Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Images savantes, précieuses, populaires

La citadelle du Caire, un corpus iconographique très particulier

Jean-Luc Arnaud

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

1Les vues de la citadelle du Caire présentent des spécificités qu'une utilisation pour l'histoire de l'espace urbain ne peut négliger. Il est d'abord nécessaire de replacer ces documents dans le corpus, plus large, des images de la ville pour en montrer les particularités. Dans un second temps, au-delà de la topographie des éléments représentés, leur valeur symbolique et leur dimension historique, comparées aux descriptions littéraires, semblent déterminantes du grand nombre des documents qui traitent de la citadelle. Enfin, la question des effets induits par l'iconographie sur les restaurations, reconstructions et autres aménagements conclura cette présentation.

  • 1 GARCIN J.-Cl., "Une carte du Caire vers la fin du sultanat de Qaytbay", Annales islamologiques, 17, (...)
  • 2 MICARA L., "Il Cairo nella ‘Chorographia' di Pellegrino Brocardi (1556) ", Storia della città, 46, (...)
  • 3 Le premier plan du Caire, donné par Pococke en 1843, ne représente que les contours de la ville, ce (...)
  • 4 Niebuhr explique sa méthode de relevé, "au pas et à la boussole". et indique le niveau de validité (...)
  • 5 Niebuhr donne trois documents iconographiques du Caire : deux plans et une veduta. Ibidem.
  • 6 Ibidem, p. 19. MELLING, BARBIE du BOCAGE, Voyage pittoresque de Constantinople et des rives du Bosp (...)
  • 7 PARDOE M., Les beautés du Bosphore orné d'une suite de vues du Bosphore et de ses environs, Londres (...)
  • 8 ROBERTS D., The holy land, Syria, Egypt and Nubia, Londres, 1ère éd., 1839.
  • 9 GOBY J.E., "Les quarante éditions, traductions et adaptations du ‘Voyage dans la Basse et la Haute (...)

2L'iconographie de la ville du Caire est particulièrement abondante. Depuis le XVIème siècle, la plupart des voyageurs illustrent leurs relations de représentations de cette ville. A cette époque, il n'existait pas de plans mais des vues à "vol d'oiseau" qui embrassaient de vastes panoramas. Deux documents de ce type, celui de Matheo Pagano réalisé au début du XVIème siècle1 et celui de Pellegrino Brocardi daté de 15562 sont à la base de ces représentations. Leurs copies et interprétations constituent la plus grande partie de l'iconographie du Caire jusqu'à une période récente. A partir du milieu du XVIIIème siècle, les voyageurs sont de plus en plus nombreux et leurs buts se diversifient. En 1761, Carsten Niebuhr publie dans son Voyage en Arabie le premier plan détaillé du Caire3. Ce document malgré le faible niveau de validité qu'il présente (l'auteur s'en explique)4 marque une rupture dans la production iconographique des villes de l'Orient méditerranéen5. A la fin du XVIIIème siècle, les grandes vues à "vol d'oiseau" sont abandonnées pour être progressivement remplacées par des plans complétés par des vedute (croquis relevé depuis un point réel qui montre un espace restreint). C'est notamment la sécurité relative des voyageurs à partir du début du XIXème siècle qui permet la réalisation de tels documents6. Corrélativement, en Europe, l'éclectisme montant dans l'architecture et la décoration dont le style "Retour d'Égypte" est un maillon important en France induit une forte demande de vues des villes orientales. Les gravures d'Istanbul dressées par Bartlett en 18397, celles de David Roberts pour l'Égypte publiées la même année8 et leurs multiples rééditions dans des formats divers ou le succès de l'ouvrage de Vivant Denon9 constituent autant d'exemples de cet engouement de l'Europe pour l'iconographie orientaliste.

3Cette importante documentation iconographique présente un intérêt évident pour l'histoire de l'urbanisation. Une première tentative d'utilisation comme source pour l'histoire de la ville conduit à plusieurs remarques.

  • 10 GARUDIS D., Mytilène et son évolution urbaine, Mém. de fin d'études d'architecture, Nanterre, 1985, (...)

4Les copies sont particulièrement nombreuses. Les plus récurrentes sont celles des vues à "vol d'oiseau" des XVIème, XVIIème siècles et du début du XVIIIème siècle. Pour cette période, on compte peu de sources originales et les copies portent souvent sur les mêmes documents. Des comparaisons systématiques des dispositions principales du point et de l'angle de vue de chacun en permettent facilement l'identification. Les vedute du XIXème siècle posent d'autres problèmes. Le corpus est beaucoup plus large et plus varié et, durant cette période, les copistes ne se sont pas privés de réinterprétations : depuis la transformation des premiers plans ou des fonds jusqu'au retournement pur et simple des documents. Ces opérations, facilitées par la technique de la gravure alors en usage, ont permis la démultiplication des relevés originaux. On trouve ainsi deux dessins de la ville de Mytilène légendés "Port Nord" et "Port Sud" et qui représentent le même espace gravé à l'endroit et à l'envers. La supercherie est complétée par la différence du graphisme et la symétrie relative des deux ports10.

  • 11 Description de l'Égypte - État moderne, Paris, 1809.
  • 12 ARNAUD J.-L., Sources iconographiques d'histoire de l'espace urbain, Mém. de CEAA-DESS, Paris, 1988 (...)

5Ces vedute, petits croquis qui semblent être pris "sur le vif, réservent des surprises lors d'une investigation plus poussée. On pourrait imaginer, selon les règles de la perspective conique établies au XVème siècle, des représentations relevées depuis un point de vue unique. Les tentatives de restitution montrent, au contraire, que les documents publiés résultent du montage de plusieurs dessins et que l'auteur s'est déplacé entre chacun. Les règles de la perspective ne sont pas respectées, ainsi toute restitution de ces documents est impossible. Les représentations des pyramides de Giza données par la Description de l'Égypte aux planches 22 et 17-311 indiquent l'importante liberté des dessinateurs vis-à-vis de l'objet de leur travail et, corrélativement, les difficultés d'utilisation de ce type de document pour l'histoire de l'espace. Ces deux vues relevées depuis l'île de Roda montrent des pyramides implantées au niveau des terres agricoles (alors que le plateau de Giza est situé à plus de 40 mètres au-dessus de ces terres) ; elles présentent aussi une importante différence d'échelle ; enfin, les positions relatives des pyramides ne sont pas identiques selon les deux documents. Des déformations du même ordre ont été constatées à propos de vedute de Constantinople du milieu du XIXème siècle12.

  • 13 TEYNARD F., Égypte et Nubie, sites et monuments les plus intéressants pour l'étude de l'art et de l (...)

6La diffusion de la photographie à partir de 1850 et notamment, pour l'Égypte, à la suite de la publication de l'atlas de Teynard en 185813 évacue doublement le problème de la validation des documents. D'abord, par remplacement progressif des vedute par des clichés, ensuite parce que les dessinateurs travaillent d'après des originaux photographiques et de plus en plus rarement sur le terrain. Bien que bon nombre de ces documents soient retouchés, les dispositions générales y sont le plus souvent respectées.

7L'historien des espaces urbains se heurte à une seconde difficulté : elle concerne la localisation et la datation des documents disponibles. Les nombreuses copies ou interprétations qui ont décuplé l'iconographie du XIXème siècle ne facilitent pas la datation. De plus, il est souvent impossible d'identifier l'auteur et donc la période de réalisation des originaux. Seules les représentations issues de recueils dont l'auteur, dessinateur ou photographe, est bien repéré, sont facilement datables. La localisation des vues est d'autant plus complexe que l'espace représenté est apparemment banal, le laconisme des légendes "Rue du quartier arabe" ou "Ville indigène" permet rarement une identification précise.

8Enfin, l'utilisation de ces documents pour l'histoire des espaces urbains nécessite des comparaisons diachroniques qui supposent des points comparables de prise de vue. Il pourrait sembler difficile de trouver dans une ville aussi diverse et variée que Le Caire, sur une période de plusieurs décennies, des documents dressés depuis un même lieu. L'existence d'emplacements élevés ou un recul important ne représentent pas des conditions suffisantes à la réalisation de cette opportunité qui est soumise à des dispositions particulières de l'espace. La composition des images exige une structuration en plans successifs et notamment un premier plan non banal. Cette nécessité explique pourquoi les documents relevés depuis les minarets du Caire (malgré le nombre de ceux-ci) sont assez rares. Ils ne présentent généralement qu'une série assez uniforme de terrasses d'où émergent de temps à autre des minarets qui ne constituent pas une masse suffisante pour équilibrer la composition.

  • 14 Les vues de la citadelle représentent exactement 10 % du fonds iconographique de vues du Caire cons (...)

9Au Caire, la citadelle semble avoir été le cadre privilégié de documents iconographiques réalisés successivement depuis un nombre assez restreint de points de vue14. Entourée d'un côté par les hauteurs du Muqattam, au sud par le cimetière Imam Chafa'i et à l'ouest par une longue place, la citadelle est le seul point haut de la ville. La proximité de la monumentale mosquée Sultan Hassan située au nord de la place et le vis-à-vis qu'elle entretient avec les fortifications de la citadelle ont aussi contribué au redoublement de l'intérêt iconographique porté à ce quartier. Avant d'établir une typologie de ces documents, il faut en distinguer deux classes : ceux qui sont relevés depuis la citadelle et ceux qui la représentent. Ce retournement de l'observateur correspond à une double situation ; d'une part, grâce à sa hauteur et au dégagement de sa place, la citadelle permet de prendre des vues sur un très large panorama ; d'autre part, elle se donne à voir depuis de nombreux quartiers (sa terrasse culmine à plus de 60 mètres au-dessus de la ville). Malgré les récents développements de l'urbanisation, la mosquée Muhammad ‘Ali qui surmonte cette terrasse reste un important point de repère.

10L'occurrence des vues de la citadelle du Caire ne dépend pas seulement de la topographie des lieux, il semble que la valeur symbolique des éléments qui y sont assemblés et leur mise en perspective historique contribuent fortement à l'engouement des dessinateurs puis des photographes.

  • 15 En 1806, CHATEAUBRIANT F. R. de. Itinéraire de Paris à Jérusalem. Paris, 1863, Vol. II, p. 134. En (...)

11La citadelle n'est pas seulement un point élevé au sens topographique du terme ; construite par Saladin au XIIème siècle, elle fut le siège principal du pouvoir jusqu'au milieu du XIXème siècle pour devenir un centre d'ateliers, d'écoles et de ministères tout en restant totalement contrôlée par l'État. Le nombre important de palais, de mosquées et d'autres constructions qui s'y trouvent atteste cette longue succession. Depuis quelques années seulement, la citadelle n'est plus placée sous le contrôle du Ministère de la Défense et, actuellement, le musée de l'Armée en occupe une partie non négligeable. Lieu du pouvoir et de l'expression de sa puissance, la citadelle renvoie directement à un autre lieu d'expression du pouvoir, beaucoup plus ancien mais constituant principal de l'image de l'Égypte dans l'imaginaire collectif : les pyramides de Giza dont le contour émerge du panorama de la terrasse de la citadelle. Les silhouettes fugitives qui marquent aujourd'hui l'horizon des visiteurs n'en sont pas moins symboliques ; les relations de voyage des siècles précédents ne manquent jamais la mention des pyramides depuis la citadelle. De la même manière, les guides destinés aux visiteurs, depuis celui de Joanne et Isambert (1861) jusqu'aux plus récents, poursuivent cette tradition en donnant systématiquement une description du panorama vu depuis la citadelle15. Ainsi, depuis la cour de la mosquée Muhammad ‘Ali jusqu'au plateau de Giza, ce sont 4 000 ans d'histoire de l'Égypte qui s'étalent aux pieds des voyageurs. Quatre millénaires jalonnés par la masse imposante de la mosquée Sultan Hassan construite au XIVème siècle, par l'enceinte de la mosquée Ibn Tulun (élevée au IXème siècle) et aussi par la multitude des minarets et des coupoles qui émergent des terrasses d'une ville dont les limites disparaissent à l'horizon. Quatre millénaires complétés par la mosquée de Rifa'i (achevée en 1911), les aménagements récents de la place située au pied de la citadelle, la voie rapide Salah-Salim ouverte à travers les cimetières vers 1960 et enfin, les silhouettes des tours en construction de la corniche de Maadi. L'histoire complète de l'Égypte est résumée dans ce seul panorama. Faut-il s'étonner que la citadelle constitue l'étape cairote principale des voyageurs pressés de la fin du XXème siècle ?

12Cette image de la ville, complète et partielle à la fois, est à rapprocher des vues à "vol d'oiseau" qui ont illustré les relations de voyage jusqu'à la fin du XVIIIème siècle.

  • 16 MICARA L., op. cit., p. 9.

13Ces documents montraient, émergeant d'un tissu urbain représenté uniformément, les principaux bâtiments remarquables de la ville dont la liste correspond à peu de chose près à ceux qui sont identifiables aujourd'hui depuis la citadelle. Les vues à "vol d'oiseau", reconstitutions graphiques d'une image de la ville depuis un point fictif, autorisent des changements d'échelle et de perspectives qui permettent de mettre en exergue les points importants (les pyramides de Giza qui sont absentes de la vue définitive de P. Brocardi sont mentionnées sur son croquis de manière très disproportionnée)16. La veduta, même si elle autorise certains "écarts" vis-à-vis de la perspective classique, se présente par définition comme une image réalisée depuis un point réel, elle ne peut donc pas montrer la totalité du panorama qui s'offre depuis la citadelle. De même la photographie, soumise aux conditions atmosphériques et à l'ouverture des objectifs, ne permet la réalisation que de vues partielles.

  • 17 Dans la vue générale du Caire prise depuis la citadelle que Lane donne dès les premières pages de s (...)

14Ainsi le panorama transhistorique qui s'offre au visiteur n'est pratiquement pas reproductible intégralement. Ce ne sont que des éléments ponctuels qui sont donnés par l'iconographie contemporaine. La proximité de la mosquée Sultan Hassan et sa monumentalité n'ont pas échappé aux observateurs et c'est de ce côté-là que les dessinateurs et les photographes des XIXème et XXème siècles se sont le plus souvent tournés17. La terrasse de la citadelle offre vers la qibla de cette mosquée une image qui semble avoir comblé les voyageurs. Nous disposons d'une série ininterrompue de documents qui reproduisent la mosquée Sultan Hassan depuis le début du XIXème siècle jusqu'à aujourd'hui. Les cartes postales ont remplacé les gravures mais le point de vue est resté le même.

  • 18 FROMENTIN E., Voyage en Égypte (1869), Paris, 1935, p. 158.

15Cette série est d'autant plus intéressante que le quartier a subi de nombreuses transformations. Le remaniement des places situées au pied de la citadelle a été engagé dans la première phase des grands travaux de transformation du Caire entrepris sous Ismaïl en 1867. Dès la fin de l'année 1869, les deux places Rumaliyya et Qaramaydan sont réunies, les boutiques qui occupaient le pied de la mosquée Sultan Hassan sont détruites et l'entrée basse de la citadelle, Bab al-'Azab, est en cours de restauration18.

  • 19 HERTZ Bey M., La mosquée El-Rifaï au Caire, S. l., 1911, p. 13 et sv.

16La construction de la mosquée Al-Rifa'i, engagée en 1869, mais achevée après plusieurs péripéties en 1911 seulement, vient à nouveau transformer le site au début du siècle19. Enfin, vers 1915, la démolition de la maison située à côté de la mosquée Mahmudiyya au débouché de la rue Muhammad ‘Ali a complété les grandes opérations de transformation de la place. Ces modifications successives sont bien montrées par l'iconographie, mais elles sont aussi mentionnées, de manière souvent plus complète, dans les plans ou les sources écrites. A une autre échelle, les aménagements des espaces publics sont rarement détaillés par ces sources alors que l'iconographie en donne des images très précises. Ainsi les gravures puis les photographies permettent de suivre précisément les états successifs du rond-point nord de la place de la citadelle dont le terrain en pente a contribué, par essais et erreurs, à la multiplication des versions.

17Indépendamment de "l'imitation" des vues à "vol d'oiseau", la citadelle est non seulement un point d'observation, elle est aussi l'objet d'une iconographie nombreuse grâce notamment au dégagement de ses abords et au vis-à-vis qu'elle entretient avec les deux grandes mosquées du nord de la place. La variété des angles sous lesquels elle apparaît depuis ses environs a largement contribué au développement de son iconographie.

18Les divers documents représentant la citadelle ont un point commun qui mérite d'être remarqué. Que les vues en soient prises depuis les hauteurs du Muqattam, depuis le cimetière de Sayyida Nafissa ou depuis la mosquée Ibn Tulun, leur composition est toujours organisée autour de la mosquée Muhammad ‘Ali dont la silhouette, qui occupe la partie centrale des images, se découpe sur le ciel ou sur la masse confuse du tissu urbain banal.

19La présence de cette mosquée dans les représentations de la citadelle est devenue quasiment obligatoire. Sa construction (en 1843) a entraîné le déplacement du point habituel de vue de la porte Bab al-'Azab. Avant cette date, celui le plus couramment utilisé était l'angle ouest de la place Rumaliyya, la porte et la mosquée Mah-mudiyya constituaient alors les éléments principaux des images. Depuis le milieu du XIXème siècle, les auteurs des représentations de la même porte se sont déplacés au pied de la mosquée Sultan Hassan de manière à montrer derrière le premier plan constitué par la porte, la mosquée Muhammad ‘Ali récemment construite.

20De la terrasse (de la citadelle) se déroule un panorama magnifique. Le Caire sous vos pieds avec ses 400 mosquées, ses jardins qui découpent le ton monotone et sombre des maisons, les vastes plantations et les belles avenues qui couvrent l'espace compris entre la ville et le Nil, Boulac, le Vieux Caire, Rhoda, les plis jaunâtres du grand fleuve ; plus loin, en face, Gizeh et ses pyramides, ces colosses que ni le fleuve, ni les hommes, ni le temps n'ont pu détruire et qui vous invitent à venir admirer le lever du soleil du haut de leur aiguille ; plus loin encore vers le Sud, les quinze pyramides de Sakarah, les monts Lybiens et les plaines immenses du désert. Là votre imagination se complait à exhumer des fastes du vieux monde les souvenirs si attachants d'une histoire qui, d'abord légendaire, se dégage peu à peu des langes du vieil âge, devient certaine, brillante et montre à l'admiration les peuples et les rois qui ont laissé tant d'impérissables monuments. Voyez-vous les Pharaons remplissant la vallée du Nil d'immenses cités, peuplées d'œuvres d'art qui étonnent encore même par leurs débris ; les Perses bâtissant, vers l'emplacement du vieux Caire, une nouvelle Babylone qui a péri comme la première ; Joseph creusant les canaux et fécondant l'Égypte ; les juifs captifs construisant les pyramides de Daschour ; la fille de Pharaon se baignant dans le Nil en face de Rhoda et recueillant de ses mains le jeune Moïse voguant à la dérive dans son frêle berceau ; la sainte famille fuyant la Judée et venant chercher un refuge à quelques pas de vous, au bas de la pente abrupte qui descend au vieux Caire ; divers peuples envahissant le pays, les uns édifiant, les autres détruisant ; le christianisme régnant à son tour et peuplant la Thébaïde de solitaires ; puis le Croissant remplaçant la Croix et dominant jusqu'au moment où le grand Méhémet-Ali, comprenant son pays et son temps, a recommencé une ère de prospérité et de gloire qui continue de briller aujourd'hui sur l'Égypte.

21Extrait de LEVERNAY F., Guide générai de l'Égypte, Alexandrie, 1868, p. 148-149.

22Les représentations de la citadelle les plus récurrentes sont celles prises depuis la terrasse de la mosquée Sultan Hassan ou celle de Rifa'i. Ce point permet de saisir, couronné par l'incontournable mosquée Muhammad 'Ali, un vaste panorama sur les terrasses successives de la forteresse. Le premier plan, occupé à gauche par la mosquée Mahmudiyya, s'ouvre à droite vers le jardin implanté au centre de la place. Symétrique de celle qui, depuis la citadelle, regarde les mosquées Sultan Hassan et Rifa'i, cette vue présente plusieurs avantages sur les autres. Centrée sur la mosquée Muhammad ‘Ali, elle montre aussi la coupole de la mosquée Muhammad al-Nasir Ibn Qalawun, deux minarets, des bâtiments d'architecture domestique, plusieurs terrasses, la porte Bab al-'Azab et les fortifications. Cette représentation condense l'ensemble de la citadelle. La place, le rond-point et le jardin indiquent l'insertion de l'ensemble monumental dans le tissu urbain récent tandis que la mosquée Mahmudiyya au premier plan et les minarets du cimetière de l'Imam Chafa'i au fond montrent l'étendue relative d'une ville riche en monuments.

23A l'instar de la vue symétrique qui réunit l'ensemble des attributs de l'Égypte, celle-là peut être considérée comme un concentré de l'histoire de la ville du Caire. Depuis les conquêtes de Saladin jusqu'aux travaux récents de voirie et de restauration en passant bien sûr, point culminant de la composition, par les réformes de Muhammad ‘Ali. Sa mosquée est d'autant plus remarquable qu'elle est la seule de ce type au Caire et qu'elle est présentée comme une copie de la célèbre mosquée Bleue d'Istanbul.

24L'attrait principal de la citadelle est l'immense panorama que l'on y découvre. Des deux côtés d'un petit pavillon vert, séparé du reste des bâtiments et qu'affectionnait, dit-on, Mohamed-Ali, on jouit d'une admirable vue. Devant soi, immédiatement à ses pieds, est la place Roumeïlèh, avec la mosquée du sultan Hassan ; derrière celle-ci, l'ancien harem d'Abbas-Pacha, un peu plus loin à gauche est la mosquée de Touloun, reconnaissable à son gros minaret ; plus au S., la grande place Karameïdan, bordée de casernes ; au-delà de ce premier plan, l'immense ville se déploie toute hérissée de minarets. Au milieu de la masse confuse de ses terrasses, les rues n'apparaissent que comme de sombres fissures. De grands palais blancs se montrent à côté des arbres touffus de l'Esbékyèh, qui semble toucher à Boulak. Entre les palmiers des plantations d'Ibrahim-Pacha, on aperçoit le palais de ce prince et Kassr el-Aïny. Au-delà, le Nil coule lentement dans son large lit, bordé d'une ligne de riche verdure, et va se perdre dans les plaines du Delta ; puis au dernier plan, tout au fond de l'horizon, la vue rencontre la masse encore imposante, même à cette distance de 4 lieues, des pyramides de Gizèh, d'Aboussir et de Sakkarah, qui se détachent sur le fond rougeâtre du désert. En reportant le regard du côté du Mokattam, sur un plan reproché, on verra le vieux Caire, le grand aqueduc, qui vient à la citadelle à travers l'immense champ de décombres de l'ancienne Fostat ; la nécropole de l'Imam Chafy, avec toutes ses coupoles et tous ses minarets ; les pentes du Mokattam, avec une autre nécropole ; enfin le fortin qui couvre le sommet du Gébel-Giouchi (autre nom du Mokattam), et qui commande la citadelle elle-même. C'est le matin qu'il faut venir admirer ce panorama ; le soir, les brumes couvrent la plaine des pyramides.

25Extrait de JOANNE A., ISAMBERT E., Itinéraire de l'Orient, Paris, 1861, p. 980. Cette description est mentionnée dans le cadre de la description de la citadelle, entre la présentation de la mosquée de Muhammad ‘Ali et celle du puits de Joseph.

  • 20 La planche 26 du recueil de Coste relevée vers 1820 montre devant la qibla de la mosquée Sultan Has (...)

26Images de lieux hautement symboliques et fortement qualifiés, les vues de la citadelle du Caire et celles qu'elle permet de réaliser induisent, par leur postérité, des effets "en retour" sur les travaux de conservation et d'aménagement. Ces documents montrent comment certains espaces urbains peuvent être l'objet de concentrations sémantiques quasi continues. A l'importance historique du quartier de la citadelle sont venus s'ajouter des projets récents de développement touristique (secteur piétonnier entre les mosquées Sultan Hassan et Rifa'i, restauration de la porte Bab al-'Azab, projet de complexe touristique dans l'enceinte basse…). Ces nouveaux aménagements, induits par les lieux, contribuent également à l'accroissement de la charge symbolique du quartier. Dans ce contexte, l'iconographie joue aussi un double rôle. Si sa réalisation confirme le statut symbolique des lieux représentés, son existence et sa pérennité peuvent conduire à de nouvelles qualifications. Les bandes horizontales dont ont été badigeonnées les mosquées du Caire à l'occasion de l'inauguration du canal maritime de Suez ont peut-être pour origine celles qui ornent les monuments représentés par les lithographies (en couleur) de David Roberts et de ses successeurs. Les dessins de Prisse d'Avennes (1877) et ceux P. X. Coste (1839) qui montrent des bâtiments épurés, voire restitués, constituent autant de modèles idéals dont l'image est explicitement mentionnée dans les travaux de restauration menés par le Comité de conservation des monuments de l'Art arabe à la fin du siècle dernier20 et, plus récemment, dans les aménagements des environs de plusieurs monuments de la vieille ville.

Vue extérieure de la mosquée Hassan et de la place de Rumaliyya.
COSTE P. X., Architecture arabe des monuments du Caire, Paris, 1839. Extrait de la pl. 26.

Vue de la mosquée de Sultan Hassan. Description de l'Égypte-État moderne, Paris, 1909. Extrait de la pl. 32.

La place de la citadelle en 1798. In "Le Caire", Description de l'Égypte-État moderne, Paris, 1909. Extrait de la pl. 26.

La place de la citadelle en 1874. Extrait du Plan général de la ville du Caire, P. GRAND Bey, Le Caire, 1874.

Les mosquées Sultan Hassan et Al-Rifa'i (en construction) vers 1907. Coll. J.-L. Arnaud.

Les mosquées Sultan Hassan et Al-Rifa'i vers 1980. Coll. J.-L. Arnaud.

Panorama du Caire depuis la citadelle ; au fond à gauche : les pyramides de Giza. LANE E.W., Manners and Customs of the Modem Egyptians, The Hague, London, Cairo, 1981, p. 13.

La citadelle vue depuis le Muqattam vers 1900. Coll. J.-L. Arnaud.

La citadelle vue depuis le cimetière sud vers 1900. Coll. J.-L. Arnaud.

Bab al-'Azab en 1839, avant la construction de la mosquée Muhammad Ali. ROBERTS D., The holy land, Syria, Egypt and Nubia, Londres, 1ère éd, 1839.

Bab al-'Azab vers 1900. Coll. C.S.F., Le Caire.

La citadelle vue depuis la terrasse de la mosquée Al-Rifa'i vers 1965. Coll. J.-L. Arnaud.

Notes

1 GARCIN J.-Cl., "Une carte du Caire vers la fin du sultanat de Qaytbay", Annales islamologiques, 17, Le Caire, 1981, p. 272-285.

2 MICARA L., "Il Cairo nella ‘Chorographia' di Pellegrino Brocardi (1556) ", Storia della città, 46, Il mondo islamico Immagini e ricerche, Milano, 1989, p. 7-18.

3 Le premier plan du Caire, donné par Pococke en 1843, ne représente que les contours de la ville, celui de Niebuhr (1761) indique les principales rues et l'occupation des zones non urbanisées. POCOCKE R., Description of the East and some other countries, London, 1743-1748. NIEBUHR C, Voyage en Arabie et en d'autres pais circonvoisins (1761), Amsterdam, 1776, 2 vol.

4 Niebuhr explique sa méthode de relevé, "au pas et à la boussole". et indique le niveau de validité de son plan de Constantinoplc. Ce plan est le premier présenté dans l'ouvrage, la méthode citée semble s'appliquer aussi aux plans qui suivent. Ibid., p. 19.

5 Niebuhr donne trois documents iconographiques du Caire : deux plans et une veduta. Ibidem.

6 Ibidem, p. 19. MELLING, BARBIE du BOCAGE, Voyage pittoresque de Constantinople et des rives du Bosphore, Paris, 1819. Au sujet de la sécurité récente des voyageurs-dessinateurs, voir l'explication de la pl. 22.

7 PARDOE M., Les beautés du Bosphore orné d'une suite de vues du Bosphore et de ses environs, Londres, 1839.

8 ROBERTS D., The holy land, Syria, Egypt and Nubia, Londres, 1ère éd., 1839.

9 GOBY J.E., "Les quarante éditions, traductions et adaptations du ‘Voyage dans la Basse et la Haute Égypte' de Vivant Denon", Cahiers d'histoire égyptienne, Série IV, fasc. 5-6, Le Caire, déc. 1952, p. 1-29.

10 GARUDIS D., Mytilène et son évolution urbaine, Mém. de fin d'études d'architecture, Nanterre, 1985, p. 25 et sv.

11 Description de l'Égypte - État moderne, Paris, 1809.

12 ARNAUD J.-L., Sources iconographiques d'histoire de l'espace urbain, Mém. de CEAA-DESS, Paris, 1988, Vol. I, p. 25-26.

13 TEYNARD F., Égypte et Nubie, sites et monuments les plus intéressants pour l'étude de l'art et de l'histoire, Paris, 1858.

14 Les vues de la citadelle représentent exactement 10 % du fonds iconographique de vues du Caire conservé à l'Observatoire urbain du Caire contemporain (CEDEJ).

15 En 1806, CHATEAUBRIANT F. R. de. Itinéraire de Paris à Jérusalem. Paris, 1863, Vol. II, p. 134. En 1843, NERVAL G. de, Voyage en Orient, Paris, 1927, Vol. II, p. 344. En 1861, JOANNE A., ISAMBERT E., Itinéraire de l'Orient, Paris, 1861, p. 980. En 1868, LEVERNAY F., Guide général de l'Égypte, Alexandrie, 1868, p. 148-149. En 1908, Le Caire et ses environs, Paris, 1909, p. 46. Voir aussi les deux encadrés hors texte.

16 MICARA L., op. cit., p. 9.

17 Dans la vue générale du Caire prise depuis la citadelle que Lane donne dès les premières pages de son livre, la mosquée Sultan Hassan et la place Rumaliyya qui la précède constituent bien l'objet principal de la vue, mais les pyramides de Giza sont indiquées à l'horizon à gauche, au-dessus de l'enceinte de la mosquée Ibn Tulun. Or, il est topographiquement impossible d'aligner cette mosquée et ces pyramides depuis la citadelle. Ce collage des pyramides vient en quelque sorte confirmer que la ville représentée est bien celle du Caire ; LANE E. W., Manners and Customs of the Modern Égyptians, The Hague, London, Cairo, 1981, p. 13.

18 FROMENTIN E., Voyage en Égypte (1869), Paris, 1935, p. 158.

19 HERTZ Bey M., La mosquée El-Rifaï au Caire, S. l., 1911, p. 13 et sv.

20 La planche 26 du recueil de Coste relevée vers 1820 montre devant la qibla de la mosquée Sultan Hassan une rangée de boutiques d'apparence soignée. En 1798, la Description de l'Égypte donne une image plus pitoyable de ces bâtiments. En 1869, ils sont décrits de la manière suivante : "des masures sans formes s'adossaient au splendide monument". Les premières années d'activité du Comité de conservation des monuments de l'Art arabe (1882-86) sont très occupées à la suppression des boutiques qui masquent la base des monuments. COSTE P. X., Architecture arabe des monuments du Caire, Paris, 1839. Description de l'Égypte, op.cit., pl. 32. Itinéraire des invités aux fêtes d'inauguration du canal de Suez, Le Caire, 1869, p. 13. Comité de conservation des monuments de l'Art arabe, rapports d'exercice. Le Caire, 1884 à 1887. En 1906, au sujet de la reconstruction de la coupole du tombeau d'Al-Ghuri, les membres du Comité se réfèrent explicitement à la représentation de ce tombeau publiée par Prisse d'Avennes. Comité de conservation, op. cit., vol. 23, p. 103. PRISSE d'AVENNES, L'Art arabe d'après les monuments du Caire, Paris, J. Savoy & Cie, 1877, Vol. I, pl. XXVI.

Notes de fin

1 Chercheur au CEDEJ, Le Caire.

Table des illustrations

Légende Vue extérieure de la mosquée Hassan et de la place de Rumaliyya.COSTE P. X., Architecture arabe des monuments du Caire, Paris, 1839. Extrait de la pl. 26.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Légende Vue de la mosquée de Sultan Hassan. Description de l'Égypte-État moderne, Paris, 1909. Extrait de la pl. 32.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Légende La place de la citadelle en 1798. In "Le Caire", Description de l'Égypte-État moderne, Paris, 1909. Extrait de la pl. 26.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende La place de la citadelle en 1874. Extrait du Plan général de la ville du Caire, P. GRAND Bey, Le Caire, 1874.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Les mosquées Sultan Hassan et Al-Rifa'i (en construction) vers 1907. Coll. J.-L. Arnaud.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Les mosquées Sultan Hassan et Al-Rifa'i vers 1980. Coll. J.-L. Arnaud.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Panorama du Caire depuis la citadelle ; au fond à gauche : les pyramides de Giza. LANE E.W., Manners and Customs of the Modem Egyptians, The Hague, London, Cairo, 1981, p. 13.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende La citadelle vue depuis le Muqattam vers 1900. Coll. J.-L. Arnaud.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende La citadelle vue depuis le cimetière sud vers 1900. Coll. J.-L. Arnaud.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Bab al-'Azab en 1839, avant la construction de la mosquée Muhammad Ali. ROBERTS D., The holy land, Syria, Egypt and Nubia, Londres, 1ère éd, 1839.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Bab al-'Azab vers 1900. Coll. C.S.F., Le Caire.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende La citadelle vue depuis la terrasse de la mosquée Al-Rifa'i vers 1965. Coll. J.-L. Arnaud.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/574/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 413k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter