Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Images savantes, précieuses, populaires

Images du pèlerinage : représentations de l’Islam populaire

Frédérique Fogel et Hugues Fontaine

Texte intégral

  • * Anthropologue.

1Note portant sur l'auteur*

  • ** Cinéaste.

2Note portant sur l'auteur**

3Vendredi 31 juillet 1987, cinquième jour du mois de dhû l-hijja ("mois du pèlerinage") 1407. Assis sur des nattes, le dos au canal, les hommes regardent la façade de la maison. Ils fument, boivent du thé, tout en commentant le travail de l'ustadh Hassan 'Abdîn Ahmad, l'instituteur du village de 'Agaza, celui qui a décoré l'intérieur et le mihrab de la mosquée. Hassan se tient debout contre le mur, sur un échafaudage de banquettes en bois ; à ses pieds, plusieurs sacs de pigments en poudre, un niveau à bulle, de la craie, des pinceaux, une boite en métal et un sachet de gomme arabique. Dans sa main gauche, un godet de peinture. Sa main droite dessine au pinceau les pleins et les déliés du beau nom d'Abd al-Qâder, ruban bordeaux souligné d'un fin trait de couleur ocre.

4Quelques jours avant, la façade a été repeinte d'un lait de chaux teinté de bleu, où s'accroche la lumière. Aujourd'hui commence la décoration ; les couleurs sont préparées au fur et à mesure, en délayant les pigments dans de l'eau chaude ; des lignes horizontales marquées à la craie guideront l'écriture. Maître Hassan a tout d'abord tracé le bism illah l-rahmân l-rahîm ("Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux"), en haut et au centre, puis en dessous, et sur toute la largeur du mur, un verset de la Sourate du Pèlerinage : "Annonce aux peuples le pèlerinage de la Maison Sainte ; qu'ils y arrivent à pied ou montés sur des chameaux prompts à la course, venant de contrées éloignées" (XXII, 28). Plus bas, il a inscrit la formule qui consacre le geste du pèlerin : "Il a fait le pèlerinage et s'est rendu aux Deux Sanctuaires". Et enfin, le titre et le nom du hâjj, "celui qui a accompli le pèlerinage".

5Le frère du pèlerin veille au confort de ses hôtes : cousins, voisins, amis, qui sont venus suivre le travail du peintre, apprécier son habileté, discuter du choix des motifs et de leur disposition. Ils ponctuent chaque étape de commentaires, alternant bons mots et souhaits rituels à l'intention du maître des lieux, "que Dieu le garde", "que Dieu le protège".

6Car le propriétaire est le seul qui n'assiste pas à la transformation de la maison : il accomplit le pèlerinage à La Mecque - le cinquième pilier de l'islam, l'obligation coranique pour tous les croyants de faire, au moins une fois dans leur vie, le voyage à la maison de Dieu. Après le mois de Ramadan qui célèbre la "descente" du Coran sur le Prophète, le grand pèlerinage est un autre temps fort de l'année musulmane. C'est le rappel du cycle abrahamique et du Pèlerinage de l'Adieu, par lequel Muhammad, en l'an 10 de l'Hégire, "fixa les gestes et les prières que devraient reproduire pour leur compte les croyants" (A. J. Wensinck, E. I. 2). Le fidèle doit "rompre ses attaches avec le monde" et se préparer "comme s'il n'allait pas en revenir" (Al-Ghazali) : il règle avant son départ toutes les affaires le concernant et prend ses dispositions pour l'avenir de sa famille.

7C'est détaché des contingences matérielles, vêtu d'une simple toile blanche et purifié par le rituel d'entrée dans les Lieux Saints qu'il se consacrera à la remémoration de moments fondamentaux de sa religion et, par les prières et le recueillement, renouvellera sa soumission à Dieu. Le pèlerinage est le point culminant de sa vie religieuse, grâce auquel il acquiert le statut respecté de hâjj, titre qu'il accolera désormais à son nom et qui avertira tous et chacun de son nouveau statut.

8Cet accomplissement individuel prend toute sa signification par le contexte collectif dans lequel il se déroule : des centaines de milliers de pèlerins, voire actuellement plus d'un million, qui conjuguent leur foi en un même mouvement, et démontrent l'unité et la vitalité de la 'umma, la "nation" musulmane. Tous les croyants vivent, dans la mesure de leurs moyens et de leurs convictions, à l'heure de La Mecque : ils participent aux préparatifs, organisent de grandes réjouissances pour le départ et le retour des pèlerins, suivent le déroulement du pèlerinage par les médias, se racontent leur propre pèlerinage ou celui qu'ils feront bientôt, in shâ' Allah, sacrifient le mouton dans tout le monde musulman au même moment que les pèlerins dans la vallée de Mina.

  • 1 Des peintures de pèlerinage existent également au Nord-Soudan et en Syrie.

9A ces différentes façons de prendre part au pèlerinage, s'ajoute en Égypte1 la décoration de la maison du hâjj. Des compositions de textes et d'images couvrent la façade et se poursuivent parfois jusque dans la pièce de réception : versets coraniques, hadith-s, dictons et prières, images conventionnelles des Lieux Saints, évocations du voyage vers La Mecque et de certains rites, mais aussi scènes de la vie quotidienne et des jours de fête, animaux symboliques et motifs patriotiques. Toutes ces représentations sont suscitées par le pèlerinage et donc significatives, sur le plan religieux, de croyances et de comportements spécifiques : elles sont également étroitement liées à l'univers social, économique, politique, de leurs commanditaires et de leurs créateurs : c'est dans ce sens que les peintures de pèlerinage, à travers une analyse des thèmes qu'elles affichent et une lecture à différents niveaux des messages qu'elles délivrent, forment un corpus très riche de matériaux et de signes qui expriment de multiples aspects de la société égyptienne, référant à des éléments tangibles de la réalité autant qu'à l'imaginaire collectif.

  • 2 Nous menons cette recherche sociologique et iconographique sur les peintures de pèlerinage en Égyp (...)

10Dans le cadre de cette table ronde, nous avons choisi d'extraire de notre documentation2 plusieurs exemples de peintures murales relevées en Haute-Égypte. Leur description détaillée servira de base à une interprétation des motifs, considérés séparément selon les différents registres auxquels ils appartiennent, et rassemblés dans la composition des façades. L'analyse des thèmes et des représentations en fonction des éléments, des événements religieux et sociaux qu'ils traitent permettra d'évaluer les messages contenus dans ces peintures et de valider, à notre avis, leur statut d'images de l'Égypte.

11Le lendemain, sixième jour de dhû l-hijja. A l'intérieur de la maison, dans une grande pièce de réception en partie à ciel ouvert, au sol en terre battue. L'accès se fait par la grande porte, à la différence des pièces d'usage domestique qui donnent sur une entrée latérale. Les hommes sont assis sur des banquettes en maçonnerie le long des murs, à l'ombre, dans la partie couverte de la salle.

  • 3 19 : "O hommes ! adorez votre Seigneur, celui qui vous a créés, vous et ceux qui vous ont précédés(...)

12A l'opposé, Hassan travaille en pleine lumière : sous la dictée d'un jeune homme du village, étudiant d'Al-Azhar, qui tient le Coran ouvert, il trace cinq versets de la Sourate de la Vache3. Chacun récite pour soi ces phrases si familières ; peu seraient en fait capables de les lire, ce qui n'empêchera personne de dire son mot lors de la lecture finale, où l'on vérifiera que tous les signes diacritiques sont correctement inscrits.

13Sur la façade, plusieurs dessins encadrent les inscriptions de la veille : la Ka'ba, la mosquée de Médine, et une scène représentant des pèlerins à cheval. Dans le couloir menant aux pièces d'habitation, c'est-à-dire le lieu de passage réservé aux gens de la famille, on voit encore des chevaux et deux calligraphies du nom d'Allah. Sur les murs de la salle de réception, des formules consacrées célèbrent le pèlerinage aux Deux Sanctuaires : le travail se termine par la Sourate de la Vache, inscrite sur le mur éclairé par le soleil.

14La décoration de la maison du hâjj Abd al-Qâder présente ainsi plusieurs plans, de l'extérieur à l'intérieur, des espaces ouverts au domaine familial. La répartition de l'écrit et du dessin entre ces différents plans ne doit rien au hasard : elle est liée à la fois au contenu du message et à la personne à laquelle il s'adresse (étranger qui passe, villageois, hôte, parent), en fonction du degré de proximité sociale.

15L'exécution des peintures est encouragée autant que contrôlée par une assistance vigilante, qui intervient constamment à tout propos, sur le choix des images et des textes ou sur la disposition de l'ensemble. Ces interventions montrent bien qu'il s'agit de représenter des éléments d'un savoir collectif, par l'intermédiaire d'un spécialiste dont on paye davantage la technique que les connaissances religieuses. L'étudiant d'Al-Azhar apporte lui aussi une compétence particulière, il sait lire le Coran sans erreur, mais un autre que lui pourrait réciter le texte de mémoire puisque tous le connaissent.

Le hajj devant sa maison. Détail de la façade. Au-dessus de la porte, vue de la Ka'aba.

Intérieur. Le muhrim en prière. Le peintre a travaillé d'après une photographie du propriétaire de la maison. Au-dessus, versets coraniques et feuillets-talismans.

Détail d'une façade. Femme sur un tapis de prière. Formule par laquelle on demande la protection divine.

Détail d'une façade. Formule de la talbiya encadrant la foule des pèlerins.

Détail d'une façade. Vision moderne de Medine et de l'avion transportant les pèlerins.

Détail d'une façade. Composition autour du mahmal égyptien attaqué par un parachutiste. Avion, crocodile, deux femmes.

Décoration réalisée sur une bande d'enduit. Maison en construction.

Façade des environs d'Esna. Exemple d'une décoration très élaborée. A droite : le sacrifice d'Abraham.

16Ce sont ces deux aspects, les messages portés par les peintures de pèlerinage et le rôle du groupe qui en est à la fois commanditaire, exécutant et bénéficiaire, que les deux exemples qui suivent vont illustrer.

17'Awamiya : c'est un faubourg situé au sud de Louxor. Des rues assez larges et se coupant à angle droit indiquent une urbanisation relativement récente. De nombreuses façades ont été peintes ces dernières années, par plusieurs peintres qui ont signé de leur nom en bonne place. Plusieurs styles, plus ou moins réalistes ; des palettes de couleur plus ou moins étendues ; des genres calligraphiques plus ou moins dominés. Mais un ton général se dégage de toutes les maisons peintes, caractérisé par une certaine sobriété des dessins et un avantage donné à l'écrit. Dans la plupart des cas, la façade de ces constructions à un étage a été blanchie à la chaux jusqu'à la limite du rez-de-chaussée, et les peintures occupent toute cette surface. Deux images dominent et sont souvent les seules représentées : ce sont les deux mosquées de La Mecque et de Médine, dessinées de part et d'autre de la porte. Elles sont entourées d'un trait ou d'une frise et portent en légende leur appellation traditionnelle : al-Ka'ba al-sharîfa ("la Sainte Ka'ba"), al-masjid al-nabawi ("la mosquée du Prophète").

18Les formules écrites forment l'essentiel des peintures de 'Awamiya et elles se prêtent à une lecture intéressante. La déclaration que l'on met le plus en avant est celle-ci : "Faire le pèlerinage est un devoir envers Dieu pour quiconque est en état de le faire" (III, 91 ). Ce verset est souvent calligraphié en caractères plus larges et plus soigneusement stylisés que les autres écrits, placé en hauteur, ou au centre de la façade, et entouré des deux formules d'accompagnement : bism illah l-rahmân l-rahîm, et qâla rasûl Allah salla Allah 'alayhi wa sallam ("a dit le prophète, que la bénédiction et le salut de Dieu soient sur lui").

19En classant les écrits par l'importance des caractères, on observe que le nom du hâjj est calligraphié de la même façon que le verset, et qu'il est situé en dessous. Ces deux éléments sont spécifiquement valorisés et associés dans une seule et même déclaration. Ce qui est annoncé avant toute chose, c'est que Untel a accompli le pèlerinage et, par là-même, répondu à l'injonction coranique. C'est la première information, complétée par la date du pèlerinage et, le cas échéant, la mention des parents qui ont effectué le pèlerinage en même temps (l'épouse, le père, la mère). Ces derniers éléments sont inscrits en plus petits caractères.

20Viennent ensuite deux inscriptions, proches par leur taille et leur situation moins centrale que les deux premières, comme une sorte de commentaire apporté au fait brut : hâjja beit Allah al-haram wa zâra qabr al-rasûl salla Allah 'alayhi wa sallam ("il a fait le pèlerinage à la Maison Sainte et la visite au tombeau du Prophète, que la bénédiction…"), et al-hajj al-mabrûr laysa jaza' illa l-janna ("le pèlerinage bien accompli n'a d'autre rétribution que le paradis"). La première surmonte le nom du hâjj et certifie donc le bon accomplissement du pèlerinage ; la seconde peut se trouver loin du nom, en commentaire décalé.

21Une lecture visant à l'essentiel donnerait le résultat suivant : il est dit dans le Coran que le pèlerinage est obligatoire pour tous ceux qui en ont les moyens ; Untel l'a accompli : à lui le paradis. C'est le contenu fondamental de ce type de représentation, où le dessin lui-même tient plus du symbole que de la figuration. Comme si ces images étaient, autant qu'une façon plus ou moins conventionnelle et stéréotypée de représenter les Lieux Saints, le signe d'une parole connue dont le sens est moins à déchiffrer qu'à reconnaître.

22De loin, les peintures signalent la maison d'un hâjj de façon certaine ; de plus près, chacune des compositions pourrait, à l'aide de différents détails, nous indiquer de quelle sorte de hâjj il s'agit, nous donner des renseignements personnels. Ce qui est le cas quand un surnom ou un nom professionnel est associé au nom propre (par exemple, les conteurs font inscrire le nom sous lequel ils sont connus). Ce qui apparaît également sur une peinture du village de Al-Mefarajia (près de Qûs), où les habitants de la maison sont représentés sur le mur : mais ce cas est exceptionnel et ne peut se produire que dans une situation rurale, nous y reviendrons. A 'Awamiya, la variété des images et des textes est très limitée et ne permet à aucun moment l'introduction d'éléments personnels de cet ordre.

23Cet exemple de décoration simple - certains diraient stricte ou austère -, met en relief le caractère de conformité des peintures de pèlerinage, et leur lien très étroit avec les différents pôles de la société égyptienne. Ces représentations ne reproduisent pas à l'infini un modèle unique élaboré selon des règles déterminées ; les Deux Sanctuaires, la formule-attestation du pèlerinage, le nom et la date sont les éléments de base d'un message qui s'enrichit et se complète par d'autres images religieuses et profanes.

24La multiplicité des réalisations possibles renvoie à tout ce qui sépare un bourgeois du nord d'un paysan de Haute-Égypte, car les différences fondamentales entre les genres picturaux expriment des différences sociales marquées, auxquelles les peintres se conforment localement, en n'introduisant d'images "originales" que dans la mesure où elles correspondent parfaitement à l'environnement social.

25La distinction première sépare un style urbain, illustré par l'exemple de 'Awamiya, d'un style rural, qui apparaîtra dans le second exemple, où les représentations associent des images religieuses plus diversifiées à des éléments de la vie quotidienne et des fêtes populaires, le texte occupant une place beaucoup plus réduite.

26La décoration d'une maison particulière fait l'objet d'un contrat entre le représentant du pèlerin (son frère, son fils) et le peintre, pour déterminer l'étendue du travail, les matériaux employés, la date d'exécution et sa durée, selon laquelle est calculée la rétribution. Quant au choix des motifs, il est en quelque sorte pré-déterminé à la fois par les critères locaux et par le choix d'un peintre dont on connaît les réalisations précédentes, et dont on attend moins une oeuvre de création que la reproduction, à quelques détails près, d'une façade voisine.

27Près d'Esna : le village s'étire le long du Nil ; d'étroites ruelles de terre s'enfoncent en contrebas de la route principale. Les maisons sont plutôt massives, souvent sans étage. Certaines sont précédées d'une cour, fermée ou non, où sont entreposés les outils agricoles ; les hommes s'y réunissent en fin d'après-midi. Beaucoup travaillent la terre, quelques uns sont employés aux usines d'Esna.

28La plupart des maisons de hâjj-s ont été décorées par un seul et même peintre, décédé il y a quelques années. La poussière, les constructions ajoutées, les installations électriques finiront comme partout ailleurs par effacer son travail, mais aujourd'hui encore ses peintures, qui font la fierté des habitants, frappent par l'ampleur de leur réalisation.

29C'est d'abord la composition d'ensemble qui attire l'attention. La totalité de la façade est recouverte de motifs et de scènes de tailles variées qui s'interpénètrent. On voit dans le coin supérieur gauche un train passant un aiguillage, un avion dans le ciel, un paquebot crachant de la fumée. Trois personnages sont dessinés en dessous : un pèlerin menant le dromadaire qui porte le mahmal, un homme en gallabeyya courant après deux chevaux, un militaire à cheval tirant des coups de pistolet. Plus à droite, la mosquée de Médine jouxte celle de La Mecque, représentée en vue plongeante montrant la Ka'ba et la cour remplie de monde.

30De l'autre côté de la porte, le pèlerin agenouillé prononce la talbiya (formule de reddition à Dieu). Toute la partie droite du mur est occupée par une grande scène, conçue comme un tableau, représentant le sacrifice d'Abraham. Ismaïl est assis au centre, les épaules liées et les yeux bandés ; Abraham se tient debout à sa gauche, le mouvement de son bras armé est arrêté par un ange Gabriel (Jibril) étonnamment féminin, qui retient la lame du couteau d'une main et de l'autre présente le mouton. Ils regardent tous les deux vers le spectateur.

31Le bandeau supérieur de la façade est occupé par deux lions en vis-à-vis, qui entourent l'aigle égyptien aux ailes déployées. Et dans l'espace qui les sépare poussent de merveilleux plants de pastèques, de mangues, d'oranges, de poires. Cette manne, évocation du jardin céleste, est reprise au niveau des fenêtres par quatre splendides arbustes en fleurs et déborde de larges pots incrustés de perles, qui sont posés sur des colonnes torsadées et très richement décorées, de part et d'autre de la porte.

32L'écrit s'intègre comme un élément de la décoration. Dans un cadre rectangulaire situé au-dessus de la porte, sont inscrits en lettres dorées sur un fond vert et bleu : le bism illah, le verset (III, 91), le nom du pèlerin et la date du pèlerinage. Des mots isolés sont disposés dans un entrelacs de formes en s : ya rab, hayy, Allah, Muhammad, mawgûd, rasûl. Les images les plus importantes portent une légende succincte : "sacrifice d'Abraham", "mosquée du Prophète".

33Pas de longue formule calligraphiée avec soin, pas de déclaration tranchant sur le décor : ici, les motifs et les thèmes s'entremêlent, le religieux s'exprime par des images que l'on dirait animées, les monuments sacrés sont entourés de symboles de l'abondance. La diversité des scènes et des couleurs donne une impression de foisonnement, de vie. Le texte est réduit à sa plus simple expression ; il n'est dit qu'une seule fois et non répété sur le plus de surface possible.

34Un autre exemple pris dans le même village présente les mêmes caractéristiques. Sur une façade entièrement couverte de chaux bleutée, le peintre a représenté tous les moyens de transport empruntés par les pèlerins et par les parents et les amis qui les accompagnent jusqu'à la ville de départ : une calèche, un taxi collectif, un autobus, une carriole, un cheval, un bateau, un avion, un train. Tous ces motifs sont orientés de gauche à droite ; seul le dessin du train présente un effet de perspective. On voit encore trois femmes à la fontaine et deux plantes en pot qui encadrent la porte.

35Dans ce cas extrême, où le religieux ne transparaît même pas à travers des symboles, la seule trace écrite est la signature du peintre. La date du pèlerinage pourrait se déduire, approximativement, du degré d'usure des peintures.

36Dans l'exemple précédent, les légendes et les mots isolés se donnaient moins à déchiffrer qu'à reconnaître, qu'à identifier comme un signe. Le verset inscrit au-dessus de la porte, destiné en principe à être lu comme tout texte sacré selon des règles très précises, est en fait récité par les habitants et la plupart des villageois : le ton qu'ils emploient dans l'effort de la récitation montre leur conscience du texte classique et la différence avec la langue qu'ils pratiquent.

37En effet, l'utilisation variable de l'écriture et du dessin dans les peintures de pèlerinage renvoie à la co-existence de différents niveaux de langue en Égypte, de l'arabe classique aux multiples versions du dialecte. Comme un lecteur moyen déchiffrera le journal, écrit en arabe moderne, sans rétablir correctement la "voyellisation", c'est-à-dire en rapprochant le texte du langage parlé, celui qui regarde les peintures doit pouvoir en "lire" le message selon le niveau de ses connaissances.

38Le peintre utilise donc différents moyens d'expression en fonction du contexte dans lequel il travaille : à 'Awamiya, il peint en classique, ajustant la sobriété des dessins à la rigueur des formules coraniques ; près d'Esna, il peint en dialecte, reproduisant le mouvement et l'emphase de la langue vivante, elle aussi pleine d'images. Entre les deux, toutes les variations sont possibles, dès l'instant qu'elles correspondent au niveau culturel de la communauté et surtout à l'image qu'elle veut donner d'elle-même.

39La logique du système rend inconcevable la co-existence, dans un même endroit, de peintures aussi différentes dans leur conception et leur réalisation que les deux exemples développés plus haut. Même si, de toute évidence, le niveau des connaissances dans une communauté donnée n'est pas aussi homogène que les peintures voudraient le faire croire, les différences individuelles s'effacent devant les normes et les idéaux communautaires, l'obligation de conformité primant sur toute autre raison.

40La lecture des peintures de pèlerinage d'une maison particulière ne nous apprendra donc pas si son propriétaire est instruit ou non ; elle exprimera le point de vue du groupe sur la manière la plus valorisante de célébrer le pèlerinage, et donc sur l'attitude la plus valorisée en matière de religion. Chaque façade, sur l'étendue d'une localité ou d'un quartier, sert ainsi de "vitrine" à la communauté dans son ensemble.

41Dans la variété des thèmes abordés, les Lieux Saints de l'islam occupent une place centrale, visible par l'importance relative des dessins comme par leur répartition sur les façades. Mais si l'accomplissement du pèlerinage est bien à l'origine des peintures, elles ne remplissent, à notre avis, qu'une fonction d'information ou d'enseignement très réduite. Elles signalent la présence d'un hâjj, mais elles ne renseignent en aucune façon sur le pèlerinage en général ou sur celui qu'a effectué le propriétaire de la maison ; on ne représente jamais le pèlerinage sous la forme d'une suite de séquences qui décriraient le déroulement des différents rites, ou encore inscriraient sur le mur l'histoire personnelle du pèlerin. Ces éléments-là participent d'un savoir collectif inégalement réparti, transmis par les canaux de la catéchèse ou des émissions religieuses, et oralement, par le récit que fera le pèlerin à ses proches.

42Les images directement liées au pèlerinage font appel à la mémoire collective ; elles suscitent la remémoration de lieux et de gestes éminemment connus, appartenant au patrimoine religieux. Leurs représentations ne font pas toujours preuve d'une fidélité absolue à l'original : si certains styles atteignent un réalisme surprenant, proche de la photographie, d'autres, moins immédiats, jouent sur des perspectives inversées ou des différences d'échelle à l'intérieur d'un même dessin. Elles sont pour l'essentiel des variations sur l'architecture des deux mosquées, identifiables l'une à la coupole verte et l'autre à la Ka'ba, et sur une série très limitée de scènes de dévotion ; des symboles, au premier rang desquels se trouve la Ka'ba, et des rites, dont les images mettent en scène des êtres humains, individualisés ou non. En suivant le déroulement du pèlerinage, nous pouvons repérer les moments qui prêtent à la représentation.

43Une place particulière doit être réservée au chameau porteur du mahmal, sorte de palanquin qui symbolisait la puissance de l'Égypte et qui trônait, jusqu'en 1926, au milieu de la caravane nationale. Sa présence parmi les motifs des peintures de pèlerinage suscite effectivement des commentaires qui renvoient, même vaguement, à cette référence historique, mais aussi aux processions de mouleds (fêtes commémorant l'anniversaire d'un saint), où un chameau pavoisé est mené en tête du cortège.

44Le hajj se compose d'une 'unira ("visite à la Ka'ba"), complétée par un ensemble de rites accomplis dans les Lieux Saints des alentours de La Mecque. Avant de franchir l'enceinte de la ville, le pèlerin aura revêtu Yihram, vêtement sacré fait d'une pièce d'étoffe d'un seul tenant, et prononcé pour la première fois l'invocation de la talhiya. Il est alors muhrim, en état de consécration, et c'est ainsi qu'il est souvent représenté, les mains tendues, paumes tournées vers le ciel, debout ou à genoux. Il arrive que ses traits soient individualisés, qu'il porte une moustache ou que l'on puisse juger de son âge. Mais la plupart des images ne cherchent pas vraiment la ressemblance, un pèlerin s'identifiant d'abord par son attitude et son vêtement.

45La formule rituelle d'entrée dans le territoire sacré, labbayka ("Me voici à Toi"), qui ouvre les prières d'imploration, est calligraphiée de façon isolée, ou bien en commentaire entourant l'image d'un groupe de pèlerins qui figurent la communauté des croyants.

46L'importance de la foule est également soulignée dans les représentations du tawaf, les sept circumambulations autour de la Ka'ba : les pèlerins ne sont plus individualisés mais fondus en une masse de silhouettes qui entourent le monument.

47L'étape rituelle suivante, le sa'y, consiste en sept courses entre Safa et Marwa. Nous n'en avons jamais trouvé de représentation, bien qu'en fasse mention la formule : hâjj mahrûr wa dhanb maghfûr wa sa'y mashkûr ("Pèlerinage bien accompli, fautes pardonnées, sa'y récompensé"), qui est souvent présente sur les murs et par laquelle est accueilli le pèlerin à son retour.

48Le pèlerinage proprement dit commence après ces observances accomplies individuellement. Le 7 dhû l-hijja, un prône rappelle aux pèlerins leurs obligations. Le lendemain, tous gagnent la vallée de Mina, où ils passeront la nuit comme le fit le Prophète lors du Pèlerinage de l'Adieu.

49Le 9, ils se rendent à 'Arafat pour le wuqûf ("station"), qui est considéré comme le centre du pèlerinage : devant le jebel l-rahma, les pèlerins demeurent en prières de midi au coucher du soleil. C'est un moment d'intense émotion et de recueillement. Les représentations picturales du wuqûf ne sont pas très fréquentes, mais si l'on chois'it de figurer un rite, ce sera celui-là. Et il est intéressant d'observer que contrairement aux peintures du tawaf, qui mettaient en avant la dimension collective d'un geste individuel, les images du wuqûf favorisent l'idée d'un acte accompli individuellement en isolant quelques pèlerins alignés sur les flancs du jebel.

50La nuit du 9 au 10 se passe à Muzdalifa, puis les pèlerins retournent à Mina où ont lieu deux rites importants : le "jet des sept pierres" contre un pilier de maçonnerie qui symbolise "le grand shaytan" et le sacrifice. A notre connaissance, le rite de lapidation n'est jamais pris comme thème d'une peinture. Par contre, le sacrifice et l'offrande d'un animal (mouton, bélier, chameau, selon la fortune) en souvenir de la victime d'Abraham donnent lieu à des images très colorées, nous l'avons vu plus haut ; dans ce cas, ce n'est pas le rite accompli mais sa référence qui est représentée.

51Plusieurs autres rites de moindre importance se déroulent encore pendant trois jours ; puis les pèlerins reviennent à La Mecque pour le tawaf d'adieu et quittent définitivement la ville.

52Le pèlerinage ainsi accompli se prolonge souvent par la visite à Médine, sur les lieux auxquels sont attachés les souvenirs du Prophète et de sa famille. Cet aspect particulier de la religiosité populaire, centrée sur la personne de Muhammad, apparaît nettement sur les façades peintes, par la représentation commune des deux mosquées. Quand les images se réduisent à l'essentiel, on trouve les deux monuments entourés des formules qui témoignent de leur visite. Dans les nombreux exemples de décoration plus fournie, ces éléments de base restent les mêmes et leur message est développé par les représentations des actes rituels décrits plus haut.

53Une double intention préside ainsi au choix des images : montrer à la fois le caractère individuel du pèlerinage par lequel le croyant se rapproche de Dieu (pèlerin en prière et wuqûf) et sa signification collective comme moment privilégié où la communauté musulmane se rassemble.

54A côté des images directement liées au pèlerinage, on observe un certain nombre de représentations inspirées de l'histoire et des traditions religieuses. Il s'agit surtout d'épisodes de la vie de Muhammad, figurés symboliquement : les deux pigeons placés de part et d'autre d'un Coran ouvert, une araignée sur sa toile devant la caverne de l'Hégire.

55On note aussi de nombreuses représentations du coursier ailé, Al-Boraq, figure légendaire associée au voyage nocturne du Prophète (isra'). Cette image est particulièrement fréquente dans les villages nubiens de la région d'Assouan, et sa présence ne s'explique pas par la fantaisie d'un peintre car plusieurs l'ont placée au centre de leur composition. Al-Boraq a un visage de femme, son poitrail est orné de bijoux, sa queue est celle d'un paon ou d'une sorte d'oiseau de feu, il porte des bracelets aux chevilles. Cette imagerie religieuse exploite ainsi plusieurs domaines de références : symboles, rituels, épisodes de la vie du Prophète tels qu'ils ont été rapportés par le Coran ou tels que les légendes, alimentées au cours des siècles, les ont racontés. En regardant les peintures de pèlerinage, et en écoutant ceux qui les commandent ou les réalisent, il apparaît nettement que l'existence de ces représentations est fortement liée à une conception de la religion qui se situe loin d'Al-Azhar, à une attitude religieuse très fortement influencée par l'islam confrérique. Ce goût des représentations, ce besoin d'images correspondent davantage à la religion telle qu'elle est vécue notamment en Haute-Égypte, entre la stricte observance du dogme, une dévotion incarnée dans la personne du Prophète, des gens de la Famille et des Saints locaux, et aussi les superstitions en marge de l'islam qui règlent pour une bonne part les rapports de l'homme et de la nature.

56En Haute-Égypte, l'image du crocodile évoque d'anciennes pratiques cultuelles qui se reflètent aujourd'hui dans toutes sortes de précautions prises à l'encontre des "esprits" du Nil et des canaux. Des serpents et des scorpions sont également peints sur de nombreuses façades : ce sont les animaux emblématiques d'une confrérie particulière, attachée à la personne de Ahmad Al-Rifa'i, et que l'on retrouve avec l'image du sabre sur les feuillets-talismans distribués lors des mouleds. Avec les animaux séchés et suspendus au-dessus des portes, iguanes, crocodiles, renards, oiseaux, ils font partie d'un ensemble de protections sollicitées en permanence par des gestes et des formules spécifiques.

57En cherchant les éventuelles références iconographiques dont pourraient s'inspirer les peintres, on trouve des chromos, édités au Maroc ou en Syrie, qui représentent des scènes bibliques : Adam et Eve au paradis, le jugement de Salomon, le sacrifice d'Abraham, et qui étaient vendus sur les marchés il y a encore quelques années. Ces chromos ont maintenant disparu au bénéfice des versets coraniques enluminés, des cartes postales reproduisant un haddith parmi les plus connus, des "posters" ou des tentures représentant la Grande Mosquée.

58Mais il ne semble pas que ces images, en dépit de leur large diffusion, servent véritablement de modèles aux peintres de pèlerinage. Ces derniers, on l'a noté, travaillent dans un cadre délimité par les exigences de leurs commanditaires ; ils ne font preuve d'une imagination très relative, en ce qui concerne les motifs religieux, que dans la présentation et la mise en scène de ces motifs. Ils apprennent leur spécialité auprès d'un maître qui leur donne une base technique sinon un style bien déterminé, à moins qu'ils n'aient eux-mêmes suivi les cours des Beaux-Arts. On reconnait souvent l'influence d'un peintre, vivant ou décédé, sur plusieurs imitateurs, et c'est ainsi que les images se perpétuent tant qu'elles plaisent, dans un espace assez limité.

59Il reste que l'éventail des images directement liées au pèlerinage est relativement réduit, et il nous semble peu probable que de nouvelles images religieuses soient introduites, étant donné la codification des représentations et leur adéquation au message ainsi exposé.

60Dans ce qu'on pourrait appeler le domaine profane, par rapport à celui qui vient d'être examiné, l'imagination et l'inspiration sont largement sollicitées, et il serait impossible de dresser une liste exhaustive des thèmes et des motifs qu'on peut découvrir, tant les liens de certaines images avec le pèlerinage sont ténus, pour ne pas dire inexistants. Par contre, le fait même que des personnages aussi divers qu'un lion, une femme pleurant près d'une cruche cassée et un hélicoptère, soient réunis sur une façade de pèlerinage en regard et souvent mêlés aux représentations des monuments sacrés, peut devenir un champ de réflexion sur les relations entre "sacré" et "profane" dans la vie quotidienne des habitants, sur leur conception des valeurs sociales et leur imaginaire, la place du politique dans leurs préoccupations, les images et les symboles qu'ils font leurs. Deux sources d'inspiration parmi tant d'autres : la fête et la patrie. On voit des musiciens de fanfare marchant les uns derrière les autres en jouant de leurs instruments ; des cavaliers s'affrontant au bâton (mirmah) ; des hommes à terre exécutant une danse des bâtons (tahtib) : ce sont différents épisodes des fêtes locales, le plus souvent des mouleds, qui se déroulent jusqu'au coucher du soleil, avant de laisser place aux prières et aux séances de dhikr. Ces démonstrations d'adresse où le sérieux de la règle n'exclut pas l'humour, pour les participants comme pour les spectateurs, sont aussi présentes lors des fêtes de départ et de retour des pèlerins, comme à chaque occasion de réjouissance.

61On voit aussi le drapeau national, l'aigle ; le fantassin et le général bardé de décorations ; des cavaliers en tenue d'apparat, une présentation d'armes, un défilé militaire ; un parachutiste et un hélicoptère ; des scènes de guerre très réalistes et Nasser menant une troupe de soldats. Toutes ces images mêlent la réalité et la fiction, des événements qui ont frappé l'imagination, et un goût très répandu pour la carrière militaire, même et surtout chez le jeune conscrit analphabète qui rêve d'honneurs et de médailles et part pour trois années de service dans les casernements du désert, en uniforme rapiécé.

Notes

1 Des peintures de pèlerinage existent également au Nord-Soudan et en Syrie.

2 Nous menons cette recherche sociologique et iconographique sur les peintures de pèlerinage en Égypte avec l'aide de la Mission permanente CNRS des Temples de Karnak, de la Direction des Sciences de l'Homme (CNRS) et de la Sous-direction de la Recherche en Sciences sociales et humaines (Ministère des Affaires étrangères). Commencée en Haute-Égypte, elle se poursuit dans d'autres régions - oasis de l'ouest, villes du Caire et du Canal, villages d'implantation récente au bord de la mer Rouge notamment.

3 19 : "O hommes ! adorez votre Seigneur, celui qui vous a créés, vous et ceux qui vous ont précédés. Craignez-moi".
20 : "C'est Dieu qui vous a donné la terre pour lit et qui a élevé les deux comme un édifice au-dessus de vos têtes ; c'est lui qui a fait descendre l'eau des cieux, qui par elle fait germer les fruits destinés à vous nourrir. Ne donnez donc point d'associé à Dieu. Vous le savez".
21 : "Si vous avez des doutes sur le livre que nous avons envoyé à notre serviteur, produisez un chapitre au moins pareil à ceux qu'il renferme, et appelez, si vous êtes sincères, vos témoins, ceux que vous invoquez à côté de Dieu".
22 : "Mais si vous ne le faites pas, et à coup sûr vous ne le ferez pas, redoutez le feu préparé pour les infidèles, le feu dont les hommes et les pierres seront l'aliment".
23 : "Annonce à ceux qui croient et qui pratiquent les bonnes oeuvres, qu'ils auront pour demeure des jardins arrosés de courants d'eau. Chaque fois qu'ils prendront quelque nourriture des fruits de ces jardins, ils s'écrieront : "Voilà les fruits dont nous nous nourrissions autrefois" ; mais ils n'en auront que l'apparence. Là, ils trouveront des femmes exemptes de toute souillure et ils demeureront éternellement". (Traduction : Kazimirski).

Notes de fin

* Anthropologue.

** Cinéaste.

Table des illustrations

Légende Le hajj devant sa maison. Détail de la façade. Au-dessus de la porte, vue de la Ka'aba.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Intérieur. Le muhrim en prière. Le peintre a travaillé d'après une photographie du propriétaire de la maison. Au-dessus, versets coraniques et feuillets-talismans.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Détail d'une façade. Femme sur un tapis de prière. Formule par laquelle on demande la protection divine.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Détail d'une façade. Formule de la talbiya encadrant la foule des pèlerins.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Détail d'une façade. Vision moderne de Medine et de l'avion transportant les pèlerins.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/569/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Détail d'une façade. Composition autour du mahmal égyptien attaqué par un parachutiste. Avion, crocodile, deux femmes.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/569/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Décoration réalisée sur une bande d'enduit. Maison en construction.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/569/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Façade des environs d'Esna. Exemple d'une décoration très élaborée. A droite : le sacrifice d'Abraham.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/569/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter