 1908 et elle jouirait aujourd’hui de son amitié indéfectible. Militaires de carrière, imbus de préjugés impérialistes, Lord Cromer et Lord Kitchener avaient gardé de leur passage aux Indes des habitudes d’autorité. Lord Cromer était le plus habile mais il se crut le vrai monarque de l’Égypte ; Lord Kitchener n’avait aucune pratique des affaires et le ressentiment l’aveugla à la suite des incidents de 189412. Ces deux « proconsuls », en face d’une situation difficile, dans un pays troublé, incertain de son avenir ne songèrent qu’à employer une politique de force. Le principal biographe de Lord Cromer, le Marquis de Zetland, a eu le front de ne souffler mot de l’atroce boucherie de Denshawai13, l’acte terroriste qui révolta la conscience universelle14. La presse anglaise et même européenne a tressé des couronnes à ces deux hommes et les a chantés comme des démiurges. Mais un grand silence probablement inspiré, puis un oubli total ont enseveli en Angleterre le seul homme qui sut voir clair et envisager des solutions réalistes.

14Diplomate de carrière, préparé à sa tâche de Représentant de S. M. Britannique par ses fonctions d’Administrateur civil des Affaires en Égypte, Sir Eldon Gorst, par son comportement déférent et sa compréhension des sentiments nationaux sut se concilier le Khédive et aplanir ainsi bien des difficultés. Mais son passage comme ministre plénipotentiaire en Égypte ne fut malheureusement dans la politique anglaise en Égypte qu’une sorte d’intermède suivi de nouvelles rigueurs.

  • 15 Sir Edward Grey, (premier vicomte de Fallodan, 1862-1933), homme politique anglais, né à Londres. D (...)
  • 16 Robert Arthur Salisbury, troisième marquis de Cecil (1830-1903). Cet aristocrate britannique, diplô (...)

15On peut affirmer cependant qu’à la fin de Juin 1914, Sir Edward Grey15 a assuré Monsieur Robertson, membre de la chambre des Communes et théoricien du parti libéral, de ses efforts pour une politique d’apaisement en Égypte. Ces deux hommes d’État offrirent au Khédive, par l’intermédiaire de Monsieur Benjamin Mosely, de retirer Lord Kitchener, en le priant de désigner les personnalités avec lesquelles il croyait possible de collaborer. Le Khédive fit répondre qu’à l’exclusion de Lord Cécil16, il s’en remettait au gouvernement anglais pour le choix d’un diplomate consciencieux. Tout ceci confirme que Lord Kitchener est le seul responsable du détrônement du souverain et ces Mémoires en apporteront d’indiscutables preuves.

16Mais à Londres on ne se résigne que lorsqu’il est trop tard. Et Lord Kitchener se chargea d’envenimer la situation. Alors le nationalisme égyptien se révéla dans sa pleine maturité. Ce n’était plus une doctrine, une théorie d’intellectuels, un idéal lointain. Il éclata comme une force rebelle à toute domination étrangère. Et ce que l’Angleterre ne voulut pas comprendre à ce moment, elle dut l’admettre 20 ans après. « Wait and See » peut jouer, dans les guerres, pour ceux qui sont maîtres des mers, mais en politique, le temps travaille pour tous les partenaires. En Égypte, il a travaillé davantage en faveur du peuple égyptien qu’en faveur de l’Angleterre.

  • 17 Mustafa Kamil (1874-1908) est la figure symbolique d’un nationalisme égyptien sans compromis. Juris (...)
  • 18 Mustafa Kamil appela à la fondation d’une université nationale dans le Liwa’ en octobre 1904 et en (...)
  • 19 Fondée par les Fatimides en 970, l’université d’al-Azhar est l’une des plus anciennes universités d (...)

17Une grande victoire a été remportée sur le passé. L’Égypte n’a pas conquis toutes ses libertés, mais elle a détruit les fondements de l’occupation anglaise. Les troupes des patriotes égyptiens se sont formées, ont trouvé les cadres qui, depuis 1892, mûrissaient avec Abbas II la stratégie de la lutte. Le Khédive réalisa aussi le dernier rêve de Moustapha Kamel17 en créant la première Université18 laïque à côté d’El-Azhar19, la séculaire Université Théologique, dont s’honorent l’Islam et l’Égypte.

18Dans l’éloignement de l’exil imposé par l’Angleterre, le Khédive a pu revivre les combats de sa vie Royale.

19Ces Mémoires - véritable panorama de son règne - apportent une réplique à des récits trop souvent malveillants d’événements imaginaires. Ils aideront à faire comprendre les faits et les actes de vingt-trois années d’un règne que la guerre de 1914 vint interrompre.

20L’importance de cette publication autobiographique est à la fois historique et patriotique. C’est un compte rendu de mandat, une analyse scrupuleuse des actes que le Khédive accomplit et des décisions qui lui furent imposées. Il n’a rien d’une narration destinée à flatter l’un ou à blâmer l’autre. Pensés et rédigés sans passion et sans haine, ces Mémoires veulent offrir à l’Égypte d’aujourd’hui les éléments d’une action future.

21Au sujet des grands desseins nationaux, Abbas II disait toujours : « Les hommes d’aujourd’hui doivent ébaucher l’œuvre des hommes de demain avec patience, ténacité et courage. Créons des héros mais bâtissons-leur un piédestal d’airain. »

22Un amour passionné pour son pays, un désir ardent de liberté pour cette patrie perdue, la volonté de dire à son peuple les douleurs de son règne, de léguer à la jeunesse égyptienne une parole de foi et de partager avec elle l’ardeur d’un même espoir : voilà ce qu’a voulu exprimer le Khédive Abbas Hilmi II.

23Paris, le 19 Octobre 1950

Notes

1 Evelyn Baring, premier vicomte de Cromer (1841-1917), né à Norfolk (Angleterre), apparenté à une grande famille de banquiers, diplômé de l’Académie militaire de Woolwich, commence sa carrière dans l’administration coloniale en 1872, dans le poste de secrétaire particulier du vice-roi des Indes. Il fait un premier séjour en Egypte pour représenter la Grande-Bretagne à la Commission de la Dette publique lors de son établissement en 1877, avant de prendre en Inde la direction des Finances. Il revient au Caire en 1883 comme Consul général et conserve ce poste durant 24 ans (1883-1907). Cromer nous a laissé deux livres sur son expérience égyptienne : Modem Egypt (Londres : Macmillan Company, 1908) et Abbas II (Londres : Macmillan and Co„ 1915). Dans l’un et l’autre, il s’efforce d’expliquer son rôle et de justifier l’occupation britannique par les bienfaits et la justice qu’elle aurait apportés au peuple égyptien. Il s’y attribue, ou attribue aux Anglais, tous les progrès et toutes les réformes réalisés dans le pays et impute les retards ou les échecs à l’ignorance du peuple et à la cupidité de la classe dirigeante. Les Mémoires du khédive Abbas II sont une réfutation directe de la plupart des affirmations de Cromer. Voir plus loin le chapitre XI.

2 Sir Eldon Gorst est nommé Haut-Commissaire britannique en Egypte après la démission forcée de Lord Cromer, le 6 mai 1907. Arrivé en Égypte en 1890, il avait travaillé au ministère de l’Intérieur, d’abord comme simple fonctionnaire puis comme conseiller auprès du ministère, avant de devenir le Conseiller financier du gouvernement. De tous les envoyés anglais avec qui le khédive Abbas devait traiter, Gorst fut celui qu’il apprécia le plus et avec lequel il coopéra le mieux. Sa politique de conciliation contrastait énormément avec l’intransigeance de Cromer. Il mourut en Angleterre en 1911 au grand désarroi du khédive qui allait devoir traiter dorénavant avec Lord Kitchener. Avec Gorst prenait fin la courte période durant laquelle Abbas avait été admis à participer à la conduite des affaires du pays.

3 Gouverneur ottoman de l’Égypte de 1805 jusqu’à sa mort en 1848, Muhammad. Ali pacha (1805-1848) est le fondateur de la dynastie qui devait rester au pouvoir jusqu’à la révolution de Nasser en 1952.

4 Alfred Milner (1854-1925), premier vicomte de ce nom, né en Allemagne, fait une longue carrière dans les services coloniaux britanniques après des études dans les universités de Londres et d’Oxford et une première expérience de journaliste. Il fut notamment sous-secrétaire des Finances en Egypte de 1889 à 1892, puis Haut-Commissaire en Afrique du Sud, de 1897 à 1905, période pendant laquelle il fut personnellement chargé de mettre fin à la guerre des Boers. C’est au cours de son mandat de Secrétaire aux colonies (1919-1921) qu’il propose que l’Égypte obtienne son auto-détermination : le projet sera mis en place unilatéralement par la Grande-Bretagne en 1922. Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé England in Egypt (Edward ARNOLD, Londres, 1892), qui fait l’apologie de la colonisation britannique.

5 William Gladstone (1809-98), l’un des politiciens anglais les plus remarquables de cette époque, fut Premier ministre à quatre reprises en 1868-74, 1880-85, 1886 et 1892-94. Tenu pour un réformateur, il était en 1897 à la tête du Parti libéral.

6 Lord Robert Salisbury (1830-1903), chef de file des Conservateurs, devient Premier ministre en 1895.

7 Né en Irlande en 1850, diplômé de Woolwich Royal Military Academy, Horatio Herbert Kitchener (1850-1916) doit à la reconquête du Soudan une large part de sa renommée. Nommé « Sirdar » (commandant en chef) de l’armée égyptienne en 1892, il s’opposa dès le début de son mandat au khédive Abbas II lors du fameux « incident de la frontière » (1894) qui devait assombrir durablement les relations anglo-égyptiennes. Pendant la revue des troupes entraînées par le Sirdar à Wadi Halfa, le khédive fit remarquer que les soldats manquaient d’allure. Kitchener donna sa démission et Lord Cromer exigea les excuses publiques de Abbas II, qui ne put qu’accéder à sa demande, au prix de sa dignité comme de celle de l’Égypte. Kitchener devait plus tard devenir Haut-Commissaire britannique (1911-1914) à la mort Sir Eldon Gorst. Comme Cromer, autre diplômé de Woolwich, Kitchener reçut ses titres de noblesse en récompense des services rendus dans les colonies britanniques, en Égypte, en Inde et en Afrique du Sud : baron après la prise de Khartoum en 1896, vicomte après avoir servi dans la guerre des Boers, il fut fait « Earl of Broome » pour ses services en Egypte. Il trouva la mort en 1916 pendant la première guerre mondiale : le croiseur qui le transportait sauta sur une mine. Voir plus loin le chapitre XIII.

8 Le Condominium anglo-égyptien sur le Soudan est une innovation coloniale sans précédent organisée après la reconquête du Soudan sur les Mahdistes en 1896. Bien que les frais militaires de cette mission eussent été supportés par l’Égypte seule et que les Égyptiens eussent déjà, dans un proche passé, exercé sur le Soudan une domination directe, les Anglais mirent en place une structure coloniale mixte, qu’ils contrôlaient de fait tout en donnant l’impression d’y associer les Égyptiens. L’incident de Fachoda en 1898, qui vit presque l’Angleterre entrer en guerre avec la France, avait obligé les Anglais à user de ce subterfuge pour contrer les pressions des puissances européennes dont les intérêts en Afrique s’opposaient aux leurs. L’accord du condominium fut signé pour le Gouvernement égyptien par le ministre des Affaires étrangères, Butros Ghali pacha : ce devait être plus tard l’une des raisons de son assassinat par un nationaliste égyptien. Le Soudan allait rester une source de conflit entre les Anglais et les nationalistes égyptiens durant toute la domination anglaise en Égypte.

9 Il s’agit de Butros Ghali pacha.

10 Palmerston (Henry John Temple, troisième vicomte de ce nom, 1784-1865), fut trois fois secrétaire des Affaires étrangères britanniques (1830-34, 1835-41 et 1846-51) et deux fois Premier ministre (1855-58 et 1859-65). Au cours de sa longue carrière politique il entraîna son pays dans la guerre de l’Opium avec la Chine et prit la responsabilité d’empêcher Muhammad Ali de vaincre les Ottomans durant la seconde guerre de Syrie, après l’invasion de l’Anatolie par l’armée égyptienne placée sous le commandement d’Ibrâhîm.

11 Saïd pacha, fils cadet de Muhammad Ali, succéda à son neveu Abbas 1er sur le trône d’Égypte (1854-1863). Il fit des études militaires et eut sous ses ordres la marine égyptienne avant son accession au pouvoir. C’est par lui que Ferdinand de Lesseps se fit octroyer en 1854 la concession du canal de Suez. C’est également durant son règne que fut promulguée la première loi foncière régissant l’ensemble des terres et s’appliquant à la propriété privée comme aux biens de mainmorte (1858).

12 Allusion à « l’incident de la frontière », évoqué plus haut.

13 Le caractère sévère et autocratique de la domination anglaise ressortit clairement du comportement de Lord Cromer lors de l’incident de Dinshaway (1906) : des villageois avaient battu et chassé une poignée d’officiers anglais qui étaient allés tirer le pigeon dans le voisinage de leur village et qui, au cours de leur partie de chasse, avaient provoqué un incendie qui causa la mort d’une des villageoises. Un des officiers qui était parti chercher de l’aide mourut d’une insolation sur la route. Un tribunal militaire condamna les villageois à la pendaison ou à des peines de prison. Cet incident suscita une vive agitation nationaliste, conduite par Mustafa Kamil. L’embarras qu’il causa au gouvernement britannique fut aussi la cause du limogeage de Cromer (1907).

14 Les fellahs furent jugés selon la loi d’urgence de 1895 destinée à protéger les soldats britanniques envoyés sur le sol égyptien. Quelques jours avant les délibérations du tribunal d’exception, le journal al-Muqattam fit paraître un article informant le public que du matériel destiné aux exécutions était en route pour Dinshaway. Il apparut alors clairement que les choses étaient déjà jugées et que le procès était une farce : les Anglais voulaient donner un exemple à tous ceux qui mettraient en doute les actes des représentants de la Grande-Bretagne en Égypte. Les fellahs avaient pour avocats deux nationalistes égyptiens qui se déplacèrent à Dinshaway pour les défendre : Ahmad Lutfi al-Sayyid et Abd al-Aziz Fahmi, associés dans le même cabinet.

15 Sir Edward Grey, (premier vicomte de Fallodan, 1862-1933), homme politique anglais, né à Londres. Diplômé de l’université d’Oxford, il entre au Parlement en 1885, est sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères en 1892, membre du Conseil privé en 1902, et secrétaire d’État aux Affaires étrangères en 1905.

16 Robert Arthur Salisbury, troisième marquis de Cecil (1830-1903). Cet aristocrate britannique, diplômé d’Oxford, a également contribué à la formation de la politique coloniale de son pays. Secrétaire aux affaires indiennes sous Benjamin Disraeli, avant de devenir lui-même Premier ministre en 1885, il mena une politique agressive d’expansion en Afrique et établit l’hégémonie de l’Angleterre sur la Rhodésie et la moitié de l’Afrique de l’Est. C’est également lui qui conduisit les négociations qui, après l’incident de Fachoda (1898), amenèrent la France à reconnaître le condomonium anglo-égyptien sur le Soudan, et qui décida de l’engagement de l’Angleterre dans la guerre des Boers qui allait lui donner le contrôle de l’Afrique du Sud.

17 Mustafa Kamil (1874-1908) est la figure symbolique d’un nationalisme égyptien sans compromis. Juriste de formation, orateur passionné, il se battit sans relâche pour obtenir la fin de l’occupation britannique. Son combat nationaliste se développa dans deux directions : d’une part, celle de réformes sociales et culturelles, au premier rang desquelles la réforme de l’enseignement et la création d’une université nationale ; d’autre part, sur le plan politique, l’engagement d’obtenir la pleine indépendance de l’Égypte et sa reconnaissance internationale. Il fonda le Parti National et son journal al-Liwa’ (« L’Étendard ») fut le porte-parole du courant nationaliste radical, à mi-chemin entre le libéralisme constitutionnel de Ahmad Lutfî al-Sayyid et de son journal al-Jarida et l’islamisme conservateur du cheikh Ali Yusuf. Il publia également le Standard en anglais et L’Étendard Égyptien en français pour faire connaître à la communauté étrangère le point de vue du Liwa’. On prétend que de concert avec Abbas II, Kamil aurait créé une société secrète pour fomenter à l’étranger des actions subversives contre les Anglais. Il se rendit à Paris pour plaider la cause de son pays et reçut le soutien de Juliette Adam, rédactrice de La Nouvelle Revue. Son espoir de recevoir l’aide de la France fut anéanti par la signature de l’Entente cordiale entre les deux pays en 1904. Dès lors, Kamil abandonna le khédive Abbas II pour se rallier au sultan ottoman Abdülhamid. Le soutien qu’il lui apporta au moment de l’incident de Taba lui valut de recevoir le titre de pacha.Il mourut précocement, à l’âge de 34 ans. L’Égypte le considère toujours comme l’un de ses héros.

18 Mustafa Kamil appela à la fondation d’une université nationale dans le Liwa’ en octobre 1904 et en janvier 1905. Il réussit à réunir 8000 LE pour sa construction - données pour la plupart par la soeur d’Ahmad Fuad qui vendit ses bijoux pour financer l’université. À l’en croire, il aurait renoncé au projet parce qu’il n’avait pas reçu le soutien du khédive. Mais ce point est contredit par les Mémoires, telles que nous les rapportons ici. En 1906, une lettre de Kamil à Muhammad Farid relança le projet, et un comité fut créé pour ouvrir une souscription au niveau national. La première réunion eut lieu dans la résidence de Saad Zaghlul le 12 octobre 1906, et l’université fut créée à Giza, près du Caire, en 1908. À sa fondation, elle reçut le nom de Fuad 1er, le prince (et futur roi) qui dirigeait alors le comité. Après la révolution de 1952, elle prit le nom d’université du Caire qui est toujours le sien. Elle est aujourd’hui encore la plus importante université de langue arabe.

19 Fondée par les Fatimides en 970, l’université d’al-Azhar est l’une des plus anciennes universités du monde. Elle se spécialisa dans la jurisprudence et la loi islamique jusqu’à la période nassérienne, époque à laquelle des facultés des lettres et des sciences lui furent ajoutées. Elle reste la plus importante pour les études arabes et islamiques et elle accueille des étudiants venus de tout le monde musulman.

Auteur

Secrétaire privé de Son Altesse le Khédive Abbas Hilmi II durant son exil en Europe. Il fut chargé par le khédive de conserver ses Mémoires et de les préparer en vue de leur publication. Boubli était un Juif converti à l’Islam.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540