Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’un souverain, par Abbas Hilmi II, Khédive d’Égypte (1892-1914)

 | 
Abbas Hilmi II

Préface

I-VI

André Raymond

Texte intégral

1Les Mémoires d’un souverain du khédive Abbas Hilmi (1892-1914) qui sont présentés ici dans leur version originale, en langue française, posent bien des problèmes qu’on ne peut pas ne pas évoquer brièvement. Il s’agit d’un texte dactylographié dont on ne connaît pas d’original manuscrit. L’Avertissement (qui est peut-être dû à Khalifa Boubli, secrétaire privé de l’ex-khédive, et signataire de Y Avant-propos) indique que le « texte original » a été réparti en chapitres, suivant les indications que le souverain a lui-même données « dans la marge de son manuscrit », et que des notes de sa main ont été insérées à leur place respective. Mais de cette version première du texte nous ne savons rien. La dactylogramme dont nous disposons a fait l’objet de corrections assez nombreuses effectuées par plusieurs relecteurs, mais apparemment non par le khédive, si l’on compare les écritures aux autographes du souverain. Khalifa Boubli ne donne aucune indication sur la manière dont le texte primitif a été rédigé : on peut supposer qu’il a été dicté.

2Un fait tout aussi intrigant est que ces Mémoires, rédigés entre 1936 et 1940, d’après la mention de la page de titre (encore faut-il noter que « 1940 » paraît avoir été ajouté après coup...) n’auraient pas été publiés « faute de temps », assure K. Boubli dans son Avant-propos, daté de Paris, le 19 octobre 1950. Or le khédive est mort à Genève en 1944, donc quatre ans après l’achèvement supposé de la rédaction, ce qui aurait largement permis à l’ex-souverain de publier un ouvrage dont l’importance lui paraissait grande puisqu’il avait été amené, pour le rédiger, à sortir d’un silence qui avait duré vingt-deux ans, depuis son exil d’Égypte par les Britanniques, en 1914.

3Ces faits troublants ne peuvent cependant pas faire douter de l’authenticité d’un texte qui, à en juger par son contenu, par la manière dont il présente l’histoire du règne, n’a pu émaner que de la bouche, sinon de la plume, du souverain. J’aurai l’occasion de revenir sur ce point et Albert Hourani qui attira mon attention sur ce texte et en suggéra la publication, il y a quelques années, n’avait aucune hésitation à ce sujet. Les nombreuses informations (et les documents) donnés dans ces Mémoires sur l’histoire de l’Égypte et sur la politique du souverain portent naturellement la marque de Abbas Hilmi : j’aurai l’occasion de revenir sur l’intérêt de la riche documentation qu’ils mettent à notre disposition, complétant et précisant ce que nous savons du règne, ou l’éclairant sous un jour nouveau.

4Le ton même des Mémoires exprime une conception personnelle qu’on ne peut pas imaginer fabriquée, leur caractère spontané pouvant aller jusqu’à une note d’humour, par exemple lorsque l’ex-khédive décrit les officiers anglais avec « leur cercle, leur club, leur terrain de sport, leur polo, leur tennis », « s’éloignant instinctivement de tout ce qui n’était pas anglais, et ne sortant de leur tour d’ivoire que pour se produire en pantalon collant et en boléro militaire dans les soirées ou dans les bals offerts par les grands palaces, où leur taille et leur élégance guerrière un peu surannée les faisaient distinguer par les Américaines désœuvrées. » (p. 144) Ou encore les soldats qui « habitaient des casernes confortables d’où ils ne sortaient que pour se confiner dans de petits bars spéciaux où ils dansaient entre deux whisky, au son d’un piano mécanique atrocement faux. » (p. 144) Tout aussi caractéristique est la vision de l’histoire de l’Égypte que le souverain, honnêtement ou ingénument, n’essaie pas de corriger a posteriori en colorant ses souvenirs par les leçons qu’il aurait pu tirer de l’histoire de l’Egypte après 1914. Il ne dissimule pas ses préventions passées à l’encontre de Saad pacha Zaghlul auquel il préfère Mustafa Kamil, tout en reconnaissant le rôle historique joué par l’homme d’État du Wafd : « Dès avant la guerre il avait décelé les objectifs véritables de l’Angleterre et une évolution radicale fit de ce fellah, fils de fellah, le héros de l’indépendance nationale. » (p. 124) Bien des détails de ces Mémoires témoignent également de leur authenticité ; tel le récit de la constitution à Londres, vers 1908, d’une sorte de « groupe de pression » égyptien dont la cheville ouvrière fut Benjamin Mosely, un juge anglais, et qui groupa des personnalités parlementaires anglaises qui s’intéressaient à la question égyptienne, et en particulier le député libéral J. M. Robertson (p 257-258). Ce groupe qui joua un rôle actif au moment de la mission d’Isma’îl Abaza à Londres en 1908 continua apparemment à fonctionner après 1914, ainsi que semble le montrer l’épisode du livre de Beaman.

5On ne peut pas manquer de s’interroger par ailleurs sur les motifs qui ont amené l’ex-khédive à rompre son silence après avoir tardé si longtemps à écrire ses mémoires, négligeant ainsi de donner sa version de son règne alors que le Modem Egypt de Cromer, dont les Mémoires sont, en quelque sorte l’antidote, avait été publié dès 1908, alors surtout que le khédive avait été écarté du pouvoir en 1914 dans des circonstances dramatiques, qui auraient sans aucun doute justifié la présentation par l’ex-khédive de son point de vue. La réserve du khédive et sa répugnance à évoquer publiquement cette histoire et cet événement sont attestées par ses contemporains. L’ex- » civil servant » Arden Hulme Beaman, qui avait vécu dix ans en Égypte (à partir de 1879), qui avait gardé des liens avec le pays (où il avait des amitiés), et qui publia un livre qui traite de l’histoire de l’Égypte de 1882 à 1929 (The Dethronement of the Khedive, Londres, 1929), remarque dans son avant- propos, à propos de son information : « Naturellement la meilleure de toutes les sources serait Abbas Hilmi lui-même, mais il n’est pas facile de l’amener à parler ou à donner des informations sur lui-même. Depuis plusieurs années, quand j’ai eu le plaisir de [le] rencontrer, je l’ai pressé d’écrire ses Mémoires, mais il ne paraît avoir ni le temps, ni le désir [de le faire] » Dans une certaine mesure le travail de Beaman pourrait d’ailleurs bien être considéré comme une première version « autorisée », ainsi que l’indique le ton de cet ouvrage, et sa vision des événements, tout à fait favorables aux thèses du khédive. Ce point de vue me paraît être renforcé par le fait que le livre de Beaman fut publié, après la mort de son auteur (23 juillet 1929), par les soins de J. M. Robertson qui fut plus que le simple exécutant des volontés de l’auteur puisqu’il reconnaît avoir fait quelques modifications concernant « Egyptian palace policy », l’exactitude de Beaman sur ce point ayant été contestée « par une autorité égyptienne qualifiée » (qu’on aimerait bien pouvoir identifier !). Or J. M. Robertson avait fait partie du « lobby » égyptien à Londres qu’évoque Abbas Hilmi, et auquel appartenait également Benjamin Mosely qui, dit-il, « avait été dans les années précédant la guerre mon informateur le plus sûr sur les questions égyptiennes ». Cela fait beaucoup de raisons (avec le petit mystère supplémentaire du caractère posthume de l’ouvrage de Beaman), pour considérer que ce livre, publié en 1929, constitua une première « version khédiviale ».

6On peut cependant supposer que, si satisfaisant que fût ce livre, comme exposé du règne du khédive et surtout des circonstances de son exil et si proche qu’il fût de son point de vue, Abbas Hilmi ait finalement ressenti le besoin de donner lui- même sa version personnelle. Il attendit encore sept ans avant de le faire. Page 30 de ses Mémoires, l’ex-souverain évoque une notice un peu malveillante présentée dans le Grand Mémento Encyclopédique Larousse, publié en 1936 (I, 346-347) ce qui laisse imaginer que ce texte aurait pu constituer un déclic le décidant à se mettre à l’ouvrage. Mais il est plus plausible encore, que le traité conclu cette année là (le 26 août) entre l’Egypte et la Grande-Bretagne, qui paraissait clore le chapitre ouvert en 1882, ait fourni à l’ex-souverain une raison pour entreprendre de présenter à la postérité, et avant tout au peuple égyptien, l’image qu’il souhaitait donner de son règne et des conditions dans lesquelles la Grande-Bretagne avait procédé à son éviction. Il est frappant que l’épilogue (pages 293-295) constitue une sorte de commentaire du « projet d’arrangement » entre l’Angleterre et l’Égypte et propose le cadre d’un accord définitif. Comme Abbas Hilmi évoque l’admission de l’Égypte à la SDN comme un événement à venir, on peut se demander si l’ensemble du texte des Mémoires ne fut pas mis au point dès cette année 1936 (ce qui expliquerait la correction de la page de titre que nous signalions un peu plus tôt) et ensuite corrigé jusqu’à l’achèvement en 1940. Ces Mémoires seraient donc bien une « prise de position » du souverain exilé au moment du dénouement (qui ne fut en réalité pas définitif) dans les relations entre la Grande-Bretagne et l’Égypte. Mais ce texte resta ensuite dans les cartons du souverain qui renonça à en effectuer la publication, peut-être en raison du déclenchement de la guerre, en 1939, qui constituait, en effet une circonstance peu favorable. Il fut retrouvé par ses descendants qui estimèrent, à juste titre, que ce document méritait mieux que le sort auquel il avait été réduit durant plus d’un demi-siècle.

7Les problèmes historiques que pose ce texte et la manière dont il nous est parvenu mis à part, il s’agit en effet d’un document d’un très grand intérêt, d’abord pour naturellement prendre la mesure de la stature historique réelle de Abbas Hilmi qui ne fut ni un « blanc bec » ni un « rebelle rusé », ainsi qu’on l’a trop souvent écrit (Grand Mémento encyclopédique Larousse, 1936, t. 1, p. 346-347) mais également pour apprécier d’une manière plus équilibrée (au moyen d’un témoignage « interne ») l’histoire de la période 1892-1914, la politique anglaise en Égypte durant l’ère Cromer, et les réactions égyptiennes à cette politique.

8Les Mémoires du khédive ne sont pas un « journal », des souvenirs écrits au jour le jour. L’éloignement, dans le temps, de leur rédaction par rapport aux événements (plus de 20 ans après l’exil) l’interdisait évidemment. Il s’agit donc plutôt d’une tentative de bilan organisé qui reprend, sujet par sujet, les grands problèmes qu’affronta l’Égypte de 1892 à 1914, c’est-à-dire, pour l’essentiel, ses relations avec la puissance occupante. On n’est pas surpris que le jugement du khédive sur les acteurs britanniques soit sévère. La « politique autocratique », la brutalité de Cromer « l’inflexible Lord » (p. 132) sont stigmatisées inlassablement depuis l’arrivée même du souverain à Alexandrie marquée par un incident significatif : au moment où le jeune souverain arrive à son palais, le bruit des fanfares le tire de ses réflexions sur la chaleur de l’accueil qui lui est fait par ses sujets : « Les troupes égyptiennes jouaient l’hymne national, tandis que les musiques militaires anglaises exécutaient l’hymne turc. C’est ainsi que, dès son arrivée, Lord Cromer avait voulu me faire la grâce d’illustrer sa politique par ses accords musicaux. » (p. 59) Cette cacophonie politique ne va plus cesser. Elle connaîtra son paroxysme au moment de l’incident de Dinshaway (juin 1906) et de la répression qui le suit, qui jette une lumière crue sur la brutalité du régime colonial. Après une accalmie durant le proconsulat de Gorst, dont le khédive apprécie les bonnes manières et l’esprit coopératif, les relations se gâteront définitivement avec Kitchener dont l’hostilité trouvera enfin à s’exprimer dans l’exil et le détrônement auquel il contraindra le souverain en 1914, dans des conditions juridiques et humaines scandaleuses que le gouvernement britannique ne fera rien pour réparer après la guerre. Au total c’est une condamnation sans appel que le khédive porte sur la domination britannique, qu’il décrit comme injustifiée dans ses principes, et insupportable dans son application.

9Face au régime imposé par la Grande-Bretagne, et maintenu au-delà de toute légalité, l’ex-souverain apparaît surtout soucieux de se présenter, dans ses Mémoires, comme le représentant le plus éminent, et le plus actif, du nationalisme égyptien : « (...) j’étais en Égypte la première force opposée à l’Angleterre, plus tenace même que le Parti nationaliste. » (p. 132) « Évidemment, je n’ai pas créé le nationalisme égyptien, » (p. 119), mais, ajoute-t-il, « ce fut surtout sous mon règne que l’esprit national se précisa et s’affermit » (p. 120). C’est dans cette perspective qu’il juge l’action des forces qui incarnent en Egypte l’esprit national : Orabi ne trouve pas grâce à ses yeux parce qu’il le considère comme responsable de l’occupation de 1882. Il manifeste une sympathie particulière pour l’action d’un Mustafa Kamil « animateur du nationalisme égyptien » (p. 126) sans doute parce que, commente-t- il, « il disait à ma place ce qu’il fallait dire et ce qu’on ne pouvait pas dire en mon nom » (p. 128). Il est plus réservé à l’égard d’autres leaders, tels Lutfi al-Sayyid et Saad Zaghlul dont, cependant, il saura reconnaître la grande vision dans les événements qui suivront 1918. Dans ce combat, mené dans des conditions difficiles, (voir la manière touchante dont il retrace ses débuts en Egypte, en 1892 : « Je me trouvai complètement seul, à dix-sept ans... J’arrivai donc au pouvoir, dépourvu de tout guide pour m’initier aux difficultés, aux subterfuges de la politique... ») (p. 50), face à la toute puissante Grande-Bretagne et à son impérieux représentant, Abbas Hilmi était vaincu d’avance. Le seul atout dont il disposait, la politique française, lui fit défaut après Fachoda et l’accord de 1904 : « Baratier ! Marchand ! Ce devait être pour moi la dernière manifestation tangible d’une union étroite pour une politique libératrice. En les voyant s’éloigner, je sentais qu’une dernière chance internationale échappait à l’Égypte. L’Angleterre, triomphante, avait gagné la partie. » (p. 93)

10Du moins le souverain pouvait-il tenter de résister, de lutter pour sauvegarder l’essentiel et mettre l’Égypte en posture de faire front au défi impérialiste. C’est ce à quoi, s’efforce-t-il de prouver, il ne renonça à aucun moment. Les Mémoires s’attachent à montrer que, quelles que fussent les difficultés rencontrées, le souverain n’abandonna jamais à l’entreprise de modernisation qui devait conserver à l’Égypte toutes ses chances pour l’avenir. Il se met donc en scène en participant actif aux grandes décisions du temps. Travaux d’irrigation : « Il faut pourtant reconnaître que, si tant de terres incultes furent arrosées, tant de réservoirs construits et si ce monument merveilleux et puissant qu’est le barrage d’Assouan fut achevé, ce fut bien sur mon initiative personnelle et avec mon autorisation. » (p. 212) Abolition de la corvée dont Cromer s’attribue « à lui seul le mérite » alors que cela avait été le « souci constant et paternel » des khédives précédents et que cette réforme trouva finalement son aboutissement « sous mon règne et sur mon intervention personnelle » (p. 218). Création d’une Université égyptienne moderne, rendue nécessaire par l’impossibilité « d’aérer comme je l’eusse voulu cette vieille maison (al-Azhar) où d’honorables ulémas apprennent au monde musulman à prier suivant des modulations harmonieuses, et perpétuent à travers l’Islam les traditions de la linguistique et de la grammaire. » (p. 165) : « (...) contre l’opposition britannique, j’eus besoin de toute mon audace patriotique pour faire naître le noyau initial de ce grand corps qu’elle devait devenir par la suite. » (p. 175) ; la création de l’Université fut « encore là un geste triomphant d’autorité et de volonté bienfaisante de ma part envers mon cher peuple » (p. 178). Statut des femmes même : « (...) nous n’oubliâmes pas non plus qu’il était nécessaire de nous intéresser à l’élément féminin de notre pays, demeuré depuis des siècles à l’écart de la vie nationale. » (p. 180)

11Même si l’on n’est pas toujours convaincu par cette tentative pour construire le mémorial que le khédive souhaite consacrer à son règne, même si, dans cet exposé pro domo, d’inévitables zones d’ombre subsistent et si des silences frappent, on ne peut nier que ces Mémoires apportent un éclairage nouveau sur cette période de l’histoire égyptienne, dont les historiens auront à tenir compte. Ils justifient un réexamen du règne d’un souverain qui fut brisé par la politique impériale de la Grande-Bretagne dont il fut le « souffre-douleur révolté », écrit-il (p. 274). Notons que c’est l’expression même qu’utilise J. Berque : « Jamais [Cromer] ne pardonna au jeune homme qui l’avait bravé et dont il fit un souffre-douleur » (L’Egypte, impérialisme et révolution, p. 253). Il ne fut pas seulement le personnage résigné et neutre qu’on a parfois décrit. Le fait d’ailleurs que les Britanniques aient saisi, en 1914, l’occasion de se débarrasser de lui dans des circonstances peu honorables pour eux, donne un certain crédit à l’affirmation de Abbas Hilmi selon laquelle il avait lutté « pied à pied et sans répit pour maintenir la personnalité internationale de l’Égypte » (p. 281) et quelque substance à sa conclusion : « J’ai supporté des menaces et des ordres blessants, mais je me sens fier de ce que l’Angleterre n’ait osé proclamer son protectorat sur l’Égypte qu’après m’avoir écarté du pouvoir. » (p. 290)

Auteur

Professeur émérite à l’Université de Provence

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr