Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Caricatures et stéréotypes

Caricature et représentation du mythe : Goha

Irène Fenoglio

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

1Ayant découvert le côté fondamentalement mythique du personnage de Goha en général, et en particulier dans l'hebdomadaire du même nom, utilisation folklorique, accompagnée d'une généralisation et d'une essentialisation, j'ai cherché un cadre théorique d'analyse susceptible de m'aider à formaliser mes remarques.

2Entre l'analyse structurale des mythes, au sens ethnologique du terme (c'est-à-dire récit des origines, énoncés eschatologiques, etc.) d'un Lévi-Strauss qui étudie un système de mythes et observe "les mythes qui se pensent entre eux" sans étudier le rapport du mythe au social et les synthèses qu'a opérées Mircea Eliade, seul, Roland Barthes a élaboré une analyse du mythe et ce dans une perspective sémiologique.

  • 1 In Communications, (4), 1964. Respectivement p. 40-50 et 91 -134.

3Lorsque Mircea Eliade, trois ans avant Mythologies de Barthes, écrit Les mythes du monde moderne (1953), il se situe encore dans une perspective descriptive : découvrir dans "le monde moderne" (c'est-à-dire la société occidentale contemporaine ou le monde occidentalisé citadin) ce qui appartient ou s'apparente à une pensée mythique, sa perspective reste historico-anthropologique. Barthes, au contraire, adopte une visée synchronique pour analyser le processus de mythologisation des éléments de la vie moderne et pour examiner ce qu'est structurellement un mythe, d'où "Le mythe aujourd'hui", sorte de postface théorique à l'ouvrage précité qui date de 1957, dont les éléments essentiels ont été repris dans "Rhétorique de l'image" et dans "Eléments de sémiologie"1.

4Depuis, rien à ma connaissance n'a été fait dans ce domaine précis. Il y a beaucoup de recherches entreprises sur des mythes particuliers mais non sur le processus même.

  • 2 A partir du n° 29 (21 mai 1932), il y aura un rédacteur en chef sépare. Victor Adm.

5Le présent travail est très circonscrit ; il s'agit de l'analyse de caricatures représentatives d'un mythe - celui de Goha - mais on part d'un Goha particulier : celui dessiné par le caricaturiste Juan Sintès dans le "satirique hebdomadaire" égyptien d'expression française qui lui-même s'intitule Goha et dont Juan Sintès est le directeur-rédacteur en chef2.

6Le journal se publie durant les années 1930 à 1934. La période est marquée, en Égypte, par deux évènements : une grave crise économique, due en grande partie à une baisse du prix du coton, et la remise sur table de la question - quasi permanente depuis plusieurs années - des relations égypto-britanniques, autrement dit, de la question nationale.

  • 3 Le Wafd est le grand parti nationaliste égyptien d'opposition durant l'entre-deux-guerres ; il est (...)

7C'est à l'intérieur de cette conjoncture que s'inscrit l'abord d'une analyse de l'hebdomadaire Goha, la revue se présentant, en effet, dans la lignée nationaliste pro-wafdiste antibritannique3.

8L'étude porte sur une collection de 71 numéros (du n ° 1, 1er nov. 1931, au n° 71, 1er mars 1933). Je m'attache, dans cette étude, essentiellement aux couvertures qui toutes portent une caricature de Juan Sintès relative à un évènement politique égyptien, soit particulier à la semaine précédant la sortie du numéro, soit plus général.

  • 4 "Rhétorique de l'image" in Communication, (4), p. 40.

9Un élément est apparu particulièrement pertinent pour la constitution du corpus de traitement : l'intentionnalité de signifiance. Elle se retrouve, à un premier niveau, dans l'emplacement en première de couverture : on veut vendre, donc donner directement sens. Elle se retrouve, à un second niveau, dans l'usage de la caricature. Dans son article "Rhétorique de l'image", Barthes expliquait qu'il s'était donné une "facilité", celle de "n'étudier que l'image publicitaire. Pourquoi ? Parce qu'en publicité, la signification de l'image est assurément intentionnelle : ce sont certains attributs du produit qui forment a priori les signifiés du message publicitaire et ces signifiés doivent être transmis aussi clairement que possible. "4. La caricature revêt, ici, les mêmes modalités de fonctionnement.

10La revue comporte deux sortes de caricatures : d'une part, ce qu'il est convenu d'appeler le "portrait en charge", il y en a un dans chaque numéro concernant une personnalité de l'époque ; d'autre part, les caricatures de situation : tous les dessins de couverture (et parfois à l'intérieur) portent sur des événements politiques réels ou sociaux et mettent en relief, par l'intermédiaire de Goha, le comportement des Égyptiens.

  • 5 Ecrivain, journaliste en Égypte (1882-1950). il a créé La revue du monde égyptien : il participe, e (...)

11L'hebdomadaire Goha fut créé à l'initiative de Georges Dumani5 dans une tendance ouvertement wafdiste. Juan Sintès, juif espagnol dont la famille est installée en Égypte depuis une cinquantaine d'années, en fut le maître à penser et le dessinateur. Voici comment le journal se présente lui-même dans un article fêtant son premier anniversaire :

  • 6 N° 52, 30 oct. 1932. p. 1.

Donc depuis un an nous avons essayé, semaine après semaine, avec toute la modération possible, de faire connaître à l'opinion étrangère le point de vue de l'opposition, c'est-à-dire le point de vue national. (…) Goha, par la plume et par le dessin, a illustré l'histoire quotidienne du régime néfaste entre tous et des hommes à l'esprit perverti qui ont lié leur fortune politique à l'avenir du régime. (…)
Goha, au cours de sa deuxième année, continuera son œuvre d'assainissement. (…) Il est le seul organe de langue européenne qui réponde à la curiosité éveillée de l'étranger anxieux de connaître la vérité sur une politique dont on a tenu à lui cacher les mobiles malfaisants66.

Goha : un mythe

Un personnage :

12En Égypte, Goha est un personnage fictif, mais il ne vient ni du néant, ni des profondeurs de ce pays.

13Goha, c'est "joha" en arabe littéral, Nasreddin Hodja, en turc. On a dit beaucoup sur ce personnage ; nombre d'auteurs ont consigné, à son propos, des certificats d'origine ou de naissance ; d'autres, plus prudents, se sont contentés d'évoquer quelques exemples. Selon Jeanne Delais (Les milles et un rires de Dj'ha, Paris, L'Harmattan, 1987), "les origines de Dj'ha ne sont pas exactement connues mais elles remontent certainement à la période préislamique". Pour l'auteur (anonyme) d'une édition turque de Deux cent deux contes de Nasreddin Hodja (Istanbul, 1987), celui-ci serait turc, "né en 1208, à Horto, un village de la province de Sivrihisar" et sont donnés des éléments généalogiques, la trajectoire de sa vie ainsi que l'emplacement de son tombeau. Jean Déjeux (Djoha, hier et aujourd'hui. Québec, Naaman, 1978), s'inspirant de Charles Pellat (Art. "Djoha" dans L'Encyclopédie de l'Islam), penche pour l'existence de deux personnages, un Djoha arabe, qui aurait vécu avant ou durant le ixème siècle et un Nasr al-Dîn Khôdja turc, plus tardif.

14Pour une prudente synthèse, je dirai qu'un premier personnage arabe aurait existé à qui l'on attribuait bêtises et bévues de toutes sortes mais aussi une fondamentale bonne humeur. Sa renommée devint proverbiale et s'inscrivit dans des ouvrages depuis le IIIème siècle de l'Hégire (ixème siècle à nos jours). Un second personnage serait apparu en Turquie, un conteur, Nasreddin Hodja, dont la renommée atteint vite la Perse et l'Afghanistan.

15Ces deux personnages se mêlent, le turc et l'arabe, et l'ubiquité historiographique à laquelle ils donnent lieu apparaît comme un signe idéal de manifestation d'un mythe. Il est certain, d'autre part, que quelle que soit son origine, l'humour égyptien, composante fondamentale de la quotidienneté, a su trouver en ce personnage une "occasion" particulière et permanente, un moule, lui permettant de s'exprimer. On ne saurait, aujourd'hui, comment ni à partir de quand exactement les histoires de Goha ont pris du poids en Égypte ; ce qui est certain c'est que, malgré une large utilisation folklorique du personnage, Goha fonctionne encore dans la vie courante, de façon quotidienne par le biais essentiellement d'expressions proverbiales qui d'ailleurs ne le mettent pas toujours en acte, mais le désignent en faisant renvoi à l'une de ses aventures bien connue. Goha est moins un personnage d'anecdotes (comme l'est le personnage marseillais de Marius, par exemple) que l'acteur principal d'un corpus d'histoires passées à l'état de proverbes et qui s'appliquent donc quotidiennement à des situations diverses. Ces proverbes, en général, désignent Goha par le biais d'un élément de l'histoire de référence, sans raconter celle-ci mais en y renvoyant ; Goha et son accessoire constituent un rappel donnant signification à la situation :

  • Ainsi lorsque l'on veut dire qu'il est inutile de prendre en considération l'opinion des gens parce qu'ils ne sont jamais à court de critiques, on rappellera "tu ne vas pas faire comme Goha avec son âne ! ", ce qui renvoie à l'histoire suivante : Goha avance monté sur un âne, son fils marchant à côté. Les gens critiquent le père qui laisse son fils aller à pieds. Il fait monter son fils avec lui et les gens de plaindre l'âne qui porte le poids de deux personnes. II descend, les gens disent "Regardez-moi ce fils qui laisse marcher son père ! ". Ils descendent tous les deux et suivent l'âne à pieds et les gens de se moquer "Regardez-moi ces deux idiots qui ne savent même pas profiter d'un âne !"

  • Ou encore lorsqu'on évoque "le clou de Goha", c'est une situation bien précise qui vient à l'esprit. L'histoire de base est la suivante : Goha vend sa maison mais indique à l'acheteur qu'il vend tout sauf un clou, précis, fiché dans le mur. L'acheteur accepte. Goha, par la suite, se rend à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit à son ancienne maison exigeant de voir son clou.

16L'expression proverbiale "le clou de Goha" est très utilisée en Égypte, notamment par l'humour à fonction politique, et reste signifiante. Elle a été, par exemple, appliquée par la presse égyptienne à l'hôtel que les Israéliens voulaient conserver à Tâba, une fois évacuée.

Un mythe :

17Goha est donc un personnage légendaire. L'utilisation quotidienne et multiforme de ce personnage et la possibilité permanente de cette utilisation en font un mythe.

18Goha n'est un personnage mythique que parce qu'il est un creux, une forme réceptacle capable d'épouser toutes sortes de situation. Une seule règle à respecter pour qu'une situation donnée puisse lui convenir est qu'elle appartienne au genre humoristique, plus spécifiquement à l'intérieur de ce genre, à la représentation du ridicule, ce qui, comme chacun sait, ne signifie pas exclusion de toute dimension "sérieuse".

19Deux caractères fondamentaux de Goha peuvent être désignés :

  • La simplicité et la naïveté qui mènent au ridicule,

  • L’inoffensivité, la non-agressivité, on pourrait dire aujourd'hui, la non-violence.

20En termes sémiologiques, il existe, pour un signe final, totalisant, qui est Goha-le mythe :

  • Un signifiant : le Goha informel ou multiforme, corps toujours nommable, "évocable",

  • Un signifié : logique de l'absurde, non-sens voire idiotie, autrement dit naïveté, inoffensivité et irresponsabilité. Nous désignons ce signifié par le terme de "gohité".

La caricature de Goha

21Mais un mythe est par nature "interprétable" ; il a pour fonction d'être utilisé et réutilisé à certaines fins. C'est cette faculté mythique du personnage qui a permis son utilisation par l'hebdomadaire et en particulier par le caricaturiste.

22Considérons le Goha de Juan Sintès comme un signe final. Sa signification est multidimensionnelle et peut être directement décrite par l'image.

Les images :

23Par commodité de présentation nous partageons l'ensemble de ces images en deux volets ; dans le premier, il s'agit plutôt du portrait physique, dans le second de mises en situation.

24• Il n'est qu'à regarder les représentations habituelles de Goha (ou Djoha ou Nasreddin Hodja) pour se rendre compte que le caractère dominant est celui de la bonhomie, de la "sympathie". Le visage est en général clownesque mais avenant, le personnage est un vieux barbu toujours souriant, joyeux, vêtu à l'orientale, chapeau pointu sous le turban, babouches recourbées et couleurs vives.

25A première vue, compte tenu d'une représentation stéréotypée, le Goha de Juan Sintès est très nettement égyptianisé quant à l'habillement et perd son caractère bonhomme quant à son portrait.

26En effet des attributs vestimentaires particuliers - gebba, 'oftan, ceinture - font de Goha un cheikh égyptien, un musulman… La laideur du visage est par ailleurs nettement accentuée : yeux globuleux, gros nez épaté, bouche lippue et excessivement grande marquée de dents blanches clairement dessinées, barbe.

27Arrêtons-nous un instant sur ces représentations. La barbe symbolise l'arabité car ce n'est pas la barbe longue et mal taillée d'un lutin par exemple, c'est l'ensemble barbe-moustache caractéristique de l'image des "Arabes" avec juste ce qu'il faut de négligé pour qu'elle puisse appartenir à Goha. Elle le distingue des autres Égyptiens présentés en général en un unique modèle : pommettes saillantes, mâchoires marquées par rapport au cou, bouches lippues et imberbes.

28• Certaines caricatures mettent le personnage de Goha en situation et méritent commentaires.

29Il s'agit par exemple de la rencontre entre Goha - représentant l'Égypte - et John Bull - représentant l'Angleterre. Lorsqu'on sait que John Bull figure l'Angleterre populaire (par rapport à l'aristocratique), on est tenté de dire que l'hebdomadaire (qui se proclame nationaliste, wafdiste) la représente ainsi pour mieux la dénigrer. Cependant, si l'on regarde l'image de plus près, on remarque que John Bull pointe le doigt avec autorité en s'avançant sur Goha qui recule, sur la défensive. "Dieu et mon droit" déclare le premier, affirmation absolue caractérisée par l'absence de verbe, la présence de la coordination "et" ainsi que par l'appropriation "mon" ; autant d'éléments rendant la formule performative. L'affirmation initiale de Dieu renforce ce caractère et surtout justifie l'attitude même. "Notre droit

30" prononce pour sa part Goha, formule conditionnelle par l'invocation divine "Si Dieu veut où le "mon" affirmatif de John Bull devient un "nous" conditionnel.

31John Bull représente - seul et personnellement - une collectivité dans laquelle il se retrouve ; il est responsable. Goha, lui, fait appel à une collectivité dans laquelle il disparaît ; il est irresponsable.

32Il s'agit encore du face à face Goha/Percy Lorraine, Haut-commissaire britannique de l'époque. Goha ici n'est plus un cheikh, n'a plus de babouches orientales, il est typiquement vêtu comme un Egyptien du peuple. La légende mise dans sa bouche ("Otez 8 de 15 millions") fait allusion à une scission au sein du Wafd ; 15 millions d'Égyptiens, bien entendu, mais aussi 15 millions de Wafdistes. La fonction de Goha est donc de représenter l'Égypte nationaliste, en masse, et ainsi, soutenu par le Wafd, il retrouve une certaine présence face au Haut-commissaire.

33Il s'agit enfin d'une image faisant directement allusion à un voyage effectué en Palestine et au Liban par Sidqi. Trois "types" sont représentés et dans leurs positions comparatives, ils désignent directement Goha comme un Egyptien ; Ici de belle humeur, celui-ci fait tampon entre le Syro-libanais à la mine dure et le Juif rusé, tout à fait surreprésenté.

Le sens de l'image :

34L'impression dominante quant à la représentation du visage de Goha est que celui-ci est grossier, peu défini, poly-typé : se retrouve en lui divers signalements, celui du musulman, de l'Arabe, du négroïde, de l'hébété, le visage prend toujours un aspect laborieux. Peu de nuances, ou il rit montrant ses dents, ou il se bute et se ferme dans la laideur à toute communication. S'ajoute à cette diversité amalgamée le signe intentionnel de l'égyptianité.

35Pour ce qui est de la situation représentée, il est indéniable qu'il s'agit de l'Égypte sous domination anglaise, ses dirigeants (ici. Sidqi Pacha) étant les intermédiaires vendus. Au-delà de ce constat, la position de lutte contre le dominateur n'est pas évoquée ; plus, l'effet de la caricature, de l'humour, s'applique le plus souvent sur les Égyptiens, tout l'effet de ridicule tombant sur eux. On a l'impression d'un regard extérieur qui voit le fort et le faible et le faible est toujours l'Égyptien.

36Ces caricatures utilisent donc la représentation graphique de Goha pour signifier une certaine conception de l'égyptianité, une vision particulière de l'Égyptien.

37Barthes, faisant l'analyse du mythe, écrit qu'il est un "système sémiologique second. Ce qui est signe (c'est-à-dire total associatif d'un concept et d'une image) dans le premier système devient le simple signifiant dans le second". Autrement dit, le signifiant d'un mythe est lui-même un signe ou sens déjà composé d'un signifiant et d'un signifié.

38Cette structure dichotomique ou à étage apparaît d'autant plus opératoire, ici, qu'avec le Goha de Juan Sintès, pris comme la signification finale interrogée, il existe un troisième degré.

39Ainsi Goha, personnage mythique duquel on part, en tant que mythe, est déjà le second degré d'une chaîne sémiologique. Le Goha de Juan Sintès, utilisation ou fonctionnement particulier du Goha mythique, se trouve donc être le troisième degré de la chaîne.

Premières pages de l'hebdomadaire Goha.

40Ce schéma donne la possibilité de mettre à jour le dernier signe de la chaîne ou "signification" dans sa propre composition en :

  • Signifiant, à la fois sens du point de vue du niveau précédent et forme du point de vue actuel

  • Et signifié, c'est-à-dire concept.

41On s'aperçoit alors que le signifiant de Goha (dessiné par J. Sintès) est très chargé et possède une double fonction. D'un point de vue élémentaire, il est une forme : un dessin, une caricature (ce qui a déjà une fonction en soi auprès d'un public) ; du point de vue du Goha mythique, il est le sens même du mythe, il est le mythe désigné plus haut par le terme de "gohité".

42Son signifié, sorte de "globalité floue", de "nébuleuse", que l'on pourrait désigner par "égyptianité", est un concept qui a pour fonction de "déformer" le sens du Goha mythique, plus exactement de le faire glisser, de l'aliéner.

43Le Goha de Juan Sintès identifiant "égyptianité" à "gohité" fait de tous les Égyptiens des simples, des naïfs, des inoffensifs. La rhétorique des images (ou "forme des connateurs") lui permet d'exprimer une idéologie manifestée elle-même par la "forme des signifiés de connotation". Cet effet de rhétorique est renforcé par le message des légendes, plus exactement par l'emploi par Goha du style direct ; Goha est là, présent, et parle directement. Il y a un effet de non-distanciation qui permet à l'égyptianité re-présentée de Goha de s'exprimer directement, de s'énoncer. L'énonciation prend un caractère à la fois réfléchi et performatif : quand Goha dit, il se dit ; se disant égyptien, il fait exister l'Egyptien selon la façon dont il se dit.

44Le Goha mythique qui quotidiennement circule dans le langage en Égypte a une fonction bien définie, celle de l'humour, et plus précisément de l'humour sur soi-même qui est une façon détournée mais habile de prendre ses distances avec les aléas de la vie, tout en s'incluant dans une communauté indulgente et protectrice.

45Le Goha de Juan Sintès, par sa génération outrée, devient une pauvre figure qui n'a pour seule fonction que de manifester et de médiatiser le regard/jugement d'un "autre" (l'Occidental ?) sur l'Égypte et sur les Égyptiens.

46Partant d'un mythe déjà constitué et vivant, il était fatal que sa représentation particulière en rétrécisse l'espace de fonctionnement. Ici, le fonctionnement se réduit au cadre de la littérature folklorique de convention où le folklore redondant et répétitif est utilisé tendancieusement pour signifier différence et inégalité "naturelle". Or cette littérature, pour sa plus grande part d'expression française, foisonne à l'époque, en Égypte.

47En effet, plusieurs livres paraissent en français au Caire, sur Goha, dans les trente premières années du siècle. La préface de l'un d'eux, Le livre de Goha le simple d'Ades et Josipovici (1919), sous la plume d'Octave Mirbeau, donne le ton :

C'est l'Orient qui étincelle sous vos yeux, l’Orient avec ses odeurs de jasmin et de friture, avec ses femmes aux grosses croupes et ses filles vicieuses, avec ses belles brutes, ses souteneurs, ses imbéciles, ses intellectuels, ses mystiques. Au moyen d'un style simple, sévère, aussi pur que le style de Flaubert, les auteurs ont levé le voile pour nos regards occidentaux. L'Orient tout entier semble dire : "Voilà, c'est moi! " Et si malgré ça, à cause de ça, à cause de cette vérité vous êtes aveugle, si, ne voyant pas, vous voulez qu'on vous explique, fermez le livre, les auteurs ne vous expliqueront rien. La vie ne s'explique pas, elle est, et Goha le simple, c'est de la vie…

48Dans l'avertissement de l'ouvrage Les contes de Goha d'Elian Finbert (1929), Goha est donné comme le symbole de la "race" paysanne égyptienne et le roman met en représentation un fellah idiot mais logique, d'une logique tout à fait inadaptée à la vie sociale et adulte, d'une logique bornée et infantile ; il arrive à ce héros irresponsable les mêmes mésaventures qu'au Goha légendaire.

49Juan Sintès "naturalise" la "gohité" des Égyptiens d'autant plus facilement que Goha avait été déjà naturalisé égyptien et que les succès des divers ouvrages orientalistes prenant Goha pour héros en avaient fait un type. Il y a ainsi dans l'hebdomadaire un usage maximum du mythe Goha par opportunité. Le mythe est utilisé en vue d'une "mystification" idéologique que l'on peut présumer d'autant plus efficace qu'elle n'est sans doute pas elle-même intentionnelle, ou qu'elle est mieux "intentionnée" (le journal se fait le garant de la position "nationaliste" dans l'"opinion étrangère").

50Il est dans la nature de la caricature de sacrifier la vérité à l'effet, de s'appuyer sur un système de références globalisateur et déformant, autrement dit de préjugés idéologiques ou autres. Ceci dit, on peut choisir le système de références, on peut opposer un système à un autre. Juan Sintès avait fait l'effort de créer le premier journal en langue étrangère, non seulement favorable à l'opposition, mais se proclamant nationaliste et wafdiste ; ses dessins manifestent les limites de l'entreprise.

51"Goha", à la fois le nom immédiatement connoté et la représentation qui l'évoque, n'a été qu'un prétexte pour fonder l'hebdomadaire ; Barthes dirait qu'il n'a été qu'un "alibi".

52De fait, le journal veut faire passer un système de valeurs pour un système de faits, un jugement de valeur en jugement sur les faits : nous les dessinateurs/créateurs de Goha donnons à voir aux Occidentaux, exactement à "l'opinion étrangère", les Égyptiens se représenter eux-mêmes : ils sont conscients de leur situation (occupation britannique) mais ils restent ensemble passifs et se résignent gentiment à leur domination. Deux dernières illustrations, où pourtant Goha ne figure pas, viennent confirmer cette interprétation :

53La première présente un personnage vu de dos, agenouillé auprès d'un autre, assis de face. Or, se baisser sur les pieds de quelqu'un est fortement connoté en Égypte, et de façon négative, indiquant le dernier degré de la capitulation.

54La seconde, où figurent un lion et un mouton côte à côte, pourrait être interprétée positivement comme "il ne faut pas être dupe du traité d'alliance que propose la Grande-Bretagne". Cependant le dessin "demeure" et c'est le mouton qui symbolise l'Égypte… !

Bibliographie

Bibliographie :

Le mythe :

• BARTHES Roland,

- "Le mythe aujourd'hui" in Mythologies, Paris, Seuil. 1954.

- "Rhétorique de l'image" in Communications. (4). Paris. Seuil. 1964, p. 40- 50.

- "Eléments de sémiologie", Ibid., p. 91-134.

• ELIADE Mircea,

- "Les mythes du monde moderne" in Nouvelle Revue Française, sept. 1953 ; repris dans Mythes, rêves et mystères, Paris, Gallimard, 1957.

- Aspects du mythe. Paris, Gallimard, 1963.

Goha :

• ADES Albert et JOSIPOVICI Albert, Le Livre de Goha le simple, Paris. Calmann Levy, 1919.

• ASCAR-NAHAS Joseph. Les réflexions d'Ebn Goha, Le Caire, Ed. La revue du Caire. 1956.

• DEJEUX Jean, Djoha, hier et aujourd'hui, Sherbrooke, Québec. Ed. Naaman. 1978.

• FINBERT Elian E., Les contes de Goha, Paris. Ed. Victor Attinger, 1929.

• PELLAT Charles, art. "Djoha" in Encyclopédie de l'Islam (Nouvelle éd.. 1965). T. II. p. 605-607.

Pour une bibliographie détaillée sur les divers Goha et les légendes qui leur sont attribuées, voir la bibliographie de Jean DEJEUX in Djoha, hier et aujourd'hui.

Notes

1 In Communications, (4), 1964. Respectivement p. 40-50 et 91 -134.

2 A partir du n° 29 (21 mai 1932), il y aura un rédacteur en chef sépare. Victor Adm.

3 Le Wafd est le grand parti nationaliste égyptien d'opposition durant l'entre-deux-guerres ; il est né en 1919 avec Sa'd Zaghlul.

4 "Rhétorique de l'image" in Communication, (4), p. 40.

5 Ecrivain, journaliste en Égypte (1882-1950). il a créé La revue du monde égyptien : il participe, en 1936. À la rédaction du Traité de Montreux et passe ensuite au service du Bureau politique européen de la Présidence du Conseil.

6 N° 52, 30 oct. 1932. p. 1.

Notes de fin

1 CEDEJ - Le Caire

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/555/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Premières pages de l'hebdomadaire Goha.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/555/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/555/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 692k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter